Accidents

  • Victimes de la route : l’AWSR rappelle les démarches essentielles après un accident

    capture ecran 2018-11-14 à 10.58.58.jpg

    Par son expérience, le département Information et orientation des victimes de la route de l’AWSR constate fréquemment que les assureurs RC-auto ne sont pas informés par leur(s) assuré(s) de la survenance d’un accident, même avec blessés. Il s’agit pourtant de l’une des premières choses à faire.
    À l’occasion de la Journée mondiale du souvenir des victimes de la route qui aura lieu ce dimanche, l’AWSR rappelle les démarches à accomplir après l’accident et revient sur le bilan de son service consacré aux personnes touchées par un accident de la route.

    15.000 victimes de la route par an
    En 2017, les accidents de la route ont fait près de 15.000 victimes directes en Wallonie, dont 289 ont perdu la vie. Entre les séquelles physiques, les démarches administratives et juridiques, « l’après-accident » est un véritable parcours du combattant que les victimes fragilisées physiquement et psychologiquement ne sont pas toujours en mesure de mener seules.

    S’entourer de professionnels est essentiel
    La lourdeur de la procédure, l’incompréhension de certaines démarches, le manque d’information peut parfois plonger les personnes fragilisées dans l’isolement et entrainer un sentiment d’abandon. Or, la liste des professionnels qui peuvent aider les personnes touchées par un accident de la route est longue. Le Département Information et orientation des victimes de la route de l’AWSR procure des informations précises, aide à accomplir les démarches importantes et renseigne l’existence des services spécifiques et professionnels spécialisés qui peuvent être activés, à toutes les étapes du parcours.

    4 ans au service des personnes touchées par un accident de la route
    Ce service existe depuis 2015. Il se met gratuitement à la disposition de toute personne touchée par un accident de la route ayant entraîné des dommages physiques et/ou psychiques et ce, quel que soit le temps écoulé depuis l’accident. Il s’agit d’un service unique en Wallonie. En bientôt 4 ans, l’équipe composée de juristes et de psychologues a pris en charge 630 dossiers, sachant que derrière une personne impliquée, c’est tout un entourage qui est impacté.

    Que faire après un accident ?
    Le Département Infovictimes de l’AWSR a compilé quelques obligations et conseils utiles pour faire face à « l’après-accident ».
    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Intempéries. Une Tinlotoise bloquée une semaine en Italie avec 2 amies

    capture ecran 2018-11-14 à 10.21.28.jpg
    Marie Jossaert, Ann Sophie Rossius et Julie Kis.

    capture ecran 2018-11-14 à 10.35.01.jpg
    Voir la vidéo de RTL INfo

     

    En partant en vacances en Italie pour les congés de Toussaint,trois jeunes femmes originaires de la région liégeoise ne se doutaient sûrement pas du calvaire qu’elles allaient devoir endurer. Ann Sophie et Julie, habitantes d’Ans et d’Angleur, sont éducatrices à l’école Sainte-Véronique de Liège. La troisième, Marie provient du petit village de Fraiture (Tinlot) et est également éducatrice, mais au collège Saint-Roch de Ferrières. Le trio d’amies est resté bloqué en pleine montagne, dans un petit village du nord de l’Italie.
    En cause, les fortes pluies accompagnées de vents violents qui ont frappé le pays.

    Dans le petit village d’Arigna, installé dans la province de Sondrio en Lombardie, ces intempéries ont provoqué l’effondrement de la route principale qui relie le village à la ville. Problème, sans cette route, il est quasiment impossible de redescendre du village, sous peine de rester bloqué, car aucun autre chemin ne permet de fuir la zone : «  On nous avait dit qu’il allait pleuvoir, mais on ne s’imaginait pas ça. C’est devenu une tempête. Quand ça a commencé, on a essayé de quitter le petit village et de descendre la route pour rejoindre la ville. Mais on est tombé sur un énorme trou au milieu de la route. C’était vraiment impressionnant. On ne savait plus bouger. C’était devenu trop dangereux  », explique Julie, 24 ans.

    Malheureusement pour elles, cette route représentait l’unique chemin pour atteindre la ville. «  La route était déjà bien endommagée. Il y avait bien un autre chemin de terre que l’on pouvait utiliser, mais c’était impossible sans un gros véhicule. En tout cas, avec notre petite Corsa, c’était beaucoup trop dangereux. Il nous aurait fallu un 4x4. On a été contraintes de rester là  », poursuit Julie. Lire la suite dans l'édition de la Meuse digitale

    Après une semaine passée en Italie, les trois Liégeoises ont finalement pu contourner le trou et prendre la route du retour. Elles sont rentrées en Belgique le dimanche 4/11 soir. Ann Sophie, Marie et Julie risquent de se souvenir encore longtemps de leurs vacances dans le nord de la péninsule italienne.

  • Soheit-Tinlot. Violent incendie dans une habitation du "Fond de Soheit" (suite)

    IMG_0220.jpeg

    IMG_0227.jpeg

    Un violent incendie s'est déclaré vers 11h30 dans une maison d'habitation située dans le Fond de Soheit. 
    La maison est habitée par un couple qui était absent au moment des faits. La police qui circulait dans le village a aperçu le nuage de fumée et a prévenu les pompiers. Plusieurs véhicules d'intervention sont rapidement arrivés sur place. Vu l'ampleur des flammes, ils ont cherché à limiter les dégâts en empêchant le feu de s'étendre à la maison voisine, contiguë au bâtiment incendié.
    Le sinistre est total et la cause encore inconnue.

    capture ecran 2018-11-14 à 13.42.28.jpg

    Les voisins ont directement proposé leur aide aux sinistrés qui devraient être hébergés provisoirement dans leur famille.
    Les pompiers surveilleront encore le sinistre cette après-midi. C'était d'une intervention difficile, le feu étant déjà très violent et la configuration rendant impossible l'utilisation de la grande échelle.

    capture ecran 2018-11-14 à 13.42.59.jpg

    Les pompiers de la zone HEMECO ont réussi à circonscrire l'incendie à la seule maison concernée, au grand soulagement des riverains. La Bourgmestre, prévenue du sinistre par les pompiers, s'est immédiatement rendue sur place. (Photos CL)

  • Soheit-Tinlot. Une maison en feu dans le "Fond de Soheit"

    46337861_579210635868805_7241031388919496704_n.jpg

    Un incendie s'est déclaré peu avant midi dans une maison d'habitation située dans le Fond de Soheit.  Des précisions vont suivre. (Photo G.H.)

  • Fraiture. Accrochage vendredi matin au carrefour de l'église

    Accident fin de matinée entre un tracteur et une voiture, pas de blessés....mais c’est aussi l’occasion de  constater que la visibilité du panneau n’est pas évidente...capture ecran 2018-08-17 à 18.47.55.jpg

    Photos JMW

  • Tinlot. Un blessé rue de l'Indépendance

    capture ecran 2018-08-11 à 10.11.44.jpg

    La voiture finit dans un champ
    Un accident de la route s’est produit ce jeudi à 13h30, rue de l’Indépendance à Tinlot (Abée croisement avec la N66). Un véhicule (Mazda), seul en cause, est parti en embardée et a fini sa course dans un champ. Le conducteur de la voiture a été légèrement blessé. Il a été emmené par une ambulance des pompiers de la zone de secours Hemeco au CHR de Huy.
    (La Meuse du 10/8)

  • Tinlot: un boîtier d’alarme anti-intrusion prend feu

    capture ecran 2018-08-07 à 12.26.23.jpg

    Dimanche dernier vers 16h, une maison unifamiliale a vu son boîtier d’alarme anti-intrusion prendre feu dans la rue de Moulin. Situé en hauteur sur l’une des façades, le boîtier a dégagé de la fumée noire et des flammes qui ont fait chauffer le dessous de la corniche. Le feu a rapidement été maîtrisé par les pompiers de la zone HeMeCo. Sur place étaient présents une autopompe, un camion-citerne, un véhicule officier et un camion-échelle de Hamoir.
    Article de Jérôme Guisse à lire dans la Meuse du 6 août. Photo d'illustration.

  • Tinlot. Incendie dans le Fond de Soheit, des précisions

    capture ecran 2018-07-25 à 15.26.03.jpg

    5 hectares partent en fumée
    Les pompiers de la zone de secours Hemeco ont été appelés ce mercredi à 14h10 pour un feu de champs qui sévissait à Soheit-Tinlot, rue Fond de Soheit.
    Pour une raison jusqu’ici inconnue, l’incendie s’est déclaré dans un champ de céréales de 35 hectares.
    Les hommes du feu y sont descendus lourdement équipés de cinq véhicules : 2 4X4, 2 camions citernes et une autopompe. Ils ont d’abord délimité les lieux et réalisé un « coupe-feu » entre la route et le champ avoisinant, d’une superficie quasi similaire, afin que le feu ne s’y propage pas. Ils ont ensuite procédé à l’extinction.
    Au final, ce sont approximativement 5 hectares de champs qui sont partis en fumée. On ne déplore pas d’autres dégâts ni de blessé.-
    E.D. La Meuse du 26 juillet Voir l'article de mercredi sur ce blog)
    Jeudi 26 juillet de nouveaux incendies dans le Condroz
    Ce jeudi après-midi, les pompiers de la zone Hemeco sont intervenus pour plusieurs feux survenus à Tinlot, Hamoir et Anthisnes.
    À Tinlot, c’est une machine agricole qui a pris feu à 13 heures 30. Le fermier a donné un coup de herse pour limiter la propagation des flammes, mais le champ a tout de même été incendié sur une grande surface. À Hamoir, ce sont des broussailles qui ont pris feu à l’arrière du château vers 15 heures. Les pompiers sont également intervenus à Anthisnes ou une vingtaine de mètres d’herbe brûlaient dans un pré. (La Meuse digitale)

  • Tinlot: l’Opel dans le fossé après une collision avec un camion

  • 2 accidents mortels sur 5 ont lieu le week-end

    capture ecran 2018-06-07 à 17.14.20.jpg

    L’AWSR lance une campagne et propose des chèques taxi BackSafe pour un retour en sécurité les soirs de week-end

    En Wallonie, 42% des accidents mortels ont lieu le week-end et ce sont principalement des jeunes qui en sont victimes. L’AWSR s’attaque à cette problématique avec le lancement d’une campagne de sensibilisation et d’un projet pilote de chèques taxi pour rentrer en sécurité à prix réduit. Les résultats d’une toute nouvelle étude sur les sorties de week-end des jeunes Wallons sont dévoilés à cette occasion.

    Les accidents de week-end en chiffres
    En 2016, 124 personnes ont perdu la vie en Wallonie dans un accident de week-end dont près de la moitié (45%) survenu pendant la nuit. Les jeunes sont particulièrement touchés. 68% des conducteurs impliqués dans un accident mortel survenu pendant une nuit de week-end sont en effet âgés entre 18 et 34 ans. C’est en partie dû au fait qu’ils sont davantage présents sur les routes les nuits de week-end qu’aux autres moments de la semaine.
    Un cocktail explosif
    La conduite sous l’influence d’alcool et/ou de drogue, à laquelle s’ajoute la fatigue des retours de sorties, est largement en cause dans les accidents survenant le week-end. Mentionnons également l’usage détourné de certains médicaments en association avec de l’alcool, dont les effets sont aggravants.
    Les nuits de week-end, 1 conducteur sur 2 testé à la suite d’un accident corporel est positif à l’alcool et 1 conducteur sur 4 a consommé de la drogue. L’AWSR souhaite sensibiliser les conducteurs et leur entourage aux dangers de la conduite sous influence.


    Campagne accidents de week-end

    image012.jpg

    On a trop souvent tendance à ne pas oser faire de remarque à ses proches ou à ses amis à propos de leur incapacité à reprendre le volant tant qu’ils ne présentent pas vraiment de signes extérieurs « extrêmes », comme par exemple le fait de ne plus pouvoir marcher. Pourtant, empêcher un ami qui n’est pas « en état » reprendre la route peut lui sauver la vie. Dans le cadre de cette nouvelle campagne de sensibilisation, l’AWSR souhaite mettre en exergue le rôle que peut jouer l’entourage et l’encourager à s’exprimer.
    A partir du 6 juin, deux affiches seront présentes le long des autoroutes et des routes secondaires en Wallonie.

    image013.jpg

    Avec une touche d’humour noir, la première rappelle aux usagers de la route que si le conducteur n’est pas en état, la fin d’une super soirée peut vite se transformer en un véritable cauchemar. La seconde affiche montre que l’entourage peut éviter une fin de soirée tragique en empêchant un conducteur sous influence de reprendre le volant. Des mini films de sensibilisation soulignant ce rôle protecteur des proches ainsi que des spots radio humoristiques seront également diffusés pendant tout l’été.

    Les sorties de week-end des jeunes Wallons : étude de l’AWSR
    L’AWSR a pour la première fois interrogé 500 jeunes Wallons âgés entre 18 et 30 ans sur leurs habitudes de sorties le week-end. (lire l'étude ci-dessous)

    Lire la suite