Animaux

  • Tinlot. Le collège refuse le permis de poulailler introduit par la société Hartog

    DSC_7928 copie 2.jpg

    La décision du Collège tinlotois du 5 février dernier de refuser d’octroyer le permis sollicité par Paul HARTOG est désormais publique. Il a été affiché aux valves de la commune le 13 février.
    La société HARTOG a donc maintenant 20 jours pour former recours en mains du Ministre. (Les précisions suivont)

    DSC_7928 copie.jpg

  • Natagora. Premiers résultats du premier comptage 2018 des oiseaux

    capture ecran 2018-02-05 à 16.23.49.jpg
    Wikipédia

    L’opération de Natagora « Devine qui vient manger au jardin » s’est déroulée le dernier week-end.  Voici les premiers chiffres.

    capture ecran 2018-02-05 à 16.14.08.jpg

    capture ecran 2018-02-05 à 16.42.03.jpgLes premiers résultats confirment le retour des oiseaux plus nombreux mais aussi une baisse de des jardins par le par le merle noir. En tête de classement, le merle noir est maintenant dépassé par les mésanges !
    Les participants peuvent encore encoder leurs résultats sur ce site jusqu'à la fin de la semaine.

    Le virus Usutu, qui affecte particulièrement les merles et qui est apparu pour la première fois à grande échelle en 2016 Belgique, est probablement la cause de cette situation. Plusieurs associations avaient à nouveau lancé un appel à la vigilance dès juillet 2017 et à amener les victimes dans un centre de revalidation. Les oiseaux affectés paraissent notamment affaiblis voire apathiques, présentent des problèmes de coordination et maigrissent. "Ce sont surtout les merles qui sont hypersensibles au virus mais aussi les moineaux domestiques et les hiboux". "L'Usutu est un arbovirus: il est exclusivement transmis par les moustiques.
    Voir également l'article de la Meuse édition digitale

  • Bon à savoir: La Wallonie se dote d'un site flambant neuf sur le bien-être annimal

    capture ecran 2018-01-29 à 19.45.13.jpg

    La Wallonie a la plaisir de vous présenter son nouveau site internet : bienetreanimal.wallonie.be.

    Celui-ci se veut plus convivial, simple d’utilisation et ergonomique. La navigation est aérée et permet de découvrir notamment les dernières actualités concernant le bien-être animal ou encore de déposer une plainte via un formulaire retravaillé afin de fournir à nos services l’information la plus complète pour effectuer ses contrôles sur le terrain.

    Toute la législation ainsi que les documents et formulaires y figurent, afin de simplifier les démarches de tout un chacun.

    Le menu permet de naviguer entre les différents types d'animaux sous forme de rubriques (animaux de compagnie, de ferme, exotiques et autres animaux).

    Dans un souci constant de simplification administrative, ce site a intégré l’outil ABC des démarches afin de fournir en quelques clics les informations résumées et mises à jour en permanence sur les démarches et procédures à effectuer en matière de bien-être animal.

    De la stérilisation de votre chat à son identification en passant par la vente, le bien-être animal suscite de nombreuses questions. (en savoir plus)

  • "Devine qui vient manger au jardin" les 3 et 4 février 2018

    Participez à "Devine qui vient manger au jardin"

    DQO_page_news.jpeg

    Après un hiver 2016-2017 durant lequel les oiseaux avaient déserté les jardins, les mangeoires retrouvent leurs visiteurs. Un afflux exceptionnel de gros becs, accompagné de pinsons des arbres est également en cours. 
    Le recensement "Devine qui vient manger au jardin" des 3 et 4 février 2018 permettra de confirmer ces observations. En savoir plus

    DQO_visu_cta_ho.jpeg

     

  • Un loup repéré "scientifiquement" en Belgique

    capture ecran 2018-01-15 à 09.10.08.jpgArticle complet à lire dans l'édition digitale de la Meuse

    On parle régulièrement du retour du loup en Belgique dans les médias, il y a quelques semaines, c’était du côté de Sprimont. Mais cette fois, il s’agit d’une preuve incontestable relatée par plusieurs médias (Belga, RTBF, 7Dimanche, La Meuse )
    Un loup allemand, équipé par des scientifiques d'un collier transmetteur (GPS) a été repéré à Beringen (province de Limbourg) et dans les environs du domaine militaire de Bourg-Léopold. L'animal a parcouru plus de 500 kilomètres en dix jours.
    L'animal, provenant du Land allemand de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, a traversé aux alentours de Noël la frontière germano-néerlandaise, pour continuer jusqu'à la frontière belgo-néerlandaise, entre les Limbourgs néerlandais et belge, qu'il a franchie le 2 janvier, indique samedi l'asbl Landschap.
    Notre pays était le dernier du continent européen à ne pas avoir reçu la visite récente des loups.
    En août 2011, il y avait déjà une très bonne observation à Gedinne, dans les Ardennes de Namur, mais depuis lors, aucune  observation n’a pu être confirmée avec certitude », explique l’association Landschap.

    capture ecran 2018-01-15 à 09.23.24.jpg
    En savoir plus sur le loup:  https://www.wolfeyes.be/le-retour-du-loup-en-belgique

  • La chasse au sanglier prolongée de deux mois jusqu’au 28 février 2018

    Le sanglier wallon se porte bien. Un peu trop bien même, puisqu’en raison de la fructification forestière de l’automne 2016 combinée aux conditions météorologiques du printemps 2017, toutes particulièrement favorables, le taux de reproduction des sangliers n’a jamais été aussi élevé dans la Région.

    capture ecran 2017-12-24 à 10.29.05.jpgToutefois, une population trop abondante de sangliers pourrait être synonyme de dégâts à l’agriculture, aux propriétés privées ainsi qu’à la biodiversité. Cela accroîtrait également les risques pour la sécurité publique (on pense ici principalement aux accidents de la route) et les risques sanitaires, notamment sur le plan de la transmission de pathogènes au bétail domestique.
    Aussi le gouvernement décide-t-il de prolonger exceptionnellement la période d’ouverture de la chasse à tir en battue et au chien courant de l’espèce sanglier jusqu’au 28 février 2018 inclus. Cette période de chasse est normalement ouverte du 1er août au 31 décembre. Une telle prolongation devrait « augmenter la pression cynégétique » sur cette espèce, tout en étant de nature à « décharger l'administration forestière des formalités administratives liées à la délivrance des autorisations de destruction du sanglier ».

    Cette prolongation entre en vigueur le 1er janvier 2018.

    Examen de chasse 2018.
    Par ailleurs, les dates de l’examen de chasse 2018 sont désormais connues. Attention, pour rappel, les modalités d’organisation de cet examen ont été modifiées très récemment. Lire la suite Source: https://polinfo.kluwer.be/
    Photo wikipédia

  • Tinlot. Aidez-nous à retrouver "Snoopy"!

    26197221_10213685971735282_1060128393_n.jpgIl est sorti de la maison mercredi vers 13h, Rue des Aubépines et se dirigeait vers Abée. Une dame l'a aperçu !

    C'est un croisé Jack Russell. "Snoopy'". Il a 18 ans et est presque sourd et aveugle...

    Nous avons cherché dans les bois et champs.  Aucune trace ! Si vous pouviez regarder dans votre jardin et aux alentours ce serait sympa!

    Merci beaucoup.
    Muriel Maury. 0494/61.63.87

  • Actions en faveur des hirondelles, appel à projets

    capture ecran 2017-12-24 à 10.32.12.jpgL'appel à projets "Cap'Hirondelles" est lancé

    Désireux de développer des actions en faveur des hirondelles, le gouvernement wallon vient de lancer un appel à projets baptisé « Cap’Hirondelles » .

    Symboles de chance et de liberté, les hirondelles annoncent le retour du printemps et font partie intégrante de notre patrimoine naturel vivant. Trois espèces sont présentes en Wallonie : l'Hirondelle rustique, l'Hirondelle de fenêtre et l'Hirondelle de rivage. Depuis la fin des années 70, la population de ces oiseaux a fortement baissé en Wallonie mais aussi partout ailleurs en Europe. Cette diminution est estimée à 80% en 40 ans ! Plusieurs éléments sont à l’origine de cette inquiétante diminution : la disparition de leurs habitats, l’évolution du paysage, la diminution du nombre d’insectes ou encore des problèmes rencontrés durant leur migration ou les aléas climatique.

    capture ecran 2017-12-24 à 10.41.48.jpgL’objectif de "Cap'Hirondelles", qui s'intègre dans la dynamique du Réseau Wallonie Nature, est d'améliorer les conditions de vie de ces oiseaux et de renforcer leur reproduction dans le but de constituer des pôles de redéploiement de l’espèce. Les projets proposés devront favoriser l’auto-construction de nids naturels par les hirondelles (support d’accroche, bac à boue, foin, gravillons…). L’appel s’adresse à trois publics : les agriculteurs, les collectivités et les administrations communales.

    Les 50 projets retenus bénéficieront d’une prise en charge par la Wallonie du coût d’aménagement des installations ainsi que

    • d'un achat groupé et de la mise à disposition gratuite de matériel pour les agriculteurs  ;
    • d'une subvention en fonction des particularités (maximum 1000 €) pour les collectivités ;
    • d'une subvention en fonction des particularités (maximum 2000 €) pour les administrations communales.

    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • Ekism ID : la carte d'identité de votre cheval

    capture ecran 2017-12-18 à 11.48.42.jpg

    En Belgique, on trouve 1 cheval pour 27 habitants et la filière équestre wallonne se professionnalise de plus en plus. Le smartphone est aujourd'hui présent dans les écuries et une liégeoise a créé une application qui permet de réaliser la carte d'identité de son cheval mais aussi de gérer ses soins et ses entraînements.
    Ekism ID est disponible gratuitement sur Android et iTunes.

    capture ecran 2017-12-18 à 11.47.19.jpgVoir le reportage vidéo de RTC

     

  • Modave: la buse n'a pas survécu

    capture ecran 2017-12-03 à 14.43.22.jpg

    Une fin de l'histoire bien triste pour l'histoire relatée lundi sur ce blog à propos d'une buse prisonnières de fils barbelés rue des Aubépines à Strée. (source Modave info de Bruno Dal Molin)
     «C’est une dame qui promenait son chien qui l’a aperçue », raconte le chef des travaux
    Alain Houmard. "Un voisin avait tenté d’intervenir. Il avait dû renoncer suite aux coups de bec répétés de l’oiseau paniqué".
    On ignore depuis combien de temps le rapace était ainsi empêtré mais selon le chef des travaux, il devait se débattre depuis longtemps : «le fil barbelé était enroulé tout autour de son aile, impossible de le retirer, nous risquions de le blesser davantage ». C’est donc dans cet état, avec le fil barbelé enroulé profondément dans la chair, que la pauvre bête a été emmenée chez un vétérinaire de Pont-de-Bonne qui a dirigé les ouvriers communaux vers le centre de revalidation pour les espèces animales vivant à l’état sauvage de Hotton (CREAVES). L’équipe communale s’y est rendue avec la voiture de service. «À ce moment-là, l’oiseau était relativement calme. Nous l’avions emballé dans un drap et mon collègue le tenait sur lui », se souvient Alain Houmard. Malheureusement, en dépit de tous ces efforts, la buse n’a pas survécu à ses blessures.
    Lire la suite et l'article complet de M-Cl.G.dans la Meuse du 5 décembre ou dans l'édition digitale.

  • De plus en plus de fouines et de blaireaux chez nous: deux espèces protégées

    fouine,blaireau,taupe,eracdic.be

    Marre des fouines qui déchiquetent l'isolation sous le capot de votre voiture ou qui gambadent dans votre sous-toiture? Marre du blaireau qui ravage votre pelouse?
    Les deux espèces étant protégées, pas question de sortir la carabine. Taupier depuis 30 ans, Manu Lecocq est de plus en plus sollicité pour éloigner de votre propriété ces petits (et parfois gros) nuisibles qui causent d’importants dégâts.

    Cet Esneutois de 50 ans, Manu Lecocq est dans le secteur du "pest control» depuis 30 ans. «C’est un terme générique qui couvre l’élimination de ces animaux nuisibles" (Article complet dans la Meuse digitale) Photos Wikipédia

    capture ecran 2017-12-03 à 16.55.49.jpg

    Découvrez le site de Manu eradic.be

  • Terwagne, journée de l'artisan le 26 novembre: découvrez le clos des abeilles

    Journées de l’artisan 2017 – Invitation

    Le dimanche 26 novembre 2017,

    Jacqueline LAMER & Jean-Marie HOYOUX vous ouvrent les portes de leurs ateliers de 9 à 17h pour que vous puissiez découvrir différents produits de la ruche.

    Vous aurez l’occasion

    1. de vous documenter ;
    2. d’apprécier différents produits de la ruche dont les miels de printemps et d’été, fruit du travail de nos abeilles, récoltés cette année, extrait à froid et sans ajout ;
    3. de visualiser notre travail de la cire :
    • du cadre, de la purification à la confection de bougies en véritable cire d’abeilles,
    • du façonnage de feuilles de cire gaufrée,
    • de la préparation d’encaustique.

    Venez voir un des rares ateliers du cirier encore en activité.

    Bienvenue à toutes et à tous, entrée gratuite.

     

    maison.jpegHoyoux Famil SCA est implantée au CLOS des ABEILLES dans le Condroz, 10 rue Darimont à 4560 Terwagne (Clavier). Elle est est gérée par Jean-Marie Hoyoux et Jacqueline Lamer.

    Apiculteur depuis 1978, Jean-Marie avec son épouse Jacqueline, a depuis quelques années, intensifié et diversifié ses activités. Ils gèrent ensemble la société HOYOUX Famil S.C.A.

    Notre slogan : en route pour demain, pour une apiculture raisonnée, durable et responsable dans le respect de la nature, de l’abeille et de l’environnement.

    Nous consacrons une grande partie de notre activité à l’apiculture :

    • Détention de ruches
    • Protection de l’abeille
    • Production de miel et de cire
    • Formation de futurs apiculteurs
    • Visite de nos installations dont un musée en plein air

    rucherclavier.jpeg

    Un parcours didactique présentant les différentes anciennes ruches utilisées dans nos régions a été réalisé, en collaboration avec la commune de Clavier, à l’occasion d’APICHARME (exposition pour le grand public en septembre 2014).

    visite.jpeg

    capture ecran 2017-11-19 à 12.12.38.jpg

    Voir le site

  • Natagora. CRIE de Modave, découvrez le Cincle et les oiseaux de Meuse les 2 et 3 décembre

    Le Cincle plongeur

    Samedi 2 décembre à 19h au CRIE de Modave, rue du Parc, 2 à 4577 Modave, avec la Régionale Natagora Condroz Mosan

    Luc Loeckx vous dévoilera tous les secrets du Cincle plongeur, appelé également "merle d'eau", "petit prince des rivières" ou "elfe des torrents", super bioindicateur pour lequel des nichoirs ont été installés au fil de certaines rivières (Hoyoux, Triffoy...). 
    Lors de cette conférence, nous lancerons une invitation aux personnes souhaitant s'impliquer plus concrètement sur le terrain et volontaires pour suivre la nidification de cet oiseau. 
    Une balade sur le terrain sera prévue en janvier/février 2018. 
    PAF: 1€
     
     Les oiseaux de Meuse
     
    Dimanche 10 décembre de 9h30 à 12h à l’Écomusée, Avenue de Beaufort, 65 à 4500 Ben-Ahin, avec le Cercle des Naturalistes de Belgique (CNB) et l’Écomusée
     
    Yves Camby et Virginie Karikese nous emmèneront à la découverte des oiseaux d’eau hivernant en Meuse. Après une introduction en salle détaillant les espèces que nous pourrons observer et leurs modes de vie, nous partirons sur les berges du fleuve à la recherche du fuligule milouin, du canard colvert ou encore du grèbe castagneux.
     
    Se munir de vêtements chauds et de jumelles si vous en avez.
    Participation gratuite.

    23275758_1249153258564278_5653113259089554263_o.jpg

  • Tinlot. La mobilisation s'organise contre le projet de poulets industriels dans la commune

    Depuis la publication de l'enquête publique relative à la construction d'un poulailler de 39.600 animaux entre Fraiture et Soheit-Tinlot, les réactions se multiplient dans la commune et surtout dans le village de Fraiture dont les habitants et les riverains se sentent particulièrement exposés aux nuisances.
    C'est ce qu'explique Eddy Dosimont, un des riverains concerné en première ligne par l'emplacement du projet déposé par Paul Hartog.

    capture ecran 2017-10-26 à 11.18.01.jpg

    "Nous nous sentons un peu piégés par le manque de temps qu'il reste pour analyser et réagir face à un tel projet dont personne n'avait connaissance. L'enquête publique qui a démarré le 16 octobre, par quelques affiches, se clôture déjà  le 7 novembre, avec les vacances et les ponts de la Toussaint dans cette période.
    A défaut de pouvoir organiser l'une ou l'autre réunion, nous devons donc nous organiser via les réseaux sociaux et les médias. C'est pourquoi nous avons crée une page facebook NonAux.Poulets et lancé une pétition". 
    Mais le message le plus important qu'Eddy Dosimont souhaite faire passer à tous ceux qui veulent réagir, "c'est d'écrire ou de déposer une lettre à la commune (pas par mail) car les réactions pourtant très nombreuses sur Internet ne sont pas prises en considération". Et dans l'urgence, ajoute-il,
    "nous proposons également deux modèles de lettre dont les citoyens peuvent s'inspirer et qui reprennent les principaux arguments".

    capture ecran 2017-10-28 à 16.38.59.jpghttps://www.facebook.com/nonaux.poulets.7
    "
    Nous avons créé un personnage Facebook "NonAux.Poulets" sur Facebook avec 2 modèles de lettres contre ce projet"
    Un pétition est également en ligne :
    https://www.petitions24.net/non_aux_poulets_industriels_sur_la_commune_de_tinlot
    Contact:

    Eddy Dosimont 
    0479 378 258

    Sur le fond du dossier, poursuit Eddy Dosimont, de très nombreux arguments ont déjà été évoqués dans les réseaux sociaux.
    Ils sont repris dans la pétition ci-dessous.
    D'autres arguments et commentaires sont également à voir sur:
     
    NON aux poulets industriels sur la commune de Tinlot.
    Texte de la pétition:

    Dans la région du "Fond de Soheit" limite entre Tinlot, Fraiture et Nandrin, un projet d'élevage intensif d'environ 40.000 poulets est soumis à enquête publique.
    Le dossier est consultable à l'administration communale de Tinlot depuis ce lundi 23 octobre et la clôture de l'enquête est fixée au 7 novembre à 9h.
    Ce type d’élevage intensif de 20 poulets par m2 (soit moins d'une feuille A4 pour vivre par poulet), serrés pendant 42 jours dans un espace clos, piètrement conditionné, et sur une litière de paille accumulant les fientes n’est plus actuellement admissible. La production d’un tel produit dans telles conditions ne correspond plus à l’attente de tout un chacun.
    Notre société, à l’heure actuelle, veut un respect du bien-être animal et un retour à l’écoute de la nature et de ses bienfaits.
    De plus, ce type d’élevage induit un certain nombre de nuisances pour chacun d’entre nous :

    > Odeur pestilentielle des fientes, poussée par les vents dominants vers nos habitations depuis le poulailler et les zones de stockage dans les champs au bord des routes. La plus grande prudence en ce domaine est obligatoire et nécessaire.

    > Etat de santé de certains d’entre nous, avec le développement d’insuffisance respiratoire ou d’état allergique, notamment sous forme d’asthme. Dans ce cadre de santé publique, le principe de précaution s’impose donc.

    > Nuisance sonore liée au fonctionnement continu des ventilateurs et au charroi obligatoire qui viendra perturber la quiétude recherchée par tous : le bruit est devenu un polluant majeur.

    > Environnement condruzien.  (lire la suite ci-dessous)

    Lire la suite