• Fraiture CNRF: Une Clinique de la Mémoire

    capture ecran 2015-07-26 à 21.50.17.jpg

    Clinique de la mémoire

    Une Clinique de la Mémoire a été mise en place en mai 2006 au Centre Neurologique et de Réadaptation Fonctionnelle (C.N.R.F.) de Fraiture-en-Condroz.
    En effet, l’identification des personnes atteintes de déficits cognitifs non attribuables au vieillissement normal représente la pierre angulaire du diagnostic différentiel des maladies démentielles et de l’application d’une thérapeutique adéquate.
    Notre clinique a donc pour vocation d'accueillir les personnes présentant des troubles cognitifs (principalement affectant la mémoire, mais pouvant également toucher l’attention, le langage, etc.) et des problèmes de comportements se répercutant dans leur vie de tous les jours.
    L’équipe interdisciplinaire est composée des Docteurs D. Guillaume et R. Reznik (neurologues), de Mme Stéphanie Dethier et Mr Nicolas Moyano (neuropsychologues).

    Les objectifs des examens neurologiques, psychologiques, et neuropsychologiques réalisés sont :

    d’identifier les déficits cognitifs et d’en évaluer l’étendue ;
    d’établir le diagnostic : dépression, maladie d’Alzheimer, autres formes de démence, etc.;
    d’informer la personne et ses proches des changements causés par la maladie ; memoire.jpg
    de proposer un plan individualisé d’interventions (prise en charge médicamenteuse et cognitive) ;
    d’assurer un suivi du traitement pour le patient;
    de proposer un soutien aux proches et à la famille par le biais de séances d’informations sur la maladie, sur l’évolution des symptômes et sur les moyens d’en minimiser l’impact dans la vie de tous les jours.

    La prise en charge en Centre de Jour de patients Alzheimer au stade débutant.

    La maladie d’Alzheimer est une maladie chronique liée au vieillissement qui implique une dégradation progressive et inéluctable des fonctions cérébrales entraînant une perte importante d’autonomie du patient dans la vie quotidienne.
    Les études récentes en neuropsychologie ont considérablement amélioré la prise en charge de la maladie. Tout d’abord, ces études ont montré que les patients Alzheimer présentent de très nombreuses capacités cérébrales préservées (tout n’est pas touché ; par exemple un patient Alzheimer sait encore conduire sa voiture ou se souvient très bien de son passé, même s’il ne peut pas dire où il est parti en voiture la dernière fois, ou ce qu’il a fait la veille). De plus, les patients gardent également très longtemps (et parfois sans le savoir) de très bonnes capacités dans leurs domaines d’expertise (ex : un patient peut être incapable de boutonner ses vêtements bien qu’il continue à jouer au piano). Ils peuvent apprendre encore sous certaines conditions (ex : un patient va mieux mémoriser les mots « marteau » et « pomme » si on lui demande de mimer l’utilisation de ces objets au moment d’inscrire cette information en mémoire car les régions motrices du cerveau sont plus tardivement touchées par la maladie).
    C'est dans ce contexte qu'un Centre de Jour de la Mémoire a été mis en place au C.N.R.F. Il vise essentiellement à optimiser les performances du patient à chaque moment de son évolution, à augmenter son autonomie dans la vie quotidienne et ainsi accroître sa qualité de vie comme celle de sa famille, et enfin, à retarder son institutionnalisation. Ce type d'intervention centrée sur la vie quotidienne implique la mise en place de structures adaptées.
    Dans cette structure, une prise en charge pluridisciplinaire vise à identifier les capacités cérébrales préservées du patient et à les utiliser pour lui permettre d’apprendre ou de réapprendre différemment une activité qui lui est profitable dans sa vie quotidienne (par exemple, apprendre à utiliser un agenda adapté, un téléphone portable, etc.). Dans ce contexte, il nous semble que le Centre de Jour reproduisant différents lieux de vie (cuisine, atelier, potager, etc.) et installé au sein du C.N.R.F. constitue une voie intéressante. Le Centre de Jour sert de base à l’installation des stratégies d’optimisation, propose un soutien aux familles et permet d’alléger la charge que représente pour elles l’accompagnement d’un patient Alzheimer au quotidien.

    Aujourd’hui, le Centre est accessible chaque lundi et mercredi matin. Toute information complémentaire peut être obtenue auprès de Mme S. Dethier, neuropsychologue qui, en collaboration avec différents médecins spécialistes et paramédicaux, organise cette activité au sein du CNRF.

     

  • Les journées mondiales célébrées au cours du mois d'août 2015

    capture ecran 2015-07-23 à 11.27.24.jpg

    Voir le site

  • Tant de choses passent à travers les avis (nécrologies), Gabriel Ringlet en a fait un livre

    capture ecran 2015-07-23 à 10.35.13.jpgAux pompes funèbres Fontaine à Gilly, on nous confie avoir reçu un jour le texte d’un individu – toujours vivant – qui a préparé sa propre nécro. «Il y prévient déjà certaines personnes, qu’il ne nomme pas mais qui se reconnaîtront, qu’il n’est pas nécessaire de venir à son enterrement! », nous confie Denis Fontaine.

    «Bien des messages et des sentiments peuvent passer à travers les avis nécrologiques. Amour, tristesse, vengeance, passion, humour… », observe l’abbé Ringlet, ancien prof de journalisme à l’UCL, qui s’est penché sur le contenu des avis nécrologiques dans la presse quotidienne et qui en a fait un livre (« Ces chers disparus ») qui vient de sortir en version poche chez Labor. On y trouve de petits bijoux, dont voici quelques extraits.
    –« Marcel N. est mort. Que ceux qui l’ont connu haussent les épaules » ;
    – « … le décès de Monsieur Georges F., victime des circonstances économiques actuelles» ;
    – « Nous attendions Nicolas, c’est lui maintenant qui nous attend » ;
    – « Pas de fleurs artificielles SVP » ;
    – La femme du défunt écrit : « J’ai été sa première, je serai sa dernière » ;
    –« Le tabac a ravi à leur affection Joseph F. » ; …
    F. DE H. (La Meuse du 23 juillet)

    capture ecran 2015-07-23 à 10.41.28.jpg
    http://www.gabrielringlet.be/biographieaccueil.htm

  • Liège, la nouvelle passerelle sera construite cette semaine. Un spectacle à ne pas manquer, dès vendredi, mais surtout samedi et dimanche

    Construite par l’entreprise Poncin d’Ocquier (Clavier), la passerelle cyclo-piétonne, qui va relier le quai de Rome au parc de la Boverie, sera en place d’ici une semaine ! En effet, ses éléments métalliques vont être amenés par barges vendredi. Et ils seront mis en place grâce à des grues géantes samedi et dimanche. Spectacle garanti !

    capture ecran 2015-07-29 à 17.06.59.jpg

    Vincent Servais, du bureau liégeois Greisch, qui a conçu entièrement cette nouvelle passerelle, avec l’architecte Michel Corajoud : «Nous avons commencé à travailler sur ce dossier en 2010. Il a fallu trois années pour le mener à bien.
    En fait, la future passerelle est formée de six éléments, qui vont être assemblés ce week-end, samedi et dimanche. Le plus important de ces éléments, d’un poids de 430 tonnes et d’une longueur de 110 mètres, sera la partie de la passerelle qui partira de la rive gauche, c’est-à-dire du quai de Rome. En face, sur la rive droite, côté Boverie, prendra place le second grand élément, d’une cinquantaine de mètres de long et d’un poids d’un peu moins de 100 tonnes. Les quatre éléments restants, plus petits, seront mis en place dimanche ».
    DÈS SAMEDI MATIN
    Comment ça va se passer ? Vendredi matin, les éléments de la passerelle, réalisés par Poncin à Ocquier et qui sont actuellement entreposés à ce que l’on appelle le port d’éclatement, à côté de l’île Monsin (voir photo ci-dessous), vont être glissés sur quatre barges couplées. À 14 heures, ces barges partiront en direction du quai de Rome. Une heure plus tôt, toute navigation aura été interdite sur la Meuse, et cela restera le cas jusqu’à dimanche en fin de soirée. Deux heures plus tard, soit vers 16h-16h30, elles arriveront à leur lieu de destination, à côté de l’endroit où la passerelle va être montée. Ce sera tout pour ce jour-là.
    Les grandes opérations, en tout cas les plus spectaculaires, auront lieu ce samedi 1er août dès le matin. À ce moment, trois « bigues », c’est-à-dire d’énormes grues montées sur des barges, vont se mettre en action. Elles vont d’abord faire pivoter le plus grand des éléments, le plus lourd aussi. Puis elles vont le redresser et, avec l’aide d’une quatrième bigue, plus petite, cet élément va être mis en place dans ses appuis de la rive gauche, côté quai de Rome.
    EN PORTE-À-FAUX SUR LA MEUSE
    À ce moment, la vision sera sans doute très étonnante, puisque cet élément, qui couvrira quand même les deux tiers de la future passerelle (110 mètres sur 160) va demeurer en porte-à-faux jusqu’à la mise en place du deuxième grand élément, celui qui sera posé côté rive droite, à la Boverie. Mais cette pose se fera dans la foulée. Et, selon les prévisions, les deux éléments principaux seront en place samedi en fin de journée.
    À cet instant, et en regardant de loin, on pourra déjà avoir l’impression que la nouvelle passerelle est en place. Mais ce ne sera évidemment pas tout à fait le cas. Il restera en effet à placer le plancher de bois, les garde corps, à effectuer les soudures nécessaires, puis les peintures anti-corrosion. Ce sera normalement l’affaire d’un mois.
    PREMIER PONT ACCESSIBLE AUX PMR À LIÈGE
    Originalité de la nouvelle passerelle : elle sera le premier pont liégeois à être vraiment accessible aux personnes à mobilité réduite. Vincent Servais : «Effectivement, tant en rive gauche qu’en rive droite, nous avons prévu une rampe d’accès pour cyclistes et piétons avec une pente de l’ordre de 9 à 10 %. Mais il y aura
    aussi une seconde rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite, avec un dénivelé de 4%, permettant aux personnes se déplaçant en chaise roulante de la gravir sans difficulté. Côté rive droite, c’est pour cette raison qu’une petite passerelle conduira les piétons, y compris les personnes à mobilité réduite, jusqu’à une centaine de mètres du pont de Huy, là aussi avec une pente de 4%».  CHARLES LEDENT (Voir le dossier complet dans la Meuse du 29 juillet)

    capture ecran 2015-07-29 à 17.10.28.jpg

  • Infor Jeunes recherche des logements étudiants à Huy et environs…

    Infor Jeunes recherche des logements étudiants à Huy et environs…

     

    Kots
    Depuis de nombreuses années, INFOR JEUNES propose un service logement pour étudiants.
    Afin de pouvoir satisfaire les demandes d’étudiants à la recherche d’un logement pour la rentrée scolaire 2015-2016, INFOR JEUNES lance un appel aux propriétaires désireux de proposer : kots, studios, etc. à Huy ou dans les environs.
    INFOS : INFOR JEUNES HUY asbl – 7 quai Dautrebande – 4500 HUY – tél. 085/21.57.71 – e-mail : huy@inforjeunes.be

    Fiche "kot 2015-2016" à télécharger, à remplir et à nous renvoyerkot_fiche_2015
    Voir le site Infor Jeunes Huy

     

  • C'est le moment de faire le plein de mazout ! Son prix a baissé de 27 % en un an. Et il va continuer à chuter cet été

    Il y a deux ans, il fallait 2.159 euros pour remplir sa cuve de 2.500 litres de mazout de chauffage. Ce mardi, cela ne coûte plus que 1.488 euros. Soit une économie de plus de 600 euros sur la note finale ! En cause : la chute du prix du pétrole sur le marché international. Le cours du baril a ainsi perdu environ 7 euros entre le mois de juin et celui de juillet, ce qui influence évidemment les prix à la revente.

    capture ecran 2015-07-28 à 10.38.19.jpg

    Mais comment expliquer cette chute de prix ? Il y a les stocks, qui sont plus importants que d’habitude, alors que la demande, elle, ne suit pas. L’hiver a été moins rude que prévu et les gens ont donc moins consommé. À l’inverse, les puits aux États- Unis ont permis d’extraire beaucoup de pétrole, tandis que l’accord nucléaire avec l’Iran laisse présager que le pays va pouvoir écouler sur le marché international son or noir, faisant encore gonfler les stocks…
    « TOUT PEUT VITE ÉVOLUER »
    Le marché est aussi très inquiet car le marché chinois montre des signes négatifs. Son économie s’essouffle, alors que la Chine est la deuxième consommatrice de pétrole après les States. Et elle est moins gourmande en pétrole qu’auparavant. « Le marché du pétrole est déjà saturé depuis quelque temps », constate Willem Voets, general manager chez Informazout. « L’arrivée de l’Iran sur le marché et la quantité de stock disponible crée, aujourd’hui, une pression vers le bas sur les prix, au niveau international et donc, au niveau belge. Jusqu’où ? C’est impossible de le dire, tout peut rapidement évoluer.
    Ce n’est pas encore la « grosse » saison du chauffage et cette demande supplémentaire peut jouer sur les prix d’ici deux ou trois mois. Pour
    ceux qui le peuvent, remplissez votre cuve à mazout maintenant. D’ici quelques semaines, on ignore ce que le marché nous réserve… Ce qui est sûr, c’est que le mazout est aujourd’hui l’un des moyens de chauffage le moins cher. » L. PIRET La Meuse du 28 juillet)

  • Rivière et agriculture en région mosane, les tubes en polyethylène haute densité

    capture ecran 2015-07-22 à 17.21.56.jpg

    capture ecran 2015-07-22 à 17.21.41.jpg

    capture ecran 2015-07-22 à 17.21.02.jpg

    Téléchargez le fichier explicatif

  • Belgique, mortalité en hausse de 15,5 % à cause de la grippe!

    358.800 Belges ont eu la grippe cet hiver, avec une proportion inquiétante chez les plus de 65 ans mais aussi une mortalité élevée, révèle la ministre de la Santé Maggie De Block sur base des statistiques officielles. La maladie a effectivement provoqué 4.390 décès supplémentaires par rapport à un hiver normal.

    capture ecran 2015-07-22 à 17.13.52.jpgOn se doutait que la saison avait été un peu particulière, avec un nombre de malades en assez sensible hausse. Mais la ministre de la Santé, Maggie de Block (Open VLD), vient de le dévoiler au Parlement chiffres à l’appui : la grippe a frappé fort, cet hiver, dans notre pays. Et elle a bel et bien causé davantage de décès que les années précédentes.
    Les éléments dont elle dispose sont impressionnants. « L’Institut scientifique de santé publique estime que cet hiver, environ 690.000 personnes ont consulté leur médecin généraliste pour un syndrome grippal en Belgique », explique-telle. « Dans le réseau de surveillance des médecins généralistes vigies, une grippe a été confirmée en laboratoire chez 52 % des personnes consultant leur médecin pour un syndrome grippal ».
    En chiffres absolus, cela fait donc 358.800 personnes officiellement touchées par le virus chez nous cet hiver. Pour 66 % de ces patients (236.808 personnes), la souche était le fameux virus H3N2. Nous allons y revenir.
    PERSONNES ÂGÉES
    Inquiétant : « Cet hiver, nous avons observé nettement plus de cas de grippe que les saisons précédentes chez des personnes âgées.
    capture ecran 2015-07-22 à 17.13.32.jpgL’Institut estime à environ 40.000 personnes les 65 ans et plus qui auraient souffert d’une grippe », résume Maggie De Block. Une « surmortalité » a également été constatée durant les trois premiers mois de l’année 2015. « Sur base des cinq années précédentes, un total de 28.240 décès était attendu pour cette période, soit 253 décès par 100.000 habitants », explique la ministre. Or, « en réalité, 32.631 décès ont été rapportés, soit une incidence de mortalité estimée à 293 décès par 100.000 habitants. Ceci signifie une surmortalité moyenne de 4.390 décès, soit 39 par 100.000 habitants». En pourcentage, cela donne une hausse de la mortalité due à la grippe de 15,5% !
    Comment l’expliquer ? D’abord par le fait que la souche Influenza A (H3N2) était prédominante, et qu’elle est souvent synonyme de décès supplémentaires, selon la ministre. Autre raison : « Une effectivité plus faible du vaccin » contre la grippe que les années précédentes. Et pour cause : la souche A, la plus répandue, n’était pas incluse dans le vaccin.
    CHRISTIAN CARPENTIER (article complet dans la Meuse du 22 juillet)

  • Soheit-Tinlot, histoire locale: le château Impériali

    capture ecran 2015-07-26 à 11.48.59.jpg

    Voici une photo transmise par un lecteur avec la question suivante: Pourriez-vous me préciser si le château du marquis Impériali existe toujours? J'en trouve des traces iconographiques mais je ne parviens pas à le situer...
    Le château dont photo est bien le château impérial situé au bois de Soheit. Il a été détruit aux environs de 1954 et remplacé par une belle villa nettement plus petite. Du château d’origine, il ne reste que la chapelle (extrémité droite de la photo) avec la crypte en dessous.
    Les marquis Jean et Etienne Impériali sont toujours enterrés dans cette crypte.
    Merci à José Legros pour ces explications!