• Rencontré rue d'Houchenée à Fraiture !

    capture ecran 2016-07-29 à 16.47.46.jpg

    Voici ce que Gérald P. a rencontré ce vendredi rue d'Houchenée à Fraiture (sur la route, dans le bois après le CNRF).
    Ce serpent de plus ou moins 1m venait de sortir du bois. Un de nos lecteurs pourra sans doute préciser de quoi il s'agit!  (Couleuvre ...?)

     

  • Ce qui change au 1er août 2016.

    Pension minimum : salariés et indépendants enfin égaux
    Ce lundi 1er août, quelques changements interviennent pour les citoyens. D’abord, les pensions minimum pour indépendants et salariés seront égalisées, de sorte que tous les citoyens soient égaux. « C’est historique. Nous sommes enfin arrivés à l’égalisation totale des pensions minimum des indépendants et des salariés. Nous avons dû procéder par étapes mais aujourd’hui c’est une injustice enfin réparée », explique Willy Borsus, le Ministre des Classes moyennes et des Indépendants. Il s’agit de la pension minimum obtenue après une carrière de 45 ans. La pension minimum pour un ménage est de 1.460,45 euros. Pour un isolé, elle s’élève à 1.168,73 euros. Enfin, la pension de survie est de 1.150,35 euros.

    capture ecran 2016-07-30 à 14.46.52.jpgDiabète mieux remboursé
    Autre changement important dans le secteur de la santé : les patchs destinés aux diabétiques seront également remboursés pour les enfants. Les enfants et adolescents atteints de diabète de type 1 utilisent ce patch pour mesurer leur taux de glucose. Il est muni d’un capteur ou d’une minuscule aiguille et évite de se piquer le bout du doigt pour prélever une goutte de sang en vue de mesurer la glycémie.
    « Un bon accompagnement, tel que prévu par les centres du diabète, joue un rôle important pour apprendre très tôt aux enfants et aux jeunes comment se soigner afin d’éviter les complications », a déclaré la ministre Maggie De Block. Quelque 3.100 enfants et adolescents dans notre pays sont touchés par le diabète de type 1. Au total, près de 40.000 personnes souffrent d’un diabète de type 1 en Belgique. Les adultes bénéficiaient déjà d’un tel remboursement depuis le 1er juillet dernier. (La Meuse du 31 juillet)

  • Les journées mondiales en août 2016

    capture ecran 2016-07-29 à 23.01.35.jpg

     

     

  • Une nouvelle équipe à la tête de la Maison des jeunes de Fraiture. Vous pouvez aussi dès maintenant louer leur chapiteau

    capture ecran 2016-07-29 à 11.46.30.jpg

    Les locaux actuels de la MJD construits en 2005

    L'équipe dirigeante de la Maison des Jeunes de Fraiture a décidé de passer la main et c'est donc une nouvelle équipe qui est désormais en place avec Louis Prévot et Florent Leclere, président et vice-président, Maxime Nysten et Martin Poumay, trésorier et vice-trésorier ainsi que Thomas Fraiture comme secrétaire. Nous aurons bien sûr tout le loisir de vous les présenter et nous leur souhaitons déjà beaucoup de réussite dans leurs projets.

    Le très beau travail accompli au fil des années avec notamment Maxime et Dominique Albanèse, Valentin Marteau, Florentine Vanhove, Martin Orban etc.. a permis de stabiliser les activités de la MDJ bien implantée aujourd'hui à Tinlot et reconnue aux alentours!

    Chapiteau à louer!

    Le nouveau comité propose à ceux qui en auront besoin, privés ou associations, de louer leur chapiteau (6 m sur 6), au prix forfaiture de 75 € ou de 100 € avec le montage et le démontage assurés.
    Contact: Thomas Fraiture 0477 52 39 67, fraiturethoms@gmail.com


  • Une famille de Tinlot obligée de passer ses vacances sans valises, égarées à l'aéroport

    Jean-Pierre Porcu, un Tinlotois de 47 ans, et sa famille ont bien failli voir leurs vacances réduites à néant. Leurs bagages ont été égarés par la compagnie aérienne Brussels Airlines lors du vol Zaventem-Nice. Les Tinlotois ont ainsi dû débuter leur croisière sans le moindre effet personnel. « J’ai dû débourser 500 euros en urgence pour acheter le strict minimum. »Jean-Pierre Porcu est un habitué des croisières.
    capture ecran 2016-07-29 à 22.30.05.jpgEn janvier dernier, lui, sa femme et sa belle-fille réservent leurs billets pour embarquer en Méditerranée avec la compagnie MSC Croisières. Ils partent donc le 26 juin, destination les vacances ! Mais les Tinlotois sont loin de se douter ce qu’il va leur arriver. «  Nous avons pris l’avion à 6h15 à Zaventem pour nous rendre à Nice. À notre arrivée, nous devions récupérer nos bagages jusqu’à ce qu’un membre du personnel de l’aéroport de Nice nous dise que les bagages n’ont pas été embarqués depuis Bruxelles...  », entame Jean-Pierre Porcu. Commencent alors les ennuis. «  Notre problème était que nous devions prendre le bateau à Gênes le même jour pour une croisière en Méditerranée à bord du MSC POESIA. Nous avons embarqué sans bagages, pour seuls vêtements ceux que nous portions sur nous. »
    Après avoir déposé une déclaration de perte auprès de la compagnie aérienne, Jean-Piere Porcu tente alors de joindre Brussels Airlines, en vain. «Le call centre de la compagnie me donnait des numéros de téléphone invalides jamais répondre à mes demandes.» Un acharnement qui lui aura coûté tout de même 200 euros en frais de téléphone. «Heureusement, la compagnie de navigation nous a donné à mon épouse, ma belle fille et moi-même un kit de survie avec brosse à dents, dentifrice, rasoir et bande hygiénique. » Un confort rudimentaire, surtout lorsqu’on s’attend à vivre des vacances de rêve. «À la première escale (Naples), au lieu de visiter, nous sommes allés faire du shopping : résultat, +-500€ pour le strict minimum. »
    La mésaventure a pris fin après trois jours puisque, à Malte, la compagnie de croisière leur a annoncé que les valises avaient été retrouvées. «Ils ont vraiment fait le nécessaire pour nous aider. » Revenus de vacances le 4 juillet dernier, Jean-Pierre Pocu se lance aujourd’hui dans des procédures administratives d’indemnisation longues. «À croire que c’est fait exprès pour nous décourager... Je suis en train de faire les démarches pour porter plainte. Nous voulons être indemnisés. » Ironie du sort, le Tinlotois avait pour habitude de partir avec Ryanair mais ne disposait pas de vol pour Nice à la date fixée. «La prochaine fois, j’irai en voiture. » C.L (La Meuse du 29 juillet)

  • Natagora: un week-end pour compter les papillons. "Devine qui papillonne au jardin" les 30 et 31 juillet 2016.

    Recensement des papillons de jardin

    pailon.jpg

    Le week-end des 30 et 31 juillet 2016, Natagora vous invite à participer à la 10e édition de l'opération "Devine qui papillonne au jardin". Ce grand recensement citoyen nous permet de développer nos connaissances sur les papillons et d'adopter ensuite de meilleures stratégies de conservation et de protection. Pour vous, c'est une occasion unique d'apprendre à reconnaître les papillons du jardin. L'émerveillement est garanti !
    Votre participation nous permet de prendre des mesures adéquates de protection et de restauration de notre patrimoine naturel et de sa biodiversité. Et c'est pour vous l'occasion de découvrir les merveilles de votre jardin !

    http://www.natagora.be/index.php?id=devine_qui_papillons0

  • Tinlot, attribution des trophées sportifs, appel aux candidat(e)s. Date limite 31 juillet! (Rappel)

    capture ecran 2016-07-10 à 08.02.27.jpg

    Source T4S Juin 2016.

  • La ferme de Limet primée pour sa qualité de volaille

    Fastré.jpgNous vous avions déjà parlé de la Ferme de Limet à Modave pour ses oeufs et ses volailles (voir l'article précédent). Le 7 juin dernier, Baudouin Fastré, agriculteur et propriétaire de la Ferme, s’est vu remettre,  un Coq de Cristal pour la qualité de sa volaille.
    Un trophée fièrement gagné, gage de qualité. «J’avais déjà remporté deux Coqs en 1995 et 1997. Depuis, j’avais un peu laissé de côté les concours et puis, je m’y suis remis. J’avais envie de me mesurer aux autres et de voir où j’en étais », confie Baudouin Fastré. Parmi les 6 candidats de la catégorie « volaille » représentée lors du concours, le blanc de poulet du Modavien est donc sorti du lot. «Nous avons jugé totalement à l’aveugle. C’est-à-dire que nous ne connaissions pas la provenance des produits que nous goûtions afin de ne pas altérer notre jugement par un sentiment subjectif », explique Thibaut Laffut, membre du jury du Coq de Cristal et gérant du restaurant le Cap des trois provinces à Ocquier.
    Remporter un Coq de Cristal n’est pas une mince affaire puisque des critères stricts sont à respecter. «Nous devions noter selon l’aspect, l’odeur, le goût et donner une côte générale. Le blanc de poulet de Baudouin était tendre, moelleux. Soit, une volaille bien dodue et juteuse », décrit Thibaut Laffut.
    Une place bien méritée, qui ne s’est pas gagnée tout à fait par hasard selon le chef cuisinier. «C’est drôle, j’utilise déjà ses produits pour mes recettes. Il y a vraiment une très bonne qualité et de bons producteurs locaux. Baudouin a mérité sa place d’autant plus que les points étaient très serrés, cette année, il y avait beaucoup de produits d’excellence, le choix n’était pas facile. »
    « PAS D’INTERMÉDIAIRE »
    Tel un acteur remportant l’Oscar, Baudouin Fastré a ainsi vu son travail récompensé après 30 ans de travail. «Je suis encore l’un des seuls à travailler sans intermédiaire, en consommation directe avec un élevage en plein air
    tout en diversifiant et garantissant un contrôle de la filière », commente-t-il. Ses volailles sont alimentées avec un mélange de graines de lin sans OGM. Un respect des traditions ainsi qu’un savoir-faire qui aujourd’hui confirment la qualité des produits du producteur modavien. Envie de goûter ? Vous pouvez en acheter à la ferme, route de Limet 9.- C.L. (La Meuse du 16 juin)

  • Tinlot Sudinfo, les brèves

    Tinlot. Tentative de vol rue Nouvelle route
    Des voleurs ont tenté de s’introduire sur le site d’une entreprise située rue Nouvelle Route à Tinlot, ce mardi à 3h10 du matin. Le patron a constaté que la clôture avait été pliée à deux endroits mais le bâtiment ne comporte pas de trace d’effraction. (La Meuse du 27 juillet)

    capture ecran 2016-07-27 à 21.46.01.jpg

    ANTHISNES : LES RUES ACHILLE LEJEUNE ET DÈLCREU SERONT FERMÉES LE 1E AOÛT ENTRE 7H ET 20H SUITE À DES TRAVAUX D’ENDUISAGE.

    capture ecran 2016-07-27 à 21.33.34.jpgOUFFET COMMERCE
    L’Intermarché d’Ouffet risque de fermer. Face à la concurrence de la route du Condroz, le propriétaire du magasin se dit « en réflexion »

    L’avenir de l’Intermarchéd’Ouffet, créé en 2007 sur la chaussée de Huy, est compromis. Les rumeurs de fermeture, alimentées par des rayons progressivement dégarnis, semblent se confirmer même si le propriétaire indépendant du magasin laisse une porte ouverte. «Je suis effectivement en réflexion avec la centrale Intermarché par rapport au futur du magasin. Certes, je suis le propriétaire mais comme on fait partie d’un groupe, on cherche ensemble pour trouver la meilleure des solutions.
    Ouffet a toujours été un point de vente difficile, et ce, depuis le début. Je suis en perpétuelle réflexion », déclare David Barthelemy, également administrateur délégué des Intermarché de Nandrin et Assesse. Le patron-gérant a tenté à plusieurs reprises de repositionner son commerce ouffetois sur l’échelle de la concurrence, sans succès fulgurant. «On a relancé le magasin en septembre avec un nouveau concept, c’est-à-dire une boucherie en libre-service et un assortiment plus réduit basé sur les statistiques de vente. Ça ne suffit pas. » David Barthelemy pointe la concurrence toujours plus rude, notamment de la route du Condroz. «Déjà, il y a le comportement d’achat du client. Quand il revient du travail à Liège, il a plus facile de s’arrêter à Nandrin, même à l’Intermarché, le choix est plus large puisque le magasin est plus grand que celui d’Ouffet (400 m2). Et puis, il y a de plus en plus de supermarchés pour le même potentiel de clientèle. Quand le Spar d’Anthisnes a ouvert, j’ai perdu 16% de clientèle à Ouffet.
    Quand on regarde la route du Condroz aujourd’hui, outre l’Intermarché, on voit que le Delhaize et Aldi se sont agrandis, Carrefour et Okay ont ouvert... Je ne suis pas le seul à éprouver des difficultés. » Il regrette que la concurrence nesoit pas régulée. «La commune ne tient pas compte de ce paramètre, or il n’y a pas que des multinationales qui s’installent, il y a aussi des indépendants qui investissent leurs propres deniers. Sur un an, on a doublé le m2 alimentaire avec la même cible de clients. » L’Intermarché de Nandrin, qui s’est agrandi il y a un an, ne serait pas menacé. « Le magasin marche très bien. On a un bel outil, des atouts et des idées. Difficile d’impacter l’ouverture du Carrefour pour l’instant, on attend la mi-août. J’avais anticipé. L’objectif, c’est d’apporter quelque chose qui n’existe pas ailleurs ».
    Que vont devenir les cinq employés d’Ouffet en cas de fermeture? «Cela fait partie de la réflexion, voir s’il est possible de les reprendre ailleurs car ils sont formés et compétents. Si le magasin ferme, alors je devrai vendre le bâtiment.» ANNICK GOVAERS. La Meuse du 27 juillet.