Condroz Energies Citoyennes, GAL. Le château d'Ochain et 1.500 foyers clavierois alimentés par du... fumier

Alimenter 1.500 foyers et chauffer le Château-home d’Ochain : voilà ce que permettrait le projet de biométhanisation d’un agriculteur Tinlotois. Un chantier à 5 millions d’euros.

capture ecran 2016-08-20 à 20.46.06.jpgLe chantier du projet de biométhanisation de Ochain (Clavier) a débuté. Le terrassement vient d’être réalisé. Ce projet qui permettrait de fournir tout d’abord de l’électricité à 1.500 foyers. Une énergie qui serait directement injectée dans le réseau et proposée à la vente. En parallèle, la biométhanisation produira de la chaleur pour le Château-home. L’école d’Ochain et la menuiserie Olivier sont également des clients potentiels.

Le chantier du projet de biométhanisation de Ochain (Clavier) a débuté. Le terrassement vient d’être réalisé. Ce projet qui permettrait de fournir tout d’abord de l’électricité à 1.500 foyers.Une énergie qui serait directement injectée dans le réseau et proposée à la vente. En parallèle, la biométhanisation produira de la chaleur pour le Château-home. L’école d’Ochain e tla menuiserie Olivier sont également des clients potentiels. Globalement, le biogaz, couplé à un moteur de cogénération, produit de l’électricité (jusque600kWh) et de la chaleur. Elle nécessite des matières organiques issues des fermes telles que du fumier, du lisier et des déchets de cultures diverses ainsi que des tontes de pelouse. Il en ressort aussi un digestat que l’on peut étendre sur les champs comme fertilisant.

capture ecran 2016-08-20 à 20.52.54.jpgC’est une idée qui provient du GAL Pays des Condruzes, et qui a été reprise par le technicien agricole Grégory Racelle. «Une étude de faisabilité a été menée par le GAL il y a environ cinq ans», dit l’agriculteur tinlotois (d'Abée). «L’étude a déterminé que le site d’Ochain était idéal pour y construire un projet de biométhanisation.»I l explique que 21.500 tonnes de déchets par an suffiront à faire fonctionner la machine. «Entre10 et 15 fermes dans un rayon 10à20km offriront leurs déchets.Nous aurons de quoi assurer quatre fois plus que nos besoins.» Le Château-home d’Ochain marquait certes son intérêt, mais l’établissement ne voulait ni construire le projet, ni l’exploiter. C’est alors que Grégory Ra-elle a pris le relais. «Depuis 2009, je m’intéresse fortement à la biométhanisation», explique-t-il. «Ce n’est pas le secteur le plus florissant, mais je voulais faire quelque chose de durable et que je puisse léguer à mes enfants. Mon souhait était aussi de réconcilier les citoyens avec le monde agricole.» Le Tinlotois constitue alors la société Ochain Énergie. Il démarre son projet en 2013, mais a besoin d’investisseurs. «J’ai d’abord eu un contact avec la coopérative Émission Zéro au second trimestre 2015», dit-il. Avec 1.450 membres, celle-ci détient la majorité des parts dans ce projet de biométhanisation.«Nous avons ensuite obtenu le soutien de la coopérative Condroz Énergies Citoyennes, puis de Coretec» continue l’agriculteur. Il fait ensuite un emprunt auprès de la BNP et de Meusinvest. Coût total du projet: cinq millions d’euros. Alain Damay, administrateur d’Ochain Énergie, espère que le projet sera terminé en mars 2017.-J.G. (La Meuse du 20 août)

capture ecran 2016-08-20 à 20.53.04.jpgPhilippe Dubois, bourgmestre de Clavier, explique que la commune a soutenu le projet, notamment en «gérant le permis d’urbanisme. Nous avons ainsi eu des réunions pour que le site soit accessible de manière pratique, sans engendrer de nuisances. Il n’y a pas une habitation dans un rayon de 500m.» À ses yeux, ce genre de projet est en plein développement et offre une nouvelle conception de l’énergie. Toutefois, le bourgmestre indique que cela «n’apportera rien à l’agriculture. Les agriculteurs n’ont rien demandé. De plus, ils ont déjà leur digestat», dit-il.Il semble néanmoins satisfait que ce projet puisse profiter au château d’Ochain.-J.G.

D'autres infos

Les commentaires sont fermés.