Anthisnes: la commune doit replacer les mauvaises herbes sur le nouveau mur

Absurdités wallonnes

Les choses tournent au ridicule à la commune d’Anthisnes. Alors que les travaux de réaménagement urbain ont déjà commencé à la Ferme d’Omalius, la commune vient d’apprendre que la flore rupicole se trouvant sur un mur qui va être déplacé, doit être soigneusement enlevée, conservée et replacée dessus.

capture ecran 2016-10-02 à 23.53.28 - copie.jpg

Marc Tarabella, bourgmestre de la commune d’Anthisnes, n’en revient pas. « On vient de recevoir une lettre de la DNF de la Région Wallonne nous signifiant que si on déplace le mur, les ouvriers devront enlever soigneusement les mottes de terre et conserver cette flore rupicole pour la remettre ensuite sur le nouveau mur qui sera construit… Il faudra aussi concevoir une concavité de 20 cm en haut de mur pour les reposer », résume-t-il, sidéré.
La requête envoyée à l’administration anthisnoise est pourtant bel et bien sérieuse. Ce qui révolte les autorités communales, c’est que toutes ces formalités administratives retardent les chantiers.
 «Je suis pour la biodiversité, un étang va d’ailleurs est recréé derrière la ferme Laurent. Mais remettre des mauvaises herbes sur un mur en créant des aménagements pour les accueillir, il ne faut pas abuser ! Y en a marre à la fin de telles absurdités !»
C’est que ce n’est pas la première qu’une telle chose se produit et que la commune est contrainte de faire des changements suite à des décisions prises par la Région Wallonne. « Ce ne sont pas des changements de fond mais uniquement des petits points sur la forme. Mais tout ça retarde tout à chaque fois.»
Le dossier de la rénovation de la ferme Omalius fêtera ses 20 ans l’an prochain, et aura déjà connu pas mal d’embûches sur son passage. Le mur en question est fragilisé et au lieu de le consolider la commune a décidé de le refaire et de le déplacer de 10-15 mètres. «Il n’y a plus le sens de la mesure. Il faut penser à l’intérêt global. On parle ici de sauvetage du patrimoine. Il ne faut pas retirer un élément de tout cela, mais le voir dans sa globalité. Et puis, la nature reprend toujours ses droits, pas besoin de forcer les choses», conclut Francis Hourant, échevin des travaux. Quoi qu’il en soit, si la commune veut pouvoir poursuivre ces travaux, elle sera contrainte de remettre «ces mauvaises herbes» sur ce mur flambant neuf. Un travail qui ne coûtera pas plus cher, mais qui prendra plus de temps aux ouvriers communaux…- CYNTHIA CHARO (La Meuse du 1octobre)

Un autre dossier qui fâche avec la DNF:
Les travaux attendront que les poissons se soient aimés !

capture ecran 2016-10-02 à 23.59.12.jpg
Le petit pont de Tavier sur la Magrée

A Anthisnes toujours, après de longs mois et des années de réflexion et d'échanges teintés d'incompréhension avec la Région Wallonne, le permis de rénovation du petit pont de Tavier est délivré.
Ce n'est pas pour cela que les travaux vont rapidement débuter.
C'est la période de reproduction des poissons. Et ça, ça ne se discute pas ! Les travaux attendront donc... encore
Voir le reportage de RTC Télé Liège sur cette saga!

Les commentaires sont fermés.