• Football attention aux remises ce week-end !

    2924353520.jpegLe Comité Provincial prendra une décision samedi mais a déjà décrété les remises suivantes pour la période du 8 au 11 décembre 2017 inclus :
    – une remise générale en jeunes, réserves et Dames
    – en équipes premières : remise de la P2C, P3D et P4H
    Attention, une dernière mise à jour concernant les remises pour équipes premières sera faite ce samedi 9 décembre à midi.
    (Source: Comité Provincial Liège)

  • Condroz. Les annonces paroissiales du 8 au 15 décembre 2017

    Les Turcs pensent avoir trouvé le tombeau de saint Nicolas

    9.jpegUne équipe d’archéologues turcs pense avoir découvert de nouvelles pistes menant au tombeau de dans une église de Demre, l’antique Myre. Les chercheurs ont procédé à des analyses sous le sol de mosaïque qui indiqueraient l’existence d’un tombeau jusqu’ici inconnu.

    La tradition veut que les reliques de saint Nicolas aient été emportées au XIe siècle à Bari, dans le sud de l’Italie, par des marins italiens voulant les soustraire aux Ottomans musulmans qui avaient conquis la région. Le culte et les reliques de saint Nicolas se sont alors répandus dans toute l’Europe aussi bien dans l’Eglise latine que chez les orthodoxes.
    En revanche, nulle trace du tombeau de saint patron des écoliers… Mais les choses pourraient changer avec ces fouilles entreprises dans l’église de la ville turque de Demre (province d’Antalya), l’antique cité de Myre dont Nicolas a été l’évêque au IVe siècle. Afin de déterminer avec exactitude ce qui se trouve sous le sol de l’église, les archéologues devraient retirer chacun des carreaux d’une mosaïque aux détails complexes. Mais selon les responsables du département des antiquités de l’Autorité des monuments d’Antalya, les analyses préliminaires promettent une découverte majeure, rapporte le site du National Geographic.
    Un enjeu touristique majeur
    Ce n’est pas la première fois que les Turcs tentent de se réapproprier la figure de saint Nicolas qui vécut pourtant six siècles avant leur l’arrivée sur ce territoire de l’empire byzantin. En 2010, ils avaient tenté en vain d’obtenir la restitution des reliques de Bari, arguant qu’il s’agissait d’un bien culturel appartenant au patrimoine de la Turquie.

    Voir la suite sur Cathobel
    Autre article à propos de Saint Nicolas. La polémique en cours en Belgique

    Les brèves de l'Unité Pastorale
    Les offices ce week-end:
    Vendredi 8 décembre
    11h00  Tinlot
    15h00  Nandrin (seniorie)
    18h00  Ramelot
    Samedi 9 décembre

    18h00  Fraiture
    18h00  Villers-aux-Tours
    Dimanche 10 décembre
    9h00   Warzée
    9h00   Ouffet
    10h30 Ocquier
    10h30 Scry
    11h00  Fraiture (ADAP)
    UP_LOG_VERT_ORANGE copie.jpgConcerts de Noël dans nos églises
    - Le vendr. 15 déc. à 19h à l’église de Nandrin : Concert de Noël des enfants de l’école Sainte Adélaïde d’Ochain.

    - Le dim. 17 déc. à 17h à l’église de Tavier : Concert de Noël par la chorale La choranthisnes avec la participation de la chorale I Canta Storia de Seraing.
    - Le sam. 23 déc. à 20h à l’église de Nandrin : Concert de Noël de l’Elan Vocal avec la participation de l’Ensemble  Vocal Magna Vox et l’Ensemble Instrumental de l’Académie Marcel Désiron d’Amay
    Au Prieuré de Scry. En chemin vers Noël
    Le sam. 9 déc. de 15h à 18h. Temps de ressourcement :
    « Se préparer à accueillir Jésus nouveau-né sur les pas de la Petite Sainte Thérèse » avec Frère Syméon de la Fraternité St Jean (Banneux).
    Lors des messes de Noël
    - Collecte par enveloppe pour la revue de notre Unité pastorale Condr’aujourd’hui.
    - A Anthisnes et Ouffet, vente de jacinthes pour l’Asbl « Autre terre ».
    Les intentions de messes dans l'unité pastorale  du  8 novembre au 15 décembre 2017.

    Lire la suite

  • Que voudrait dire "Bien vieillir en 2045". Une vidéo prospective de l'IWPES à découvrir

    Après le "Salon Bien Vieillir au Pays de Condruses", qui a suscité de nombreuses questions sur nos attitudes par rapport au vieillissement, voici une importante étude de l'IWEPS et surtout une vidéo didactique,  pour nous aider à progresser dans notre "bien vieillir"...

    capture ecran 2017-12-04 à 12.01.46.jpg

    En Wallonie, selon les dernières estimations, en 2060, une personne sur quatre devrait être âgée de 65 ans ou plus et près d’une sur dix de 80 ans et plus. Soit plus d’un million de wallons et wallonnes pour la première catégorie et plus de 400 000 pour la seconde !

    Cover-Bien-vieillir-PUN.jpegFace aux défis engendrés par ce que certains n’ont pas hésité à appeler une « révolution grise », il est nécessaire de s’interroger sur l’évolution des dispositifs d’accompagnement des personnes âgées. Plus fondamentalement, la question du bien vieillir en Wallonie est posée.

    C’est en vue d’apporter un certain nombre d’éléments de réponse à celle-ci que l’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique a développé un programme de travail prospectif. Il a ainsi confié à une équipe interdisciplinaire de chercheurs universitaires la tâche d’identifier, sur la base d’un examen rigoureux de la situation régionale et des attentes de la population, les scénarios d’évolutions possibles et la mise en évidence des enjeux pour la région en matière de bien vieillir à l’horizon 2025-2045.

    Sébastien Brunet Administrateur Général de l'Iweps vient de publier une petite vidéo présentant cette étude prospective de l'IWEPS sur le vieillissement de la population... 

    "Bien vieillir en Wallonie ? 4 scénarios prospectifs".
    Que voudrait dire "Bien vieillir en 2045"? Voilà la question posée et les scénarios de réponses présentées en 5 minutes!

    capture ecran 2017-12-04 à 12.09.20.jpg

    capture ecran 2017-12-04 à 12.12.01.jpg

    Voir le site et l'étude complète sur iweps.be

  • Modave: la buse n'a pas survécu

    capture ecran 2017-12-03 à 14.43.22.jpg

    Une fin de l'histoire bien triste pour l'histoire relatée lundi sur ce blog à propos d'une buse prisonnières de fils barbelés rue des Aubépines à Strée. (source Modave info de Bruno Dal Molin)
     «C’est une dame qui promenait son chien qui l’a aperçue », raconte le chef des travaux
    Alain Houmard. "Un voisin avait tenté d’intervenir. Il avait dû renoncer suite aux coups de bec répétés de l’oiseau paniqué".
    On ignore depuis combien de temps le rapace était ainsi empêtré mais selon le chef des travaux, il devait se débattre depuis longtemps : «le fil barbelé était enroulé tout autour de son aile, impossible de le retirer, nous risquions de le blesser davantage ». C’est donc dans cet état, avec le fil barbelé enroulé profondément dans la chair, que la pauvre bête a été emmenée chez un vétérinaire de Pont-de-Bonne qui a dirigé les ouvriers communaux vers le centre de revalidation pour les espèces animales vivant à l’état sauvage de Hotton (CREAVES). L’équipe communale s’y est rendue avec la voiture de service. «À ce moment-là, l’oiseau était relativement calme. Nous l’avions emballé dans un drap et mon collègue le tenait sur lui », se souvient Alain Houmard. Malheureusement, en dépit de tous ces efforts, la buse n’a pas survécu à ses blessures.
    Lire la suite et l'article complet de M-Cl.G.dans la Meuse du 5 décembre ou dans l'édition digitale.

  • Sécurité routière. France, 80 km/h au lieu de 90 ? Le débat est lancé

    En Flandre, depuis le 1er janvier 2017, la limitation de vitesse à 70 km/h en dehors des agglomérations est devenue la norme sur les routes régionales gérées par la Flandre. La France choisira bientôt entre le 80 ou le 90 ! (Voir l'article sur ce blog)

    capture ecran 2017-12-05 à 18.09.54.jpg

    Les Français vont-ils devoir bientôt rouler à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur les nationales ou les départementales ? Une expérience est menée depuis deux ans, notamment sur une portion de la N7 dans la Drôme.  Une expérience a également été menée sur la N151 dans l'Yonne. En 2018, cette baisse de 10 km/h pourrait s'appliquer à toutes les routes françaises qui comptent une voie dans chaque sens, sans séparation centrale.

    capture ecran 2017-12-05 à 18.08.52.jpg

    La vitesse, premier facteur de mortalité routière
    Le but de la mesure est de diminuer le nombre de morts sur les routes. En 2016, 3477 personnes se sont tuées sur les routes de France, dont près des deux tiers sur les réseaux secondaires. "La vitesse est le premier facteur de morts sur les routes et le premier facteur de gravité des accidents", rappelle Chantal Perrichon, présidente de la ligue contre la violence routière. La France pourrait rejoindre prochainement plusieurs pays qui roulent déjà à 80 km/h sur les routes secondaires : l'Irlande, les Pays-Bas et la Suisse. La décision du gouvernement sera connue début janvier 2018.
    Source: France info