Les tests sonores des sirènes vont disparaître. Inscrivez-vous sur BE-Alert

Avec l'évolution des technologies madernes d'alerte et d'information, le réseau des sirènes autour des entreprises Seveso et nucléaire dera progressivement démantelé sauf pour les communes ou les entreprises qui voudraient en reprendre la gestion.

Par contre le réseau BE-Alert sera renforcé et intégré dans la politique 'information à la population. Ce système est maintenant opérationnel. Inscrivez-vous à BE-Alert sur www.be-alert.be.

 Test des sirènes ce jeudi 4 janvier

3917647332.JPGTinlot, comme de nombreuses communes condrusienes  se trouve dans les zones à risque situées autour des entreprises Seveso et nucléaire. Des sirènes d'alerte sont soumises à un test sonore le 1er jeudi de chaque trimestre. Elles seront actionnées entre 11h45 et 13h15.
Au moment de l'essai, la sirène diffusera un signal NBC (nucléaire, biologique, chimique). Il s'agit d'un son modulé strident qui est répété après une brève interruption. Un message parlé 'Signal d'essai' sera ensuite diffusé par les hauts-parleurs de la sirène.
Le SPF Intérieur gère un réseau d’environ 570 sirènes, installées autour des usines comportant des risques industriels importants (Seveso seuil haut) et des zones nucléaires à Doel, Mol-Dessel, Tihange, Fleurus, Chooz (France) et Borssele (Pays-Bas). Ces sirènes sont soumises à un test sonore qui a lieu le premier jeudi du premier mois de chaque trimestre.
Toutes les informations utiles sur le réseau d’alerte sont reprises sur  le site Internet www.centredecrise.be.
A l’occasion de  ces essais, vous pouvez faire part de vos observations via l'adresse E-mail suivante : alerte@ibz.fgov.be.
Inscrivez-vous à BE-Alert sur www.be-alert.be. (Voir ci-dessous)

BE-Alert

En situation d’urgence, l’alerte de la population est vitale. Chaque Bourgmestre, Gouverneur et le Ministre de l’Intérieur doit pouvoir alerter dans un laps de temps le plus court qu’il soit, un maximum de personnes concernées, avec un message uniforme, clair et concret. Pour atteindre cet objectif, les autorités doivent pouvoir compter sur des canaux diversifiés (haut-parleurs des véhicules d’intervention, sirènes électroniques, médias, sites web, médias sociaux, …)

Depuis mi-juin 2017, les autorités ont également la possibilité d’avertir la population, lors de situations d’urgence, par le biais de la plateforme BE-Alert. Ce nouvel outil d’alerte permet d’envoyer des messages écrits ou vocaux, via GSM, téléphones fixes, e-mails et/ou médias sociaux.

Inscrivez-vous à BE-Alert sur www.be-alert.be.

Les commentaires sont fermés.