Ouffet. Un public très nombreux et enthousiaste pour la superbe rénovation de la collégiale (album photo)

C'était l'évènement du week-end dans le Condroz pour les Ouffetois  et un moment très attendu pour toute l'Unité Pastorale du Condroz. Un an après l'incendie, c'est juste avant la fête de Noël que les importants travaux de rénovation ont été terminés.

capture ecran 2018-01-10 à 13.58.26.jpg

Le dimanche 7 janvier avait lieu l'inauguration officielle avec une messe festive présidée par  Monseigneur Jean-Pierre Delville dans une ambiance très chaleureuse. Au moins 300 personnes étaient présentes pour cette manifestation.

Claude Gonnay, secrétaire de la Fabrique d'église  a accueilli les participants et remercié tous les intervenants de cette restauration (texte ci-dessous)

Caroline Cassart, pour la Commune d'Ouffet, a refait un petit historique très instructif sur les origines de la collégiale Saint-Médard et remercié tous les acteurs et les différents intervenants de cette rénovation spectaculaire rondement menée. (voir le texte de son intervention ci-dessous bien apprécié l'assemblée).
Les 250.000 € octroyés par l'assurance ont couvert le montant des travaux effectués par entreprises... bien évalués et bien coordonnés à la satisfaction de tous. Il faut bien sûr y ajouter les travaux effectués par les ouvriers communaux qui ont été très présents au cours de cette année de chantier (fabrication d'une nouvelle porte d'entrée, nettoyage et enduisage de cire du mobilier, peinture de la sacristie etc...)

capture ecran 2018-01-10 à 13.59.17.jpg

Cette rénovation a nécessité également la réfection des orgues abimés par les suies et les fumées. Ouffet possède en effet des orgues exceptionnels. La restauration a été effectuée par  Jean-Sébastien Thomas et Arnaud Decock de la société Manufacture d'orgues Thomas à Stavelot. C'est le facteur d'orgues Arnaud Decock qui est revenu jouer de cet instrument lors de la célébration et qui ensuite a expliqué tout le travail réalisé au public présent.

capture ecran 2018-01-10 à 14.00.08.jpg

Une chorale de 40 chanteurs dirigée par B. Boutay

DSCN9386recadre.jpg

Lors du verre de l'amitié offert par la Conseil de Fabrique, les prêtres du Condroz, les différents corps de métier, les ouvriers et les mandataires communaux, ont exprimé leur satisfaction devant la rapidité et la coordination efficace d'un tel chantier. Chacun peut être fier du travail accompli qui fait de St Médard une des plus belles églises du Condroz, explique Armand Franssen, le curé de l'unité pastorale.

Voir l'album photo
Merci à Luc Herwats pour le reportage photos

capture ecran 2018-01-10 à 23.40.55.jpg

Voir également le reportage de RTC sur la rénovation

Lire la suite ci-dessous

capture ecran 2018-01-10 à 12.46.56.jpgIntervention de Caroline Cassart, Députée et Bourgmestre d'Ouffet

MonSeigneur, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, très Chers Ouffetois, Je suis heureuse de vous accueillir, en ce début d’année 2018 à l’occasion de la fin de la réfection de la collégiale Saint-Médard d’Ouffet.
En tant qu’Ouffetois, il va de soi que nous sommes attachés à notre patrimoine celui-ci doit être conservé et entretenu.
Je ne peux dire ces quelques mots sans vous parler un peu d’histoire :
L’histoire de l’église St Médard est intimement liée à celle de la collégiale St Martin de Liège. En 965, l’acte de sa fondation mentionne que l’évêque lui cède l’église d’Ouffet. Elle sera desservie par des chanoines.
Lorsque l’on s’attarde sur le passé de ce lieu saint, on remarque que cette maison de Dieu n’en est pas à sa première retouche.
En effet, après avoir été spoliée de tous ses biens, au 16è siècle, avec les guerres de religion, l’église a été reconstruite de 1775 à 1778. Seule a été conservée la moitié des bas-côtés (1).
En 1860, une importante restauration sera nécessaire car l’église est devenue trop petite. La tour sera également reconstruite.
En 1911, des travaux d’envergures seront encore réalisés. L’architecte Jamar fera notamment refaire complètement le chœur et agrandir le jubé pour y installer les nouveaux orgues (offerts par la famille Mercier-Plumier).
Malheureusement, il n’y a pas si longtemps, l’histoire de l’église Saint-Médard a connu un bien triste chapitre. Vous n’êtes pas sans savoir que le 13 janvier 2017, un incendie causé par un court-circuit au niveau de la chaudière s’est déclaré.
Cet incendie a dégagé beaucoup de suie et a endommagé l’orgue et la boiserie n’a pas résisté. Mais le clocher a toutefois été épargné par les flammes. Fort heureusement, la stabilité de la toiture et du bâtiment n’a pas été touchée.
Presque un an après cet incident, nous sommes réunis aujourd’hui pour inaugurer la réouverture de l’église. Et cela nous le devons à un travail d’équipe.
En effet, l’administration communale et la fabrique d’église ont très vite collaboré et pris le problème à bras le corps.
La première mission avant toutes décisions fut, évidemment, les réunions avec les assurances et les experts afin d’établir les devis nécessaires. Ceci a pris 4 mois.
En juillet, l’aspect administratif du dossier est finalisé, l’assurance nous indemnise à hauteur de 250.000,00€ TVAC (248.914,55€). Et fin août, un planning est élaboré afin de programmer l’exécution des travaux.
Une architecte spécialisée est intervenue pour les aspects délicats. Différentes étapes ont été coordonnées afin de respecter un timing :

  • nettoyage de toute l’église, y compris le mobilier
  • remise à jour de l’installation électrique,
  • remplacement de certains éclairages,
  • installation d’un nouveau système de chauffage,
  • réparation de la charpente et des travaux de menuiserie,
  • notre église a été replafonnée à certains endroits et entièrement repeinte sans oublier les orgues, d’une beauté exceptionnelle, qui ont été remis à neuf également.

Ce lieu saint peut désormais entamer une nouvelle année paré de nouveaux atours.
Pour cela, je tiens à souligner la bonne collaboration entre la fabrique d’église et l’administration communale. En tous cas, nous souhaitons remercier nommément le service travaux de la commune, Jean-Francois Dieudonné qui a coordonné tous les travaux, notre assureur, Mr Dockens dont la collaboration fut efficace et primordiale, l’architecte Mme Fellin, les entreprises Wallin, les entreprises Marquet, et toutes les personnes ou entreprises qui, de près ou de loin, ont pu contribuer à remettre sur pied cet élément important de notre héritage.
Face à ce genre de situation, se réunir est un début, rester ensemble est important, travailler ensemble constitue une réussite ! Merci à vous tous pour votre travail.
Cette réfection en ce début 2018 marque l’avènement d’un nouveau départ pour le village et chacun de nous. Les cloches sonnent à nouveau à Ouffet…. Bonne année.
Caroline Cassart
(1) (Le chapitre St Martin, les chanoines les surcéans et les manants soldèrent le prix des travaux.)

 

Mot d'accueil de Claude Gonnay, secrétaire de la Fabrique d'église.

capture ecran 2018-01-10 à 12.35.50.jpg

Claude Gonnay Sec.F.E.jpg

capture ecran 2018-01-10 à 12.42.49.jpgRéouverture de l’église d’Ouffet 7 janvier 2018
Homélie pour l’Epiphanie
Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

En ce dimanche de l’Épiphanie, nous fêtons la réouverture de l’église d’Ouffet et en même temps, nous célébrons la manifestation de l’identité de Jésus. L’évangéliste Matthieu nous dit que cette identité a été révélée à des mages venus d’Orient et guidés par une étoile. On pourrait se dire que cette église est un peu comme l’étoile qui a guidé les mages. Elle doit être une étoile dans notre village, qui guide les gens vers le mystère de Jésus et qui les invite à offrir à Dieu ce qu’ils ont de plus beau, qui les invite à être généreux et reconnaissants, comme les mages furent généreux et reconnaissants.
Ils nous montrent que pour découvrir le roi des juifs enfant, il faut ouvrir ses yeux et découvrir l’étoile qui nous guide ; pour le rencontrer il faut se déplacer, il faut se mettre en route. Que cette réouverture nous mette en route !
Mais il faut aussi ouvrir ses oreilles ; les mages en effet écoutent Hérode, les prêtres et les scribes ; d’après eux, cet enfant, c’est le messie. Les mages entendent ce message et se remettent en route. Que cette réouverture ouvre nos oreilles !
Notons que ce sont des non-juifs, ils viennent peut-être de Babylone, où l’on était spécialiste en astronomie. Les mages symbolisent donc les gens de toutes les nations et, spécialement les sages et les chercheurs de Dieu, de toutes les parties de l’humanité. Ils manifestent la valeur universelle de ce roi des juifs. Que cette réouverture ouvre nos cœurs à ceux qui sont loin !
Les mages offrent des cadeaux à l’enfant Jésus. Ils apportent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Ils font écho à ce que disait le prophète Isaïe : « Debout, Jérusalem, les nations marcheront vers ta lumière et les rois, vers la clarté de ton aurore (…), apportant l’or et l’encens » (Isaïe 60,1.6). Isaïe voit Jérusalem comme un lieu de rassemblement de l’humanité ; c’est une prophétie de la naissance de Jésus et de la venue des mages. Vous remarquerez que dans les cadeaux, il manque la myrrhe. En effet, quand l’évangéliste Matthieu reprend la prophétie d’Isaïe, il donne un sens symbolique aux cadeaux des mages : l’or symbolise la royauté de l’enfant, l’encens symbolise sa divinité, et la myrrhe symbolise la mort de Jésus, car c’est avec elle qu’on ensevelit les corps. Elle annonce donc le mystère de la mort de Jésus. Que la réouverture de cette église ouvre nos cœurs à Jésus, à la gratuité et à l’amour !
En effet, au-delà de leur recherche pacifique, les mages sont pris dans un drame, sans s’en douter. Hérode, le roi des juifs en exercice, est jaloux de cette découverte et veut utiliser les mages pour tuer l’enfant roi des juifs. La jalousie s’installe déjà et Jésus est menacé dès sa tendre enfance. Le récit anticipe la passion de Jésus. Que la réouverture de cette église ouvre nos cœurs à ceux qui sont dans la souffrance !
L’épiphanie de Jésus est en fait bien discrète. Il fallait l’obstination des mages pour le découvrir. Il fallait se fier à l’étoile ; puis se fier à la parole des chefs de prêtres et des scribes. Cette foi des mages a traversé l’histoire et les a immortalisés comme personnages de la crèche. La tradition leur a donné des noms : Gaspar, Melchior et Balthasar. Aujourd’hui, on les appellerait peut-être Armand, Jean-Luc, Caroline ! Chacun de nous peut s’y retrouver, car tout être humain est invité à être un chercheur de Dieu, quelle que soit sa race ou sa religion. Dans le monde actuel, qui est souvent sceptique et suspicieux comme Hérode, nous sommes invités à nous mettre en route comme les mages et à témoigner de la venue de Dieu dans nos vies.
Aujourd’hui, nous fêtons la réouverture de l’église d’Ouffet. C’est le signe d’un long travail qui a été fait pour arriver à cette rénovation. C’est aussi un défi pour la communauté chrétienne d’être à la hauteur de ce qu’on bâti nos prédécesseurs et de rendre notre foi vivante, comme ces pierres sont rendues vivantes grâce à la restauration. Être communauté chrétienne, c’est aussi témoigner de la foi chrétienne à travers le patrimoine exceptionnel que représente cette église et grâce à sa mise en lumière par les moments de célébration et les manifestations diverses.

Aujourd’hui, dès lors, je ne puis souhaiter qu’une chose, c’est qu’une bonne étoile vous guide tous comme elle a guidé les mages et qu’elle vous mène à rencontrer Jésus-Christ. Ainsi les mages nous ouvriront le chemin et tous nous pourrons rencontrer le Seigneur, qui se manifestera à nous par son épiphanie et éclairera chacune de nos vies. Amen !

Commentaires

  • Merci Alain pour ces belles photos ainsi que le bon et complet reportage!
    François

Les commentaires sont fermés.