Marcel, le roi de la frite, prend sa retraite à 75 ans!

capture ecran 2018-08-04 à 18.24.15.jpg

S’il a commencé à travailler à l’âge de 14 ans, c’est à 36 ans (en 1978 pour être précis) que Marcel Mossoux se lance dans la frite. Il s’endette pour reprendre une friterie à l’abandon sur la route du Condroz, à Nandrin (province de Liège), qu’il nomme «Chez Marcel».
«Au début, je ne vendais que trois sachets de frites à 25 francs le dimanche midi, j’ai cru que j’avais fait une grosse bêtise», nous relate le Modavien.
Heureusement, les affaires vont rapidement prendre et aller bon train, grâce à la qualité des frites et à l’espièglerie de Marcel, qui aime taquiner, surtout les femmes.
UNE SURPRISE LE DERNIER JOUR
Sa caravane devient une institution et l’est restée ! En effet, en 2001, il remet sa friterie à Jean-Pierre Dalla Costa, mais continue d’y travailler.«Il m’a demandé, j’ai accepté car j’étais encore assez en forme. Je le suis toujours aujourd’hui mais je me fatigue plus vite. Raison pour laquelle j’ai décidé d’arrêter.»
Sa dernière journée de travail, il l’a prestée le 29 juin dernier. Les patrons lui avaient réservé une surprise et lui ont offert une belle montre. En 40 ans de carrière, Marcel en a cuit, des frites. «Bien des tonnes mais je ne saurais vraiment pas dire combien», sourit-il.
Marcel Mossoux, qui soufflera ses 76 bougies le 19 octobre prochain,compte à présent profiter de sa famille et de sa caravane à Middelkerke.
ANNICK GOVAERS Lire la suite de la page consacrée à Marcel dans la La Meuse du 4 août.

Écrire un commentaire

Optionnel