Tinlot: une bière «de geek» qui stimule les neurones

capture ecran 2018-08-05 à 17.29.42.jpg

La science : voici un drôle de nom pour une drôle de bière à l’allure tout sauf banale. Elle est en fait le résultat d’une combinaison particulière : celle de deux scientifiques liégeois qui vouent une passion commune à ce breuvage. Ensemble, ils ont élaboré ce produit pour le moins atypique et surprenant.

« Une bière de geeks qui stimule les neurones », c’est ainsi que Lionel Clermont, un Tinlotois de 31 ans présente le produit qu’il a créé avec Pascal Blain, un Français âgé de 34 ans. Visuellement d’abord, la bière dénote : «  Sur les étiquettes, il y a un tableau noir rempli d’équations », expliquent-ils, « Pour la plupart des gens, ce sont des taches mais pour les scientifiques, elles ont une signification particulière car elles font référence à des choses connues qui ont révolutionné le monde de la science ». Il y a quatre étiquettes différentes jusqu’à présent : physique, chimie, mathématique et informatique. La biologie, la médecine et l’astrophysique devraient suivre.

Et à côté de ce tableau, on retrouve un « science fact », une sorte d’anecdote amusante en lien avec une discipline scientifique, des histoires que les deux ingénieurs du Centre Spatial de Liège ont accumulées au fil des mois : « Quand un confrère me racontait une chose surprenante, je la notais », se souvient Lionel Clermont, ingénieur en optique, « Saviez-vous, par exemple, que la température créée par un éclair est 5 fois plus élevée que la température de la surface du soleil ? Voilà typiquement le genre d’informations que l’on retrouve sur l’étiquette : c’est une manière d’apprendre en s’amusant et en buvant un coup ». Et chaque bière contient un « science fact » unique, ce qui fait des bouteilles des objets de collection.

L’idée de la créer est apparue dans l’esprit de ces deux scientifiques fin 2017 : « On occupe le même bureau, notre travail est complémentaire, je conçois les instruments spatiaux et lui les teste », raconte Lionel Clermont, diplômé à l’ULG, « Nous sommes de grands amateurs de bières alors on s’est dit qu’il fallait tenter un truc ensemble. »
Lire la suite dans l'édition de la Meuse digitale

Écrire un commentaire

Optionnel