Tinlot. Les plaques commémoratives de la guerre 14-18 dans nos villages

capture ecran 2018-11-09 à 16.26.36.jpg

A l'occasion du 100e anniversaire de l'armistice, Marcel Ponthier a rédigé pour les Tinlotois,
un petit historique des plaques commémoratives dans nos villages. Merci à lui !

Plaques commémoratives de la guerre 14-18

En avril 1919, la Députation Permanente de la Province de Liège propose au 344 communes de son ressort une circulaire relative aux initiatives et coûts de monuments commémoratifs. Elle invite donc de ne pas tarder à placer une plaque commémorative sur la façade de chaque maison communale pour honorer les victimes de la guerre.
Pour cela, elle propose que ses plaques soient les mêmes dans les villes aussi bien que dans les plus petites communes.
Afin de faciliter cette utilisation, la députation permanente propose d’offrir aux communes un fronton en fonte, dû au ciseau du sculpteur liégeois Oscar BERCHMANS.
Chaque commune devra prendre en charge les frais à résulter de la confection de la plaque en petit granit poncé, des inscriptions à y tailler et du placement, en se conformant aux instructions de l’architecte provincial.
Le fronton de bronze, réalisé par Oscar BERCHMANS, qui mesure 37 x 70cm, représente la tête de lion de l’armée belge (telle qu’elle figurait sur le casque de chaque militaire) tenant dans la gueule une branche de chêne, symbole de force et de solidité, ainsi qu’une branche de laurier, symbole de victoire et de gloire.
Le mufle est surmonté de l’inscription « N ‘OUBLIONS JAMAIS », avec dans les coins inférieurs « 1914 » et « 1918 ». La fine signature « Os. Berchmans » (parfois difficilement identifiable) est apposée sur le rebord au-dessous de la date « 1918 ».

capture ecran 2018-11-09 à 16.05.03.jpg

Le but de la Province était donc d’offrir aux communes une possibilité peu coûteuse de rapidement installer et inaugurer leur mémorial, tout en maintenant une certaine homogénéité.
Bien entendu, les communes n’étaient pas obligées de suivre la proposition de la Province.
Certaines communes ont, pour des raisons diverses, refusé le fronton provincial.

Dans notre entité de Tinlot, seules les anciennes communes de Abée-Scry, Ramelot et Soheit-Tinlot ont accepté l’offre de la Province.

La commune de Seny, qui n’a pas eu de victimes, a refusé pour, semble-t-il une question d’adaptation à l’architecture de sa maison communale et a fait placer une plaque en petit granit commémorant les volontaires, combattants et le prisonnier de guerre de ce village.

capture ecran 2018-11-09 à 16.07.02.jpg

 

En ce qui concerne la commune de Fraiture, elle n’a pas jugé bon de répondre à l’offre de la Province, étant donné que le village a eu la chance de ne pas avoir de victimes lors de la guerre 14-18.

Dans les autres anciennes communes de Tinlot, les plaques commémoratives ont été réalisées de plusieurs façons

La plus simple est celle de Ramelot qui honore un volontaire de guerre.

capture ecran 2018-11-09 à 16.10.05.jpg

 

Pour Soheit-Tinlot, on retrouve à droite sur la maison communale, le fronton Berchmans avec les noms des morts, déportée, volontaires et miliciens.

capture ecran 2018-11-09 à 16.15.19.jpg

Et curieusement, à gauche de cette plaque, on découvre un fronton, également en bronze, rappelant celui de Berchmans, avec une branche de laurier et l’inscription « 1940-1945 », ainsi qu’une plaque en petit granit poncé semblable à celle de 14-18 avec une reconnaissance pour les combattants, prisonniers, résistants, réfractaires et déportés, sans citation de leurs noms.

capture ecran 2018-11-09 à 16.12.21.jpg

Pour Abée-Scry, à l’ancienne maison communale, il y a aussi, à droite de la porte, le fronton Berchmans, honorant un soldat tombé au champ d’honneur ainsi qu’un autre soldat, mort sous les drapeaux, un peu après la fin de la guerre.

capture ecran 2018-11-09 à 16.18.07.jpg

La commune d’Abée-Scry a également fait apposer une plaque en petit granit de sa conception à gauche de la porte, rendant hommage « à ses intrépides combattants de 1914-1918 ».
Le fronton de cette plaque est également en petit granit et représente en bas relief, un lion rugissant, qui foule le drapeau belge mis à plat.

capture ecran 2018-11-09 à 16.19.13.jpg

MP le 8-11-2011

Écrire un commentaire

Optionnel