• Huy-Waremme l'évolution des revenus moyens par habitant, par commune

    capture ecran 2018-11-15 à 15.06.53.jpg

    Stabel, l’office belge de statistique, vient de publier les dernières statistiques fiscales qui portent sur les revenus de l’année 2016, soit l’exercice imposable 2017. Sans surprise, c’est à Nandrin que le revenu moyen par habitant est le plus élevé avec 22.374 euros, contre Engis, en bas du classement, avec 14.967 euros. En six ans, on voit également une évolution, et c’est à Berloz qu’elle est la plus frappante : 3.199 € de plus entre 2010 et 2016.
    L’ÉVOLUTION EN 6 ANS
    Depuis 2010, nos revenus ont heureusement augmenté. En six ans, l’ordre des communes en tête ou en bas de classement n’évolue pas, si ce n’est qu’Amay était un peu mieux positionnée en 2010. Intéressant de voir aussi que certaines communes sont descendues dans le tableau, à l’image de Crisnée, Burdinne, Anthisnes et Verlaine. D’autres, a contrario, réalisent une belle ascension. C’est à Berloz que le montant du revenu moyen a le plus augmenté, en euros : +3.199 euros entre 2010 et 2016. Relevons aussi la progression de Fexhe (+3.175), Donceel (+3.147), Héron (+3.147), Faimes (+3.054), Geer (+3.049), Remicourt (+3.031), Marchin (+3.027) et Hamoir (+2.927, qui reste néanmoins dans les moins riches).
    Pour établir ses statistiques, Statbel s’est basée sur les déclarations à l’impôt des personnes physiques rendues fin 2017, qui comprennent revenus imposables au titre de profession, revenus de remplacement, pensions, revenu cadastral, dividendes ou encore rentes alimentaires.
    Ce revenu moyen par habitant impacte la capacité d’investissement de nos communes. L’IPP (soit l’impôt sur le revenu) constitue en effet une de leurs principales rentrées d’argent. 
    Lire la suite de l’article d’ANNICK GOVAERS dans la Meuse digitale

  • Victimes de la route : l’AWSR rappelle les démarches essentielles après un accident

    capture ecran 2018-11-14 à 10.58.58.jpg

    Par son expérience, le département Information et orientation des victimes de la route de l’AWSR constate fréquemment que les assureurs RC-auto ne sont pas informés par leur(s) assuré(s) de la survenance d’un accident, même avec blessés. Il s’agit pourtant de l’une des premières choses à faire.
    À l’occasion de la Journée mondiale du souvenir des victimes de la route qui aura lieu ce dimanche, l’AWSR rappelle les démarches à accomplir après l’accident et revient sur le bilan de son service consacré aux personnes touchées par un accident de la route.

    15.000 victimes de la route par an
    En 2017, les accidents de la route ont fait près de 15.000 victimes directes en Wallonie, dont 289 ont perdu la vie. Entre les séquelles physiques, les démarches administratives et juridiques, « l’après-accident » est un véritable parcours du combattant que les victimes fragilisées physiquement et psychologiquement ne sont pas toujours en mesure de mener seules.

    S’entourer de professionnels est essentiel
    La lourdeur de la procédure, l’incompréhension de certaines démarches, le manque d’information peut parfois plonger les personnes fragilisées dans l’isolement et entrainer un sentiment d’abandon. Or, la liste des professionnels qui peuvent aider les personnes touchées par un accident de la route est longue. Le Département Information et orientation des victimes de la route de l’AWSR procure des informations précises, aide à accomplir les démarches importantes et renseigne l’existence des services spécifiques et professionnels spécialisés qui peuvent être activés, à toutes les étapes du parcours.

    4 ans au service des personnes touchées par un accident de la route
    Ce service existe depuis 2015. Il se met gratuitement à la disposition de toute personne touchée par un accident de la route ayant entraîné des dommages physiques et/ou psychiques et ce, quel que soit le temps écoulé depuis l’accident. Il s’agit d’un service unique en Wallonie. En bientôt 4 ans, l’équipe composée de juristes et de psychologues a pris en charge 630 dossiers, sachant que derrière une personne impliquée, c’est tout un entourage qui est impacté.

    Que faire après un accident ?
    Le Département Infovictimes de l’AWSR a compilé quelques obligations et conseils utiles pour faire face à « l’après-accident ».
    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Badminton: nouveaux horaires à partir du lundi 3 décembre 2018

    capture ecran 2018-11-12 à 16.19.39.jpg

    Nouveaux horaires de BADMINTON à partir du lundi 03 décembre 2018 et nouveau numéro de téléphone

  • Condroz: pharmacies et Poste Médical de Garde, les 17 et 18 novembre 2018

    91647500.2.jpg

    Depuis le 12 mars 2016, le rôle de garde des médecins est organisé au poste médical de garde du Condroz pour les habitants des communes de : ANTHISNES, CLAVIER, MARCHIN, MODAVE, NANDRIN, NEUPRE, OUFFET, TINLOT.
    Ouvert uniquement sur rendez-vous les samedis, dimanches et jours fériés de 8.00 hrs à 22.00 hrs.
    Il se situe rue de Dinant 106 à 4557 ABEE-SCRY : suivre fléchage poste médical de garde (bâtiment du CRT).
    Téléphone : 0471/75.02.68
    Des visites à domicile sont toujours possibles pour les personnes totalement incapables de se déplacer.
    Quelques rappels importants :
    Un poste de garde c'est : des médecins disponibles pour les soins non urgents ne pouvant attendre 24 ou 48 hrs pour être pris en charge.
    Pour les situations médicales aiguës, il faut toujours appeler le 112.
    Un poste de garde ne peut assurer les services suivants :
    * Rédaction de certificat d'aptitude sportive.
    * Rédaction d'ordonnance ou tout document autre que ceux en relation avec la pathologie ayant nécessité la consultation de week-end.
    * Consultation de "confort" (par facilité par rapport à la semaine).
     Pour les pharmacies de garde proches de chez vous,
     consultez le site   pharmacie.be
    1016242464.jpg