• Annonce. La boulangerie mille et une saveurs sera fermée toute la semaine du 14 au 18 janv.

    capture ecran 2019-01-13 à 16.46.39.jpg

    La boulangerie pâtisserie "Mille et une saveurs", au Pont-de-Bonne, sera fermée du lundi 14 janvier au vendredi 18 janvier 2019 inclus.

  • Fraude présumée à La Zone de police du Condroz

    La Zone de police du Condroz est actuellement secouée par une affaire de fraude présumée.
    L’ancien chef de corps de la Zone de police du Condroz, l’Ouffetois Philippe Prévot, et un officier-adjoint auraient acheté des vêtements civils sur le compte de la Zone de Police. Ils sont actuellement tous les deux en maladie et attendent leur pension.

    capture ecran 2019-01-11 à 16.41.32.jpg

    « En août 2014, l’ancien chef de corps a demandé que les policiers qui sont en représentation puissent acheter des vêtements civils. La masse d’habillement des policiers est régie par une loi fédérale qui attribue un quota de points, environ 35.000 par an, à chaque policier pour ses vêtements. Le collège a accepté tout en insistant que cela devait être fait dans le respect strict de la législation », explique Philippe Dubois, président de la Zone de Police du Condroz.
    Le hic, c’est qu’il y a un an, le collège de police a constaté une explosion des montants de cette masse d’habillement qui s’est poursuivie lors des budgets suivants.
    « Il y avait une relation de confiance avec l’ancien chef de corps. Le collège a toujours travaillé sur base des rapports qu’il nous présentait. Il y a à présent une présomption d’abus et nous savons que nous avons reçu de mauvaises informations », ajoute Philippe Dubois.
    « Fin de l’année 2018, lors de deux comités de concertation de base, l’autorité nous a informé qu’elle avait constaté cette explosion budgétaire de la masse d’habillement. Pour une zone de police à taille équivalente, le budget est de 40.000€ (NDR : il est de 85.000€ en 2019). Le président de la zone nous a indiqué qu’il fallait tenir compte que 10 à 12 agents ont été engagés ces dernières années mais cela n’explique pas tout », indique Fabrice Discry, délégué permanent SNPS.
    « La Zone de Police du Condroz a fait le choix de ne plus s’adresser à la police fédérale mais a lancé un marché public qui a été remporté par une société. Cela coûte plus cher mais la qualité est meilleure », précise Fabrice Discry.
    « Je suis outré par ces dépenses effectuées par l’ancien chef de corps et un officier adjoint sur le compte de la Zone de Police ! Je préfère que cet argent soit utilisé pour acheter du matériel de protection et de sécurité des policiers ou pour payer les heures supplémentaires, s’il y en a. Ces pratiques portent atteinte à l’image de la police alors que tous les autres policiers de la Zone du Condroz sont intègres. Je mettrai ce point à l’ordre du jour du prochain comité de concertation de base », prévient encore le délégué syndical.
    « Nous avons prévenu la tutelle de ces problèmes budgétaires en avril dernier. Nous ferons toute la lumière sur ce qui s’est passé et nous voulons rassurer la population. Un Conseil de Police s’est tenu ce mardi soir et à l’unanimité, les dix bourgmestres ont décidé de se faire assister d’un avocat pour gérer la situation. Une commission interne, chargée de l’habillement, va être mise en place avec tous les partenaires concernés, y compris les organisations syndicales avec qui nous avons de bonnes relations », annonce Philippe Dubois.
    A noter que Philippe Prévot que nous n’avons pu joindre, n’a toujours pas été remplacé par le Liégeois Paul Carral Vazquez après plus de deux ans d’attente. « Nous attendons toujours la signature de l’arrêté royal et sa parution au Moniteur. Si le Roi pouvait signer rapidement, cela apporterait de la sérénité dans la Zone de Police du Condroz et cela permettrait de faire avancer les choses », conclut Fabrice Discry.

    Article de Marc Gérardy dans la Meuse du 9 janvier.
    Lire également dans cet article: Suspension du prononcé pour Philippe Prévot en 2015

    L’ex-chef de zone réagit!
    « Je me demande pourquoi cette prétendue affaire sort maintenant, s’insurge Philippe Prévot. Tous les achats ont toujours été effectués en totale transparence. (...) Le Collège était au courant, ou alors ils signent des documents sans les lire… » Lire la suite ci-dessous
    .

    Lire la suite

  • Seny, place du Baty. L'abattage de deux peupliers devenus dangereux

    capture ecran 2019-01-11 à 09.08.58.jpg

    Suite au passage du Département Nature et Forêts et la commission Royale des Monuments - car la place du Baty est classée- la commune a reçu ordre d'abattre en urgence les deux peupliers sur la place de Seny pour des raisons de sécurité. Cette décision avait été annoncée dans le T4S de décembre.
    Depuis jeudi, l'abattage de ces peupliers est en cours. Les photos nous montrent que les bonnes décisions ont été prises, car si de l'extérieur rien n'était visible, les arbres étaient rongés de l'intérieur. 

    capture ecran 2019-01-11 à 09.04.25.jpg
    C'est un indépendant de Soheit-Tinlot, Olivier Poty, "élagage et abattage d'arbres", qui a été chargé de réaliser le travail.
    Photos L.Walhin

  • Tinlot. Quelques données officielles pour 2018

    capture ecran 2019-01-07 à 17.54.39.jpg

    Au conseil du 19 décembre, le rapport du collège, accompagnant le budget 2019, comportait quelques chiffres officiels concernant la commune.
    Population :
    Habitants au 31 décembre 2016 : 2.694
    Habitants au 31 décembre 2017 : 2.710
    Habitants au 31 décembre 2018 : 2.791 (chiffre provisoire)
    Accroissement ou diminution au 18/12/2018 :
    202 personnes ont été inscrites à la population pendant l’année 2018 + 14 étrangers.
    115 personnes ont quitté dont :
    -    4 sorties pour l’étranger
    -    2 radiations d’office
    -    7 sorties d’étrangers
    Etat civil  au 14/12/2018 :
    Naissances : 23 dont  10 garçons et 13 filles
    Décès : 43 dont 15 hommes et 28 femmes
    Mariages : 12.
    Divorces : 4
    Nationalités : 0.
    Hygiène :
    Vaccination : Dans le cours de l’année, l’Administration a averti tous les parents de l’obligation de vacciner leurs enfants.
    Inspection médicale scolaire : L’inspection médicale scolaire est assurée par le centre d’inspection médicale de Huy.
    Le Conseil communal s’est assemblé 10 fois en séance publique durant l’année 2018 et le Collège communal s'est réuni 40 fois.

  • "Week-end sans alcool au volant ", contrôles annoncés dans tout le pays jusque lundi

    capture ecran 2019-01-11 à 17.01.27.jpg

    La police, tant fédérale que locale, organise une nouvelle édition du «week-end sans alcool au volant». Celui-ci débutera ce vendredi à partir de 18h pour se terminer lundi à 6h du matin. 
    «Pendant 60 heures, de nombreux contrôles alcool seront organisés dans tout le pays, aussi bien sur les autoroutes que sur les routes secondaires», avertit la police fédérale. Lire la suite dans la Meuse digitale

  • Le Cortil, offre d'emploi

    46520264_2216116072000717_5740599669461876736_n.jpg

  • Six jeunes Condruziens au départ du rallye humanitaire 4L Trophy

    48008856.jpg

    Dans un mois et demi, Axelle Godelet (20), Charles Godelet (22), Élise Deraux (23), Océane Hardenne (23), Loïc Dethier (21), Gautier Maillen (25), prendront la route de Biarritz à bord de 3 Renault 4L entièrement rénovées par leurs soins pour le grand départ du 4L Trophy, le 21 février prochain.
    (Voir article précédent sur ce blog. Soutenez les 4X4L du Condroz. Rendez-vous à Ouffet les 12 et 13 mai)

    2931025511-1.jpg
    Les équipages des  4x4L du Condroz:
    - Elise Derauw et Océane Hardenne (Fraiture et Ocquier)
    - Gautier Maillen et Loïc Dethier (Ocquier et Nandrin)
    - Florian Colemont et Damien Calbert (Villers-le-Temple)
    - Axelle Godelet et Charles Godelet (Strée)
    Parmi cette équipe, les deux cadets (Florian et Damien) ont décidé de postposer leur départ à 2020

    S’il reste encore beaucoup de travail, l’impatience et le stress commencent tout doucement à se faire sentir. « On est vraiment impatients d’y être. C’est un projet qui rythme nos vies depuis plus d’un an et sur lequel on travaille d’arrache-pied depuis 6 mois. On a toutefois pas mal de stress à gérer, surtout la peur de ne pas récolter suffisamment de fonds pour se parer à toutes les éventualités », explique Axelle Godelet. En effet, pour participer au 4L Trophy, l’inscription s’élève à 3.500 euros par voiture, sans compter les différents frais extérieurs et la réparation des véhicules.
    Pour rappel, le 4L Trophy est un rallye-raid automobile humanitaire se déroulant au Maroc et exclusivement réservé aux étudiants entre 18 et 28 ans. Le but n’est pas d’aller le plus vite possible, mais de rallier l’arrivée avec à son bord 50 kg ou plus de fournitures scolaires destinées à l’association « Enfants du désert ». Le tout pendant 10 jours, soit près de 10.000 km à effectuer en Renault 4L.

    Ils doivent encore récolter 20.000 euros en un mois
    Afin de rendre possible ce voyage humanitaire au cœur du désert, l’équipe du 4x4L a besoin de soutien financier. Pour cela, les 6 jeunes aventuriers doivent encore récolter 20.000 euros pour subvenir aux différents frais. « On a besoin de pièces pour les voitures mais aussi du matériel pour partir et des médicaments », souligne Loïc. « Il y a plusieurs manières de nous aider. Les gens peuvent nous parrainer en échange d’une somme avec en contrepartie un espace sur nos véhicules mais nous avons aussi besoin de médicaments pour se parer aux éventuelles maladies et problèmes lors du rallye », renchérit Charles.
    Pour les soutenir, vous pouvez faire un don via : BE77 0017 8394 0942. Vous pouvez également joindre l’équipe au 0479/55.99.63.

    Une soirée de départ à Hody
    Le 26 janvier prochain, dès 20h, les 4x4L organisent la Winter Break Party afin non seulement de fêter la fin des examens mais aussi de se réunir une dernière fois avant le grand départ. L’occasion également pour l’équipe de remercier toutes les personnes qui ont contribué à leur projet, de près comme de loin.
    La soirée aura lieu au nº20 Chemin du Moulin à Hody avec la présence des Dj’s Charl-X ft. TaWfik, Fast Radio Burst, Scrakix, Stormy B, Soakin. Prévente vendue 5 euros. Plus d’informations sur la page Facebook 4x4L du Condroz ou sur la page Winter Break Party.
    Lire l'article complet de LA.MA dans la Meuse digitale

  • Coup d'oeil sur le week-end des 11, 12 et 13 janvier 2019


     La météo du week-end  

     Bon temps pour les nappes fréatiques ...

    capture ecran 2019-01-11 à 00.55.59.jpg

    Durant la soirée de jeudi et durant la nuit de jeudi à vendredi, des chutes sont prévues de neige au sud du sillon Sambre et Meuse. Ces averses hivernales quitteront le pays vendredi matin.
    Prudence donc si vous prenez la route ! En savoir plus

    IMG_4170.png

     

    Iles de Paix. Campagne 2019:
    les 11, 12 et 13 janvier

    capture ecran 2019-01-07 à 16.37.30.jpg

     

     

     

  • Football. Le Fraiturois Jonathan Lardot, numéro 1 de l'arbitrage belge

    capture ecran 2019-01-09 à 19.42.25.jpg

    Depuis les affaires qui ont secoué le football belge, le Fraiturois Jonathan Lardot est devenu le numéro 1 de l’arbitrage. Ce titre, il ne le doit pas qu’au déclassement de Bart Vertenten et de Sébastien Delferière. Sa désignation pour siffler la finale de la Coupe de Belgique entre le Standard et Genk et son titre d’« Arbitre de l’Année » sont autant de preuves de ses progrès et de son travail.
    Interview Laurent Maes, La Meuse H-W

    Jonathan, 2018 est la meilleure année de votre carrière puisque vous avez été désigné pour arbitrer Standard-Genk, en finale de la Coupe de Belgique, et que vous avez été élu « Arbitre de l’Année » en fin de saison dernière. Comment qualifiez-vous l’année 2018 ?
    Elle a été très bonne au niveau belge mais je peux mieux faire au niveau européen. Je garde quand même un goût mitigé sur certains points. D’une part, je suis très content de la reconnaissance qui m’a été adressée via ce titre d’« Arbitre de l’Année ». Je suis également très heureux d’avoir pu arbitrer la finale de la Coupe, même s’il faisait très froid. C’était une belle récompense et une belle opportunité. J’espère qu’il y en aura d’autres. Par contre, certaines histoires m’ont touché. Veljkovic (N.D.L.R. : le manager impliqué dans le footbelgate au même titre que deux arbitres, dont Vertenten) a essayé de salir mon image. Il a contacté Genk en disant que j’étais supporter du Standard et qu’il fallait que le club pousse pour mettre Vertenten à ma place. Je ne l’ai appris, via les journaux, que quand les affaires ont éclaté.
    Ces affaires, vous vous y attendiez ?
    Absolument pas. Je n’ai rien vu venir, le monde extérieur non plus. Je n’avais aucun soupçon. Bien sûr, j’avais vu les phases litigieuses dont on a beaucoup parlé par la suite. Mais je les considérais comme des erreurs humaines, pas intentionnelles.
    Comment avez-vous réagi à ce moment ?
    La première phase, c’est de la surprise, des interrogations, on se demande pourquoi ils ont fait ça et ce que cela leur apporte… si cela se vérifie. Ensuite, on attend les confirmations. La dernière étape, c’est d’attendre les vérités et les sanctions puis de tourner la page.
    Depuis que la bombe a éclaté, cela complique votre tâche sur le terrain ?
    Le premier match, oui. Depuis, c’est retombé comme un soufflet et c’est mieux ainsi. Continuer à en parler leur ferait de la pub, donc c’est mieux de ne pas en faire. Arbitrer n’est pas plus difficile qu’avant.
    Et votre titre d’« Arbitre de l’Année », vous vous y attendiez ?
    Non. Nous étions 3 arbitres invités par la Pro League : Van Driessche, Vertenten et moi. Nos chances étaient équivalentes. Je n’espérais pas l’avoir pour ne pas être déçu mais c’est très agréable d’être reconnu pour son travail. Un trophée individuel, c’est peu courant pour un arbitre.
    Depuis que Delferière et Vertenten sont dans l’œil du cyclone, on vous confie plus de matches au sommet. Vous êtes vraiment LE numéro 1 belge ?
    Oui. J’ai la confiance de la direction de l’arbitrage donc je me sens plus en confiance, donc je fais de meilleurs matches… C’est une spirale positive. Mais ce statut ne me met pas une pression supplémentaire sur les épaules. Demain, ce sera peut-être un autre. J’essaie de ne pas y penser…
    Au niveau européen, vous estimez pouvoir faire mieux. Pourrait-on vous voir prochainement siffler en Champions League ?
    Pas dans les prochains mois. Pour arbitrer à ce niveau, il faut faire partie de la catégorie Élite. Pour l’Europa League, il faut être de catégorie 1. Moi, j’appartiens à la 2, qui permet de diriger des matches entre l’été et le mois de janvier. Je dois donc attendre de monter de catégorie. Mes rapports ont, en général, été bons mais j’ai raté des cartes lors de mes 2 dernières rencontres (Irlande-Autriche en Nations League et Larnaca-Zurich en Europa League).
    Heureusement, rien n’a influencé le résultat, au contraire. Ce sont des points techniques, des détails qu’il faut travailler pour progresser. Il faut être exigeant envers soi-même dans l’arbitrage, comme dans le travail ou dans l’éducation des enfants, afin de ne pas nourrir de regrets. Je ne sais pas pourquoi j’ai soudainement régressé. La fatigue ? Les éléments extérieurs ? A présent, c’est la trêve et elle va faire du bien car, en plus de l’arbitrage, j’ai été débordé avant les fêtes vu que je travaille dans le chauffage. J’étais encore moins à la maison…
    Vous voir dans quelques années dans un grand tournoi, du style de l’Euro ou de la Coupe du Monde, est-ce possible ?
    Pour 2020, c’est impossible d’avoir un arbitre belge. Les instances européennes et mondiales travaillent déjà avec leur groupe d’arbitres. Au mieux, ce sera en 2024. D’abord, il faut intégrer la catégorie Élite puis livrer de bonnes prestations pour monter dans le ranking (classement).
    Lire la suite et l'article complet dans la Meuse digitale

  • Condroz. Les annonces paroissiales du 12 au 18 janvier 2019

    Agenda

    Affiche Présentation recherche de sens 28-1-2019  fond couleur.jpg

    Conférence Saint Vincent de Paul
    Une « Conférence St Vincent de Paul » existe au cœur de nos villages condruziens pour soutenir les personnes en difficulté. Elle recherche de nouveaux membres. Intéressé(e) ? N’hésitez pas à prendre contact avec Anne-Marie Nihoul (04 371 50 71) ou Josy Noiset (085 51 26 46). Vous souhaitez soutenir financièrement ce projet ? Un don est possible sur les n° de compte suivants : BE 31 1030 3712 0655 (conférence de Saint-Séverin) et BE91 7326 1625 3276 (conférence de Nandrin-Tinlot).
    UP_LOG_VERT_ORANGE.jpgLes brèves
    Solidarité
    - Les 12 et 13 janv. : vente des modules « Iles de paix ».
    - Les 26 et 27 janv. : vente de feutres pour l’action Damien.
    Nous accueillerons dans la joie du baptême :
    Le dim. 13 janv. à 14h à l’église de Vien : Sacha VERMEULEN.
    Les petits curieux de la foi : le dim. 13 janv. de 16h à 17h15 à la chapelle de Villers-aux-Tours.
    Temps d’éveil à la foi pour les tout-petits et leurs parents autour de la fête de l’épiphanie.
    Au Prieuré de Scry
    Le dim. 13 janv. à 16h: Echange des vœux et goûter (auberge espagnole).

    Les célébrations  du week-end
    Samedi 12 janvier
    18h00 Ramelot
    18h00 Villers-aux-Tours
    Dimanche 13 janvier

    09h00 Warzée
    09h00 Ouffet
    10h30 Ocquier (messe des fam.) 
    10h30 Scry
    11h00 Fraiture (clinique) : ADAP
    Les intentions de messes dans l'unité pastorale du 12 au 18 janv. 2019 (voir ci-dessous)

    Lire la suite

  • Tinlot. Vandalisme à Seny. Dégradations au cimetière, à l’église l’été dernier, boîtes à livres, cela suffit!

    La Meuse Huy-Waremme a fait écho aux actes de vandalisme à Seny et interviewé André Dumont, Président du CCT.
    Les vandales ont encore sévi dans le petit village de Seny (Tinlot). Après les dégradations au cimetière puis à l’église Saint-Pierre l’été dernier, ils ont cette fois saccagé des boîtes à livres qui venaient d’être installées juste avant les fêtes. Des actes qui révoltent André Dumont, le président du Comité Culturel qui a concrétisé ce projet de boîtes à livres.

    Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois.

    Le spectacle est désolant. Sur la place du Baty à Seny (Tinlot), le meuble recyclé en boîte à livres a été complètement explosé. Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois sur le sol.
    « Nous avons fait ce triste constat en fin de semaine dernière. Mais je viens d’apprendre ce lundi que la deuxième boîte à livres a également été saccagée », déplore André Dumont, le président du Comité Culturel de Tinlot. « C’est triste, révoltant. Un acte gratuit ! C’est le comité du Baty qui avait réaménagé un ancien meuble pour en faire une boîte à livre. Il n’a sans doute pas fallu 2 minutes pour démolir ce meuble. Il a fallu des heures et des heures pour le fabriquer, l’aménager, l’installer. S’attaquer à une caisse en bois, c’est très peu courageux, c’est trop facile ! S’attaquer à une boîte à livres, c’est détruire ce qu’elle contient et qui fait notre intelligence, ce qui fait qu’on peut devenir une personne capable de penser, de réfléchir, de comprendre et d’aimer… »

    Edition numérique des abonnés
    Blog Tinlot

    Ce n’est pas la première fois que le petit village de Seny est victime de dégradations. « La dernière fois, c’était l’église Saint-Pierre l’été dernier », rappelle André Dumont. En effet, de la cire de bougie avait été répandue sur les murs et sur les statues, des fleurs et du mobilier avaient aussi été vandalisés.
    Lire aussi Vandalisme à l’église de Tinlot: de la cire sur les statues
    « Visiblement, il y a une bande de voyous qui cible Seny. Une plainte a été déposée. J’espère que la police va pouvoir mettre la main dessus ».

    Le Comité Culturel de Tinlot a installé des boîtes à livres dans les différents villages de la commune condruzienne juste avant les fêtes. « L’idée avait été lancée voici un peu plus de quatre ans. Elle est revenue sur la table en 2018 et cela s’est concrétisé avant Noël. Il reste encore à en installer une à Scry, et puis, nous allons en remettre à Seny. J’ai fait un petit tour récemment dans les différentes boîtes et elles fonctionnent déjà. Certains livres sont partis et d’autres sont arrivés. C’est une bonne chose », conclut André Dumont.
    Souhaitons à présent que ces boîtes ne soient plus victimes de vandalisme.
    Appel à témoin

    Vous avez vu quelque chose? Contactez la police !
    La police de proximité de Tinlot lance un appel suite à ces deux boîtes à livres vandalisées dans le village de Seny (sur la place du Baty et à Coënhez) pour tenter d’identifier les auteurs des faits. « Nous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau depolice à Tinlot entre 08h00 et 12h00 et 13h00 et 17h00 du lundi au vendredi via le numéro de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail à l’adresse sui- vante: police@tinlot.be. Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101. » A bon entendeur !
    Article complet dans la Meuse du 8 janvier 2018.

  • Enquête en ligne de satisfaction pour le GAL Pays des Condruses

    capture ecran 2019-01-07 à 17.31.21.jpg

    Le GAL Pays des Condruses est déjà à mi-parcours de sa programmation actuelle. Dans ce cadre, un questionnaire en ligne a été édité afin d'obtenir un retour des habitants du territoire.Le formulaire est disponible ici :

    capture ecran 2019-01-07 à 17.29.28.jpg

    Cliquez ici


    C'est court mais nous sera très utile pour continuer à travailler au plus proche de vos préoccupations.,
    D'avance merci pour votre collaboration,
    Pour le GAL Pays des Condruses,
    Geoffroy Germeau