Communes voisines, arrondissement - Page 5

  • Modave ce week-end: Repair Café et Théâtre Wallon

    3e Repair Café à Modave
    Samedi 22 avril 2017 de 13h à 17h, salle Bois Rosine à Strée

    Rejoignez-nous au 3ème Repair Café de Modave .
    Vous connaissez tous une cafetière qui ne chauffe plus, un grille- pain qui ne grille plus, une montre qui n'indique plus l'heure, une tirette qui déraille, un ordinateur qui se met en grève, une cisaille qui ne coupe plus... et plein d'autres objets qui se moquent de vous. La plupart du temps, tout cela est réparable et ne doit pas être remplacé !
    Un Repair café, ce sont des bénévoles qui se réunissent, avec leurs outils et leur enthousiasme, pour aider les citoyens à réparer leurs objets cassés, en panne.
C’est aussi une manière sympathique et conviviale de faire connaissance, de recevoir des conseils et de lutter concrètement contre le gaspillage. www.repaircafe.be/fr   

    Capture d’écran 2017-04-19 à 10.16.30.png

    Samedi 22 avril 2017, 20h Salle "Les Echos du Hoyoux"
    "Abèye ça presse" de Christian Derycke

    La pièce que nous allons vous présenter sera une fois de plus comique et pleine de rebondissements.
    Pour être bien placé, n'oubliez pas de réserver le plus rapidement possible. Les places sont numérotées, donc les premiers à téléphoner seront les mieux placés.

    RESERVATION: Rina Porcelli 0473/85 25 56 ou François Cantin (après 18h) 085/41 15 91
    Lorsque vous passerez par la salle "Les Echos du Hoyoux", soyez sûrs que la troupe et leurs amis vous recevront comme il se doit. Les acteurs donneront le meilleur pour que le rire soit omniprésent tout au long de la soirée.
    Bon amusement à tous avec les Djoyeûs Scolîs. (En savoir plus)

  • Ouffet. Cartes postales d’autrefois et photos d’aujourd’hui, exposition les 22 et 23 avril

    Capture d’écran 2017-04-19 à 20.40.15.png

  • Le village de Terwagne écrit une page de son histoire.

    La salle Le Rôpa de Terwagne était comble dimanche  après-midi pour  la présentation du livre «100 ans de vie à Terwagne». 250 personnes s'étaient donné rendez-vous pour des retrouvailles exceptionnelles.

    capture ecran 2017-04-11 à 01.45.40.jpg

    «On avait eu des échos de personnes qui allaient se déplacer. Mais honnêtement, on ne s’attendait pas à autant de monde», se réjouit Agnès Paris (67), secrétaire du Cercle historique et culturel de Terwagne.
    UN MOMENT «HISTORIQUE»
    «Toutes sortes de rencontres se sont produites ce dimanche. Il y avait des jeunes, des moyennement jeunes et des personnes de 90 ans», décrit la secrétaire. «Ils étaient ravis de se retrouver. C’était gai de voir leurs émotions.»
    Agnès Paris a ainsi retrouvé des personnes de son école primaire. «Je crois que la taille du village fait que, enfant, je connaissais tout le monde», explique-t-elle. «Aujourd’hui, beaucoup d’enfants viennent d’autres communes certes, mais cet esprit de petit village demeure.»
    Elle évoque également une vie associative riche. «Les animations rurales, la troupe théâtrale, la chorale, tout ça était autant de prétextes pour se connaître».
    Des activités qui restent abondantes, affirme le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois. «En plus d’être fort actifs, les comités de Terwagne sont très intergénérationnels», observe-t-il. «Terwagne a toujours eu une âme de village autonome. Est-ce le fait d’être en bordure de la Grand’route qui fait cela?»
    Le bourgmestre considère la journée de dimanche comme un moment «historique». «Nous vivons dans une société de communication instantanée, mais du coup, elle ne reste pas vraiment pour les générations futures», estime-t-il. «Quand on prend la peine d’immortaliser 100 ans de souvenirs, on écrit une page de l’histoire.»
    J.G. (Extrait de l'article de Jérôme Guisse dans la Meuse H-W du 11 avril ) Voir l'article complet

    capture ecran 2017-04-11 à 01.49.38.jpg

    Jean-Marie Stassart, José Warnotte, les orateurs du Cercle Historique et Culturel de Terwagne. A droite le témoignage du fils d'un Britannique hébergé à Terwagne durant la première guerre mondiale.
    En dessous, Philippe Dubois, Bourgmestre de Clavier, Michel Huart l'auteur du livre et à droite les deux doyennes du village (92 et 90 ans)

    capture ecran 2017-04-11 à 01.57.11.jpg
    Parmi les documents exposés, une grande carte du village de 1865.

    Madame Huart mise à l'honneur et fleurie aux côtés de son époux pour le travail précieux et le soutien apportés à son époux.

     

    IMG_1141 2.jpgUn livre retrace 100 ans de vie du village de Terwagne CLAVIER. 

    Le Claviérois Michel Huart, accompagné de membres de l’ASBL Cercle historique et culturel de Terwagne, a rédigé un livre de 250 pages sur l’histoire de Terwagne. «La période que l’on couvre démarre à la fin de la Première Guerre mondiale avant de balayer 100 ans au village de Terwagne», explique José Warnotte (70), membre du Cercle.
    «L’ouvrage couvre aussi bien la vie politique que paroissiale, culturelle ou encore festive.» Pour se faire, une dizaine de membres de l’association ont interviewé près de 85 personnes. «C’est un travail qui a duré trois ans et demi», continue-t-il. «Nous avons déjà publié huit ouvrages sur le village. Celui-ci est un peu la cerise sur le gâteau.»
    Le groupe a également cherché à récolter des photos pour illustrer le livre. «Il existe de nombreux clichés de ces vingt dernières années», indique José Warnotte. «Mais pour ce qui est des photos plus anciennes, on a parfois été déçu.» Le Cercle s’est en effet heurté à des personnes qui ont jeté leurs photos, ou encore brûlé.
    «Est-ce vrai?», s’interroge le Claviérois. «Je pense que pour ces personnes, ces clichés sont une sorte de trésor caché. Quoi qu’il en soit, il est malheureusement très difficile de dénicher des photos de bonne qualité entre la Première Guerre mondiale et 1960.»
    Le point fort de cet ouvrage, selon José Warnotte, c’est que «chacun s’y retrouve. Il est très centré sur l’histoire du village, et des personnes aujourd’hui disparues qui sont évoquées dans ce livre ont toujours des descendants.»
    Le livre revient à 20 euros. Il devrait être notamment disponible à la Dérive de Huy, et à l’administration communale de Clavier.Il est également disponible au magasin de Terwagne "Au fil des saisons".
    Renseignement au 085/41.10.38.
    J.G. La Meuse Huy-Waremme  du 5 avril

    Photos M.P et AL

  • Madave. Attention: annulation du goûter des aînés à Strée ce samedi 15 avril pour cause de décès

    capture ecran 2017-04-11 à 21.32.05.jpgSimon Dony, le fils du Président du comité de l'Amicale de Strée, est décédé ce lundi. Le goûter des aînés qui devait se tenir le samedi 15 avril à Strée (Modave) Salle Bois Rosine est bien évidemment annulé.
    Monsieur Roger Dony, président de l'amicale, et son épouse sont bien connus dans le Condroz pour leur dévouement dans les activités qu'ils organisent pour rassembler et divertir les aînés de Modave et environs.
    Merci de bien vouloir diffuser cette info !

     

    images.jpgNous vous faisons part du décès de Monsieur Simon DONY, d'Ombret-Rausa, âgé de 47 ans et décédé suite à une longue maladie.
    Le défunt repose au funérarium Grevesse à Amay, chaussée Roosevelt, 128.
    Les visites y sont souhaitées de 16 à 19h.
    L'enterrement aura lieu le jeudi 13 avril à 10h en l'église de Rawsa.
    Les amis sont invités ensuite à la Salle du Bois Rosine.
    Nous présentons nos sincères condoléances à Monsieur et Madame Dony et à la famille.

    capture ecran 2017-04-12 à 15.41.25.jpg

  • Tinlot, séjour de dépaysement en Suisse pour les jeunes de 13 à 17 ans en juillet

    capture ecran 2017-04-04 à 12.10.25.jpg

    Peut-être as-tu participé ou as-tu entendu parler du voyage organisé l’année dernière pour les ados de Clavier, Hamoir et Ouffet ?
    Vu le succès de cette première édition, les trois communes partenaires en 2016  ont décidé de reconduire ce projet en 2017 en y ajoutant cette année des jeunes de Tinlot.

    Tu as entre 13 et 17 ans (plus précisément, si tu es né entre le 1er juillet 2000 et le 1er juillet 2004) ?.  Cela te ferait plaisir de rencontrer d’autres jeunes de ta région, de passer du temps entre amis ou encore de découvrir la montagne en été ?  Nous te proposons une semaine de dépaysement complet dans un petit village de montagne en Suisse.

    3279561786_1_2_y7v2VXMz.jpg

    Où ?  A Grimentz, dans la vallée du Val d’Anniviers dans les Alpes valaisannes en Suisse.
    Quand ?  Du 16 au 23 juillet 2017.
    Quoi ? Nous te proposons une semaine avec hébergement dans un chalet de montagne, la pension complète, le transport en car de luxe, l’encadrement par des professionnels (enseignants, éducateurs,…), diverses activités et animations durant la semaine (sport, balades, visites didactiques, découverte du patrimoine, de la faune et de la flore locale, …).
    Combien ?  Nous te demanderons une participation de 310 € par personne (290 € à partir du 2ème enfant d’une même famille).  Le coût du transport sera pris en charge par les 4 communes.
    Certaines mutualités interviennent dans les frais de ce type de séjour. Renseignez-vous.
    En cas de difficultés financières, le CPAS est à votre écoute (085/31.00.50) et toute demande sera soumise pour décision au Conseil de l’Action Sociale.

    capture ecran 2017-04-04 à 12.14.00.jpg

    L'arrivée à Grimentz en juillet 2016

    Afin de privilégier la qualité du voyage, le nombre de participants sera limité à 45.  Les participants seront enregistrés selon l’ordre d’inscription avec une équité entre nos communes. Attention il reste à ce jour 7-8 places!

    Intéressé ?  N’hésite pas à contacter l’Echevine de Clavier, Mme Pirnay sur emipirnay@gmail.com - 0495/82.06.36 ou le secrétariat, Mme Garroy, au 086/34.94.27 - isabelle.garroy@clavier.be pour plus de renseignements ou pour t’inscrire au voyage rapidement.
    Si tu souhaites voir un aperçu de notre voyage de l’année dernière, nous t’invitons à te rendre sur http://grimentz-intercommunes.skyrock.com.

    Nous espérons te compter parmi nos participants en juillet.  Parles-en à tes amis et connaissances.     

              

  • Marcheurs: invitation à la balade "Meuse et Lesse" le 26 avril 2017

    Le mercredi 26 avril prochain, le groupe Sentiers, en collaboration avec le Conseil des Aînés de Clavier, organise une journée de marche à Anseremme. Invitation aux communes voisines, il reste des places!Journée de marche à Anseremme article pour site.jpg

  • La chorale « Nota Bene » vous invite cordialement à son concert de printemps le samedi 6 mai à 20 h. en l’église de Terwagne.

    Affiche printemps 2017.jpg

  • Ouffet. L’application de la commune disponible pour votre mobile

    IMG_1113.PNGLes infos communales d’Ouffet à portée de main, c’est désormais possible. L’application officielle de la commune d’Ouffet est sortie ce jeudi sur le Play Store de Google et ce dimanche sur l’App Store d’Apple.

    Deux sections principales s’offrent à l’utilisateur.
    La première permet d’avoir des renseignements sur les divers événements de la commune, l’annuaire des commerçants ou encore les services communaux. Chacune de ces options offre diverses informations telles que des coordonnées assorties d’une carte Google Maps ou encore les horaires.
    La seconde section se tourne davantage vers les touristes. Elle propose ainsi de découvrir certains lieux touristiques d’Ouffet tels que la Ferme Baye, la Tour de Justice ou encore le Gros chêne.

    Des balades sont également compilées dans l’application. Celle-ci répertorie aussi divers gîtes. Enfin, elle permet de recevoir des messages d’alertes.
    J.G.(La Meuse Huy-Waremme du 28 mars)

  • Huy-Waremme: la population va augmenter de 30% d’ici 2060

    «  La population belge passe de 11,3 millions d’habitants en 2016 à 13 millions en 2060  », annonce d’emblée le Bureau Fédéral du Plan. Si, à l’échelle nationale, la croissance démographique apparaît moins soutenue que celle observée sur les trois dernières décennies, la situation diffère pour l’arrondissement Huy-Waremme qui connaît une croissance importante, supérieure à 30 %, entre 2016 et 2060. «  Cette croissance démographique relativement élevée ne concerne que six arrondissements administratifs, parmi lesquels Huy et Waremme en province de Liège.  » Le seul autre arrondissement wallon à croître autour de 30 % est Nivelles (Brabant wallon), à l’instar de Hal-Vilvorde (Brabant flamand), Malines (Anvers) et Saint-Nicolas (Flandre orientale) en Flandre.

    B9711384524Z.1_20170312114726_000+GP58MAQLJ.2-0.jpg

    58.322 personnes en plus

    La migration interne explique cette augmentation de population. Il s’agit principalement de citoyens déjà établis sur le territoire belge qui quittent un arrondissement pour un autre. «  Le phénomène de périurbanisation, c’est-à-dire la migration des villes vers la périphérie, contribue pour une part importante à cette croissance démographique à Huy-Waremme. Les probabilités de déménagement dans cet arrondissement poursuivent les tendances observées sur les dix dernières années  », précise le Bureau Fédéral du Plan. La position centrale de notre arrondissement, à proximité de villes comme Liège, Namur et Bruxelles, constitue un atout pour l’attractivité de migrants internes.

    En observant les chiffres de 1991 à 2015, l’instance fédérale donne ses prévisions pour les 43 prochaines années en tenant compte des décès et naissances, ainsi que des migrations tant internes qu’externe : 58.322 personnes en plus dans l’arrondissement d’ici 2060. La population passe de 157.436 habitants en 1991 à 193.202 cette année pour finalement atteindre un total de 251.524 individus en 2060 à Huy-Waremme. À titre de comparaison, l’arrondissement de Verviers prévoit une augmentation de population de 26.617 personnes sur la même durée.

    Reprise des naissances

    Dans l’arrondissement, le nombre de naissances baisse depuis 1991. De 2.023 il y a seize ans, le nombre se stabilise à 1.985 cette année. Selon le Bureau du Plan, cette tendance s’inverse progressivement avec une estimation de 2.638 naissances en 2060 : «  Depuis la crise économique et financière, la fécondité des femmes diminue progressivement. Le projet d’avoir un enfant semble avoir été retardé. La projection table par conséquent sur un retour progressif des taux de fécondité vers les niveaux observés avant la crise  », conclut l’organisme fédéral.

    Julien Marique

    Lire l'article complet (La Meuse en ligne)

  • Huy-Waremme, cinq bourgmestres féminines, c’est trop peu !

    capture ecran 2017-03-17 à 16.36.09.jpgNotre arrondissement Huy-Waremme compte 31 communes. Elles sont dirigées depuis longtemps par une écrasante majorité d’hommes.
    Bien sûr, durant de nombreuses années, à la tête de Huy, Anne-Marie Lizin a représenté avec force la gent féminine.
    Aujourd’hui, les «dames» bourgmestres sont plus discrètes même si elles travaillent tout autant. Elles sont à peine cinq aux commandes d’une commune: Caroline Cassart (Ouffet), Isabelle Albert (Oreye), Aline Devillers (Villers), Jeanne Defays (Modave) et Cilou Louviaux (Tinlot) qui a déjà annoncé qu’elle ne se représenterait pas.
    À Faimes, Marie-Alice Vandereyken vient de passer la main à un homme voici quelques semaines. Souhaitons qu’en 2018, vous soyez davantage à ceindre l’écharpe mayorale, Mesdames. (La Meuse du lundi 13 mars)

  • Ouffet. Développer la mobilité autour de la route du Condroz

    Grâce à Liège Europe Métropole, la bourgmestre d’Ouffet espère le maintien de la ligne SNCB Hamoir-Liège et des réseaux TEC Liège-Marche

    data=RfCSdfNZ0LFPrHSm0ublXdzhdrDFhtmHhN1u-gM,oEJiAWec9fbXOisRxSK8vkzCAOHqfI2dIflAQ6JxiltkV3k3wBNhnTd0f82u7gC-jA21wI7B_JwhI14D2cvwdF6FAJDDg_sVtH0Ec0-sJEqpCigfU9v-EiXfu2BFDtXZjMfdTrjlgNjVJHdEjXNYlSdepUQ7aVOsEPIGC_qCAktu.png

    Lors du Conseil communal de ce lundi, il a été discuté du Pacte pour la régénération du terrtoire provincial. L’adhésion de la commune d’Ouffet à celui-ci aété approuvée à l’unanimité parle Collège. Pour rappel, ce pacte lancé par Liège Europe Métropole consiste à soutenir un ensemble de projets supra-communaux grâce, entre autres, à des subsides.
    C’est sur le volet de la mobilité que la commune a insisté. «Il faut vraiment être attentif à cela», indique Caroline Cassart, bourgmestre d’Ouffet. «Nous souhaitons le maintien d’une ligne SNCB entre Hamoir et Liège et des réseaux TEC. Il est nécessaire d’avoir une vision à plus long terme avec la route Liège-Marche, tout en ayant une offre plus importante.»
    Elle explique ainsi que ses axes peuvent être accessibles via la route du Condroz. «On peut imaginer que la commune desservirait jusqu’à cette route rapide. Des groupes de travail se sont notamment déjà réunis à ce sujet», continue la bourgmestre. «Il ne faut pas non plus oublier le développement de la mobilité douce.»
    J.G La Meuse du 8 mars

  • Modave: l'étrange projet nommé Transition Condroz-Huy

    Le Modavien François Izzi (64) du Club Eco présentait ce samedi son initiative Transition Condroz-Huy. Selon notre enquête, ses agissements semblent suspects.

    1684359669_B9711246278Z.1_20170226202812_000_GM68JFLOH.2-0.jpgCe samedi, le Club Eco présentait à Modave son initiative baptisée Transition Condroz-Huy et sa « Boutic Eco ». L’idée est la suivante : créer une coopérative à finalité sociale pour promouvoir les produits de la terre, de la ruche ou encore de l’artisanat, notamment en organisant des ateliers et des coins dégustation.

    Derrière cette initiative se cache François Izzi. Ce Modavien de 64 ans a longtemps souhaité garder secret le fait qu’il s’occupe de ce projet, ne révélant son nom qu’au dernier moment. Lors de notre rencontre avec lui ce samedi, il évoque vouloir créer un projet positif.
    «Ici, les gens ne doivent rien payer», explique-t-il.«Je veux aider les sympathisants de Transition Condroz-Huy de manière saine.» Sur internet, il se présente comme le membre fondateur e tle président du Club Eco. Plusieurs personnes disent avoir eu affaire à ce club par le passé, et ils ne mâchent pas leurs mots. Ainsi, François Izzi aurait proposé en 2013 à Marc D., business développement manager, de sponsoriser ce club. Celui-ci dit avoir refusé de payer une cotisation pour en être en membre. «Ça sentait l’arnaque à plein nez. À chaque question que je lui posais au sujet de ce club, il devenait grossier», commente-t-il. «Je vois 250 sociétés par an et je n’ai jamais rencontré un fou furieux comme lui.» Magali W., agricultrice au Luxembourg, aurait également rencontré le Modavien en 2012. «Il était venu au Luxembourg pour aider des commerçants», raconte-t-elle.
    «Quand il parlait, ça paraissait exagéré. De plus, il fallait payer pour participer à son Club Eco. Certains l’ont fait, et il n’y a eu aucun suivi.»
    «JE SONGE À PORTER PLAINTE»
    Joël L. tient une entreprise d’articles pour animaux au Luxembourg. «François Izzi m’a contacté en 2015», explique-t-il. «Il m’a proposé de faire ma publicité auprès de vétérinaires qu’il connaissait. Je lui ai prêté une voiture pour qu’il voie ces clients, et j’ai eu beaucoup de mal à la récupérer. J’ai perdu entre 15.000 et 20.000 euros en lui faisant confiance. Je songe à porter plainte avec mon avocat.»
    EXCLUE DU RÉSEAU TRANSITION
    Transition Condroz-Huy était membre de Réseau Transition, une ASBL bruxelloise qui soutient les initiatives de transition citoyenne. Ces derniers jours, l’association s’est penchée sur François Izzi. «Plusieurs personnes nous disent avoir eu des soucis avec lui. On a commencé à se poser de grandes questions», confie Mayliss François, qui gère les soutiens directs aux initiatives. «De plus, François Izzi semble être le seul à gérer Transition Condroz-Huy.»Selon Mayliss François, les initiatives lancées par une seule personne sont très rares. Mais quelles pourraient être les motivations de François Izzi, s’il prétend que ses sympathisants ne doivent rien payer?
    «Directement, il n’y a pas de financement, car ça part d’une initiative bénévole», explique François-Olivier Devaux, coordinateur du Réseau Transition. «Mais en grandissant, on peut demander des financements communaux. Ça peut être une de ses ambitions.»
    Réseau Transition soutient près de 90 initiatives en Belgique. Pour la première fois, elle va exclure l’une d’entre elles: Transition Condroz-Huy. Les personnes que nous avons contactées n’ont pas déposé plainte contre François Izzi. L’escroquerie n’est pas réellement déclarée. Aux yeux du Modavien, nos suspicions sont malhonnêtes.-J.G. (La Meuse du 27 février)