Consommation - Page 3

  • Pommes de terre : la récolte 2017 est bonne, en qualité et quantité. Peut-on les ramasser dans les champs?

    capture ecran 2017-10-24 à 17.00.11.jpg

    Pour une fois, la météo était de la partie.  En tous cas, elle était favorable à la croissance de la pomme de terre.
    Les producteurs sont satisfaits. La récolte touche à sa fin et, elle aussi, se déroule dans de bonnes conditions.
    La majorité de la production partira vers les grandes surfaces. La Belgique est aussi une grande productrice de frites surgelées. 

    capture ecran 2017-10-24 à 17.01.40.jpgVoir le reportage vidéo de RTC

     

     

    DSC_6070.JPG

    En complément à ce sujet d'actualité, revoici l'article déjà publié sur ce blog:

    Ramasser des pommes de terre dans les champs
    après la récolte ("glaner"), autorisé ou non?

    capture ecran 2014-10-21 à 22.03.02.jpg

    Des glaneuses de Jean-François Millet.

    Les récoltes se terminent dans les champs et notamment la récolte des pommes de terre. Dans certains champs, beaucoup sont encore visibles, étalées sur la terre alors que les machines sont parties ailleurs. Un agriculteur de Tinlot explique que c'est normal: "celles qui sont trop petites passent au travers des filtres et de toute manière il faut les laisser en surface, elles vont se décomposer alors que sous terre, elles vont germer et repousser au printemps.
    A-t-on le droit dès lors de les ramasser? Et dans ce cas faut-il l'autorisation du propriétaire?

    D'après Wikipédia
    , le glanage est un droit d'usage sur la production agricole, existant notamment en France, sous différentes formes depuis le Moyen Âge. Il subsiste encore au XXIe siècle.

    Après la moisson, le ramassage de la paille et des grains tombés au sol est autorisé.
    On distingue le glanage, qui concerne ce qui reste à même le sol, du grappillage qui concerne ce qui reste sur les arbres ou les ceps après la cueillette. On glane donc des pommes de terre, des céréales, on grappille les raisins, les pommes, les fruits en général.
    On distingue le glanage légal du glanage illicite, appelé le maraudage, qui est le délit de dérober des fruits, récoltes, légumes quand ils ne sont pas encore détachés du sol.

    Région Wallone, Code Rural (cliquez ici)

    CHAPITRE II. - Des cultures, des récoltes et des abeilles
    Art. 11.
    Le glanage et le râtelage, dans les lieux où l'usage en est reçu, ne peuvent être pratiqués que par les vieillards, les infirmes, les femmes et les enfants âgés de moins de douze ans et seulement sur le territoire de leur commune, dans les champs non clos, entièrement dépouillés et vidés de leurs récoltes, et à partir du lever jusqu'au coucher du soleil
    Le glanage ne peut se faire qu'à la main; le râtelage avec l'emploi du râteau à dents de fer est interdit.


    Sous réserve d'autres dispositions prises en Wallonie, voilà qui est clair et précis!

    capture ecran 2014-10-21 à 22.24.16.jpg

  • Monnaie locale : zone de diffusion élargie pour le Val'Heureux

    capture ecran 2017-10-25 à 10.01.41.jpg

    capture ecran 2017-10-25 à 10.05.28.jpgLa monnaie locale le "Valeureux", créé en 2014, devient le "Val'heureux", en deux mots.Voir le reportage de RTC

    Dès ce samedi 21 octobre, 6 nouvelles coupures sont en circulation auprès des 130 commerçants désormais répartis sur une zone bien plus large qu'au lancement de cette monnaie, destinée comme toutes les monnaies locales, à valoriser les circuits courts.
    Le Val'heureux est désormais disponible entre Huy et Verviers, en Hesbaye, dans le Condroz, l'Ourthe-Amblève et le pays de Herve.
    Les 6 nouvelles coupures présentent des faces propres à chaque région.
    https://valheureux.be/

    Huy-Waremme: Le château de Jehay sur le Val'heureux (A.BT La Meuse du 23 octobre)

    capture ecran 2017-10-25 à 10.16.05.jpg

    Samedi dernier, sur la Grand-Place de Huy, des bénévoles interpellaient les passants. Objectif : leur faire découvrir la nouvelle monnaie citoyenne de Huy-Waremme, le Val’heureux. « Le Val’heureux est un bon de soutien à l’économie locale créé dans le but de favoriser l’économie réelle, locale et éthique, explique Catherine Gérimont, coordinatrice bénévole. À Liège, cette monnaie existe depuis 3 ans.

    DES BILLETS DE… 0 !
    Il y a actuellement pour 35.000 euros de Val’heureux en circulation. Nous avons décidé d’élargir cette initiative à d’autres sous-régions de la province. Le Val’heureux circule depuis trois ou quatre mois à Huy et commence à s’implanter en Hesbaye et dans le Condroz. »

    Pour cette nouvelle zone de diffusion, l’équipe a décidé de relooker les billets. Les Val’heureux se déclinent désormais à la sauce locale. Ainsi le billet de 1 Val’heureux (l’équivalent d’1 euro) est orné d’une image du château de Jehay. Sur les billets de 0,5 cent, on retrouve des champs de blés, symbole des campagnes hesbignonne et condruzienne. Sur les billets de 10, l’illustration symbolise les 700 ans de la paix de Fexhe.
    Quant au billet de… 0 Val’heureux on retrouve la Grand-Place de Huy. Mais pourquoi avoir imprimé d’une valeur 0 ? « Pour laisser place à la créativité de chacun, sourit Catherine. On peut imaginer une institutrice récompensant ses élèves avec des billets de 0 Val’heureux. Toutes les idées sont les bienvenues… »
    Actuellement, le Val’heureux s’échange dans une dizaine de commerces hutois : le Pont des Arts, Enchant’thé, Il était une fée, Pile & Face, Bio dis-moi, Sémentiel, Plaisir Di Vin, un cabinet de psychologie, Oxfam et le Retour du savon. En Hesbaye, ils sont six : La chocolaterie du haut-Clocher, Eco-loop, Tairreau, Bio Dis moi, Plaisir Di vin et Iddup Atrium. « Nous espérons élargir l’offre, mais nous sélectionnons les commerçants participants, précise Catherine Gérimont.
    Nous voulons notamment favoriser l’utilisation de biens et de services socialement responsables et promouvoir la souveraineté alimentaire et économique.
    » - A.BT (La Meuse du 23 octobre)

    Infos pour devenir utilisateur, prestataire ou bénévole hhc@valheureux.be

  • Mercredi 25 octobre. Journée mondiale sans papier: pensez à réduire votre consommation

    capture ecran 2017-10-24 à 16.55.06.jpgDes journées mondiales, il y en a dans tous les domaines. Mercredi par exemple, ça sera la journée mondiale sans papier. Et le papier, on en utilise encore beaucoup malgré que l'on soit dans l'ère du numérique.

    Selon le site Planetoscope, on utilise près de 398 millions de tonnes de papier par an. Soit 12 620 kilos de papier par seconde. En Belgique, on serait à 250 kilos par an et par habitant. Il s'agit d'une consommation globale : journaux, magazines, cahiers, etc. Le Belge serait au-dessus de la consommation européenne qui avoisine plutôt les 190 kilos par an et par habitant!

    Cela s'explique entre autre parce-que nous sommes un pays où le secteur tertiaire est important, où l'on retrouve beaucoup de bureaux et où, visiblement, on consomme pas mal de papier : 70 à 85 kilos de papier par an et par habitant. Ce sont des chiffres qui ont été publiés par le site Ecoconso en 2015. Ecoconso est une association de défense de l'environnement.

    Voir l'article complet sur le site de la RTBF

    capture ecran 2017-10-24 à 16.57.05.jpg

    Les journées mondiales à venir

  • Anthisnes. Premier festival de la soupe !

    Capture d’écran 2017-10-18 à 21.12.52.pngPour son premier festival de la soupe, le Comité des Femmes Prévoyantes d’Anthisnes avait rassemblé, ce dimanche, douze associations de la commune afin de concourir au titre de la meilleure soupe. «J’avais assisté à un festival de la soupe à Herstal et j’avais beaucoup aimé le concept.
    Actuellement, on organise différentes initiatives sur la nutrition dans la commune. L’objectif est de contribuer à un mieux-être, à une meilleure santé», explique Yolande Huppe, conseillère communale à l’initiative de cet événement.

    Entre recettes traditionnelles et plus originales, il y en avait pour tous les gouts. Derrière leurs marmites, sourire aux lèvres, les participants décrivent les ingrédients, parfois surprenants : mais et pop-corn, chicon et jambon, carotte et poire, lentille et chorizo...

    Pour déterminer les gagnants, ce sont les enfants, le jury professionnel et le public qui ont choisi leurs soupes préférées. Le premier prix du public a été attribué à la crème de chicon façon table d’hôtes anthisnoise, un projet de l’asbl « La Teignouse ». Ce groupe composé de bénévoles passionnés organise des tables d’hôtes ouvertes à tous, tous les premiers mardis du mois, au prix de 7à la salle Li Hody's.
    « Notre volonté est de permettre à des personnes de sortir de chez elles. Les prix sont raisonnables afin de permettre l’accès à tous », souligne Lionel Renard, assistant social au sein de l’asbl.

    Capture d’écran 2017-10-18 à 21.13.09.png

    Derrières les fourneaux : Dany Longueville, Muriel Closson, Marie Putzeys et Linda Cassart. En plus d’avoir fait découvrir leur soupe préparée avec soin, ils sont fiers d’avoir remporté le premier prix. « C’était un défi et c’est une valorisation pour nous. Une journée comme aujourd’hui, c’est une belle récompense de notre travail. »
    Dany ajoute : «Faire un concours de soupe, ça me tenait à cœur. Je suis passionné par la cuisine, je me prouve des choses à moi-même malgré mes problèmes de santé». 

    MARIE LARDINOIS ( La Meuse du 16 octobre)

  • Fraiture, JNC. Expo champignons les 21 et 22 octobre 2017. Une bonne année en perspective!

    12601069.jpeg

    Comme chaque année, depuis 1992, les JNC (Jeunes Naturalistes du Condroz) organisent une expo champignons en principe le 3e dimanche d’octobre. Cette année, celle-ci se déroulera le samedi 21 et le dimanche 22 au local des J.N.C. à Fraiture-en-Condroz.

    capture ecran 2017-10-01 à 16.39.22.jpgTinlot 4 Saisons sept 2017

  • La facture de la redevance télé va arriver chez beaucoup de Wallons dans quelques jours: et il faut encore payer!

    La redevance télé a été supprimée par le gouvernement wallon. Certes, mais il faudra encore la payer cette année. La suppression n’interviendra qu’à partir de 2018, comme le rappelle le ministre des Finances wallon Jean-Luc Crucke.

    capture ecran 2017-10-03 à 17.47.29.jpgLa DH a interwievé Jean-Luc Crucke qui explique que cette mesure «  augmente le pouvoir d’achat immédiat des Wallons ».

    Mais en attendant, il faudra encore la payer cette année. Dans les jours qui viennent, les personnes dont le nom de famille commence par les lettres L à Z recevront leur facture : 100 euros. Et pas question de se dire que la redevance a été supprimée et qu’on ne doit plus payer. La mesure n’entre en vigueur qu’en 2018 !

    Pourtant, nombreux sont encore ceux qui ne payent pas ou n’ont pas payé. L’administration wallonne a compté que l’arriéré total s’élève à 62 millions d’euros. (La Meuse en ligne)

  • Ochain Energie SCRL, inauguration officielle de l'unité de Biométhanisation

    L'unité de biométhanisation d'Ochain a été inaugurée ce vendredi 29 septembre 2017 après 8 ans d'efforts et d'embûches. Le samedi 1er octobre les installations étaient ouvertes au public. Le dimanche, la coopérative Emissions zéro profitait de l'occasion pour fêter ses 10 ans d'existence. Elle offrait à ses coopérateurs une tournée en car pour visiter successivement les trois installations dans lesquelles la coopérative participe:
 les éoliennes de Dour-Quiévrain - Le projet historique !   La centrale hydraulique de Monceau et l'unité de biométhanisation d'Ochain (Clavier).

    capture ecran 2017-10-02 à 17.52.19.jpg

    capture ecran 2017-10-02 à 17.52.44.jpg

    Des  installations impressionnantes, en parfait état de marche, ainsi que le remarquable aménagement du site ont suscité l'admiration de tous les invités.

    capture ecran 2017-10-02 à 13.20.53.jpg

    Près de 80 personnes étaient ainsi conviées pour visiter le site. Entrepreneurs, partenaires, mandataires publics, riverains, agriculteurs, familles ont pu revivre tout le cheminement et l'aboutissement de ce projet porté à bout de bras par un jeune agriculteur tinlotois, Grégory Racelle.

    capture ecran 2017-10-02 à 13.20.41.jpg

    capture ecran 2017-10-02 à 13.31.23.jpg

    Les principaux intervenants ont retracé l'historique du projet: Marc Wauthelet (GAL Pays des Condruses), Bernard Dubois (BNP Paribas), Marc Installé (Emissions Zéro) et Grégory Racelle (qui a orchestré la réception de main de maître).

    Marc Wauthelet, chargé de mission au GAL, a rappelé le rôle joué par celui-ci au départ de la démarche avec une étude permettant de déterminer les différentes possibilités d’implantation de biométhanisation sur le territoire des 7 communes condrusiennes. C’était en 2011.
    Sur les 19 sites retenus dont le CNRF de Fraiture, c’est finalement avec le home du château Ochain, dont le Groupe ACIS, propriétaire des lieux a financé l’étude de faisabilité, que le projet va aboutir.
    La SCRL Ochain Energie est créée. En 2015 un compromis de vente est signé pour l’achat du terrain ainsi qu’un bail pour la location des terres et les servitudes de passage.
    Marc Installé, de "Emissions Zéro" a expliqué ensuite tout le montage juridique et financier réalisé au cours de ces années. Après les 800.000€ injectés dans le projet par Emissions Zéro (1.500 coopérateurs), il fallait trouver plus de 4 millions pour atteindre les 5 millions d’euros nécessaires au résultat obtenu aujourd’hui et ce budget a bien été respecté. Ces montants ont été trouvés grâce au prêt consenti par BNP Paribas et l’investissement de Meus’Invest qui apporte également les garanties financière tout comme la  Sowalfin.
    A signaler: l’ancrage local de 10.000€, provenant de particuliers, sous la houlette de "Condroz Energies Citoyennes". "Un partenariat exemplaire" précisera Mr Dubois, qui par ailleurs souligne le soutien qu'apporte la BNP aux projets responsables d’énergies renouvelables et au secteur agricole.
    Philippe Herman, ancien "facilitateur biométhanisation" pour La Wallonie a présenté de son côté les différentes réalisations similaires en Wallonie ainsi que les procédures en cours.
    Grégory Racelle termine cette présentation en expliquant que si la station d’Ochain a été mise en route en mai dernier (voir l’article sur ce blog), il faudra cependant attendre la fin octobre pour raccorder le réseau chaleur qui doit chauffer le home d’Ochain. Les derniers travaux sont en cours.
    Philippe Dubois, Bourgmestre de Clavier, et cultivateur de terres à proximité, a bien sûr suivi de très près le dossier depuis le début et est heureux du résultat obtenu. "Le gros défi maintenant, souligne-t-il, sera la rentabilité et l’approvisionnement continu en matières premières. Cela ne doit pas coûter aux agriculteurs et surtout à ceux qui ne sont pas à proximité. Il faudra aussi convaincre et impliquer la population ainsi que tous ceux ceux qui peuvent alimenter l’unité de biométhanisation. C’est une démarche citoyenne globale et économique qu’il faut réussir."

    Articles précédents sur ce blog:
    la biométhanisation d'Ochain a produit ses premiers KWh ce samedi 6 mai 2017
    Condroz Energies Citoyennes, GAL. Le château d'Ochain et 1.500 foyers clavierois alimentés par du... fumier
    Centrale de biométhanisation d’Ochain Énergie. Portes ouvertes du dimanche 20 novembre
    capture ecran 2017-10-02 à 13.31.36.jpg

    Différentes communes du GAL étaient représentées: Christine Guyot (Echevine de l'agriculture à Tinlot), Cilou Louviaux (Bourg. de Tinlot), Philippe Dubois (Bourg. de Clavier), Eric Lomba (Bourg. de Marchin et Président du GAL) et Francis Froidbise (Echevin à Ouffet).
    Photo du bas: Damien Wathelet (Echevin à Clavier), Jean-François Pêcheur (Directeur du GAL)capture ecran 2017-10-02 à 13.36.13.jpg

    Grégory Racelle  et sa maman. "Depuis 12 ans, il ne nous parle que de ça ! Je suis heureuse de voir son rêve se réaliser et de comprendre enfin comment cela fonctionne!"

    Tous les orateurs ont souligné le parcours et le travail remarquable accompli par Grégory. Son opiniâtreté, son professionnalisme et sa disponibilité au cours de ces 8 années ont facilité le travail de tous et ont permis de surmonter les nombreux obstacles sans se décourager.
    Grégory fête ses 30 ans ce 3 octobre, agriculteur à Abée, il est marié à Stéphanie et le papa de 2 enfants.

    capture ecran 2017-10-02 à 17.48.39.jpg

    Un investissement de 5 millions d'euros. Un équivalent de 7 à 8 emplois : 3 directs et 3-4 indirects. L'équivalent de 1400 ménages seront fournis en électricité  ainsi que le chauffage du home d’Ochain.

    DSC_4294.jpg

    Comprendre le projet "Ochain Energie" et la biométhanisation en 6 étapes.

    Pour cette inauguration et la journée portes ouvertes, le lendemain dimanche 1er octobre, quelques panneaux explicatifs très complets ont été réalisés sur le site. Ils présentent l'ensemble du dispositif :
    Voir la suite  ci-dessous:

    Lire la suite

  • Belgique: le coût total d’une voiture: +10,7% en neuf ans

    Le coût total d’une voiture a augmenté, chez nous, de 10,7% entre 2008 et juin 2017 (contre 15,5%pour l’indice des prix à la consommation global).

    capture ecran 2017-09-29 à 20.18.41.jpgUne évolution qui est fortement corrélée à l’évolution des prix des carburants. En Belgique, comme dans les pays voisins, l’inflation des carburants a fortement fluctué durant cette période.
    En juin 2017, ils coûtaient cependant moins cher qu’il y a 10 ans en Allemagne (-7%), en France (-3,5%) et en Belgique(-2,5%… et +1,9% aux Pays-Bas).
    Les frais d’entretien et de réparation représentent un quart du budget automobile en France et en Belgique. C’est beaucoup moins élevé aux Pays-Bas et en Allemagne. Parmi les entretiens et réparations, la vidange d’huile a le plus fort augmenté (+44,4%).
    Une étude de «Lease Plan» indique néanmoins que chez nous, ces frais seraient toujours parmi les moins élevés d’Europe. Si l’on se concentre sur l’achat de la voiture, le consommateur belge a dû payer, en juin, 9,8% de plus qu’en 2008.
    C’est aux Pays-Bas que le prix des voitures a connu la plus forte évolution (+13,6%). L’inflation à long terme des voitures neuves s’est avérée moins prononcée en France (+8,4%) et en Allemagne (+4,3%).
    En Belgique, les prix des autos neuves sont restés assez stables entre 2008 et 2013. Cette tendance s’est ensuite renversée sous l’impact des modifications de calcul de la taxe de mise en circulation et de l’introduction de normes environnementales plus strictes. Durant le 2 etrimestrede 2017, l’inflation des voituress ’est ralentie (1,5%).
    D.SW.  La Meuse du 20 août.

  • Quelques nouvelles du GAL Pays des Condruses. Bientôt le lancement d'une monnaie locale (3/3)

    capture ecran 2017-08-20 à 11.23.25.jpgLa réflexion, les rencontres, les débats organisés par le GAL avant les vacances ne sont pas restés sans suite.

    Le groupe "monnaie locale" Huy-Hesbaye-Condroz vous invite déjà au lancement des nouveaux billets Val’Heureux le samedi 21 octobre (dans les sous-régions la journée et dès 18h, tous ensemble à Poulseur).
     

    Une réunion Condroz de préparation aura lieu avant cette date!

    capture ecran 2017-08-20 à 11.19.18.jpg

    La réunion au GAL le 13 juin dernier sur la monnaie locale

    Voir les deux article précédents sur ce blog:
    Une monnaie citoyenne dans le Condroz ?
    Monnaie locale. Un projet qui se construit chez nous et en Province de Liège

    Et quelques autres bonnes nouvelles pour la rentrée:
     
    Le nouveau Portail du GAL se prépare … lancement prévu début 2018.
    Les projets 2016-2020 acceptés et cofinancés par l'Europe ont démarré avec retard ce qui a reporté le lancement du nouveau site.
    La constitution du répertoire des acteurs économiques de la région et la préparation de capsules vidéo de présentation est en cours!
    Des formations "facebook" et de "visibilité sur le net" seront organisées pour les commerçants et artisans.
     
    "Réseautage"            
    Des checks-up énergie sont prévus à l’automne pour les commerces, restaurants et traiteurs ainsi qu'une
    conférence en deux parties : 
    « Les indicateurs utiles pour assurer un suivi énergétique de vos installations » et
    « le tri des déchets en entreprise : une obligation pour tous ! ».

    A suivre donc dans quelques temps:

    Personne de contact: Kathleen
    085 27 46 17 kathleen@galcondruses.be

  • Quelques nouvelles du GAL, Pays des Condruses. Cuisine sur le champ le 24 août (article 1/3)

    capture ecran 2017-08-20 à 10.42.56.jpg

    Un petit rappel tout d'abord: La vente de légumes bio sur le champ chaque vendredi de 16h à 19h à "l'espace test Point Vert" à Strée

    capture ecran 2017-08-20 à 10.39.27.jpg

    Les producteurs du Condroz sont présents au marché Circ’Huy Court, à Huy, chaque 2ème jeudi du mois, de mai à octobre (les légumes de Renaud, les glaces et petits plats de Glace Véro, les fromages du Gros Chêne, les semences de Cycle-en-Terre, les produits de Graines de Curieux, et

    capture ecran 2017-08-20 à 10.47.56.jpg

    les pleurotes de Fungi Up)   voir photo des firmes fungi .

     

    capture ecran 2017-08-20 à 10.56.49.jpg


    Cuisine sur le Champ : rendez-vous le 24 aout , le Chef sans Toque cuisinera les légumes de Renaud sur le terrain de l’espace test.

    Par la suite, si le concept a plu, nous nous déplacerons chez les autres maraîchers du territoire des Condruses.
    (A suivre)

    capture ecran 2017-08-20 à 11.11.38.jpg

    Pour toutes informations, contactez Kathleen : 085 27 46 17 kathleen@galcondruses.be

  • Un milliard de sacs en plastique sont utilisés par les Belges chaque année

    L’ensemble de la population belge consomme chaque année un milliard de sacs en plastique, soit 98 sacs par personne. Les frais liés à l’élimination de ces sacs à Bruxelles et en Flandre s’élèvent à 61,5 millions d’euros.

    capture ecran 2017-08-16 à 09.56.15.jpg

    C’est ce que rapporte dimanche Het Nieuwsblad, sur la base d’une enquête effectuée par le service d’études de Groen.
    Depuis que les supermarchés ont mis fin en 2004 à la distribution de sacs jetables, l’utilisation de sacs en plastique a baissé de 89%. Quelque 4,5 tonnes de plastique ont pu être évitées. «Mais on peut en faire plus», estime le parti écologiste flamand. «Il est grand temps d’instaurer une interdiction totale de ces sacs dans notre pays», a indiqué la députée bruxelloise Annemie Maes. (La Meuse en ligne)

  • IFAPME. La 1ère formation de pizzaiolo arrive à Liège en octobre

    Bonne nouvelle pour les amoureux des pizzas ! En octobre prochain, une toute nouvelle formation débarque au Château Massart. Pour la première fois sur Liège, le centre IFAPME vous permet de devenir un pizzaiolo expérimenté.

    capture ecran 2017-07-09 à 18.41.58.jpg«Nous avons pu constater qu’il y avait une forte demande de main-d’œuvre efficace dans les restaurants et qu’il n’y avait peut-être pas assez de personnes formées», explique la conseillère en formation à l’IFAPME.
    C’est donc sur base d’une formation de pizzaiolo créée par l’IFAPME dans le Hainaut et à Verviers en 2013 que Liège a finalement pu mettre en place la sienne. Celle-ci doit d’ailleurs débuter le 2 octobre prochain.
    «C’est une formation de 60 heures. Une partie se déroulera au Château Massart tandis qu’une autre prendra place au sein du restaurant ‘Marco Polo’. C’est d’ailleurs le responsable de cuisine de l’établissement qui s’occupera de former les élèves et de leur apprendre à réaliser une pizza au feu à bois.»
    Une nouvelle formation qui pourra accueillir près de 12 participants par session. Ceux-ci auront d’ailleurs l’occasion de passer en revue l’histoire et la culture de la pizza tout en apprenant les méthodes principales de la sécurité sanitaire des aliments ainsi que le matériel de fabrication.
    Peut-être que certains participants seront choisis pour travailler au Marco Polo ou pour être recommandés dans un autre restaurant.»
    Une formation qui a un coût puisque les demandeurs d’emploi devront payer jusqu’à 900 euros pour l’inscription. Les indépendants ou travailleurs auront une aide de 15 euros de l’heure. Les personnes intéressées sont donc invitées à s’inscrire. Pour l’heure, seules deux personnes sont sûres de participer à la première session.
    Extrait de l'article de I.ZA. dans La Meuse du 5 juillet

  • Le purin d'orties va être commercialisé en Belgique (Engis)

    capture ecran 2017-07-25 à 17.47.16.jpg

    Si vous êtes un peu jardinier, vous devez connaître le très odorant purin d'ortie, un fertilisant et insecticide naturel. Et bien désormais, plus besoin de la fabriquer maison : il peut être commercialisé en Belgique. Une unité de production va être construite à Sombreffe et une entreprise d'Engis s'occupera de la commercialisation dans toute l'Europe.

    Les premiers champs d'ortie ont été plantés il y a 4 ans à Sombreffe. Aujourd'hui, cela représente 15 hectares de cultures exploités par Agrortie, un groupe d'agriculteurs de la région. Cette exploitation agricole est unique en Belgique.

    Elle vient de s'associer avec Belgagri à Engis pour créer une filière 100 % belge de purin d'orties. L'entreprise engisoise va construire à proximité de ses cultures une unité de production de purin d'ortie d'une capacité de 500.000 litres annuels.Elle sera chargée de la commercialisation du produit dans toute l'Europe. Le début de l'activité est prévu pour fin 2018.

    Jusque là, ce type de produit n'était commercialisé qu'en France

    Voir le reportage vidéo de RTC Télé Liège

    capture ecran 2017-07-25 à 17.48.45.jpg

    capture ecran 2017-07-25 à 17.55.28.jpg

    Recette du purin d’orties :

    purin-ortie-200x200.jpgLa recette du purin d’orties est à la fois une recette traditionnelle mais qui n’a jamais été autant au goût du jour grâce à son côté bio et totalement naturel.

    L’utilisation de produits 100% naturels au jardin est un gage de succès pour traiter vos plantes ou pour en faire de l’engrais tout en protégeant la planète.

    On peut aussi noter que le purin d’ortie ne coûte pas cher car il suffit juste de posséder un pulvérisateur.

    La recette du purin d’orties est très simple :

    • Arracher les orties :
      Mettez-les dans un bac ou dans un seau (évitez absolument un bac en métal)
      .
    • Mélanger avec de l’eau :
      Il faut respecter les doses suivantes.
      Engrais => 1 kg d’orties pour 10L d’eau
      Répulsif => 1 kg d’orties pour 20L d’eau
      .
    • Laisser macérer : 1 à 2 semaines en remuant tous les deux jours environ
      .
    • Filtrer la solution de purin d’orties :
      Il ne faut récupérer que le mélange et se débarrasser des résidus d’orties (épandez les sur le compost)
      .
    • Utilisation du purin d’orties en tant que répulsif :
      Pulvérisez sur les plantes avec un pulvérisateur pour l’utiliser contre les parasites
      .
    • Utilisation du purin d’orties en tant qu’engrais :
      Versez-le directement dans la terre telle un engrais liquide, après l’avoir dilué dans l’eau à 10-20%.

      Voir tous les conseils sur le site: http://www.jardiner-malin.fr/fiche/purin-orties.html