Déchets - Page 5

  • Les sacs plastiques à usage unique interdits en Wallonie à partir du 1er décembre 2016

    Le Ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio annonce que l’interdiction d’utiliser des sacs de caisse en plastique à usage unique, qu’ils soient gratuits ou payants, entre en vigueur en Wallonie à partir du 1er  décembre 2016.

    L’impact environnemental de l’usage des sacs en plastique n’est plus à démontrer. Les «mers» de plastique formées par les courants marins témoignent de ce désastre écologique comme la présence des sacs dans les déchets sauvages ramassés en Wallonie.

    «Une seconde pour fabriquer un sac plastique. 20 minutes d’utilisation. Des décennies de pollution. Voilà qui résume la raison d’être de cette mesure» explique Carlo Di Antonio.

    capture ecran 2016-11-23 à 07.44.16 - copie.jpgA partir du 1er décembre 2016, l’usage de sacs de caisse en plastique léger est interdit. Par sac de caisse, on entend celui utilisé pour regrouper et transporter les achats lors du passage à la caisse, qu’il soit gratuit ou payant, quel que soit le type de commerce (alimentaire ou non) et le lieu de vente (petits commerces, supermarchés, marchés…).

    L’interdiction vise l’utilisation de sacs en plastique tant par le commerçant lorsqu’il emballe lui-même les achats que par le client.

    Par « léger » il faut entendre une épaisseur inférieure à 50 microns, quels que soient le type de plastique et les caractéristiques (incinérable, biodégradable, compostable, …).

    Le papier plastifié utilisé pour l’emballage de morceaux de viande, du poisson ou du fromage ne constitue pas un sac en plastique et reste autorisé.

    Les commerçants pourront écouler leur stock de sacs personnalisés achetés avant le 9 juillet 2016 (date de publication du décret au Moniteur belge) jusqu’au 1er décembre 2017.

    capture ecran 2016-11-23 à 07.44.07 - copie.jpgLes autres sacs ?

    Les sacs autres que ceux de caisse seront également visés par une interdiction. Cela vise par exemple les sacs utilisés pour emballer les fruits et légumes ou les denrées humides au point de vente, qu’ils soient gratuits ou payants. Les modalités d’entrée en vigueur et les alternatives seront fixées à l’issue de la consultation en cours avec le secteur du commerce.

    Les alternatives ?

    Lorsqu’un conditionnement est nécessaire, les sacs en tissu ou en papier, les cartons, le traditionnel panier ou cabas, les bacs et paniers en plastique réutilisables conçus pour et destinés à être utilisés de nombreuses fois, le sac à dos, … sont autant d’alternatives aux sacs de caisse à usage unique.

    Limiter la consommation de sacs en plastique, et par là-même la production de déchets plastiques et la présence de déchets plastiques dans les déchets sauvages sont les objectifs du Ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio avec cette mesure.

     
  • Centrale de biométhanisation d’Ochain Énergie. Portes ouvertes du dimanche 20 novembre

    20161120-Ochain-Portes-ouvertes-800x324.jpg

    Pour rappel, cette unité de biométhanisation fournira de l’électricité renouvelable à 1500 ménages grâce à un alternateur de 600 KW qui produira l’équivalent de 500.000 litres de fuel.
    Elle permettra d’éviter l’émission de plus de 4.000 tonnes de CO2 chaque année, en évitant l’achat d’engrais dont la production émet de grandes quantités de gaz à effet de serre (CO2 et N2O) et elle créera localement et durablement 7 emplois (directs et indirects).

    capture ecran 2016-11-22 à 10.40.13 - copie.jpg

    Ochain Energie fournira en chaleur entre autres le Château-Home d’Ochain.

    Les travaux ont débuté cet été 2016 ! La visite du chantier ouvert au public ce dimanche faisait le point sur l'état d'avancement des travaux.

    La visite était intéressante par Grégory Racelle, cheville ouvrière du projet, faisait un guide merveilleux : enthousiaste dans ses propos, dynamique (gestuelle) et compétent (il a donné beaucoup d’explications sur le chantier, sur les équipements, sur la biométhanisation). Le Tinlotois a passionné son auditoire jusqu'à la dernière minute.
    Nous avons même appris que le digesteur avait un point commun avec les vaches : on ne peut changer trop rapidement son "alimentation" et donc, il y aura un nutritionniste qui s'occupera des différents mélanges de matière en fonction du moment de l'année (plus de maïs et de fumier en hiver ou plus de tontes d'herbes, déchets verts en été )
     
    Voir toutes les photos de Cl.Denoël sur le site :
    http://coopcec.be/wcec/ochain-energie-les-photos-des-portes-ouvertes-de-ce-20112016/

    Voir également l'historique et le détail du projet

    capture ecran 2016-11-22 à 10.56.39 - copie.jpg

    capture ecran 2016-11-22 à 10.58.40 - copie.jpg

  • Collecte des déchets de plastiques agricoles non dangereux du 22 au 25 novembre

    La collecte des déchets de plastiques agricoles non dangereux se poursuivra encore du 22 au 25 novembre 2016

    image001 - copie.jpg

  • Huy-Waremme: 18 communes, dont Tinlot, passent au conteneur pour les papiers-cartons à partir de janvier

    Dix-huit communes de Huy-Waremme ont décidé d’adhérer au nouveau système de collecte des papiers-cartons d’Intradel à partir du 1er  janvier 2017. Adieu les piles (mal) ficelées qui prennent l’eau ou s’envolent, place au conteneur jaune. Avantage : il n’y a pas de limite de levées ni de poids. Inconvénient : c’est un conteneur de plus...

     
  • Dimanche 20 novembre, visite du chantier de biométhanisation d’Ochain.

    capture ecran 2016-11-15 à 13.24.06 - copie.jpg

    Au mois de décembre, Condroz Énergies Citoyennes (CEC) organisait sa première assemblée extraordinaire.
    Cette assemblée décidait de devenir actionnaire (minoritaire) d’Ochain Énergie en compagnie de la coopérative Émissions Zéro, de l’agriculteur Grégory Racelle et de l’entreprise liégeoise Coretec.
    Les travaux vont bon train. Nous sommes maintenant à mi-chemin de la mise en production (prévue pour le premier semestre 2017)  et nous vous invitons à une matinée « portes ouvertes » du chantier ce dimanche 20 novembre, co-organisée avec notre partenaire-coopérative Émissions Zéro.

    Que vous soyez coopérateurs ou sympathisants de CEC ou simplement intéressé par cette visite, vous êtes toutes et tous les bienvenus pour visiter ce chantier ce 20 novembre de 9h à 13h.
    Vous pourrez bénéficier d’une visite guidée du chantier et être ainsi sensibilisés au fonctionnement d’une unité de biométhanisation.  D’autres visites seront sûrement organisées à l’achèvement des chantier/mise en production.
    Café, eaux, jus de fruit et quelques biscuits seront à votre disposition.  Nous ne pouvons pas, malheureusement, garantir la météo, donc préparez-vous en fonction (bottes, manteaux, etc.).

    Pour nous permettre de nous organiser, merci de confirmer votre visite, le nombre de personnes, ainsi que l’heure approximative de votre arrivée par émail, à l’adresse info@coopcec.be.

    Voir la suite de l'article sur le site: Condroz Energies Citoyennes

    Voir également le site www.emissions-zero.coopcapture ecran 2016-11-15 à 13.27.38 - copie.jpg

    capture ecran 2016-11-03 à 00.01.50.jpg

    Tinlot 4 Saisons, septembre 2016

     

     

     

     

     

     

     

  • Environnement: 210 bouteilles en plastique par habitant en 2015!

    Selon le rapport annuel 2015 de Fost Plus, le Service de gestion des déchets qui couvre 92% du marché belge, les Belges ont recyclé 65.931 tonnes de bouteilles et de flacons en plastique. Un chiffre en augmentation chaque année.

    capture ecran 2016-10-28 à 20.18.56.jpgEn 2013, il s’élevait à 62.903 tonnes. La Belgique comptant un peu plus de 11 millions d’habitants, on peut considérer que chaque Belge a recyclé 5,99 kilos de bouteilles et de flacons en plastique en 2015.

    DANS LE TOP 3
    Sachant qu’une bouteille de Spad’ 1,5 litre pèse 28,5 grammes, nous pouvons donc conclure que chaque citoyen belge aura utilisé environ 210 bouteilles en un an. Environ parce que le rapport annuel de Fost Plus ne permet pas de faire la distinction entre les bouteilles et les flacons. «Je tiens à préciser que ces chiffres concernent donc les bouteilles mais également les flacons recyclés c’est-à-dire, les détergents, les cosmétiques…», nous expliquait Fatima Boudjaoui, porte-parole de Fost Plus.
    En 2011, on comptait 203 bouteilles en plastique par habitant. Une croissance légère, certes, mais une croissance tout de même. Rappelons qu’au niveau européen, la Belgique se situe dans le top 3 des pays qui recyclent le mieux avec l’Autriche et l’Allemagne.-D.V.B La Meuse du 28 octobre

  • Tinlot 6 décembre, fabriquez vos produits ménagers naturels. Places limitées, inscrivez-vous !

    capture ecran 2016-10-23 à 19.16.45.jpg

    capture ecran 2016-10-23 à 19.16.59.jpg

  • Recyparcs: 10.864 jouets récoltés le 15 octobre dernier

    capture ecran 2016-10-20 à 13.41.22 - copie.jpgCe samedi 15 octobre avait lieu la 14ème grande collecte des jouets dans les recyparcs d'Intradel ainsi que dans les autres recyparcs de Wallonie.

    10.864 jouets ont été collectés, soit 25% de plus que l'année dernière.

    45, c'est le nombre de bénéficiaires (CPAS, asbl, écoles de devoirs, croix rouge.... ) qui vous disent MERCI !

    Et merci également aux préposés des Recyparcs qui, grâce à leur précieuse collaboration, font de cet événement un joli succès !

    Source RTC TELE LIEGE

  • Devenez relais de la lutte contre le gaspillage alimentaire

    capture ecran 2016-09-29 à 22.10.42 - copie.jpg
    Lire la suite et le programme ci-dessous

    Lire la suite

  • Fraiture. Des repas servis à partir du 25 octobre à l'école (suite)

    capture ecran 2016-10-03 à 18.31.47 - copie.jpgLe projet présenté à Fraiture va bien au delà d'un service de repas servis à l'école. (voir l'article d'hier)
    Il s'agit d'une démarche globale intégrant une filière de formation « commis de cuisine et de salle de collectivité
    durable », un soutien aux producteurs locaux, des partenaires comme le Gal, le Centre des Technologies Agronomiques (CTA), l’ASBL Influences végétales ou la conserverie de l'IPES de Huy.

    Tout cela débouche sur une conception nouvelle d'une cuisine de collectivité offrant la confection de menus et de recettes réalisés principalement avec des légumes de saisons et locaux.
    C'est donc bien un processus à long terme avec une réflexion sur la gestion durable de la cantine (déchets, quantité de nourriture servie, services...)
    De plus ce projet s'articule sur une organisation concertée avec les enseignants, les parents et l'équipe bénévole de papys et mamys qui ajoute une dimension intergénérationnelle à la démarche.
    La suite à l'école, dans l'assiette, dans les mallettes, au réfectoire et dans les comportements !

    Pour ceux qui veulent comprendre la philosophie de projet, voici une partie du texte de la présentation d'Albert Deliège, directeur de l'asbl Devenirs (photos P.L. et A.D.)

    capture ecran 2016-10-03 à 19.41.40 - copie.jpg

    Une filière de formation de commis de cuisine et de salle de collectivité.

    Depuis septembre 2016, le CISP (Centre d’Insertion Socio-Professionnelle) Devenirs organise une filière de formation de commis de cuisine et de salle de collectivité.

    Cette formation est proposée aux demandeurs d’emploi titulaires au maximum d’un certificat d’enseignement secondaire du deuxième degré (CESDD ou CESI). Elle permet aux stagiaires sélectionnés de développer les compétences techniques et sociales nécessaires pour intégrer le marché de l’emploi. La durée de la formation est variable en fonction du rythme de la personne. Elle dure 12 mois minimum et offre une possibilité de stage en entreprise.

    Le contenu est riche et varié afin de préciser son projet personnel et professionnel. La formation offre également la possibilité de certifier certains modules (hygiène, sécurité, transformation).

    Une formation de commis de cuisine et de salle de collectivité durable. Dans le cadre de celle-ci, les stagiaires réalisent principalement des repas de qualité pour des écoles maternelles et primaires. Les repas seront réalisés à base de produits locaux (circuits courts) issus de l’agriculture biologique et/ou raisonnée en fonction de la disponibilité des produits. Durant la formation, le stagiaire sera également sensibilisé à la consommation de produits de saison et à la réduction du gaspillage alimentaire. Les menus proposés permettront également de diminuer la place des protéines animales au bénéfice des protéines végétales. Un maximum de préparations « maison » seront également réalisées (transformation de légumes frais…).

    Concrètement, le projet que nous avons impulsé a pour objectifs de :

    - faciliter l’insertion de personnes (femmes et hommes) ayant des difficultés importantes à trouver un emploi : formation, mise en stage et engagement.
    - créer une cuisine de collectivité sur le Condroz de production de repas de qualité pour les collectivités : dans un premier temps, à destination des écoles primaires (2016/2017). Cet outil n’existe pas sur notre territoire. Nous entamons le projet avec l’école communale à Fraiture (Tinlot).
    - permettre aux publics les plus fragiles économiquement l’accès à des produits issus du maraîchage biologique à un prix abordable (légumes, fruits…). Après une première année de fonctionnement, nous étudierons la possibilité de développer un système de «chèque pour une alimentation durable et locale» qui serait proposé par les CPAS à leurs bénéficiaires. Ces chèques permettraient l’achat de repas à prix réduit.

    • Un soutien aux producteurs locaux :

    Notre projet s’associe à des projets de relance économique et à la promotion des produits agricoles de qualité sur le territoire du Condroz liégeois: la sensibilisation à la consommation de produits sains, locaux, la production de légumes biologiques et les circuits-courts.
    Nous avons contacté plusieurs producteurs de la région qui sont prêts à adapter leur méthode de travail pour pouvoir alimenter la cuisine de collectivité.
              La ferme du Limet (Baudouin Fastrée) à Modave: Monsieur Fastrée élève des volailles mais ne peut vendre qu’aux particuliers (pas d’abattoir agrée). Il nous propose de faire abattre ses volailles dans un abattoir agrée (volaille Adrenne) pour être en mesure de nous fournir. Il sera en mesure de nous livrer en mai, septembre, octobre et novembre. Pour le reste de l’année nous travaillerons avec : Coq des Prés (Françoise Demande et Michel Leboutte) à Sinsin.
              La ferme de la commanderie (Jean-Marie Charlier) à Strée, s’engage à nous alimenter en viande (bœuf, porc et veau).
              Les paniers de légumes (Benoît Redan & Mélanie Bronckaerts) à Marchin. Ces maraîchers nous proposent d’élaborer les plans de culture ensemble pour être en mesure de fournir la cuisine de manière optimale.
              Les jardins d’Antan (Laurent Born) à Hody. Monsieur Born nous propose de livrer ses surplus de récolte pour la transformation (conservations, stérilisation…).
              Agrovierset (Didier et Emmanuel Poswick) à Modave : Ils nous alimenteront en courges pour la transformation et fruits pour les écoles.
              Jean-Paul Verhulst à Clavier : livraison de pommes de terre.

     A terme, nous complèterons notre outil du matériel nécessaire à la transformation et à la conservation (appertisation…). Nous serons en mesure de transformer pour les petits producteurs les surplus de leurs récoltes, pour les vendre hors saison. Par ailleurs, un certain nombre d’entre eux sont déjà entrain de réfléchir à un plan de culture concerté afin de répondre aux besoins de la cuisine de collectivité tout au long de l’année. Ce projet s’inscrit dans le prolongement du projet que nous avons initié avec le GAL Pays des Condruses et le Centre des Technologies Agronomiques (CTA) : POINT VERT.

    La Promotion Sociale de Huy a lancé une conserverie itinérante en économie sociale. Cette action complétera cette démarche et offrira d’autres perspectives d’emploi.
    Un des objectifs secondaires est donc bien d’utiliser notre cuisine de collectivité comme levier de développement économique en offrant à nos producteurs un certain nombre de débouchés.

    • Les menus :

    Nous travaillons sur la confection des menus et des recettes réalisés principalement avec des légumes de saisons et locaux.
    Afin d’améliorer l’alimentation pour tous, nous avons également structuré les repas et collations sur base d’une journée type. Un repas complet (potage, plat, dessert) est trop copieux et trop lourd pour les enfants et génère beaucoup de gaspillage. Après le potage, certains enfants n’ont déjà plus faim.
    Nous répartissons donc le repas sur toute la journée de manière équilibrée :
    A 10h : on supprime les collations trop sucrées et on propose 2X un fruit / semaine et 3X une soupe légère.
    A 12h : un repas équilibré (1x viande rouge/ 1x viande blanche, 1x poisson, 1x cuisine du monde).
    A 15h30 : le dessert qui ne sera pas consommé le midi permet aux enfants qui restent plus tard à l’école (garderie) d’avoir un goûter sain.

    • Les partenaires qui soutiennent la démarche : (voir la suite ci-dessous)

    Lire la suite

  • Deuxième journée du Repair Café Clavier (24 septembre) et première journée à Anthisnes le 6 novembre

    capture ecran 2016-09-05 à 10.06.33.jpg

    capture ecran 2016-09-05 à 10.07.52.jpg

    Voir la page facebook repaircaféclavier

     

    Nouveau Un Repair Café ouvre ses portes à Anthisnes

    capture ecran 2016-08-30 à 09.22.05.jpgLe premier Repair Café d’Anthisnes se tiendra le dimanche 6 novembre de 14h à 18h dans le nouveau local de la commune situé rue du vieux Château.
    «On organisera le Repair Café trois fois par an et la première session se fera en novembre. On verra comment ça prend. On préfère commencer petit», explique Yolande Huppe, conseillère communale, à l’origine du projet. Pour l’instant, 9 bénévoles sont repris dans ce projet. «On propose la réparation de petits électros, des conseils en informatique, de la soudure, de la couture ainsi que de l’aide dans les démarches administratives.
    Pour un début c’est fort bien». Tout le monde peut venir avec des appareils qu’il tient à faire réparer. Les réparations proposées sont gratuites.
    L’idée est de créer un échange entre réparateurs et «clients», que ce dernier apprenne, si cela s’avère possible, à le faire lui-même. «On vit dans une société de surconsommation. Avec le Repair Café, on évite le gaspillage. Pourquoi racheter alors qu’il suffit de réparer». Cyril Rixhon, 17 ans, étudiant à l’Athénée d’Esneux en technique, participe en tant que bénévole à cette formidable initiative. «C’est surtout une très belle opportunité pour moi d’apprendre encore plus de choses. Je trouve que c’est tellement important de savoir utiliser ses mains et se débrouiller», conclut le jeune homme.
    C. CHAROT. La Meuse 30/8.

  • Recyparcs. Au 1 septembre, la carte d'identité remplacera progressivement la carte d'accès Intradel

    Dès ce 1er  septembre 2016, la carte d’identité électronique remplacera progressivement votre carte d’accès au recyparc. Si la carte Intradel pourra toujours être utilisée, en cas de perte ou de vol de celle-ci (qui doivent nous être signalés), elle ne sera plus remplacée et sera donc vouée à disparaître progressivement.

    « Depuis sa création en 1992, le Recyparc n’a eu de cesse d’évoluer au gré des besoins des ménages et des nouvelles filières de recyclage afin d’offrir un service de qualité aux citoyens », explique l’intercommunale Intradel dans un communiqué. « A ce jour, le Recyparc (49 sur la zone Intradel) est l’outil de collecte et de tri des déchets incontournable qui permet chaque année d’accueillir plus de 2 millions de visiteurs, (en moyenne 8 000/jour) qui y déversent plus de 248 000 tonnes de déchets, soit 49 % des tonnages collectés par Intradel. »

    Pourquoi la carte d’identité ?

    Simplicité
    - vous avez toujours votre carte d’identité électronique avec vous.
    - Les cartes d’identité des membres de la famille de plus de 18 ans sont toutes liées au quota du ménage.

    Rapidité
    La lecture de votre carte d’identité vous identifie en quelques secondes et enregistre vos apports de déchets.

    En pratique
    Si la carte Intradel pourra toujours être utilisée, en cas de perte ou de vol de celle-ci (qui doivent nous être signalés), elle ne sera plus remplacée et sera donc vouée à disparaître progressivement.
    Pour les communes, les écoles, les asbl et les secondes résidences, le système par carte INTRADEL reste d’application.
    A chaque visite, le préposé scanne le code barre de votre carte d’identité électronique de manière à enregistrer vos apports de déchets. Si le code-barre est défectueux ou illisible, il est toujours possible d’enregistrer le numéro national des citoyens.
    Les seules informations que le système peut lire, en plus des déchets amenés, sont votre nom, votre prénom et les coordonnées du titulaire du ménage.
    La cotisation Recyparc incluse dans la taxe communale relative à la gestion des déchets reste inchangée. Les coûts liés à l’informatisation des Recyparcs sont maîtrisés et n’engendrent en aucune manière une augmentation de cette cotisation. (La Meuse)

    Concrètement donc, vous pourrez vous identifier soit au moyen de votre carte d’identité électronique (eID), soit sur base de votre ancienne carte d’accès, soit sur base de votre numéro numéro national (présent, par exemple, sur une attestation de perte de documents d’identité).
    En ce qui concerne les autres catégories d’utilisateurs ou pour les personnes ne disposant pas d’une eID (Communes, A.S.B.L., écoles, secondes résidences,…), la carte d’accès actuelle pourra continuer d’une part à fonctionner et d’autre part à être distribuée lors de nouvelles inscriptions.