Tinlotois dont on parle! - Page 5

  • Après les écoles de Strée et Modave, les repas chauds du traiteur tinlotois Laurent Sarowski (La cuisine du jour) à St-Martin Nandrin

    Depuis le mois d’octobre, les élèves de l’école Saint- Martin, à Nandrin, sont gâtés. Et c’est peu dire ! Grâce à une collaboration avec un traiteur tinlotois, ils reçoivent, chaque vendredi, un repas chaud, sain et équilibré. Une grande première ! "À part de la soupe, nous n’avions jamais servi de plats chauds dans notre établissement", explique l' Ouffétois  Jean-Claude Wilmes, directeur de l’école. Suite à une demande générale de la part des parents et enseignants, le directeur a trouvé une alternative pour proposer un repas chaud à ses élèves.

    capture ecran 2015-10-22 à 20.47.36.jpg

    "L’année dernière, j’ai mené mon enquête auprès des familles et j’ai reçu plus de 120 réponses positives."
    Pour cette démarche, Jean- Claude Wilmes reste fidèle aux valeurs de l’école. "Il me tient à coeur d’offrir une bonne alimentation à nos élèves." C’est donc, tout naturellement, que le directeur a fait appel au traiteur "La cuisine du jour" du Tinlotois Laurent Sarowski pour son projet. "Je propose des produits frais, de saison et locaux notamment pour les fruits, les légumes et les viandes", souligne le Tinlotois.
    Autant dire que les élèves sont ravis. "Le menu est différent chaque mois. En novembre il y aura des pâtes bolognaises, du vol-au-vent et des pâtes à la crème aux tomates et lardons. Le dessert est soit un fruit, un yaourt ou une crème", ajoute le directeur ouffétois. Le prix ? Celui-ci reste abordable. "Les enfants réservent les plats pour un mois. Cela leur revient à 22,50 euros pour les primaires et 20 euros pour les maternelles."

    capture ecran 2015-10-22 à 20.46.05.jpgEt le repas du vendredi a déjà ses adeptes. "Pour ne pas faire d’envieux, ceux qui prennent le dîner chaud mangent dans des classes séparées. Nous avons 3 à 4 classes dédiées au repas chaud."
    Faire appel à un traiteur est un concept déjà bien adopté dans la région. "Je livre mes barquettes préparées du jour dans d’autres écoles notamment à Strée, Modave et Nandrin", souligne le traiteur tinlotois. C’est donc une belle reconversion pour Laurent Sarowski. "Avant je travaillais pour Arcelor Mital, j’ai lancé le service traiteur "La cuisine du jour", il y a bientôt 3 ans."
    Infos au 0499/38.13.39. C.L (La Meuse du 22 octobre)

  • Tinlot, doyennes: Madame Andrée Creppe (Soheit-Tinlot) et Madame Juliette Leboutte-Simonet (Ramelot)

    La fête de Ramelot, précédée d'une quinzaine de jours par celle de Soheit-Tinlot a clôturé la série des fêtes dans les villages de l'entité. Les 2 doyennes avaient été fêtées à cette occasion. Il s'agit de Madame Andrée Creppe et de Madame Juliette Leboutte-Simonet

    IMG_8345.JPG

    Née le 16 mars 1924, Madame Andrée Creppe habite la rue du Montys depuis 2009.
    Maman de 3 fils et d'une fille, elle a aujourd'hui 3 petits enfants. Elle passe plusieurs mois par an au Brésil, auprès de son fils, responsable d'une association d'aide aux enfants et aux jeunes. Fait remarquable à souligner, en 1988, à 64 ans elle fait un pèlerinage Esneux-Lourdes : 1250 kms à pied, seule, en 54 jours ! Femme dynamique et volontaire !
    Que sa bonne santé lui permette de découvrir et de savourer encore de nombreux moments de bonheur auprès des siens. 

    Petite dame menue, dynamique et toujours souriante, Madame Simonet est la doyenne du village de Ramelot. Elle est née le 1er septembre 1923.
    Si sa santé ne lui permet plus désormais de participer aux activités de son village, elle ne l'empêche pas de s'intéresser de près à tout ce qui se passe à Ramelot, de prendre des nouvelles des uns et des autres et de rester une passionnée de lecture !
    Nous lui souhaitons, au nom de tous, une vie paisible, entourée de la tendresse de ses amis et de sa famille.

  • Tinlot (Abée), un nouveau menuisier depuis le 1er octobre 2015

    capture ecran 2015-10-18 à 13.52.10.jpg

    Installé à Abée depuis 4 ans, David Lorenzoni (38 ans) s'est lancé comme indépendant en menuiserie générale depuis le 1er octobre. Après 15 années de travail et une solide expérience à Nandrin dans l'entreprise familiale Luigi, (prénom de son frère), "j'ai voulu voler des mes propres ailes" explique-t-il.
    Bien connu plutôt du côté de Saint Séverin (scouts et maison des jeunes), il sillonne aujourd'hui la commune de Tinlot pour distribuer un flyer de présentation et proposer ses travaux.

    DSC_7121.JPG

    Déjà quelques belles réalisations comme ici rue des Aubépines (terrasse et bardage en bois)

    lorenzini.jpg

  • Sur les 190.690 habitants de Huy-Waremme, on compte 0,7% de non-Européens

    Près de 7.000 étrangers et 90 nationalités à Huy-Waremme. Sur les 190.690 habitants de Huy-Waremme, on compte 0,7% de non-Européens

    capture ecran 2015-09-26 à 11.06.28.jpg

    A Tinlot, 75 "étrangers" représentent  2,93% de la population.

    Plus de nonante nationalités sont représentées sur l’ensemble des 31 communes de Huy-Waremme. La direction générale des statistiques belges vient de publier les chiffres de la population sur le territoire au 1er janvier 2015. Il apparaît que 190.690 personnes vivent dans l’arrondissement, dont 183.735 de nationalité belge. Les 6.955 individus restant proviennent du monde entier et constituent 3,65% de la population. La majorité des personnes étrangères enregistrées dans les communes de l’arrondissement détiennent une nationalité européenne et seules 1.361personnes ne viennent pas du vieux continent, soit 0,7% de non-Européens. Mais comme le précise le SPF, «les personnes enregistrées au registre d’attente ne sont pas incluses dans ces résultats». À titre exemplatif, les chiffres ne comprennent donc pas d’éventuels réfugiés arrivés depuis 2015 et installés à Huy-Waremme suite à la crise des migrants.

    La liste, par continent, des pays représentés dans l’arrondissement, avec entre parenthèses, le nombre d’individus issus du pays qui habitent à Huy-Waremme. Lire la suite  (Extrait du dossier e Julen Marique dans la Meuse du 26 septembre)

    Lire la suite

  • "Show case" exclusif : Foggy Stuff samedi 10 octobre

    Cela ne se passe pas à Tinlot, mais le bassiste est Fraiturois , il s'agit de Denis Dubois, 18 ans (à gauche sur la photo). Un très bon groupe de pop rock à découvrir au centre culturel de Soumagne ce 10 octobre à 20 h . A ne pas manquer!  En savoir plus
    Transmis par Laurence Radelet

    capture ecran 2015-10-08 à 14.21.17.jpg

     

  • Tinlot: un atelier maquillage années 50 par Ana von Rossa

    Ce dimanche se tenait l’atelier relooking d’Audrey Pironti, dit « Ana von Rossa ». Voilà trois ans qu’elle organise cette activité à raison de deux fois par an. Danseuse de formation d’origine française, elle habite depuis plusieurs mois à Tinlot. «Je me suis installée en mai car je compte développer le vintage à Huy-Waremme », dit-elle.

    capture ecran 2015-10-04 à 13.48.04.jpg

    À regarder l’intérieur de sa maison, sa passion saute aux yeux. De vieux panneaux publicitaires dotés de pin-up jonchent les murs, à côté de décorations catholiques kitsch. En fond, un disque d’Elvis Presley avec quelques vêtements typés années 50.
    Huit filles ont fait le déplacement pour cet atelier. Parmi elles, seule Virginie Antoine provient de la région, plus précisément de Villersle- Bouillet. «Je suis attirée par le monde vintage », dit-elle. « J’ai vu une personne parler de cet événement sur Facebook, et je me suis inscrite».
    L’ambiance est conviviale. Fonds de teint, eye-liners et autres produits de beauté jonchent la table. Assises autour de celle-ci, les filles se maquillent simultanément sous la direction d’Audrey. «Le fond de teint doit être assez clair et être appliqué vers l’extérieur du visage. Il faut ensuite rajouter du blush rosé pour donner de l’énergie, et faire un trait d’eye-liner. Enfin, il faut ajouter une petite mouche sur le visage, sans oublier le rouge à lèvres ».
    capture ecran 2015-10-04 à 13.48.11.jpgAudrey envisage de donner des cours de boogie en région hutoise. «Je suis à la recherche d’une salle qui pourrait accueillir entre 200 et 250 personnes », explique-t-elle. «On pourrait également imaginer des cours pour débutants dans une plus petite salle ». Elle organise également des soirées dédiées au vintage, dont la prochaine se déroulera à Namur le 23 octobre. «J’aimerais beaucoup réaliser des soirées similaires à Huy, pourquoi pas au Centre culturel ? ». Présente au festival Los Amas cet été, à Mont Falise, elle estime qu’il y a un public pour ce courant vintage à Huy-Waremme.
    Son compagnon, Benoît Sepulchre, l’aide à chercher des Dj et autres talents musicaux pour animer ses soirées. Le prochain atelier d’Ana von Rossa se déroulera en novembre et sera consacré aux techniques d’effeuillage. Pour plus d’informations, vous pouvez la contacter via Facebook. JÉRÔME GUISSE, la Meuse du 3 octobbre.

     

     
  • La Ramelotoise Gersande Blanchard veut lancer une production d'algues à Ochain en 2016

    Produire en Belgique de la spiruline, une micro-algue aux propriétés très nutritives, c'est le défi que se lancent deux docteurs en Biologie. Gersande Blanchard et François Darchambeau entendent lancer cette toute première production belge à Ochain (Clavier) dès les premiers mois de l’année 2016.

    capture ecran 2015-09-14 à 09.28.43.jpg
    Une nouvelle culture devrait prochainement voir le jour dans notre région. Deux Condruziens veulent en effet développer la production de spiruline, une micro-algue originaire des pays du sud. Une idée venue grâce aux voyages en Afrique du docteur en biologie François Darchambeau. « Nous sommes collègues depuis une quinzaine d’années. François a évalué la production primaire des rivières en Afrique et a remarqué que la population consommait de la Spiruline. Il s’y est intéressé et nous avons réfléchi ensemble au produit. De fil en aiguille, nous avons monté ce projet », explique Gersande Blanchard.
    Un projet que les deux collègues aimeraient pouvoir mener à bien dans le petit village d’Ochain (Clavier). « La mise en place d’une unité de biométhanisation est bien avancée chez un agriculteur. Nous aimerions en profiter et récupérer la chaleur émise pour chauffer nos bassins. Nous pourrions également réutiliser le CO2 ou le digesta dans l’objectif de développer une production durable et écologique. »
    Les deux docteurs en biologie sont dès lors à la recherche d’un terrain non loin de cette unité. Divers aménagements seront ensuite nécessaires avant de pouvoir lancer la première production, si possible d’ici le début de l’année 2016. "La spiruline est une algue et pousse donc dans l’eau et on la retrouve à l’état naturel dans des lacs des régions chaudes dont le sous-sol ou le terrain volcanique enrichissent les eaux en sels minéraux. Nous devrons dès lors aménager de grands bassins sous des serres et trouver un système pour chauffer l’eau. Cette algue a besoin d’une température de 32 degrés pour bien pousser", explique Gersande Blanchard.
    Avec François Darchambeau, la Tinlotoise compte déjà pouvoir récolter une grande quantité d’algues lors du lancement de sa production. « Au départ, nous espérons produire deux tonnes de spiruline. Il s’agit du seuil de rentabilité pour pouvoir vivre à deux. Notre objectif est de la distribuer ensuite dans toute la Belgique, peut-être même dans le Nord de la France et au Luxembourg dans quelques années. Mais notre but est aussi de faire de la production solidaire puisque 10% des bénéficies seront reversés à des ONG locales qui oeuvrent pour l’accès à la spiruline dans les pays du Sud », conclut Gersande Blanchard. La création d’un point ferme ou une distribution via des paniers de produits locaux est également à l’étude.
    CÉDRIC WILLEMS (La Meuse du 14 septembre)

    FORTES PROPRIÉTÉS
    La spiruline est une algue qui a de fortes propriétés nutritionnelles. Elle fournit en effet de grandes quantités de plus de 100 nutriments sous une forme assimilable...

    Lire la suite

  • Tinlot, des noces d'or pour Albert et Edda Horenbach avec toute la reconnaissance de la commune pour les fondateurs du "Coq aux champs"

    capture ecran 2015-09-13 à 17.24.01.jpg

    Vendredi en fin d'après-midi, les époux Horenbach, de Ramelot, étaient reçus officiellement à la maison communale pour y célébrer leurs noces d'or. Une manifestation particulièrement émouvante et conviviale au cours de laquelle la Bourgmestre a non seulement retracé la vie de ce couple installé à Tinlot depuis 1975 mais l'a chaleureusement remercié, au nom des Tinlotois, pour la notoriété qu'ils ont apportée à notre entité en y créant "le Coq aux champs". Ce restaurant étoilé dès 1976 l'est resté jusqu'à leur départ en 2003 et l'est encore aujourd'hui grâce à leur successeur Christophe Pauly en 2003. Le "Coq aux Champs" a porté très loin à l'étranger l'image de Tinlot et est resté longtemps un des rares établissements de la Province étoilé au Michelin. Ce fut le fruit d'un énorme travail qui mérite bien  la reconnaissance de la commune à l'occasion de ces noces d'or.

    capture ecran 2015-09-13 à 20.45.17.jpg

    Le "Coq aux champs" ouvert le 20 décembre 1975 et repris par Christophe Pauly en 2003.

    DSC_4740.JPG

    Monsieur Albert Horenbach et Madame Edda Talotti ont fêtés leurs noces d'or ce vendredi, 50 ans jour pour jour après le 11 septembre 1965.

    Madame Edda Talotti est née en Italie près de Rome le 7 juillet 1942. A l'âge de 5 ans, elle arrive en Belgique avec sa famille. Son père, venu travailler aux cimenteries de Obourg pendant un an, peut enfin aller rechercher les siens. Débarquant en Belgique, complètement déboussolés, ne parlant pas un mot de français, les 5 enfants ont été fortement marqués. Après les études primaires à Obourg, Edda, dès l'âge de 14 ans est engagée dans une filature de la région. A 18 ans elle travaille dans une pâtisserie sur la Grand-Place de Mons. Elle ne cessera jamais de travailler.

    Monsieur Albert Horenbach, est né à Grivegnée le 20 novembre 1942. Il est le dernier de 4 enfants. Son père est architecte, chez Pieu Franki. Sa mère s'occupe des enfants et de la maison. Après les études primaires à Grivegnée, on l'inscrit à 12 ans à l'école d'hôtellerie à Liège. A 18 ans il sort diplômé de cette école d'hôtellerie. Diplôme en poche, il a fallu se faire une place. Il travaillera dans plusieurs établissements de renom : l'hôtel de la Couronne à Liège, le Clou Doré au Mt st Martin, chez Devos à Mons. 

    Ils se rencontreront en 1964 à Obourg, et se marieront en septembre 1965. Ils ont deux fils: Stéphane et Julien, et 2 petites filles Caroline et Justine chez Stéphane. Après le mariage, ils travailleront tous les deux l'hôtel de la Couronne à Liège, à la Commanderie, puis à l'Hôtel de la Poste à Havelange. Ces restaurants décrocheront une étoile.
    En 1968 ils s'installent rue du Montys à Soheit-Tinlot. Et  le 20 décembre 1975, ils ouvrent leur propre restaurant. Le devenu célèbre Coq aux Champs de Soheit-Tinlot.
    Le succès immédiat est dû, sans conteste, à un travail énorme: deux services par jour, une carte étoffée et variée qui nécessite les avants et les après : les commandes, les courses, la gestion des stocks, le nettoyage, la comptabilité… pas le temps de souffler. Ils décrochent alors une étoile au guide Michelin. Etoile qu'ils garderont jusqu'à la fin de leur carrière. En 2003, ils décident de souffler, de remettre le Coq aux champs et c'est Christophe Pauly qui leur succède aujourd'hui. Ils s'installeront définitivement à Ramelot en 2005.

    DSC_4766.JPG

  • Tinlot, nos doyennes 2015 à l'honneur

    capture ecran 2015-08-27 à 09.28.34.jpg
    Mariette Rasquin (96), doyenne de Seny et de toute l'entité de Tinlot

    A l'occasion de la fête du village les doyennes et doyens sont mis à l'honneur. A Seny, la doyenne est Mariette Rasquin (4/7/1919), elle est aussi la doyenne de toute l'entité. Elle est née et a toujours habité le village de Seny en étant active dans les divers comités et activités. Elle participait cette année à la fête.

    capture ecran 2015-08-27 à 09.23.27.jpg

    En juillet, lors de la fête de Scry les deux doyennes  Madeleine Schmitz (2/6/24) et Suzanne Renwa-Close (30/9/1923) ont également été mises à l'honneur.

    Félicitations Mesdames !

    (Voir l'article précédent)

  • Tinlot: Quentin a recréé « Retour vers le futur »

    Quentin Denoël est passionné de photographie. Âgé de 23 ans, ce Tinlotois a récemment participé à une séance photos atypique : il a réalisé des clichés d’une véritable DeLorean, à Bruges, en compagnie d’un « sosie» du héros de ‘Retour vers le futur’.
    Bref, le film, presque grandeur nature ! Et cette aventure a commencé petit à petit. Au fil de ses shootings photos, en véritable passionné, Quentin s’est constitué un petit carnet d’adresses. «J’ai une amie qui fait du cosplay, c’est-à-dire qu’elle se déguise en héroïne de mangas, de jeux vidéo ou de films. Elle a été contactée par Denis Baccarelli, un Liégeois qui, lui, fait du cosplay de Marty McFly, des films ‘Retour vers le futur’. Il cherchait des photographes pour recréer des scènes du film et c’est ainsi que je me suis retrouvé dans cette expérience.»

    capture ecran 2015-07-15 à 21.28.48.jpg

    À droite de l’image figure le paysage sans aucune retouche apportée par Quentin. AQUAXDESIGN

    Et pour recréer l’univers de la trilogie culte, impossible de passer à côté d’une DeLorean, la célèbre voiture des films. «Pour l’avoir, nous nous sommes rendus à Bruges, chez un fournisseur de la marque », précise le jeune Tinlotois. Là-bas, trois autres photographes avaient le privilège de participer à cette séance photos. «Ce jour-là, on a dû s’organiser pour se prêter la voiture. Chaque photographe avait son propre style. Moi, je me suis concentré sur la voiture. J’essayais d’imaginer les retouches que je ferais autour de la DeLorean avec le logiciel graphique Photoshop. » Mais Quentin estime malheureusement avoir manqué de temps. «On avait prévu une heure par photographe, mais certains voulaient attendre la nuit, d’autres voulaient la voiture dans telle ou telle position… Ça a pris énormément de temps ! »
    Même s’il aime les films ‘Retour vers le futur’, Quentin a été surpris du fanatisme de certains de ses condisciples. «J’ai vu le film quand j’étais tout petit. Les effets spéciaux et l’humour m’avaient franchement émerveillé », se rappelle-t-il. «Mais les gens autour de moi étaient encore plus fans ! Ils connaissaient toutes les phrases du film par coeur. Il y avait un Français qui savait exactement comment tout devait se placer. Il avait le film en tête. Quant aux accessoires du film, l’hoverboard, l’almanach, la boule de plutonium que met le Doc dans la voiture… tout y était ! »

    capture ecran 2015-07-15 à 21.30.15.jpg

    TRAVAILLER POUR LA PASSION
    Vous pouvez retrouver le résultat de cet incroyable shooting sur la page Facebook ‘AquaxDesign’. L’une des photos de Quentin a d’ailleurs été remarquée sur Twitter par Nikon Belgique. Voilà deux à trois ans que Quentin pratique intensivement la photographie. Après avoir fait quatre ans à l’Athénée royal de Huy, il étudie l’infographie à Saint-Luc, avant de passer par la Haute école de la Province de Liège. «Je viens d’arrêter, et je suis actuellement à la recherche d’un emploi pour financer ma passion. J’aimerais travailler dans des magasins de jouets. Mais pour mes prochaines photos, je compte bien me surpasser à chaque fois ! »
    JÉRÔME GUISSE. La Meuse du 13 juillet
    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • La reconnaissance pour les Deux Ours de Nandrin

    La salle des Deux Ours, à Nandrin, vient d’être reconnue par la province de Liège comme ASBL culturelle.

    capture ecran 2015-07-06 à 10.08.25.jpgUne nouvelle qu’accueille avec bonheurFred  Macquet : "Déjà reconnue par la Fédération Wallonie Bruxelles, l’ASBL le devient maintenant par la Province, après un peu plus d’un an d’activités et 80 concerts.
    Attendue depuis quelques semaines, la décision est maintenant officielle". Cette reconnaissance permet à l’association de bénéficier de subsides.
    "Les Deux Ours rentraient dans les conditions pour obtenir cette reconnaissance, car il fallait notamment exister depuis un an, organiser des événements culturels sur le territoire provincial, permettre à des artistes de la région de se produire.
    Nous allons pouvoir bénéficier de l’aide des services provinciaux, sous la forme de subsides, mais aussi en termes de promotion et de logistique", évoque celui qui, en plus d’organiser des concerts, joue également de la musique.
    "En plus, ce soutien de la Province nous garantit un défraiement minimum lors de l’organisation de concerts, car la majorité du prix d’une entrée est destiné aux artistes", évoque Fred Macquet, qui a investi personnellement dans le projet.
    DÉMÉNAGEMENT POUR SEPTEMBRE
    Depuis janvier, plus de 2.100 spectateurs se sont rendus aux Deux Ours. À partir de septembre, c’est dans un nouveau cadre que les Deux Ours vont accueillir public et artistes. "Les Deux Ours vont quitter la rue de Nandrin et le rondpoint des vaches pour la route du Condroz.
    Nous nous installons à 600 mètres de notre premier endroit, dans un édifice qui reflète mieux le caractère de l’ASBL, car le bâtiment est fait de vieilles pierres du pays et correspond mieux à l’ambiance “oursienne” que nous voulons.
    Nous déménageons pendant les vacances pour rouvrir nos portes le 11 septembre prochain. Ces lieux nous permettront d’accueillir 150 personnes", annonce Fred Macquet. 
    Article de J.M dans la Meuse du 3 juillet 2015.

  • Bienvenue aux nouveaux Tinlotois, primes de naissance 2014 et accueil des nouveaux habitants

    capture ecran 2015-06-15 à 14.43.22.jpg

    "L'intergénérationnel" se décline sous toutes les formes à Tinlot. C'est ainsi que la commune a organisé en même temps, cette année, l'accueil des nouveaux habitants domiciliés en 2014 à Tinlot, et la remise des primes de naissance.
    Cette formule, dimanche à l'heure de l'apéritif, a été bien appréciée par les différentes familles.

    capture ecran 2015-06-15 à 14.56.57.jpg

    23 nouveaux Tinlotois nés en 2014 ! 10 filles et 13 garçons.

    Louise DEPOUHON, Franciszek TURCZYNSKI, Sosthène CHOUFFART, Joséphine d'Aspremont Lynden, Hannah MILLER, Baptiste de BRIER, Cyan CIJO, Joséphine ORY, Valentin DUPONT, Giuliano TRIOLO, Chloé COMTE, Zoé SCHINCKUS, Léa FRAITURE, Jules HABAY, Margaux DETHIER, Arthur DEBOTZ, Maora DEPOUHON MANTOAN, Gaspard SCHREURS, François LEFEBVRE, Bastien MANDICOURT, Maxime DELVAUX, Samuel JACQUEMIN, Clarisse NOLLER.

     

    capture ecran 2015-06-15 à 14.49.01.jpg

    Après la présentation des nouveaux nés et de leurs parents, la Bourgmestre a décrit rapidement les différentes activités et services communaux représentés par les responsables, les membres du personnel, les échevins et les mandataires concernés.
    Ce "qui fait quoi" à Tinlot a permis ensuite les contacts appropriés en fonction des besoins et  des questions de chacun. Un apéritif et des petits pains garnis ont clôturé cette matinée de rencontres qui coïncidait, cette année, de manière bien sympathique, avec la fête des pères.
    capture ecran 2015-06-15 à 15.00.50.jpg

  • Memorial Day 2015 au cimetière américain de Neupré

    capture ecran 2015-05-24 à 20.55.58.jpg

    Une matinée ensoleillée et la grande foule, comme chaque année, pour ce Memorial Day 2015 au cimetière américain de Neuville-en-Condroz. Les enfants des écoles de Neupré, les nombreux porte drapeaux, les officiels et un  public très varié venant de tous les horizons comme les jeunes américains ci-dessous. De nombreuses fleurs ont été déposées depuis vendredi par des associations patriotiques de tout le pays, les groupements divers, les communes ...

    capture ecran 2015-05-24 à 20.52.09.jpg

    DSC_2747.JPG
    Le programme très minuté dès 10h pour être synchronisé avec le passage 2 avions de l'armée belge en finale.

    capture ecran 2015-05-24 à 20.59.22.jpg

    Tout au long de cette cérémonie, le Tinlotois (Soheit-Tinlot) Alain D'Ambrosio (à gauche) accompagne les personnalités comme le représentant du Roi (en dessous à droite) ou le Gouverneur de la Province, Michel Foret (au dessus à droite).
    Photos C.L.

  • Frédéric Duchatelet, un Senytois peu connu mais ancien patron de la carrosserie Carat Duchatelet avant sa reprise en 2014

    Plusieurs Senytois ont reconnu un de leur voisin lors d'un reportage télévisé au JT RTBF de 13h , le 7 mai dernier. Pour ceux qui l'ignoraient, il s'agit de Frédéric Duchatelet, qui n'est autre que le fondateur de l'entreprise liégeoise Carat Duchatelet, qui transforme des voitures de luxe dans le monde entier.
    Après des difficultés ces dernières années, l'entreprise a retrouvé une nouvelle croissance. C'était l'objet de cette séquence
    .

    capture ecran 2015-05-07 à 20.43.01.jpg

    Voir la séquence vidéo du JT RTBF  du 7 mai 2015.
    (Aller à la 36ème minute)

    capture ecran 2015-05-07 à 20.37.26.jpg
    images extraites du JT de la RTBF.

    La carrosserie Carat Duchatelet, un an après la reprise: un bilan positif

    Voici juste un an, la carrosserie Carat Duchatelet, en faillite, a été reprise par l'homme d'affaires Jean-Paul Rosette, par l'intermédiaire de sa société Capital People. Les actionnaires américains sont partis. Et l'ancrage liégeois, garanti notamment par la participation de fonds publics, et par le soutien de la Région Wallonne, semble couronné de succès. La première année de fonctionnement de la nouvelle structure est, en tout cas, conforme aux espérances des repreneurs.
    (Voir l'article en ligne de Michel Gretry, RTBF)

  • Fraiture, Virginie Delrez: une karateka comme les autres, malgré un handicap

    Virginie Delrez vient d'obtenir sa ceinture noire de karaté, c'était l'occasion de revenir sur le remarquable parcours de cette sportive dont nous vous tenons régulièrement informés des différentes compétitions.

    IMG_9789.JPG

    Virginie Delrez est née en 1970. Atteinte d'une malformation congénitale, elle mène une vie "normale" jusqu’à l’âge de 18 ans, études, sports, sorties. En 1989, elle est victime d’une erreur médicale provoquant une tétraplégie dont elle ne se relèvera jamais. Depuis, explique-t-elle, "je vis en chaise roulante et ai contracté une maladie orpheline dégénérative. Le pire des handicaps dans tout ça, c’est la douleur. J’ai encore très fréquemment de gros problèmes de santé, interventions chirurgicales très fréquentes et des fractures à répétitions. Mais je pratique un sport aussi mental que physique, la pratique de ce sport constitue aussi un cheminement au plus profond de son être. C'est un chemin vers un plus grand moi, c'est la voie de la sérénité. De plus chaque partie du corps peut être sollicitée et la pratique adaptée à chaque morphologie. C'est le meilleur anti - dépresseur et anti - douleur que je connaisse ... Mon style de karaté est le Goju-Ryu". (Voir ci-dessous)

    IMG_9790.JPGElle a commencé le karaté décembre 2010 et en mai 2015 elle devient ceinture noire.  Malgré ses problèmes de santé il ne lui a  fallu que  cinq ans pour l’obtenir ! Depuis le commencement en décembre 2010 jusqu’en mai 2015, Virginie Delrez a participé à divers championnats internationaux et provinciaux. Elle a reçu divers trophées sportifs.    
    Une de ses plus belles expériences est de novembre 2014: elle devient Vice-championne du monde, médaillée d'argent aux 22e Championnats du monde 2014 de (handi) karaté tous styles organisés à Bremen en Allemagne. Bravo à elle !

     

    Lire la suite