Environnement - Page 2

  • Tinlot. Découvrez le phénomène du "Dust devil ou diable de poussière" filmé chez nous

    capture ecran 2018-08-24 à 10.45.10.jpg

    Sur le site de Fred l'apiculteur, vous pouvez découvrir le le phénomène du "Dust devil ou diable de poussière" avec une belle compilation filmée chez nous durant la période de sécheresse. En effet, avec une sécheresse persistante, des températures caniculaires et un vent pas trop marqué, toutes les conditions étaient réunies pour voir apparaître ces sympathiques phénomènes! 
    Plus d’infos pour comprendre ce phénomène " C'est quoi les dust devils? (Site de lIRM)"
    Voir la vidéo de Fred l'apiculteur dans notre région

  • Moins de papillons dans nos jardins à cause de la sécheresse

    capture ecran 2018-08-14 à 10.23.39.jpg
    Moins de papillons mais des espèces moins courantes, comme le machaon, étaient bien plus présentes dans nos jardins (Ph. Wikipédia)

    Un peu plus de 1000 personnes ont participé à l'opération lancée par Natagora "Devine qui papillonne au jardin". Voir l'article sur ce blog.
    Les particuliers étaient invités à recenser les papillons présents ce week-end dans les jardins wallons et bruxellois. Le nombre de papillons observés s'élève à 8.639 pour cette 12e édition. Le fait que les papillons ont boudé les jardins est en partie lié à la sécheresse qui sévit actuellement en Belgique, souligne l'association de protection de la nature dimanche.
    Les espèces plus rares deviennent plus fréquentes
    Les participants ont noté environ 14 papillons par jardin, ce qui est légèrement inférieur aux années précédentes. Quelque 52 espèces différentes ont été répertoriées, par rapport à une moyenne de 62. Les espèces les plus courantes, telles que la paon du jour, le vulcain ou la petite tortue étaient plus discrètes cette année, pointe Natagora. Tandis que d'autres espèces, moins habituelles, "battent des records historiques": le machaon se fait deux fois plus nombreux que lors de la dernière décennie; le tabac d'Espagne et l'azuré commun profitent, eux, des températures élevées.
    De nombreux experts constatent que dans les réserves gérées par Natagora, le printemps particulièrement favorable a poussé les papillons d'été à sortir deux à trois semaines à l'avance. D'où aussi leur nombre moins élevé. Mais la sécheresse a également joué un rôle. Certaines espèces se réfugient vers les lisières notamment, des milieux souvent absents chez les particuliers.
    Lire la suite de l'article sur le site de la RTBF

  • La destruction de nids d'hirondelle peut coûter très cher !

    capture ecran 2018-08-03 à 15.42.22.jpg

    L’ASBL Association de gestion des domaines touristiques du vallon de la Lembrée, responsable du château de Harzé, a été condamnée en juin dernier à une amende de plusieurs milliers d’euros pour des destructions de nids d’hirondelle, se félicite la Ligue royale belge pour la protection des oiseaux, à l’origine de la plainte.
    Outre une indemnisation pour le dommage moral causé à la nature, l’ASBL de gestion des domaines touristiques du vallon de la Lembrée a écopé, pour la destruction de 24 nids, de 2.400 euros d’amende ferme et de 9.600 euros avec un sursis de trois ans.
    La Ligue, qui dit avoir encore déploré la destruction d’une quinzaine de nids d’hirondelles sur la façade de l’hôtel de ville de Verviers ainsi que sur celle d’un café à Lambermont, «espère que cette condamnation servira d’exemple dissuasif et donnera le signal de sanctions plus lourdes contre les atteintes à la faune sauvage». «Il est sidérant de constater que les acteurs de ces destructions tantôt ignorent, tantôt dédaignent le déclin désastreux des populations d’hirondelles», conclut l’association de protection des oiseaux.
    (La Meuse du 3 août)
    Il existe pourtant des alternatives et des solutions à ces situations. Voir à ce sujet un article de Fred l'apiculteur à Fraiture (photo ci-dessus)

  • Le 1er août l’humanité aura consommé les ressources de la planète

    Photo News

    L’humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an et pollué plus que ce qu’elle ne peut absorber le 1er août prochain. Elle vivra donc «à crédit» sur les ressources naturelles des générations futures jusqu’au 31 décembre, selon les calculs de l’ONG Global Footprint Network, qui souligne que ce moment survient de plus en plus tôt chaque année.

    Le 1er août marquera pour la Terre le «jour du dépassement» (« earth overshoot day», en anglais), un concept forgé au sein du think tank britannique New Economics Foundation et calculé chaque année par l’organisation Global Footprint Network, à laquelle le think tank s’est associé en 2006. Dans ses calculs, l’ONG tient compte de l’empreinte carbone, des ressources consommées pour la pêche, l’élevage, les cultures, la construction et l’utilisation d’eau.

    L’an dernier, le «jour du dépassement» était survenu le 2 août, l’année précédente le 8 du même mois. La date «avance inexorablement depuis les années 1970», relève l’ONG. En 1970, l’échéance était tombée le 23 décembre. Depuis, elle n’a cessé d’avancer: 3 novembre en 1980, 13 octobre en 1990, 4 octobre en 2000, 3 septembre en 2005, 28 août en 2010. Lire la suite dans l'édition de La Meuse digitale

  • L'éclipse de lune vue de Fraiture

    IMG_3505.jpg

    Voici une photo prise vers 0h45 à fraiture samedi. On y voit la lune encore un peu rousse avec Mars. (Transmis par Marcel Ponthier)
  • 4 et 5 août : recensement des papillons de jardin

    Recensement des papillons de jardin

    Chaque premier week-end d'août, Natagora vous invite à participer à l'opération "Devine qui papillonne au jardin". Observer les papillons chez soi offre une vue nouvelle sur la richesse du milieu que l'on foule du pied au quotidien. Un moment idéal pour réfléchir aux manières d'accorder plus de place à la nature chez soi et apprendre à reconnaitre les papillons au jardin. L'émerveillement est garanti!
    À vos agendas
    : la prochaine édition de l'opération "Devine qui papillonne au jardin" aura lieu le week-end des 4 et 5 août 2018.
    Participez, c'est très simple !
    1. Observez les papillons qui visitent votre jardin le week-end des 4 et 5 août.
    2. Identifiez les papillons de votre jardin, en vous aidant de nos outils d’identification.
    (consultez notre liste visuelle interactive ou téléchargez notre poster)
    3. Notez, pour chaque espèce, le nombre maximum d’individus que vous comptez en même temps.
    (NE PAS additionner toutes les observations de la même espèce au cours du week-end)
    4. Encodez vos observations sur notre site.

  • L’éclipse lunaire la plus longue du siècle !

    capture ecran 2018-07-24 à 23.21.14.jpg

    C’est un spectacle unique qui nous attend ce vendredi 27 juillet. Durant plus d’une heure, on pourra observer l’éclipse lunaire la plus longue de ce siècle. Elle devrait durer 113 minutes en tout. La dernière éclipse totale avait déjà attiré les astronomes amateurs en 2000, d’autant qu’elle avait duré 1h46. Un phénomène qui ne sera plus observable avant 2100. Raison de plus de ne pas rater ce spectacle incroyable. Chez nous, elle sera observable entre 21h30 et minuit. La Lune, la Terre et le Soleil seront parfaitement alignés, ce qui permettra à notre planète de projeter son ombre sur le satellite. Grâce à cela, la Lune deviendra invisible. Mais que pourra-t-on voir alors, me direz-vous ? La
    progression de l’éclipse bien sûr ! Durant les différentes phases d’ombre avant et après l’éclipse, la Lune devrait offrir un panorama incroyable. Lors de la 2e partie de l’éclipse, la Lune sera pleine et révélera des couleurs rousses, v oir rouges. Un moment rare et précieux ! D’autant qu’il ne sera pas nécessaire de s’équiper pour assister à ce phénomène astral, il sera directement visible à l’oeil nu. Seule une couverture sera nécessaire, pour profiter du spectacle, couché dans la pelouse de votre jardin.-FANNY JACQUES La Meuse du 24/7

    Voir également le reportage vidéo sur RTC

  • Bilan d'Intradel : 488 kgs de déchets ménagers par habitant

    capture ecran 2018-07-11 à 01.47.26.jpg

    488 kilos : c'est la masse de déchets ménagers produite par habitant chaque année sur la zone desservie par Intradel, l'intercommunale de traitement des déchets ménagers Liégeois. 488 kilos, c'est sans doute encore beaucoup, mais c'est la première fois depuis plusieurs années que l'on est passé sous la barre des 500 kg. Les habitants de la Province de Liège trient donc plutôt bien leurs déchets. C'est ce qui ressort du bilan 2017 d'Intradel. L'évolution globale de déchets ménagers a sensiblement diminué entre 2016 et 2017.
    Une fois récolté, l'essentiel de ces déchets est dirigé vers certaines filières, pour être recyclés ou valorisés. Seuls 4 % ne trouvent pas de nouvelle vie et s'en vont en centre d'enfouissement…
    Le premier outil de récolte des déchets, ce sont les recyparcs, qui récoltent près de la moitié des tonnages de l'intercommunale. Le nombre de visiteurs et les quantités récoltées y diminuent : Intradel y voit le résultat de sa politique, qui exige la carte d'identité à l'entrée.
    Côté négatif, on notera 150 plaintes déposées par les préposés suite à des agressions en 2017, et encore pas loin de 2500 déclarations de vols dans les recyparcs en 2017, le plus souvent de nuit. Cela représente un manque à gagner pour Intradel.
    Regarder le reportage video sur RTC Télé Liège