Environnement - Page 2

  • Ici commence la mer...

    capture ecran 2018-06-07 à 15.30.23.jpg

    Quelques lecteurs ont relayé cette initiative de sensibilisation qui nous rappelle que la protection des eaux commence à notre porte

    La campagne « Ici Commence la Mer »… bat le pavé !
    200 plaques signalétiques « Ici commence La Mer » sont installées dans le centre-ville de Cannes et à Cannes La Bocca. À terme, il y en aura 800 réparties sur les lieux de passage.
    Un seul but : protéger l'espace public et les fonds marins, avec l'aide de tous

    Comité Départemental de l'Isère de la Fédération Française d'Études et de Sports Sous-Marins
  • Clavier et communes voisines: collecte spéciale de plastiques agricoles du 18 au 22 juin

    cover-plastique-agricole.png

    Grâce à la détermination du collège de CLAVIER, Intradel et son partenaire organisent à CLAVIER du 18/06 au 22/06/2018 la collecte des déchets plastiques agricoles non dangereux.
    Le tri préalable, à la ferme, en trois fractions par les agriculteurs est obligatoire.
    Trois conteneurs seront installés sur la parcelle située Route du Val, à côté du Recyparc :
    Conteneur n°1 : plastiques fins étirables d’enrubannages
    Conteneur n°2 : plastiques épais, bâche de silo
    Conteneur n°3 : cordes et big-bags, ficelles, filets, sacs de farine.
    Un préposé d’Intradel sera sur place pour faire respecter le tri.
    Les agriculteurs des communes pourront également profiter de cette organisation.

    capture ecran 2018-06-07 à 17.00.38.jpg

    Téléchargez ici le document complet

  • Vente d’herbicides aux particuliers: bientôt la fin

    roundup.7.png

    Le gouvernement a approuvé, vendredi, un arrêté royal qui interdit l’usage de certains herbicides par les particuliers. Est notamment visé le « Roundup » dont la substance active est le glyphosate.
    Cette interdiction concerne l’ensemble des herbicides à utilisation non professionnelle. Seuls les herbicides composés de substances de base, de biopesticides et de substances à faible risque et qui comportent donc le moins de risques pour la santé et l’environnement pourront encore être autorisés.

    L’arrêté prévoit immédiatement (dès son entrée en vigueur après sa publication au Moniteur) l’interdiction effective des herbicides totaux (comme le roundup), l’interdiction de commercialisation, de vente et d’utilisation non professionnelle. Pour les herbicides sélectifs (le désherbant qui permet de tuer les pissenlits dans une pelouse, par exemple), il y a un délai de 6 mois avant l’interdiction de la commercialisation (vente interdite dès le 31 décembre 2018).

    Lire l'article complet dans la Meuse

  • La Semaine des Abeilles et des Pollinisateurs du 27 mai au 3 juin partout en Wallonie

    capture ecran 2018-05-26 à 11.19.45.jpg

    DU 27 MAI AU 03 JUIN 2018,
    MOBILISONS NOUS PARTOUT EN WALLONIE !

    Pour la deuxième année, une semaine des abeilles et des pollinisateurs se tiendra sur tout le territoire wallon.
    Cette initiative vise à faire découvrir le monde de ces petits insectes et en expliquer leurs rôles
    et leur importance tant pour l’espèce humaine que pour l’environnement et la biodiversité.
    Retrouver de nombreuses activités telles que :
    Des conférences
    Des visites de ruchers
    Des projections de films
    Des expositions
    Des dégustations
    Et bien d’autres choses encore !

    Vous souhaitez devenir acteurs de cette campagne ?
    N’hésitez pas à organiser une activité ou à nous montrer ce que vous faites déjà via notre formulaire d’inscription.

    Voir le site   http://www.abeillesetcompagnie.be/fr

  • La Ressourcerie du Pays de Liège fermée à cause des inondations

    capture ecran 2018-05-25 à 17.27.59.jpg

    La Ressourcerie du Pays de Liège à laquelle est affiliée la commune de Tinlot (pour le ramassage des encombrants sur rendez-vous) a été complétement inondée lors de l'orage mardi dernier.

    DSC_0864.JPGVoir l'article: Tinlot. Débarrassez-vous des encombrants Ils peuvent être emportés gratuitement

    capture ecran 2018-05-25 à 17.34.26.jpg

    Voir le reportage de la RTBF


    Mardi après-midi, un torrent de boue et d'eau a dévalé des champs avoisinants et a envahi le bâtiment jusqu'à une cinquantaine de centimètres, endommageant tous les objets exposés. Ce jeudi matin, c'est une entreprise spécialisée qui enlève les quelques centimètres de boue du magasin.  Michel Simon, directeur de la Ressourcerie et d'Electro Sofie, explique: "L'eau est entrée dans les bâtiments.  C'était un spectacle désolant car tout était sous eau et de l'eau boueuse.  Et quand l'eau s'est retirée, évidemment, la boue est restée au sol et c'était très embarrassant".
    Le nettoyage a commencé par les ateliers adjacents pour pouvoir redémarrer l'activité au plus vite.  Ici, on remet en service d'anciennes machines à lessiver et appareils électroménagers pour les revendre en seconde main.  Toutes les machines qui étaient dans le magasin doivent être vérifiées.    Les équipes vont donc devoir s'activer pour remettre en état au plus vite les premiers appareils.  Car pour l'instant, plus aucune machine n'est commercialisable. "Ça va être un travail de titan.  On a commencé aujourd'hui mais je ne sais pas jusqu'à quand on en a.  Je pense qu'on avait presque 200 machines, appareils tout confondus dans le magasin, plus la production qui attendait d'aller dans le magasin.  Donc, là, on a du boulot à revendre" explique Arnaud Spineux, chef d'atelier.
    Les pertes n'ont pas encore été chiffrées précisément.  Mais rien que pour les machines à lessiver, elles pourraient grimper jusqu'à 40.000 euros.  Sans compter qu'il s'agit de bâtiments presque neufs qui ont été inondés.

     Voir également l'article complet et les photos dans la Meuse

    capture ecran 2018-05-25 à 17.27.30.jpg...Les dégâts sont conséquents pour la Ressourcerie, qui vient justement d’intégrer des bâtiments flambant neufs. Une tuile dont l’équipe se serait bien passée. « Nous avons 200 machines à laver entreposées. Il va falloir étudier chaque machine pour estimer si elle peut être sauvée, ou si le composé électronique a malheureusement été endommagé. Ce n’est pas juste, c’est un travail d’équipe formidable que nous faisons ici. Nous avons 105 personnes engagées, c’est vraiment un sale coup… Au niveau des encombrants, les livres sont foutus. Pour les meubles, un nettoyage devrait être suffisant. On va essayer de sauver tout ce qu’on peut. »

    capture ecran 2018-05-25 à 17.27.22.jpg

     

  • Tinlot: une des communes les plus exposées aux pesticides

    capture ecran 2018-05-18 à 09.53.45.jpg

    Voir le reportage de RTC

    l'Institut Scientifique de Service public (ISSeP), installé à Liège, vient de mener une étude sur l'enregistrement de mesures du taux de pesticides autour de 12 stations réparties sur le territoire wallon, en ce compris trois en région liégeoise : Tinlot, Oupeye et Liège.
    C'est dans les localités de Gembloux, Louvain-la-Neuve, Tinlot et Dour et à Charleroi que les moyennes des concentrations totales mesurées sur l'année ont été les plus élevées. Les concentrations maximales ont été mesurées à Gembloux et Louvain-la-Neuve.
    Le nombre de substances actives et la concentration moyenne étaient les plus élevés à Oupeye (localité fruitière) et les moins élevés au Mont Rigi (Waimes).
    Il apparait que les doses respirées sont plus intenses dans les localités agricoles et au printemps, d'avril à juin.
    L'exposition aux pesticides extérieurs est quasi nulle en hiver. Les fongicides n'ont été mesurés qu'au printemps et en été, alors que deux pics de concentrations d'herbicides ont été observés au printemps, en été et en automne. En revanche, les insecticides ont été détectés tout au long de l'année.
    Le ministre Carlo Di Antonio estime au vu de ces premiers résultats qu'une évaluation plus précise de l'exposition est nécessaire pour mieux comprendre le lien entre l'exposition aux pesticides et les effets potentiels sur la santé humaine (maladie de Parkinson, asthme, développement du foetus, perturbateurs endocriniens, ...). M. Di Antonio a confié à l'Institut Scientifique de Service public (ISSeP) une nouvelle étude à l'échelle de la Wallonie.

    B9715718928Z.1_20180515173351_000+GSUBA4UJK.1-0.jpgLa Meuse H-W a recueilli les réactions de l Bourgmestre, Cilou louviaux
    Cette nouvelle qui a moyennement étonné la bourgmestre, Cilou Louviaux : «  Nous sommes quand même une commune rurale où la culture est intensive, où il y a peu de bio, il ne faut pas dire le contraire. Maintenant, de là à dire que tout se concentre à Tinlot, je ne le pense pas… Il s’agit d’un échantillon de base de 12 entités. Je ne suis pas certaine que le constat serait totalement différent à Clavier, par exemple, à quelques kilomètres de chez nous… Maintenant, oui, nous avons des exploitations qui, bien évidemment, utilisent des pesticides. Mais c’est un cercle vicieux pour les agriculteurs. On leur demande une culture intensive et importante pour un rendement des plus compétitifs… Pour les mauvaises herbes, les pesticides sont clairement efficaces, beaucoup moins pour l’environnement évidemment ! C’est un réel problème car il faut limiter leur utilisation et, en parallèle, trouver donc de nouvelles alternatives efficaces… et quelles sont-elles ?  »
    La bourgmestre n’ayant pas autorité sur le privé et n’ayant pas été informée de la réalisation de cette étude tient, pour comparaison, un parallèle avec son expérience communale. «  Cela fait des années qu’on ne peut plus en utiliser et, bien sûr, on le respecte ! Maintenant, on le voit bien, au niveau propreté des accotements, etc. c’est beaucoup plus compliqué à gérer ! Là où nous intervenions une fois par an auparavant, nous devons passer 3-4 fois sur l’année. Alors, il faut trouver des alternatives. Avec le GAL Pays des Condruzes par exemple, nous venons d’investir dans une désherbeur et l’engagement d’une personne qui travaillera quasi exclusivement à son utilisation. Il fera le tour des quatre communes chaque semaine pour nettoyer et entretenir. Mais je comprends que pour nos agriculteurs, qui n’ont déjà pas facile et à qui l’on impose davantage d’obligations, cela ne soit pas si simple. C’est un débat difficile. Il faut continuer le combat et sa sensibilisation…

    Article complet à lire dans La Meuse Huy-Waremme

  • Contrat de Rivière Meuse Aval. Engagement d’étudiants en juin et juillet 2018

    capture ecran 2018-05-04 à 15.21.31.jpgEngagement d’étudiants en juin et juillet 2018
    pour le Contrat de Rivière Meuse Aval et affluents (CRMA)

    Durant la période d’été, le CRMA coordonne des chantiers de gestion de la Balsamine de l’Himalaya (Plante invasive) sur l’ensemble de son bassin.
    Ces chantiers consistent en l’arrachage systématique (voir le fauchage) de la plante le long des berges des cours d’eau. Ces chantiers sont organisés dès la floraison de la Balsamine mi-juin et dépendent des conditions climatiques.
    De ce fait, ces chantiers sont de courtes durées, limités dans le temps et difficiles à prévoir endéans la semaine.
    Pour aider les membres de la cellule de coordination, le CRMA engage des étudiants intérimaires.

    Régime

    • Contrats journaliers gérés par Adecco
    • 7h30 par jour

    Conditions d’accès :

    • Avoir 18 ans au moins
    • Être en possession d’un permis de conduire et d’un véhicule est fortement conseillé

    Période de réalisation :

    Du 18 juin au 31 juillet 20185 suivant l’évolution de la plante

    Lieux de réalisation :

    Le CRMA est actif sur 40 communes situées entre Eghezée et Visé.

    Les chantiers de gestion sont organisés sur les sous-bassins suivants :

    • Hoyoux (Clavier, Huy, Modave, Marchin, Tinlot, Havelange, Ohey, Nandrin)
    • Mehaigne (Wanze, Braives, Hannut, Eghezée, Wasseiges, Fernelmont)
    • Geer (Waremme, Oreye, Geer, Bassenge)
    • Berwinne (Dalhem, Aubel, Herve, Visé, Thimister-Clermont)
    • Gueule (Plombières, Welkenraedt, Raeren, Lontzen, La Calamine)

    Les étudiants intéressés sont priés de prendre contact avec l’agence ADECCO de Huy par mail : huy.152@adecco.be ou par téléphone 085/23 58 70 avant le 31 mai 2018.

  • Ramelot. La Chaussée Romaine enfin débarrassée de ses poteaux "oubliés"

    capture ecran 2018-05-03 à 16.15.14.jpgDepuis une dizaine d'années les habitants demandent l'enlèvement de ces poteaux "oubliés". Photos de 2013 et 2015. 

    Les riverains demandaient l’enlèvement d’une trentaines de poteaux en béton, non utilisés, « oubliés » mais dangereux, en bordure de la Chaussée Romaine entre Ramelot  et la route de Dinant vers Strée.
    (Voir les articles de 2013 et 2015, où l’on rappelle cette demande déjà vieille de plusieurs années).
    Ces demandes relayées par la commune auprès du gestionnaire de réseau, Ores a enfin procédé à l’enlèvement des poteaux concernés  ces 2 et 3 mai 2018.

    capture ecran 2018-05-03 à 16.31.14.jpg

    capture ecran 2018-05-03 à 16.40.55.jpg

    Le résultat aujourd'hui !

     

  • Rappel. Recyparc attention aux quotas autorisés !

    capture ecran 2018-01-16 à 15.57.50.jpg

    Intradel a décidé de serrer la vis dans ses recyparcs. Dorénavant, la règle sera appliquée systématiquement partout. Par souci de clarté et pour donner la priorité aux citoyens. Voici donc un extrait du règlement en cours depuis le 1/09/2017

    Matières et quotas autorisés
    Les matières collectées peuvent varier d'un recyparc à l'autre.
    La liste des matières autorisées ci-dessous est susceptible d'être modifiée en fonction de nouvelles collectes/tri sélectif qui pourraient voir le jour.
    D’autre part, des collectes saisonnières peuvent être mises en place sur certains recyparcs.
    En ce qui concerne les quotas annuels liés à certaines fractions, ceux-ci sont remis à zéro au 1er janvier de chaque année
    Sont autorisés (entrée en vigueur 01.09.2017):
    Les encombrants combustibles et non combustibles (Un encombrant est par définition un déchet trop volumineux pour entrer dans le conteneur gris ou un sac poubelle. Exemples : matelas, sommiers, balatum, tapis plain, papiers peints, miroirs...)
    4 m³/an

    Les plastiques durs encombrants
    Le verre plat
    Les déchets de bois
    3m³/an

    La frigolite
    1m³/an

    Les déchets inertes (terres et briquaillons)
    5m³/an

    Les déchets de construction contenant de l'asbeste-ciment
    3m³/an

    Les déchets verts
    13m³/an

    Les métaux
    Les papiers et les cartons
    Le verre d’emballage (verre blanc et verre coloré)
    Les huiles moteur (contenant < 5L)
    Les huiles et graisses de friture (contenant <5 L)
    Les textiles
    Les pots de fleurs
    Les films plastiques
    Le P.V.C.
    Les bouchons en liège
    Les déchets d'équipement électrique et électronique (D.E.E.E.)
    Les tubes néons et les ampoules économiques
    Les déchets spéciaux des ménages (D.S.M.)
    Les pneus
    Les piles et les accumulateurs
    Les panneaux photovoltaïques

    capture ecran 2018-04-30 à 11.16.38.jpgLes apports ne peuvent excéder 1m³, tous matériaux confondus, par véhicule, par jour et par recyparc,
    quel que soit le nombre de personnes présentes dans le véhicule ou de cartes d'identité présentées.

    Toutefois, selon l'état de saturation du recyparc et du taux de fréquentation, le personnel du recyparc peut autoriser un dépôt plus important avec un maximum de 2m³ au total, dans la mesure où ce dernier ne perturbe pas la bonne gestion du recyparc.
    Par conséquent, un véhicule dont le chargement est supérieur à 2m³ sera toujours refusé, quel que soit le nombre de personnes présentes dans le véhicule ou de cartes d'identité présentées.

    Téléchargez ici  le Règlement complet d’accès des recyparcs INTRADEL

    capture ecran 2018-01-16 à 15.51.13.jpg

  • Amay et région liégeoise. La pyrale débarque et rase vos buis !

    capture ecran 2018-04-28 à 10.31.46.jpg
    La pyrale du buis (Wikipédia)

    Elle vient d’Asie et elle inquiète
    Elles sont voraces, redoutables, efficaces et terriblement envahissantes. Vous avez mis des années à entretenir et à tailler vos buis pour qu’ils fassent pâlir ceux des jardins de Versailles et elles, en quelque paires d’heures, rasent vos plantes.
    Elles, ce sont les pyrales du buis, une espèce de chenille originaire de l’Asie de l’Est arrivée pour la première fois en Belgique en 2017. Plusieurs cas ont été signalés à Liège, à Flémalle ou encore à Amay. Cette chenille a la particularité de se nourrir exclusivement de buxacées. La pyrale est une espèce exotique envahissante et extrêmement gênante.
    «Elle est arrivée en Europe via le commerce de plantes et notamment avec les buis d’Asie. En Asie, cette espèce ne commet pas de gros dégâts puisqu’elle cohabite avec d’autres insectes entomophages qui sont ses prédateurs comme chez nous avec le célèbre du « puceron coccinelle ». Nous avons importé la pyrale mais pas ses prédateurs. Elle en a quelques-uns  en Belgique comme les passereaux ou la vespa (une espèce de guêpe, NDLR). »
    Article complet à lire dans la Meuse digitale

    Lire la suite

  • Attention aux espèces invasives: La berce du Caucase

    Avec le retour du printemps, la végétation va reprendre ses droits mais, comme chaque année, attention aux espèces invasives et surtout celles qui peuvent être dangereuses, comme la berce du Caucase!

    Dépliant berce CiEi-web_Page_1.jpg

    Dépliant berce CiEi-web_Page_2.jpg

    Cliquez pour agrandir ou téléchargez ici le dépliant en pdf

  • Condroz Mosan. Balade nature à Marchin découverte d'une nouvelle réserve. 5 mai

    L’image contient peut-être : plante, fleur, nature et plein air
     
    Balade familiale à Marchin découverte d'une nouvelle réserve
    samedi 5 mai à 9:30 - 12:00
    Guide : André Paquet
    Balade organisée par la régionale Condroz-Mosan
    Inscription indispensable : vivianethelen@live.be ou 0475/28.16.68
    L’heure et le lieu de départ seront communiqués après inscription
      
     

  • Intradel. Questionnaire de satisfaction sur l'utilisation et l'accès des Recyparcs

    capture ecran 2018-04-16 à 20.24.57.jpg

    Intradel vous propose un questionnaire de satisfaction sur l'utilisation et l'accès des Recyparcs.

    Faites connaître votre avis

    capture ecran 2018-04-16 à 20.27.39.jpg