Environnement - Page 4

  • Fairebel: 1000 consommateurs membres de la coopérative depuis 2 ans

    capture ecran 2017-12-16 à 14.00.16.jpgChez Fairebel, "le lait équitable", c’est une histoire de producteurs ET de consommateurs ! En effet, cela fait tout juste 2 ans que la coopérative Faircoop s’est ouverte au grand public. Chaque producteur et consommateur peut devenir coopérateur.

    Aujourd’hui, plus de 1.000 consommateurs sont membres de la coopérative. Chez Fairebel, « le lait équitable », une consommatrice siège d’ailleurs au Conseil d’Administration. C’est donc autour d’une même table et d’une même voix que tous œuvrent. Pour Josiane André, consommatrice, « participer à l’élaboration de nouveaux produits et agir sur la qualité des produits en portant l’avis des consommateurs est un beau partenariat ».

    Pour Erwin Schöpges, producteur et président de la coopérative, « producteurs et consommateurs ont ainsi pu établir un prix juste et équitable. Ce prix couvre les coûts de production et une rémunération correcte pour le travail réalisé par le producteur et contribue à la sauvegarde d’une agriculture familiale et durable. »

    capture ecran 2017-12-16 à 14.00.21.jpgLe prix du litre de lait Fairebel, « le lait équitable », a été établi en tenant compte de ces réalités, de même que l’ensemble de la gamme des produits proposés : le lait demi-écrémé, le lait entier original, le lait entier chocolaté, la crème glacée au lait bio, le fromage en brique et en cube au lait à l’herbe ; et depuis trois mois, des « café cups » pour l’horeca et les entreprises ou institutions. 

    La story se poursuit. Sous l’impulsion des consommateurs, un nouveau produit est en préparation. Celui-ci devrait voir le jour début d’année 2018.

    Voilà pourquoi, pour les Belges, Fairebel est la marque qui a réussi le projet d’être aussi équitable pour les agriculteurs que les consommateurs.

    capture ecran 2017-12-16 à 13.59.18.jpg
    https://www.fairebel.be/produits/

  • Eole Modave, un projet citoyen quasi unique en Belgique. Etat d'avancement des travaux

    Eole Modave scrl est née de la volonté de la Commune de Modave et d’Engie Electrabel de collaborer autour de l’éolien à Modave. Un accord est intervenu dès 2008 sur ce projet, et après une longue phase d’obtention du permis unique pour 5 éoliennes, 1 de ces 5 éoliennes appartiendra et sera exploitée par une coopérative communale et citoyenne. La société a été fondée le 24 janvier 2017. L’éolienne sera construite fin 2017/début 2018 pour une mise en service industrielle avant l’été 2018. En savoir plus: https://www.eolemodave.be/

    capture ecran 2017-12-06 à 18.09.24.jpg

    Le dimanche 26 novembre, une AG extraordinaire était  convoquée à 10h, avec ensuite une visite de chantier pour se rendre compte de l'état d'avancement des travaux! Source:  https://www.facebook.com/blogModave/ (Bruno Dal Molin)

    capture ecran 2017-12-06 à 17.55.07.jpg

    Et la photo publiée ce 6 décembre 2017

  • Natagora, Crie de Modave. Envie d'apprendre à animer en pleine nature?

    capture ecran 2017-12-06 à 17.40.12.jpg

    Le CRIE de Modave met en place une formation destinée à toute personne  désireuse d’animer des groupes d’adultes ou d’enfants dans la nature.
    160 heures qui vous offrent des outils pratiques pour vivre la nature, aller à sa rencontre, animer un groupe. Les approches sont multiples : bottines et Opinel, immersion et ateliers pratiques, cerveau global, intelligence collective, écosystèmes, faune et flore… La formation a lieu de février à novembre 2018.
    Inscription et renseignements

    capture ecran 2017-12-06 à 17.40.27.jpg

  • Ouffet. L’astrophysicien Arnaud Stiepen a lancé une chaine didactique You tube sur la science

    Des vidéos utilisant des extraits de films pour expliquer précisément des phénomènes scientifiques : voilà ce que propose l’astrophysicien ouffetois Arnaud Stiepen (31). À l’ULg, où il officie, il a pu s’entourer de passionnés pour l’assister. C’est un projet qu’il cultive dans son esprit depuis plusieurs années maintenant.
    Dans ses vidéos, l’Ouffetois explique ainsi des principes physiques, chimiques ou mathématiques. Des séquences qui utilisent notamment certains artifices comme un fond vert et des illustrations réalisées spécialement pour l’occasion. (Extrait de l’article de La Meuse du 18/11)

    capture ecran 2017-12-04 à 11.30.21.jpg

    Voir la présentation du projet par Arnaud Stiepen

    capture ecran 2017-12-04 à 11.48.25.jpg

    Astrophysicien passionné de cinéma, ancien étudiant de St Roch Ferrières puis de l’ULG, Arnaud Stiepen, est aujourd’hui chercheur à l' Université de Liège (Postdoctoral researcher), il a lancé ce 4 décembre  le 1er épisode de  "Science at the movies". 
    Le chercheur prévoit la diffusion de 5-6 vidéos par an. Certaines seront d'ailleurs assorties d'un bonus pour les mathématiciens en reste! (https://www.facebook.com/astiepen)

    Après un long et beau parcours, nous y sommes! Nous vous avions donné rendez-vous pour la toute première vidéo de Science AT The Movies: la voici!  Premier épisode: Archimède.

    capture ecran 2017-12-04 à 11.44.09.jpg

    capture ecran 2017-12-05 à 11.38.30.jpg

    Dans ce premier épisode de Science at The Movies, nous découvrirons les sciences qui se cachent derrière le film Dirty Dancing et, en particulier, le principe découvert par Archimède. Soyez les premiers au courant des sorties de nos prochaines vidéos grâce à la page Facebook Science At The Movies: https://www.facebook.com/ScienceAtThe... et au twitter: https://twitter.com/ArnaudStiepen et n'hésitez pas à partager la chaîne et les vidéos sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #SATM!
    A voir également le Jt de la RTBF du 12 octobre avec A. Stiepen

  • De plus en plus de fouines et de blaireaux chez nous: deux espèces protégées

    fouine,blaireau,taupe,eracdic.be

    Marre des fouines qui déchiquetent l'isolation sous le capot de votre voiture ou qui gambadent dans votre sous-toiture? Marre du blaireau qui ravage votre pelouse?
    Les deux espèces étant protégées, pas question de sortir la carabine. Taupier depuis 30 ans, Manu Lecocq est de plus en plus sollicité pour éloigner de votre propriété ces petits (et parfois gros) nuisibles qui causent d’importants dégâts.

    Cet Esneutois de 50 ans, Manu Lecocq est dans le secteur du "pest control» depuis 30 ans. «C’est un terme générique qui couvre l’élimination de ces animaux nuisibles" (Article complet dans la Meuse digitale) Photos Wikipédia

    capture ecran 2017-12-03 à 16.55.49.jpg

    Découvrez le site de Manu eradic.be

  • A partir de ce 3 décembre, la Belgique tourne entièrement grâce aux bioénergies

    Du 3 au 31 décembre 2017, la Belgique pourra compter uniquement sur les bioénergies – énergies produites à partir de biomasse – pour couvrir ses besoins énergétiques.

    1.jpeg
    La station d'Ochain inaugurée le 29/9/2017

    Si l’on convertit l’énergie produite en Belgique en équivalents jours, on comptabilise 29 jours d’autosuffisance grâce aux bioénergies en 2017. Au niveau de l’Europe, on compte 41 jours d’autosuffisance. Ce qui ne veut pas dire que la Belgique est un mauvais élève…  Les bioénergies comptent !

    Les bioénergies – bois-énergie, biométhanisation, miscanthus… – sont la principale source d’énergie renouvelable en Europe, devant l’éolien et le solaire. Leur importance est surtout liée à la production de chaleur dont on parle peu par rapport à l’électricité.
    En Europe, les bioénergies comptent pour 61,3 % de l’énergie renouvelable. Ce chiffre s’élève à 73 % pour la Belgique et plus de 75 % pour la Région wallonne. En Wallonie, le bois participe grandement à ces résultats. Il est à l’origine de la moitié (50,6 %, avec 6.805,4 GWh) de l’énergie renouvelable produite.
    Les bioénergies sont donc incontournables dans la transition énergétique et l’atteinte de l’objectif de 13 % d’énergies renouvelables en Belgique à l’horizon 2020.
    Plus de chiffres dans la publication «La place des bioénergies en Europe, Belgique et Wallonie : focus sur la biomasse solide».
    The European Bioenergy Day
    La journée des bioénergies est un concept amené en Europe par l’Association Européenne pour la Biomasse (AEBIOM). Cette campagne d’information entend sensibiliser le public sur le rôle essentiel des bioénergies dans le processus de transition énergétique et aider à mieux cerner la place des bioénergies au sein des énergies renouvelables. Elle est relayée dans 20 pays différents grâce au soutien de fédérations nationales et internationales. Plus d’infos sur http://www.europeanbioenergyday.eu
    Pour en apprendre davantage sur le rôle de la biomasse en Wallonie : www.labiomasseenwallonie.be

    Télécharger ici le dossier complet 
    " La place des bioénergies en Europe, Belgique et Wallonie"

  • Votre calendrier Intradel du mois de décembre 2017

    capture ecran 2017-12-01 à 23.39.37.jpgPrenez conscience de la durée de vie de vos déchets !

    Pcapture ecran 2017-11-30 à 17.51.39.jpg

  • Tinlot journée de l'arbre dimanche 26 novembre

    capture ecran 2017-11-26 à 18.47.28.jpgQuelques 650 arbres ont été distribués à la population dimanche matin à Tinlot. Tout le lot dont disposait la commune a été écoulé. Malgré le froid glacial l'équipe présente depuis 9h a pu non seulement organiser la distribution, mais répondre aux différentes questions et la fournir la documentation nécessaire. (voir plus bas)

    DSC_6522.jpg

    Merci à toute l’équipe ! (Les mains dans les poches, c'est pour le froid !)
    Maxime Rigo. Garde forestier. Crie de Liège – animateur nature. Sabine Colery du Département Nature et Forêt, Jean-Michel Rigo (commune), Christelle Collaers (commune) Christine Guyot (échevine) Cilou Louviaux (Bourg.) Didier Jacob (commune). Lire la suite ci-dessous.

    Lire la suite

  • Tinlot journée de l'arbre : dim. 26 novembre, distribution de plants de 9 à 12h !

    SEMAINE DE L'ARBRE 2017 : ACTIVITÉS

    En 2017, 60 communes de Wallonie ont été sélectionnées dans le cadre de la Semaine de l’Arbre.

    Elles distribueront des plants fournis par le Service Public de Wallonie le week-end du 25 et 26 novembre. Ces communes organiseront également des activités à destination du grand public.

    banniereweb.jpg2017 est l’année de la viorne. Nous rencontrons 2 espèces de viorne indigènes : obier et mancienne.Ne dépassant pas 5 mètres de hauteur, la viorne représente l’arbuste des nœuds, des liens et des ligatures. Largement utilisée en vannerie, la viorne est l’arbre qui crée le lien. Pourvu que l’on «viorne» encore beaucoup autour de cet arbre-là ! («viorner» signifie «faire du bruit» en vieux français)

    capture ecran 2017-11-23 à 11.44.42.jpg

    Lire la suite

  • Condroz. Ateliers de sensibilisation aux éco-matériaux. Ateliers gratuits ouverts à tous!

    Envie de découvrir des techniques de rénovation écologique du bâtiment, l'asbl Devenirs organise des ateliers ouverts à tous.

    Voici les dates pour le mois de décembre :
    samedi 2/12 : enduits naturels - CTA de Strée
    samedi 9/12: isolation écologique - CTA de Strée
    samedi 16/12 : peintures naturelles - salle les Mélèzes - Marchin
    samedi 23/12 : peintures naturelles - CTA de Strée

    Info : asbl Devenirs : 085/413191 - j.clajot@devenirs.be

    23550858_1531771776910479_5752762954718786483_o.jpg

  • « Se chauffer au bois-bûche, OUI, mais pas n’importe comment ! »

    La maitrise du feu : campagne de sensibilisation 2017
    « Se chauffer au bois-bûche, OUI, mais pas n’importe comment ! »

    Près d’1/4 des wallons utilisent le bois comme source d’énergie chez eux
    Actuellement, près de 25% des ménages wallons utilisent – d’une façon ou d’une autre – le bois comme source énergétique dans leur habitation. Tous types de bois confondus, le combustible « bois bûche » fait figure de favori : en effet, il représente à lui seul plus de 70 % de la consommation totale de bois-énergie (chauffage résidentiel). Le PanoraBois 2017, réalisé par l’Office Economique Wallon du Bois, fait état de 353.700 tonnes de bois bûche consommées annuellement par les wallons, 134.000 tonnes de pellets et 10.300 tonnes d’autres bois (rémanents forestiers, produits connexes, plaquettes, bois recyclés…).
    Il apparait donc essentiel d’inciter ces ménages à adopter une attitude respectueuse de l’environnement vis-à-vis de son appareil de chauffe.
    L’objectif ce cette campagne est d’apporter des conseils utiles et concrets pour une utilisation optimale de son appareil de chauffe.

    La maitrise du feu : des conseils à la portée de tous
    Les conseils utiles et concrets véhiculés durant la campagne de sensibilisation ont pour but de montrer que le bois c’est « sain, écologique et économique » si on suit les bonnes pratiques.
    Un comportement responsable permettra non seulement de réduire les émissions de particules fines et autres polluants atmosphériques, mais aussi d’augmenter l’efficacité de la combustion.

    capture ecran 2017-11-15 à 14.46.20.jpg

    Voir le site

    La relance de cette campagne est marquée par un concours grand public permettant de gagner son bois de chauffage pour tout un hiver.

    Campagne 2017- lamaitrisedufeu - A2Concours-HD.jpg

    capture ecran 2017-11-15 à 14.44.38.jpg

  • Tinlot journée de l'arbre : dim. 26 novembre, distribution de plants de 9 à 12h !

    banniereweb.jpg

    194724154.jpeg

    Extrait du Tinlot 4S Automne 2017
    En savoir plus: http://environnement.wallonie.be/dnf/semarbre/

    1973479184.jpeg

     

  • 1er décembre, fin de la tolérance pour les sacs plastiques. Et la suite ?

    Depuis le 1er décembre 2016,  les sacs en plastique sont officiellement interdits aux caisses des magasins. Mais il existait encore une tolérance, permettant aux commerçants d’écouler leurs stocks restants. Attention : cette tolérance prendra fin le 1er décembre prochain.

    capture ecran 2017-11-12 à 12.56.46.jpgMais qu’en est-il des autres sacs ? Les petits sachets blancs par exemple, qu’on trouve dans les rayons fruits et légumes, ne sont pas concernés par cette mesure. C’est ce qu’on appelle des sacs « alimentaires ».
    Et faute de mieux, les supermarchés peuvent encore les utiliser.
    Certains ont opté pour des sacs en papier, d’autres pour des sacs en plastique très légers biodégradables. Avec plus ou moins de succès…
    Le ministre de l’Environnement wallon, Carlo Di Antonio, avait là aussi évoqué une période de transition pour inciter les consommateurs à changer leurs habitudes. Mais aucune date précise n’a encore été communiquée.
    L.P. La Meuse du 4/11.

  • Natagora. CRIE de Modave, découvrez le Cincle et les oiseaux de Meuse les 2 et 3 décembre

    Le Cincle plongeur

    Samedi 2 décembre à 19h au CRIE de Modave, rue du Parc, 2 à 4577 Modave, avec la Régionale Natagora Condroz Mosan

    Luc Loeckx vous dévoilera tous les secrets du Cincle plongeur, appelé également "merle d'eau", "petit prince des rivières" ou "elfe des torrents", super bioindicateur pour lequel des nichoirs ont été installés au fil de certaines rivières (Hoyoux, Triffoy...). 
    Lors de cette conférence, nous lancerons une invitation aux personnes souhaitant s'impliquer plus concrètement sur le terrain et volontaires pour suivre la nidification de cet oiseau. 
    Une balade sur le terrain sera prévue en janvier/février 2018. 
    PAF: 1€
     
     Les oiseaux de Meuse
     
    Dimanche 10 décembre de 9h30 à 12h à l’Écomusée, Avenue de Beaufort, 65 à 4500 Ben-Ahin, avec le Cercle des Naturalistes de Belgique (CNB) et l’Écomusée
     
    Yves Camby et Virginie Karikese nous emmèneront à la découverte des oiseaux d’eau hivernant en Meuse. Après une introduction en salle détaillant les espèces que nous pourrons observer et leurs modes de vie, nous partirons sur les berges du fleuve à la recherche du fuligule milouin, du canard colvert ou encore du grèbe castagneux.
     
    Se munir de vêtements chauds et de jumelles si vous en avez.
    Participation gratuite.

    23275758_1249153258564278_5653113259089554263_o.jpg

  • Modave,Tinlot. Rallye du Condroz «3.000€ de dégâts dans mes champs!»

    Pour assister à l’une des étapes les plus spectaculaires du Rallye du Condroz, certains n’hésitent pas à laisser leur respect à la maison! De multiples conducteurs de quads et de 4X4 ont ainsi traversé des champs semés: Philippe Collinge, agriculteur de Tinlot, évalue à deux terrains de football la superficie des récoltes détruites par ces incivilités.

    «  Ce qui m’attriste le plus, ce n’est pas tant le côté financier… Cela ne va pas compromettre mon année. Mais c’est sur le plan du respect du travail de l’autre que cela me touche beaucoup.  »

    Philippe Collinge, agriculteur à Tinlot, est dépité face à la situation qu’il traverse chaque année, lors du Rallye du Condroz. «  Cela a été un peu mieux quelques années, maintenant ça recommence… Cette édition, c’est la totale. Ça devient vraiment insupportable  », confie-t-il.

    capture ecran 2017-11-08 à 14.53.37.jpg
    Les quads et les 4X4 ont traversé les champs entre la N636 (Route de Dinant) et la carrière

    En ce week-end de course, malgré la présence de panneaux de signalisation placés spécialement pour l’événement, «  ainsi qu’un engin agricole que j’avais stationné au milieu du chemin, avec l’accord de la commune  », de multiples véhicules se sont servis de ses champs (sur les entités de Strée et de Tinlot) comme d’une voie publique. Des dizaines de 4X4 et de quads ont bravé l’interdiction de circuler près de la course et, sans aucun respect pour les récoltes semées, ont allégrement traversé les récoltes, entre la N636 et la carrière de Strée. «  Les gens ne se posent pas 36 questions : si la route est barrée, pour avoir accès à l’une des étapes les plus spectaculaires, ils roulent à travers les champs !  » Résultat : une importante partie des récoltes de colza et de froment, surtout, a été détruite. «  On ne pouvait pas ignorer que les cultures étaient en place. Le colza fait bien 25-30 cm de haut, le froment a commencé à pousser et le champ est déjà tout vert !  » Au total, les dégâts s’avoisinent sur une superficie de deux terrains de football. «  Il faut se rendre compte que, pour cette année, c’est irrécupérable ! C’est trop tard pour ressemer  », explique Philippe Collinge qui, comble de la situation, avait d’ailleurs laissé une partie de l’un de ses champs sans semence, pour permettre le stationnement de véhicules. «  Une dizaine seulement s’y est garée  », déplore-t-il.

    champ2 (2)

    En bordure du champs, les véhicules se sont créé un chemin à travers les cultures, sur plus d'un km, entre 5 et 15 m de large, pour rejoindre la carrière de Strée ou se déroulait la spéciale.

    Ce dimanche, un hélicoptère de la police a survolé la zone afin de filmer les lieux, notamment pour relever les plaques d’immatriculation des véhicules présents (6 à ce moment-là), mais aussi pour visualiser l’ensemble des ornières et dégâts orchestrés dans les récoltes.

    La zone de police du Condroz va rédiger des procès-verbaux à l’encontre de ces propriétaires de véhicules, notamment pour destruction de cultures et non-respect des arrêtés de police. Pour rappel, il était en effet tout à fait interdit de circuler en quads ou en 4X4 à moins de 250 mètres de l’événement.

    champ1

    Il ne reste rien des semis!

    De son côté, Philippe Collinge espère vraiment obtenir des dédommagements. «  Je réclame 3.000 euros  », dit-il. «  Je ne fais pas ça pour l’argent ni pour embêter pour le plaisir, je suis moi-même amateur de sports moteurs. Mais il est temps que le public, tout comme les organisateurs, soient conscientisés sur cette problématique  », conclut-il.

    Voir l'article complet d'Emilie Depoorter, avec la réaction de Roger Jamoul, dans la Meuse digitale et la Meuse Huy-Waremme du 7 novembre. Photos AL.