Formations, animations - Page 5

  • Les dates des examens pour l'année scolaire 2015-2016

    capture ecran 2015-09-04 à 22.47.29.jpgLes enfants viennent à peine de rentrer à l’école que leur horaire d’examens est déjà fixé ! En tout cas les dates des épreuves externes certificatives ou non. Rappelons que l’on parle ici d’épreuves identiques à tous les élèves, indépendamment des écoles qu’ils fréquentent.
    > Initiation scientifique pour les élèves de 3e et 5e primaire : qui dit évaluation externe ne signifie pas automatiquement examens de fin d’année. Des épreuves (non certificatives) de sciences auront déjà lieu dans un mois. La formation historique et géographique sera aussi au programme des élèves de 3e générale, technique/artistique de transition et de qualification. Elles auront lieu entre le 5 et le 9 octobre, sauf impossibilité matérielle, auquel cas, elles devront être organisées la semaine suivante. Les corrections seront (idéalement) effectuées collectivement, au plus tard pour le 16 octobre.
    > Certificat d’études de base (CEB) : dès le 16 juin. L’épreuve qui vient clôturer le parcours des enfants en primaire est évidemment toujours obligatoire. Quatre jours ont été sélectionnés, mais cette fois-ci, pas au cours de la même semaine. Les dates choisies sont les matinées des jeudi 16, vendredi 17, lundi 20 et mardi 21 juin 2016.
    > Le CE1D : dès le 16 juin. La fameuse épreuve qui a connu bien des vicissitudes en juin, avec l’annulation d’examens pour cause de fraude, concernera toujours, entre autres, les élèves inscrits en 2e secondaire. L’épreuve de français est fixée au jeudi 16 juin (matin), celle de langues modernes au vendredi 17 juin (matin) pour la partie écrite et entre le mercredi 15 et le mercredi 22 pour la partie orale. L’épreuve de mathématiques aura lieu le lundi 20 juin (matin) et celle de sciences, le mardi 21 juin (matin).
    > Le Certificat d’enseignement secondaire supérieur (CESS) les 13 et 14 juin. Enfin, les "grands" de 6e secondaire (entre autres) passeront leur épreuve de français le 13 juin 2016 (matin). Celle d’histoire se déroulera le mardi 14 juin 2016 (matin). Elle sera axée sur la guerre froide en Europe (1980-1991, de la naissance de Solidarnosc à l’implosion de l’URSS). D.SW. (La Meuse du 4 septembre)

  • En travaux depuis fin avril, le kiosque de Marchin a été inauguré

    Ce week-end, dans le cadre de la journée des entrepreneurs, le kiosque de Marchin a été inauguré. Les travaux de rénovation avaient démarré le 29 avril, sous l’impulsion de nombreux acteurs. Des entités telles que Marchin Entreprendre, l’entreprise Michel Milone, l’ADL de Marchin et la commune de Marchin ont participé à ce chantier.
    Un atelier éphémère issu du programme Graine d’Artisan avait donné le coup d’envoi du 29 avril au 5 juin, alors que 26 enfants de 5e et de 6e primaires techniques de Marchin, Modave et Tinlot s’étaient attardés à rénover les pieds du kiosque, et une partie de la couverture. «Grâce à ce travail sur le toit du kiosque, les enfants ont pu ainsi découvrir le métier de menuisier », expliquait alors Raphaëlle Kinet, coordinatrice au sein de l’ASBL Devenirs.
    Il restait encore le socle à restaurer. «Il fallait refaire les fondations en pierres bleues avec une dalle étanche de béton d’une épaisseur de 20cm », déclare Albert Deliège, directeur de l’ASBL Devenirs. «Cette dalle a été lissée par de grosses lames rotatives. L’entièreté du socle a été resablée, les têtes de mur revues et réparées. La base a donc été consolidée dans les règles de l’art ».

    capture ecran 2015-10-07 à 14.35.43.jpg

    Le kiosque rénové dévoilé au public dimanche soir

    UN PETIT STRESS
    Ce dimanche était donc le grand jour pour tous. L’artisan couvreur Valentin Angelicchio et l’artisan menuisier Hervé Grommen parlent d’un petit stress lors des derniers jours. «Les opérations devenaient de plus en plus délicates », déclare ce dernier. «Il y a quelques jours, on a posé le toit sur le kiosque pour voir si tout s’emboîtait bien », dit-il. «On a dû s’y reprendre à quatre fois, mais on y est arrivé ». L’inauguration s’est déroulée en fanfare ce dimanche, drainant plus de 600 personnes selon Olivier Minet, directeur de Latitude 50. JÉRÔME GUISSE (La Meuse du 7 octobre). Photos C.L.

    capture ecran 2015-10-07 à 14.29.01.jpg

    12109106_10153375256538229_2841235916515251900_n.jpg

    Les acteurs de cette rénovation dont les enfants de "Graine d'Artisan" sur le Kiosque pendant alors que La dernière fanfare du village (Marvy musique) entraîne le nombreux public rassemblé pour l'occasion (600 à 700 personnes).

     

     

     

     

     

     

  • Agromécanicien : le secteur est en pénurie

    capture ecran 2015-08-27 à 12.33.50.jpg

    Reportage RTC Télé Liège

    Attirer les jeunes vers les métiers techniques de l'agriculture : c'est l'objectif d'une campagne lancée ce mercredi par la Fédération Belge des Fournisseurs de Machines Agricoles et des Espaces verts.
    Le Forem lancera au mois de septembre une nouvelle formation d'agromécanicien, pour tenter de répondre aux besoins du secteur.

    capture ecran 2015-08-27 à 12.35.26.jpg

    Voir le reportage de RTC Télé-Liège

  • Graine d'Artisan, clôture de la formation

     Graine d'Artisan, clôture de la formation qui avait débutée le 29 avril

    BJM_5103_001BJM_5103.JPG
    Les différents artisans et responsables lors de la clôture .
    Voir les articles précédents sur ce blog:

    http://tinlot.blogs.sudinfo.be/archive/2015/05/07/marchin-modave-tinlot-operation-graine-d-artisan-grand-march-149601.html

    http://tinlot.blogs.sudinfo.be/archive/2015/04/13/graine-d-artisan-tinlot-modave-marchin-formations-a-partir-du-29-avril-2015.html

    BJM_5059_003BJM_5059.JPG

    Les bonnes choses à manger (fougas), cuites à Tinlot avec les artisans boulangers

    Merci à eux et à José Borghoms pour les photos et le suivi !

  • Modave, Tinlot et Marchin: à la découverte des métiers techniques

    capture ecran 2015-05-21 à 21.57.35.jpgDans les communes de Marchin, Modave et Tinlot, chaque mercredi après midi de fin avril à début juin, 26 élèves de sixième primaire participent à des ateliers de découverte de métiers techniques, tels que couvreur, menuisier, horticulteur et boulanger. Cette initiative porte le nom de Graine d'Artisan et en est à sa 2e édition. L'objectif de l'ASBL Devenirs, l'organisateur, est d'éveiller l'intérêt pour des métiers souvent méconnus et pourtant pourvoyeurs d'emplois.

    Visser, clouer, scier : dans l'atelier menuiserie et couverture, quatorze élèves de sixième année primaire s'affairent à rénover le kiosque de la place de Marchin. Si le geste est parfois encore hésitant, la volonté de bien faire et d'apprendre est manifeste dans le chef de ces apprentis d'un jour. Pendant trois mercredis d'affilée, d'avril à juin, ces enfants ont choisi d'apprendre le métier de couvreur et de menuisier. Pour ce faire, ils sont encadrés bénévolement par des artisans expérimentés, heureux de pouvoir transmettre la passion pour leur métier.

    capture ecran 2015-05-21 à 21.56.02.jpg
    Autres ateliers proposés dans le cadre de cette deuxième édition de Graine d'Artisan : l'horticulture à Modave et la boulangerie-pâtisserie à Tinlot. Là, les enfants apprennent à travailler la terre, d'un côté, la pâte et différents ingrédients de l'autre. L'objectif de l'initiative est bien entendu d'ordre pédagogique mais pas seulement. Le but est aussi et surtout de revaloriser des métiers méconnus des jeunes - et moins jeunes - et avec eux, les filières techniques qui y conduisent, souvent délaissées à tort, puisque ces métiers techniques sont dans la plupart des cas synonymes de débouchés professionnels rapides et épanouissants. "Dans le secteur bâtiment, pour l'artisan qui maîtrise bien son métier, il y encore et toujours énormément de boulot," précise Valentin Angelicchio, artisan-couvreur,formateur pour Graine d'Artisan."En tant que couvreur, je ne sais pas où donner de la tête. Et il y a clairement un manque de bons artisans."
    Voir l'article complet sur rtbf.be

  • Découvrez l'Alter Ecole de Clavier lors de sa journée "portes ouvertes" du 30 mai

    L'Alter Ecole de Clavier L’Alter Ecole est un projet pilote de la Fédération Wallonie Bruxelles qui a pour but d'offrir des alternatives à des élèves en froid avec l'enseignement traditionnel et de les aider à (re)trouver le plaisir et la curiosité d'apprendre. Elle accueille des élèves de la 3e à la 6e générale. La journée portes ouvertes du 30 mai est une belle occasion de découvrir ce projet original proche de chez nous.

    Flyers couleur.jpg

    flyer JPO recto.jpeg

    flyer JPO verso.jpeg

    Pour en savoir plus

    https://www.facebook.com/alterecole.be

  • MARCHIN, MODAVE, TINLOT - OPÉRATION GRAINE D’ARTISAN. Grand Marchin : le kiosque rénové par les enfants

    26 petits vont découvrir 4 métiers d’artisans

    26 enfants de Marchin, Modave et Tinlot vont découvrir quatre métiers techniques. Pendant six semaines, des artisans vont faire découvrir leur travail aux élèves de 5e et 6e primaires. Parmi les projets : boulangerie, menuiserie, horticulture et couverture. C’est avec un couvreur marchinois que les jeunes vont d’ailleurs rénover le kiosque de Grand Marchin, dans un atelier éphémère.

    capture ecran 2015-05-07 à 20.01.29.jpg

    Pour la deuxième année se tient l’opération Graine d’Artisan : les communes de Marchin, Modave et Tinlot permettent à 26 de leurs élèves de 5e et 6e années primaires de découvrir plusieurs métiers artisanaux. «Cette initiative offre la possibilité aux enfants de travailler avec des artisans. Quatre métiers techniques sont à découvrir : boulangerie, horticulture, menuiserie, couverture.
    Ces ateliers se déroulent les six prochains mercredis. Les élèves sont issus des écoles communales de Marchin et Modave, ainsi que des établissements Saint-Joseph de Vyle-et-Tharoul et Sainte-Reine de Tinlot », explique Albert Deliège, coordinateur de l’événement avec l’asbl Devenirs, organisme d’insertion socio-professionnelle et de développement social.
    Outre les trois communes condrusiennes, l’ADL, le service Seniors et égalité des chances de Marchin, l’IPIEQ et le collectif Marchin Entreprend participent au projet. «Plusieurs partenaires s’unissent pour mettre en place cette action gratuite de découverte de ces quatre métiers techniques, le tout dans le cadre d’une transmission intergénérationnelle des savoirs.
    Des professionnels, généralement à la retraite, animent des ateliers pour donner le goût des métiers manuels aux plus jeunes. C’est au cours de ces ateliers, qui débutent ce mercredi 29 avril, qu’un artisan couvreur marchinois entame la restauration du toit du kiosque de la place de Grand Marchin», poursuit Albert Deliège.

    capture ecran 2015-05-07 à 20.01.50.jpg
    Les représentants des différentes communes partenaies du projet

    « DES RÉALISATIONS CONCRÈTES » Un atelier éphémère a été aménagé à quelques mètres du socle du kiosque. Gratuits, les ateliers n’ont pas pour objectif de faire de ces jeunes de futurs couvreurs, horticulteurs, boulangers ou menuisiers: «Graine d’Artisan est partie du constat suivant : les métiers techniques ont une image erronée alors que leur importance demeure et ces filières de formation restent méconnues.
    L’objectif n’est pas d’en faire de jeunes professionnels, mais de leur faire découvrir un artisanat au travers de réalisations concrètes dans la bonne humeur.
    Extrait de l'article de Julien Marique dans la meuse du 29 avril.
    Merci à José Borghoms
    pour les photos.

    capture ecran 2015-05-07 à 19.55.44.jpg

    Voir également le reportage de RTC Télé Liège

    Ce mercredi 6 mai avaient lieu les différents ateliers, voici les photos du groupe "toiture" à Marchin et "boulangerie"  à Tinlot

    capture ecran 2015-05-07 à 20.09.58.jpg

    capture ecran 2015-05-07 à 20.10.23.jpg
    Photos J.B.

  • Tinlot, Mobitic: toujours le même engouement!

    capture ecran 2015-05-06 à 09.03.57.jpg

    Encore un tout beau succès pour le rendez-vous "MOBITIC" du lundi 4 mai, à l'espace intergénérationnel. 
    Plus de 25 participants aux 2 sessions proposées : "Détecter et éviter les dangers du net" et "Rechercher efficacement des renseignements sur Internet".
    Plein de trucs et astuces, de vidéos pour les mises en garde pour profiter de façon intelligente de cet outil magnifique... Bien dommage que cela soit réservé à nos aînés car beaucoup de plus jeunes devraient en prendre de la graine !
    A midi, le repas s'est partagé en toute convivialité grâce aux délicieux sandwiches de notre traiteur Tinlotois "La cuisine du jour".
    Un tout grand merci à l'Equipe Mobitic qui s'est littéralement coupée en quatre pour assurer le bon déroulement des initiations.
    K. Borremans

  • Tinlot: le premier cimetière didactique pour former des fossoyeurs inauguré à Scry

    Pour former les fossoyeurs, un cimetière didactique vient d’être inauguré à Tinlot. L’outil vise à évaluer les compétences des fossoyeurs pour leur accorder un titre officiel, synonyme de reconnaissance de leur profession.

    capture ecran 2015-03-18 à 20.16.04.jpg

    Eliane Tillieux est venue inauguré ce premier cimetière didactique.(Photo J.M)
     C’est à Tinlot que le premier cimetière didactique, lieu dédié à la formation et à l’évaluation des fossoyeurs, a vu le jour en province de Liège (Au centre de réadaptation au travail à Scry). «  Le but est d’objectiver les compétences développées sur le tas et de valider les acquis des travailleurs  », déclare Alain Kock, directeur du Consortium régional de la validation des compétences.

    Les fossoyeurs peuvent maintenant présenter une épreuve visant à certifier leurs compétences. «  Le travail d’un fossoyeur ne se limite pas à creuser des trous. Il entretient le cimetière et veille à la bonne tenue des tombes. Son rôle consiste à tailler les pelouses et arbustes, déblayer les accès, procéder aux exhumations, répandre les cendres, ouvrir les columbariums. Le fossoyeur fait aussi office de représentant du bourgmestre, à ce titre il doit connaître la législation et faire la police du cimetière.  »

    capture ecran 2015-03-18 à 20.23.18.jpg«La formation s’étale sur plusieurs semaines. La reconnaissance officielle du métier permet l’accès à un titre de compétence qui offre la possibilité de passer à un barème supérieur », explique Raymond Baudlet. Ce dernier, fossoyeur à Nandrin, encadre la formation avec l’évaluateur Paul Dewez et tous deux sont chargés d’apporter leur expertise et leur regard professionnel.
    «Une tombe comporte des dimensions précises et le fossoyeur doit retirer la terre sans salir allées et tombes voisines. Pour une famille, c’est une personne importante qui conduit un défunt vers sa dernière demeure. Il ne s’agit certainement pas d’un travail morbide », évoque Etienne Fievez.
    L’examen, long de quatre heures, se déroule au cimetière didactique et comporte plusieurs volets: «Il faut situer l’endroit du creusement, puis respecter l’alignement et les dimensions des tombes. Une fois le trou creuser manuellement, le fossoyeur doit étançonner la fosse, stocker ou évacuer la terre. Il doit aussi tondre les pelouses, tailler les arbustes et nettoyer les allées. L’entretien des outils et équipements importe également. Enfin, une partie du travail concerne la vérification des documents légaux et le respect de la législation. »
    Ce cimetière didactique va donc permettre aux agents communaux de valoriser leur travail.
    Extraits de l'article de JULIEN MARIQUE (La Meuse du 18 mars 2015)

     

    fossoyeur

    Tinlot : un faux cimetière pour l'examen de fossoyeur

    Voir également le reportage vidéo de RTC Télé Liège