Gal, Pays des Condruses - Page 5

  • GAL, Pays des Condruses. Deux visites chez des propriétaires satisfaits de leur pompe à chaleur

    Pour vous aider en matière énergétique, voici quelques outils concrets développés par Marc Wautelet, chargé de mission au GAL.

    capture ecran 2017-07-25 à 17.12.15.jpg

    capture ecran 2017-07-25 à 17.09.26.jpg

    Voir la vidéo

    D'autres articles et vidéo (voir également la page du GAL Consacrée à l'énergie)

    1 Deux visites chez des propriétaires satisfaits de leur Pompe à Chaleur...  
    2 Les agro-combustibles et le bois-énergie  
    3 Projet Energie: Choisir une Pompe à Chaleur (PAC) ?  
    4 Le Projet ENERGIE du GAL PAYS DES CONDRUSES
  • GAL, pays des Condruses. Plan climat Condroz

    Le 26 avril dernier le GAL Pays des Condruses vous avait invités à la conférence: « Actions locales pour enjeux globaux »

    3756864279.jpg

    Voici les liens Youtube de cette Conférence du Plan Climat du Condroz, dans le cadre de la signature de la  Convention de Maires :
    Actions locales pour enjeux globaux : Conférencier Pierre Ozer, Docteur en Géographie, professeur Ulg
    Le Plan Climat du Condroz : Chantal Courard, chargée de mission Gal Pays des Condruses

    capture ecran 2017-07-09 à 15.59.50.jpg
    Pierre Ozer

     

    capture ecran 2017-07-09 à 16.07.38.jpg

    Chantal Courard



    Voir également la page facebook et le site du Gal Pays des Condruses.

  • Journées Fermes Ouvertes au Centre des Technologies Agronomiques de Strée

    Journées Fermes Ouvertes au CTA de Strée

    Le Centre des Technologies Agronomiques ouvre ses portes le week-end du 24 et 25 juin 2017. Le grand public pourra y découvrir de multiples facettes de l'agriculture wallonne !

    Pour cette édition des Journées Fermes Ouvertes, le CTA de Strée proposera de 10h à 18h de visiter la ferme laitière et les différentes activités du centre. Tout au long du week-end, le visiteur pourra découvrir plusieurs initiatives originales dans le domaine des circuits-courts : un atelier mobile de transformation de légumes (Conserverie Solidaire), un pôle de formation en maraîchage bio (Devenirs).

    L'ambiance du weekend sera conviviale et familiale; petits et grands pourront se divertir et déguster des produits de la région ! (château gonflable, producteurs locaux, petite restauration et bar)

    « Nous désirons vraiment faire connaître aux citoyens de la région toutes ces initiatives soutenues par le CTA de Strée. Ces projets favorisent l'installation de nouveaux agriculteurs, contribuent à relocaliser l'alimentation et soutiennent l'économie locale » explique Isabelle Dufrasne, directrice du centre.
    « Une des missions du CTA est de former les jeunes d'aujourd'hui à l'agriculture de demain. Ces JFO seront l'occasion pour les jeunes de découvrir de multiples facettes de l'agriculture et qui sait, cela suscitera peut-être des vocations chez certains... »

    flyers JFO 17_Page_1.jpg

    flyers JFO 17_Page_2.jpg

     Le Centre des Technologies Agronomiques – en quelques mots.
    Le CTA de Strée est un centre pédagogique et de recherche en agriculture financé par la Fédération Wallonie Bruxelles. Le centre, situé à quelques kilomètres de Huy, accueille durant toute l'année des étudiants en agronomie dont les étudiants en stage de La Haute École Charlemagne (ISIa).
    Le centre met en place des recherches et des parcelles de démonstration, par exemple sur les légumineuses ou les mesures agro-environnementales. Il met également à disposition des collectivités des moutons pour faire de l'éco-paturage.
    Le CTA accueille aussi des associations telles que le GAL Pays des Condruses, DEVENIRS et Epuval. Avec l'arrivée d'une nouvelle direction en 2015, le CTA est en pleine mutation afin d'adapter les activités du centre aux besoins actuels de l'enseignement et de la recherche tout en répondant aux défis du monde agricole.

    capture ecran 2016-06-16 à 13.03.46.jpgLe CTA de Strée

  • Mobilité. "le Taxi Condruses devient T’Condruses". Trois nouveaux "taxis" dont un adapté aux PMR

    Le T’Condruses c’est un service de transport social qui couvre les sept communes rurales au sein du GAL Pays des Condruses (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot) destiné aux habitants qui ne possèdent pas de moyen de transport individuel.

    19417315_131787374066346_2722695518398293076_o.jpg

    Lancé en 2010 avec l’aide des communes partenaires, aujourd’hui le service vient d’investir dans l’achat de trois véhicules neufs (un 8 places, deux 5 places dont un a été aménagé pour les déplacements de personnes à mobilité réduite).

    Le public utilisant essentiellement le service actuellement sont des personnes âgées de plus de 65 ans, les demandeurs d'emploi, les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale, des familles, ou toute personne isolée au sein des ruralités en manque de transports collectifs. Plusieurs associations font également appel au service pour organiser diverses activités sociales, culturelles…

    En quelques chiffres, le service T’Condruses en 2016 a parcouru un peu plus de 68.500 kilomètres avec environ 3.670 prises en charge pour une moyenne de 5.000 usagers dont 2.800 en courses individuelles et 2.200 en courses collectives, (dont plus de 1.200 personnes de plus de 65 ans). Notre service dessert une zone rurale de 300 kilomètres carrés où habitent 30.000 personnes.

    Le service fonctionne à partir des villages du Condroz mais permet aux utilisateurs de se rendre vers les centres urbains tels que Liège, Namur, Huy et Marche, tout comme permettre à des personnes hors des 7 communes du GAL de s’y rendre soit pour des formations, un travail, des rendez-vous médicaux ou simplement permettre de maintenir un lien social.

    Quand c'est possible, notre service propose de déposer l'usager à un arrêt de bus ou à une gare. Par ailleurs, lorsque nous ne pouvons répondre aux demandes, nous orientons vers nos partenaires en matière de transport social.
    Le prix du trajet est démocratique : 35 cents le kilomètre, (avec un forfait de 3,5 euros qui couvre les 8 premiers kilomètres et/ou une participation aux frais pour se rendre au lieu de prise en charge.)

    capture ecran 2017-06-21 à 15.46.59.jpg

    Lorsque les 3 véhicules de T’Condruses sont complets, le T’Condruses réoriente les demandes de prise en charge vers TinlotBus et OuftiBus ou lorsque les demandes des utilisateurs concernent des publics spécifiques (handicapés moteurs par exemple), vers Bon’pied bon’œil, esquissant de la sorte les bases d’une centrale de mobilité.

    A l’avenir, une « Centrale de la Mobilité » sera mise en place afin de coordonner l’ensemble des offres de transport sur l’ensemble du territoire du GAL, mais également d’autres communes limitrophes afin de pallier au manque de mobilité dans nos communes rurales.

    Fort de l’expérience du service, T’Condruses portera ce projet pilote dans les mois qui viennent. C’est donc une réelle coordination en matière de mobilité qui va voir le jour sur notre territoire au bénéfice des personnes précarisées et/ou isolées socialement.

    Source : communiqué de presse du Pays des Condruses

    Pour tous renseignements, le service T’Condruses peut être contacté via ;

    • le site internet : tcondruses.be
    • la page Facebook : T’Condruses
    • Notre numéro de téléphone : 085/274610
      Par mail : info@taxicondruses.be

    Voir également l'article de J.G dans la Meuse du 15 juin

  • Une monnaie citoyenne dans le Condroz ?

    image006.pngSuite au cycle ciné-débat organisé en mars, avril et mai, nous souhaitons aller un pas plus loin en invitant toute personne intéressée par la thématique de la monnaie locale, à nous rejoindre pour une soirée,  le 13 juin à 20h00 au GAL Pays des Condruses.
    Cette rencontre sera l’occasion d’en apprendre plus sur la monnaie citoyenne, de poser vos questions, de donner votre avis et de décider ensemble si nous avons l’envie, l’énergie, la disponibilité de passer à une phase plus concrète c’est-à-dire, en parler aux commerçants
    Dans le bassin de vie liégeois, les idées bourgeonnent et les initiatives autour du Valeureux, la monnaie citoyenne, se multiplient.
    Le Valeureux initialement créé à Liège va se muer en Val'Heureux et sera décliné à Verviers, à Herve, en Ourthe – Amblève, à Huy-Waremme et pourquoi pas sur le territoire des Condruses aussi ?
    Nous aurons le plaisir d’en parler ensemble mardi prochain.
    N’hésitez pas à partager l’information autour de vous.
    Pour mieux vous accueillir, merci de nous confirmer votre présence : kathleen@galcondruses.be ; 085 27 46 1

    image002.jpg

  • Tinlot. Le développement des 7 communes du "GAL, Pays des Condruses", au programme d'un congrès sur la transition éconnomique

    capture ecran 2017-05-11 à 20.33.54.jpg

    Sur le du Site du Soir "Demain la Terre":

    A l’initiative de Wise Holding,  le “4th Systemic Economy Summit” consacré à la ville de demain se tiendra à Bruxelles les 16 et 17 mai prochain.
    Le soutien au développement de 7 communes rurales wallonnes y sera évoqué!

    Et si on rêvait ensemble à la ville de demain ? 

    La transition économique est en marche et ils sont nombreux aujourd’hui ceux qui cherchent à inventer de nouvelles manières de penser et de faire  : citoyens, chercheurs, entrepreneurs, étudiants, pouvoirs publics. Pendant 2 jours, Wise Holding les invite à travailler sur les enjeux de cinq villes ou territoires engagés dans la transition  : comment reconstruire un village népalais détruit par un tremblement de terre ? Développer en République démocratique du Congo un projet d’agroforesterie ? ou encore soutenir le développement de 7 communes wallonnes ?

    capture ecran 2017-05-11 à 20.53.07.jpg

    Au pays des Condruzes

    Ainsi, dans la province de Liège, “7 bourgmestres ont commencé à réfléchir ensemble sur les enjeux de leurs communes” explique Charles Delloye, vice-président du Groupement d’action locale (GAL) Le Pays des Condruzes, et “cela a tout de suite tout changé ! Avant, chaque commune cherchait à développer ses propres solutions, maintenant elles réfléchissent et agissent au niveau d’un territoire.” Il s’agit dans ces communes très rurales de reconstruire tout un écosystème  : agriculture, entrepreneuriat, mobilité, éducation, etc.  ; tous les domaines sont repensés ensemble. “Le GAL est déjà à l’initiative de nombreux projets, une coopérative alimentaire, un taxi collectif, un projet de revalorisation du marc de café, etc. Une fois qu’on a commencé à se réapproprier son territoire, cela multiplie les possibles !”

    Informations et inscriptions

    www.wiseholding.net

  • Monnaie locale. Un projet qui se construit chez nous et en Province de Liège

    image003.pngLe GAL à lancé  la réflexion sur l'intérêt d'une "monnaie locale", en partenariat avec l’équipe du Valeureux. Cela débute par un cycle ciné-débat dont le premier avait lieu mardi soir à Anthisnes. Les autres auront lieu à Marchin au Chapiteau, le mardi 25 avril à 20h00 avec le film Demain. Ce sera ensuite à Clavier, à l’Atelier aux Avins, le mardi 16 mai à 20h00 : "Tout s’accélère".
    Voir l'article sur ce blog et pour en savoir plus: Facebook : https://www.facebook.com/events/1032728153525073/

    Le Valeureux, de son côté,  souhaite devenir une monnaie locale provinciale et se transforme en Val'Heureux.  Ils réfléchissent également à la possibilité d'une  développer la monnaie électronique.
    Différents groupent envisagent la possibilité  de promouvoir  le Val’Heureux dans leur région : Le Pays de Herve, Ourthe-Amblève et Huy.
    Le groupe de Huy, porté par Génér'actions, a déjà organisé une première rencontre citoyenne qui sera suivie d’une conférence débat, ce mercredi 29 mars au Centre Culturel de Huy.  (AL)

    Huy: le Valeureux se dévoile au public (La Meuse H-W 28/3)
    L’association Génér’action, basée à Villers-le-Bouillet depuis un an et demi, travaille à mettre en place le Valeureux, la monnaie locale lancée à Liège. «Notre groupe a pour but de voir les projets que l’on pourrait implémenter dans la région, mais également soutenir», indique Catherine Gérimont. «L’un de nos projets est de mettre en place le Valeureux à Huy.»Le groupe a déjà eu des réunions ces dernières semaines. «Il s’agissait de mini-conférences. Comme notre projet s’est propagé, notamment grâce à la presse, nous avons eu du monde.

     

    capture ecran 2017-03-28 à 09.53.35.jpg
    Certaines personnes sont d’ailleurs restées dans le noyau dur. Nous sommes huit désormais», sourit la Hutoise. «Le centre culturel de Huy accueillera ce mercredi une conférence grand public.»
    Jean-Yves Buron, secrétaire de l’association à l’origine du Valeureux, à Liège, présentera l’intérêt des monnaies locales, et comment les décliner à Huy. «Nous avons distribué des flyers dans différents commerces. Certains me disent que c’est super chouette, d’autres nous signalent des problèmes qu’ils jugent plus importants comme les places de parking ou la propreté», continue-t-elle. (Voir l'article complet de J.G.dans La Meuse Huy-Waremme édition digitale)
    La conférence de ce mercredi se tiendra à 19h30 au centre culturel de Huy. Entrée gratuite.

  • GAL " Pays des Condruses", un "cycle ciné-débat " pour ouvrir la réflexion autour de la monnaie locale

    Le GAL Pays des Condruses souhaite vous invite à son cycle ciné-débat, organisé en partenariat avec l’équipe du Valeureux :

    3 soirées, 3 films, 3 lieux :
    Anthisnes à l’Avouerie, le mardi 28 mars à 20h00 : En quête de sens
    Marchin au Chapiteau, le mardi 25 avril à 20h00 : Demain
    Clavier, à l’Atelier aux Avins, le mardi 16 mai à 20h00 : Tout s’accélère
     
    « Ce ciné-débat sera l'occasion d'ouvrir la réflexion autour de la monnaie locale et, pourquoi pas, de rassembler des énergies pour lancer une initiative dans la région.
     
    Utiliser une monnaie citoyenne, c’est échanger quelques euros contre de la monnaie locale et l’utiliser chez les commerçants, fournisseurs et prestataires de la région qui, à leur tour, réutiliseront cette monnaie jusqu’à former un réseau de fournisseurs et consommateurs « du coin »

    Ce que l'on appelle « monnaie », ce sont en réalité des « bons de soutien à l'économie locale ».  Ils permettent de :
    . Relocaliser une partie de l’économie ;
    . Stimuler les échanges locaux et (re)créer du lien ;
    . Renforcer l’identité et le dynamisme d’une région.
     
    Créer une nouvelle monnaie citoyenne, c’est réfléchir ensemble à l’utilisation de l’argent, se réapproprier un outil financier classique pour en faire un outil social, ancré dans l’économie réelle et centré sur des échanges locaux plus respectueux des personnes et de la vie sous toutes ses formes. »

    Voici aussi le lien facebook :  https://www.facebook.com/events/1032728153525073/

    affiche cin-dbat facebook.jpg


     

  • GAL, Pays des Condruses. Conférence "Plan Climat du Condroz", une date à retenir: le mercredi 26 avril

    POL-Affiche conférence.jpg

  • GAL, Pays des Condruses. Après une année de test à Strée, la pépinière Apiflora va s’installer à Solières

    La pépinière Apiflora quitte les serres de production qu’elle louait au GAL Pays des Condruses pour s’installer à Solières. Tenue par la Hutoise Séverine d’Ans, cette pépinière est spécialisée en plantes indigènes d’origine locale. Des plantes qui nécessitent peu d’entretien et peuvent vivre jusque 80 ans.

    capture ecran 2017-02-18 à 17.25.37.jpg«Après une année de test sur le site Point Vert du GAL Pays des Condruses, à Strée, l’opportunité s’est présentée d’installer ma pépinière sur les terres de la Bergerie du Ruisseau à Solières», explique Séverine d’Ans.«Je remercie d’ailleurs vivement Karin Lagneau pour son initiative, puisqu’une chouette collaboration s’annonce avec cette ferme pédagogique, spécialisée dans la production de fromages à base de lait de brebis.»
    UN MODÈLE AGRICOLE SOCIAL
    Ce sont ainsi deux activités agricoles qui vont s’unir dans un objectif: «promouvoir un modèle agricole plus social, valorisant les circuits courts, les aspects pédagogiques et la préservation de l’environnement.» Séverine d’Ans disposera ainsi d’une surface plus grande et modulable qui, à terme, pourra lui permettre de proposer deux fois plus d’espèces. «Je peux m’agrandir en fonction de mes besoins, ce qui est une très bonne chose. Je pourrai mettre en place également une culture en pleine terre pour assurer une production plus intense. Mon assortiment peut ainsi potentiellement passer de 40 à 80 espèces», continue la Hutoise.
    En parallèle, elle compte toujours offrir des ateliers et des formations sur le domaine.C’est ainsi qu’en mars, elle proposera des conférences sur les alternatives aux pelouses et sur la manière de sécher les plantes sauvages et de les utiliser au quotidien.«Même si on reste dépendant des aléas climatiques, mon idée est de m’installer là et de me développer», conclut-elle.
    J.G. (LA Meuse du 16 février)