Patrimoine - Page 2

  • Anthisnes. Portes ouvertes à la Ferme d’Omalius

    capture ecran 2016-09-28 à 09.21.02.jpgLa Ferme d’Omalius ouvre ses portes ce dimanche 2 octobre de 14 à 17h (rue de l’Abbaye 2 à Anthisnes). Bien que les travaux ne soient pas terminés, cette bâtisse du 17e siècle est déjà en partie retapée, ce que pourront découvrir les visiteurs.(voir l'article précédent)

    Alors qu’une des quatre ailes de cette ferme en carré est destinée à accueillir l’administration communale d’Anthisnes courant le printemps 2017, les trois autres ailes appartiennent à la société Thomas & Piron qui se charge de rénover ces lieux pour en faire des logements.

    capture ecran 2016-09-28 à 09.21.34 - copie.jpg«Ce sont des maisons mitoyennes sous forme de duplex et de triplex», explique Antoine David maître d’œuvre chez Thomas & Piron. La ferme et sa cour sont classées, elles doivent donc être restaurés à l’ancienne.
    «C’est également le cas de deux des logements. Certains éléments à l’intérieur sont classés, comme par exemple les voussettes de briques.»

    Allant de 193.45 à 329.23 m2, ces logements spacieux sont mis en vente à partir de 226.000€.
    C.C. (La Meuse du 27 septembre)

     

  • Tinlot, le comité des aînés à l'exposition sur le Liechtenstein

    capture ecran 2016-09-24 à 10.00.04 - copie.jpg

    Le 12 septembre 2016 pour 14 heures, le comité des aînés de Tinlot était invité par Mr André Peters à l'exposition sur le Liechtenstein, un passé, un avenir qui se déroulait à l'Église Saint-Martin de Nandrin.
    À la fin de la visite le Président des Amis du Liechtenstein en Wallonie, Mr Charly Dodet (à droite sur la photo), nous a honorés de sa présence lors de la photo de groupe accompagné de notre guide.
    Régis Hubin.

    capture ecran 2016-09-24 à 10.00.39 - copie 2.jpg

    André Peters, à droite sur la photo de février 1988.

    capture ecran 2016-09-24 à 10.09.05 - copie.jpg

  • Modave, voir les endroits inaccessibles du château. Dimanche 25 septembre

    capture ecran 2016-09-22 à 20.17.44.jpgPour tous ceux à qui la visite officielle du Château de Modave ne suffit pas, un connaisseur des lieux fera découvrir les endroits habituellement inaccessibles au public ce dimanche 25 septembre.
    Cet homme n’est autre que Frans Dopéré, chercheur en archéologie médiéval et en technologie de la pierre. Ce sera l’occasion d’apprendre comment «faire parler»les vieilles pierres sans jamais les torturer! Au programme observation des maçonneries et tailles de pierres, secrets de l’implantation et l’organisation du château.
    «Vu le succès, nous organisons un 2e groupe à 10h30, il reste donc pas mal de places», explique un membre du personnel du Château.
    Paf: 3€ (gratuit pour les -12ans). Réservation obligatoire au 085/41.13.69.-CY.C. La Meuse du 22 septembre.

  • Soheit-Tinlot, grosse frayeur et inquiétude suite à la chute d'une (très grosse) branche!

    DSC_7037.jpg
    Un bâtiment typique et bien connu à Tinlot qui abrite aujourd'hui le restaurant l'Hortus. Dans la propriété un magnifique arbre remarquable de la commune: un frêne pleureur.

    Dans la nuit de lundi à mardi, alors que le temps était bien sec, sans vent ni pluie, une très grosse branche du frêne pleureur entre la "maison Coulée" et la maison communale, s'est abattue à quelques mètres de la véranda et de la maison de la famille Coulée. La première frayeur passée, l'annonce de pluies et d'orages après les fortes chaleurs de ces derniers jours a créé une inquiétude bien compréhensible.
    les experts de la DNF (Division Nature et Forêts de la Région Wallonne à Namur) sont venus constater l'état de l'arbre. Leur décision sera connue dans les prochains jours!

    capture ecran 2016-09-15 à 20.16.33.jpg
    Des branches importantes ont cédé tout près du bâtiment et de la véranda.

    capture ecran 2016-09-15 à 20.17.16.jpg

    Du côté de la maison communale, la zone dangereuse a été balisée.

    capture ecran 2016-09-15 à 20.14.46.jpg

    Un arbre magnifique, apprécié par les cigognes!

  • Journées du patrimoine 2016. Les différentes manifestations dans le Condroz

    Cette année, c'est  le patrimoine religieux et philosophique qui sera mis en valeurs lors du prochain week-end.
    Voici un aperçu du programme dans notre région.
    Voir le site.

    capture ecran 2016-09-07 à 21.26.59.jpg

    SI Vallée Hoyoux - J.Borghoms.JPG

    Le Syndicat d'Initiative de la Vallée du Hoyoux organise, à l'occasion des Journées du Patrimoine, un circuit guidé en car avec haltes et visites insolites.
    Au programme: l'église de Grand Marchin et son incroyable clocher tors, l'église de Bois et ses magnifiques fresques du XIVe siècle, l'église de Ramelot et son surprenant intérieur baroque et l'église de Modave et ses remarquables monuments funéraires (+ la chapelle de Limet magnifiquement située).
    Comme vous l'aurez compris, les visites ne sont pas purement historiques mais ce sont les aspects insolites des lieux qui seront mis en valeur. Des guides vous accompagneront tout au long de cette demi journée pour partager avec vous diverses anecdotes et découvertes sur la région.

    capture ecran 2016-09-07 à 21.11.09.jpg

    Pour la présentation audio de notre événement : https://rcf.fr/actualite/actualite-locale/la-decouverte-de-la-toscane-belge

    Infos pratiques:
    Il reste des places! Les départs sont: le samedi 10/09 à 10h et 14h30 et le dimanche 11/09 à 14h30. RESERVATION INDISPENSABLE au 085/41.29.69 ou par mail (via cette adresse). 5€/participant.

    SAMEDI 10 & DIMANCHE 11 septembre 2016
    JOURNEES DU PATRIMOINE
    « Les insolites religieux du Condroz hutois »

     POUR DÉCOUVRIR SA RÉGION...
    Dans le cadre des Journées du Patrimoine, le SI de la Vallée du Hoyoux et le Cercle Royal d'Histoire de Marchin-Vyle vous invite à découvrir les curiosités religieuses du via un circuit guidé en car avec haltes et visites insolites (réservation obligatoire).
    Entre trésors et petites merveilles, sites exceptionnels, architectures hors du commun, nos églises et chapelles seront mises à l'honneur. 
    Possibilité d'effectuer le circuit avec son propre véhicule en retirant la brochure au Syndicat d'Initiative (sans réservation).
    Feuillet de visite ludique pour les enfants! :-)
    CIRCUIT EN CAR: 
    départ: rue de la Gare à Modave le samedi et le dimanche à 10h, à 13h et à 14h30 (heures précises et SUR RÉSERVATION au 085/41.29.69. ou par mail: info.sivh@gmail.com
    Attention, les places sont limitées.
    Durée : ½ journée
    PAF : 5€/pers
    CIRCUIT AVEC SON PROPRE VÉHICULE:
    départ entre 10h et 16h (les sites sont ouverts de 10h à 18h) - gratuit - feuillet à retirer au SI.
    Photos: S. Pêcheur - P. Mariage - C. Denoël

    Livret ludique p1.jpg

    Journées du patrimoine les sam. 10 et dim. 11 sept.
    Partez à la découverte du patrimoine religieux de l'Unité pastorale
    du Condroz

    capture ecran 2016-08-31 à 21.47.53.jpg- Découverte des églises de Bois et de Ramelot lors de circuits « Les insolites religieux du Condroz hutois » organisés par le Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux les 10 et 11 sept. de 9h à 17h.

    - Visites guidées de l’église de Clavier-Village organisées par la Fabrique d’église le 10 sept. de 10h à 12h et de 14h à 16h ; le 11 sept. de 14h à 16h.

    - Visites guidées de l’église de Hody organisées par la Fabrique d’église les 10 et 11 sept. de 10h à 18h.

    - Exposition à l’église de Nandrin : « Le Liechtenstein : un passé, un avenir » organisée par l’ASBL « Les Amis du Liechtenstein » les 10 et 11 sept. de 11h à 18h. (voir ci-dessous)

    capture ecran 2016-08-31 à 21.43.40.jpg- Découverte du petit patrimoine religieux de Nandrin : Itinéraire à retirer au stand du Patrimoine du Pays de Nandrin situé Place Botty 1 à Nandrin les 10 et 11 sept. de 9h à 17h.

    - Visites guidées des églises de Saint-Séverin, Villers-le-Temple et Scry organisées par l’ASBL « Mémo-Huy » le dim. 11 sept. à 14h, 15h, 16h (45 min.). Voir ci-dessous pour Scry.

    - Visites guidées de la chapelle de Saint-Fontaine et sa « pierre de liberté » organisées par le Comité « Protection-Patrimoine de Saint-Fontaine » et le Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux les 10 et 11 sept. à 10h, 11h, 12h, 13h, 14h, 15h et 16h.
    Photos de Ramelot (vue du château) et de Scry

    capture ecran 2016-09-07 à 21.19.11.jpg

    capture ecran 2016-09-07 à 21.22.46.jpg

    Le temple maçonnique de Huy ouvert

    capture ecran 2016-09-07 à 21.25.51.jpg

    La 28e édition des journées du patrimoine se déroule ce week-end dans toute la Wallonie. Des édifices religieux et philosophiques de notre région y participent pour la première fois,dont certains sont difficilement accessibles en temps normal.À commencer par le temple maçonnique de Huy. Situé avenue des Fossés, ce bâtiment construit en 1891 était notamment occupé par les nazis en1940. Un lieu orné depuis de symboles évoquant les francs-maçons. Des visites guidées auront lieu ce samedi entre 14h et17h et ce dimanche entre 11het 17h. Les réservations se font par mail à cette adresse:jm.bouquegneau@gmail.com.
    La liste complète des lieux participant à ce week-end est à retrouver à l’adresse suivante:www.journeesdupatri-moine.be/.-J.G. La Meuse du 7 septembre.

    Et à Liège ?

    capture ecran 2016-09-07 à 22.47.05.jpg
    Plus de 900 lieux de visite seront ouverts au public en Wallonie et à Liège , soit le double de l'activité par rapport à l'année dernière. Voir le reportage de RTC Télé Liège

     

  • Tinlot. Petit historique de l'église de Seny

    A l'occasion de la fête de Seny, voici un petit historique sur l'église du village, consacrée à Saint-Pierre, réalisé par Marcel Ponthier

    1772773088.2.jpg
    L'église actuelle

    L’église de Seny et Saint Trudon (ou Trudo ou Trond)

    L’abbaye de St-Trond possédait Seny depuis l’an 655 et lui appartiendra jusqu’en 1796, toutefois il est probable qu'à cette époque elle n'était pas encore église paroissiale, puisque le diplôme du Pape Pascal II (1107) ne la mentionne pas comme telle ; par contre, le diplôme du Pape Alexandre III (1178), la cite parmi les églises paroissiales.

    A croire le chroniqueur de l'abbaye de Saint-Trond du XIVe siècle, il y avait déjà une église à Seny en 660.

    Une pierre, placée à l’église, porte une inscription latine dont voici la traduction : «L’an 655, le seigneur du lieu nommé de Sény, aveugle et atteint de la lèpre, en reconnaissance de sa guérison obtenue par les mérites de St-Trudon qui passait par Sény lui a fait donation de cette église, de sa villa et de son domaine allodial ». (St-Trudon quittait Metz pour regagner la Hesbaye, sa patrie, et passait par Seny.)

    Chose qui semble confirmer cette inscription, c’est que le village de Seny a appartenu, dès la plus haute antiquité, à l’abbaye de St-Trond, qui l’a conservé pendant plus de onze siècles.

    Une bulle du Pape Pascal II, datée du 25 mai 1107, énumère Seny parmi les possessions du monastère de St-Trond.

    En 1607, Hubert de Sutendael, 59e abbé de St-Trond, entreprit la reconstruction de l’église de Seny qui menaçait ruine. Une pierre sculptée de ses armoiries est encastrée dans un des murs de l’église actuelle. Elle fut terminée en 1647 et consacrée le 18 octobre 1650 par Richard-Paul Stravius, Evêque-Auxiliaire de Liège.

    Le maître-autel fut consacré à Saint Pierre et à Saint Trudon. En même temps deux autres autels furent dédiés à la Sainte Vierge et au Saint Sacrement, dont le recteur était tenu à deux messes par semaine. Dans ces autels, on déposa des reliques des Saints Martyrs de Trêves et des Onze-Mille-Vierges. L'anniversaire de la dédicace où les fidèles pouvaient gagner quarante jours d'indulgence, fut fixé au premier dimanche après la fête de saint Rémi (soit après le 1er janvier). La déclaration authentique, délivrée par l'évêque consécrateur, se trouve au tome XII des Miscellanea (Hasselt, n° 6731, fol. 71).

    Le 6 septembre 1724, Jean MOSSOUX, nouveau curé de cette paroisse, s'adressa à l'abbé de Saint-Trond pour obtenir la permission de vendre un vieux chemin allant vers Terwagne. Le produit de la vente devait servir à la réparation de la tour de l'église. Cette permission lui fut accordée.

    Le curé suivant, L. Van Berwaer, déclarait qu'il avait prié, le 7 février 1768, l'abbé de Saint-Trond de contribuer par moitié à la réparation de la tour, faite en l'an 1766 et que le prélat avait gracieusement acquiescé à sa demande.  

    Au milieu de XIXe siècle, en 1849-1850, cette deuxième église fut considérée comme trop petite et vétuste et fut reconstruite en briques pour une somme d’environ 30 000 frs or (architecte Jean-Charles Delsaux, celui qui a conçu le Palais Provincial de Liège en style neo-gothique). La réparation de la tour et de la sacristie sera faite en 1853. Les vitraux de l’église représentent les vies de St Pierre et de St Trudon (ou St Trond) (date 1934 ?).

    En 1934, il faut constater que l’église est de nouveau dans un triste état. C’est alors qu’une grande rénovation et un agrandissement sont entrepris, grâce au dévouement du Curé Auguste Mattart et sous le mécénat de Charles Fabri, notable du village. L’autel majeur actuel date de cette époque.

    Cette rénovation apporte à l'église un chœur pavé en marbre de Rance, un autel en marbre rouge et une chaire à prêcher en bois précieux sculpté, posé sur un socle de marbre rouge et noir. La porte d'entrée est changée, on y remarque deux panneaux de chêne rehaussés de 2 panneaux bronzés représentant Saint Jean-Baptiste et Saint Siméon.

    C'est à cette époque qu'est construite la chapelle baptismale. Les fonds baptismaux sculptés, dans un bloc de marbre vert de Scandinavie, forment le centre de cette chapelle octogonale dont les murs sont décorés de marbre noir et percés de petits vitraux colorés. Concernant cette chapelle baptismale, la Commission Royale des Monuments et Sites avait fait connaître, en 1935, au Ministre de la Justice qu’elle joignait ses protestations à celles du Comité Provincial des Correspondants de Liège, au sujet de la construction sans autorisation officielle, d’une chapelle contre le côté Sud de l’église de Seny. La Commission a prié Mr le Ministre précité de bien vouloir rappeler à l’ordre la Fabrique d’Eglise quant au respect des prescriptions de l’AR du 16 août 1824. Ce qui n’a eu aucun effet puisque la chapelle est toujours bien là !

    La décoration de l'abside a été réalisée par Jules David, en collaboration avec M. de Falloise. Elle représentait la scène de la transfiguration du Christ. A l'heure actuelle, de cette scène, seul un Christ magistral s'avançant vers l'assemblée reste visible.

    L'église de Seny a relevé, jusqu'à la Révolution française, de l'Archidiaconé de Condroz et du Concile d'Ouffet. Elle avait rang de quarta capella.

    On pourrait s’étonner de la présence du retable, grande toile peinte, représentant Saint Lambert, située au dessus de l’autel latéral droit. Il faut savoir qu’en fait Saint-Lambert est le saint patron du village, alors que l’église est dédiée à Saint Pierre.

    capture ecran 2016-08-24 à 15.04.48.jpg

    Pierre commémorative, datée de 1849, d'un miracle certifié par Hubertus Sutendael, abbé de Saint-Trond en 1647
    Blason d’Hubertus Sutendael, abbé de Saint-Trond 1645

    capture ecran 2016-08-24 à 15.05.14.jpg

    Toile représentant la prédication de Saint Lambert du peintre Jean-guillaume Horquy (+/-1855-1861)
    Statue de grès peint (ht 2m) de Saint Trudon réalisée par Lambert HERMAN, sculpteur vers 1855

  • Modave: les chambres d'hôtes «Aux 4 saules» ouvrent leurs portes à Vierset-Barse

    Anke et Eddy ont réaménagé une ancienne ferme en un lieu de quiétude au charme champêtre

    Anke Rinkes (49) et Eddy Mathys (48) sont deux amoureux de la nature. Passionnés par le monde de la ferme, ils avaient autrefois une propriété à Rotselaar où ils hébergeaient des animaux de la ferme. Mais l’envie de vivre dans une ferme était plus fort que tout. Si bien que très vite, ils se sont mis à la recherche d’une bâtisse et sont tombés, en 2009, sous le charme d’une ferme vétuste mais au grand potentiel située rue Surroyseux à Vierset Barse. «Lorsque nous l’avons visitée, cela tombait sous le sens. La ferme était bien trop grande pour nous, elle se prêtait vraiment bien au concept de chambres d’hôtes », se souvient Anke Rinkes. Commence alors une longue période de travaux qui permet à la bâtisse de retrouver son cachet d’antan. Une partie d’aile a été réservée pour y aménager 4 chambres.

    gite modave.jpg

    UNE BÂTISSE DU 17E SIÈCLE
    Adeptes de la simplicité, ce couple de Flamands a souhaité rester fidèle au style de la ferme dont les premières traces datent du 17e siècle. Ils proposent ainsi des chambres spacieuses aux couleurs sobres et meublées par des pièces uniques datant de plusieurs dizaines d’années. «Il s’agit de notre première expérience de chambres d’hôtes et nous espérons que les personnes se sentiront ici chez elles. Nous recherchions le calme, c’était un rêve de vivre dans une ferme et nous l’avons fait. Nous vivons ici depuis 3 ans. Le cadre est très accueillant, les gens sont amicaux, sympathiques et très agréables. »
    « Aux 4 saules », vous trouverez donc le calme, certes, mais surtout un retour aux sources et à la simplicité. Que serait une ferme sans animaux ? Le cadre se prête tout à fait aux séjours en famille. «Nous avons des moutons, des chevaux, des chiens ainsi qu’un âne. » Libre aux hôtes qui le désirent de donner un coup de main à Eddy Mathys, mari et fermier passionné. «Autrefois, il travaillait en tant que technicien chez Danone. Il a arrêté pour se consacrer à sa passion », explique Anke. « J’ai ça dans le sang », confie Eddy. «Notre but est de partager notre plaisir de pouvoir vivre en campagne et notre façon de vivre. »
    Afin de garantir le meilleur accueil qu’il soit, chaque hôte reçoit un mot de bienvenue. Des chaussons brodés à la main à l’entrée invitent les clients à y glisser leurs pieds pour que, dès le début de leur séjour, ils se sentent comme chez eux. Ce havre de paix est agrémenté d’un jardin fleuri et d’une terrasse qui vous feront tomber sous le charme.-
    C.L. (La Meuse du 26 juillet)
    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • Découvrez "lapetitegazette.net", la rubrique de René Henry (Vlan, l'Annonceur, Le Messager du Condroz) 1/2

    capture ecran 2016-05-03 à 13.26.51.jpg

    Chère lectrice,
    Cher lecteur,
    Une « restructuration » au sein du journal Vlan a produit ses effets dans les dernières éditions du journal et je sais que cela n’a pas fait que des heureux… Est-il nécessaire de vous expliquer que, bien entendu, l’avis des chroniqueurs n’a pas été sollicité ?
    Tout d’abord, pour une question de coût nous a-t-on expliqué, ce ne sera plus votre facteur qui déposera votre journal dans votre boîte aux lettres, il y arrivera (peut-être) via les distributeurs de publicité. Ensuite, son contenu a été considérablement bouleversé : bien des rubriques auxquelles vous êtes habitués ont disparu, remplacées par d’autres et, si La Petite Gazette y est toujours présente, elle ne dépassera désormais plus un quart de page. Les Vertiges du Passé sont, quant à eux, supprimés…
    L’intérêt que vous me faites le grand plaisir de manifester à l’égard de ces rubriques m’a conduit à concrétiser aujourd’hui la présence de La Petite Gazette sur la toile. Cette version est préparée depuis longtemps et l’actualité en a précipité le lancement.
    Rendez-vous donc sur lapetitegazette.net dont la présentation se veut la fois simple, fonctionnelle, attractive et, bien sûr, respectueuse de la tradition bien ancrée dans vos habitudes, elle fera la part belle à vos contributions, questions et réponses.
    Cette initiative répond à la volonté de vous permettre de prolonger et d’approfondir la version « journal » de La Petite Gazette mais aussi, et c’est un plus indéniable par rapport à l’édition papier, de permettre de publier et donc de rendre accessibles de nombreuses archives que certains d’entre vous découvriront vraisemblablement comme des « nouveautés »…
    Comme vous en avez l’habitude à l’adresse du journal, je vous encourage vivement à vous y abonner (c’est bien sûr gratuit, et il suffit de cliquer sur l’onglet « suivre » présent au bas des articles publiés) et à  être les véritables concepteurs du contenu de cette Petite Gazette électronique en lui transmettant vos messages, contributions, réponses avis et commentaires. C’est avec intérêt, curiosité et impatience que je les attends.
    Très cordialement,
    René Henry – La Petite Gazette du journal Vlan-Les Annonces

    A suivre demain

  • Seny, un concert d'orgues exceptionnel en hommage à Roland Bontridder

    capture ecran 2016-04-18 à 13.40.10.jpg

    Dimanche après-midi à Seny avait lieu le concert d'inauguration des orgues, après leur récente remise en état. Mais ce concert de Cindy Castillo, programmé de longue date par Roland Bontridder, l'organiste de Saint Severin et de Seny,  a pris une autre dimension après son décès survenu entretemps. C'était donc aussi un concert en hommage à Roland, en présence de sa famille et qui a rassemblé quelque 80 participants.

    capture ecran 2016-04-18 à 13.46.28.jpg

    Cindy Castillo, à la même place que Roland Bontridder, a pris le relais de l'organiste de Seny décédé le 23 janvier dernier et lui a dédié un concert émouvant.

    Rita Dendoven (photo ci-dessous), pour le Conseil de Fabrique a expliqué le projet de relevage des orgues entrepris sous la houlette de Roland Bontridder et mené à bien par la manufacture d'orgues Shumacher d'Eupen. Un coût important de 12.000 euros financés grâce au travail des bénévoles du conseil de fabrique.

    capture ecran 2016-04-18 à 13.39.48.jpg

    L'échevine de la culture, Christine Guyot (à gauche ci-dessus), a remercié, au nom de la commune de Tinlot, tous les acteurs de cette réalisation importante pour la valorisation du patrimoine et de la culture dans notre région. Quant au responsable de la restauration, Guido Shumacher (à droite), il a tout d'abord présenté l’intérêt du travail réalisé sur les orgues de Seny par Hadrien Paulus.
    S'il s'agit d'un orgue de 1875, des pièces beaucoup plus anciennes le composent comme le sommier et certains tuyaux. Il explique aussi, qu'à l'origine, l'orgue se trouvait dans léglise et qu'il a été déplacé dans la tour en 1930 à son emplacement actuel.
    Quant aux travaux réalisés, il ne s'agit pas d'une restauration, mais d'un "relevage", c'est-à-dire une révision complète. Démontage des tuyaux, nettoyage, réparations et réharmonisation (réglages musicaux).
    En duo avec Cindy Castillo, ils se sont alors livrés à une belle démonstration pédagogique des huit registres de l'instrument dont chacun a pu apprécier la qualité et donc l'intérêt du projet ainsi réalisé.
    Cindy Castillo a ensuite emmené les participants dans un parcours de morceaux choisis et expliqués qui ont révélé au public tout le potentiel de l'orgue, mais aussi l'immense talent de l’interprète.

    capture ecran 2016-04-18 à 13.47.09.jpg

    À gauche, les deux filles de Roland Bontridder. Au centre  Hadrien Paulus et Guido Schumcher. Le concert faisait l'objet d'un enregistrement par l'ASBL St-Séverin Musique.
    Pour en savoir plus sur Cindy Castillo: voir ci-dessous.

    Lire la suite

  • Anthisnes: réunion des habitants lundi 11 avril pour sauver la Chapelle Simon

    La petite chapelle Simon à Anthisnes est en ce moment au centre de toutes les attentions. En effet, Yolande Huppe, conseillère communale éprise de la chapelle invite les Anthisnois à se rassembler afin de discuter du sort de ce petit édifice datant du moyen âge.
    «La Chapelle fait désormais partie du patrimoine culturel et est importante pour les gens du village», explique la conseillère communale. «Aujourd’hui, nous souhaiterions trouver un moyen pour la maintenir debout.» Laissée à l’abandon depuis de nombreuses années, un lierre grimpant y a élu domicile perçant le toit et fragilisant ainsi la structure.
    capture ecran 2016-04-10 à 20.32.41.jpgCette plante ajoute, certes, un côté mystique et très charmant à la chapelle mais est surtout dangereuse pour la stabilité du petit bâtiment. «Nous avions déjà essayé de maîtriser le lierre auparavant mais ici, il s’agirait d’un projet plus conséquent.» Le but est donc de rénover la chapelle en ne coupant pas le lierre au risque de voir celle-ci s’écrouler. Cette chapelle, située sur un petit chemin balisé à Hestreux entre Villers-aux-Tours et Limont-Tavier, est devenue le rendez-vous des jeunes et des moins jeunes. «Elle est emblématique et fait partie du paysage Anthisnois. Nous espérons pouvoir sauver le caractère particulier de la chapelle et je pense que la commune est prête à apporter une aide substantielle mais pour cela il faudrait que nous soyons propriétaire du bien», explique Marc Tarabella, bourgmestre d’Anthisnes.
    Appelée maison des schtroumpfs ou encore maison champignon, la forme particulière de cette chapelle lui donne un caractère unique. Un charme qui vient s’ajouter à la légende qui habite la chapelle. «Au Moyen-Âge, un homme a dit que, s’il évitait la peine de mort,il construirait la chapelle Simon d’où sa présence aujourd’hui», conclut Yolande Huppe. Intéressé par le sort de ce patrimoine culturel? Une réunion aura lieu le lundi 11 avril prochain à 20h à la Maison de Village de Lagrange. L’ASBL «Qualité Village Wallonie», animera la soirée et proposera des solutions afin de pouvoir maintenir la Chapelle Simon debout. Infos au 0486/65.92.19.
    C.L. (Article dans la Meuse du 8 avril)

  • Soheit-Tinlot, attention rue de l'église

    IMG_2814.jpg

    Les pluies incessantes depuis quelque temps ont eu raison du mur à rue d'une dépendance de l'ancienne château  à Soheit-Tinlot, rue de l'église. Ce mur en pierre avec du mortier à la chaux était déjà très penché depuis un certain temps.  Photo M.P. dimanche midi.
    Ci-dessous, une ancienne photo du château de Soheit et ancienne ferme-château.

    image.png Mise à jour 21/2 à 21h. Photo MP

  • Tous les carnavals en Région Wallonie-Bruxelles, à Liège et dans la province (jusqu'au 1er avril)

    Attention, la tempête "Ruzica" s'abat ce lundi sur la Belgique: le cortège du Rosenmontag à La Calamine est annulé. Plusieurs modifications sont à craindre à l'agenda. Renseignez-vous, avant de mettre en route.

    Déferlante de bonne humeur en province de Liège

    Terre de folklores et de traditions populaires, la province de Liège enfile chaque année, à l'approche de la Chandeleur, ses plus beaux costumes et déguisements.
    En février et en mars, suivez les différents carnavals et laetare de notre province qui vous emmèneront à la découverte, entre autres, du Cwarmé de Malmedy, des Blancs Moussis de Stavelot ainsi que du Prince Carnaval et du Rosenmontag des Cantons de l'Est.

    Où et quand fêter le carnaval ?

    capture ecran 2016-02-08 à 14.17.25.jpgCarnaval d'Amay

    Carnavals 2016 en Basse-Meuse
    Cortèges, sabbat des macrâles, rouflades, sorties burlesques... En février et mars, les traditions carnavalesques se perpétuent en Basse-Meuse et dans la vallée du Geer

    Malmedy - Cwarmé et Haguète  Du 6 au 9 février 2016

    Carnaval d’Amay  Dimanche 7 février 2016

    Cantons de l’Est - Prince Carnaval & Rosenmontag
    Lundi 8 février 2016

    Carnaval de Jalhay et Herbiester
    Dimanche 14 février 2016

    Grand cortège du Laetare à Sart et Tiège
    Dimanche 28 février 2016

    Stavelot - De joyeux moines blancs
    Du 5 au 7 mars 2016

    Tilff - Les Porais Tilffois
    Dimanche 6 mars 2016

    Carnaval de Welkenraedt-Herbesthal
    Dimanche 6 mars 2016

    Carnaval de Waremme
    Dimanche 13 mars 2016

    140e Cavalcade de Herve
    Lundi 28 mars 2016

    Pour voir le site et tous les détails ici (Liège Tourisme)

    Et pour les autres carnavals:

    capture ecran 2016-02-07 à 15.55.23.jpg

    Voir le site www.belgique-tourisme.be

    Télécharger la brochure complète ici

    capture ecran 2016-02-07 à 15.54.55.jpg

  • La ligne Liège-Marche, des histoires d'un autre siècle. Evocation et nostalgie

    La pétition pour la ligne expresse Liège-Marche a réveillé de vieux souvenirs pour certains Condrusiens. Les problèmes de mobilité étaient déjà bien présents. Évocation de Marcel Ponthier.

    Avec mon épouse,  nous nous souvenons qu'il existait dans les années 1963-1965, une ligne Liège-Marche, que nous empruntions en partie pour nous rendre à Tavier chez ses parents. Je pense qu'elle suivait l'ancienne route nationale 63 (la route du Condroz n'existait alors que jusqu'au carrefour de Plainevaux en venant de Liège).

    A l'époque, nous empruntions les transports en communs, qui étaient d'ailleurs toujours aussi compliqués qu'aujourd'hui pour rejoindre certains villages.
    Pour donner un exemple, j'étais caserné au Camp d'Amay et pour aller courtiser à Tavier, je devais prendre le train à Ampsin pour Liège (omnibus, je pense) ensuite le tram depuis les Guillemins jusqu'à la Gare des bus de la Sauvenière.
    Ensuite prendre le bus vers Tavier ou il fallait parfois (si pas chaque fois) changer à Boncelles. Enfin on arrivait, soit à Tavier même, soit on devait se farcir à pieds le chemin depuis Tultay jusque chez mon beau-père qui habitait tout au bout du village vers Moulin.
    Cela prenait environ 3 heures pour faire les 17 km qui séparait le Camp d'Amay de Tavier! Il me semble qu'en courant sans trop forcer, on aurait pu le faire en moins de 2 hr (sans valises ou sacs évidemment).
    Et on ne se plaignait pas. Évidemment l'amour nous empêchait de penser à ces problèmes de mobilité.

    capture ecran 2016-02-05 à 10.55.14.jpgIl n'y avait pas seulement le bus, mais le tram avec la ligne Clavier Station-Val St-Lambert (prochain article) et la ligne Ougrée-Ouffet.

    Je vais évoquer ci-après la gare des bus de la Sauvenière qui se trouvait au rez-de chaussée du Centre Sportif.
    Ce Centre Sportif de la Sauvenière, contenait alors une grande piscine et une petite piscine pour les enfants ainsi que des installations de bains.

    capture ecran 2016-02-05 à 11.08.06.jpg
    La plupart des enfants des écoles liégeoises, dont je suis, y ont appris à nager et il y avait aussi un club de water-polo et plusieurs clubs de natation. On y allait souvent pour se délasser, faire des longueurs, plonger du grand ou du petit tremplin. Il y avait aussi la possibilité de pratiquer de nombreux sports d'intérieur (boxe, judo, lutte, tennis de table, escrime, danse, etc...).
    Une gare routière a été mise en service en 1950 avec tous ses locaux annexes. Elle accueillait vingt lignes régulières permettant +/- 400 départs chaque jour!
    Actuellement, le site, abandonné pendant des années, a fait peau neuve et abrite désormais la Cité Miroir.
    J'en viens à la gare des bus.
    Il y avait deux quais qui recevaient les différentes lignes. Cela mettaient les utilisateurs à l'abri de la pluie mais pas du vent et du froid. Quel courant d'air!.
    On pouvait aussi attendre le bus dans une petite salle vitrée, équipée de bancs et avec au centre les horaires des différentes lignes de bus. Cette salle était souvent enfumées, on fumait beaucoup à l'époque!
    Entre les deux quais se trouvait aussi une "aubette" à journaux, friandises, tabac, etc. Au dos de cette "aubette" on trouvait le local des messageries. C'est là que l'on déposait les colis qui partaient par le bus.
    Je me souviens que pendant mes jobs de vacances, je m'y suis rendu de nombreuses fois avec des colis de la librairie GOTHIER et d'autres colis de la pharmacie en gros GOOSSENS.
    Enfin, il y avait un café dont l'entrée se faisait par la place Xavier Neujean.
    Ce qui était le plus impressionnant, à l'époque, c'était le nombre de bus, dont une partie attendait son tour, sur la place Xavier Neujean avant de se diriger sur le quai adéquat. Les gens se précipitait alors pour "avoir une bonne place assise". Que de souvenirs!

    capture ecran 2016-02-05 à 11.09.39.jpg

    Je me dois aussi de parler d'une ligne qui m'a toujours fait rêver et qui partait de cette gare. Je la prendrai un jour avec des cousins-cousines pour voir du paysage et s'amuser en famille.
    C'est celle de la ligne Liège-Athus, crée en 1949.
    Dans mon imaginaire de l'époque, cela me semblait être une véritable épopée d'aller si loin en bus.
    Il faut dire qu'elle représente +/- 144 km dans nos belles Ardennes. C'est la ligne express actuelle 1011 du TEC (Namur Luxembourg).
    En fonction de la circulation, on met environ 3 hr pour joindre Athus. Cette ligne est exploitée par une société privée, la SA COLLARD-LAMBERT de Malmedy.
    Elle suit l'itinéraire suivant: Aywaille, Harzé, Werbomont, Manhay, Baraque Fraiture, Houffalize, Bastogne, Martelange, Attert, Arlon, Mesancy, Aubange, Athus.

    L'exploitation de la ligne express souhaitée pour Liège-Marche devrait peut-être se faire sur le modèle de la ligne 1011 avec un partenariat public/privé, cela reviendrait peut-être moins cher !
    Marcel

    Et que cela ne vous empêche pas de signer la pétition pour la Ligne expresse des TEC, liège-Marche!

     

  • La rénovation des orgues de Seny toujours d'actualité

    Après la presse écrite, c'est RTC Télé Liège qui s'est intéressé à la rénovation des orgues qui s'est terminée il y a près d'un mois.

    capture ecran 2016-01-06 à 11.41.59.jpg

    Voir le reportage: http://www.rtc.be/reportages/262-general/1469409-seny-renovation-de-lorgue

    L'orgue de l'église Saint-Pierre, à Seny-Tinlot, a été remis à neuf. L'instrument date de 1875. La rénovation a permis de découvrir des parties de l'instrument plus anciennes encore….

  • Huy-Waremme: demeures de prestige à vendre. Avis aux amateurs!

    capture ecran 2015-12-05 à 23.34.54.jpg

    Le château de Hermalle-sous-Huy, 400.000 euros après l’incendie. Huy, 1.400.000 € pour le château de la Sarte. Huy, Une moitié de Maison Batta : 960.000 €.

    capture ecran 2015-12-05 à 23.41.54.jpgEt... à Tinlot: un manoir à rénover : 750.000€.
    Autre demeure de prestige, dans le Condroz cette fois : un manoir faisant partie du patrimoine monumental belge, à Tinlot (Il s'agit en fait de l'ancienne ferme Legros.). Mise à prix : 750.000 euros.
    Parmi les éléments remarquables, un donjon du 12e siècle, une tour de garde avec croix de Malte, des granges datant de 1757, un ancien four à pain, des ateliers restaurés à l’identique, des charpentes apparentes et des cheminées anciennes. La restauration du bâtiment est en cours : «Toute la maçonnerie a été refaite, ainsi que la toiture (y compris sur les dépendances), la charpente, les commodités sont prêtes et le bâtiment a été isolé au chanvre », nous précise-t-on au Comptoir Foncier. Le bâtiment n’est pas habitable en l’état, la poursuite des travaux est indispensable. Sur un terrain de 8.300 m2 exposé plein sud, le manoir offre de nombreuses possibilités d’aménagement. A.G.(La Meuse du 5 décembre)