Patrimoine - Page 2

  • Modave: les chambres d'hôtes «Aux 4 saules» ouvrent leurs portes à Vierset-Barse

    Anke et Eddy ont réaménagé une ancienne ferme en un lieu de quiétude au charme champêtre

    Anke Rinkes (49) et Eddy Mathys (48) sont deux amoureux de la nature. Passionnés par le monde de la ferme, ils avaient autrefois une propriété à Rotselaar où ils hébergeaient des animaux de la ferme. Mais l’envie de vivre dans une ferme était plus fort que tout. Si bien que très vite, ils se sont mis à la recherche d’une bâtisse et sont tombés, en 2009, sous le charme d’une ferme vétuste mais au grand potentiel située rue Surroyseux à Vierset Barse. «Lorsque nous l’avons visitée, cela tombait sous le sens. La ferme était bien trop grande pour nous, elle se prêtait vraiment bien au concept de chambres d’hôtes », se souvient Anke Rinkes. Commence alors une longue période de travaux qui permet à la bâtisse de retrouver son cachet d’antan. Une partie d’aile a été réservée pour y aménager 4 chambres.

    gite modave.jpg

    UNE BÂTISSE DU 17E SIÈCLE
    Adeptes de la simplicité, ce couple de Flamands a souhaité rester fidèle au style de la ferme dont les premières traces datent du 17e siècle. Ils proposent ainsi des chambres spacieuses aux couleurs sobres et meublées par des pièces uniques datant de plusieurs dizaines d’années. «Il s’agit de notre première expérience de chambres d’hôtes et nous espérons que les personnes se sentiront ici chez elles. Nous recherchions le calme, c’était un rêve de vivre dans une ferme et nous l’avons fait. Nous vivons ici depuis 3 ans. Le cadre est très accueillant, les gens sont amicaux, sympathiques et très agréables. »
    « Aux 4 saules », vous trouverez donc le calme, certes, mais surtout un retour aux sources et à la simplicité. Que serait une ferme sans animaux ? Le cadre se prête tout à fait aux séjours en famille. «Nous avons des moutons, des chevaux, des chiens ainsi qu’un âne. » Libre aux hôtes qui le désirent de donner un coup de main à Eddy Mathys, mari et fermier passionné. «Autrefois, il travaillait en tant que technicien chez Danone. Il a arrêté pour se consacrer à sa passion », explique Anke. « J’ai ça dans le sang », confie Eddy. «Notre but est de partager notre plaisir de pouvoir vivre en campagne et notre façon de vivre. »
    Afin de garantir le meilleur accueil qu’il soit, chaque hôte reçoit un mot de bienvenue. Des chaussons brodés à la main à l’entrée invitent les clients à y glisser leurs pieds pour que, dès le début de leur séjour, ils se sentent comme chez eux. Ce havre de paix est agrémenté d’un jardin fleuri et d’une terrasse qui vous feront tomber sous le charme.-
    C.L. (La Meuse du 26 juillet)
    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • Découvrez "lapetitegazette.net", la rubrique de René Henry (Vlan, l'Annonceur, Le Messager du Condroz) 1/2

    capture ecran 2016-05-03 à 13.26.51.jpg

    Chère lectrice,
    Cher lecteur,
    Une « restructuration » au sein du journal Vlan a produit ses effets dans les dernières éditions du journal et je sais que cela n’a pas fait que des heureux… Est-il nécessaire de vous expliquer que, bien entendu, l’avis des chroniqueurs n’a pas été sollicité ?
    Tout d’abord, pour une question de coût nous a-t-on expliqué, ce ne sera plus votre facteur qui déposera votre journal dans votre boîte aux lettres, il y arrivera (peut-être) via les distributeurs de publicité. Ensuite, son contenu a été considérablement bouleversé : bien des rubriques auxquelles vous êtes habitués ont disparu, remplacées par d’autres et, si La Petite Gazette y est toujours présente, elle ne dépassera désormais plus un quart de page. Les Vertiges du Passé sont, quant à eux, supprimés…
    L’intérêt que vous me faites le grand plaisir de manifester à l’égard de ces rubriques m’a conduit à concrétiser aujourd’hui la présence de La Petite Gazette sur la toile. Cette version est préparée depuis longtemps et l’actualité en a précipité le lancement.
    Rendez-vous donc sur lapetitegazette.net dont la présentation se veut la fois simple, fonctionnelle, attractive et, bien sûr, respectueuse de la tradition bien ancrée dans vos habitudes, elle fera la part belle à vos contributions, questions et réponses.
    Cette initiative répond à la volonté de vous permettre de prolonger et d’approfondir la version « journal » de La Petite Gazette mais aussi, et c’est un plus indéniable par rapport à l’édition papier, de permettre de publier et donc de rendre accessibles de nombreuses archives que certains d’entre vous découvriront vraisemblablement comme des « nouveautés »…
    Comme vous en avez l’habitude à l’adresse du journal, je vous encourage vivement à vous y abonner (c’est bien sûr gratuit, et il suffit de cliquer sur l’onglet « suivre » présent au bas des articles publiés) et à  être les véritables concepteurs du contenu de cette Petite Gazette électronique en lui transmettant vos messages, contributions, réponses avis et commentaires. C’est avec intérêt, curiosité et impatience que je les attends.
    Très cordialement,
    René Henry – La Petite Gazette du journal Vlan-Les Annonces

    A suivre demain

  • Seny, un concert d'orgues exceptionnel en hommage à Roland Bontridder

    capture ecran 2016-04-18 à 13.40.10.jpg

    Dimanche après-midi à Seny avait lieu le concert d'inauguration des orgues, après leur récente remise en état. Mais ce concert de Cindy Castillo, programmé de longue date par Roland Bontridder, l'organiste de Saint Severin et de Seny,  a pris une autre dimension après son décès survenu entretemps. C'était donc aussi un concert en hommage à Roland, en présence de sa famille et qui a rassemblé quelque 80 participants.

    capture ecran 2016-04-18 à 13.46.28.jpg

    Cindy Castillo, à la même place que Roland Bontridder, a pris le relais de l'organiste de Seny décédé le 23 janvier dernier et lui a dédié un concert émouvant.

    Rita Dendoven (photo ci-dessous), pour le Conseil de Fabrique a expliqué le projet de relevage des orgues entrepris sous la houlette de Roland Bontridder et mené à bien par la manufacture d'orgues Shumacher d'Eupen. Un coût important de 12.000 euros financés grâce au travail des bénévoles du conseil de fabrique.

    capture ecran 2016-04-18 à 13.39.48.jpg

    L'échevine de la culture, Christine Guyot (à gauche ci-dessus), a remercié, au nom de la commune de Tinlot, tous les acteurs de cette réalisation importante pour la valorisation du patrimoine et de la culture dans notre région. Quant au responsable de la restauration, Guido Shumacher (à droite), il a tout d'abord présenté l’intérêt du travail réalisé sur les orgues de Seny par Hadrien Paulus.
    S'il s'agit d'un orgue de 1875, des pièces beaucoup plus anciennes le composent comme le sommier et certains tuyaux. Il explique aussi, qu'à l'origine, l'orgue se trouvait dans léglise et qu'il a été déplacé dans la tour en 1930 à son emplacement actuel.
    Quant aux travaux réalisés, il ne s'agit pas d'une restauration, mais d'un "relevage", c'est-à-dire une révision complète. Démontage des tuyaux, nettoyage, réparations et réharmonisation (réglages musicaux).
    En duo avec Cindy Castillo, ils se sont alors livrés à une belle démonstration pédagogique des huit registres de l'instrument dont chacun a pu apprécier la qualité et donc l'intérêt du projet ainsi réalisé.
    Cindy Castillo a ensuite emmené les participants dans un parcours de morceaux choisis et expliqués qui ont révélé au public tout le potentiel de l'orgue, mais aussi l'immense talent de l’interprète.

    capture ecran 2016-04-18 à 13.47.09.jpg

    À gauche, les deux filles de Roland Bontridder. Au centre  Hadrien Paulus et Guido Schumcher. Le concert faisait l'objet d'un enregistrement par l'ASBL St-Séverin Musique.
    Pour en savoir plus sur Cindy Castillo: voir ci-dessous.

    Lire la suite

  • Anthisnes: réunion des habitants lundi 11 avril pour sauver la Chapelle Simon

    La petite chapelle Simon à Anthisnes est en ce moment au centre de toutes les attentions. En effet, Yolande Huppe, conseillère communale éprise de la chapelle invite les Anthisnois à se rassembler afin de discuter du sort de ce petit édifice datant du moyen âge.
    «La Chapelle fait désormais partie du patrimoine culturel et est importante pour les gens du village», explique la conseillère communale. «Aujourd’hui, nous souhaiterions trouver un moyen pour la maintenir debout.» Laissée à l’abandon depuis de nombreuses années, un lierre grimpant y a élu domicile perçant le toit et fragilisant ainsi la structure.
    capture ecran 2016-04-10 à 20.32.41.jpgCette plante ajoute, certes, un côté mystique et très charmant à la chapelle mais est surtout dangereuse pour la stabilité du petit bâtiment. «Nous avions déjà essayé de maîtriser le lierre auparavant mais ici, il s’agirait d’un projet plus conséquent.» Le but est donc de rénover la chapelle en ne coupant pas le lierre au risque de voir celle-ci s’écrouler. Cette chapelle, située sur un petit chemin balisé à Hestreux entre Villers-aux-Tours et Limont-Tavier, est devenue le rendez-vous des jeunes et des moins jeunes. «Elle est emblématique et fait partie du paysage Anthisnois. Nous espérons pouvoir sauver le caractère particulier de la chapelle et je pense que la commune est prête à apporter une aide substantielle mais pour cela il faudrait que nous soyons propriétaire du bien», explique Marc Tarabella, bourgmestre d’Anthisnes.
    Appelée maison des schtroumpfs ou encore maison champignon, la forme particulière de cette chapelle lui donne un caractère unique. Un charme qui vient s’ajouter à la légende qui habite la chapelle. «Au Moyen-Âge, un homme a dit que, s’il évitait la peine de mort,il construirait la chapelle Simon d’où sa présence aujourd’hui», conclut Yolande Huppe. Intéressé par le sort de ce patrimoine culturel? Une réunion aura lieu le lundi 11 avril prochain à 20h à la Maison de Village de Lagrange. L’ASBL «Qualité Village Wallonie», animera la soirée et proposera des solutions afin de pouvoir maintenir la Chapelle Simon debout. Infos au 0486/65.92.19.
    C.L. (Article dans la Meuse du 8 avril)

  • Soheit-Tinlot, attention rue de l'église

    IMG_2814.jpg

    Les pluies incessantes depuis quelque temps ont eu raison du mur à rue d'une dépendance de l'ancienne château  à Soheit-Tinlot, rue de l'église. Ce mur en pierre avec du mortier à la chaux était déjà très penché depuis un certain temps.  Photo M.P. dimanche midi.
    Ci-dessous, une ancienne photo du château de Soheit et ancienne ferme-château.

    image.png Mise à jour 21/2 à 21h. Photo MP

  • Tous les carnavals en Région Wallonie-Bruxelles, à Liège et dans la province (jusqu'au 1er avril)

    Attention, la tempête "Ruzica" s'abat ce lundi sur la Belgique: le cortège du Rosenmontag à La Calamine est annulé. Plusieurs modifications sont à craindre à l'agenda. Renseignez-vous, avant de mettre en route.

    Déferlante de bonne humeur en province de Liège

    Terre de folklores et de traditions populaires, la province de Liège enfile chaque année, à l'approche de la Chandeleur, ses plus beaux costumes et déguisements.
    En février et en mars, suivez les différents carnavals et laetare de notre province qui vous emmèneront à la découverte, entre autres, du Cwarmé de Malmedy, des Blancs Moussis de Stavelot ainsi que du Prince Carnaval et du Rosenmontag des Cantons de l'Est.

    Où et quand fêter le carnaval ?

    capture ecran 2016-02-08 à 14.17.25.jpgCarnaval d'Amay

    Carnavals 2016 en Basse-Meuse
    Cortèges, sabbat des macrâles, rouflades, sorties burlesques... En février et mars, les traditions carnavalesques se perpétuent en Basse-Meuse et dans la vallée du Geer

    Malmedy - Cwarmé et Haguète  Du 6 au 9 février 2016

    Carnaval d’Amay  Dimanche 7 février 2016

    Cantons de l’Est - Prince Carnaval & Rosenmontag
    Lundi 8 février 2016

    Carnaval de Jalhay et Herbiester
    Dimanche 14 février 2016

    Grand cortège du Laetare à Sart et Tiège
    Dimanche 28 février 2016

    Stavelot - De joyeux moines blancs
    Du 5 au 7 mars 2016

    Tilff - Les Porais Tilffois
    Dimanche 6 mars 2016

    Carnaval de Welkenraedt-Herbesthal
    Dimanche 6 mars 2016

    Carnaval de Waremme
    Dimanche 13 mars 2016

    140e Cavalcade de Herve
    Lundi 28 mars 2016

    Pour voir le site et tous les détails ici (Liège Tourisme)

    Et pour les autres carnavals:

    capture ecran 2016-02-07 à 15.55.23.jpg

    Voir le site www.belgique-tourisme.be

    Télécharger la brochure complète ici

    capture ecran 2016-02-07 à 15.54.55.jpg

  • La ligne Liège-Marche, des histoires d'un autre siècle. Evocation et nostalgie

    La pétition pour la ligne expresse Liège-Marche a réveillé de vieux souvenirs pour certains Condrusiens. Les problèmes de mobilité étaient déjà bien présents. Évocation de Marcel Ponthier.

    Avec mon épouse,  nous nous souvenons qu'il existait dans les années 1963-1965, une ligne Liège-Marche, que nous empruntions en partie pour nous rendre à Tavier chez ses parents. Je pense qu'elle suivait l'ancienne route nationale 63 (la route du Condroz n'existait alors que jusqu'au carrefour de Plainevaux en venant de Liège).

    A l'époque, nous empruntions les transports en communs, qui étaient d'ailleurs toujours aussi compliqués qu'aujourd'hui pour rejoindre certains villages.
    Pour donner un exemple, j'étais caserné au Camp d'Amay et pour aller courtiser à Tavier, je devais prendre le train à Ampsin pour Liège (omnibus, je pense) ensuite le tram depuis les Guillemins jusqu'à la Gare des bus de la Sauvenière.
    Ensuite prendre le bus vers Tavier ou il fallait parfois (si pas chaque fois) changer à Boncelles. Enfin on arrivait, soit à Tavier même, soit on devait se farcir à pieds le chemin depuis Tultay jusque chez mon beau-père qui habitait tout au bout du village vers Moulin.
    Cela prenait environ 3 heures pour faire les 17 km qui séparait le Camp d'Amay de Tavier! Il me semble qu'en courant sans trop forcer, on aurait pu le faire en moins de 2 hr (sans valises ou sacs évidemment).
    Et on ne se plaignait pas. Évidemment l'amour nous empêchait de penser à ces problèmes de mobilité.

    capture ecran 2016-02-05 à 10.55.14.jpgIl n'y avait pas seulement le bus, mais le tram avec la ligne Clavier Station-Val St-Lambert (prochain article) et la ligne Ougrée-Ouffet.

    Je vais évoquer ci-après la gare des bus de la Sauvenière qui se trouvait au rez-de chaussée du Centre Sportif.
    Ce Centre Sportif de la Sauvenière, contenait alors une grande piscine et une petite piscine pour les enfants ainsi que des installations de bains.

    capture ecran 2016-02-05 à 11.08.06.jpg
    La plupart des enfants des écoles liégeoises, dont je suis, y ont appris à nager et il y avait aussi un club de water-polo et plusieurs clubs de natation. On y allait souvent pour se délasser, faire des longueurs, plonger du grand ou du petit tremplin. Il y avait aussi la possibilité de pratiquer de nombreux sports d'intérieur (boxe, judo, lutte, tennis de table, escrime, danse, etc...).
    Une gare routière a été mise en service en 1950 avec tous ses locaux annexes. Elle accueillait vingt lignes régulières permettant +/- 400 départs chaque jour!
    Actuellement, le site, abandonné pendant des années, a fait peau neuve et abrite désormais la Cité Miroir.
    J'en viens à la gare des bus.
    Il y avait deux quais qui recevaient les différentes lignes. Cela mettaient les utilisateurs à l'abri de la pluie mais pas du vent et du froid. Quel courant d'air!.
    On pouvait aussi attendre le bus dans une petite salle vitrée, équipée de bancs et avec au centre les horaires des différentes lignes de bus. Cette salle était souvent enfumées, on fumait beaucoup à l'époque!
    Entre les deux quais se trouvait aussi une "aubette" à journaux, friandises, tabac, etc. Au dos de cette "aubette" on trouvait le local des messageries. C'est là que l'on déposait les colis qui partaient par le bus.
    Je me souviens que pendant mes jobs de vacances, je m'y suis rendu de nombreuses fois avec des colis de la librairie GOTHIER et d'autres colis de la pharmacie en gros GOOSSENS.
    Enfin, il y avait un café dont l'entrée se faisait par la place Xavier Neujean.
    Ce qui était le plus impressionnant, à l'époque, c'était le nombre de bus, dont une partie attendait son tour, sur la place Xavier Neujean avant de se diriger sur le quai adéquat. Les gens se précipitait alors pour "avoir une bonne place assise". Que de souvenirs!

    capture ecran 2016-02-05 à 11.09.39.jpg

    Je me dois aussi de parler d'une ligne qui m'a toujours fait rêver et qui partait de cette gare. Je la prendrai un jour avec des cousins-cousines pour voir du paysage et s'amuser en famille.
    C'est celle de la ligne Liège-Athus, crée en 1949.
    Dans mon imaginaire de l'époque, cela me semblait être une véritable épopée d'aller si loin en bus.
    Il faut dire qu'elle représente +/- 144 km dans nos belles Ardennes. C'est la ligne express actuelle 1011 du TEC (Namur Luxembourg).
    En fonction de la circulation, on met environ 3 hr pour joindre Athus. Cette ligne est exploitée par une société privée, la SA COLLARD-LAMBERT de Malmedy.
    Elle suit l'itinéraire suivant: Aywaille, Harzé, Werbomont, Manhay, Baraque Fraiture, Houffalize, Bastogne, Martelange, Attert, Arlon, Mesancy, Aubange, Athus.

    L'exploitation de la ligne express souhaitée pour Liège-Marche devrait peut-être se faire sur le modèle de la ligne 1011 avec un partenariat public/privé, cela reviendrait peut-être moins cher !
    Marcel

    Et que cela ne vous empêche pas de signer la pétition pour la Ligne expresse des TEC, liège-Marche!

     

  • La rénovation des orgues de Seny toujours d'actualité

    Après la presse écrite, c'est RTC Télé Liège qui s'est intéressé à la rénovation des orgues qui s'est terminée il y a près d'un mois.

    capture ecran 2016-01-06 à 11.41.59.jpg

    Voir le reportage: http://www.rtc.be/reportages/262-general/1469409-seny-renovation-de-lorgue

    L'orgue de l'église Saint-Pierre, à Seny-Tinlot, a été remis à neuf. L'instrument date de 1875. La rénovation a permis de découvrir des parties de l'instrument plus anciennes encore….

  • Huy-Waremme: demeures de prestige à vendre. Avis aux amateurs!

    capture ecran 2015-12-05 à 23.34.54.jpg

    Le château de Hermalle-sous-Huy, 400.000 euros après l’incendie. Huy, 1.400.000 € pour le château de la Sarte. Huy, Une moitié de Maison Batta : 960.000 €.

    capture ecran 2015-12-05 à 23.41.54.jpgEt... à Tinlot: un manoir à rénover : 750.000€.
    Autre demeure de prestige, dans le Condroz cette fois : un manoir faisant partie du patrimoine monumental belge, à Tinlot (Il s'agit en fait de l'ancienne ferme Legros.). Mise à prix : 750.000 euros.
    Parmi les éléments remarquables, un donjon du 12e siècle, une tour de garde avec croix de Malte, des granges datant de 1757, un ancien four à pain, des ateliers restaurés à l’identique, des charpentes apparentes et des cheminées anciennes. La restauration du bâtiment est en cours : «Toute la maçonnerie a été refaite, ainsi que la toiture (y compris sur les dépendances), la charpente, les commodités sont prêtes et le bâtiment a été isolé au chanvre », nous précise-t-on au Comptoir Foncier. Le bâtiment n’est pas habitable en l’état, la poursuite des travaux est indispensable. Sur un terrain de 8.300 m2 exposé plein sud, le manoir offre de nombreuses possibilités d’aménagement. A.G.(La Meuse du 5 décembre)

  • Seny, Roland Bontridder de retour aux orgues enfin remis en état

    Dimanche à l'occasion de la messe regroupant les différentes paroisses,  l'orgue de Seny a pu a nouveau donner sa pleine mesure après 5 ans d'attente en attendant sa remise à neuf.
    Un grand moment pour Roland Bontridder organiste et musicien confirmé de Saint Severin. 60 ans de métier aux orgues, depuis l'âge de 6 ans. Il a suivi les travaux de près et lundi les derniers réglages devaient être réalisés. Des réglages mécaniques que Roland a repérés dimanche, mais aussi des réglages de tonalité  adaptés, sur mesure, au musicien.

    capture ecran 2015-12-01 à 13.13.05.jpg

    Un moment important qui a permis d'apprécier le travail réalisé pour ces orgues de qualité qui méritaient d'être ainsi préservés. Les paroissiens n'ont pas manqué d'applaudir tous les acteurs de cette restauration, et leur organiste,  à la fin de la célébration.

    capture ecran 2015-12-01 à 13.17.31.jpg

    Le vieux soufflet mécanique doit encore être nettoyé cette semaine. Roland vous donne rendez-vous le 17 avril prochain à Seny à 17h, pour l'inauguration de l’orgue en grande pompe. Ce sera  la jeune organiste  Cindy Castillo qui donnera un récital exceptionnel. Elle est organiste titulaire de la Basilique de Koekelberg et professeur à l' IMEP de Namur (Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie).

  • Modave alimente 20% de Bruxelles en eau potable

    capture ecran 2015-11-13 à 08.12.05.jpgLe plus grand captage de Belgique situé en bord de Hoyoux, au pied du château Modave et son eau sont très importants pour les... Bruxellois. C’est en effet au pied du château, à quelques mètres du Hoyoux, que se trouve le plus important captage de Belgique qui alimente près de 20% de la capitale en eau potable.

    Modave est bien connue pour son château édifié au Moyen Age. Mais au pied de l’éperon rocheux, sous une colline qui longe le Hoyoux se cache un autre trésor. La Compagnie intercommunale des eaux de l’agglomération bruxelloise, actuellement dénommée Vivaqua, y a érigé au début du 20e siècle une zone de captage afin d’alimenter la population de la capitale belge en eau potable. Une mission toujours accomplie à l’heure actuelle. «  Avec une production de 65.000 mètres cubes par jour, il s’agit d’ailleurs du plus important site de captage en Belgique. Cela nous permet d’alimenter 20% des Bruxellois en eau potable naturelle. Nous n’utilisons en effet aucun filtre et n’apportons aucun traitement  », explique Christiane Franck, directeur général de Vivaqua.

    capture ecran 2015-11-13 à 08.12.18.jpg

    L’accord Vivaqua - Natagora renouvelé CHÂTEAU DE MODAVE
    Ce jeudi, au prestigieux Château de Modave, Vivaqua, l‘ancienne CIBE (Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux) et Natagora (une Asbl spécialisée dans la protection environnementale) ont annoncé officiellement le renouvellement de leur partenariat pour une durée de 25 ans.
    Depuis 1995, le château, grâce cette collaboration s’inscrit dans une politique de défense environnementale exceptionnelle. En effet, son parc de plus de 450 hectares, accueillant en son sein une zone de captage des eaux, est considéré comme une réserve naturelle avec un haut potentiel biologique. Les deux collaborateurs favorisent le boisement, limitent l’activité humaine et la pollution diffuse, protègent la pelouse calcaire où se développe une végétation méditerranéenne, et assurent le maintien de la biodiversité ainsi que la pérennité de certaines espèces telles que la Barbastelle (petite chauve-souris aux allures de gargouille).
    Cet accord est donc un événement pour toute la région puisqu’il favorise non seulement la qualité des eaux captées mais également la protection d’une riche biodiversité et le développement du tourisme vert. ROMANE CLAES

    capture ecran 2015-11-13 à 08.42.25.jpgEN CHIFFRES
    5  > Le captage de l’eau naturellement potable s’effectue dans des galeries dont la longueur totale avoisine les cinq kilomètres sur le site de Petit Modave.
    87 > Une fois sortie de la zone de captage, l’eau fait un voyage de 87 kilomètres afin de rejoindre Bruxelles et dès lors d’être distribuée aux habitants de la capitale.
    450> Une zone de protection de 450 hectares est la propriété de Vivaqua autour des captages afin d’éviter toute pollution.
    Parmi eux, on retrouve le château de Modave et 374 hectares de réserve naturelle où des espèces uniques se développent.

    Au château, 10.000 visiteurs japonais par an

    capture ecran 2015-11-13 à 08.50.10.jpgDepuis 2013, le domaine du château de Modave, surplombant le Hoyoux, est reconnu comme patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. En effet, son architecture, son cadre et sa réserve naturelle, ne font que renforcer cette image prestigieuse auprès du grand public.
    Mais les Belges ne sont pas les seuls à s’intéresser aux lieux. En effet, il s’est avéré que sur 35.000 visiteurs par an, 10.000 d’entre eux seraient originaires du Japon.
    Si l’on peut qualifier cette visite de touristique, pour les couples les plus aisés, il en est tout autrement :  elle serait l’occasion de célébrer une seconde fois ses noces par un prêtre catholique dans la chapelle du Château. (Extraits de l'article de C.W dans la Meuse du 13/11)

    Voir également le reportage de RTC Télé Liège sur le même sujet

     

  • Patrimmoine. Bâtiment prestigieux, le château de la famille Delloye à St-Vitu

    pdf_d-20151122-G49AGL.jpgAvec le salon des croisières, Saint-Vitu a été évoqué dans différents médias.

    Le château de Saint-Vitu appartient à la famille de Charles Delloye (ancien échevin des finances à Tinlot). Propriété privée construite au début en 1617, elle subit une restauration au XIXe siècle. Exceptionnellement, Valérie et Charles Delloye ouvrent tant le parc que leur demeure pour y accueillir, des expositions de voitures, joaillerie ou encore des oeuvres d’art contemporaines.
    «Nous voulons donner la chance à de jeunes artistes de se faire connaître, en invitant en même temps des artistes reconnus. » confie Valérie Delloye.
    Le week-end dernier, c’est à leurs amis Frédéric Van Vlodorp (de Modave) et Paul De Bruyn (de Huy) qu’ils ont ouvert leurs salons, bibliothèques afin d’y organiser le 1er salon des croisières en Belgique francophone. KS  (La Meuse du 23 novembre)
    Ci-dessous quelques photos du château déjà publiées sur ce blog.

    capture ecran 2015-11-23 à 10.52.48.jpg

    capture ecran 2015-11-23 à 10.51.49.jpg

    Le Château, jolie construction du 18e siècle (1751), en brique blanche et calcaire, présente une symétrie dans la construction des deux façades et le toit à la Mansard.

    capture ecran 2015-11-23 à 10.55.27.jpg

    La Galerie 713 de Knokke s'installe le temps d'un week-end au Château de Saint-Vitu (voir la vidéo)

    capture ecran 2015-11-23 à 12.14.46.jpg
    Le parc et les étangs ainsi que la ferme du château après l'incendie de novembre 2014

    DSC_7965.JPG

    L'accès à Saint-Vitu par la rue Campagne de Bêche, un magnifique paysage condrusien.

  • Le coq de Fraiture a pris place au Parlement Wallon!

    capture ecran 2015-11-12 à 21.34.27.jpg

    Le coq offert aux Fraiturois en 2014 par les jumeaux français de Diarville a été retenu pour participer à une exposition de coqs au Parlement Wallon jusqu'au vendredi 4 décembre. En effet, dans le cadre de son 35e anniversaire, le Parlement de Wallonie souhaite associer l'ensemble des citoyens wallons à un projet d'exposition sur la thématique du coq (emblème de la Wallonie). Vernissage le lundi 16 novembre.

    capture ecran 2015-11-12 à 20.39.30.jpg

    La bourgmestre en personne s'est donc empressée de conduire le précieux gallinacé jeudi dernier à Namur, et c'est vers 13h qu'il a fait son entrée au Parlement. Arrivée surprise, et impromptue apparemment, toujours est-il qu'il a dû provisoirement occuper le bureau d'un fonctionnaire (photo).
    Sachant qu'il faut être deux pour manipuler l'animal, qui squattait la voiture depuis 3 jours, le débarquer sur le temps de midi, devant l'entrée officielle, n'a pas été une mince affaire pour notre courageuse mandataire ! Elle n'était pourtant pas au bout de ses peines !

    capture ecran 2015-11-12 à 20.54.32.jpgLe communautaire n'est pas loin
    Moment de doute en effet chez la bourgmestre Tinlotoise (française par ailleurs), lorsqu'un quidam est venu lui faire  remarquer que le coq devrait avoir la patte levée ?!?
    Le Coq Wallon, de fait, est représenté avec la patte droite levée alors que le Coq Gaulois se tient droit sur  ses deux pattes. Malentendu? Combat de coqs ?
    Rien de tout cela, l'exposition est bien consacrée au thème du coq en général. L'oiseau adopté par les Fraiturois et perché à l'école communale, représentera donc
    bien la commune de Tinlot ! (Ouf!)

    Espérons maintenant que notre volatile ne sèmera pas la zizanie dans le poulailler! 
    Si vous passez par Namur, allez donc jeter donc un œil ! (et envoyez-nous la photo!)
    Retour de la bête au village, le lundi 7 décembre. Capture et transport souhaités entre 9 et 16h, appel aux volontaires!

    Conclusion? Voilà  encore une belle histoire belge à raconter à nos amis français !
    La morale de l'histoire?
    Essayez plutôt d'élever des poules! Et quant aux coqs, tentez plutôt..."Le Coq aux champs"!

    Voir l'article du jumelage (13/6/2014) sur l'arrivée du coq en Belgique.
    Photo: la sculpture et son auteur, un habitant de Diarville, village jumelé avec Fraiture.

    capture ecran 2015-11-12 à 21.09.29.jpg

  • Seny, les 486 tuyaux de l’orgue "décrassés"

    Depuis lundi et pour 3 semaines, un facteur d’orgue et son apprenti sont à pied d’oeuvre.
    L’orgue de l’église Saint-Pierre de Seny (Tinlot) va faire peau neuve. Depuis lundi, deux artisans de la Manufacture d’orgues Schumacher sont mobilisés pour nettoyer en profondeur l’instrument datant de 1875. Trois semaines de travail minutieux seront nécessaires pour venir à bout de la poussière et de la crasse accumulées depuis 31 ans, pour un budget 12.500 €.

    Depuis lundi, de drôles de bruits résonnent dans la petite église de Seny, place du Baty à Tinlot. Tantôt une flûte, tantôt une trompette… Un concert serait-il en préparation?
    Détrompez-vous, il ne s’agit nullement de musiciens mais de... champions de puzzle géant. Une compétence que les facteurs d’orgue, artisans s’il est en, ont peaufinée au fil des années et de leur expérience.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.12.00.jpg

    C’est le cas d’Hadrien Paulus, 46 ans. Il travaille pour la Manufacture d’orgues Schumacher d’Eupen et sur le chantier de Seny, il encadre un jeune qui fait ses armes sur l’instrument tinlotois. «Ce n’est pas compliqué en soi mais il faut être organisé et minutieux », nous confie-t-il. Leur tâche va s’étaler sur trois semaines. Il s’agit de démonter, une par une, les multiples pièces de l’orgue de l’église Saint-Pierre qui compte pas moins de 486 tuyaux! Le plus grand mesure 8 pieds, l’équivalent de 2m40 et les fournitures les plus petites n’atteignent que quelques millimètres. «486 tuyaux, ce n’est rien comparé à l’orgue de l’église Saint-Jacques, nuance Hadrien Paulus, mais c’est un beau petit orgue romantique d’environ 5 mètres et datant de 1875 qui possède une tuyauterie d’origine et huit registres.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.16.33.jpg

     Hadrien Paulus teste, une à une, les pièces de tous les instruments. Au centre la console et à droite, le souflet.

    Malheureusement, il a connu quelques dégâts et a été transformé à certains endroits. Il a été construit pour le culte, pas pour des concerts », précise- t-il. Pas question ici d’une restauration, mais d’un « relevage », soit une révision complète.
    « IL FAUT TOUT DÉMONTER, VÉRIFIER, NETTOYER ET REMETTRE EN PLACE »
    «L’orgue de l’église de Seny a été dépoussiéré pour la dernière fois en 1984. Il y a donc 31 ans de poussière à nettoyer, plus le plâtras tombé de la tour. Tout cela a bouché les tuyaux. » Une fois retirés de leur support, les tuyaux en bois, en alliage de plomb et d’étain, et parfois en zinc (au grand désarroi du facteur d’orgue), sont inspectés dans les moindres recoins, pour détecter une éventuelle fissure ou boursouflure. «Si tel est le cas, alors nous refaisons la pièce sur mesure en atelier. De ce que nous avons vu pour le moment à Seny, il y a peu de pièces abîmées », rassure-t-il.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.21.18.jpg

    Les pièces sont démontées une à une et descendues dans l'église pour être nettoyées. Si l'orgue date de 1875, certains tuyaux datent du 17e siècle

    Les pièces sont alors, chacune à leur tour, décrassées de loin avec un compresseur et de près avec un pinceau. Aucune eau n’est utilisée. Le facteur d’orgue vérifie enfin que les tuyaux « parlent » correctement, soit une égalisation de l’harmonisation. «On remet les tuyaux en place et, à l’oreille, je m’assure que les sons qui en sortent sont justes et non faux », indique ce Liégeois marié à une Marchinoise.
    Le coût du chantier pour la fabrique d’église ? 12.500 euros, sans intervention communale.
    ANNICK GOVAERS. La Meuse du 14/11.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.24.50.jpgSix éléments
    L’orgue de Seny date de 1875 et est l’oeuvre d’un facteur non identifié. La facture est cependant typique de Salomon Van Bever (traction mécanique pour le clavier et traction pneumatique pour les registres). L’orgue a dû être reculé dans la tour de l’église au début du 20e siècle car, vu son poids, il risquait de faire s’effondrer la tribune. Instrument à vent, il se compose du buffet (le meuble), de la console (organe de commande du clavier, du pédalier, des registres), du sommier (la pièce principale de l’orgue qui distribue l’air sous pression aux tuyaux en fonction des touches actionnées et des registres sélectionnés), et entre les deux, de la transmission, mais aussi de la soufflerie (un soufflet aujourd’hui alimenté par un ventilateur) et de la tuyauterie.

  • Fraiture, chapelle de l'Herberin: demande de recherche historique, appel aux lecteurs

    Marcel Ponthier, de Fraiture, lance un appel pour connaître le nom de l'architecte qui a dessiné et conçu cette chapelle dans le bois de l'Herberin à Fraiture, en bordure de la route vers Ellemelle.

    capture ecran 2015-10-25 à 15.45.42.jpg
     
    La chapelle Armée Secrète de l'Herberain, aurait été construite vers 1952, mais nous ignorons le nom de l'architecte qui l'aurait conçue. Le coût de la construction aurait été payé par l'AS sur un terrain boisé appartenant au chevalier Emmanuel DAVID.
    D'après une des filles d'un des maçons qui ont édifié celle-ci, ce serait soit un certain architecte PIERCOT de Tilff, soit un autre architecte d'Esneux qui aurait été membre de l'AS et ami de Georges GUISSART, chef de l'AS à Fraiture et mari de Marie GOFFIN qui fut fusillée avec 4 autres personnes au Château de Fraiture (actuellement camping géré par le SI de Fraiture) le 4 septembre 1944, par un membre d'une compagnie d'un bataillon de reconnaissance de la 2e Panzerdivision. La dame qui m'a parlé de cet architecte, dont elle a oublié le nom, m'a également signalé que serait scellé dans un des murs un bocal ou une bouteille contenant les noms des maçons et de l'architecte.
    Un peu après la construction, il y aurait eu une inauguration "en grande pompe" avec la collaboration musicale d'une fanfare militaire d'Arlon?
    Tous les informations sur cette chapelle sont les bienvenues!
    Contact