Patrimoine - Page 4

  • Huy-Waremme: demeures de prestige à vendre. Avis aux amateurs!

    capture ecran 2015-12-05 à 23.34.54.jpg

    Le château de Hermalle-sous-Huy, 400.000 euros après l’incendie. Huy, 1.400.000 € pour le château de la Sarte. Huy, Une moitié de Maison Batta : 960.000 €.

    capture ecran 2015-12-05 à 23.41.54.jpgEt... à Tinlot: un manoir à rénover : 750.000€.
    Autre demeure de prestige, dans le Condroz cette fois : un manoir faisant partie du patrimoine monumental belge, à Tinlot (Il s'agit en fait de l'ancienne ferme Legros.). Mise à prix : 750.000 euros.
    Parmi les éléments remarquables, un donjon du 12e siècle, une tour de garde avec croix de Malte, des granges datant de 1757, un ancien four à pain, des ateliers restaurés à l’identique, des charpentes apparentes et des cheminées anciennes. La restauration du bâtiment est en cours : «Toute la maçonnerie a été refaite, ainsi que la toiture (y compris sur les dépendances), la charpente, les commodités sont prêtes et le bâtiment a été isolé au chanvre », nous précise-t-on au Comptoir Foncier. Le bâtiment n’est pas habitable en l’état, la poursuite des travaux est indispensable. Sur un terrain de 8.300 m2 exposé plein sud, le manoir offre de nombreuses possibilités d’aménagement. A.G.(La Meuse du 5 décembre)

  • Seny, Roland Bontridder de retour aux orgues enfin remis en état

    Dimanche à l'occasion de la messe regroupant les différentes paroisses,  l'orgue de Seny a pu a nouveau donner sa pleine mesure après 5 ans d'attente en attendant sa remise à neuf.
    Un grand moment pour Roland Bontridder organiste et musicien confirmé de Saint Severin. 60 ans de métier aux orgues, depuis l'âge de 6 ans. Il a suivi les travaux de près et lundi les derniers réglages devaient être réalisés. Des réglages mécaniques que Roland a repérés dimanche, mais aussi des réglages de tonalité  adaptés, sur mesure, au musicien.

    capture ecran 2015-12-01 à 13.13.05.jpg

    Un moment important qui a permis d'apprécier le travail réalisé pour ces orgues de qualité qui méritaient d'être ainsi préservés. Les paroissiens n'ont pas manqué d'applaudir tous les acteurs de cette restauration, et leur organiste,  à la fin de la célébration.

    capture ecran 2015-12-01 à 13.17.31.jpg

    Le vieux soufflet mécanique doit encore être nettoyé cette semaine. Roland vous donne rendez-vous le 17 avril prochain à Seny à 17h, pour l'inauguration de l’orgue en grande pompe. Ce sera  la jeune organiste  Cindy Castillo qui donnera un récital exceptionnel. Elle est organiste titulaire de la Basilique de Koekelberg et professeur à l' IMEP de Namur (Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie).

  • Modave alimente 20% de Bruxelles en eau potable

    capture ecran 2015-11-13 à 08.12.05.jpgLe plus grand captage de Belgique situé en bord de Hoyoux, au pied du château Modave et son eau sont très importants pour les... Bruxellois. C’est en effet au pied du château, à quelques mètres du Hoyoux, que se trouve le plus important captage de Belgique qui alimente près de 20% de la capitale en eau potable.

    Modave est bien connue pour son château édifié au Moyen Age. Mais au pied de l’éperon rocheux, sous une colline qui longe le Hoyoux se cache un autre trésor. La Compagnie intercommunale des eaux de l’agglomération bruxelloise, actuellement dénommée Vivaqua, y a érigé au début du 20e siècle une zone de captage afin d’alimenter la population de la capitale belge en eau potable. Une mission toujours accomplie à l’heure actuelle. «  Avec une production de 65.000 mètres cubes par jour, il s’agit d’ailleurs du plus important site de captage en Belgique. Cela nous permet d’alimenter 20% des Bruxellois en eau potable naturelle. Nous n’utilisons en effet aucun filtre et n’apportons aucun traitement  », explique Christiane Franck, directeur général de Vivaqua.

    capture ecran 2015-11-13 à 08.12.18.jpg

    L’accord Vivaqua - Natagora renouvelé CHÂTEAU DE MODAVE
    Ce jeudi, au prestigieux Château de Modave, Vivaqua, l‘ancienne CIBE (Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux) et Natagora (une Asbl spécialisée dans la protection environnementale) ont annoncé officiellement le renouvellement de leur partenariat pour une durée de 25 ans.
    Depuis 1995, le château, grâce cette collaboration s’inscrit dans une politique de défense environnementale exceptionnelle. En effet, son parc de plus de 450 hectares, accueillant en son sein une zone de captage des eaux, est considéré comme une réserve naturelle avec un haut potentiel biologique. Les deux collaborateurs favorisent le boisement, limitent l’activité humaine et la pollution diffuse, protègent la pelouse calcaire où se développe une végétation méditerranéenne, et assurent le maintien de la biodiversité ainsi que la pérennité de certaines espèces telles que la Barbastelle (petite chauve-souris aux allures de gargouille).
    Cet accord est donc un événement pour toute la région puisqu’il favorise non seulement la qualité des eaux captées mais également la protection d’une riche biodiversité et le développement du tourisme vert. ROMANE CLAES

    capture ecran 2015-11-13 à 08.42.25.jpgEN CHIFFRES
    5  > Le captage de l’eau naturellement potable s’effectue dans des galeries dont la longueur totale avoisine les cinq kilomètres sur le site de Petit Modave.
    87 > Une fois sortie de la zone de captage, l’eau fait un voyage de 87 kilomètres afin de rejoindre Bruxelles et dès lors d’être distribuée aux habitants de la capitale.
    450> Une zone de protection de 450 hectares est la propriété de Vivaqua autour des captages afin d’éviter toute pollution.
    Parmi eux, on retrouve le château de Modave et 374 hectares de réserve naturelle où des espèces uniques se développent.

    Au château, 10.000 visiteurs japonais par an

    capture ecran 2015-11-13 à 08.50.10.jpgDepuis 2013, le domaine du château de Modave, surplombant le Hoyoux, est reconnu comme patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. En effet, son architecture, son cadre et sa réserve naturelle, ne font que renforcer cette image prestigieuse auprès du grand public.
    Mais les Belges ne sont pas les seuls à s’intéresser aux lieux. En effet, il s’est avéré que sur 35.000 visiteurs par an, 10.000 d’entre eux seraient originaires du Japon.
    Si l’on peut qualifier cette visite de touristique, pour les couples les plus aisés, il en est tout autrement :  elle serait l’occasion de célébrer une seconde fois ses noces par un prêtre catholique dans la chapelle du Château. (Extraits de l'article de C.W dans la Meuse du 13/11)

    Voir également le reportage de RTC Télé Liège sur le même sujet

     

  • Patrimmoine. Bâtiment prestigieux, le château de la famille Delloye à St-Vitu

    pdf_d-20151122-G49AGL.jpgAvec le salon des croisières, Saint-Vitu a été évoqué dans différents médias.

    Le château de Saint-Vitu appartient à la famille de Charles Delloye (ancien échevin des finances à Tinlot). Propriété privée construite au début en 1617, elle subit une restauration au XIXe siècle. Exceptionnellement, Valérie et Charles Delloye ouvrent tant le parc que leur demeure pour y accueillir, des expositions de voitures, joaillerie ou encore des oeuvres d’art contemporaines.
    «Nous voulons donner la chance à de jeunes artistes de se faire connaître, en invitant en même temps des artistes reconnus. » confie Valérie Delloye.
    Le week-end dernier, c’est à leurs amis Frédéric Van Vlodorp (de Modave) et Paul De Bruyn (de Huy) qu’ils ont ouvert leurs salons, bibliothèques afin d’y organiser le 1er salon des croisières en Belgique francophone. KS  (La Meuse du 23 novembre)
    Ci-dessous quelques photos du château déjà publiées sur ce blog.

    capture ecran 2015-11-23 à 10.52.48.jpg

    capture ecran 2015-11-23 à 10.51.49.jpg

    Le Château, jolie construction du 18e siècle (1751), en brique blanche et calcaire, présente une symétrie dans la construction des deux façades et le toit à la Mansard.

    capture ecran 2015-11-23 à 10.55.27.jpg

    La Galerie 713 de Knokke s'installe le temps d'un week-end au Château de Saint-Vitu (voir la vidéo)

    capture ecran 2015-11-23 à 12.14.46.jpg
    Le parc et les étangs ainsi que la ferme du château après l'incendie de novembre 2014

    DSC_7965.JPG

    L'accès à Saint-Vitu par la rue Campagne de Bêche, un magnifique paysage condrusien.

  • Le coq de Fraiture a pris place au Parlement Wallon!

    capture ecran 2015-11-12 à 21.34.27.jpg

    Le coq offert aux Fraiturois en 2014 par les jumeaux français de Diarville a été retenu pour participer à une exposition de coqs au Parlement Wallon jusqu'au vendredi 4 décembre. En effet, dans le cadre de son 35e anniversaire, le Parlement de Wallonie souhaite associer l'ensemble des citoyens wallons à un projet d'exposition sur la thématique du coq (emblème de la Wallonie). Vernissage le lundi 16 novembre.

    capture ecran 2015-11-12 à 20.39.30.jpg

    La bourgmestre en personne s'est donc empressée de conduire le précieux gallinacé jeudi dernier à Namur, et c'est vers 13h qu'il a fait son entrée au Parlement. Arrivée surprise, et impromptue apparemment, toujours est-il qu'il a dû provisoirement occuper le bureau d'un fonctionnaire (photo).
    Sachant qu'il faut être deux pour manipuler l'animal, qui squattait la voiture depuis 3 jours, le débarquer sur le temps de midi, devant l'entrée officielle, n'a pas été une mince affaire pour notre courageuse mandataire ! Elle n'était pourtant pas au bout de ses peines !

    capture ecran 2015-11-12 à 20.54.32.jpgLe communautaire n'est pas loin
    Moment de doute en effet chez la bourgmestre Tinlotoise (française par ailleurs), lorsqu'un quidam est venu lui faire  remarquer que le coq devrait avoir la patte levée ?!?
    Le Coq Wallon, de fait, est représenté avec la patte droite levée alors que le Coq Gaulois se tient droit sur  ses deux pattes. Malentendu? Combat de coqs ?
    Rien de tout cela, l'exposition est bien consacrée au thème du coq en général. L'oiseau adopté par les Fraiturois et perché à l'école communale, représentera donc
    bien la commune de Tinlot ! (Ouf!)

    Espérons maintenant que notre volatile ne sèmera pas la zizanie dans le poulailler! 
    Si vous passez par Namur, allez donc jeter donc un œil ! (et envoyez-nous la photo!)
    Retour de la bête au village, le lundi 7 décembre. Capture et transport souhaités entre 9 et 16h, appel aux volontaires!

    Conclusion? Voilà  encore une belle histoire belge à raconter à nos amis français !
    La morale de l'histoire?
    Essayez plutôt d'élever des poules! Et quant aux coqs, tentez plutôt..."Le Coq aux champs"!

    Voir l'article du jumelage (13/6/2014) sur l'arrivée du coq en Belgique.
    Photo: la sculpture et son auteur, un habitant de Diarville, village jumelé avec Fraiture.

    capture ecran 2015-11-12 à 21.09.29.jpg

  • Seny, les 486 tuyaux de l’orgue "décrassés"

    Depuis lundi et pour 3 semaines, un facteur d’orgue et son apprenti sont à pied d’oeuvre.
    L’orgue de l’église Saint-Pierre de Seny (Tinlot) va faire peau neuve. Depuis lundi, deux artisans de la Manufacture d’orgues Schumacher sont mobilisés pour nettoyer en profondeur l’instrument datant de 1875. Trois semaines de travail minutieux seront nécessaires pour venir à bout de la poussière et de la crasse accumulées depuis 31 ans, pour un budget 12.500 €.

    Depuis lundi, de drôles de bruits résonnent dans la petite église de Seny, place du Baty à Tinlot. Tantôt une flûte, tantôt une trompette… Un concert serait-il en préparation?
    Détrompez-vous, il ne s’agit nullement de musiciens mais de... champions de puzzle géant. Une compétence que les facteurs d’orgue, artisans s’il est en, ont peaufinée au fil des années et de leur expérience.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.12.00.jpg

    C’est le cas d’Hadrien Paulus, 46 ans. Il travaille pour la Manufacture d’orgues Schumacher d’Eupen et sur le chantier de Seny, il encadre un jeune qui fait ses armes sur l’instrument tinlotois. «Ce n’est pas compliqué en soi mais il faut être organisé et minutieux », nous confie-t-il. Leur tâche va s’étaler sur trois semaines. Il s’agit de démonter, une par une, les multiples pièces de l’orgue de l’église Saint-Pierre qui compte pas moins de 486 tuyaux! Le plus grand mesure 8 pieds, l’équivalent de 2m40 et les fournitures les plus petites n’atteignent que quelques millimètres. «486 tuyaux, ce n’est rien comparé à l’orgue de l’église Saint-Jacques, nuance Hadrien Paulus, mais c’est un beau petit orgue romantique d’environ 5 mètres et datant de 1875 qui possède une tuyauterie d’origine et huit registres.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.16.33.jpg

     Hadrien Paulus teste, une à une, les pièces de tous les instruments. Au centre la console et à droite, le souflet.

    Malheureusement, il a connu quelques dégâts et a été transformé à certains endroits. Il a été construit pour le culte, pas pour des concerts », précise- t-il. Pas question ici d’une restauration, mais d’un « relevage », soit une révision complète.
    « IL FAUT TOUT DÉMONTER, VÉRIFIER, NETTOYER ET REMETTRE EN PLACE »
    «L’orgue de l’église de Seny a été dépoussiéré pour la dernière fois en 1984. Il y a donc 31 ans de poussière à nettoyer, plus le plâtras tombé de la tour. Tout cela a bouché les tuyaux. » Une fois retirés de leur support, les tuyaux en bois, en alliage de plomb et d’étain, et parfois en zinc (au grand désarroi du facteur d’orgue), sont inspectés dans les moindres recoins, pour détecter une éventuelle fissure ou boursouflure. «Si tel est le cas, alors nous refaisons la pièce sur mesure en atelier. De ce que nous avons vu pour le moment à Seny, il y a peu de pièces abîmées », rassure-t-il.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.21.18.jpg

    Les pièces sont démontées une à une et descendues dans l'église pour être nettoyées. Si l'orgue date de 1875, certains tuyaux datent du 17e siècle

    Les pièces sont alors, chacune à leur tour, décrassées de loin avec un compresseur et de près avec un pinceau. Aucune eau n’est utilisée. Le facteur d’orgue vérifie enfin que les tuyaux « parlent » correctement, soit une égalisation de l’harmonisation. «On remet les tuyaux en place et, à l’oreille, je m’assure que les sons qui en sortent sont justes et non faux », indique ce Liégeois marié à une Marchinoise.
    Le coût du chantier pour la fabrique d’église ? 12.500 euros, sans intervention communale.
    ANNICK GOVAERS. La Meuse du 14/11.

    capture ecran 2015-11-13 à 20.24.50.jpgSix éléments
    L’orgue de Seny date de 1875 et est l’oeuvre d’un facteur non identifié. La facture est cependant typique de Salomon Van Bever (traction mécanique pour le clavier et traction pneumatique pour les registres). L’orgue a dû être reculé dans la tour de l’église au début du 20e siècle car, vu son poids, il risquait de faire s’effondrer la tribune. Instrument à vent, il se compose du buffet (le meuble), de la console (organe de commande du clavier, du pédalier, des registres), du sommier (la pièce principale de l’orgue qui distribue l’air sous pression aux tuyaux en fonction des touches actionnées et des registres sélectionnés), et entre les deux, de la transmission, mais aussi de la soufflerie (un soufflet aujourd’hui alimenté par un ventilateur) et de la tuyauterie.

  • Fraiture, chapelle de l'Herberin: demande de recherche historique, appel aux lecteurs

    Marcel Ponthier, de Fraiture, lance un appel pour connaître le nom de l'architecte qui a dessiné et conçu cette chapelle dans le bois de l'Herberin à Fraiture, en bordure de la route vers Ellemelle.

    capture ecran 2015-10-25 à 15.45.42.jpg
     
    La chapelle Armée Secrète de l'Herberain, aurait été construite vers 1952, mais nous ignorons le nom de l'architecte qui l'aurait conçue. Le coût de la construction aurait été payé par l'AS sur un terrain boisé appartenant au chevalier Emmanuel DAVID.
    D'après une des filles d'un des maçons qui ont édifié celle-ci, ce serait soit un certain architecte PIERCOT de Tilff, soit un autre architecte d'Esneux qui aurait été membre de l'AS et ami de Georges GUISSART, chef de l'AS à Fraiture et mari de Marie GOFFIN qui fut fusillée avec 4 autres personnes au Château de Fraiture (actuellement camping géré par le SI de Fraiture) le 4 septembre 1944, par un membre d'une compagnie d'un bataillon de reconnaissance de la 2e Panzerdivision. La dame qui m'a parlé de cet architecte, dont elle a oublié le nom, m'a également signalé que serait scellé dans un des murs un bocal ou une bouteille contenant les noms des maçons et de l'architecte.
    Un peu après la construction, il y aurait eu une inauguration "en grande pompe" avec la collaboration musicale d'une fanfare militaire d'Arlon?
    Tous les informations sur cette chapelle sont les bienvenues!
    Contact

  • Fraiture, une pierre remarquable: Li Benitî

    capture ecran 2015-10-25 à 15.30.00.jpg

    capture ecran 2015-10-25 à 15.30.29.jpg

    Attention dans le titre: lire Li Benitî

    capture ecran 2015-10-25 à 15.31.11.jpg

    Comme les rubriques de René Henry ne sont plus publiées dans le Vlan "Messager du Condroz", sachez que vous pouvez les retrouver, comme celle-ci, sur le site Vlan.be, Les annonces d'Ourthe-Amblève.

     

    capture ecran 2015-10-25 à 15.50.58.jpg

    Photos M.P

  • Un peu de culture...militaire!

    En 1917, le char d'assaut RENAULT FT 17 révolutionne la conception des chars d'assaut. En voici une belle  d'époque prise en France.

    capture ecran 2015-10-25 à 16.00.16.jpg

    En 2015, le char d'assaut agricole n'a pas beaucoup évolué dans sa conception tous terrains, si ce n'est son utilisation pacifique et peut-être son empreinte minimale sur l'environnement. Ci-après, une photo prise près du Tige de Terwagne sur Seny à proximité du chemin de Walsebro.
    Transmis par Marcel Ponthier

    capture ecran 2015-10-25 à 16.00.29.jpg

    Photo M.P 20/10/2015.

  • Soheit-Tinlot, histoire locale: le château Impériali

    capture ecran 2015-07-26 à 11.48.59.jpg

    Voici une photo transmise par un lecteur avec la question suivante: Pourriez-vous me préciser si le château du marquis Impériali existe toujours? J'en trouve des traces iconographiques mais je ne parviens pas à le situer...
    Le château dont photo est bien le château impérial situé au bois de Soheit. Il a été détruit aux environs de 1954 et remplacé par une belle villa nettement plus petite. Du château d’origine, il ne reste que la chapelle (extrémité droite de la photo) avec la crypte en dessous.
    Les marquis Jean et Etienne Impériali sont toujours enterrés dans cette crypte.
    Merci à José Legros pour ces explications!