Urbanisme - Page 3

  • Communes voisines, Anthisnes: un château d’eau transformé en maison

     

    Capture d’écran 2013-08-19 à 22.20.07.jpegDes biens comme cet ancien château d’eau désaffecté, cela ne court pas les rues. Alors quand on l’a (à nouveau) mis en vente, l’édifice de la rue Targnon n’a pas tardé à trouver acquéreur. A la base du projet, l’architecte Patrick Deboutez (43). Il a conçu une nouvelle affectation au bâtiment, mêlant respect de l’ancien et ajout d’éléments contemporains.

    Il y a une dizaine d’années, Patrick Deboutez, architecte chez Alvéoles (www.alveoles.be), tombe amoureux d’un bien pour le moins original, à la frontière entre Anthisnes et Esneux : un château d’eau ! «Mon idée était d’en faire un espace de lecture et de méditation à louer. Je l’ai donc acheté puis ai finalement décidé de le vendre, mais avec un projet d’architecte derrière », indique le Disonais. Ce qu’il proposait/propose ? Un logement composé d’une chambre, idéalement destiné à une personne seule ou à un couple sans enfant.

    Capture d’écran 2013-08-19 à 22.19.50.jpeg«Il y a une petite cave (10 m2), un rez-dechaussée pour la cuisine, un premier étage pour le salon et un dernier niveau pour la chambre avec salle de bains. Chaque plateau fait 4 mètres sur 4 (soit 16 m2). C’est peu donc j’ai conçu un volume extérieur au château d’eau, qui viendra se greffer sur l’aile gauche du bâtiment. Il abritera la cage d’escalier en bois », décrit l’architecte. Un élément contemporain en forme de grosse boîte en bois qui a l’avantage de desservir chaque étage séparément. «Je cherche toujours à respecter le matériau d’origine, à le dénaturer le moins possible, tout en apportant des touches contemporaines discrètes. Le bois s’intégrera bien dans le paysage », estime-t-il. De petites pièces qui, tout compris, donnent un espace à vivre d’une cinquantaine de m2, hors cage d’escalier. Le château d’eau se situe en fait en pleine zone agricole, par conséquent où on ne peut pas bâtir. « Mais nous n’avons pas eu trop de mal à convaincre l’administration car nous remettions en valeur un patrimoine existant, sans doute destiné à la démolition ». ANNICK GOVAERS (Exrait de l'article publié dans la Meuse du 19/8).

  • Prés fleuris à Tinlot: les premiers résultats

    DSC_7743.JPG
    Il y a un an, les travaux étaient en cours à la salle le Tilleul à Ramelot et un lagunage était réalisé pour l'épuration des eaux de la salle. Un espace a été réservé pour semer une bande "pré fleuri" en bordure de ce lagunage. Le résultat est magnifique. Après les campagnes de sensibilisation sur la biodiversité menées avec le GAL, ce sont ces petites réalisations communales qui devraient susciter l'envie d'étendre ces pratiques là où c'est possible... En tout cas, cela vaut le coup d'oeil!

    DSC_7747.JPG

    DSC_7754.JPG

  • Condroz: attention si vous n'avez pas les permis d'urbanisme nécessaires.

    Deux jugements ont été rendus cette semaine au tribunal correctionnel de Huy avec une mise en garde très claire du juge: « Il faut bien dire aux gens de faire attention avec les règles de l’urbanisme, toujours avoir les permis. Parce qu’après, on se retrouve devant les tribunaux avec des embêtements »

    Capture d’écran 2013-06-22 à 11.52.46.jpeg

    Capture d’écran 2013-06-22 à 11.52.55.jpeg
    Hier matin, le juge Frenay a interpellé les journalistes présents durant l’audience du tribunal correctionnel. « Il faut bien dire aux gens de faire attention avec les règles de l’urbanisme, toujours avoir les permis. Parce qu’après, on se retrouve devant les tribunaux avec des embêtements ». C’est après avoir entendu l’histoire d’Anthony et Annabelle qu’il a fait ce petit commentaire. le couple a fait construire une maison dans un lotissement à Terwagne et depuis le départ, ils n’ont cessé d’avoir des ennuis avec l’urbanisme.
    Hier, ils étaient au tribunal, principalement pour évoquer le souci d’un carport. Les Claviérois en ont aménagés un en bois sur leur terrain, mais on exige d’eux qu’ils le recouvrent de briques. « Ce qui le transforme en garage », commente Anthony. « Pourtant, il était dans les plans du projet depuis le départ et on ne nous a jamais rien dit ». Le couple s’est donc engagé à démonter son carport et à remonter une,construction recouverte de briques. Ils devront aussi retirer l’auvent de leur abri de jardin. Si ces travaux sont effectués avant décembre, ils devraient éviter nune sanction pénale. Ils devront tout de même engager des frais supplémentaires pour financer les travaux. Noémie Boutefroy dans le Meuse du 21 juin. Lire la suite ci-dessous.

    Lire la suite

  • Tinlot, lundi 6 mai, soirée de présentation du schéma de structure communal. Les Tinlotois vont maintenant devoir se prononcer.

    Près de 35 personnes à Seny lundi dernier pour décoder et comprendre les choix qui vont orienter l'évolution de notre commune.

    Capture d’écran 2013-05-11 à 21.35.11.jpeg
    Soirée importante, car la matière est complexe et le document à consulter à la commune compte au moins 300 pages. Pour donner son avis dans le cadre de l'enquête publique lancée le 1er mai  (jusqu'au 31 mai), autant bien s'informer et le meilleur moyen était sans doute de faire appel à ceux qui ont réalisé le travail (depuis le 20/10/2011). Dans ce cas il s'agit de l'ASBL ICEDD représentée par Mr Bertrand Ippersiel. Calmement, images et cartes à l'appui, il a présenté avec précision les éléments clés pour comprendre le schéma de structure communal.
    Important: la différence entre le plan de secteur actuel  qui date de 1977  et le schéma de structure.
    Le plan de secteur est contraignant et on ne peut y déroger. Il sera toujours d'application, mais le schéma de structure va donner des orientations et affiner le plan de secteur. La commune va pouvoir préciser ce qu'elle veut modifier, par exemple l'affectation du zoning en zone artisanale et pas seulement en zone industrielle ce qui bloque de nombreux dossiers.

    Dans les objectifs définis, 2 priorités importantes: préserver le caractère rural de Tinlot et définir Soheit-Tinlot comme coeur de l'entité pour y concentrer l'équipement et les services.
    Au lieu d'un seul type de zone d'habitat à caractère rural au plan de secteur actuel, nous en aurons 5 dans le nouveau projet. Elles détermineront par exemple la densité de l'habitat, les types d'immeubles possibles, les zones "réserves" pour l'habitat futur, l'affectation des ZACC (zones d'aménagement communales concertées) qui sont des zones non encore affectées dans le plan de secteur actuel.
    Différents périmètres sont définis. Des périmètres patrimoniaux avec, par exemple, des recommandations pour préserver le modèle condrusien  ou le choix des matériaux à utiliser. Des périmètres paysagers (non pas des habitations) à partir desquels les éoliennes ne peuvent pas être implantées à moins de 300m. Ou encore élargir les zones pour ne pas construire trop près des lignes à haute tension. Village par village, les participants ont ainsi  pu découvrir les applications concrètes du projet et obtenir les réponses à leurs questions.

    Capture d’écran 2013-05-11 à 21.32.20.jpeg

    Où en est-on dans la procédure ?
    Le projet présenté à la population et soumis à l'enquête publique a été approuvé provisoirement par le conseil communal. Il sera donc rectifié en fonction des remarques émises par les Tinlotois et celles de la Région wallonne entre le 1er et le 31 mai. Il sera approuvé ensuite définitivement par le conseil communal avant d’ être envoyé  à la signature du Ministre.
    Pour donner votre avis.
    Les documents sont consultables à l’administration communale de Tinlot - rue du Centre n°19, les lundis, mardi et jeudi de 9h00 à 12h00, le vendredi de 15h00 à 18h00 et le vendredi 24 mai, sur rendez-vous, jusque 20h. Vous pouvez également consulter et télécharger tous les éléments du dossier sur le site communal,www.tinlot.be.
    Les réclamations et observations sont adressées par écrit au Collège communal, à l’attention de Madame Cilou LOUVIAUX-THOMAS, Bourgmestre, pendant la durée de l’enquête publique conformément aux modalités visées à l'article 199 du CWATUPE au plus tard le dernier jour de l'enquête avant 15h30.
    Bonne lecture et bon travail!

  • Tinlot: AVIS D’ENQUETE PUBLIQUE : 1er au 31 mai 2013

    Capture d’écran 2013-05-02 à 16.02.08.jpegLe Collège communal annonce la mise
    à enquête publique du Schéma de
    Structure Communal (S.S.C.), en vue
    de l'adoption définitive de ce schéma,
    approuvé provisoirement par le Conseil
    communal du 23 avril 2013.

    Tous les documents relatifs à cette enquête
    vous seront présentés lors de la
    réunion d’information qui aura lieu le lundi 6 mai 2013 à 20h00
    Salle « Le Préau » Grand ’Route de l’Etat n°17 - 4557 SENY - TINLOT.
    (voir article hier sur ce blog)
    Vous pouvez consulter ces documents à partir des liens suivants:

    • Consulter le dossier dans son entièreté :
      Lien basse résolution : www.icedd.be/downloads/index.cfm
      Mot de passe : ABM
      Lien haute résolution : www.icedd.be/downloads/index.cfm
      Mot de passe : ABM_Tinlot
    • D'autres précisions sur le site communal: www.tinlot.be
    • Comment pouvez-vous intervenir ?

      Capture d’écran 2013-05-02 à 16.20.34.jpegIl sera procédé à l'enquête publique du 1er au 31 mai 2013, en application de l'article 4 du code wallon de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme, du patrimoine et de l'énergie.
      Le dossier peut être consulté à partir de la date d'ouverture d'enquête jusqu'à la date de clôture de cette enquête : à l’administration communale de Tinlot - rue du Centre n°19, les lundi, mardi et jeudi de 9h00 à 12h00, le vendredi de 15h00 à 18h00 et le vendredi 24 mai 2013, sur rendez-vous, jusque 20h.
      Vous pouvez aussi en prendre connaissance  à partir du site communal (voir ci-dessus)
      Les réclamations et observations sont adressées au Collège communal, à l’attention de Madame Cilou LOUVIAUX-THOMAS, Bourgmestre, pendant la durée de l’enquête publique conformément aux modalités visées à l'article 199 du CWATUPE au plus tard le dernier jour de l'enquête avant 15h30.
      Ou à partir du site communal (voir ci-dessus)

    En quoi cela concerne la population ?
    Plusieurs questions traitées par le schéma de structure vous concernent directement.
    Citons sans être exhaustif :

    Lire la suite

  • Tinlot, lundi 6 mai, 20h : réunion publique d'information sur le futur schéma de structure de votre commune

    Vous avez déjà été informés de cette réunion par un "toutes boîtes" communal.
    Le lundi 6 mai à 20h à Seny vous aurez l'occasion de découvrir et de poser vos questions sur le futur plan d'aménagement de la commune. C'est un enjeu important tant pour les particuliers que pour les entreprises ou les pouvoirs publics. C'est le futur visage de Tinlot qui va ainsi se (re)définir.

    Capture d’écran 2013-05-01 à 19.17.14.jpeg

    "Qu’est-ce qu’un Schéma de Structure ?

    En tant qu’habitant de Tinlot vous partagez avec nous probablement le même constat, le territoire de notre commune se transforme de plus en plus rapidement du fait d’actes d’aménagement posés tant par les particuliers que par les pouvoirs publics.

    L’autorité communale joue un rôle important dans cette évolution que ce soit de manière directe, en effectuant des travaux ou en réalisant des équipements publics, ou de manière indirecte, en délivrant des permis ou en suscitant des initiatives.

    Pour encadrer ces changements et assurer la cohérence des multiples décisions prises quotidiennement, la Commune de Tinlot a décidé de se doter d’un schéma de structure communal (S.S.C.) qui précise ce que nous souhaitons pour l’avenir de notre territoire.
    Il trace les grands principes que la Commune entend respecter et faire respecter en matière d’aménagement du territoire ou lorsqu’elle délivre un permis d’urbanisme.

    Lundi soir, vous aurez l'occasion d'aborder tous ces points, avec l’auteur de projet pour la commune de Tinlot.

    Les documents du S.S.C. vous seront présentés lors de cette réunion d’information qui aura lieu à 20h00 à la Salle « Le Préau » Grand ’Route de l’Etat n°17 - 4557 SENY - TINLOT.

    A suivre demain avec les précisions sur l'enquête publique qui démarre le 1er mai, les différents supports utiles et les liens pour accéder aux différents documents.
    (Pour en savoir plus: voir le site communal tinlot.be)"

  • 37 Liégeois ont dû démolir, forcés par le nouveau service "Exécutions forcées des décisions judiciaires"

    37 Liégeois ont dû démolir URBANISME Défaut de permis. A bon entendeur...

    images.jpgL‘affaire Sagawé avait fait grand bruit à l’époque. L’entrepreneur de Sars-la-Buissière avait construit sa villa à l’orée d’un bois sans permis de bâtir. Et la Région wallonne avait refusé de régulariser après coup.
    Faisant face avec son corps aux démolisseurs, il avait finalement obtenu d’attendre la fin de sa vie avant de voir son domicile rédu à néant. Mais ce non-respect  éhonté des lois a aussi poussé la Région wallonne à se doter d’un nouveau service baptisé « Exécutions forcées des décisions judiciaires ».
    258 dossiers en Wallonie Basé à Namur depuis 2007, il a déjà eu 258 dossiers à connaître pour l’ensemble de la Wallonie dont 15 ont abouti à une exécution de démolition forcée et 83 autres sont toujours en cours.
    renovation_v14.jpgPlus spécialement sur les 24 communes de l’arrondissement de Liège, 37 dossiers ont été ouverts. « Il s’agit donc de personnes qui ont été condamnées par le tribunal et qui n’ont pas obtempéré dans les délais à l’obligation de démolir », explique Luc L’Hoir, le responsable du service. Le travail consiste alors à persuader le contrevenant de démolir volontairement par de fréquentes visites et par la saisie mobilière ou immobilière du montant des astreintes. 10 dossiers en cours
    images-2.jpgÀ Liège, 27 cas ont été ainsi finalement résolus, par la démolition volontaire. Il ne s’agissait jamais de maisons d’habitation, mais bien de chalets, d’annexes, de garages, de piscines… «Mais il en reste donc encore dix en cours qui vont mener prochainement à l’exécution forcée, reprend le fonctionnaire. Il s’agit de personnes qui, malgré les différentes injonctions, visites et amendes, persistent dans leur refus. » D’autres Sagawé en somme… «Un dossier est malgré tout plus délicat : celui d’un balcon et du rehaussement d’un étage d’une maison en ville qui perturbent les voisins. Cela va coûter cher aux propriétaires. » ■ LUC GOCHEL (Le Soir du 9/4. Illustration Internet)