Artisanat

  • Annonce. Ouffet (Lizin), tous les bons produits pour les fêtes, à la Ferme Demoitié

    capture ecran 2017-12-09 à 00.56.10.jpgLes fêtes arrivent... et comme chaque année la ferme Demoitié est là pour vous régaler.

    Les plateaux fromages (repas et dessert) et les les raclettes sont bien évidemment au rendez vous!
    Mais nous avons aussi de délicieuse pintade, poulet et dinde.
    Nous avons également des produits de canard (paté, foie gras, magret, friton, etc.)
    Différents pains bio seront à votre disposition ou sur commande pour accompagner vos différents repas.
    Vous pouvez également réaliser différents paniers garnis avec les nombreux produits qui vous trouvez dans notre magasin.

    Pour toute réservation : Céline au 0494/28.26.22
    ou fermedemoitie@gmail.com
    Horaire fête : Samedi 23 de 9h à 17h
    Dimanche 24 de 9h à 17h
    Samedi 30 de 9h à 17h
    dimanche 31 de 9h à 16h

    Lizin 2   Ouffet
    Page facebook
  • Terwagne. Le clos des abeilles décroche un Coq de Cristal

    capture ecran 2017-12-06 à 01.39.06.jpgLe Clos des abeilles (Terwagne) clavier décroche un Coq de cristal au concours de par l’Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité (APAQ-W).
    Nous vous avions présenté le Clos des abeilles à l'occasion de la journée de l'Artisan le 26 novembre dernier. Mardi soir, cette petite société s'est distinguée à Libramont en remportant un "Coq de Cristal"

    Lancé en 1994, le Concours Coq de Cristal, organisé  conjointement par l’Agence Wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité, Accueil Champêtre en Wallonie et la Foire de Libramont, fête cette année sa 23ème édition.
    `

    rucherclavier.jpeg

    capture ecran 2017-12-06 à 01.36.32.jpgCet événement vise à valoriser des entreprises wallonnes employant maximum 5 personnes qui,  grâce à leur savoir-faire et dans le respect de l’environnement, élaborent une large gamme de produits de bouche artisanaux.
    Issues d’une agriculture diversifiée, ces productions reflètent un savoir-faire traditionnel, une passion  du métier et un art de vivre typiquement régional. En 2017, 41 produits issus de 33 entreprises étaient en lice.
    Découvrez ici les 8 produits de bouche d’excellence en Wallonie.

    Hoyoux Famil s.c.a.
    Apiculteur depuis 1978, Jean-Marie Hoyoux a, depuis quelques années, intensifié et  diversifié ses activités grâce  au soutien notamment de son épouse Jacqueline Lamer.
    Ensemble, ils exploitent le  « Clos des Abeilles »  où ils développent une apiculture raisonnée, durable et responsable, dans le respect de la nature, de l’abeille et de l’environnement.

    capture ecran 2017-12-06 à 15.16.03.pngLe miel est le fruit du travail des abeilles. Il est donc  parfaitement normal que le produit varie chaque  année, à chaque saison, en fonction des conditions  météorologiques, des fleurs butinées, ... En ce qui  concerne le miel de printemps des terrains calaminaires, les abeilles butinent aux alentours du rucher
    situé à Plombières, au sein de la réserve naturelle du site minier. Le produit est d’abord extrait à froid,  il décante ensuite quelques jours en maturateur où le miel est malaxé a fin de favoriser une texture onctueuse  avant la mise en pot.
    MIEL DE PRINTEMPS
    Jean-Marie Hoyoux • Rue Darimont 10 - 4550 Clavier
    085 71 29 93 •  0474 55 99 90
    apijmhoyoux@gmail.com • www.clos-des-abeilles.be

  • Terwagne, journée de l'artisan le 26 novembre: découvrez le clos des abeilles

    Journées de l’artisan 2017 – Invitation

    Le dimanche 26 novembre 2017,

    Jacqueline LAMER & Jean-Marie HOYOUX vous ouvrent les portes de leurs ateliers de 9 à 17h pour que vous puissiez découvrir différents produits de la ruche.

    Vous aurez l’occasion

    1. de vous documenter ;
    2. d’apprécier différents produits de la ruche dont les miels de printemps et d’été, fruit du travail de nos abeilles, récoltés cette année, extrait à froid et sans ajout ;
    3. de visualiser notre travail de la cire :
    • du cadre, de la purification à la confection de bougies en véritable cire d’abeilles,
    • du façonnage de feuilles de cire gaufrée,
    • de la préparation d’encaustique.

    Venez voir un des rares ateliers du cirier encore en activité.

    Bienvenue à toutes et à tous, entrée gratuite.

     

    maison.jpegHoyoux Famil SCA est implantée au CLOS des ABEILLES dans le Condroz, 10 rue Darimont à 4560 Terwagne (Clavier). Elle est est gérée par Jean-Marie Hoyoux et Jacqueline Lamer.

    Apiculteur depuis 1978, Jean-Marie avec son épouse Jacqueline, a depuis quelques années, intensifié et diversifié ses activités. Ils gèrent ensemble la société HOYOUX Famil S.C.A.

    Notre slogan : en route pour demain, pour une apiculture raisonnée, durable et responsable dans le respect de la nature, de l’abeille et de l’environnement.

    Nous consacrons une grande partie de notre activité à l’apiculture :

    • Détention de ruches
    • Protection de l’abeille
    • Production de miel et de cire
    • Formation de futurs apiculteurs
    • Visite de nos installations dont un musée en plein air

    rucherclavier.jpeg

    Un parcours didactique présentant les différentes anciennes ruches utilisées dans nos régions a été réalisé, en collaboration avec la commune de Clavier, à l’occasion d’APICHARME (exposition pour le grand public en septembre 2014).

    visite.jpeg

    capture ecran 2017-11-19 à 12.12.38.jpg

    Voir le site

  • Tinlot: il crée une bière pour accompagner ses boulets

    Il y un an, le traiteur Ludovic Dethier (36) commercialisait ses boulets à la sauce liégeoise sous vide à réchauffer facilement, sous la marque « oOps Boulettes et Compagnie ». Le 19 avril dernier, le Tinlotois fêtait le lancement d’une bière ambrée spécialement créée pour accompagner ses boulets, la Grande-Bêche !

    17157723_1690017334629508_5309405608236049922_o.jpg

    Les Fraiturois Ludovic Dethier et son épouse, Marie van den Brill

    Commercialisés il y a un an, les boulets artisanaux liégeois de Ludovic Dethier (36) rencontrent un franc succès. Cet habitant de Fraiture-en-Condroz en confectionne aujourd’hui près de 600 par mois, dans un atelier à Banneux. «  En tant que traiteur, c’est vraiment devenu ma spécialité et je compte me concentrer là-dessus », confirme-t-il. L’idée de ces paquets sous vide contenant deux boulettes porc-boeuf avec une sauce à base de sirop artisanal pommes-poires produit à Grâce-Hollogne (siroperie Delvaux) est née il y a deux ans. «  J’ai commencé à réaliser des boulettes à la sauce liégeoise pour financer mes activités dans le rallye automobile dans lequel je venais de me lancer. Les gens ont bien aimé et quand j’ai mis le rallye en stand-by, ils continuaient à en commander. Alors, je me suis lancé  », rapporte-t-il.

    capture ecran 2017-05-11 à 17.06.24.jpgHormis l’incontournable sauce liégeoise, il y a aussi la sauce provençale ou la moutarde crème. La composition des boulets peut aussi varier : Ludovic propose des boulettes de volaille et d’agneau «  mais sur commande, on n’en trouve pas en magasin  », tient-il à préciser. Ses produits « oOps Boulettes et Compagnie » sont disponibles à la Coopérative ardente de Liège et à La Cop de Ferrières, ou bien sur commande via Facebook (à venir retirer à Tinlot ou livraison via un forfait km). «  Des contacts sont aussi pris pour être distribués chez Match et Carrefour  », ajoute-t-il. Le paquet de deux unités coûte 4,5€.

    Article d'Annick Govaers (La Meuse numérique) et la Meuse H-W du 24 avril

    Photos facebook
    En savoir plus:
    www.facebook.com/oOps.boulettes
    www.facebook.com/bieregrandbeche

     

    A voir également:  la vidéo sur Vivacité:

    capture ecran 2017-05-11 à 16.51.32.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=QmondL6I8EY

     

  • Clavier. Il recrée l’artisanat du 15esiècle avec sa compagnie

    Voilà 13 ans que le Claviérois Philippe Franckart (41) fait partie de la compagnie de reconstitution historique Leodium. «Nous faisons de l’artisanat du 15e siècle de Liège.»  Passionné d’histoire, le Claviérois ne prend pas ce hobby à la légère. «L’idée derrière notre compagnie n’est pas simplement de s’amuser au Moyen-Âge. Il faut aussi comprendre comment ils fonctionnaient à l’époque, et comment ils utilisaient leur environnement», continue-t-il. Leodium est donc synonyme de rigueur historique.

    capture ecran 2017-01-25 à 18.29.15.jpg«Dans le film Les Visiteurs, on perçoit le peuple comme des gens sales. Or, même le paysan de base se lavait tous les jours. Ce n’est qu’à la Renaissance qu’on a abandonné cette idée, et qu’on a commencé à dire que ça retirait la couche protectrice du corps.»
    En quoi consiste exactement l’artisanat du 15e siècle?
    «On retrouve par exemple de la gravure sur bois, ainsi que la bijouterie», indique Philippe Franckart. «On utilise encore le même genre d’outils, même si les alliages ont évolué dans leurs apparences.» Ces outils, le Claviérois les obtient des mains d’amis forgerons. «Grâce à ces outils, nous réalisons des gravures sur bois et, en partie, des costumes.»
    C’est en faisant un remplacement auprès d’une compagnie que Philippe Franckart a pris goût à se costumer. Il avait alors autour de 19 ans à cette époque.«Le 15e siècle me plaît, car il s’est passé énormément de choses en l’espace de 60 ans», s’enthousiasme-t-il. «Il y a ainsi eu le vol du Perron de Liège et sa restitution, ainsi que la fin du Moyen-Âge. Au niveau culinaire, il existe également énormément de goûts.»
    La compagnie ne ferait pas de profit de ces créations. «Nous ne vendons pas ce que l’on crée», signale Philippe Franckart. «On m’a déjà demandé de faire une pancarte pour une échoppe, mais je ne lui ai fait payer que le prix des matériaux.» Il explique que le partage est leur objectif. «Nous faisons ainsi des représentations dans des écoles pour expliquer le Moyen-Âge aux élèves», dit-il. Si vous désirez rejoindre la compagnie Leodium, vous pouvez contacter le Claviérois à l’adresse: crealug@gmail.com.
    J.G La Meuse du 20 janvier

  • Nouveau pour entreprises et particuliers. « Aux Milles Saveurs » vous livre à domicile des paniers cadeaux de produits locaux de première qualité

    DSC_7761.jpgLe 14 décembre prochain Frédéric Dony, 42 ans, démarre son entreprise « Aux Milles Saveurs » dans le Condroz.
    Installé à Tavier,  Frédéric est bien connu dans la région et à Tinlot comme délégué de l’équipe U8 à Fraiture Sport et bientôt entraineur des gardiens chez les petits.

    Avec une bonne expérience de commercial dans l’HORECA et encadré par CREAJOB, il a développé son projet d’un « service livraison à domicile » de  paniers fruits et légumes bio et de produits locaux pour les entreprises et les particuliers.

    Envie de faire plaisir, envie d’offrir, ou si vous voulez vendre votre production locale, vous pouvez le contacter et déjà passer commande, les fêtes sont proches.
    La livraison est possible dans toute la province!

    En fonction du marché et des producteurs locaux, le panier contiendra notamment: «spéculoos artisanaux, 190 grammes rillettes de porc 100 % végétal,  pot de miel,  180 gr de gingembre confit, Franche de Franchimont (Bière de Theux aux fleurs), Fleur de Franchimont (vin blanc doux), 1 confiture bio aux figues, griottes ou oranges douces,, Trouffette...

    capture ecran 2016-11-30 à 21.02.32.jpg

    capture ecran 2016-11-30 à 21.02.38.jpgCommandes possible dès maintenant:
    0499 917666

    Du lundi au vendredi de 10 à 18h
    par mail:  auxmillessaveurs@hotmail.com
    Site Internet en préparation
    Voir la page facebook
    Photo, Frédéric Dony et son fils Mathias à Fraiture Sport

  • Fraiture, la Trouffette à nouveau primée à un concours international

    capture ecran 2016-11-25 à 18.02.42 - copie.jpg

    La Trouffette "Belle d’été" de Philippe et Catherine Minne a reçu une nouvelle médaille à un concours international cette fois !
    Au Brussels Beer Challenge, parmi plus de 1200 bière sélectionnées, elle a reçu un Prix d’excellence dans sa catégorie. Sur les 70 médailles octroyées, une pour la Brasserie de Bastogne ! ... et d’après les ventes à Tinlot, c’est également la Bière qui marche bien ici !

    Elle était présentée dans la catégorie "Double Blanche" ("la Blanche" est plus légère) et dans cette catégorie, c'est la Blanche de Namur (Brasserie du Bocq) qui a gagné.

    La "Belle d’été" avait déjà été récompensée en 2012 et 2014 au Concours des Bières Wallonnes.
    Au Brussels Beer,  "l'Ardenne Stout" avait été  médaillée en 2014.

    Bravo à notre brasseur local !

    capture ecran 2016-11-25 à 18.01.04 - copie.jpg

  • Seny. Découvrez l'Atelier Pastel d'Anne Roncalli

    capture ecran 2016-10-16 à 23.19.59 - copie 2.jpg

    https://www.facebook.com/Anne-Roncalli-Pastelliste-1590162794628237/?fref=ts

  • Strée, un distributeur de pizzas chaudes dès le 20 octobre!

    À partir du 20 octobre prochain, il sera possible d’acheter une pizza à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit au distributeur situé près de la pompe Total de Strée. « Une pizza fraîche, préparée par un vrai pizzaïolo » insiste Ronald Didion, l’initiateur du projet.

     

    capture ecran 2016-10-06 à 20.36.06 - copie.jpgRonald Didion un Havelangeois de 37 ans est à la tête d’une petite entreprise de fabrication de pizzas à emporter baptisée « Pizzas Ronaldo », il dispose d’un atelier et d’un camion itinérant.
    Il y a huit ans, il installait son premier distributeur de pizzas fraîches à Havelange. « À l’époque, c’était une première explique ce Havelangeois de 37 ans, ce type de distributeur existait en France mais pas en Belgique. » Depuis, Ronald Didion a installé le même type de machine à Gesves et à Hamois. Le principe : vous payez entre 7,5 et 11 euros (par carte ou en insérant de la monnaie dans la machine) et vous choisissez votre type de garniture. « Dans la machine, il y a de la pâte précuite avec de la tomate, elles sont gardées dans une chambre froide tout comme les garnitures, explique Ronald, le client fait sa sélection et la pizza est ensuite cuite sur place dans le four à air pulsé.  ». La Meuse en ligne

  • Brasserie de Bastogne: la petite parmi les géants, elle est présentée ce w-e au BBW

    De vendredi à dimanche prochain la Grand Place de Bruxelles sera occupée par la 18e édition du Belgian Beer Weekend (BBW). Une gigantesque manifestation qui met en avant des brasseries belges de tailles et de capacités de production bien différentes, de la petite entité artisanale au géant mondial. Les Fraiturois, Philippe et Catherine Minne y représenteront la Brasserie de Bastogne.

    « Une belle vitrine »
    La Brasserie de Bastogne sera pourtant la seule de la province de Luxembourg à y avoir un stand. Si on place la Brasserie d’Orval hors catégorie et que l’on estime qu’Achouffe n’est plus tout à fait luxembourgeoise (rachetée par Moortgat, une partie de la production se fait au nord du pays). «  Nous, cela sera notre quatrième participation et nous nous y trouvons bien  », nous explique Catherine Minne-Vanderwauwen, qui a lancé la brasserie avec son mari, Philippe, en 2008. «  Nous serons sans doute la plus petite brasserie présente (la brasserie de Bastogne brasse de 1.000 à 1.200 hectolitres par an). Mais c’est agréable une fois par an de se sentir sur un pied d’égalité avec les gros.  » Le côté international de l’événement permet «  aussi de nouer des contacts intéressants pour l’exportation, de rencontrer des gens. Il y a aussi une forte médiatisation de l’événement, qui n’est pas négligeable  ».

    667167729_B979570289Z.1_20160830171414_000_G4A7GQ4UR.2-0.jpgÀ Bruxelles, Philippe et Catherine proposeront la gamme de la Trouffette, mais aussi l’Ardenne Stout et l’Ardenne Saison. Des bières qui ont déjà su convaincre les amateurs. « On se si- tue dans un segment particulier : celui de la bière spéciale de caractère.
    On ne travaille qu’avec des produits de qualité. C’est vital. Ensuite, on cherche à faire des bières que les gens aiment et qui en même temps se démarquent... Si c’est pour faire une nouvelle bière ambrée alors qu’il y en a déjà plein, bof… » Quant au reproche que des puristes pourraient faire à ces brasseries artisanales qui se corrompent en allant fricoter aux côtés du géant Inbev, de Moortgat... ?
    «Moi, je préfère cela au Brussels Beer Project ou bien à être le simple délégué marketing d’une bière brassée ailleurs. Ensuite, il y aune dimension économique qui est inhérente à notre métier. Etre au BBW c’est im portant. Enfin, il faut aussi goûter ce que font certaines « grosses »
     brasseries. Tout n’est pas bon. Mais tout n’est pas à jeter non plus.»
    N.LD  (La Meuse du Luxembourg du 31 août)

    Que de chemin parcouru en huit ans.
    C’est en effet en 2008 que Catherine -qui travaillait dans le secteur de la librairie- et son mari Philippe -ingénieur- ont créé la Brasse-
    rie de Bastogne. De 80 hectolitres à l’origine, la production est passée à 600 hectos en 2012 puis à 1.000-1.200 hectos cette année.

    capture ecran 2016-09-03 à 13.59.47.jpgUne fameuse progression justifiée par le succès des bières de la brasserie.
    Brasserie recompensée par plusieurs prix, notamment celui du meilleur stout au Best Belgian Beers of Wallonia 2016 pour l’Ardenne Stout. D’autres distinctions avaient déjà été obtenues en 2014, dans d’autres catégories, dans ce même concours. Un prix d’honneur a aussi été décerné à l’Ardenne Stout en 2014 au Brussel Beer Challenge. Du coup, le couple a engagé un brasseur et un stagiaire est devenu ouvrier de production.

    Plus au nord

    Et ce n’est pas tout puisqu’il est maintenant devenu impératif de voir plus grand. «Nous allons donc déménager en 2017 vers un autre site. Cela nous crève le cœur de quitter là où on est mais les prix des terrains étaient inabordables. Là où on ira les prix étaient deux fois plus faibles.

    Un déménagement qui se concrétisera en 2017
    Récemment encore on nous a proposé une alternative dans la région de Bastogne. Mais on ne pouvait pas se le permettre.»
    La future localisation ? «Ce sera plus au nord », glisse Catherine. « Mais il est encore un peu tôt pour en parler de manière précise.» Mais les brasseurs ont déjà confié que leur nouveau site serait plutôt situé en Famenne, non loin de la limite entre les provinces de Luxembourg et de Namur. « On espère produire dès la fin de l’année 2017, au plus tard début de l’année 2018. C’est en tout cas un fameux challenge pour la brasserie. » Un de plus. Mais comme tous les autres ont été relevés il n’y a pas de raison de penser qu’il en ira autrement cette fois encore. - N.LD
     
  • Les tentations vosgiennes, une épicerie fine tenue par une Fraituroise

    Tinlot est jumelée avec Tatonville a la porte des Vosges. Fraiture est jumelee avec Diarville, aussi a quelques km des Vosges. Il n’y a pas de doutes certains parmi vous aiment les Vosges et connaissent les bons produits de là-bas. D’autres aimeraient les découvrir ou les redécouvrir. Bonne nouvelle…

    capture ecran 2016-07-21 à 11.52.43.jpg


    Un nouveau magasin tenu par une vosgienne originaire de Saint-Die-des-Vosges et qui habite Fraiture s'est ouvert à Tilff. Il met en valeur les produits du terroir vosgien et alsacien en privilégiant des petits producteurs de qualité. Vous retrouverez dans le magasin du fromage (munster, cœur du massif, le premier fromage 100 pourcent vosgien, Bargkass, Ribeaupierre) de la charcuterie fumée et salée, des saucissons secs, de la choucroute (et tous ses accompagnements mais en saison uniquement), des terrines, pâtés, foie gras, du miel (sapin, crémeux, acacias, châtaignier, fleurs, montagne) , des confitures hors du commun (mirabelles, brimbelles, cramaillotte, gelée de sureau, gelée de roses, gelée de groseilles épépinées, quetsches, fraise-rhubarbe) des bonbons des Vosges dont le fameux bourgeon de sapin, de délicieux biscuits (rochers coco, linzer, biscuits a l’anis, damiers au chocolat,…) et bien sur des vins de fruit, du crèment et des vins d'Alsace. Venez également découvrir les bières des Vosges : la bière des sorciers et la Vosgespatt. On peut également emporter des tourtes au Munster, des tourtes végétariennes (le vendredi et le samedi, sur commande les autres jours). Nous proposons également des paniers garnis que vous pouvez composer selon vos envies, des plateaux fromage et des paniers pique-nique. De quoi trouver votre bonheur au quotidien ou pour un évènement particulier à deux ou entre amis. Le magasin est ouvert du mardi au samedi de 9h30 à 13h00 et de 14h30 à 18h30 en semaine, le samedi il est ouvert non-stop de 9h30 à 18h. Nous vendons aussi aux restaurateurs. Pour plus d'info https://www.facebook.com/lestentationsvosgiennes/?fref=ts. Les Vosges n'ont jamais été aussi proches !!!!!

    Pascal Sluse (Source facebook)

  • Tinlot (Seny), Goodies, un centre pour rester belle, malgré le cancer

    L’institut de Seny fête son premier anniversaire

    Le week-end dernier avait lieu à Seny (Tinlot) les premières portes ouvertes de l’institut «Goodies Hairseasons». Un week-end organisé dans le cadre du premier anniversaire de ce centre de beauté cinq étoiles qui vient en aide aux femmes atteintes d’un cancer. Tous les bénéfices du week-end ont été versés à l’association «ThinkPink» qui lutte contre le cancer du sein.

    capture ecran 2016-03-25 à 19.30.04.jpgC’est dans un merveilleux cadre verdoyant que se situe ce centre hors du commun. Plus exactement au Clos Wanzoul, une vieille ferme du Condroz rénovée et située dans un parc fleuri de deux hectares à Seny, sur la commune de Tinlot en région hutoise.
    Un centre bien loin des décors austères des hôpitaux et autres centres médicaux de revalidation. À la tête de ce projet, nous retrouvons Gertrude Despagne. Originaire de Tongres, elle a récemment été confrontée à la maladie. «Ma maman est tombée malade en 2012 et nous a quittés il y a peu. J’ai vécu son traitement et sa chimiothérapie de près, à ses côtés. J’ai dès lors pu observer au quotidien ce qu’une femme peut endurer face à cette terrible maladie.»
    PERRUQUES DE HAUTE QUALITÉ
    Très vite, la principale inquiétude réside dans la perte des cheveux. «Cette conséquence de la chimio a de terribles effets sur le moral. Pour une femme, perdre ses cheveux est humiliant. Cela fait partie de la féminité. Il y a souvent un sentiment de honte chez les femmes qui font la démarche d’acheter une perruque. Ma maman était une très belle femme, très fière de nature. Quand elle a commencé à perdre ses cheveux, il y a eu un vrai sentiment de gêne. Elle rasait les murs.
    C’est de ce constat qu’est né ce projet. Notre priorité fut de trouver une solution aux problèmes capillaires liés à la maladie. Dans un cadre discret à la campagne, nous proposons des perruques de haute qualité mais également une large gamme de turbans. Mais qu’on ne s’y trompe pas ! Je n’ai pas la prétention de remettre en cause le formidable travail qui est réalisé chaque jour dans les hôpitaux. Ma volonté est simplement de faire les choses différemment pour les femmes qui en ressentent le besoin. Car une femme qui est malade a aussi le droit de se sentir belle.»

    553852780.2.jpg

    L'événement proposé à Seny le samedi 19 mars dernier par Goody Hairseasons (voir l'article) a tenu toutes ses promesses à la grande satisfaction de Gertrude Despagne (photo) qui organisait cette manifestation. Un cadre et des aménagements exceptionnels au Clos Wanzoul pour accueillir les visiteurs et les exposants lors de deux journées où 4 défilés étaient programmés.(AL)

    Mais le centre «Goodies Hairseasons» n’est pas un centre uniquement réservé aux malades. «Chez moi, les personnes saines et malades se côtoient dans la bonne humeur et dans un esprit toujours positif. Les femmes atteintes d’un cancer représentent 50% de ma clientèle. Je reçois uniquement sur rendez-vous. Les dames sont accueillies avec une tasse de café ou de thé et le dialogue est présent. C’est avant tout un lieu de beauté et de bien-être adapté, ouvert à toutes et à tous.»
    La demande est telle que le centre devrait bientôt augmenter son offre. «Nous n'existons que depuis un an à peine. J’ai plusieurs idées afin de faire évoluer le centre. Comme celle d’ouvrir ces soins et tous ces services aux hommes. Car il existe également une demande chez les messieurs en la matière.»
    www.goodyhairsea-sons.be-VINCENT ARENA (La Meuse du 25 mars 2016)

    3101815788.2.jpgCette organisation sera renouvelée à l'automne prochain. AL.

     

  • Graines d'artisan, clôture de la session de printemps

    BJM_6333.jpg

    Pour la 3e année consécutive, des enfants provenant des écoles primaires d'Ouffet, Modave, Marchin et Tinlot ont participé à la découverte des métiers techniques dans le cadre d'une transmission intergénérationnelle des savoirs.
    Pour la première fois, 2 sessions ont été organisées cette année. 3 mercredis en novembre (session d'automne) et 3 en mars (session de printemps). Ils étaient 28 enfants de 5e et 6e année primaire à participer à cette opération durant 3 mercredis après-midi.
    Ces découvertes ont lieu dans de vrais ateliers comme au four à pain de Tinlot. Les stagiaires sont encadrés par des professionnels, souvent à la retraite, avec de vrais outils. Ils sont placés ainsi en situation réelle ce qui permet de découvrir les savoir-faire et les gestes techniques précis, de quoi donner le goût d'un métier et peut-être faire éclore des talents. Si la découverte des métiers techniques est importante pour l'orientation des jeunes, elle est aussi importante pour la transmission des savoirs de nos artisans utiles à notre région et à notre terroir.
    Ces initiations proposées et organisées par l'ASBL Devenirs couvrent 6 métiers: horticulture, mécanique automobile, boulangerie, couverture, menuiserie et cuisine.

    capture ecran 2016-03-21 à 11.02.27.jpg

    Des préparations réalisées par les stagiaires pour la clôture de la session de printemps.
    Le mercredi 16 mars, à Tinlot, c'était la clôture de la session de printemps en présence des stagiaires, des formateurs, des parents et des différents partenaires.
    Beaucoup de satisfaction et d'enthousiasme chez les stagiaires et leurs parents comme ceux de Mélina Collaer de Fraiture, en 6e année à l'école Ste-Reine. "Elle va entrer dans le secondaire à la rentrée et c'est une expérience tout à fait intéressante pour la suite. Elle adore la cuisine et la pâtisserie et l'approche de techniques à cet âge sont des éléments qui permettent de mûrir des choix, quels qu'ils soient lorsqu'ils se poseront", déclare sa maman "et de plus nous avons eu l'occasion de découvrir ainsi le four à pains de Tinlot".

    Le recrutement se fait dans les différentes classes primaires des écoles participantes via un formulaire à remplir.
    Photos: José Borghoms

    Pour en savoir plus télécharger ici le dossier d'information