Consommation

  • Quelques nouvelles du GAL Pays des Condruses. Bientôt le lancement d'une monnaie locale (3/3)

    capture ecran 2017-08-20 à 11.23.25.jpgLa réflexion, les rencontres, les débats organisés par le GAL avant les vacances ne sont pas restés sans suite.

    Le groupe "monnaie locale" Huy-Hesbaye-Condroz vous invite déjà au lancement des nouveaux billets Val’Heureux le samedi 21 octobre (dans les sous-régions la journée et dès 18h, tous ensemble à Poulseur).
     

    Une réunion Condroz de préparation aura lieu avant cette date!

    capture ecran 2017-08-20 à 11.19.18.jpg

    La réunion au GAL le 13 juin dernier sur la monnaie locale

    Voir les deux article précédents sur ce blog:
    Une monnaie citoyenne dans le Condroz ?
    Monnaie locale. Un projet qui se construit chez nous et en Province de Liège

    Et quelques autres bonnes nouvelles pour la rentrée:
     
    Le nouveau Portail du GAL se prépare … lancement prévu début 2018.
    Les projets 2016-2020 acceptés et cofinancés par l'Europe ont démarré avec retard ce qui a reporté le lancement du nouveau site.
    La constitution du répertoire des acteurs économiques de la région et la préparation de capsules vidéo de présentation est en cours!
    Des formations "facebook" et de "visibilité sur le net" seront organisées pour les commerçants et artisans.
     
    "Réseautage"            
    Des checks-up énergie sont prévus à l’automne pour les commerces, restaurants et traiteurs ainsi qu'une
    conférence en deux parties : 
    « Les indicateurs utiles pour assurer un suivi énergétique de vos installations » et
    « le tri des déchets en entreprise : une obligation pour tous ! ».

    A suivre donc dans quelques temps:

    Personne de contact: Kathleen
    085 27 46 17 kathleen@galcondruses.be

  • Quelques nouvelles du GAL, Pays des Condruses. Cuisine sur le champ le 24 août (article 1/3)

    capture ecran 2017-08-20 à 10.42.56.jpg

    Un petit rappel tout d'abord: La vente de légumes bio sur le champ chaque vendredi de 16h à 19h à "l'espace test Point Vert" à Strée

    capture ecran 2017-08-20 à 10.39.27.jpg

    Les producteurs du Condroz sont présents au marché Circ’Huy Court, à Huy, chaque 2ème jeudi du mois, de mai à octobre (les légumes de Renaud, les glaces et petits plats de Glace Véro, les fromages du Gros Chêne, les semences de Cycle-en-Terre, les produits de Graines de Curieux, et

    capture ecran 2017-08-20 à 10.47.56.jpg

    les pleurotes de Fungi Up)   voir photo des firmes fungi .

     

    capture ecran 2017-08-20 à 10.56.49.jpg


    Cuisine sur le Champ : rendez-vous le 24 aout , le Chef sans Toque cuisinera les légumes de Renaud sur le terrain de l’espace test.

    Par la suite, si le concept a plu, nous nous déplacerons chez les autres maraîchers du territoire des Condruses.
    (A suivre)

    capture ecran 2017-08-20 à 11.11.38.jpg

    Pour toutes informations, contactez Kathleen : 085 27 46 17 kathleen@galcondruses.be

  • Un milliard de sacs en plastique sont utilisés par les Belges chaque année

    L’ensemble de la population belge consomme chaque année un milliard de sacs en plastique, soit 98 sacs par personne. Les frais liés à l’élimination de ces sacs à Bruxelles et en Flandre s’élèvent à 61,5 millions d’euros.

    capture ecran 2017-08-16 à 09.56.15.jpg

    C’est ce que rapporte dimanche Het Nieuwsblad, sur la base d’une enquête effectuée par le service d’études de Groen.
    Depuis que les supermarchés ont mis fin en 2004 à la distribution de sacs jetables, l’utilisation de sacs en plastique a baissé de 89%. Quelque 4,5 tonnes de plastique ont pu être évitées. «Mais on peut en faire plus», estime le parti écologiste flamand. «Il est grand temps d’instaurer une interdiction totale de ces sacs dans notre pays», a indiqué la députée bruxelloise Annemie Maes. (La Meuse en ligne)

  • IFAPME. La 1ère formation de pizzaiolo arrive à Liège en octobre

    Bonne nouvelle pour les amoureux des pizzas ! En octobre prochain, une toute nouvelle formation débarque au Château Massart. Pour la première fois sur Liège, le centre IFAPME vous permet de devenir un pizzaiolo expérimenté.

    capture ecran 2017-07-09 à 18.41.58.jpg«Nous avons pu constater qu’il y avait une forte demande de main-d’œuvre efficace dans les restaurants et qu’il n’y avait peut-être pas assez de personnes formées», explique la conseillère en formation à l’IFAPME.
    C’est donc sur base d’une formation de pizzaiolo créée par l’IFAPME dans le Hainaut et à Verviers en 2013 que Liège a finalement pu mettre en place la sienne. Celle-ci doit d’ailleurs débuter le 2 octobre prochain.
    «C’est une formation de 60 heures. Une partie se déroulera au Château Massart tandis qu’une autre prendra place au sein du restaurant ‘Marco Polo’. C’est d’ailleurs le responsable de cuisine de l’établissement qui s’occupera de former les élèves et de leur apprendre à réaliser une pizza au feu à bois.»
    Une nouvelle formation qui pourra accueillir près de 12 participants par session. Ceux-ci auront d’ailleurs l’occasion de passer en revue l’histoire et la culture de la pizza tout en apprenant les méthodes principales de la sécurité sanitaire des aliments ainsi que le matériel de fabrication.
    Peut-être que certains participants seront choisis pour travailler au Marco Polo ou pour être recommandés dans un autre restaurant.»
    Une formation qui a un coût puisque les demandeurs d’emploi devront payer jusqu’à 900 euros pour l’inscription. Les indépendants ou travailleurs auront une aide de 15 euros de l’heure. Les personnes intéressées sont donc invitées à s’inscrire. Pour l’heure, seules deux personnes sont sûres de participer à la première session.
    Extrait de l'article de I.ZA. dans La Meuse du 5 juillet

  • Le purin d'orties va être commercialisé en Belgique (Engis)

    capture ecran 2017-07-25 à 17.47.16.jpg

    Si vous êtes un peu jardinier, vous devez connaître le très odorant purin d'ortie, un fertilisant et insecticide naturel. Et bien désormais, plus besoin de la fabriquer maison : il peut être commercialisé en Belgique. Une unité de production va être construite à Sombreffe et une entreprise d'Engis s'occupera de la commercialisation dans toute l'Europe.

    Les premiers champs d'ortie ont été plantés il y a 4 ans à Sombreffe. Aujourd'hui, cela représente 15 hectares de cultures exploités par Agrortie, un groupe d'agriculteurs de la région. Cette exploitation agricole est unique en Belgique.

    Elle vient de s'associer avec Belgagri à Engis pour créer une filière 100 % belge de purin d'orties. L'entreprise engisoise va construire à proximité de ses cultures une unité de production de purin d'ortie d'une capacité de 500.000 litres annuels.Elle sera chargée de la commercialisation du produit dans toute l'Europe. Le début de l'activité est prévu pour fin 2018.

    Jusque là, ce type de produit n'était commercialisé qu'en France

    Voir le reportage vidéo de RTC Télé Liège

    capture ecran 2017-07-25 à 17.48.45.jpg

    capture ecran 2017-07-25 à 17.55.28.jpg

    Recette du purin d’orties :

    purin-ortie-200x200.jpgLa recette du purin d’orties est à la fois une recette traditionnelle mais qui n’a jamais été autant au goût du jour grâce à son côté bio et totalement naturel.

    L’utilisation de produits 100% naturels au jardin est un gage de succès pour traiter vos plantes ou pour en faire de l’engrais tout en protégeant la planète.

    On peut aussi noter que le purin d’ortie ne coûte pas cher car il suffit juste de posséder un pulvérisateur.

    La recette du purin d’orties est très simple :

    • Arracher les orties :
      Mettez-les dans un bac ou dans un seau (évitez absolument un bac en métal)
      .
    • Mélanger avec de l’eau :
      Il faut respecter les doses suivantes.
      Engrais => 1 kg d’orties pour 10L d’eau
      Répulsif => 1 kg d’orties pour 20L d’eau
      .
    • Laisser macérer : 1 à 2 semaines en remuant tous les deux jours environ
      .
    • Filtrer la solution de purin d’orties :
      Il ne faut récupérer que le mélange et se débarrasser des résidus d’orties (épandez les sur le compost)
      .
    • Utilisation du purin d’orties en tant que répulsif :
      Pulvérisez sur les plantes avec un pulvérisateur pour l’utiliser contre les parasites
      .
    • Utilisation du purin d’orties en tant qu’engrais :
      Versez-le directement dans la terre telle un engrais liquide, après l’avoir dilué dans l’eau à 10-20%.

      Voir tous les conseils sur le site: http://www.jardiner-malin.fr/fiche/purin-orties.html

     

  • Sous clé dans nos magasins, le Roundup est accessible en un clic sur Amazon!

    capture ecran 2017-07-09 à 18.18.31.jpgEn Wallonie, on peut l’acheter mais pas l’utiliser
    Le 1er juin dernier, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de l’Environnement, interdisait aux particuliers l’usage de tous les produits contenants du glyphosate. Pour l’instant, aucune mesure n’est prévue pour les professionnels.
    Parmi ces produits, il y a le Roundup. Commercialisé depuis 1975, il s’agit d’un désherbant dont la substance active est le glyphosate. Il est produit par Monsanto, une société américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles.
    Jugé toxique et potentiellement cancérigène, le glyphosate n’a pas été retiré de la vente mais est interdit d’usage en Wallonie. Les magasins ont le droit d’en vendre mais sous certaines conditions. Actuellement, l’article n’est plus censé être en libre accès: les commerces doivent l’enlever des rayons et les placer dans une vitrine, sous clé. De plus, les vendeurs sont dans l’obligation d’avertir l’acheteur de la nocivité potentielle du produit et de fournir un feuillet explicatif sur la réglementation en vigueur.
    Malgré l’arrêté en vigueur, le produit est pourtant en vente libre sur Amazon, le géant du commerce électronique en ligne.

    EN QUÊTE DE GLYPHOSATE!

    Concernant la demande d’achat,il y a eu une augmentation des ventes durant la période précédant l’entrée en vigueur de l’arrêté. Et actuellement, les clients continuent à en acheter. Les commerçants, eux, ont pris l’habitude de les sensibiliser et de les rediriger vers des produits alternatifs.
    En cas de non-respect de la loi, la police et les agents constatateurs sont habilités à donner des avertissements et/ou prendre des sanctions à l’égard des utilisateurs de Roundup. Concernant les procédures et les amendes, si l’utilisateur est pris sur le fait, une perception immédiate est proposée par le policier ou l’agent. Elle équivaut à 125 euros. En cas de non-perception immédiate, le constat est soumis au parquet. S’il n’entame pas de poursuites, le fonctionnaire sanctionnateur est chargé d’établir le montant de l’amende qui peut aller de 50 à 10.000 euros.

    Et après?
    Willy Borsus désire totalement proscrire le glyphosate
    Pour l’instant, l’arrêté de Carlo Di Antonio, ministre wallon de l’Environnement, visant l’interdiction de l’usage du Roundup s’applique forcément uniquement à la Wallonie. Le paradoxe qui consiste à vendre un produit que l’on ne peut utiliser s’explique: le pouvoir du gouvernement wallon se limite à légiférer sur l’utilisation du glyphosate. Il est dans l’incapacité d’intervenir au niveau de la vente. En revanche, Willy Borsus, le ministre fédéral  de l’Agriculture, voudrait étendre cette loi en proscrivant totalement la mise sur le marché du produit.
    Au niveau fédéral, si le processus parlementaire ne rencontre pas d’obstacle, l’arrêté devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2018, du moins c’est l’objectif que s’est fixé le ministre Willy Borsus.
    Extrait de l'article de MATHILDE VANDERHAUWAERT dans La Meuse du 5 juillet

  • Entreprise. L’aventure Zizi Coin Coin a débuté à Huy voici 25 ans

    La belle aventure a débuté en1993 à Huy. C’est là que Benoît Borsu a fondé l’entreprise DBB Spirits, spécialiste du jus de fruit frais pressé à la main. Elle distribuait et commercialisait ses jus pour l’Horéca dans la région de Liège. Amateurs de la qualité de ces jus de fruit frais, les barmans ont commencé à les utiliser comme bases de cocktails. «C’est alors que l’idée de créer un Zizi Coin Coin, prêt à être servi, a émergé en 1998. Le nom est composé de «Zizi» pour zeste de citron, qui est présent dans tous les produits de la gamme, et de «Coin Coin» pour Cointreau, alcool de base de l’Original», précise Benoît Borsu.

    «Les jus de fruits frais ont généralement une date de consommation courte. DBB Spirits a alors développé un process unique qui assure aux produits une DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) longue sans pasteurisation. Cela permet de garder le réel goût d’un cocktail fait minute. Le Zizi Coin Coin est donc un apéritif 100% naturel à base de jus de fruit frais de citron pressé à la main et assemblé à de l’alcool de qualité. DBB Spirits importe l’alcool et les fruits sont lavés, coupés et pressés à la main au sein de notre entreprise. Nous avons acheté un bâtiment à Alleur en 2004 et après l’avoir transformé, nous y avons débuté nos activités en 2005», ajoutent Benoît Borsu et Marc Picquet qui l’a rejoint comme associé en 2001.

    capture ecran 2017-07-09 à 18.45.23.jpgUn savoir-faire unique pour fabriquer des produits de qualité artisanale.«Lorsque l’on presse les fruits à la main, on ne conserve que le jus du fruit et la pulpe tandis que le zeste et ses huiles essentielles ne sont pas absorbés lors du pressage. Cette méthode est donc un gage de qualité et de fraîcheur», insistent les gérants.
    Depuis le départ, DBB Spirits a connu un grand succès et s’est développé à travers plusieurs canaux dont l’Horéca mais aussi les supermarchés. Fort de cette réussite, l’entreprise exporte aujourd’hui dans plusieurs pays européens. DBB Spirits possède deux plates-formes logistiques, l’une à Alleur, Avenue du Progrès et l’autre à Lille en France.
    On achète l’alcool à 6 distillateurs puis on assemble les jus de fruits, les alcools, l’eau qui est un facteur important car il peut changer le goût et le sucre. Puis c’est la mise en bouteilles qui sont lavées, embouteillées, capsulées puis étiquetéese t mises dans des cartons, le tout automatisé. Nous avons une capacité de 2.500 bouteilles à l’heure», détaille Louise Gournon, Business Developer.
    L’entreprise liégeoise contrôle elle-même, à Alleur, toutes les matières premières et dispose d’un laboratoire de recherche et de développement. Il y a 1.500 m2 pour la production et 600 m2 loués en face pour le stockage des bouteilles avec la possibilité de s’agrandir sur 700m2. Des dégustations sont organisées une à deux fois par semaine. Santé!
    MARC GERARDY La Meuse du 5 juillet.

  • Tinlot. Dès cette semaine, Christophe Pauly invite d’autres étoilés à cuisiner chez lui

    Le chef du Coq aux Champs lance ses «Dîners à 4 mains» aller-retour

    capture ecran 2017-07-01 à 16.31.23.jpgC’est ce 5 juillet que le chef étoilé Christophe Pauly lance ses «Round trip», un concept de dîners à quatre mains qui se répétera trois fois par an. «J’avais envie de lancer ces rencontres pour leurs côtés assez convivial, intuitif et très sympa basés sur l’échange. Le ‘4mains’, ça se fait assez régulièrement mais, ici, l’idée est de ne pas le faire en sens unique. C’est une sorte d’invitation en aller-retour», explique-t-il. Christophe Pauly accueillera donc, cette année, trois chefs étoilés dans son restaurant «Le Coq aux Champs» à Soheit-Tinlot mais, en 2018, il les rejoindra à son tour dans leurs cuisines respectives.
    Pour ce premier cru, il travaillera avec Dimitry Lysens, chef du «Magis»* à Tongres, Filip Claeys, chef du restaurant «DeJonkman»** à Bruges et, enfin, Karen Torosyan, chef du «Bozar Brasserie»* à Bruxelles.
    «Ce sont des chefs que j’aime beaucoup, avec lesquels je m’entends bien. Humainement d’abord mais aussi car j’apprécie leur philosophie de cuisine. Ils ont une identité qui me parle, même si on peut avoir des styles différents.» Karen Torosyan, par exemple, présente un style plus «classique». L’an dernier, il a notamment été primé champion du monde de pâté en croûte. «Cela sera donc un peu Rock’n’Roll aussi quand même», sourit Christophe Pauly. «On sera un peu décalé sur certains plats, avec l’idée de faire découvrir des choses aux clients.» Le chef tinloitois aimerait répéter ces échanges une fois par trimestre, en menant «le retour» en 2018. «Mais je poursuivrai l’idée chaque année. Je pense axer le prochain ‘Round trip’ avec des chefs internationaux, ou peut-être wallons, car il n’y en a pas cette fois-ci.»capture ecran 2017-07-01 à 16.31.33.jpg

    Les clients auront 12 plats en petites portions à déguster.
    Les extérieurs du restaurant entièrement revus.
    Article complet d'E.D.dans la Meuse H-W du 29 juin.

    Il avait escroqué le Coq aux Champs:36 mois de prison
    Concernant le Coq aux Champs toujours, La Meuse H-W du 1 juillet nous apprend que le quadragénaire d’Ottignies qui a escroqué plusieurs restaurants dont le Coq aux Champs à Tinlot a été condamné à Huy à une peine de 36 mois de prison. Elle est assortie d’un sursis de 5 ans pour ce qui dépasse les 2/3 de la peine. Il écope également d’une amende de 6.000 euros. L’homme se faisait passer pour un avocat international et menait la grande vie: dîner dans les restaurants étoilés, vins fins, appartement de standing avec home cinéma dernier cri et même balade en limousine avec chauffeur (!) tout cela sans débourser 1 euro.
    C’est finalement suite à une plainte déposée par Christophe Pauly, le patron du restaurant étoilé «Le Coq aux Champs», à Tinlot, que le pot aux roses avait été découvert. En novembre 2015, il avait confectionné un faux bon de commande en se faisant passer pour un certain Patrick Dejean, avocat international. Il avait réservé au Coq aux Champs pour une date précise. Le jour dit, il avait commandé un menu pour deux, agrémenté de la sélection des vins. Au total, la note s’élevait à 488 euros. En sortant, il avait annoncé au restaurateur qu’il paierait sur facture. Ce que le chef avait refusé. Vincent avait quitté le restaurant sans payer, mais en laissant sa vraie carte d’identité, ce qui in fine, avait permis son arrestation en janvier 2017.

  • Ce qui change au 1er juillet 2017

    Pour « fêter » les vacances scolaires, de nombreux changements entrent en vigueur en ce samedi 1er juillet en Wallonie, mais également en Belgique. Voici la liste des principales nouveautés auxquelles vous devez vous attendre.

    269048908_B9712475564Z.1_20170630120103_000_G159BTE1F.1-0.jpg

    Réforme des aides à l’emploi en Wallonie
    La réforme des aides à l’emploi wallonnes entrera en vigueur ce 1er juillet. Le nouveau dispositif vise en particulier les moins de 25 ans, les demandeurs d’emploi de longue durée et les travailleurs avec ou sans emploi à partir de 55 ans. En revanche, la réforme du décret APE (aide à la promotion de l’emploi) en discussion au gouvernement, pourrait être impactée par la crise politique qui sévit actuellement.

    Intégration de l’Inspection sociale au sein des services d’inspection de l’ONSS
    Les services d’inspection de l’ONSS et l’Inspection sociale du SPF Sécurité sociale vont fusionner au 1er juillet.
    La nouvelle structure ainsi formée sera hébergée dans les locaux de l’ONSS. Elle comptera 574 collaborateurs. « Cette intégration s’inscrit dans la politique du gouvernement fédéral, qui entend passer à la vitesse supérieure dans la lutte contre la fraude sociale et la fraude fiscale, notamment en renforçant les services d’inspection (100 inspecteurs supplémentaires) et en rationalisant leur fonctionnement », rappelle l’ONSS dans un communiqué.
    Dans leur nouvelle forme, les services d’inspection assumeront une combinaison de missions que l’ONSS et le SPF Sécurité sociale exécutaient autrefois séparément, comme la lutte contre la fraude sociale, le dumping social et le trafic d’êtres humains.

    Remboursement quasi intégral du test de dépistage prénatal non-invasif de la trisomie
    À partir du 1er juillet prochain, le test prénatal non invasif (NIPT) de dépistage de la trisomie 21 chez le bébé à naître sera presque intégralement remboursé en Belgique.
    Le remboursement sera intégral pour les femmes enceintes bénéficiaires de l’intervention majorée. Pour les autres patientes, le prix du test sera de maximum 8,68 euros.

    capture ecran 2017-07-01 à 16.03.23.jpgAugmentation du prix de l’eau
    Le prix du mètre cube d’eau augmentera de 25 centimes ce 1er juillet en Wallonie. Une hausse qui s’explique par les importants investissements réalisés depuis plusieurs années par la Société publique de Gestion de l’eau (SPGE) en matière d’installations d’épuration de l’eau.
    Aucune augmentation n’est prévue par contre en 2018 et en 2019, précise la SPGE, et dès 2020, les prix suivront l’inflation. (Voir l'article complet sur La Meuse en ligne)
    Concernant l'eau, Un régulateur pour mieux contrôler le prix a été décidé par le Gouvernement Wallon, les hausses de prix ne se feront plus à l’aveuglette ou pour régler des problèmes budgétaires ponctuels, mais bien sur une trajectoire de cinq années, en précisant en quoi les investissements, notamment pour garantir la qualité de l’eau de distribution, justifient la hausse du prix de l’eau. (D.S, B.J. LM 28 juin)
  • Fermes ouvertes au CTA et inauguration de la cuisine de collectivité - Devenir(s) en cuisine - samedi 24 juin 2017

    capture ecran 2017-06-27 à 17.12.04.jpg

    Dans le cadre de la journée "Fermes Ouvertes" au CTA de Strée, l'ASBL Devenir(s) inaugurait sa cuisine de collectivité. Les menus locaux proposés pour l'occasion ont été appréciés par environ 80 personnes mais le repas n'était que l'aboutissement d'une filière complète de la terre à l'assiette en démarrant par la visite des jardins, des cultures, des projets de formation et de la cuisine dont la visite avait lieu vers 16h.

    capture ecran 2017-06-27 à 17.09.09.jpg

    Au menu: drink local (cidre, jus de pomme), repas (salade – couscous de légumes de nos jardins) et dessert (corbeille de fruits et yaourt de la Ferme Demoitié à Ouffet).

    En 2016, ce sont près de 65 stagiaires qui ont été ainsi formés par l'ASBL. Rappelons aussi que les repas de midi servis maintenant, notamment à l'école communale de Tinlot, sont le fruit de tout ce travail. Des enfants, d'ailleurs,  avaient droit à des ateliers culinaires au cours de ce dimanche.
    Une belle réussite donc pour cette démarche qui a fait l'objet d'une belle reconnaissance publique de la part du Ministre de tutelle, Carlo Di Antonio, dont le texte a été lu par la Bourgmestre de Modave, Jeanne Defays.
    Une belle satisfaction aussi pour le directeur Albert Deliège, qui bouclait, avec l'inauguration de la cuisine, l'ensemble de ce processus entamé depuis des années dans nos communes.

    capture ecran 2017-06-27 à 17.16.45.jpg

    Une super journée en famille sous le soleil. Un accueil très chaleureux. Des stagiaires  hyper motivés et heureux de partager leur savoir-faire. Les enfants ont pu participer à des ateliers culinaires conçus pour eux et toute la journée : petit marché de producteurs, ferme pédagogique, château gonflable etc...
    Une belle découverte également pour les parents dont les enfants profitent des repas à l'école de Fraiture. "Cela nous  motive encore plus  pour continuer ces repas et en faire la promotion (légumes bio, propreté, qualité...), une chance pour nos enfants !
    Merci à J.L pour les photos.
    Article à suivre avec le projet de recherche sur le méthane produit par les vaches au CTA.

  • ASBL Devenirs: invitation à l'inauguration de la cuisine de collectivité. Samedi 24 juin 2017 à partir de 12h.

    Nous avons le plaisir de vous inviter à l’inauguration de notre cuisine de collectivité le samedi 24 juin 2017 à partir de 12h.
    Nous souhaitons, lors de cette après-midi, vous faire découvrir le travail de nos équipes (stagiaires/formateurs/animateurs) pour une alimentation saine : la production de légumes via notre formation Métiers verts (maraîchage et horticulture), notre soutien aux porteurs de projet en « maraîchage» et aux producteurs locaux, la transformation via notre formation de commis de cuisine et de salle de collectivité ainsi que le travail de sensibilisation dans les écoles primaires et maternelles partenaires.
    Un repas « découverte » présentant ce que nous servons aux enfants des écoles primaires et maternelles partenaires sera servi à partir de 12h30. Réserver d’ores et déjà celui-ci (places limitées/réservation obligatoire). 15€ adultes, 10 € enfants.
    Au menu : Salade, Couscous de légumes de nos jardins et dessert (corbeille de fruits et yaourt de la Ferme Demoitié à Ouffet).

    Inauguration 240617.jpg

  • Ce qui coûtera plus cher dès le 1er mai

    capture ecran 2017-04-30 à 10.07.11.jpgLES INFRACTIONS ROUTIERES
    Une amende sur la route vous coûtera 5% plus cher, à partir de ce lundi 1er mai. En effet, les tarifs des perceptions immédiates en cas d’excès de vitesse augmentent. Ainsi, en cas de dépassement de la vitesse maximale autorisée, il faudra alors verser 53 euros, avec une majoration de 11 euros pour chaque km/h excessif au-delà des dix premiers. Une mesure qui concerne les agglomérations, zones 30, abords d’école, zones résidentielles ou de rencontre. Pour les autres routes, ce n’est pas 53 mais 58 euros qu’il faudra débourser. Les infractions du 2e degré, comme le fait de brûler un stop ou de téléphoner au volant, reviennent désormais à 116 euros. Franchir une ligne blanche continue, ou brûler un feu rouge constitue des infractions de 3e degré pour lesquelles vous payerez 174 euros. En ce qui concerne les infractions du 4e degré, comme faire marche arrière sur une autoroute, elles reviennent à 473 euros. Enfin, pour une voiture envoyée à la fourrière qui a nécessité qu’une dépanneuse intervienne, 347 euros seront demandés à un Belge contre 866 euros pour un conducteur étranger.

    DES ANTIBIOTIQUES VISÉS
    Les antibiotiques passent de la catégorie B à la catégorie C des médicaments remboursés. Pour les médicaments de la catégorie B, la quote-part personnelle est limitée à 11,80 euros pour un emballage normal. Du fait du passage des antibiotiques en catégorie C, le ticket modérateur revient dès lors à 14,70 euros maximum. Avec cette mesure, la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) entend inciter les médecins à prescrire moins d’antibiotiques mais aussi les patients à en demander moins rapidement.
    L’immunothérapie sera remboursée dès le 1er mai aux patients suivant un traitement de première ligne d’un cancer du poumon. Celui-ci présente des effets secondaires moins lourds que ceux de la chimiothérapie.

    UN RAPPEL POUR LES IMPÔTS
    Le SPF Finances indique que l’administration fiscale n’enverra plus de rappel de paiement par pli recommandé. Par conséquent, un seul rappel sera envoyé. Celui-ci arrivera par pli ordinaire, avant toute première poursuite en cas de non paiement tant de l’impôt sur les revenus que des précomptes enrôlés et des taxes assimilées aux impôts sur les revenus.
    JÉRÔME GUISSE (La Meuse du dimanche 30 avril)

  • Condroz. Un nouveau projet de la Teignouse: "de la bêche à l'assiette..."

    Flyers bêche à l'assiette.jpg

    Le projet « de la bêche à l’assiette » donne l’opportunité de participer à la vie de la ferme.

    Au travers d’activités mises en place chez les agriculteurs, vous participerez à des initiatives collectives qui vous permettront de redécouvrir les métiers de la terre, d’attraper la main verte et de consommer autrement.

    Il favorise la rencontre entre les « citoyens ruraux » et les professionnels du secteur agricole qui participent au circuit de l’alimentation.

    La promotion des produits locaux qui seront récoltés chez les accueillants sera organisée sous la forme de tables d’hôtes que nous proposerons à un public extérieur.

     Les activités sont multiples :

    • Mardi : maraichage bio (travailler la terre, cultiver les légumes, préparation des légumes)
    • Mercredi : maraichage bio avec traction animale (cultiver légumes + soigner les chevaux)
    • Jeudi : élevage de canards (soigner les canards, travailler la terre, préparation culinaire)
      ferme laitière (soigner les vaches, amener dans l’étable, aider à la traite)
    • Vendredi : sensibilisation à la nature
      moments collectifs
      réalisation de tables d’hôtes

    Pour conclure, la bêche à l’assiette est l’occasion de se retrouver dans une bulle d’air, de s’immerger dans les exploitations, de partager des expériences autour des métiers de la ferme, d’apprendre des techniques par le biais de petits coups de mains, de se remettre dans un rythme de travail, de faire de belles rencontres, et tout ça en lien avec la nature et le bien-être.

     

    Les accueillants sont des personnes passionnées par leur métier et qui sont convaincues que l'agriculture est bien plus "qu'un simple moyen de production de matières premières".

    D’avril à novembre, ces accueillants pourront accueillir à tour de rôle dans leur exploitation, trois à quatre matinées par semaine, des personnes de notre public. Nous constituerons des petits groupes de 1 à 3 personnes qui se rendront dans les exploitations accompagnés d'un travailleur social.

    Les accueillants auront pour mission de partager leurs pratiques aux techniques agricoles et horticoles. Les bénéficiaires du projet (public), eux, pourront prendre part à la vie de l'exploitation.

    Afin de boucler la boucle "le circuit court" nous prévoyons un atelier de transformation des produits locaux, sous la forme de table d’hôtes et de vente de paniers du terroir.

  • Pays des Condruses, le bois énergie et les agro-combustibles ont de l'avenir !

    Capture d’écran 2017-04-21 à 10.31.58.png

    Sur le site du GAL vous pouvez découvrir l'exposé (en vidéo): ''Les agro-combustibles et le bois-énergie: sources renouvelables de chaleur".
    N'hésitez pas à contacter à ce sujet Marc WAUTHELET, Chargé de Mission ‘Energie’
    http://www.galcondruses.be/index.php/energie
    Tél. : 085 27 46 12
    GSM: 0474 83 47 82