cuisine

  • Circ' Huy court. Le retour du petit marché place Verte

    high_d-20180510-3M3KU4.jpgAvec le retour du mois de mai, voici à nouveau le petit marché des producteurs locaux sur la place Verte.
    Celui-ci se tient le 2e jeudi du mois, de mai à septembre. L’occasion de découvrir des maraîchers, mais aussi un glacier artisanal ou un fromager.
    Des kits de culture
    Cette nouvelle édition de « Circ’Huy Court », qui coïncidait avec le jeudi de l’Ascension, a attiré pas mal de curieux. Parmi les producteurs présents, Delphine Docquier et ses champignons produits à Strée (photo).
    « Fungi Up est une société coopérative à finalité sociale , explique-t-elle. Nous cultivons des champignons, notamment des pleurotes que nous vendons en ravier, mais aussi des kits de culture à base de marc de café. »
    Grâce à ces kits, les particuliers peuvent faire pousser des champignons à la maison et effectuer deux à trois récoltes en quinze jours.
    Pour Delphine Docquier, qui développe son activité dans une serre et un container maritime recyclé établis sur le site du CTA -Centre des Technologies Agricoles –, le petit marché de Huy est une occasion d’écouler sa production et de se faire connaître.
    « En région hutoise, nous n’avons pas encore de points de distribution ou revendeurs. Nous sommes d’ailleurs à la recherche de point de vente. »
    Au cours des prochains mois, Fungi Up compte étendre sa gamme de produits en proposant notamment des burgers à base de pleurotes.
    « Il y aura d’autres ingrédients, mais la pleurotte sera essentielle dans cette recette » conclut-elle.
     Le 14 juin, les 12 & 26 juillet, 9 & 23 août, 13 septembre. De 15 à 20 heures, place Verte (derrière l’hôtel de ville).

  • Circuits courts: découvrez tous les nouveaux points Ferme près de chez vous

    Envie de découvrir les saveurs locales à un prix abordable...tout en maintenant l'agriculture paysanne en province de Liège?
    Point Ferme, une vingtaine d'agriculteurs liégeois réunis en coopérative à finalité sociale vous livre les saveurs locales du producteur au consommateur.Notre objectif: permettre à tout le monde d'avoir accès à une alimentation saine en circuit-court et maintenir une agriculture durable.
    Point Ferme vous propose des légumes, en panier ou en vrac, des fruits, des produits laitiers, des oeufs, de la viande,... issus de nos fermes liégeoises... directement chez vous, dans votre quartier, sur votre lieu de travail!
    Point Ferme, pour une agriculture locale, durable et équitable!

    capture ecran 2018-05-20 à 10.38.54.jpg

    Nos produits
    Nos producteurs vous proposent des légumes, en panier ou en vrac, des fruits, des œufs extra frais, du fromage de vache et de chèvre bio,... Et une fois par mois en alternance, de la viande en direct de nos fermes : boeuf limousin Bio, poulet fermier, magret de canard, viande de porc, de la truite,...
    Nos paniers de légumes locaux varient chaque semaine en fonction des récoltes. Nous privilégions la diversité dans votre assiette. La composition des différents paniers de légumes est envoyée par e-mail au préalable accompagné de quelques recettes pour vous apprendre à cuisiner les anciennes variétés de légumes.
    La base du panier est constituée de légumes de grande consommation : carottes, salades variées, pommes de terre, oignons, courgettes, ...et selon les saisons des légumes originaux.
    Découvrez nos différents paniers et produits

    Nos producteurs
    Point Ferme est une coopérative à finalité sociale qui regroupe une vingtaine d'agriculteurs du Condroz liégeois, créée avec le soutien du GAL Pays des Condruses.
    Maintenant, Point Ferme vole de ses propres ailes, elle est une coopérative ouverte à tous les agriculteurs de la province de Liège. Régulièrement, de nouveaux coopérateurs viennent nous renforcer et augmenter la diversité de produits que nous pouvons vous proposer. Nous ne choisissons toutefois de ne vous livrer que le meilleur de nos campagnes.
    En savoir plus sur les producteurs

    capture ecran 2018-05-20 à 10.39.08.jpgNos points de dépôts
    Les Points Ferme sont des points de regroupement de consommateurs: lieux de travail, associations, commerces de quartier, écoles, ... Là où vous décidez de le créer. Pour développer votre Point Ferme, il vous suffit de trouver minimum 5 collègues, amis, connaissances intéressés, et de compléter le formulaire, nous nous chargeons du reste !
    Voir le site

    Dans le Condroz:
    4120 vendredi Neupré - Drève d'Angoxhe Drève d'angoxhe 3 Neupré (Public)
    4121 vendredi Neuville-en-Condroz Du Hock, 45 Neuville-en-Condroz (Public)
    4550 jeudi Nandrin Bois de la Croix Claire 58 NANDRIN (Public)

    4550 jeudi Nandrin - Faune et Flore Rue de Dinant 11 Nandrin (Public)
    4550 jeudi Nandrin - Les Arsouilles rue de la gendarmerie 64 Nandrin (Privé)
    4550 jeudi Villers-le-Temple- Les arsouilles rue de la tourette 12 Villers-le-Temple (Privé)
    4560 jeudi Ocquier - Ecole Fondamentale Grand'Rue 23 Ocquier (Public)
    4570 jeudi Marchin - La Belle Maison - Conciergerie Rue Emile Vandervelde 6 Marchin (Public)
    4577 jeudi GAL Pays des Condruses De la Charmille 16 Modave (Public)
    4577 jeudi Modave route de Strée 75 Modave (Privé)
    4590 mardi Ouffet - Mardi Lizin 2 Ouffet (Public)
    4590 mercredi Ouffet Mercredi Lizin 2 Ouffet (Public)
    4590 mercredi Tour Justice Ouffet Rue du Perron Ouffet (Public)
    4590 jeudi Ouffet Jeudi Lizin 2 Ouffet (Public)
    4590 vendredi Ouffet Vendredi Lizin 2 OUFFET (Public)
    4590 samedi Ouffet Samedi Lizin 2 OUFFET (Public)
    Voir ci-dessous tous les points Ferme

    Lire la suite

  • Fraiture: La brasserie de Bastogne devient la "Brasserie Minne"

    capture ecran 2018-03-02 à 11.06.15.jpg

    Horecatel 2018 ouvre ce dimanche au WEX à Marche. Philippe et Catherine Minne y seront présents comme chaque année (*). Cette édition fêtera leur 10 ans de brasserie et sera l'occasion de dévoiler leur nouveau projet tant attendu qui est maintenant sorti de terre à Baillonville.
    (*) Stand 3B20 au Palais Gastronomie. Attention, réservé aux professionnels)

    capture ecran 2018-03-02 à 10.52.27.jpg
    Le nouveau nom de la brasserie et le nouveau logo sont déjà connus.

    Le nouveau nom de la brasserie, c'est le nom du chef ! BRASSERIE MINNE comme Philippe Minne !!
    Le nom du 
    site sera désormais: https://brasserieminne.be/

    Baillonville: Une authentique brasserie s’installe en Famenne-Ardenne

    Le Vlan (Marche en Famenne) consacre cette semaine un bel article à ce projet:

    capture ecran 2018-03-02 à 16.40.29.jpg

    Les Brasseurs Ph.Minne (à gauche), M. Cleeremans, D. Gérard et P. Gazagnes, P. Nicolaï (architecte)
    devant la nouvelle brasserie en construction (JYT)

    Une grande brasserie de Famenne Ardenne se construit à Baillonville, au carrefour des provinces de Luxembourg, Namur et Liège : la Brasserie MINNE. Et qui dit nouvelle brasserie, dit nouvelle bière : la « Super Sanglier » !  

    Ne l’appelez plus « Brasserie de Bastogne », mais bien « Brasserie Minne » du nom de son brasseur et fondateur, Philippe Minne. Avec un savoir-faire unique et intergénérationnel, les bières sont brassées personnellement par le maître des lieux dans un esprit de rigueur.
    Elles offrent une merveilleuse expérience sensorielle et gustative. Que vous soyez amateur de bières, restaurateur ou commerçant, la gamme de la brasserie ne vous laissera pas indifférent ! La Brasserie Minne s’installera dans le zoning de Baillonville (Somme-Leuze), dans un nouveau bâtiment à l’architecture attrayante, à la silhouette d’un sanglier… Cette relocalisation depuis Belleau près de Bastogne, où l’espace est devenu trop exigu, se veut stratégique en valorisant l’entité locale et la région de Famenne-Ardenne. Avec une future capacité de production de 5.000 à 10.000 hectolitres, l’entreprise sera la plus importante brasserie du coin, hormis la renommée Trappiste de Rochefort.
    De Joseph en 1938 à Philippe Minne en 2018
    Il y a trois générations, en 1938, l’arrière-grand-père Joseph Minne brassait déjà de la bière à Ypres en Flandre. La passion du brasseur se transmet ensuite au grand-père, puis à Philippe qui perpétue cette tradition jusque maintenant.
    Philippe Minne est ingénieur de formation, originaire du Condroz. Dès son plus jeune âge, il brasse de la bière dans des… casseroles ! Mais c’est le 26 janvier 2008 qu’il crée sa première bière commercialisée sous l’appellation « Trouffette blonde ». Un an après, la Brasserie de Bastogne voit le jour et produit de nouvelles bières élaborées par Philippe avec ses propres recettes. Malt, houblon, levure, tout est soigneusement choisi et dosé.
     

    capture ecran 2018-03-02 à 11.05.37.jpg
    Le nouveau bâtiment a l’architecture d’une bête de sanglier. Architecte Pierre Nicolaï Studio

    Une Super Sanglier et une gamme Ardenne
    Maintenant, la Brasserie Minne s’agrandit, mais garde son emblème : le Sanglier ! Cet animal bien connu dans nos contrées restera la marque de fabrique pour les bières qui sortiront des cuves. Et qui dit nouvelle brasserie, dit nouvelle bière : la « Super Sanglier » ! Cette bière tout public est la petite dernière élaborée par Philippe.
    Il s’agit d’une bière de festivité, une bière que l’on boit sans soif, une bière de comptoir, de partage, de guindaille, ou à déguster au soleil en terrasse, autour d’un barbecue. Mais, comme le signale Philippe Minne : « Il s’agit d’une bière de haute fermentation, comme une bière spéciale, mais à faible degré d’alcool. Elle est conçue avec plusieurs malts et du houblon, sans ajout de sucre, riz ou maïs. C’est bien plus qu’une bière industrielle ! ».
    Outre cette bière désaltérante, la gamme Ardenne est toute aussi goûteuse. « L’Ardenne Belle d’été et Givrée » (ex Trouffette), « L’Ardenne triple », « L’Ardenne Saison », la bière primée « B.P.A »… mais aussi, « L’Ardenne Stout » aux saveurs puissantes faite avec du houblon wallon et de l’épeautre grillé, ravira plus d’un cuisinier pour ses plats mijotés ! Bref, des bières bien équilibrées et bien houblonnées, conçues pour certaines avec de la levure d’Orval, qui donnent une véritable identité. Envie d’une bière personnalisée pour votre comité, club de foot, de jogging ou syndicat d’initiative… tout est possible !
    Si toutes ces bières sont d’ores et déjà disponibles, notez que La Brasserie Minne sera totalement opérationnelle vers la fin de l’année. Cependant, les bières pourront aussi se déguster du 4 au 7 mars 2018 à l’Horecatel de Marche-en-Famenne.

     

  • Tinlot. La poularde de Limet à l'honneur au "Coq aux champs"

    26952699_1955202721161212_2580057191485180135_o.jpgLe Chef du Coq aux Champs aime mettre la poularde à l’honneur à sa carte en janvier, notamment dans le Menu Autour de la Truffe. Quasi une tradition qui ne peut exister qu’avec l’assentiment de Baudouin Fastré à la Ferme de Limet !

    C'est 'sur mesure' pour Christophe Pauly que cette poularde y est élevée. Satisfaire aux souhaits de la cuisine (fréquence de livraison, poids de la poularde, qualité de la chair) tout en respectant les besoins et les normes strictes de l’élevage – incluant l’indispensable bien-être de l’animal ! - demande compréhension, souplesse et respect mutuel.
    La poularde de Limet à la table du Coq aux Champs est le fruit d’un admirable travail mené par Baudouin Fastré depuis ... l’été passé !
    Source Le Coq aux champs
    Blog Modave


  • Anthisnes. Premier festival de la soupe !

    Capture d’écran 2017-10-18 à 21.12.52.pngPour son premier festival de la soupe, le Comité des Femmes Prévoyantes d’Anthisnes avait rassemblé, ce dimanche, douze associations de la commune afin de concourir au titre de la meilleure soupe. «J’avais assisté à un festival de la soupe à Herstal et j’avais beaucoup aimé le concept.
    Actuellement, on organise différentes initiatives sur la nutrition dans la commune. L’objectif est de contribuer à un mieux-être, à une meilleure santé», explique Yolande Huppe, conseillère communale à l’initiative de cet événement.

    Entre recettes traditionnelles et plus originales, il y en avait pour tous les gouts. Derrière leurs marmites, sourire aux lèvres, les participants décrivent les ingrédients, parfois surprenants : mais et pop-corn, chicon et jambon, carotte et poire, lentille et chorizo...

    Pour déterminer les gagnants, ce sont les enfants, le jury professionnel et le public qui ont choisi leurs soupes préférées. Le premier prix du public a été attribué à la crème de chicon façon table d’hôtes anthisnoise, un projet de l’asbl « La Teignouse ». Ce groupe composé de bénévoles passionnés organise des tables d’hôtes ouvertes à tous, tous les premiers mardis du mois, au prix de 7à la salle Li Hody's.
    « Notre volonté est de permettre à des personnes de sortir de chez elles. Les prix sont raisonnables afin de permettre l’accès à tous », souligne Lionel Renard, assistant social au sein de l’asbl.

    Capture d’écran 2017-10-18 à 21.13.09.png

    Derrières les fourneaux : Dany Longueville, Muriel Closson, Marie Putzeys et Linda Cassart. En plus d’avoir fait découvrir leur soupe préparée avec soin, ils sont fiers d’avoir remporté le premier prix. « C’était un défi et c’est une valorisation pour nous. Une journée comme aujourd’hui, c’est une belle récompense de notre travail. »
    Dany ajoute : «Faire un concours de soupe, ça me tenait à cœur. Je suis passionné par la cuisine, je me prouve des choses à moi-même malgré mes problèmes de santé». 

    MARIE LARDINOIS ( La Meuse du 16 octobre)

  • IFAPME. La 1ère formation de pizzaiolo arrive à Liège en octobre

    Bonne nouvelle pour les amoureux des pizzas ! En octobre prochain, une toute nouvelle formation débarque au Château Massart. Pour la première fois sur Liège, le centre IFAPME vous permet de devenir un pizzaiolo expérimenté.

    capture ecran 2017-07-09 à 18.41.58.jpg«Nous avons pu constater qu’il y avait une forte demande de main-d’œuvre efficace dans les restaurants et qu’il n’y avait peut-être pas assez de personnes formées», explique la conseillère en formation à l’IFAPME.
    C’est donc sur base d’une formation de pizzaiolo créée par l’IFAPME dans le Hainaut et à Verviers en 2013 que Liège a finalement pu mettre en place la sienne. Celle-ci doit d’ailleurs débuter le 2 octobre prochain.
    «C’est une formation de 60 heures. Une partie se déroulera au Château Massart tandis qu’une autre prendra place au sein du restaurant ‘Marco Polo’. C’est d’ailleurs le responsable de cuisine de l’établissement qui s’occupera de former les élèves et de leur apprendre à réaliser une pizza au feu à bois.»
    Une nouvelle formation qui pourra accueillir près de 12 participants par session. Ceux-ci auront d’ailleurs l’occasion de passer en revue l’histoire et la culture de la pizza tout en apprenant les méthodes principales de la sécurité sanitaire des aliments ainsi que le matériel de fabrication.
    Peut-être que certains participants seront choisis pour travailler au Marco Polo ou pour être recommandés dans un autre restaurant.»
    Une formation qui a un coût puisque les demandeurs d’emploi devront payer jusqu’à 900 euros pour l’inscription. Les indépendants ou travailleurs auront une aide de 15 euros de l’heure. Les personnes intéressées sont donc invitées à s’inscrire. Pour l’heure, seules deux personnes sont sûres de participer à la première session.
    Extrait de l'article de I.ZA. dans La Meuse du 5 juillet

  • Tinlot. Dès cette semaine, Christophe Pauly invite d’autres étoilés à cuisiner chez lui

    Le chef du Coq aux Champs lance ses «Dîners à 4 mains» aller-retour

    capture ecran 2017-07-01 à 16.31.23.jpgC’est ce 5 juillet que le chef étoilé Christophe Pauly lance ses «Round trip», un concept de dîners à quatre mains qui se répétera trois fois par an. «J’avais envie de lancer ces rencontres pour leurs côtés assez convivial, intuitif et très sympa basés sur l’échange. Le ‘4mains’, ça se fait assez régulièrement mais, ici, l’idée est de ne pas le faire en sens unique. C’est une sorte d’invitation en aller-retour», explique-t-il. Christophe Pauly accueillera donc, cette année, trois chefs étoilés dans son restaurant «Le Coq aux Champs» à Soheit-Tinlot mais, en 2018, il les rejoindra à son tour dans leurs cuisines respectives.
    Pour ce premier cru, il travaillera avec Dimitry Lysens, chef du «Magis»* à Tongres, Filip Claeys, chef du restaurant «DeJonkman»** à Bruges et, enfin, Karen Torosyan, chef du «Bozar Brasserie»* à Bruxelles.
    «Ce sont des chefs que j’aime beaucoup, avec lesquels je m’entends bien. Humainement d’abord mais aussi car j’apprécie leur philosophie de cuisine. Ils ont une identité qui me parle, même si on peut avoir des styles différents.» Karen Torosyan, par exemple, présente un style plus «classique». L’an dernier, il a notamment été primé champion du monde de pâté en croûte. «Cela sera donc un peu Rock’n’Roll aussi quand même», sourit Christophe Pauly. «On sera un peu décalé sur certains plats, avec l’idée de faire découvrir des choses aux clients.» Le chef tinloitois aimerait répéter ces échanges une fois par trimestre, en menant «le retour» en 2018. «Mais je poursuivrai l’idée chaque année. Je pense axer le prochain ‘Round trip’ avec des chefs internationaux, ou peut-être wallons, car il n’y en a pas cette fois-ci.»capture ecran 2017-07-01 à 16.31.33.jpg

    Les clients auront 12 plats en petites portions à déguster.
    Les extérieurs du restaurant entièrement revus.
    Article complet d'E.D.dans la Meuse H-W du 29 juin.

    Il avait escroqué le Coq aux Champs:36 mois de prison
    Concernant le Coq aux Champs toujours, La Meuse H-W du 1 juillet nous apprend que le quadragénaire d’Ottignies qui a escroqué plusieurs restaurants dont le Coq aux Champs à Tinlot a été condamné à Huy à une peine de 36 mois de prison. Elle est assortie d’un sursis de 5 ans pour ce qui dépasse les 2/3 de la peine. Il écope également d’une amende de 6.000 euros. L’homme se faisait passer pour un avocat international et menait la grande vie: dîner dans les restaurants étoilés, vins fins, appartement de standing avec home cinéma dernier cri et même balade en limousine avec chauffeur (!) tout cela sans débourser 1 euro.
    C’est finalement suite à une plainte déposée par Christophe Pauly, le patron du restaurant étoilé «Le Coq aux Champs», à Tinlot, que le pot aux roses avait été découvert. En novembre 2015, il avait confectionné un faux bon de commande en se faisant passer pour un certain Patrick Dejean, avocat international. Il avait réservé au Coq aux Champs pour une date précise. Le jour dit, il avait commandé un menu pour deux, agrémenté de la sélection des vins. Au total, la note s’élevait à 488 euros. En sortant, il avait annoncé au restaurateur qu’il paierait sur facture. Ce que le chef avait refusé. Vincent avait quitté le restaurant sans payer, mais en laissant sa vraie carte d’identité, ce qui in fine, avait permis son arrestation en janvier 2017.

  • Fermes ouvertes au CTA et inauguration de la cuisine de collectivité - Devenir(s) en cuisine - samedi 24 juin 2017

    capture ecran 2017-06-27 à 17.12.04.jpg

    Dans le cadre de la journée "Fermes Ouvertes" au CTA de Strée, l'ASBL Devenir(s) inaugurait sa cuisine de collectivité. Les menus locaux proposés pour l'occasion ont été appréciés par environ 80 personnes mais le repas n'était que l'aboutissement d'une filière complète de la terre à l'assiette en démarrant par la visite des jardins, des cultures, des projets de formation et de la cuisine dont la visite avait lieu vers 16h.

    capture ecran 2017-06-27 à 17.09.09.jpg

    Au menu: drink local (cidre, jus de pomme), repas (salade – couscous de légumes de nos jardins) et dessert (corbeille de fruits et yaourt de la Ferme Demoitié à Ouffet).

    En 2016, ce sont près de 65 stagiaires qui ont été ainsi formés par l'ASBL. Rappelons aussi que les repas de midi servis maintenant, notamment à l'école communale de Tinlot, sont le fruit de tout ce travail. Des enfants, d'ailleurs,  avaient droit à des ateliers culinaires au cours de ce dimanche.
    Une belle réussite donc pour cette démarche qui a fait l'objet d'une belle reconnaissance publique de la part du Ministre de tutelle, Carlo Di Antonio, dont le texte a été lu par la Bourgmestre de Modave, Jeanne Defays.
    Une belle satisfaction aussi pour le directeur Albert Deliège, qui bouclait, avec l'inauguration de la cuisine, l'ensemble de ce processus entamé depuis des années dans nos communes.

    capture ecran 2017-06-27 à 17.16.45.jpg

    Une super journée en famille sous le soleil. Un accueil très chaleureux. Des stagiaires  hyper motivés et heureux de partager leur savoir-faire. Les enfants ont pu participer à des ateliers culinaires conçus pour eux et toute la journée : petit marché de producteurs, ferme pédagogique, château gonflable etc...
    Une belle découverte également pour les parents dont les enfants profitent des repas à l'école de Fraiture. "Cela nous  motive encore plus  pour continuer ces repas et en faire la promotion (légumes bio, propreté, qualité...), une chance pour nos enfants !
    Merci à J.L pour les photos.
    Article à suivre avec le projet de recherche sur le méthane produit par les vaches au CTA.

  • ASBL Devenirs: invitation à l'inauguration de la cuisine de collectivité. Samedi 24 juin 2017 à partir de 12h.

    Nous avons le plaisir de vous inviter à l’inauguration de notre cuisine de collectivité le samedi 24 juin 2017 à partir de 12h.
    Nous souhaitons, lors de cette après-midi, vous faire découvrir le travail de nos équipes (stagiaires/formateurs/animateurs) pour une alimentation saine : la production de légumes via notre formation Métiers verts (maraîchage et horticulture), notre soutien aux porteurs de projet en « maraîchage» et aux producteurs locaux, la transformation via notre formation de commis de cuisine et de salle de collectivité ainsi que le travail de sensibilisation dans les écoles primaires et maternelles partenaires.
    Un repas « découverte » présentant ce que nous servons aux enfants des écoles primaires et maternelles partenaires sera servi à partir de 12h30. Réserver d’ores et déjà celui-ci (places limitées/réservation obligatoire). 15€ adultes, 10 € enfants.
    Au menu : Salade, Couscous de légumes de nos jardins et dessert (corbeille de fruits et yaourt de la Ferme Demoitié à Ouffet).

    Inauguration 240617.jpg

  • Guide Michelin, Huy-Waremme, nos trois chefs conservent leur étoile !

    HUY-WAREMME – GASTRONOMIE

    Nos trois chefs conservent leur étoile !
    Le Guide Michelin a encore récompensé Arabelle Meirlaen, Christophe Pauly et Philippe Fauchet.
    Les chefs retenaient leur souffle ce lundi 22 novembre : qui allait gagner une étoile au Guide Michelin, qui allait en perdre? Après le Gault& Millau, et les Bib Gourmand, la plus prestigieuse des récompenses culinaires a une fois de plus reconnu le travail pointu d’Arabelle Meirlaen, au restaurant éponyme à Marchin, de Christophe Pauly, au Coq aux champs à Tinlot, et de Philippe Fauchet, à Saint-Georges. Ils conservent leur étoile.

    capture ecran 2016-11-26 à 17.32.51 - copie.jpg

    Presque une habitude pour Christophe Pauly qui est récompensé de la sorte depuis… 2005, directement après avoir ouvert son établissement. En plein travaux, le Tinlotois de 38 ans ne s’est pas rendu à la présentation des résultats. «J’avais beaucoup de choses à faire et j’avais envie de passer du temps avec mon petit garçon. Je n’avais pas trop de craintes même si on ressent toujours un peu d’appréhension. On n’est jamais assis sur son étoile, mais je ne me lève pas le matin pour ça.»
    Après autant d’années avec une étoile, ambitionne-t-il un deuxième macaron? «Je ne connais personne qui dirait le contraire. C’est une motivation pour un cuisinier mais il ne faut pas se casser la tête pour y parvenir. Je ne changerai pas mon style, même s’il ne plaît pas à tout le monde.»
    ANNICK GOVAERS. La Meuse du 22/11.

    Guide Michelin 2017: voici les meilleurs restaurants de Belgique (carte interactive du Soir))

    capture ecran 2016-11-26 à 17.24.56 - copie.jpg

    Les icônes rouges représentent les nouveaux étoilés. Les icônes bleues représentent les établissements déjà présents dans le guide.

  • Tinlot. Un étoilé au firmament. Étoilé à 25 ans, Christophe Pauly atteint aujourd’hui des sommets, en gardant les pieds sur terre

    Nous partons aujourd'hui à la découverte de Top Chefs. Direction Soheit-Tinlot, à proximité de la route du Condroz, à la découverte d’un des trois étoilés de la région hutoise : le Coq aux champs de Christophe Pauly.

    "La simplicité est la sophistication suprême" : tel est la maxime du Coq aux Champs, le restaurant de Catherine et Christophe Pauly. Un adage qui leur va à merveille, du moins si on l’accompagne des autres qualités de ce couple d’amoureux de la gastronomie, que sont la rigueur, l’exigence, la sympathie et le sourire !

    pauly.jpg

    Comment ne pas mettre en exergue en effet ce sourire vrai de la patronne quand elle vous accueille ou quand elle vous présente, avec la plus grande justesse, les succulentes réalisations de son mari. Un sourire et un savoir-faire qui se communiquent à l’ensemble du personnel de salle, notamment à cette sympathique sommelière, que nous avions bien connue au Crowne Plazza et qui s’épanouit à présent dans tout ce que la campagne a de plus beau.
    À l’intérieur de cette bâtisse en pierre du pays, vous découvrez une cuisine ouverte, ample et métallique. « Avec Catherine, nous avons voulu un restaurant généreux, contemporain et authentique, sans barrière entre la salle et les fourneaux, pour laisser l’émotion circuler », explique le chef. Le reste est tout en simplicité aussi. Les tables en chêne, réalisées sur mesure par un artisan de Havelange, sont délivrées de nappage. Seul le blanc pur des porcelaines fines des créatrices Sylvie Coquet et Roos Van de velde, le rond de serviette et le cristal taillé des verres à eau animent les veines du bois. Des travaux lifteront bientôt quelque peu cette décoration.
    Nous nous réjouissons d’ores et déjà de les apprécier…
    PLUS JEUNE ÉTOILÉ D’EUROPE
    Christophe Pauly et son épouse ont repris le Coq aux Champs en juin 2003. L’établissement jouissait déjà d’une solide réputation à l’époque, mais le jeune chef, élevé notamment chez Troisgros (trois étoiles à Roanne), ne cessera de le faire évoluer avec talent. En 2005, à 25 ans seulement, il devient le plus jeune chef étoilé Michelin d’Europe. En 2007, il passe de 13 à 16/20 au Gault & Millau pour atteindre aujourd’hui la très belle cote de 17. « En bon disciple de Bocuse, Christophe Pauly priorise le goût, l’authenticité et la rigueur, notamment dans le choix de ses produits, écrit le guide. Cette quête continue de qualité et de choix conduit à des préparations justes et précises teintées d’innovation régulière. » De son côté, Michelin le qualifie de véritable « orfèvre » : « Entre précision et raffinement, le chef parvient à sublimer chaque produit – tous de grande qualité – à travers un subtil travail sur les textures et les saveurs. »
    LA VÉRITÉ DU GOÛT
    De notre côté, nous n’avons pu que constater cette vérité du goût, des textures et des sensations. Et ce, dès les dégustations : la cristalline de cèpes, l’amande de mer ou cette incroyable seiche, accompagnée de vinaigrette de lentilles, de béarnaise, garam et masala. De somptueuses entrées en matière qui subliment les autres plats du moment : le tartare d’huîtres Utah Beach, les asperges de Hesbaye et l’anguille fumée, la part de turbot ou encore l’étonnant pigeonneau en croûte de sel verveine et son pendant en parmentier curry-badiane… La féerie continue au dessert grâce à «Ma cuisine sucrée en trois services ». Et quelle cuisine ! Un des meilleurs vacherins que la terre nous ait donné l’occasion de manger, des fraises en crème prise de miel et thym et le désormais célèbre sorbet bonbon violette du chef, devenu incontournable.
    « La création d’un plat est aussi une quête intérieure, un exercice d’épure pour toucher l’essentiel du goût », confie Christophe Pauly. Pari réussi. Nous avons été touchés en plein coeur.
    RODOLPHE MAGIS (la Meuse du 26 juillet)

  • La saison des moules débute exceptionnellement tôt. Un super-produit cette année!

    La saison des moules débutera cette année le 29 juin, soit environ deux semaines plus tôt qu’habituellement, a-t-il été décidé lors du premier échantillonnage réalisé à Yerseke, en Zélande. «La combinaison d’un printemps ensoleillé et de pluies abondantes a permis d’obtenir une moule délicieuse et charnue », ont expliqué les mytiliculteurs.

    capture ecran 2016-06-22 à 10.19.37.jpgLa décision des négociants de commencer la saison le 29 juin a été prise sur base de plusieurs critères. Les premiers échantillons de moules de la mer des Wadden et d’Escaut oriental ont été analysés lundi et mardi, et leur taille ainsi que leur qualité ont été jugées suffisantes.
    «La saison a déjà débuté aussi tôt par le passé, mais pas avec cette qualité », a commenté Nico van Zantvoort, commissaire-priseur. «Sur base des échantillons, nous pouvons déjà dire que ce sera un super-produit. Elles seront normalement un peu plus grandes que l’an dernier et resteront abordables. »

    LES MOULES, C’EST SACRÉ
    Au total, 64 % des moules cultivées aux Pays-Bas sont vendues en Belgique et les Belges en consomment principalement pendant les mois d’été. Dans d’autres pays, le pic a lieu plus tard dans la saison. Plus étonnant, seuls 4% des moules cultivées chez nos voisins restent aux Pays-Bas. «Nous, Néerlandais, devons encore apprendre à manger des moules », constate Tilly Sintnicolaas du Mosselbureau. «En Belgique, on pense directement aux terrasses à la mer, s’asseoir à une table et manger des moules est ancré depuis déjà longtemps dans la culture alimentaire. Les Belges considèrent d’ailleurs la moule comme un produit national.»
    Une nouveauté a également été annoncée pour la criée d’Yerseke. Pour la première fois, les grossistes pourront acheter leurs moules en ligne. La saison dure neuf mois et se terminera donc en avril 2017.