Economie Entreprises

  • Les jeunes trouvent un emploi au moyen d'une candidature spontanée ou par l'intermédiaire de leur réseau

    Il ressort des nouveaux chiffres de Statbel, l'office belge de statistique, que les jeunes (âgés de 15 à 34 ans) trouvent principalement un emploi au moyen d'une candidature spontanée auprès de l'employeur (26 %) et par l'intermédiaire de la famille, des amis ou des connaissances (24 %).
    Par ailleurs, 17 % ont trouvé leur emploi par une petite annonce, et 10 % par l'intermédiaire d'une agence d'intérim ou de sélection.
    8 % ont été sélectionnés par l'employeur lui-même, 7 % ont obtenu un emploi par l'intermédiaire de leur établissement d'enseignement et 6 % par l'intermédiaire d'un service public de l'emploi (VDAB, Actiris, FOREM, ADG) ou d'une mission locale pour l'emploi.

    C'est ce qu'il ressort de l'Enquête sur les forces de travail 2016, une enquête coordonnée au niveau européen
    Lire la suite sur Statbel

    capture ecran 2018-08-31 à 10.48.23.jpg

  • Province de Liège, c’est à Tinlot que le nombre de chômeurs est le plus faible (91)

    Avec 6,8%, Berloz a le taux de chômage le plus faible de la province de Liège et un des plus bas de Wallonie. C’est à Tinlot que le nombre de chômeurs est le plus faible (91)

    capture ecran 2018-08-13 à 14.15.09.jpg

    Au mois de juillet, la Wallonie comptait 221.694 demandeurs d’emploi inoccupés.
    Par rapport à juillet 2014, la région compte 37.554 chômeurs de moins. Découvrez quelles sont les communes où il y a le moins de chômeurs, en nombre et en pourcentage.

    La commune la moins touchée de la province de Liège est Berloz avec 6,8 % de chômeurs. C’est le même pourcentage qu’Assesse qui est la moins touchée de la province de Namur. Bizarrement, la commune la moins touchée du Brabant wallon affiche un taux de 7,9 %. Il
    s’agit de Walhain. C’est étonnant car cette province talonne le Luxembourg avec une moyenne de 10,7 % de chômeurs. C’est bien moins que Namur (14,9 %), le Hainaut (16 %) ou Liège (16,1 %). Par unités, la commune où il y a le moins de chômeurs est la petite Daverdisse. On y retrouve 55 chômeurs.
    À Liège, c’est Tinlot (91).
    Dans le Hainaut, on retrouve Mont-de-l’Enclus (109). Pour Namur, il s’agit de Bièvre (130) et pour le Brabant wallon, c’est Hélécine avec 166 demandeurs d’emploi inactifs.
    La ville qui compte le plus de chômeurs, par unité ? Ce n’est pas Charleroi (19.053) mais bien Liège avec 21.707 chômeurs par rapport à 84.073 personnes actives.-
    PIERRE NIZET. Lire la suite de l’article dans  La Meuse du 10 août 

    capture ecran 2018-08-13 à 14.15.15.jpg

  • Tinlot: une bière «de geek» qui stimule les neurones

    capture ecran 2018-08-05 à 17.29.42.jpg

    La science : voici un drôle de nom pour une drôle de bière à l’allure tout sauf banale. Elle est en fait le résultat d’une combinaison particulière : celle de deux scientifiques liégeois qui vouent une passion commune à ce breuvage. Ensemble, ils ont élaboré ce produit pour le moins atypique et surprenant.

    « Une bière de geeks qui stimule les neurones », c’est ainsi que Lionel Clermont, un Tinlotois de 31 ans présente le produit qu’il a créé avec Pascal Blain, un Français âgé de 34 ans. Visuellement d’abord, la bière dénote : «  Sur les étiquettes, il y a un tableau noir rempli d’équations », expliquent-ils, « Pour la plupart des gens, ce sont des taches mais pour les scientifiques, elles ont une signification particulière car elles font référence à des choses connues qui ont révolutionné le monde de la science ». Il y a quatre étiquettes différentes jusqu’à présent : physique, chimie, mathématique et informatique. La biologie, la médecine et l’astrophysique devraient suivre.

    Et à côté de ce tableau, on retrouve un « science fact », une sorte d’anecdote amusante en lien avec une discipline scientifique, des histoires que les deux ingénieurs du Centre Spatial de Liège ont accumulées au fil des mois : « Quand un confrère me racontait une chose surprenante, je la notais », se souvient Lionel Clermont, ingénieur en optique, « Saviez-vous, par exemple, que la température créée par un éclair est 5 fois plus élevée que la température de la surface du soleil ? Voilà typiquement le genre d’informations que l’on retrouve sur l’étiquette : c’est une manière d’apprendre en s’amusant et en buvant un coup ». Et chaque bière contient un « science fact » unique, ce qui fait des bouteilles des objets de collection.

    L’idée de la créer est apparue dans l’esprit de ces deux scientifiques fin 2017 : « On occupe le même bureau, notre travail est complémentaire, je conçois les instruments spatiaux et lui les teste », raconte Lionel Clermont, diplômé à l’ULG, « Nous sommes de grands amateurs de bières alors on s’est dit qu’il fallait tenter un truc ensemble. »
    Lire la suite dans l'édition de la Meuse digitale

  • Ouffet. Père & fils Lallemand, dépanneurs du Condroz

    SOS ASSISTANCE. LA SÉRIE CONSACRÉE AUX DÉPANNEURS DE HUY-WAREMME
    La Meuse de jeudi consacre une page au dépannage du Condroz, souvent cité sur ce blog lors des accidents et qui nous procure régulièrement les photos d'illustration des drames de la route.

    capture ecran 2018-08-02 à 19.44.27.jpg

    En place depuis 88, la société se lance dans un projet de dépôt de 1.200m2, installé dans le zoning. C’est en 88 qu’Olivier Lallemand, 62 ans aujourd’hui, a lancé seul Dépannage du Condroz, à Ouffet.
    «Jusque-là, j’avais été prof de mécanique industrielle et auto dans plusieurs écoles, mais j’avais aussi travaillé dans une entreprise à Ivoz-Ramet. J’avais déjà un petit garage qui tournait après-journée », introduit-il. Il acquiert au départ une petite remorque-plateau pour dépanner les voitures «mais je me suis vite rendu compte qu’on ne savait pas faire grand-chose avec ça », lance-t-il.
    Raison pour laquelle, un an plus tard, il achète son premier camion-plateau, fait sur mesures en Flandre. «À l’époque, il y avait beaucoup de petits dépanneurs un peu partout. J’ai tapé fort en achetant le camion que personne
    n’avait. C’était alors une fameuse innovation ! Il coûtait 750.000 francs belges et personne ne mettait alors ce prix-là dans du matériel.
    Au fil du temps, les autres ont commencé à disparaître… Je ne dis pas que c’était à cause de moi. Certains sont partis à la pension, d’autres n’arrivaient plus à suivre… »
    Olivier Lallemand possédait aussi un atelier de réparation. Aujourd’hui, cela s’est doucement arrêté : «Concilier les deux avec le dépannage, seul, ce n’était pas évident. Mais je suis convaincu que, pour être un bon dépanneur, il faut
    aussi être mécanicien. Ne pas savoir expliquer aux gens la raison de leur panne de voiture, ce n’est pas imaginable.»
    Au fil des ans, l’Ouffetois a donc mené sa barque, modernisant quand faire se peut ses véhicules de travail. «J’en possède 4 aujourd’hui, jusqu’à 44 tonnes. »
    Il y a 10 ans, son fils Jean-Michel, alors âgé de 18 ans, le rejoint dans l’aventure. Comme d’autres « fils de… », il a baigné dans le milieu du dépannage dès sa sortie du berceau. «Dès que j’ai pu me tenir debout, j’accompagnais papa dans le camion », se souvient-il. «Je n’ai finalement jamais fait autre chose que le dépannage, et je ne supporterais pas », sourit-il «J’ai commencé avec un petit camion et je sais faire de tout aujourd’hui. » Malgré les circonstances dans lesquelles les dépanneurs doivent évoluer aujourd’hui, Jean-Michel ne craint pas pour l’avenir. «Certains savent faire leur métier, ceux-là resteront. »
    Il concrétise d’ailleurs actuellement la construction d’un grand dépôt au sein du zoning industriel d’Ouffet. «Nos trois petits sites actuels sont trop petits. Ici, on aura une surface de 1.200m2 sur 3.200m2 de terrain. Il devrait être opérationnel courant 2019. D’autant qu’on se lance officiellement dans le dépannage des poids lourds, même si on le fait déjà un peu. Il y a un vide à ce niveau-là dans le Condroz…
    On est en train de mettre en place une collaboration avec Cronos, à Grâce-Hollogne. Non, l’avenir ne nous fait pas peur, au contraire, on y croira toujours », a-t-il conclu.
    E.D  Voir le dossier complet et les autres articles dans La Meuse du 2/8.

  • Condroz annonce. Un nouveau carreleur près de chez vous !

    IMG_2818.jpg

    capture ecran 2018-06-29 à 11.49.05.jpg

    Après plusieurs années de travail chez Déco-Rulot, Hervé Decrom s'est lancé comme indépendant à Ouffet, depuis le mois de mai 2018.

    Chapes, isolation, toute pose carrelage intérieure et extérieure.

    Disponible en juillet et août.

    N'hésitez pas à prendre contact !

  • Journée découverte des métiers de la force terrestre, dim. 24 juin. Marche-en-Famenne

    capture ecran 2018-06-21 à 20.16.12.jpg

    Découvrez les métiers du soldat durant la journée de la découverte de la force terrestre Belge ... le 24 Juin au Camp roi Albert par Ent'RAID en collaboration avec Belgian Army
    .
Durant cette journée d'intense activité sur le plateau de Marche-en-Famenne, vous pourrez en outre participer aux activités sportives du jour.


    Envie de s'inscrire ? Choisissez votre type d'activité et inscrivez-vous vite !

  • Bien Chez Toit. Petits boulots. Bon à savoir et à faire connaître...

    bien_chez_toit_flyer_R_DEF.jpg

    Bien chez Toit est une entreprise d’économie sociale basée à Barvaux qui travaille sur 11 communes du Nord-Luxembourg et alentours. Ces communes sont Durbuy, Hotton, La Roche, Rendeux, Erezée, qui sont les cinq membres fondateurs, mais aussi Clavier, Ouffet, Tinlot, Ferrières, Manhay et Somme-Leuze avec qui nous avons des conventions de partenariat.

    Nous développons trois activités : un magasin social de meubles, un service de petits travaux à domicile, et un service de déménagements sociaux.

    Le service de petits boulots s’adresse à toute la population. Si vous n’êtes pas trop bricoleur et que vous avez quelque chose à réparer chez vous, faites appel à nous. Nous vous enverrons un technicien qui vous proposera un devis et, si vous acceptez ce devis, ce technicien se chargera de la réparation.

    Nous avons deux tarifs. Le tarif plein est de 15 € de l’heure. Le tarif social (chômage, mutuelle, handicap, CPAS, …) est de 8 € de l’heure. Nous vous demanderons de signer une déclaration sur l’honneur dans laquelle vous attestez de votre situation.

    Nos équipes travaillent généralement à deux ou trois. Le chef d’équipe est un professionnel, les autres sont généralement des personnes engagées dans un contrat d’insertion professionnelle. Ces travailleurs peuvent être plus lents, mais nous ne vous facturerons que le nombre d’heures qu’aurait pris un professionnel pour faire le travail, et non le nombre réel d’heures qui sert aussi à leur apprentissage.

    Des questions ? Appelez-nous au 086.21.06.02 et demandez le service « petits boulots ».
    Rejoignez-nous aussi sur notre page Facebook « Bien chez ToiT – Magasin social de meubles »

    Bannière.jpg

  • La Commune de TINLOT engage un Conducteur de travaux, chef de service. Candidatures pour le 20 juin

    capture ecran 2018-06-06 à 10.20.12.jpg
    Photos d'archives

    Fonction

    • Diriger l’équipe du service Travaux.
    • Assumer, au niveau de la Commune de Tinlot, la direction et la coordination des travaux effectués en régie par la Commune au niveau des voiries et des bâtiments (cahiers des charges pour marchés de fournitures ou travaux spécifiques, coordination des prestations, suivi sur le terrain). Dans ce domaine, le candidat sera appelé à faire le lien entre le service administratif et le service des travaux.
    • Analyser les dossiers de travaux effectués par des prestataires extérieurs (cahiers des charges, procédures administratives relatives aux marchés publics et éventuels modes de subventionnement, etc…) ;
      Suivi de ces travaux ; participation aux réunions de chantier, etc…
    • Préparer les dossiers à présenter au Conseil et Collège communal, sous l’autorité de la Directrice générale.
    • Elaborer et suivre le budget annuel.
    • Etablir un rapport d’activité régulier.
    • Rendre compte à la Directrice générale.

    Profil

    • Disposer d’un diplôme :
                 de l’enseignement supérieur de type court ou assimilé en construction, travaux publics ;
                 ou
      d’ingénieur.
    • Etre organisé, rigoureux, méthodique, avoir l’esprit d’équipe, des capacités de management et une bonne résistance au stress.
    • Avoir une bonne connaissance de la législation en vigueur, ainsi qu’en matière de marchés publics.
    • Maîtriser l’outil informatique.
    • Une expérience professionnelle dans le secteur est un atout.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Nandrin-Tinlot. Un projet de centre de distribution de bpost dans le Condroz

    capture ecran 2018-06-01 à 19.56.28.jpg

    Avec l’explosion du nombre de colis à livrer, le métier de facteur a évolué ces dernières années, impliquant un changement de stratégie de bpost. La Poste a l’intention d’ouvrir un centre de distribution dans le Condroz, à Nandrin ou à Tinlot, a annoncé Michel Lemmens. Un bâtiment de plus de 1.000 m² où les facteurs locaux viendraient chercher leur tournée, en provenance d’un centre de tri.

    Le dossier est venu sur la table du conseil communal nandrinois mardi soir, en question d’actualité. Le chef de file de PNc, Marc Evrard, a demandé des précisions quant au projet de construction d’un centre de bpost près du futur parking de covoiturage, sur la route du Condroz. « Nous sommes en discussion avec la direction générale de la Poste pour la création d’un centre de distribution qui générerait entre 50 et 250 emplois directs », a confirmé le bourgmestre, Michel Lemmens. Ce centre de distribution couvrirait plusieurs communes du Condroz. « Bpost hésite entre Nandrin et Tinlot, nous avons évoqué la situation du futur rond-point de Saint-Séverin et la facilité d’accès à la N63. Nous n’en sommes qu’au stade des négociations, rien n’est encore fait, nous avons encore une réunion cette semaine », a tempéré le mayeur.
    Du côté de bpost, on évoque quelques visites informelles mais pas encore de décision. La porteparole insiste sur le fait qu’on parle ici d’un centre de distribution, pas de tri.
    Annick Govaers. Voir l'article complet dans La Meuse digitale

  • Offre d'emploi. L'AIS Ourthe-Amblève- Condroz recherche un(e) assistant(e) social(e)

    capture ecran 2018-05-29 à 18.33.40.jpgAssistant (e) social (e) / contrat de remplacement
    Agence immobilière sociale Ourthe-Amblève

    Mission de l'ASBL: 

    En tant qu’Agence Immobilière Sociale, la mission principale est de favoriser la mise  à disposition de biens immobiliers privés ou publics dans la perspective d'assurer un accès à des logements décents.
    Fonctions spécifiques
    Procéder aux inscriptions des candidats locataires 
et tenue et mise à jour du registre des inscriptions 

    Tenue de Permanences sociales 
et Visites des logements à attribuer 

    Rédaction de rapports sociaux /Participation à des comités d'attribution 

    Procéder à la signature des baux avec les futurs locataires (ou conventions d'occupations précaires) 

    Accompagnement social des locataires (visites domiciliaires) 

    Veiller à la bonne occupation du logement et au respect des normes de salubrité
    Promouvoir l’éducation au logement auprès des locataires 

    Travail en réseau et orientation vers les services appropriés en fonction de la problématique 
rencontrée. 

    Accompagnement social dans le cadre de projets d'insertion par le logement
    Accompagnement à la recherche d’un logement.
    Lire la suite sur l'offre d'emploi à télécharger ici