Environnement

  • A vos agendas. Opération Renov'Energie dans le Condroz et à Tinlot le 7 novembre

    Opération RENOV’ENERGIE : accompagnement personnalisé à la rénovation énergétique
    L’opération Renov’Energie permet un accompagnement personnalisé des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement. 
    Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale !
    Pour ce faire, le GAL Pays des Condruses a lancé un appel d’offres et c’est la Coopérative CORENOVE qui a été sélectionnée.

    Concrètement
    Des réunions d’information et des quick-scans énergétiques (exemple de quick-scan) seront proposés aux citoyens, commerces et entreprises du territoire du GAL Pays des Condruses. Les bâtiments sont visités et analysés.  Une priorisation des travaux est établie avec collecte de devis auprès d’entreprises locales sélectionnées et analyse des données financières (gains énergétiques, coût des travaux, amortissement et possibilités de primes et de financement).

    Une réunion individuelle d’aide à la décision est ensuite réalisée pour conseiller au mieux à avancer vers des travaux rentables et performants.  L’accompagnement va jusqu’au suivi des travaux.

    Pour plus d’informations, venez assister à la réunion d’information de votre commune :

    40389327_1867053580048962_365317282403975168_o.jpg
    Voir la présentation du projet:

    https://www.galcondruses.be/2018/08/22/demarrage-du-projet-renovenergie/voir 9:10 renovenergie.jpg

  • Tinlot. Votre calendrier Intradel du mois d'octobre

    capture ecran 2018-10-05 à 12.13.12.jpg
    Cliquez sur l'image pour agrandir
    Halloween Ste-Reine, le samedi 27 au lieu du vendredi !

    capture ecran 2018-10-05 à 12.14.36.jpg

  • 2019: année du frelon asiatique?

    capture ecran 2018-09-19 à 20.16.26.jpgDébarquement annoncé du frelon asiatique (Vespa velutina) dans une bonne moitié de la Belgique cette année. Il est à présent signalé dans le Hainaut, dans les 2 Flandres, en Province d’Anvers et dernièrement vers Namur !
    Il y a fort à parier que 2019 verra la première confrontation avec l’envahisseur.

    capture ecran 2018-09-19 à 20.14.41.jpgLa situation s’annonce donc fort compliquée à l’avenir et la lutte s’avère bien dérisoire au regard de la dynamique de la bestiole. Fin août, j’ai eu l’occasion de les voir en action dans une région bien infestée; les Côtes d’Armor en Bretagne. On connait la prédation exercée devant les ruches mais là, j’ai pu observer leur manège sur les zones de butinage de nos abeilles. Et ils sont efficaces !
    Partout où j’ai mis les pieds dans cette région et où j’ai vu des abeilles en butinage, j’y ai également croisé le FA. De quoi se poser de sérieuses questions sur l’avenir de l’apiculture. Comme si on avait besoin de cela en plus du reste…

    Que faire en cas de découverte?

    Essayer de le photographier et envoyer les photos par e-mail ( m.deproft@cra.wallonie.be )
    Ne pas hésiter à contacter le CRA-W pour toute observation, ils sont habilités pour la destruction des nids!!
    Voir également ICI
    Merci également à ceux qui observent du frelon asiatique de bien vouloir encoder leurs trouvailles sur le site observations.be
    Je peux encoder pour vous mais il me faut la date, l’endroit exact, idéalement une photo et votre nom.
    Merci!
    NB. Il n’y a encore aucune observation encodée pour l’axe Mons-Charleroi-Namur…

    Extrait de l'article de Fred l'apiculteur. Lire l'article complet

  • Wallonie. Donnez votre avis sur le bruit routier

    capture ecran 2018-09-15 à 20.26.27.jpg

    Ce lundi 17 septembre, le Service public de Wallonie lance une grande consultation populaire sur le bruit routier. De telles consultations quel qu’en soit le thème sont extrêmement rares, comme l’indique Laurence Zanchetta, porte-parole du SPW.
    Ne sont concernés que les habitants des 209 communes wallonnes, sur les 262 existantes, situées à proximité d’axes routiers empruntés par plus de 3 millions de véhicules chaque année. Encore, il faut habiter dans un périmètre à proximité de ses routes et autoroutes très fréquentées. Un site web a été créé spécialement à cet effet www.plan-bruit-routier-wallonie.be. Il suffit d’indiquer sa commune, puis de zoomer via son adresse sur une carte mentionnant les nuisances sonores liées à la circulation. Un code couleurs désigne les zones dans un ordre décroissant. (Lire l'article complet dans la Meuse du 15 sept.)

    La commune de Tinlot est concernée

    capture ecran 2018-09-15 à 20.27.16.jpg

    capture ecran 2018-09-15 à 20.27.01.jpg

  • L'heure d'été toute l'année !

    capture ecran 2018-08-31 à 19.30.09.jpg

    Voir l'article précédent sur ce blog qui annonçait le grand sondage européen sur le changement d'heure: Le changement d’heure est remis en question par l'Europe: donnez votre avis en ligne jusqu'au 16 août
    Les résultats sont aujourd'hui connus plus de 80% des européens veulent supprimer le changement d'heure !

    La Commission européenne a annoncé vendredi qu’elle allait proposer de mettre un terme au changement d’heure saisonnier dans l’UE, à la suite d’une consultation publique ayant reçu cet été un nombre record de réponses. « Des millions de personnes ont répondu et sont d’avis qu’à l’avenir, c’est l’heure d’été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela », a expliqué le président de l’exécutif européen, Jean-Claude Juncker, à la chaîne de télévision allemande ZDF.

    Environ 4,6 millions de réponses, en provenance des 28 Etats membres, ont été enregistrées au cours de cette consultation publique, qui s’est tenue du 4 juillet au 16 août. Selon des résultats préliminaires, 84% des répondants, qui se sont exprimés via un questionnaire en ligne, sont favorables à la fin du changement d’heure. Source: LA Meuse

  • Natagora: un plan de gestion wallon pour le loup

    Deux images capturées par pièges-photo témoignent de la présence d'un loup dans les Hautes-Fagnes depuis plus d'un mois. Pour accompagner le retour de cette espèce protégée, Natagora et d'autres associations environnementales demandent aux pouvoirs publics d’adopter rapidement un plan de gestion comme cela a été fait en Flandres et dans les pays limitrophes.

    Loup

    Le retour du loup en Wallonie après plus d’une centaine d’années d’absence est exceptionnel, d’abord pour le succès de la protection du loup en Europe mais aussi pour l'impact positif sur la biodiversité que peut engendrer le retour d'un super-prédateur, comme cela a déjà été démontré à de multiples reprises à l'étranger. C’est également une belle victoire pour les naturalistes puisque son retour prouve que le statut de protection dont bénéficie les espèces offre de réelles perspectives pour la biodiversité menacée. En outre, avec le retour du loup dans les Hautes-Fagnes, l’intérêt de la préservation de grands espaces est une fois de plus démontré.

    Ces constats représentent une réelle source de motivation pour le monde naturaliste et en particulier la plate-forme Grands prédateurs qui rassemble Ferus, Forêt & Naturalité, Forêt.Nature, Jeunes & Nature, la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, Natagora, Wolf Eyes et le WWF-Belgique. Cette dernière, créée en 2016 par plusieurs associations de conservation de la Nature pour préparer au mieux le retour du loup, se réjouit ainsi de cette nouvelle et profite de l’occasion pour encourager les politiques à poursuivre leurs efforts en faveur de la conservation de la nature !

    Anthony Kholer, au nom de la plate-forme Grand prédateurs : "Nous saluons le travail d’anticipation de l’Administration wallonne qui, à travers la mise en place du réseau Loup, a pris les devants en vue d’assurer la meilleure cohabitation possible avec ce grand carnivore. Nous demandons, cependant, aux pouvoirs publics wallons d’aller un pas plus loin en élaborant et adoptant rapidement d’un Plan de gestion Loup comme cela a été fait en Flandre et dans les pays limitrophes."

    La plate-forme Grands prédateurs réaffirme ainsi la nécessité de :

    • respecter le statut d’espèce strictement protégée dont bénéficie le loup
    • condamner fermement et unanimement tout cas d’atteinte à la stricte protection de l’espèce
    • informer les parties prenantes (administration, naturalistes, éleveurs, chasseurs, grand public,…) sur l’impact réel de l’espèce
    • rechercher des solutions de cohabitation adaptées à notre territoire, en faveur de la préservation du loup, en mettant les parties prenantes en concertation
    • mettre en place des mesures de protection pour les éleveurs (kit d’intervention rapide, protection des troupeaux…) subsidiées par la Région Wallonne
    • assurer les suivis et le paiement des demandes d’indemnisations des éleveurs, en cas d’attaque avérée "loup non-exclu".

    Cette nouvelle réjouissante pour la biodiversité ne doit pas occulter la difficulté de coexister avec un grand carnivore. L’expérience des pays voisins doit nous servir pour nous préparer au mieux. La concertation avec les acteurs ruraux ainsi que les actions d’information et de sensibilisation en faveur du monde de l’élevage, de la chasse et du grand public sont primordiales en vue d’assurer une cohabitation pacifique pour la préservation du loup à long terme sur notre territoire

    Source: Natagora

  • Tinlot. Découvrez le phénomène du "Dust devil ou diable de poussière" filmé chez nous

    capture ecran 2018-08-24 à 10.45.10.jpg

    Sur le site de Fred l'apiculteur, vous pouvez découvrir le le phénomène du "Dust devil ou diable de poussière" avec une belle compilation filmée chez nous durant la période de sécheresse. En effet, avec une sécheresse persistante, des températures caniculaires et un vent pas trop marqué, toutes les conditions étaient réunies pour voir apparaître ces sympathiques phénomènes! 
    Plus d’infos pour comprendre ce phénomène " C'est quoi les dust devils? (Site de lIRM)"
    Voir la vidéo de Fred l'apiculteur dans notre région

  • Moins de papillons dans nos jardins à cause de la sécheresse

    capture ecran 2018-08-14 à 10.23.39.jpg
    Moins de papillons mais des espèces moins courantes, comme le machaon, étaient bien plus présentes dans nos jardins (Ph. Wikipédia)

    Un peu plus de 1000 personnes ont participé à l'opération lancée par Natagora "Devine qui papillonne au jardin". Voir l'article sur ce blog.
    Les particuliers étaient invités à recenser les papillons présents ce week-end dans les jardins wallons et bruxellois. Le nombre de papillons observés s'élève à 8.639 pour cette 12e édition. Le fait que les papillons ont boudé les jardins est en partie lié à la sécheresse qui sévit actuellement en Belgique, souligne l'association de protection de la nature dimanche.
    Les espèces plus rares deviennent plus fréquentes
    Les participants ont noté environ 14 papillons par jardin, ce qui est légèrement inférieur aux années précédentes. Quelque 52 espèces différentes ont été répertoriées, par rapport à une moyenne de 62. Les espèces les plus courantes, telles que la paon du jour, le vulcain ou la petite tortue étaient plus discrètes cette année, pointe Natagora. Tandis que d'autres espèces, moins habituelles, "battent des records historiques": le machaon se fait deux fois plus nombreux que lors de la dernière décennie; le tabac d'Espagne et l'azuré commun profitent, eux, des températures élevées.
    De nombreux experts constatent que dans les réserves gérées par Natagora, le printemps particulièrement favorable a poussé les papillons d'été à sortir deux à trois semaines à l'avance. D'où aussi leur nombre moins élevé. Mais la sécheresse a également joué un rôle. Certaines espèces se réfugient vers les lisières notamment, des milieux souvent absents chez les particuliers.
    Lire la suite de l'article sur le site de la RTBF