Histoire locale

  • Athénée de Marchin. Un livre pour le 75e anniversaire

    L’Athénée Royal Prince Baudouin de Marchin fête son 75ème anniversaire. Une occasion pour le Cercle Royal d’Histoire et de Folklore de Marchin-Vyle de publier un numéro spécial de « Marchin Bia Viyèdje ». Cette édition traite de l’évolution de l’école, depuis sa fondation à aujourd’hui, et notamment de l’histoire du château et de la chapelle du Fourneau qu’elle entoure.

    «Nous avons soumis l’idée de cette publication au président du Cercle Royal, Etienne Grégoire, dont le père était l’un des fondateurs de l’école », explique Richard Bruck, membre du Comité des Anciens de l’Athénée. "Il a bien évidemment accepté". Voir l'article complet dans l'édition de la Meuse digitale.
    capture ecran 2017-11-08 à 09.26.48.jpg
    Ce numéro spécial de 108 pages est disponible aux librairies « Fumal » de Marchin et « La Dérive» de Huy au prix de 15€.
    HUGO THYSE La Meuse du 8 novembre

  • Concours de l'arbre de l'année, votez pour l'arbre de la rue Brihi Tiyou à Ouffet

    L'arbre de la rue Brihi Tiyou, à Ouffet participe au concours de l’arbre de l’année. Ce concours est organisé par la Fondation wallonne pour la Conservation des Habitats avec le soutien du Fonds Baillet Latour. Afin de soutenir cette candidature vous pouvez  vous rendre sur le site du concours http://www.arbredelannee.be/index.php/fr/ et voter pour la Province de Liège.
    Le nombre de votes reçu sera affiché pour chacun des candidats à partir de vendredi et sera mis à jour tous les vendredis. Le vote se clôturant un mercredi, l'évolution des votes sera donc secrète pour les 5 derniers jours, ce qui entretiendra un peu de suspens...
    Le vote se clôture le mercredi 11 octobre à 10h00.
    Merci pour votre mobilisation ! A la clé : 5.000€ pour embellir et entretenir l’arbre.

    capture ecran 2017-09-15 à 09.59.45.jpgLe chêne des mâcrales en compétition
    20 candidatures ont été soumises à la Fondation wallonne pour la conservation des habitats pour espérer être élu l’arbre le plus remarquable de Belgique. Un arbre par province a ainsi été sélectionné par un jury de trois personnes. «La taille et l’âge de l’arbre importaient peu», explique Olivier Noiret, conseiller scientifique à la Fondation. «Les critères de sélection s’orientaient plus autour de l’intérêt historique et de l’accessibilité au public.» Pour la province de Liège, c’est le chêne des mâcrales d’Ouffet qui a été choisi. Un arbre riche en anecdotes, comme le souligne l’échevine Renée Lardot.
    «Il y a plusieurs centaines d’années, c’était notamment un point de repère pour les militaires», dit-elle. Elle ajoute que l’arbre est vieux de 200 à 300 ans. «Dans les années 1900, les riverains portaient un clou ou frottaient un chiffon sur leur dent malade ou leur membre endolori», continue l’échevine. «On plantait alors le clou dans l’arbre, ou on nouait le chiffon autour du trou. En faisant cela, on pensait que l’arbre absorbait les maux.»
    Une autre légende entoure celle de l’arbre: celle, comme son nom l’indique, des mâcrales.
    Au 17e siècle, la cour de justice d’Ouffet a alimenté les procès de sorcellerie. «On les amenait là pour qu’elles soient jugées», dit-elle. «Mais rien n’atteste complètement de cela, c’est une légende.» Michel Focan, passionné par l’histoire d’Ouffet, reste lui aussi dubitatif.
    Article de J.G.  dans la Meuse Huy-Waremme du 15 septembre

  • Fête de Soheit-Tinlot les 8, 9 et 10 septembre 2017

    La fête de village "nouvelle formule" a connu une belle réussite malgré le "temps variable" bien connu chez nous, avec cependant une belle journée dimanche.

    capture ecran 2017-09-10 à 23.33.50.jpg

    Tournoi de belote vendredi soir, une animation musicale très appréciée samedi qui s'est terminée très tôt...
    Dur, dur donc pour les bénévoles du comité pour entamer la journée du dimanche, le moment fort de la fête avec le diner, les forains et toute l'animation à assurer.
    Les activités (sauf le samedi soir) sont maintenant concentrées  sous le chapiteau devant la salle à côté des forains ce qui crée une ambiance beaucoup plus conviviale, surtout sous avec un rayon de soleil.
    Des petits changements et une belle organisation qui permet un bel esprit de fête de village.

    Commémoration patriotique
    Les fêtes de villages sont bien sûr également un moment de souvenir et de mémoire bien ancré maintenant dans l'esprit des villageois qui participent au différentes manifestations grâce aux différents récits de l'histoire locale retrouvés et racontés par Christiane Auwers au fil des années. Ce travail minutieux que vous pouvez retrouver dans l'archivage de ce blog, permet de retracer et de transmettre ces évènements douloureux que le temps ne doit pas effacer.

    capture ecran 2017-09-10 à 16.34.20.jpg

    A soheit-Tinlot, un premier dépôt de gerbes a lieu au monument à la Maison Communale et un deuxième à la stèle des portes-drapeaux au carrefour de la rue de l'église.
    Voici le récit de cette année, raconté par Christiane Auwers Présidente de la FNC locale:

    Fin de l’année 1941, les Allemands mettent en place le marquage des Juifs et le 29 mai 1942, l’étoile jaune est imposée à tous les Juifs de plus de 6 ans. Les arrestations massives suivent. Le gouvernement allemand décide l’extermination des Juifs.
    L’occupant décrète également la mise au travail obligatoire des hommes de 18 à 50 ans et des femmes de 21 à 35 ans non mariées.
    Dès les premières heures de cette ordonnance, la population essaie d’échapper à la déportation. Certains répondent aux convocations de la « Werbestelle » qui est l’organisme recruteur, d’autres refusent d’obéir à l’occupant. Grâce à la résistance, ils sont cachés dans d’autres villages ou dans des fermes, sous une fausse identité qui leur est fournie par quelques fonctionnaires communaux, au risque d’être pris.
    Les gendarmes allemands organisent des contrôles, ils perquisitionnent de jour comme de nuit, aidés par des soldats allemands, et même par la police belge, qui est obligée de remplir certaines missions.
    Malheureusement, certains habitants dénoncent leurs voisins ou connaissances. Quelques lettres de dénonciations, adressées à la Kommandatur de Huy sont interceptées par le personnel des Postes de Soheit-Tinlot et de Seny et cette action courageuse évite des arrestations. Un habitant de Tinlot, de nationalité allemande, refuse son incorporation dans l’armée allemande, étant occupé à la Kommandatur à Huy, prévient les résistants et les réfractaires de la descente de la Gestapo, ils peuvent quitter les lieux où ils sont cachés. Mais tout ne se passe pas toujours bien, Monsieur Degard de Seny, fermier, héberge des réfractaires, il est arrêté et enfermé à la Citadelle à Liège. A Fraiture, la famille Bertho cache deux résistants. La Gestapo vient les arrêter. Après les avoir menottés et sommés de se coucher, un des deux résistants parvient à saisir un révolver suspendu à la botte d’un allemand, il fait feu et le tue. Les deux résistants parviennent à s’échapper. Monsieur Bertho absent au moment des faits, est alerté et obligé de prendre la clandestinité dans une maison à Saint-Vitu. La Commune sera condamnée à payer les funérailles de l’allemand tué, et à déposer des fleurs. Heureusement, personne ne sera pris en otage, ni fusillé ! Une famille juive de 3 personnes se cache à Ramelot. Pour ne pas se faire repérer, elle est obligée de prendre les repas séparément chez l’habitant, et faire tous les jours un véritable jeu de cache-cache.
    Ayons une pensée pour tous ces Juifs qui ont été exterminés, ainsi que tous ceux qui ont perdu la vie pendant cette horrible guerre.

  • Circuit "La chaussée romaine condrusienne", Journées du Patrimoine 2017

    C’est un public très varié, venu essentiellement de la Province de Liège qui a participé samedi et dimanche aux deux circuits - découverte de la « chaussée romaine condrusienne ». « Des participants très curieux , attentifs avec énormément de questions », explique Eric Demonty, l'un des deux guides modaviens de ce circuit avec Marc Lamotte.

    « Nous sommes partis de Strée avec les visites de l’église St Remacle, la Fontaine Ste Geneviève et la ferme de la Commanderie.

    capture ecran 2017-09-10 à 16.42.37.jpgEntre les averses samedi après-midi, mais avec le soleil dimanche, le circuit proposé a connu un beau succès.

    capture ecran 2017-09-10 à 16.43.41.jpgcapture ecran 2017-09-11 à 16.11.35.jpg

    La seconde halte se situait à Ramelot : le Tilleul à l’entrée du village (photos) et le tumulus entre Ramelot et Terwagne) avant la visite plus importante du site de Vervoz, Trois heures bien remplie, surtout par le contenu et les explications fournies. En effet, il reste peu de vestiges ou d’éléments visuels à montrer, mais par contre l’histoire est très riche et le travail de préparation réalisé à cette occasion par Louis Pauquay a permis une présentation passionnante de ce parcours imprégné de la civilisation et de la culture romaine.»

    DSC_3875.jpg

    Le tilleul complètement creux a intrigué les visiteurs comme le récit de nombreuses anecdotes et histoires locales.

    capture ecran 2017-09-12 à 10.24.21.jpg

    Les deux guides de ces journées: Marc Lambotte (à gauche) et Eric Demonty, bien documentés, photos et documents à l’appui.

    capture ecran 2017-09-12 à 10.25.51.jpg

    Le magnifique site de Vervoz (Clavier) clôturait ce circuit condrusien.

    Cette  journée ne  restera pas sans suite puisque vous pouvez vous procurer, au SIVH, la brochure illustrée réalisée à cette occasion (photo ci-dessous). Le plan du circuit proposé, les photos des éléments à découvrir et leur l’historique vous permettront de  mieux comprendre l’évolution de notre environnement au cours des siècles. Voir également la version complète de ce travail à télécharger.

    IMG_1878.jpg

  • Sur la voie romaine dans nos villages condrusiens. A ne pas manquer les 9 et 10 septembre, et un ouvrage à recommander

    capture ecran 2017-09-04 à 10.20.58.jpg

    En vue de la publication d'une brochure du SIVH à l'occasion des journées du Patrimoine, Monsieur Louis Pauquay, d'Abée, a réalisé un remarquable travail de synthèse sur l'histoire de la Chaussée Romaine qui traverse nos villages.

    Membre de la CCATM de Tinlot et déjà passionné par nos chemins et sentiers (travail en cours), ce licencié en philologie classique à la retraite, nous présente un parcours complet depuis Ombret jusqu'à Vervoz à partir de tous les vestiges, les recherches et les publications déjà réalisées mais y ajoutant une touche personnelle et en les présentant sous forme d'un parcours passionnant à découvrir !

    Ce document illustré d'une quinzaine de pages est accessible (pdf 150 mg), sur le site communal tinlot.be.
    En voici une version plus légère à télécharger (1 mg)

    Sur la voie romaine dans nos villages condrusiens.

    Il y a 2000 ans, les Romains construisirent la chaussée dont un long tronçon rectiligne traverse Ramelot. Une artère essentielle pour la circulation des hommes, de leurs idées et du commerce; un lien entre les habitants disséminés dans les campagnes qui constitueront le pagus Condustris, le pays condrusien; un chemin durable, parcouru par les villageois de Ramelot jusqu'en 1850 (c'était le chemin n°3 dans l'Atlas Vicinal); et surtout un point d'ancrage perenne pour le patrimoine et l'identité de notre Condroz.

    capture ecran 2017-09-04 à 09.46.03.jpgLes 9 et 10 septembre 2017, le thème des Journées du Patrimoine sera "voies d'eau, de terre et de fer". Une occasion pour Tinlot et pour le Sivh de mettre en évidence le tracé de cette voie importante qui reliait Metz et Trèves à Tongres en passant par Arlon. Grâce aux fouilles réalisées et aux vestiges identifiés, on peut la suivre depuis le passage de la Meuse à Ombret, où les Romains avaient construit un pont dès 10 avant notre ère, jusqu'à Vervoz, le centre du territoire condruse. La parcourir, c'est percevoir aisément deux critères essentiels des voiries romaines : respecter un tracé rectiligne et éviter les zones humides.

    Ces choix mis en oeuvre il y a 2000 ans furent si judicieux que des routes actuelles recouvrent l'antique construction quasi partout, à Rawsa, Outrelouxhe, Strée, Ramelot et Terwagne. En plus d'avoir donné naissance à ces villages et à ceux de Clavier et Vervoz, la chaussée a contribué à leur prospérité et a permis l'enrichissement de leur patrimoine pendant deux millénaires.

    Pour en savoir plus, consultez l'article complet et illustré sur le site de Tinlot :
    www.tinlot.be - -> Loisirs --> découvrir Tinlot  --> un peu d'histoire. A l'occasion des Journées du Patrimoine 2017.
    Louis Pauquay

    A découvrir sur le terrain !

    Le Syndicat d'Initiative Marchin-Modave-Clavier-Tinlot publie un cahier sur le sujet; il organise aussi des parcours-découvertes en car.
    Sam. 9/9 et dim.10/9 à 13h (3h).
    Réservation au 085/41.29.69
    (Voir l'annonce sur ce blog)

  • Seny en fête, le dimanche 27 août

    capture ecran 2017-08-28 à 15.51.33.jpg

    La place du Baty bien ensoleillée pour la fête de Seny

    capture ecran 2017-08-28 à 15.52.17.jpg

    Un temps magnifique ce dimanche 27 août pour la fête de village à Seny. Beaucoup de monde dès la sortie de la messe et à l'apéritif offert par la commune.

    capture ecran 2017-08-28 à 15.48.25.jpg

    La journée avait débuté avec une première commémoration patriotique au monument de l'ancienne Maison Communale suivie de la messe commémorative. C'est ensuite place du Baty que de nombreux participants se sont retrouvés devant le monument de l'Armée Secrète avec une dizaine de porte drapeau. La Bourgmestre a souligné l'importance du travail réalisé par tous les acteurs de ces commémorations toujours fidèles qui nous permettent d'entretenir ce travail de mémoire essentiel :"C'est grâce à tous ceux dont nous nous souvenons que nous pouvons aujourd'hui faire la fête dans un pays libre"

    capture ecran 2017-08-28 à 16.55.21.jpg

    Voici les textes de faits de guerre rédigés par Christiane Auwers et évoqués lors de la fête du village.
    Le premier est lu par Christiane Auwers au monument de l'ancienne maison communale et le second par Tony Evelette sur la place du Baty.

    "Nous sommes le 11 mai 1940, la guerre est aux portes de nos villages. Des centaines de soldats et de réfugiés traversent nos contrées.
    L’aviation allemande tire sur les routes, les chemins de fers, les ponts. La population sombre dans la panique et l’effroi. Beaucoup d’habitants de Seny, Abée-Scry, Fraiture et Soheit-Tinlot vont grossir les colonnes de réfugiés. Ils sont épuisés et affamés. Ils circulent à pied, poussant des voitures d’enfants, des brouettes chargées de quelques objets hétéroclites. Des charrettes à chevaux, des automobiles surchargées offrent un spectacle tragique et désolant. Les enfants suivent, les traits tirés, les visages laissent transparaître la peur quand les avions ennemis reviennent pour semer la mort. Les habitants de Ramelot, en une forte majorité, n’évacuent pas.
    Le 28 mai, les troupes ennemies défilent sans arrêt. Le bruit des bottes résonne sur les pavés.
    L’ennemi s’installe et avec lui, de nouvelles règles, notamment celle d’occulter toutes les fenêtres pour empêcher l’armée anglaise de se repérer. Les patrouilles allemandes surveillent chaque soir le respect des mesures. Un couvre-feu est imposé, ainsi que l’heure allemande. Si l’on doit circuler la nuit, il faut une autorisation spéciale de la Kommandatur.
    Au fur et à mesure que les jours passent, les allemands ramènent quelques évacués qui retrouvent leurs maisons pillées ou occupées.
    Les mauvaises nouvelles arrivent :
    René Pire, de Petit-Seny, est mort au combat à Gommegnies en France, le 18 mai à l’âge de 27 ans.
    Ernest Leers a été tué sur la Lys le 26 mai à l’âge de 28 ans.
    Alfred Dossogne, d’Abée, est tué à Tielt à l’âge de 26 ans.
    Louis Demoitié de Fraiture a perdu la vie à Wallers-Trélon (frontière franco-belge) le 17 mai 1940, il était né en 1917.
    Cette terrible guerre ne fait que commencer, des milliers de jeunes vont perdre la vie.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Ocquier, village millénaire. Condr'aujourd'hui septembre 2017 (article 2/2)

    A l'occasion du millénaire du village d'Ocquier, le numéro 12 de "Condr'aujourd'hui" est consacré à cet évènement

    capture ecran 2017-08-25 à 11.30.21.jpg

    Téléchargez ici le Condr'aujourd'hui de septembre 2017

    Vous y trouverez notamment des éléments intéressants de notre histoire locale:

    capture ecran 2017-08-25 à 11.34.13.jpg

    capture ecran 2017-08-25 à 11.33.37.jpg

    Et pour les lecteurs de ce blog, quelques photos originales prises à l'occasion de ce numéro,
    bonne lecture !

    1.jpg

    3.jpg

    2.jpg

     Photos AL pour Condr'aujourd'hui, le 19 juin 2017

  • Ocquier, village millénaire: le programme des manifestations (article 1/2)

    logo-millénaire-Ocquier-300x286.jpgPROGRAMME DES FESTIVITES

    Le dimanche 13 août 2017
    – A 17h à l’église d’Ocquier : Concert de l’orchestre à cordes de l’Université de Liège.

    Les samedi 9 et dimanche 10 septembre 2017
    Dans le cadre des journées du patrimoine : « Le froment, de Vervoz à Stavelot via Ocquier et son église romane ». Visites des sites historiques entre Ocquier et Vervoz en charroi d’époque. Circuit fléché à travers le village d’Ocquier. Visite guidée de la chapelle de Vervoz. A l’église d’Ocquier : exposition et exposés de Mr Christian Thibaut: « Ocquier, mille ans d’histoire » (le sam. à 13h30 et 15h, le dim. à 10h30, 13h30 et 15h) et « Les dalles funéraires, témoignages oubliés du passé » (le sam. et dim. à 14h30).

    MgrDelville-296x300.jpgLe jeudi 14 septembre 2017
    A 20h à l’église d’Ocquier : Conférence de Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège. « Saint Remacle et l’annonce de l’évangile ou comment dompter le loup par la miséricorde ? » Notre évêque nous fera découvrir l’action d’un homme qui annonça l’Evangile dans nos régions autrefois. Même si notre monde actuel est très différent de celui du 7ème siècle, les intuitions de Saint Remacle restent d’actualité.

    Le samedi 14 octobre 2017
    Dans le cadre des Fêtes Septennales de Saint-Remacle à Stavelot, visite de l’abbaye et de la ville de Stavelot.

    Programme : 8h30 : Départ en car à Clavier Station. De 10h00 à 12h00 : Visite du musée historique. De 12h00 à 13h30 : Repas libre. De 13h30 à 15h30 : Visite de la ville de Stavelot en car avec un guide et retour à Clavier vers 17h30. Prix : 35 €/personne. Réservations (max 50 places ): Agnès Paris 085/ 41 24 59 ou 0485/84 73 47.

    Buffet-campagnard.pngLe dimanche 29 octobre 2017
    – A 10h30 à l’église d’Ocquier : Célébration eucharistique du millénaire présidée par le chanoine Eric de Beukelaer et animée par la chorale royale «Concorde» d’Ocquier.
    – Dès 12h à la salle « Loisirs et Culture » d’Ocquier : Buffet campagnard de l’Unité pastorale du Condroz à l’occasion d’«Ocquier, village millénaire». Retrouvons-nous lors d’un apéritif convivial suivi d’un buffet campagnard et d’un dessert.
    P.A.F. : 17 € (8 € pour les enfants de moins de 12 ans). Prix démocratiques pour les boissons.

    Réservation souhaitée pour le 23 octobre au plus tard chez : Marie-Claire Toubeau (085 41 12 10), Marie-Rose Kinet (083 63 34 87), Josy Noiset (085 51 26 46), Josette Paris (0479 41 91 93), Anne-Marie Dedave (085 51 25 31) et Elisabeth Couchard (086 34 42 95).
    Vous pouvez aussi réserver par virement au compte BE88 7326 1605 5741 de l’Unité pastorale du Condroz en indiquant votre nom et le nombre de participants.

    Houben-Froidebise-Duo-300x199.png
    Le samedi 2 décembre 2017

    A 20h à l’église d’Ocquier : Une belle soirée de Noël par Steve Houben et Jean-Pierre Froidebise.

    resonance-300x225.jpgLe vendredi 16 février 2018
    A 20h30 à l’église d’Ocquier : Concert « Résonance ». Création musicale dans l’esprit des trouvères et troubadours par Quentin Dujardin, Samuel Cattiau et Matthieu Sagglio.

    Le samedi 24 mars 2018
    Balade aux flambeaux dans le village d’Ocquier. Son et lumière à l’église. Animations par des comédiens en costumes et participation d’acteurs locaux.

    Une organisation du comité « Ocquier, village millénaire » en partenariat avec le Comité Culturel de Clavier (CCCL), le syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux ( SIVH), le Centre Culturel de l’Arrondissement de Huy (CCAH) avec le soutien de l’Administration communale de Clavier, l’Unité pastorale du Condroz, le Groupement Régional Economique Ourthe-Vesdre-Amblève (GREOVA) et les Tournées Art et Vie.

    Renseignements : 0473 49 70 93 ou 0475 21 26 99.
    facebook-150x150.pngOu sur la page facebook « Ocquier village millénaire »
    Source:http://www.cathocondroz.be/ocquier-village-millenaire/

     

     

  • SIVH et CCATM de Tinlot, appel à votre collaboration pour retrouver des éléments de notre histoire locale

    DSC_0842.jpg

    La Balade Contée au Château de Saint-Vitu en mars dernier

    Dans le dernier Tinlot aux 4 Saisons du mois de juin, la CCATM de Tinlot lançait un appel que nous re publions

    capture ecran 2017-07-21 à 15.04.06.jpg

     Bon à savoir!

    Le SI collabore avec la CCATM de Tinlot

    Depuis septembre dernier, le Syndicat d’Initiative collabore activement avec la CCATM de Tinlot dans le but de sortir une brochure intitulée « Balades villageoises dans la commune de Tinlot » ?
    Le but ? Faire (re)découvrir les villages et le patrimoine bâti et naturel de la commune aux touristes d’ici et d’ailleurs. A travers une balade dans chaque village, les incontournables en matière de belles pierres seront mis à l’honneur par un bref descriptif. Enfin, des liaisons intercommunales permettront aux promeneurs motivés d’effectuer plus de kilomètres en combinant la visite de plusieurs villages.

    Les balades et contenus ont été réalisés par les membres de la CCATM tandis que l’aspect touristique et la conception sont à ce jour en cours de réalisation par le Syndicat d’Initiative. Une belle collaboration qui aboutira en automne prochain avec la sortie de cette riche publication.
    E.K.

  • Scry, 4 jours de fête bien réussies malgré la météo!

    capture ecran 2017-07-26 à 13.52.19.jpg

    C'est un comité de l'Espoir Scrytois heureux qui vous remercie pour votre participation la fête du village!
    "Merci à tous d avoir participé à nos 4 jours de fête (21,22,23 et 24 juillet), ce fut génial, malgré la météo !"

    Voir les photos et les vidéos sur la page facebook de l'Espoir Scrytois.

     

    capture ecran 2017-07-26 à 13.48.01.jpg

    A l'occasion de la fête et de la Commémoration Patriotique, Christiane Auwers a rappelé un fait de guerre devant les personnes présentes au monument aux morts du village:

    Le mardi 6 juin 1944, le jour du débarquement , qui est organisé et exécuté de main de maître sous les ordres du Général américain Eisenhower et du Général anglais Montgomery, permet de percer le redoutable « Mur de l’Atlantique ».
    Après de terribles et sanglants combats, les Alliés foncent sur Paris qui est délivrée le 25 août, et Rouen le 30.
    Le Général Piron, à la tête des combattants belges, libère Honfleur et Deauville.
    Les Allemands commencent à se retirer. L’Armée allemande traverse nos villages avec divers moyens de transport. Les hommes sont nerveux, ils sont harcelés par l’aviation alliée et par les groupes de résistance. Ils sont aux aguets et tirent au moindre problème. A Scry, ils abandonnent un char. Des habitants curieux s’en approchent. Il a été incendié. Des Allemands reviennent et tirent par rafales. Plusieurs civils sont touchés, trois assez gravement.
    Madame Paulus a gardé une balle, qui ne sera jamais extraite, dans la jambe.                                        Le 5 septembre, la première armée américaine du général Hodges entre dans Namur. Les troupes foncent sur nos régions. Les premières « Jeep » arrivent à Scry. Le drapeau belge flotte à la Maison Communale. Le reste de l’entité est toujours occupé. Elle est libérée le 08 septembre 1944.
    La joie est grande, et les drapeaux alliés flottent partout. Les soldats alliés sont reçus triomphalement. Nous ne devons jamais oublier leur combat pour notre liberté.
    Le général George Patton, commandant en chef de la 3e armée américaine, s’arrête à Scry et va se recueillir quelques instants dans l’église du village.
    La guerre n’est malheureusement pas finie.
    Il en faudra, du courage aux alliés, pour arriver à anéantir le joug des allemands et nous offrir la victoire, afin de nous faire jouir d’une inestimable liberté.
    Christiane Auwers, Scry le 23 juillet 2017.

  • Abée. Une commémoration "héroïque" sous l'averse, ce 1er juillet

    capture ecran 2017-07-01 à 18.17.30.jpg

    L'eau tant attendue tout au long du mois de juin est tombée samedi 1er juillet sans discontinuer.

    C'est sous une terrible averse et dans la grisaille qu'une quinzaine de courageux étaient présents samedi en fin de journée pour la commémoration patriotique dans le village d'Abée.

    capture ecran 2017-07-01 à 18.18.38.jpg

    Monsieur d'Aspremont, en haut à gauche, recevra tous les participants après la messe patriotique au château d'Abée.

    Christiane Auwers, la Présidente de la FNC, rappelle ensuite l'historique de la stèle d'Abée:

    "Suite à une initiative de Monsieur Dehossay en association avec les jeunes d’Abée, cette stèle est érigée et inaugurée en juillet 1991 au cœur du village, pour rendre hommage aux Combattants, Prisonniers et Aviateurs tombés sur le territoire d’Abée, le 3 septembre 1942.  Ce monument est le symbole immuable de notre solidarité avec les anciens combattants britanniques .
    Pendant cette guerre 40-45, de nombreux avions Anglais sont touchés par la DCA allemande. Le 8 mai 1945, l’ensemble des pertes aériennes de la Royale Air Force est de 11.968 bombardiers et de 10.061 chasseurs détruits, dont 79.281 personnes manquantes.
    1313282320.jpgDans nos communes, les nuits se passent parfois aux fenêtres car les rugissements des avions sont bruyants. Le Condroz est le théâtre de nombreuses chutes d’avions. Beaucoup de pilotes et membres d’équipage trouvent la mort. Dès qu’un appareil est signalé en difficulté, des patrouilles ennemies circulent et questionnent la population, afin de retrouver les parachutistes.
    Une anecdote un peu cocasse : un Allemand demande dans un mauvais français à une dame âgée s’il n’y a pas « un nouvel arrivé cette nuit ». La dame répond affirmativement. Le soldat se précipite dans l’habitation pour découvrir que le nouvel arrivé est ... un nouveau-né.
    Le 9 mai 1944 à 9 heures du matin, une forteresse volante américaine est prise en chasse par deux chasseurs allemands, elle perd sa cargaison de bombes à Abée et aux alentours. Un bûcheron, Monsieur Marcel Thirion est blessé (il a des doigts sectionnés). Continuant son vol vers Strée, la forteresse occasionne la mort d’un cultivateur Monsieur Lambert Tasia, elle tue plusieurs bêtes dans la prairie de la Belle Botteresse.
    Au printemps 1940, Hitler dans une de ses théâtrales allocutions, promet à son peuple que jamais un avion ennemi ne viendra troubler leur sécurité, en septembre 1944, en deux heures, plus de 60.000 appareils bombardent le Reich. Malheureusement la guerre n’est pas terminée.
    Devant ce monument, ayons une pensée pour tous ceux qui ont perdu la vie lors de cette terrible guerre.
    Merci".

    P1050096.JPG

    Un excellent temps pour les cygnes noirs du château ce 1er juillet

    capture ecran 2017-07-02 à 16.46.03.jpg

    Et étant donné la pluie, la messe patriotique suivie de l'apéritif a été célébrée à l'intérieur du château d'Abée.
    Photos M.P et A.L.

  • Fraiture, les panneaux des promenades touristiques installés devant l'école et devant l'église

    Voici les panneaux des promenades de Fraiture placés début juin sous la chaleur par le service des travaux de la Commune.capture ecran 2017-06-13 à 18.52.58.jpg
    Ces promenades avaient été élaborées, il y a plusieurs années par le Syndicat d'Initiative de Fraiture sous la houlette d'Alain DOFFINY. 
    Grâce à la collaboration du SI de la Vallée du Hoyoux, en voici maintenant la présentation réalisée sur des magnifiques panneaux didactiques.
    Deux panneaux sont placés devant l'école et deux autres identiques en face de l'église. 

    capture ecran 2017-06-13 à 18.52.40.jpgLe premier panneau montre une carte globale des promenades, des conseils et des règles à suivre. Le second montre en détail les 10 promenades proposées par le SI de Fraiture. Ces promenades font référence à la légende du D'Zy et chaque promenade a son commentaire. À remarquer également les beaux nouveaux bacs à fleurs sur la place en face de l'Église.
    Marcel Ponthier

  • De l'ADN de Néandertal à Modave!

    Des fragments d’ADN de Néandertal ont été retrouvés par une équipe de l’ULg dans diverses grottes de la planète, dont le Trou Al’Wesse à Modave. Une avancée majeure qui permet de confirmer le passage de ce cousin de l’Homme moderne.

    1011719366_B9712062452Z.1_20170518200138_000_GUQ93B99A.2-0.jpg

    C’est une sacrée découverte qu’a réalisée une équipe de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig. Cet institut de recherches allemand s’est livré à une vaste analyse de sédiments récoltés suite à des fouilles archéologiques dans des grottes situées en Russie, en Espagne, en France et… à Modave. C’est dans cette dernière, dans la grotte nommée « Trou Al’Wesse », que des traces d’ADN de Néandertal ont été retrouvées.

    Le Trou Al’Wesse, grotte modavienne, appartient à l’entreprise de production et de distribution d’eau, Vivaqua. «  L’ULg vient régulièrement travailler l’été, notamment avec des étudiants  », explique Marie-Eve Deltenre, porte-parole de la société. «  Il s’agit d’un endroit situé à proximité du site de captage. Par conséquent, il n’est pas accessible au public, même aux balades.  »

    Des outils de cette époque (qui remonte a plus de 28.000 ans dans le passé), avaient déjà été retrouvés sur le site modavien. Cette fois-ci, ce sont des équipes dirigées par le Dr Rebecca Miller, collègue aujourd’hui décédée du Dr Veerle Rots, qui ont découvert des fragments d’ADN de Néandertal dans des sédiments.

    «  Concrètement, on a recueilli des sachets de sable et d’argile qui ont été analysés à Leipzig  », continue Dr Veerle Rots. «  Cette méthodologie est bien plus précise, et ne nécessite pas de travailler à partir d’ossements. C’est une nouveauté majeure.  »

    Selon la chercheuse, les fouilles remontent à l’an dernier. La méthodologie basée sur ces sédiments a été présentée lors d’un colloque en septembre. «  À ce moment-là, on a donné les résultats suivant l’extraction de l’ADN d’animaux  », indique-t-elle. «  Mais début mai, l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig a publié une étude qui s’étendait à l’ADN des hommes.  »

    Jérôme Guisse. La Meuse  H-W du 18 mai

    Voir l'article complet: La Meuse numérique

  • Ouffet, un succès bien mérité pour l’exposition photos et cartes postales d’antan (2/2)

    capture ecran 2017-05-02 à 19.57.19.jpgVoici la deuxième partie  de l'article concernant l’exposition photos et cartes postales d’antan organisée à Ouffet avec les photos du vernissage et quelques autres prises de vue des éléments exposés. Les commentaires et les photos sont de Marcel Ponthier (Fraiture)

    Voir l'article précédant sur ce blog

     

    capture ecran 2017-05-02 à 19.59.53.jpg

    Le vendredi 21 avril, en début de soirée, une quarantaine de personnes étaient présentes dans la salle du Conseil d'Ouffet pour le vernissage et la présentation du travail des "Passeurs de mémoire".
    C'est avec un plaisir non dissimulé que l'on a pu parcourir les panneaux montrant anciennes photos et cartes postales des trois villages: Ouffet, Warzée et Ellemelle.
    Après les discours de circonstance de la Bourgmestre et de l'Échevine, Renée Lardot, un membre des passeurs de mémoire a pris la parole au nom du groupe. Le verre de l'amitié a été servi ensuite aux participants qui ont pu se faire expliquer certains faits représentés sur les panneaux.
    Une toute bonne ambiance et l'occasion de découvrir des choses anciennes qui ne sont plus. Encore bravo pour cette initiative.
    M.P.

    capture ecran 2017-05-02 à 20.03.55.jpg

    capture ecran 2017-05-02 à 20.08.08.jpg

     

  • Ouffet, un succès bien mérité pour l’exposition photos et cartes postales d’antan (1/2)

     
    Le projet
    Il y a un an, le conseil communal consultatif des aînés initie la démarche "Passeurs de mémoire d’Ouffet". Ce groupe propose aux surfeurs curieux de WikiHuy de découvrir, au long des pages du site, la vie du siècle passé. C’est ce siècle qui a forgé la cohésion sociale des habitants, après avoir puisé sa sève dans les derniers lustres du XIXe.  
     600px-DSC00513.15P.WH.jpg
     
    Au travers des témoignages des Anciens, de la description audio-visuelle des situations et des anecdotes racontant les épisodes fondamentaux qui ont constitué le patrimoine humain et le tissu social des trois villages de la Commune, les Passeurs de Mémoire d'Ouffet souhaitent apporter un éclairage contributif, révélateur des activités menées et des valeurs initiées hier pour aujourd’hui en visant déjà demain.
    A découvrir sur:   Passeurs de mémoire d'Ouffet : Patrimoine et Histoire

    capture ecran 2017-04-30 à 10.39.27.jpg

    capture ecran 2017-04-30 à 10.42.24.jpg

    Le groupe constitué s’est ensuite fixé comme objectif l’exposition du week-end dernier qui a rassemblé plus de 400 photos et cartes postales représentant la vie d’antan à Ouffet, Warzée et Ellemelle. « C’est un travail de titan qui a été réalisé », explique Mariette Henry, du groupe organisateur. « Il a fallu récolter les photos et les anciennes cartes postales, les trier, les classer par village et par rue.  Mais auparavent il fallait surtout les retravailler et les numériser, le résultat est magnifique, c’est l’œuvre de Paul Gillet ».  Après plus d’une semaine de préparation, le week-end a réuni plus de 300 spectateurs, « un succès inattendu avec surtout beaucoup de moments de retrouvailles et d’émotion » poursuit Mariette.

    capture ecran 2017-04-30 à 10.41.40.jpg

    « Toutes les personnes étaient sous le charme devant tant de souvenirs du passé réunis en un seul endroit », raconte de son côté le Tinlotois Régis Hubin qui nous a transmis ces quelques photos.
     
    Les enfants des écoles
    En début de semaine ce sont ensuite les élèves des écoles (l’Athénée, Warzée, St Joseph qui  ont découvert les éléments de leur histoire ou de leur environnement actuel.
    Et la suite
    Les panneaux de l’exposition devraient ressortir en septembre pour l’activité « Place aux enfants », et quant à la suite, il y en aura une mais pour l’instant nous devons d’accord récupérer un peu, avoue Mariette Henry ! A suivre donc…
    Un deuxième article sera publié prochainement sur cette manifestation

    capture ecran 2017-04-30 à 10.19.34.jpg

    Dans le passé, la place actuelle, avec le monument aux morts, était un étang.

    capture ecran 2017-04-30 à 10.36.51.jpg