Humour

  • Cherchez l'erreur !

    chercher l'erreur.jpg

    Un pilote de la Patrouille de France s'est fait remarquer lors de l'ouverture des cérémonies du 14 juillet. Un peu avant, ce sont deux motards qui s'étaient  percutés juste devant la tribune présidentielle.
    Article complet dans 7dimanche.

  • Le Grand Cactus a Soheit-Tinlot !

    capture ecran 2018-05-26 à 16.58.28.jpg

    Le Grand Cactus du 25 mai, le dernier de la saison, était à Tinlot avec le Micro-Terroir de Freddy Tougaux. Cette séquence "dégantée" avait pour objet le village suédois du groupe Abba (cadabra), confondu avec Soheit et Abée!

    A regarder sur Auvio. Le Micro-Terroir de Freddy Tougaux à Soheit, https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-micro-terroir-de-freddy-tougaux-a-soheit?id=2353486

  • Tinlot. Pas de miracle pour le financement de Tihange-Tinlot-Ochain! ... Poisson d'avril

    Vous avez été nombreux à commenter et à réagir à notre poisson d'avril à propos de la liaison Tihange-Tinlot, à Clavier, Modave et Tinlot !
    C'était l'occasion de rêver un peu... "Soyons réalistes, exigeons l'impossible" (mai 68)

    capture ecran 2018-04-01 à 20.24.44.jpg

  • Condroz. L’Euromillion au secours du financement de la liaison Tihange-Tinlot-Ochain !

    DSC_8359.jpgA Soheit-Tinlot, la liaison Tihange-Tinlot doit aboutir au Pont sur la route du Condroz. Celui-ci sera remplacé par un grand rond-point, explique la Bourgmestre condrusienne.

    La Bourgmestre de Tinlot, Cilou Louviaux avait annoncé dès 2012 qu’elle ne se représenterait plus aux élections communales de 2018 après 18 de mayorat. Son grand regret, avait-elle annoncé dans la presse, était de ne pas voir aboutir la liaison Tihange-Tinlot, liaison si importante pour le Condroz, et en chantier depuis près de 40 ans maintenant. Même si les projets de ronds-points sur la route du Condroz qui doivent permettre la jonction de la liaison avec la N63 avancent bien, on n’aperçoit toujours pas le bout du tunnel ! Que du contraire (voir l’article sur ce blog:"un feuilleton surréaliste").
    La Bourgmestre a donc décidé de jouer le tout pour le tout ! Elle a proposé au collège tinlotois d’organiser « une cagnotte participative » dans la commune afin de jouer chaque semaine à l’Euromillion. "Nous aurions peut-être une chance d’obtenir ainsi le financement qui fait cruellement défaut actuellement" explique-t-elle.
    "Concrètement, les Tinlotois pourrons participer à raison de 50 cents, voire un euro par semaine. Un comité sera mis en place à cet effet au sein du service des travaux et, si les subsides prévus du SPW devaient se débloquer, les sommes recueillies seraient affectées aux voiries" conclut la Bourgmestre. Cela devrait susciter des vocations pour le prochain poste d’échevin des travaux.
    Du côté modavien, où le chantier est toujours en cours, on trouve le projet "scandaleusement OSé" ! Mais pourquoi pas ?
    Le collège de Modave avancerait une autre idée pour venir en aide financièrement à la finalisation du projet. Grâce à son éolienne citoyenne, qui sera mise en service dans quelques semaines, il pourrait peut-être fournir l'énergie nécessaire à la Wallonie, pour accélérer la fin des travaux.
    Tihange-Tinlot-Ochain
    Si d'autres financements s'avéraient possibles, le Bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois,  se dit intéressé: "Pourquoi ne pas utiliser les excédents budgétaires pour aménager une bande de circulation réservée aux tracteurs, aux engins agricoles, et aux cyclistes "?
    Cela permettrait d'alimenter la nouvelle unité de bio-méthanisation d'Ochain par des agriculteurs hesbignons et peut-être même limbourgeois!
    Sur un plan plus politique, le maïeur claviérois ajoute également qu'il apporte tout son soutien aux projets qui pourraient améliorer l'autonomie et l'indépendance des communes condrusiennes !

  • Insolite, un four à micro-ondes pour faire office de radar répressif !

    C’est une situation plutôt cocasse que l’on peut retrouver sur la chaussée de Waremme à Huy. Un individu, dont l’identité est inconnue, a placé derrière un panneau de signalisation, à hauteur d’un poteau électrique, un radar plutôt original.
    Et pour cause, afin d’imiter l’aspect d’un radar classique, l’auteur a utilisé un four à micro-ondes ! Il n’est certes pas en fonction, mais l’illusion est presque trompeuse. Et n’essayez pas d’y faire cuire quoique ce soit, ce leurre n’est relié à aucun courant.
    Le bouton du milieu a été remplacé par une lampe faisant office de flasheuse.
    Un sacré leurre qui a fait rire et réagir plus d’un internaute sur les réseaux sociaux. Voir l'article complet dans la Meuse digitale.

  • Poissson d'avril ! Pas de seconde vie pour les déchets tinlotois

    Un poisson d’avril est une plaisanterie, voire un canular, que l’on fait le 1er avril à ses connaissances, à ses amis et sa famille. Il est aussi de coutume de faire des canulars dans les médias, aussi bien presse écrite, radio, télévision que sur Internet.

    Pour les enfants, il consiste à accrocher un poisson de papier dans le dos des personnes dont on veut se gausser. « Poisson d’avril ! » est aussi l’exclamation que l’on pousse une fois qu’une des plaisanteries est découverte.

    Les origines du poisson d'avril restent obscures mais la tradition festive de personnes qui sont l'objet de farces ou de satires existe dans plusieurs cultures depuis l'Antiquité et le Moyen Âge : fêtes religieuses romaines des Hilaria célébrées le 25 mars ; la Holi, fête des couleurs hindouiste ; Sizdah bedar, fête persane ; Pourim, fête juive ; fête des Fous médiévale en Europe. (Voir les différentes hypothèses sur Wikipédia)

    Cette coutume de faire des plaisanteries s’est répandue dans de nombreux pays, bien que le poisson ne se soit pas toujours exporté en même temps :

    Tinlot. Les poissons d'avril des années précédentes sur ce blog:
    2013. Une chouette rarissime découverte et photographiée à Fraiture
    Poisson d'avril 2014
    2015. Mesures de sécurité: bientôt des drones pour la police du Condroz et à Tinlot

    2016. Le poisson était dans le château d'eau !

    et pour cette année,  le grand nettoyage de printemps avec les photos des déchets récoltés au bord de nos routes ont servi de base pour le poisson 2017
    Voir l'article
     capture ecran 2017-03-30 à 21.23.52.jpg

     

  • Tinlot, appel aux artistes et aux amateurs pour "valoriser" les déchets sauvages après le grand nettoyage de printemps

    capture ecran 2017-03-30 à 21.23.52.jpg

    Après le grand nettoyage de printemps du dernier week-end, à propos duquel il faut saluer le travail de tous les bénévoles, il faut revenir sur le revers de la médaille, avec toujours le même constat chaque année: le dégoût pour ces comportements inciviques, mais surtout le "comment changer les choses pour susciter une prise de conscience un peu plus respectueuse de notre espace public"?

    L'idée est donc venue chez des participants de rassembler tous ces objets hétéroclites et d'en faire une composition artistique qui serait placée à l'entrée de la commune. L'objectif étant de dissuader les automobilistes, cyclistes, et autres  d'abandonner leurs déchets en bordure de nos routes.

    L'échevine de l'environnement, cheville ouvrière de l'opération BEWAP relaye ce projet et lance un appel à tous les "créatifs" de notre commune pour réaliser une oeuvre collective à partir de ces matériaux.
    "Rien qu'à partir des cannettes abandonnées un peu partout, on pourrait déjà imaginer pas mal de choses. On pourrait également réaliser une oeuvre suffisamment horrible que pour dégoûter les pollueurs, tout est possible, il faut faire appel à l'imagination des Tinlotois".

    capture ecran 2017-03-30 à 21.28.37.jpg

    Christine Guyot, l'échevine tinlotoise en charge de la culture

    Appel à tous les citoyens. Les objets bizarres ou particuliers qui seraient encore trouvés au bord de routes dans les prochaines semaines, peuvent être apportés devant la maison communale.

    Quant à l'endroit choisi  pour exposer ce travail, il devrait se situer à l'une des entrées importante de la commune. L'idéal serait le futur rond-point qui doit remplacer le pont actuel qui enjambe la route du Condroz. Mais depuis le temps qu'on en parle, cela relève du monstre du Loch Ness !

  • Le poisson était dans le château d'eau !

    capture ecran 2016-04-01 à 20.27.32.jpgLe château d'eau de Soheit-Tinlot, est bel et bien hors d'usage depuis un moment et rien n'est encore prévu pour la suite.
    Tous les nouveaux projets évoqués relèvent donc bien du poisson d'avril de ce vendredi (voir l'article), quoique ... cela peut aussi donner des idées en lisant certaines suggestions dans les commentaires.

    Un poisson d'avril qui se voulait aussi un clin d'oeil au blog de notre ami Fred l'apiculteur (Fred Calmant de Fraiture), qui nous partage magnifiquement toutes ses découvertes et son travail "nature" au fil des saisons. (voir le site)

  • Quelle affectation pour l’ancien château d’eau de Soheit-Tinlot ? Une nouvelle antenne du Syndicat d’Initiative ou … un rucher?

    4098703541.3.jpgSuite à la construction par la Cile de la nouvelle conduite d’eauentre Modave et Warzée, le château d’eau de Soheit-Tinlot est hors d’usage. Un bâtiment encombrant pour la Cile qui pourrait le céder à la commune de Tinlot, à charge pour elle alors de l’entretenir et de lui trouver une nouvelle utilité!
    Le débat est donc lancé et chacun sait que les Tinlotois ne manquent pas ni d’idées ni de projets (participatifs).  
    La première piste envisagée est l’aménagement dans le bâtiment d’une nouvelle antenne du "Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux et de la Bonne" maintenant que Tinlot en fait partie. La Bonne qui prend sa source à Fraiture et traverse Tinlot se jette dans le Hoyoux au Pont de Bonne.
    Dans cet esprit, une nouvelle "Terrasse du Soleil tinlotoise" avec vue panoramique sur la route du Condroz pourrait être envisagée par "La Glace Timbrée de Seny" tout en sachant que "Capoue" voisin du SIVH au Pont-de-Bonne est également à l’étroit dans ses installations.
    La partie du château d’eau, bien visible de la route du Condroz, serait réservée à l’affichage touristique et aux sponsors, l’autre façade rue Malplaquaye intéresse fortement les sportifs tinlotois de l’escalade qui se verraient ainsi dotés d’une infrastructure extérieure (terrain d’aventure, tyroliennes etc..) en complément du mur d’escalade actuel à la salle la Tinlotoise. Mais bien évidemment, tout cela est question de budget mais aussi de normes de sécurité, ce qui n’est jamais évident.
    C’est ainsi qu’une seconde piste est maintenant à l’étude. Elle serait beaucoup moins coûteuse et très écologique.

    capture ecran 2016-03-31 à 15.10.36.jpg

    Il s'agit de Fred l’apiculteur de Fraiture qui pourrait utiliser le bâtiment pour y placer ses nombreuses ruches. Avec 300 kg de miel produit par an et l’expertise qu’on lui connait, il pourrait aussi développer un rucher pédagogique pour initier les futurs apiculteurs. Il envisagerait même un observatoire de la nature condrusienne accessible notamment à tous les utilisateurs du four à pains et de l’espace intergénérationnel  situés juste à côté. "Des ruches dans un château d’eau, c’est une belle opportunité explique-t-il, c’est même l’endroit rêvé pour les abeilles. Les fenêtres vitrées et les orifices d’aération  sur toute la hauteur du château permettent aux abeilles un accès permanent à leurs ruches à l’abri des intempéries et des prédateurs.
    Le seul problème est de vérifier les interférences des ondes entre les abeilles et les antennes de téléphonie mobile placées sur l’édifice. "Mais je crains plus des bourdonnements dans les gsm que des perturbations chez les abeilles," précise-t-il en souriant !.
    Quant à la proximité de la route du Condroz, l’interdiction des pesticides pour le désherbage permet de récupérer des espaces importants pour le butinage "si le projet se réalise, mes prochains pots de miel porteront le label - Miel N63 - (comme nationale 63)".

    capture ecran 2016-03-31 à 15.12.07.jpg

    Quant à l’observatoire de la nature, il devrait aussi permettre aux Jeunes Naturalistes du Condroz d’aménager une partie du dernier étage pour les chouettes et les cigognes qui affectionnent particulièrement l’endroit. De plus les hiboux et chouettes de Fraiture pourraient y trouver refuge. Ils y seraient transférés début juin avant les matchs de l’Euro retransmis sur la place de l’église juste en dessous de leurs nichoirs actuels.
    Mais le projet de Fred, à partir du toit du château d’eau, vise également l’observation des batraciens et des tritons !  En effet, poursuit-il, "lors de l’aménagement du futur rond point, en remplacement du pont de Soheit-Tinlot, il faudra prévoir une traversée de la route du Condroz pour ces animaux (en espérant que cela ne retarde pas encore les travaux bien sûr)! Il s’agit donc de bien observer leurs parcours dès maintenant et d’entamer les discussions avec le SPW " ! A suivre.
    Plus d’infos sur Fred l’apiculteur
    Illustrations reprises sur http://blog.exometeofraiture.net/

  • Tinlot, drones pour la police: quand la réalité rattrape la fiction !

    Lors du 1er avril 2015, nous avions imaginé que la police du Condroz allait s'équiper de drones pour surveiller la route du Condroz à Tinlot.
    Moins d'un an après, ce poisson d'avril est devenu réalité dans la zone de police voisine ! Il faudra donc faire attention au prochain poisson d'avril 2016...

    "Le poste de police de Tinlot, situé à côté de la route du Condroz sera prochainement équipé de deux drones pour une expérience de surveillance de la nationale 63 par caméra mobile. Ces petits appareils équipés d'une caméra infrarouge et d'un GPS seront utilisés pour le contrôle du trafic, mais surtout pour le suivi des véhicules suspects.

    capture ecran 2015-03-30 à 18.27.09.jpg
    Il faut faire évoluer les techniques!

    C'est un des agents de proximité de Tinlot, Christophe Piret (photo de gauche), qui s'est exercé au maniement de l'engin et à la gestion informatique des données recueillies. "Un drone coûte entre 250 € et 2.500 € selon la qualité de l'équipement. C'est sans comparaison avec le coût d'un hélicoptère pour des missions d'observation. Lors des vagues de cambriolages qui ont nécessité des chiens et des poursuites à travers champs, ces appareils auraient déjà pu être d'une grande utilité. Il faut savoir aussi qu'ils peuvent livrer rapidement du petit matériel (jusqu'au poids équivalent à un gilet pare-balle) ou des documents urgents. Le seul problème qui empêchait leur utilisation jusqu'à présent était les procédures à mettre en place pour le respect de la vie privée.
    La solution trouvée au niveau du Condroz est expliquée par Philippe Dubois, le Président en exercice de la zone de police: " les bourgmestres des communes concernées devront se former au maniements et aux logiciels utilisés afin d'autoriser et d'évaluer les différentes missions sur leur commune, pas question de laisser transporter ou de filmer n'importe quoi"!.
    (voir l'article complet du poisson d'avril 2015)

    La zone de police Seraing-Neupré achète un drone

    C’est une première belge et c’est à la zone de police Seraing-Neupré que ça se passe. La police locale fera prochainement l’acquisition d’un drone, pour épauler les policiers dans certaines de leurs missions. Quatre policiers seront formés à son utilisation.

    capture ecran 2016-02-25 à 11.09.52.jpg

    « Les malfrats s’adaptent aux nouvelles technologies, notre volonté était d’en faire de même. » Alain Mathot, bourgmestre de Seraing, n’était pas peu fier ce lundi matin lorsqu’il a présenté la future acquisition de la police de Seraing-Neupré. La zone se dote effectivement… d’un drone! La police fédérale vient d’en acheter un premier, la police de Limbourg utilise une machine d’une société privée, mais Seraing-Neupré est la première zone a en faire l’achat sur fonds propres. L’investissement, à hauteur de 5.000 euros, devait être voté hier soir au conseil de police. « Le marché va ensuite être lancé, et dans les 3 ou 4 mois, le drone devrait être notre propriété », poursuit le bourgmestre et président de la zone de police.

    « Quatre policiers seront formés », poursuit Yves Hendrix, chef de zone. « La formation portera sur la manipulation technique de la machine, mais également sur un rappel à la loi relatif à la vie privée. » Car dans l’attente de la rédaction de l’arrêté royal attendu par de nombreux passionnés, un flou juridique entoure encore l’utilisation des drones. « Il s’agira d’une utilisation démocratique pour la protection du citoyen », poursuit le chef de corps. « L’accès au matériel ne sera pas ouvert à tout qui veut, mais bien aux quatre policiers formés, et dans le cadre des opérations. » Les missions pendant lesquelles le drone pourra prêter main-forte aux policiers serésiens sont multiples. « La surveillance des manifestations, la recherche de disparus, l’intervention sur des sites SEVESO, sur des accidents de la route, ou encore un appui opérationnel en cas de perquisition », énumère le bourgmestre. 
    A M (La Meuse du 24 février)

    Plus rapide et plus précis qu’un hélico grâce à son GPS et à sa caméra embarquée, le drone a néanmoins un inconvénient: il est dépendant des conditions climatiques. Qu’à cela ne tienne, la zone de police fait cette première acquisition en guise de test grandeur nature. D’autres drones pourraient venir compléter la «collection» de la police, en fonction des différentes technologies utiles à la zone. A M (La Meuse du 24 février)

    Voir également le reportage de RTC