Tinlot - Page 3

  • Tinlot: un boîtier d’alarme anti-intrusion prend feu

    capture ecran 2018-08-07 à 12.26.23.jpg

    Dimanche dernier vers 16h, une maison unifamiliale a vu son boîtier d’alarme anti-intrusion prendre feu dans la rue de Moulin. Situé en hauteur sur l’une des façades, le boîtier a dégagé de la fumée noire et des flammes qui ont fait chauffer le dessous de la corniche. Le feu a rapidement été maîtrisé par les pompiers de la zone HeMeCo. Sur place étaient présents une autopompe, un camion-citerne, un véhicule officier et un camion-échelle de Hamoir.
    Article de Jérôme Guisse à lire dans la Meuse du 6 août. Photo d'illustration.

  • Le Tinlotois Alain Vaessen sur la RTBF à propos de la dégressivité accélérée des allocations chômage

    capture ecran 2018-08-03 à 18.56.21.jpg

    La dégressivité accélérée des allocations chômage inquiète les CPAS

    Le gouvernement fédéral a présenté le 24 juillet dernier son "accord pour l'emploi". Parmi les différentes mesures, une nouvelle réforme du chômage. Elle prévoit notamment une dégressivité accélérée des allocations pour la deuxième période d'inactivité : pour favoriser la recherche d'un emploi, une personne licenciée recevrait des allocations plus élevées dans un premier temps, et la baisse de celles-ci vers un montant forfaitaire serait ensuite plus rapide.
    Cette dégressivité accélérée inquiète particulièrement les CPAS. "Quelle va être sa durée ? Quelle va être son intensité ? Nous attendons donc des réponses" s'interroge ce jeudi Alain Vaessen, le directeur général à la fédération des CPAS, invité du Plus de Matin première.
    ...Le nombre de personnes aidées par les CPAS a augmenté de 27% ces cinq dernières années. Les centres publics craignent que cette mesure n'augmente encore ce chiffre.
    Les chômeurs qui pourraient être touchés par cette dégressivité accélérée seraient éventuellement amenés à demander une aide complémentaire au CPAS s’ils ont moins qu’aujourd’hui. C’est donc particulièrement important.
    Alain Vaessen rappelle : "C’est d’autant plus important qu’aujourd’hui, les allocations de chômage et les allocations sociales de façon plus générale, qu’elles soient au niveau du chômage ou des CPAS, se situent déjà en dessous du seuil de pauvreté". Voir la suite et l'interview complète en vidéo sur Matin Première

  • Énorme succès pour les smartphones pour seniors

    capture ecran 2018-07-29 à 17.43.52.jpg

    Les adaptations pour les aînés:
    - Des caractères et icônes plus grands

    - Une fonction SOS qui appelle des contacts préenregistrés
    - Des touches plus larges
    - Un volume sonore plus important

    - Un socle de chargement pour faciliter la remise à 100% de la batterie

    C’est LE marché qui a le vent en poupe en Belgique. Les smartphones adaptés aux seniors n’ont jamais connu tel succès. « C’est du jamais-vu. Ces GSM sont régulièrement demandés et l’intérêt ne cesse d’augmenter d’année en année. Mais cet été, il y a un véritable rush sur ces smartphones. Certains modèles doivent même être commandés car on ne s’attendait pas à un tel souhait », explique Benoît, un vendeur en téléphonie.

    ENVOYER UN SOS
    « Sachant que les plus de 65 ans représentent aujourd’hui près de 20 % de la population, on s’attend ces prochaines années à voir de nouveaux modèles arriver. Le marché devrait connaître une croissance folle », continue-t-il. Les raisons évoquées par les clients pour l’achat de tels smartphones sont aussi diverses que variées. Joindre facilement ses aînés durant ses vacances à l’étranger, utiliser des applications de messagerie instantanée, avoir un objet rassurant en cas de problèmes lors des promenades à l’extérieur, pallier l’absence de téléphones fixes
    dans certains hôpitaux, éviter de passer par la centrale des maisons de repos, géolocaliser les personnes souffrant d’Alzheimer…
    « L’idée et l’achat viennent d’ailleurs rarement des seniors. C’est souvent un membre de sa famille proche qui prend cette initiative.

    Rapport qualité-prix: « Emporia Smart est le meilleur »
    S’il existe une petite dizaine de téléphones pour seniors sur le marché belge, les marques ne disent souvent pas grand-chose aux clients. « Ils viennent en demandant un Samsung ou un Apple. Mais aucune grande marque ne s'est encore lancée dans l’aventure. Vu le boom de la demande, cela ne va pas tarder », nous explique Yohan. Comme 17 des 20 vendeurs contactés, ils conseillent d’acheter le « Emporia Smart 2 ».
    « C’est vraiment le meilleur au niveau rapport qualité-prix.
    À 199 euros, il est un des smartphones les moins chers car les tarifs varient entre 150 et 300 euros.
    A.VLT. Lire la suite et l'article complet dans la Meuse du 18 juillet

  • La politique agricole commune, une aide européenne de moins en moins solidaire

    capture ecran 2018-08-02 à 17.24.41.jpg

    Un dossier intéressant et bien présenté à découvrir  sur le site de la RTBF concernant la politique agricole.
    Cliquez ici

    capture ecran 2018-08-02 à 17.28.45.jpg

     

  • Condroz. Les annonces paroissiales du 11 au 17 août 2018

    Actualité
    Peine de mort: le pape modifie le catéchisme de l’Eglise catholique
    L’Eglise lève toutes les ambiguïtés sur son rapport à la peine de mort. Conformément au vif souhait exprimé par le , la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a procédé à la modification de l’article 2267 du Catéchisme de l’Eglise catholique, qui stipule donc désormais le rejet total de cette pratique jugée contraire à la dignité humaine.
    capture ecran 2018-08-07 à 23.26.55.jpgDans sa première version datant de 1992, puis dans sa version corrigée de 1998, le Catéchisme de l’Eglise catholique tolérait le recours à la peine de mort « en cas d’absolue nécessité« . Cette prise de position, défendue et assumée dans le passé par plusieurs papes, s’expliquait au regard d’une « situation politique et sociale qui faisait de cette peine un instrument acceptable en vue de la sauvegarde du bien commun«.
    La dignité de la personne
    La nouvelle formulation qui sera inscrite dans le Catéchisme affirme que « la suppression de la vie d’un criminel, comme punition d’un délit, est inadmissible parce qu’elle attente à la dignité de la personne, laquelle n’est pas perdue même après des crimes très graves« . De plus, « étant donné que la société actuelle dispose de systèmes de détention plus efficaces, la peine de mort n’est plus nécessaire pour protéger les personnes innocentes« . Il n’en demeure pas moins que « l’autorité publique a le devoir de défendre la vie des citoyens« , comme le magistère l’a maintes fois répété au long des âges.
    Cette nouvelle formulation, approuvée par le pape François, est entrée en vigueur ce mercredi 1er août 2018.
    Lire la suite sur Cathobel
    Les célébrations  du week-end et du 15 août (Assomption)
    Samedi 11 août

    18h00 Fraiture
    18h00 Vien
    Dimanche 12 août
    09h00 Ouffet
    09h00 Warzée
    10h30 Ocquier
    10h30 Tinlot (+ bapt. pdt la messe)
    11h00 Fraiture
    (clinique) : ADAP.
    Mercredi 15 août (Assomption)
    09h00 Ouffet (presbytère)

    09h30 Villers-le-Temple (Mannehay)
    10h00 Béemont (grotte)
    11h00 Fraiture (clinique)
    11h00 Les Avins (église)
    11h30 Tavier (chapelle)
    UP_LOG_VERT_ORANGE copie.jpgLes brèves
    Nous accueillerons dans la joie du baptême :
    Le dim. 12 août à 10h30 (pdt la messe) à l’église de Tinlot : Benjamyne LEROY.
    À l’église d’Ocquier : Lowis THESIAS.
    Le dim. 12 août à 14h à l’église de Vien : Rowan MESTRE.
    La collecte du 15 août est organisée au profit de Caritas. L’antenne liégeoise soutient plus de 40 associations actives dans l’aide sociale
    Les intentions de messes dans l'unité pastorale du 11 au 17 août 2018 (voir ci-dessous)

     

    Lire la suite

  • Escroc au bout du fil ? Sachez le reconnaître !

    capture ecran 2018-08-02 à 17.13.08.jpg

    Liste des télévendeurs peu fiables sur le site web du SPF Economie

    Vous avez reçu une offre alléchante par téléphone, mais vous ne savez pas précisément qui vous a appelé ni combien cela va vous coûter… Vous avez très probablement été contacté par un escroc.
    De nombreux consommateurs sont contactés par des télévendeurs peu fiables. En 2017, plus de 5.400 appels trompeurs ont été signalés au SPF Economie, soit une quinzaine par jour. Ils constituaient également un cinquième des plaintes reçues par le Centre Européen des Consommateurs cette même année.

    Quatre astuces pour reconnaître un escroc au téléphone

    1. Le télévendeur se présente-t-il ? Dès le début de la conversation, le télévendeur est tenu de décliner son identité et de préciser pour quelle entreprise il appelle. Il doit également signaler que la conversation téléphonique vise à vendre un produit ou un service.
    2. L’offre du télévendeur est-elle claire ? Si le vendeur communique peu de détails sur les caractéristiques, le prix ou la durée du contrat, demandez-lui davantage d’informations. Les appels trompeurs se font surtout pour des bons de réduction, des offres ou échantillons d’essai gratuits.
    3. Le télévendeur travaille-t-il pour une entreprise qui a déjà fait l’objet de signalements ? Vérifiez le nom de l’entreprise qui vous appelle sur la liste des entreprises au sujet desquelles le SPF Economie et le Centre Européen des Consommateurs ont déjà reçu des signalements. Soyez extrêmement prudent quant aux offres d’entreprises se trouvant sur cette liste. Et même si l’entreprise n’y figure pas, restez vigilant : les escrocs changent fréquemment de nom.
    4. Avez-vous reçu une confirmation écrite ? Les télévendeurs sont tenus de vous envoyer un e-mail ou une lettre de confirmation. Sur ce document doivent figurer clairement toutes les informations concernant l’offre et votre droit de renoncer à l'achat. Si vous n’êtes pas intéressé par l’offre, signifiez-le immédiatement ! Attention : l’e-mail de confirmation arrive parfois dans votre dossier de courriers indésirables. Si vous avez eu récemment un télévendeur à l'appareil, vérifiez ce dossier.

    Avez-vous reçu un appel suspect ? Signalez-le au SPF Economie via pointdecontact.belgique.be ou au Centre Européen des Consommateurs lorsque l’entreprise qui vous appelle se trouve dans un autre pays de l’UE.

    Plus d'info et des conseils sur le site web "Escrocs au bout du fil"

    "Escrocs au bout du fil" est une campagne de sensibilisation du SPF Economie, du Centre Européen des Consommateurs, de contactcentres.be et de l'ASBL DNCM (la liste "Ne m'appelez plus").
    Voir le site

  • La destruction de nids d'hirondelle peut coûter très cher !

    capture ecran 2018-08-03 à 15.42.22.jpg

    L’ASBL Association de gestion des domaines touristiques du vallon de la Lembrée, responsable du château de Harzé, a été condamnée en juin dernier à une amende de plusieurs milliers d’euros pour des destructions de nids d’hirondelle, se félicite la Ligue royale belge pour la protection des oiseaux, à l’origine de la plainte.
    Outre une indemnisation pour le dommage moral causé à la nature, l’ASBL de gestion des domaines touristiques du vallon de la Lembrée a écopé, pour la destruction de 24 nids, de 2.400 euros d’amende ferme et de 9.600 euros avec un sursis de trois ans.
    La Ligue, qui dit avoir encore déploré la destruction d’une quinzaine de nids d’hirondelles sur la façade de l’hôtel de ville de Verviers ainsi que sur celle d’un café à Lambermont, «espère que cette condamnation servira d’exemple dissuasif et donnera le signal de sanctions plus lourdes contre les atteintes à la faune sauvage». «Il est sidérant de constater que les acteurs de ces destructions tantôt ignorent, tantôt dédaignent le déclin désastreux des populations d’hirondelles», conclut l’association de protection des oiseaux.
    (La Meuse du 3 août)
    Il existe pourtant des alternatives et des solutions à ces situations. Voir à ce sujet un article de Fred l'apiculteur à Fraiture (photo ci-dessus)

  • Le feu d’artifice du 15 août sera tiré du pont de l’Europe. Les pompiers redoutent des incendies au Fort

    capture ecran 2018-08-02 à 20.59.01.jpg

    Entouré du bois du mont Picard, le site du Fort de Huy est un endroit magnifique. Mais aussi vulnérable.
    Chaque année, lors du tir du feu d’artifice du 15 août, les pompiers sont d’ailleurs systématiquement présents avec des lances d’incendie pour intervenir au cas où. La sécheresse de ces dernières semaines a encore accentué ce risque d’incendie. «Il n’a plus plu depuis 5 semaines et on n’annonce pas de pluie d’ici 15 jours. Les sous-bois sont très secs. Au cours du feu d’artifice, des petites flammèches peuvent tomber n’importe où. Même les arbres pourraient prendre feu. Par le passé, nous avons d’ailleurs déjà eu des débuts d’incendie », reconnaît Éric Dosogne, bourgmestre faisant fonction.
    Un risque accru que la zone HeMeCo ne veut pas prendre. Il y a 5 jours, après une visite des lieux, elle a remis un avis négatif.
    ALTERNATIVES AU FORT
    Ce mardi matin, pompiers, artificiers, techniciens et ville de Huy se revoyaient au sein de la cellule communale de sécurité. Objectif : voir dans quelle mesure l’activité pouvait être maintenue. La veille, le bourgmestre ff Eric Dosogne avait toutefois clairement laissé entendre qu’il entendait perpétuer la tradition, «pour autant que toutes les conditions de sécurité soient réunies. »
    Au cours de la réunion de ce mardi, plusieurs alternatives au Fort ont été étudiées. Parmi les sites de tir potentiels qui ont été étudiés : le pont du chemin de fer, non loin du Fort. «Il y a quelques années, lorsque nous avions fait venir le Trans-Europ-Express, nous avions tiré le feu d’artifice du 15 août depuis ce pont ».
    Jugé trop proche des bois du Mont Picard, le site n’a néanmoins pas été retenu.
    Le pont Baudouin a également été envisagé. Mais finalement, c’est la formule du Pont de l’Europe, à l’arrière du complexe cinématographique Kihuy qui a été retenue, «sous réserve de l’analyse de risques, pour les spectateurs, les riverains et en ce qui concerne la mobilité, précise Eric Dosogne. Elle sera effectuée par la zone de Police de Huy.
    Lire la suite dans La Meuse H-W du 1/8

    capture ecran 2018-08-04 à 18.20.06.jpg

  • Le programme du 15 août en Outremeuse

    capture ecran 2018-08-02 à 21.17.48.jpg

    A l’approche de la date tant attendue, il est temps de révéler le programme des festivités, ainsi que les nouveautés: des concerts, de nouveaux costumes pour Tchantchès et même l’intégrale du Vieux Bleu. Attention, cette année, il yaura des changements au niveau de la sécurité et de la circulation routière.

    Les Liégeois célébreront déjà la 91e édition du 15 août cette année en République Libre d’Outre-Meuse. Autre anniversaire pour ce 15 août: 25 ans pour le géant Tchantchès réalisé par la Régie des Bâtiments de la Province de Liège à l’effigie de la marionnette du Théâtre Royal Ancien Impérial du Musée Tchantchès.
    Les premières festivités débutent les 14 et 15 août avec le traditionnel Marché aux Puces place Delcour et rue Jean d’Outremeuse jusqu’à la place du Congrès, de 8 à 18 heures. La Saint-Macrawe, le cortège aux lampions, des spectacles de marionnettes liégeoises pour enfants, la sortie traditionnelle dans les artères du quartier, le grand tir de campes par les Carillonneurs Herviens, et pour finir, le 16 août, l’enterrement de Matî l’Ohê à 17 heures qui clôturera les festivités… on retrouvera toutes ces activités bien connues du quartier.
    Sans oublier, la cérémonie de bénédiction des amoureux et les différentes remises de costume à Tchantchès et Nanèsse.
    LES NOUVEAUTÉS
    Quelques nouveautés sont à noter: le 12 août, le Théâtre Royal Ancien Impérial présentera la pièce intitulée «Jacques Brel: Tchantchès et le Grand Jacques». Le lendemain, le célèbre transformiste italien Arturo Bracchetti, président d’honneur du Cercle Liégeois «les 52» sera présent pour remettre à Tchantchès son costume de magicien.
    Autre nouveauté cette année: à l’occasion du 15 août, le dessinateur François Walthéry et Noir Dessin Production publient l’intégrale en wallon du «Vieux Bleu». L’auteur sera présent les deux jours de fête pour dédicacer son oeuvre. Par ailleurs, ses planches originales de la BD, des décors de la pièce de théâtre ainsi que d’une collection privée seront exposés rue Surlet.
    CONCERTS ET ANIMATIONS
    Qui dit 15 août, dit musique! Ainsi, dès 20 heures le 14 août, les Liégeois pourront danser au rythme de la musique du Nostalgie Live Tour. Un tour marqué par Référence 80 et Génération Abba pour retrouver l’euphorie des années disco. Le 15 août, c’est le NRJ Music Tour qui animera les fêtards sur le podium place Delcour avec des noms tels qu’Alice on the roof, Kid Noize et Quentin Mosimann.- ESEN KAYNAK.
    La Meuse du 30 juillet

  • Sécheresse. Le gouverneur de la Province de Liège interdit toute utilisation du feu

    capture ecran 2018-08-04 à 18.38.50.jpg
    Illustration Tinlot Blog

    En plus des feux de camp, le Gouverneur f.f. de la province de Liège vient d’interdire une série d’activités susceptibles d’occasionner des départs d’incendie.
    Sont visées, toute manipulation de feu en forêt et ailleurs, l’utilisation de désherbeurs thermiques ou assimilés ou encore le lâcher de lanternes célestes.
    Les barbecues chez les particuliers demeurent autorisés moyennant les élémentaires règles de prudence.
    En juillet, les pompiers de la province sont intervenus près de 400 fois pour des départs d’incendie. C’est cinq fois plus que d’habitude.Les contrevenants s’exposent à une peine de prison de 8 à14 jours ou d’une amende de 26 à 200€.
    Concernant les feux d’artifice, le Gouverneur f.f. recommande de les interdire. Mais il laisse l’appréciation aux bourgmestres concernés, sur base d’une analyse des risques approfondie avec les secours. La Meuse du 4 août

  • Ouffet. Père & fils Lallemand, dépanneurs du Condroz

    SOS ASSISTANCE. LA SÉRIE CONSACRÉE AUX DÉPANNEURS DE HUY-WAREMME
    La Meuse de jeudi consacre une page au dépannage du Condroz, souvent cité sur ce blog lors des accidents et qui nous procure régulièrement les photos d'illustration des drames de la route.

    capture ecran 2018-08-02 à 19.44.27.jpg

    En place depuis 88, la société se lance dans un projet de dépôt de 1.200m2, installé dans le zoning. C’est en 88 qu’Olivier Lallemand, 62 ans aujourd’hui, a lancé seul Dépannage du Condroz, à Ouffet.
    «Jusque-là, j’avais été prof de mécanique industrielle et auto dans plusieurs écoles, mais j’avais aussi travaillé dans une entreprise à Ivoz-Ramet. J’avais déjà un petit garage qui tournait après-journée », introduit-il. Il acquiert au départ une petite remorque-plateau pour dépanner les voitures «mais je me suis vite rendu compte qu’on ne savait pas faire grand-chose avec ça », lance-t-il.
    Raison pour laquelle, un an plus tard, il achète son premier camion-plateau, fait sur mesures en Flandre. «À l’époque, il y avait beaucoup de petits dépanneurs un peu partout. J’ai tapé fort en achetant le camion que personne
    n’avait. C’était alors une fameuse innovation ! Il coûtait 750.000 francs belges et personne ne mettait alors ce prix-là dans du matériel.
    Au fil du temps, les autres ont commencé à disparaître… Je ne dis pas que c’était à cause de moi. Certains sont partis à la pension, d’autres n’arrivaient plus à suivre… »
    Olivier Lallemand possédait aussi un atelier de réparation. Aujourd’hui, cela s’est doucement arrêté : «Concilier les deux avec le dépannage, seul, ce n’était pas évident. Mais je suis convaincu que, pour être un bon dépanneur, il faut
    aussi être mécanicien. Ne pas savoir expliquer aux gens la raison de leur panne de voiture, ce n’est pas imaginable.»
    Au fil des ans, l’Ouffetois a donc mené sa barque, modernisant quand faire se peut ses véhicules de travail. «J’en possède 4 aujourd’hui, jusqu’à 44 tonnes. »
    Il y a 10 ans, son fils Jean-Michel, alors âgé de 18 ans, le rejoint dans l’aventure. Comme d’autres « fils de… », il a baigné dans le milieu du dépannage dès sa sortie du berceau. «Dès que j’ai pu me tenir debout, j’accompagnais papa dans le camion », se souvient-il. «Je n’ai finalement jamais fait autre chose que le dépannage, et je ne supporterais pas », sourit-il «J’ai commencé avec un petit camion et je sais faire de tout aujourd’hui. » Malgré les circonstances dans lesquelles les dépanneurs doivent évoluer aujourd’hui, Jean-Michel ne craint pas pour l’avenir. «Certains savent faire leur métier, ceux-là resteront. »
    Il concrétise d’ailleurs actuellement la construction d’un grand dépôt au sein du zoning industriel d’Ouffet. «Nos trois petits sites actuels sont trop petits. Ici, on aura une surface de 1.200m2 sur 3.200m2 de terrain. Il devrait être opérationnel courant 2019. D’autant qu’on se lance officiellement dans le dépannage des poids lourds, même si on le fait déjà un peu. Il y a un vide à ce niveau-là dans le Condroz…
    On est en train de mettre en place une collaboration avec Cronos, à Grâce-Hollogne. Non, l’avenir ne nous fait pas peur, au contraire, on y croira toujours », a-t-il conclu.
    E.D  Voir le dossier complet et les autres articles dans La Meuse du 2/8.

  • Vierset (Modave). Une nouvelle école pour Pâques 2020

    capture ecran 2018-08-02 à 21.02.30.jpg

    Le chantier d’un montant d’1,6 million d’euros démarre véritablement après les congés du bâtiment.

    C’est un des plus gros dossiers de la législature qui se concrétise enfin : la construction de la nouvelle école de Vierset sur le terrain voisin de l’actuel établissement scolaire. Une décision prise suite à des problèmes de stabilité constatés dans le bâtiment principal de l’école, le plus ancien, celui qui abrite les classes primaires. Plutôt qu’une rénovation, plus coûteuse et moins subsidiée, les élus ont rapidement opté pour un nouveau bâtiment sur deux niveaux, en ossature bois (mélèze) et toit en ardoise, avec de larges baies à l’arrière donnant sur la cour de récréation.
    La capacité d’accueil y sera considérablement augmentée. Le bâtiment d’une surface de 1000 m2 (400 m2 au sol) abritera trois classes primaires de 22 places chacune, deux classes de maternelle de 24 places avec, pour les siestes, une mezzanine et toboggan pour assurer la liaison. «A cela, il faut encore ajouter 3 classes polyvalentes, le bureau de la direction et la salle des enseignants, à l’étage avec balcon couvert », complète l’échevin Bruno Dal Molin, en charge de l’enseignement.
    Ce projet fort attendu par les enseignants a été élaboré en concertation avec eux mais aussi avec l’association de parents, la direction de l’école, l’architecte communal et les représentants du conseil. "Nous avons eu au moins six réunions pour affiner ce projet d’école qui a vraiment été conçu en lien avec le projet scolaire", enchaîne l’échevine Catherine Greindl, en charge des travaux. Le projet estimé à 1,6 million d’euros (subsidié à concurrence d’1 million d’euros) aura finalement mis plus de 6 ans à aboutir. Le chantier de construction attribué à l’entreprise Chêne de Trooz commencera réellement après les congés des bâtiments qui se terminent le 6 août. «Jusqu’ici, les ouvriers se sont surtout attelés à préparer le terrain », précise l’échevin Dal Molin. Le mur de façade, l’ancien garage et une partie de la cour de récréation actuelle ont été démolis et les arbres ont été coupés. La suite ? Réalisation des fondations.
    Une étape classique dans toute nouvelle construction «sauf qu’ici, elle est un peu plus complexe », note l’échevine Greindl. «Les essais de stabilité du sol ont montré que la portance du sol (l’aptitude d’un terrain à supporter une charge, ndlr) était mauvaise ». Pour stabiliser le bâtiment, il a fallu avoir recours à un système de pieux sur lesquels la dalle de béton sera posée. Une cinquantaine seront forés dans le sol. Cet imprévu a entraîné un surcoût pour lequel les élus ont obtenu un subside supplémentaire de 118.000 €.
    Viendra ensuite le montage de l’ossature bois. «Avant ou après l’hiver, nous ne savons pas encore mais ce qui est sûr c’est que lorsqu’elle sera montée, le bâtiment devra être fermé », assure l’échevin Dal Molin qui table sur une ouverture de la nouvelle école à Pâques 2020.-
    MARIE-CLAIRE GILLET. La Meuse du 1 août.

  • Tinlot , Blé Qui Lève. Une première semaine de stage exceptionnelle

    capture ecran 2018-08-05 à 17.11.13.jpg

    Notre première semaine de stage est terminée ! Et celle-ci fut exceptionnelle !
    Cinquante enfants étaient présents dans notre salle ! C'est un record pour le club et pour cette période de vacances. Les enfants étaient répartis en 3 groupes : la mini-gymnastique, la gymnastique non-compétitive et la gymnastique compétitive.

    Chaque groupe était accompagné par un moniteur expérimenté dans une salle entièrement équipée pour la gymnastique. Chaque groupe a pu profiter des nombreux engins, du matériel pédagogique ... pour apprendre tout en s'amusant.
    Ce fut une chouette semaine pour tous !
    Et nous avons déjà hâte d'être lundi pour une seconde semaine de stage.
    Nous tenons à profiter de cette première activité pour encore remercier le club pour ces magnifiques infrastructures et le nouvel aménagement effectué en juin 2018 ! Sans cette transformation, nous aurions dû refuser des inscriptions et donc décevoir certains...
    Nous tenons également à remercier les enfants pour leur participation, leur bonne humeur, leur entraide ... Nos moniteurs sont heureux d'avoir passé la semaine en votre compagnie.
    Nous voulons aussi remercier les parents ! Vous avez décidé d'inscrire vos enfants dans notre club pour ce stage, et déjà pour certains à nos cours de la saison 2018-2019
    Cette confiance que vous avez en nous, nous motive tous les jours !
    Et pour terminer, nous voulons féliciter tous les moniteurs qui ont mis tout en œuvre pour que ce stage se déroule dans les meilleures conditions possible.
    Source Facebook

  • L’asbl YFU recherche des familles d’accueil pour des étudiants

    YFU.jpg

    L’asbl YFU recherche des familles d’accueil pour des étudiants
    L’occasion de découvrir une nouvelle culture humainement riche

    Chaque année, des dizaines d’étudiants internationaux choisissent de venir passer une partie de leur scolarité en Belgique dans le cadre de programmes d’échanges interculturels.
    Âgés de 15 à 18 ans, ils arrivent fin août. L’ASBL YFU lance un appel pour trouver des familles d’accueil.
    L’ASBL YFU Bruxelles-Wallonie encadre les séjours de ces étudiants venus des quatre coins du monde. Avec l’arrivée de ceux-ci en août prochain, l’ASBL recherche encore une trentaine de familles d’accueil pour pouvoir mener à bien sa mission et rendre le rêve de ces jeunes possible.
    Venus du Mexique, de Chine, d’Estonie, de Suède, de Pologne, d’Équateur, du Canada et bien d’autres, ces étudiants, âgés entre 15 et 18 ans ont choisi de venir en Belgique pour toute une année scolaire afin de découvrir notre culture, d’améliorer leur français et être un ambassadeur de leur pays.
    « Pour les familles, c’est l’occasion de découvrir une nouvelle culture à la maison et de s’ouvrir sur le monde. C’est une expérience amusante et humainement très riche pour tous les membres de la famille », explique Roxanne Delcour, responsable marketing de l’association. Ainsi, les étudiants peuvent participer à la vie de famille, aux activités sportives, sociales et extrascolaires de la famille d’accueil qu’ils occupent dans le but de découvrir une autre culture lors d’une expérience socioculturelle enrichissante.
    Pour devenir famille d’accueil, sachez qu’il n’y a pas de prédispositions spécifiques. Toutes les familles sont aptes à accueillir les étudiants.
    Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet www.yfu-belgique.be, par e-mail via l’adresse inbound@yfu-belgique.be ou par téléphone au 04/223.76.68.-
    LAURA MARCHESE.  Lire la suite dans La Meuse du 27/7

    capture ecran 2018-07-28 à 23.43.38.jpg