Ironman

  • Ironman. Pierre Beaufort termine 20e /1000 à Amsterdam. Hawaii s'annonce bien...

    Samedi c'était donc Challenge Middle Distance Almere Amsterdam, course sur laquelle j’avais également pris le départ pour ma préparation l’année dernière.

    capture ecran 2017-09-10 à 14.32.06.jpg

    Cette année les conditions ont été très différentes : températures nettement plus basses, vent, pluie et un niveau  un peu plus élevé, me semble-t-il avec des athlètes pros au départ, ce qui ne fut pas le cas en 2016.
    Au final 20e place au général /1000, identiquement la même place qu’il y a un an, même si le chrono ne le reflète pas, je pense avoir encore progressé en 2017, ce qui est parfait pour Hawaii. Du plaisir du début à la fin et toujours une immense joie de passer une ligne d’arrivée.
    Il reste maintenant 3 semaines avant le grand départ et 4 avant la grande course.
    Ce triathlon m’a aussi permis de tester mes nouveaux équipements Compressport, partenaire venu s’ajouter à ma liste 2017. Merci à tous pour votre soutien, vivement le 14 octobre.
    Source facebook

  • Pierre Beaufort a bouclé son 10e Ironman

    Déjà qualifié pour Hawaï, le Fraiturois a terminé dans la douleur l’Ironman de Francfort en 9 heures et 34 minutes.

    Déjà assuré de prendre le départ de l’Ironman d’Hawaï en octobre prochain, grâce à sa qualification décrochée en Afrique du Sud en mars dernier, Pierre Beaufort a pris le départ de l’Ironman de Francfort il y a quelques jours. Une course durant laquelle il a souffert et où il n’est pas parvenu à atteindre les objectifs qu’il s’était fixés.

    capture ecran 2017-07-26 à 19.11.17.jpg«Même si c’était un peu une course sans enjeu pour moi, étant donné que j’avais déjà mon billet pour Hawaï, elle me tenait à cœur, car elle représentait ma dixième participation à un Ironman. C’est la première fois que j’ai décidé de prendre part à trois Ironman sur l’année. Je n’avais donc aucune pression ni objectif sauf celui de passer la ligne d’arrivée d’un Ironman pour la dixième fois», explique Pierre Beaufort, qui s’alignait pour la quatrième fois sur le tracé allemand. «J’espérais faire une bonne course, car c’est un circuit qui me convient bien. Je m’étais bien préparé et je pensais être prêt.» Mais, sur place, le Fraiturois a dû déchanter. «Je craignais un peu la partie natation qui est mon point faible. Mais, sur cette course, la nage se fait en lac. Ce qui est tout de même plus facile qu’en mer. Je suis sorti de l’eau en réalisant un temps correct.
    Mais, une fois sur le vélo, je ne parvenais plus à avaler quoi que ce soit de solide après 100 kilomètres. Mes barres énergétiques ne passaient plus. Je me suis donc tourné vers les gels qui, s’ils sont bien absorbés, apportent la même dose d’énergie. Mais je sentais tout de même mon estomac travailler, car j’avais envie de manger.» C’est à ce moment que les ennuis ont commencé pour notre représentant régional. «J’ai déposé le vélo en 4 h 52 et l’objectif des 9 h 15 de course restait donc à ma portée.
    Les premières foulées de la course à pied étaient bonnes. Mes jambes et mon corps semblaient bien réagir. Mais, une fois arrivé au semi-marathon, plus rien n’a joué en ma faveur. La chaleur était étouffante, je me sentais déshydraté et les gels liquides ne passaient plus non plus. Et, pourtant, c’est souvent à ce stade que la vraie course commence. J’ai malheureusement dû baisser mon rythme, car mon corps ne suivait plus. Durant les 21 derniers kilomètres, j’ai simplement lutté pour limiter les dégâts, mais je n’ai jamais baissé les bras ou songé à abandonner.»
    Pierre Beaufort finit par franchir la ligne d’arrivée en 9 h 34min, terminant à la 21e place de sa catégorie 35-39 ans qui comptait tout de même 400 participants. «Je ne m’en suis pas sorti si mal. Surtout que, les jours qui ont suivi ont permis de découvrir que je souffrais d’une angine et d’une gastro. Mais je ne me cherche pas d’excuse. Je suis certain que si j’avais pu me livrer à fond dans des conditions optimales, j’aurais pu intégrer le top10 de ma catégorie», termine le Fraiturois.
    OLIVIER JOIE.  La Meuse du 26 juillet

    Son prochain objectif sera de passer sous la barre des 10 h à l’Ironman d’Hawaï en octobre prochain.

    Considéré comme la course la plus convoitée dans le monde, l’Ironman d’Hawaï se disputera en octobre prochain. Une course à laquelle prendra part Pierre Beaufort pour la seconde année consécutive.
    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Un beau reportage de RTC Télé Liège sur l'Ironman tinlotois Pierre Beaufort

    L'Ironman est  la version extrême du triathlon. Une discipline dans laquelle on court bien sûr un marathon mais après avoir nagé 5 km et en avoir parcouru 200 en vélo. Le Tinlotois Pierre Beaufort prépare actuellement le mythique Iron Man d’Hawaï. Lara Youssef l’a rencontré pour notre séquence Province Sport.

    capture ecran 2017-05-26 à 21.13.33.jpgUn beau reportage sur l'athlète Fraiturois qui nous présente son sport en images et dans son village

    Voir le reportage vidéo

  • Tinlot. Après sa brillante performance en Afrique du Sud, l'interview et le compte-rendu de Pierre Beaufort

    Après sa qualification pour Hawaï en Afrique du Sud, voici l'interview de Pierre Beaufort recueillie par Olivier Joie dans la Meuse H-W du 8 avril,  suivie du récit de cet Ironman par Pierre lui-même sur sa page facebook.

    460667545.jpg

    C’est encore une magnifique performance que vient de réaliser le Fraiturois Pierre Beaufort lors de l’Ironman d’Afrique du Sud  «Je me suis préparé longuement durant l’hiver pour prendre part à cette course. Mon objectif était d’y décrocher mon ticket pour les championnats du monde d’Hawaï.
    C’est une belle course avec de splendides paysages qui tombe tôt dans l’année et qui permet alors de bien se préparer »,explique Pierre Beaufort, qui a vite compris que la concurrence serait plus ardue que l’année passée.
    «Il y avait plus de beaux noms que la dernière édition et j’ai directement compris qu’il faudrait que je réalise une belle performance pour aller chercher ma qualification. Ça a rajouté une pression supplémentaire.»
    Mais cette pression a donné des ailes au Fraiturois qui a réalisé  un chrono final de 9h 27min et 12 sec et en terminant à la 7e place de sa catégorie 35-39 ans. «Je termine même 53e du classement général où on retrouve 31 professionnels devant moi.
    J’ai dû la jouer beaucoup plus tactique que d’habitude en m’économisant jusqu’à la fin afin de réaliser une course constante. En natation, la mer était beaucoup plus agitée que l’an dernier. Mais malgré cela, j’ai réussi à améliorer mon chrono de trois minutes. La partie vélo était très venteuse »
    LA COURSE: SON POINT FORT
    Et vu que la course à pied est le point fort de Pierre, celui-ci a magnifiquement géré son effort. Et, au final, Pierre a réussi à décrocher son ticket pour l’Ironman d’Hawaï, en octobre prochain. « C’est un parcours très difficile avec énormément de dénivelés. Je sais maintenant que je vais pouvoir m’y préparer différemment en faisant attention à des petits détails lors de mes entraînements.» 
    Extrait de l’article d’Olivier Joie dans la Meuse H-W du 8 avril

     

    Petit compte rendu Ironman Afrique du Sud 2017

    Pour la deuxième année consécutive, j’avais décidé de m'aligner au départ de cette course avec pour objectif de décrocher une nouvelle qualification pour Hawaii suite à un petit goût de trop peu lors de ma participation à la dernière édition.
    Lors de la publication de la start list, la pression a commencé à monter vu le niveau engagé, nettement plus élevé que l’année précédente où la plupart des gars ayant fait le déplacement n’avaient que cette qualification en tête.
    Quoi qu’il en soit le triathlon est un sport individuel et avant tout il faut faire sa course pour soi, pour son plaisir, être dans un bon jour et le reste devait suivre si la préparation était bonne.
    Cette préparation avait cette fois été abordée de manière différente au point de vue alimentation (avant et pendant la course) grâce au suivi de SportS2 / CHU par le Docteur Stevens et Ines ainsi qu’au niveau préparation physique, où la rigueur et la régularité ont été de mise cette année.
    La natation n’étant pas mon sport de prédilection, j’ai attendu 3 minutes après la première vague de départ pour me lancer dans cette mer houleuse afin de ne pas me faire remonter par des groupes de nageurs au niveau bien supérieur au mien.
    J’ai donc boucle les 3800 mètres en étant seul la plus grande partie du temps. La décision fut bonne, pas de coups reçus, pas de tempo trop élevé pour moi voulant suivre des nageurs plus rapides que moi, 3’ de gagnées sur l’année précédente.

    17834814_10210752604745780_8629414000521452011_o.jpgPremière transition rapide, à peine le temps de réaliser que je partais pour 180 km sur ma nouvelle monture, BMC TM01 version 2017 sur lequel j’avais très peu roulé depuis janvier, vu les conditions météo, mais comme on dit dans ce sport, cet ‘avion de chasse’ avançait tout seul.
    La position plus haute sur le cintre et DI2 augmentant le confort et permettant encore plus de se concentrer sur sa course, les deux tours boucles en 5h 03, un petit peu plus rapide que l’année dernière avec un peu plus de vent aussi.
    Deuxième transition également rapide et à partir du moment ou je sortais du parc à vélo, la course serait ‘gagnée ou perdue’ selon la manière dont je gérerais ce marathon. A la sortie du parc, je suis informé par Anne qui était relayée par la Belgique (par SMS) que j’avais déposé le vélo en 32e position de catégorie, ce qui voulait dire que j’avais devant moi 42 km pour remonter 22 gars, car seulement 10 places qualificatives pour les championnats du monde étaient attribuées.
    Une seule consigne en tête : garder cette allure de 4’30’’/km du début à la fin et ne pas accélérer même si les sensations de facilité étaient là.
    J’ai donc levé le pied les 15 premiers kilomètres, ensuite ce sentiment de facilite avait disparu et je savais que j'étais dans mon allure de croisière. Au 30e km, l’allure n’avait pas changée (là ou habituellement je faiblis) et Anne m’informe qu’au passage du 21e km, j’étais remonté à la 12e place, 
    A ce moment je savais que même si il me restait 12 km à parcourir, si je me contentais de ne pas relâcher, la qualif devait être en poche.

    17834970_10210752610225917_5905064469019035605_o.jpgJe passe la ligne d'arrivée en 9h27, soit 12’ de mieux que l'année précédente et c’est seulement 30’ plus tard que j’apprendrai ma position finale, 7e de catégorie et donc qualifié automatiquement pour les championnats du monde à Hawaii 2017, je vous laisse deviner l’explosion de joie…
    Cette fois la récup sera de plus courte durée car le prochain objectif sera déjà le 9 juillet prochain pour l’Ironman de Frankfurt que je me réjouis déjà d’aborder, pour une fois sans aucun stress et pression.
    Une fois de plus, je tiens à remercier les personnes et partenaires qui ont une fois de plus contribué a la réalisation de mes objectifs et mes rêves, sans qui je ne pourrai pas vivre ma passion telle que je la vis :

    GAP Informatique, Ajd Caravanes Motorhomes, Key Lock Security, Cargolux Airlines Luxembourg, Bicyclic, BMW Discar Liege, Pierre Dedave Electricite, CHU-Sports2 Dr Stevens Inès Istace, jessevnsportscoaching, Jesse Van Nieuwenhuyse.

    Merci également aux belles rencontres et bons moments passes sur place, ils se reconnaitront et encore mes plus belles félicitations à mes deux comparses Ti Bo Do et Annabelle Pirotte qui ont réalisé une course magique !

    Source facebook

  • Ironman. Superbe performance de Pierre Beaufort en Afrique du Sud où il se qualifie à nouveau pour Hawaï

    Dimanche, à l'Ironman d'Afrique du Sud, le Fraiturois Pierre Beaufort a décroché une brillante 7ème place en 9h27 minutes et 12 secondes soit 12 minutes de moins qu'en 2016 !
    Voici son commentaire sur facebook: "Et voilà, Ironman Afrique du Sud bouclé en 9:27, 12 minutes de mieux que l'année dernière, dans des conditions plus difficiles et plateau d'athlètes bien plus relevé, j'ai dû aller chercher loin pour faire un marathon sans faille, au final une 7e place de catégorie, ce qui veut dire que je prendrai à nouveau le départ des Championnats du monde Ironman à Hawaï en octobre prochain!"
    A suivre !

    capture ecran 2017-04-04 à 10.16.21.jpgPhotos facebook. Pierre Beaufort

  • Tinlot: l'homme qui a renversé le triathlète fraiturois Pierre Beaufort lors d'un entraînement risque 100h de peine de travail

    capture ecran 2016-11-17 à 10.59.17 - copie.jpgLe 16 mars 2014, Pierre Beaufort a été victime d’un accident de la route, à Comblain-au-Pont, alors qu’il s’entraînait avec deux de ses amis. Le triathlète fraiturois de haut niveau roulait à vélo quand un véhicule, une VW Caddie, qui tractait une remorque (d’une capacité de 750 kilos), a frôlé le groupe de quelques centimètres. Pierre Beaufort a alors été percuté par la remorque et a chuté, blessé, dans le bas-côté.

    Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Huy examinait le dossier de celui qui l’a renversé, un Sprimontois de 35 ans, chauffeur professionnel. Ce dernier assure ne pas avoir eu l’intention de blesser ou de gêner le cycliste et ne pas l’avoir touché. Il dit ne pas être sorti de son Caddie pour ne pas faire d’esclandre.

    Pour le parquet, par contre, le caractère volontaire est bel et bien établi : il a voulu faire tomber Pierre Beaufort. La magistrate requiert une peine de 100 heures de travail d’intérêt général à l’encontre du prévenu. Son avocate demande plutôt à ce qu’un sursis lui soit accordé.
    Le jugement sera rendu le 14 décembre prochain. E.D.(La Meuse du 18 novembre)

  • Exploit. Une Anthisnoise de 35 ans, Marie-Laure Lux, remporte l’Ironman de Floride

    Elle finit première, toutes catégories confondues.
    Ingénieure civile, Mary-Laure Lux a participé samedi à l’Ironman, un triathlonlongue distance en Floride. Non seulement elle a terminé première de sa catégorie mais aussi de toutes les catégories féminines confondues. Cet exploit permet à l’Anthinoise de se sélectionner pour les mondiaux de 2017.

    capture ecran 2016-11-12 à 11.03.31 - copie.jpgQuel exploit pour Mary-Laure Lux, ingénieure civile qui n’a qu’une véritable passion: le triathlon. Une passion qui fait d’elle aujourd’hui la grande gagnante de l’Ironman de Floride, toutes catégories féminines confondues.
    Elle a parcouru 3,8 km de natation dans le Golf du Mexique en 1 heure 13, 180 km à vélo en 5heures 13 et 42,195 km en course à pied en 3 heures 20. Soit, au total 9 heures 47 d’effort sous le soleil de Floride. «Je suis passionnée! J’ai toujours adoré la course à pied, j’en fais depuis des années.
    Mais depuis que j’ai rencontré mon mari, c’est autre chose. Il m’a transmis le virus», déclare la trentenaire. Son mari, passionné de triathlon a finalement troqué sa carrière de médecin et plus particulièrement de physiothérapeute pour devenir coach sportif.

    «Il a commencé avec moi, et il y a tellement pris goût qu’il en entraîne également d’autres maintenant.» Et de l’entraînement il en faut pour atteindre ce niveau! Surtout lorsqu’on n’est pas professionnel. «Avec mon métier je ne sais pas toujours m’entraîner comme je le voudrais. Je pratique 2 heures de sport tous les jours de la semaine avec mon mari.» Les week-ends, eux, sont entièrement, dédiés au sport. «On se lève tôt, on se couche tôt, et entre les deux on fait du sport: la course, le vélo et la natation. On a un mode de vie très sain.
    Au début on croit qu’on n’y arrivera pas mais à force de s’entraîner on a envie de se surpasser.
    Encore sous le coup de l’émotion, le couple a décidé de prendre quelques congés et de savourer pleinement cette victoire sous le soleil de Floride.
    Voir l'article complet de CYNTHIA CHAROT (La Meuse du 9 novembre)

  • Ironman, les premiers commentaires de Pierre Beaufort

    capture ecran 2016-10-10 à 13.08.59 - copie.jpgFin d'une belle histoire qui s'achève, 10h07 de souffrance et de bonheur sur la course la plus mythique au monde, même en connaissant le format Ironman, cette course n'a rien de comparable aux autres.
    Une natation bien meilleure que celle que j'imaginais, un vélo mitigé où le vent m'a vraiment rendu la vie difficile. Parti prudemment j'ai commencé à accumuler un certain retard sur la concurrence, retard que je n ai jamais pu combler, ce qui toutes fois ne fut pas néfaste pour la suite de et qui m'a certainement permis de me préserver pour le marathon qui a été couru en 3:23' d'une manière régulière du début à la fin.
    533e au général soit dans le premier quart des championnats du monde, que demander de plus pour une première participation?!
    Maintenant place au repos, de quoi faire le bilan de la saison qui vient de se terminer et déjà penser à la suivante... je vous remercie vraiment pour toutes ces attentions d'avant et d'après course, bonne journée et à bientôt.
    Source facebook

  • Ironman d'Hawaï, Pierre Beaufort termine 119e de sa catégorie et 533e sur 2.315 athlètes

    capture ecran 2016-10-09 à 17.56.05.jpg

    Source http://eu.ironman.com/triathlon-news/ironman-life.aspx

    capture ecran 2016-10-09 à 17.56.39.jpg

    L'Ironman débutait samedi soir vers 19h à Hawaï et les résultats ont été diffusés rapidement sur Internet, dimanche matin.

    capture ecran 2016-10-09 à 17.53.11.jpgBelle performance pour le Fraiturois Pierre BEAUFORT qui termine à la 119e place dans sa catégorie et à la 533e place au général. Il aura parcouru l'ensemble des épreuves en 10h 07' 51".
    Le grand gagnant est un triathlète professionnel allemand Jan FRODENO (photo), qui avait déjà remporté l'épreuve en 2015. Il y avait 2315 athlètes en compétition. (M.P.)
    D'autres précisions suivront, mais d'ores et déjà toutes nos félicitations à Pierre et son épouse pour cet exploit !

    capture ecran 2016-10-09 à 17.43.09 - copie.jpg

  • «C’est la course dont j’ai le plus rêvé»! Le Tinlotois Pierre Beaufort participe ce samedi pour la 1ère fois à l'Iroman d' Hawaï

    Ce samedi, le Fraiturois Pierre Beaufort prendra le départ de son premier Ironman d’Hawaï, un des triathlons les plus difficiles au monde. Une course de 226 kilomètres où, à 36 ans, il compte bien prendre un maximum de plaisir. (Voir l'article précédent sur ce blog)

    Entretien avec Pierre Beaufort Ironman (Olivier Joie, La Meuse du 8 octobre)
    Monsieur Beaufort, comment appréhendez-vous cette première participation à l’Ironman d’Hawaï ?
    C’est une immense fierté et une grande joie de prendre part à cette course mythique. C’est le fruit d’un énorme travail durant toute l’année où je m’entraîne 15 à 20 heures par semaine tout en ayant une vie de famille et un boulot à temps plein.
    Je m’étais déjà qualifié en 2014, mais j’avais dû décliner l’invitation suite à la naissance de ma fille. Cette fois, j’ai eu la chance de me qualifier très tôt dans la saison grâce à une belle performance lors de l’Ironman en Afrique du Sud. Cela m’a permis une préparation optimale et sans stress.
    J’ai malheureusement souffert d’une mononucléose durant cette préparation et on ne s’en est rendu compte qu’après que j’aie contracté la maladie.

    iroman,pierre beaufort,hawaï

    Cet Ironman d’Hawaï est-il l’aboutissement de votre carrière sportive?
    Non, c’est juste la cerise sur le gâteau. C’est la course dont j’ai le plus rêvé, car elle est issue d’une qualification et non d’une inscription. Mais ma carrière sportive est loin de s’arrêter là. J’ai encore un million de projets en tête. Notamment celui de revenir un jour ici.
    Comment vous êtes-vous préparé pour ce triathlon au format bien plus long qui comprend 3,8 km de natation,180,2 km de cyclisme et 42,195 km de course à pied?
    En Belgique, on ne peut pas tout préparer. On peut chercher des dénivelés similaires en vélo et en course à pied ainsi que des endroits venteux pour le vélo. Mais je n’ai pas pu me préparer à la chaleur et à la natation en mer.
    J’ai donc privilégié des répétitions de fractions d’allures de course ainsi que de longues sorties d’endurance dans les trois disciplines.
    Les conditions sur place sont-elles fort différentes?
    Pour moi, les deux grosses difficultés seront la natation en mer et sans combinaison néoprène, ainsi que la chaleur lourde et humide. C’est quelque chose que je n’ai pas pu préparer à l’entraînement. Pour cela, il aurait fallu que je parte en stage à l’étranger. Mais c’était impossible professionnellement
    .
    iroman,pierre beaufort,hawaïVous êtes à Hawaï depuis une dizaine de jours. Avez-vous repéré le parcours?
    Durant ces 10 derniers jours, je me suis entraîné (15h par semaine) afin d’acclimater mon corps à l’effort à aux conditions météo. Ma première conclusion est que c’est usant. Il faudra que j’essaye de sortir le plus frais possible de l’eau, discipline qui est loin d’être mon point fort, afin de venir à bout du parcours vélo fort venteux avec un dénivelé de 2.000 mètres. Pour finir, le marathon est loin d’être plat. Le tout sous une chaleur torride.
    L’élément clé sera d’éviter la déshydratation. En dehors de l’entraînement, je ne vous cache pas que j’en profite pour faire un peu de tourisme. Venir aussi loin dans un endroit paradisiaque pour rester enfermé n’est pas trop compatible avec mon caractère.
    Vous êtes-vous fixé un objectif?
    Non, je compte prendre un maximum de plaisir et savourer cet instant qui semble long, mais qui sera trop vite passé. Pour le temps, j’ai une idée en tête, mais je la garde pour moi. Émotionnellement et au niveau du parcours, ce sera la course la plus dure à laquelle j’ai eu la chance de participer. Mais il en existe beaucoup d’autres encore plus dures qui font partie de mes projets.
    Olivier Joie. La Meuse du 8 octobre