Manifestations officielles et patriotiques

  • 15 novembre 2017, fête de la Dynastie

    capture ecran 2016-11-14 à 11.35.04 - copie.jpgPhoto AL de la Joyeuse Entrée à Liège

    Bonne fête à nos souverains !

     La Fête du Roi est célébrée chaque année le 15 novembre.
    Elle est aussi appelée Saint-Léopold en référence au premier roi belge.
    On l'appelle également Fête de la Dynastie depuis le prince régent Charles.

    Capture d’écran 2013-11-14 à 23.40.48.jpeg

    La Fête du Roi est l'anniversaire de la Belgique sous la forme d'un royaume. 

    La date de la fête du Roi a été définitivement arrêtée en 1934 au 15 novembre,
    date qui coïncide en Belgique avec la fête de la Communauté germanophone.



    Quand faut-il hisser les couleurs nationales? 

    Voir l'article précédent sur ce blog avec le calendrier des 18 dates

    Attention aux fermetures de certains services!

    capture ecran 2017-11-14 à 19.49.40.jpgPour rappel également, les services de l'administration communale, la police et le CPAS
    seront fermés ce mercredi  de même que certains services publics.

  • Tinlot, 10 novembre. Une commémoration du relais sacré, pleine de sens, avec les enfants des écoles

    capture ecran 2017-11-12 à 13.40.19.jpg

    DSC_5879.jpgC'est sous une pluie battante que la journée du Relais Sacré a démarré vendredi matin. Les porte-drapeaux  ont été copieusement arrosés à Warzée et la pluie a cessé durant la halte à Tinlot vers 10h.
    Les enfants des deux écoles avaient préparé des textes, des chants et bien sûr la brabançonne chantée en finale.
    Par de petites questions-réponses, combien de morts durant la première guerre mondiale, pourquoi la flamme du relais sacré, pourquoi la construction de tous ces monuments... la Bourgmestre a expliqué le symbole du relais sacré aux enfants et devant une assemblée nombreuse et très attentive.
    Ensuite un groupe d'élèves issus de chacun des villages de l'entité a procédé au dépôt de fleurs.
    De petites phrases pertinentes, des gestes simples bien expliqués, et une belle implication des écoles et des enseignants ont contribué à une cérémonie du souvenir dont chacun sera un peu plus conscient de la signification et de l'importance.

    capture ecran 2017-11-12 à 13.45.16.jpg

    capture ecran 2017-11-12 à 13.46.23.jpg

    capture ecran 2017-11-12 à 13.37.06.jpg

    Après une petite collation dans la salle du conseil, les enfants ont regagné leurs écoles, pendant que porte drapeau, clairons, porte flambeau et responsables des associations patriotiques continuaient leur mission en rejoignant les villages de la commune de Modave puis ceux de Nandrin. 

     

  • 11 novembre 1918, une page de notre histoire et la fin d'une guerre qui devait être ... la dernière !

    3659402072.jpeg

    La défaite inéluctable de l'Allemagne

    HindenburgGuiLudendorff.jpegDès l'échec de leur contre-offensive de juillet 1918, les Allemands ont compris qu'ils n'avaient plus aucun espoir d'arracher la victoire. C'est que les troupes américaines, fortes de quatre millions d'hommes, arrivent en renfort des Anglais et des Français. Le 3 octobre, l'empereur Guillaume II nomme à la chancellerie (la direction du gouvernement) le prince Max de Bade. Il espère que cet homme modéré saura obtenir des conditions de paix convenables de la part des Alliés. Cela devient urgent car l'Allemagne bascule dans l'anarchie et la guerre civile cependant que ses alliés cessent les combats et signent l'un après l'autre des armistices. Le 9 novembre au matin, le prince Max de Bade téléphone à l'empereur, à Spa. «Votre abdication est devenue nécessaire pour sauver l'Allemagne de la guerre civile», lui dit-il. Guillaume II s'y résout et part en exil.

    Un armistice mal accepté

    armisticeRethondes.jpeg

    Les militaires s'étant défaussés, c'est à un civil, Matthias Erzberger, que revient la pénible tâche de négocier l'armistice. En France, la demande d'armistice fait débat. Le président de la République Raymond Poincaré et le général Philippe Pétain voudraient profiter de l'avantage militaire pour chasser les Allemands de Belgique, envahir l'Allemagne elle-même et signifier à celle-ci l'étendue de sa défaite.
    Mais le généralissime des troupes alliées, Ferdinand Foch, et le chef du gouvernement, Georges Clemenceau, ne croient pas l'armée française capable de se battre encore longtemps et souhaitent en finir au plus vite.
    L'armistice est signé dans le wagon spécial du généralissime Foch, au carrefour de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne, le 11 novembre 1918 à 5h15 du matin.

    Voir l'article complet

  • Invitation à la cérémonie du Relais Sacré le vendredi 10 novembre à Tinlot et dans le Condroz

    3988049975.jpeg
    Source : T4S automne 2017

    Horaire du Relais Sacré ce vendredi 10 novembre 2017 dans le Condroz

    Départ     Ouffet (Place) à 8h30,
    Warzée    (Monument en face de l'Eglise) à 9h05
    Tinlot      (Monument à la Maison Communale) à 9h40
    Modave   10h15
    Vierset    à 11h
    Strée      à 11h30
    Villers-le-temple à 13h40
    Yernée   à 14h15
    Saint-Séverin à 14h25
    Nandrin  à 14h55

    Les associations patriotiques seront heureuses de vous y retrouver.

  • 27 septembre, Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté française de Belgique)

    capture ecran 2017-09-27 à 12.11.31.jpgLa Communauté française de Belgique est l'une des trois communautés fédérées de la Belgique. Depuis le 25 mai 2011, sans que sa dénomination constitutionnelle ait été changée, elle se désigne elle-même sous le nom de Fédération Wallonie-Bruxelles.
    Elle a pour capitale Bruxelles.



    Née de la réforme constitutionnelle de 1971 qui a créé les communautés culturelles, initialement désignée sous le nom de communauté culturelle française, elle prend sa forme actuelle lors de la réforme constitutionnelle de 1980 et acquiert de nouvelles compétences lors des réformes suivantes.
    
La date du jour de la Fête de la Communauté culturelle française de Belgique est le 27 septembre.
    Cette date a été choisie par le Conseil Culturel de la Communauté Culturelle française de Belgique, sur proposition de monsieur Massart et consorts, et cela ne s'appelait pas encore Communauté française.

    Petit rappel de l'histoire de l'indépendance de la Belgique.


    Entrées à Bruxelles le 23 septembre 1830, les troupes royales conduites par Frédéric, deuxième fils de Guillaume 1er d'Orange, en sont expulsées dans la nuit du 26 au 27 septembre.
En France vient d'éclater la « Révolution de Juillet » et cet événement influence beaucoup les idées politiques dans les Pays-Bas du Sud gouvernés par Guillaume 1er. Le soir du 25 août 1830, on représente au Théâtre de la Monnaie l'opéra d'Auber : La Muette de Portici qui rappelle l'insurrection des Napolitains contre Philippe IV d'Espagne en 1647.
Des troubles éclatent dans la ville de Bruxelles et gagnent très vite Liège le lendemain.
    Le mouvement d'insurrection est dirigé contre le gouvernement de Guillaume Ier et se transforme en revendications sociales. Les mauvaises récoltes de 1830 ont engendré du chômage, suite à l'expansion du machinisme et aussi au niveau très bas des salaires. Cette situation nourrit la révolte dès fin août.
Les bourgeois s'inquiètent de la participation des paysans aux assemblées publiques.
    Le 31 août, une délégation de Bruxellois et de Liégeois se rend à La Haye, réclamant à Guillaume Ier la convocation immédiate des États généraux. Leur démarche reste sans effet.
Les bourgeois se retournent vers Guillaume d'Orange, fils de Guillaume Ier et héritier du trône, en lui demandant d'appuyer leur revendication. Ils demandent la séparation administrative du Sud et du Nord du royaume. Celui-ci renvoie immédiatement la décision aux États généraux.
    Le 11 septembre, une commission de sûreté appelle au calme à Bruxelles. Celle-ci sera dissoute le 20 septembre. Bruxelles connaît alors une vacance de pouvoir quasi totale.
Le prince Frédéric annonce, le 21 septembre, son intention de se rendre à Bruxelles avec ses troupes. Ce qu'il fait le 23.
    Une très grande résistance s'organise et, après avoir désarmé la bourgeoisie à qui s'oppose l'armée du prince, elle est contrainte à la retraite.
    
La date du 27 septembre a été proposée par monsieur Fernand Massart à plusieurs reprises, et finalement choisie en 1975 pour commémorer cette victoire, et la première fête de la Communauté française eut lieu cette même année.

  • Tinlot. Ramelot clôture les fêtes de village et les brocantes pour 2017 avec une super ambiance

    capture ecran 2017-09-18 à 13.33.02.jpg

    C'est par un tournoi de pétanque organisé samedi après-midi que les Ramelotois et leurs amis se sont retrouvés, avec le soleil, sur la plaine de jeux du village. Une belle manière de prendre l'apéritif avec encore une ambiance de vacances bien agréable.

    capture ecran 2017-09-18 à 13.33.13.jpg

    capture ecran 2017-09-18 à 13.34.01.jpg

    Une occasion pour les enfants de découvrir et de tester la nouvelle plaine de jeux et les nouveaux engins installés depuis peu grâce au budget participatif (voir l'article)

    capture ecran 2017-09-18 à 13.54.40.jpg

    Tout ce petit monde s'est retrouvé ensuite à la salle "Le Tilleul" pour se régaler avec les deux cochons de lait préparés par le traiteur tinlotois Laurent Sarowski. Un repas soigné et de qualité qui fera revenir pas mal de monde...

    capture ecran 2017-09-18 à 13.52.44.jpg

    Au nom du comité, Denis Craisse (en bas à gauche) a remercié tous les participants et les bénévoles du week-end en expliquant la nouvelle formule d'organisation de la fête.

    capture ecran 2017-09-18 à 14.04.59.jpg

    Le lendemain, dimanche, c'est finalement une magnifique journée qui attendait les brocanteurs avec cette belle photo (M.D) du lever du soleil pour les premiers arrivés à Ramelot.

    capture ecran 2017-09-18 à 18.26.22.jpg
    Une brocante tout en couleur qui aura attiré pas mal de promeneurs tout au long de la journée.
    Le dimanche de la fête c'est aussi l'apéritif offert par la commune et les diverses animations foraines pourtant fort imprévisibles.

    capture ecran 2017-09-18 à 18.02.24.jpg

    La commémoration patriotique suivie de la messe a rassemblé de nombreux villageois. Et comme dans toutes les villages, Christiane Auwers a relaté aux participants des faits de guerre de notre histoire locale qui concrétisent magnifiquement la nécessité de se souvenir et de tirer les leçons du passé.

    En automne 1944, la guerre continue avec de violents combats aux frontières allemandes. De nombreuses pertes sont à déplorer de part et d’autre. Une forteresse volante américaine, le Boeing B 17 est obligée d’atterrir dans le champ de Monsieur Delcourt entre Abée et Ramelot. Le quadrimoteur attire de nombreux habitants, curieux d’approcher ce bombardier et de pouvoir emporter des morceaux de métal ou de plexiglas en souvenir. La carcasse est revendue à Monsieur Jean Fox comme mitraille.
    Un jour apparait dans le ciel un étrange petit avion, il a la forme d’un long cigare muni de deux ailes, ainsi que de deux ailerons à l’arrière. C’est l’arme secrète d’Hitler, découverte par l’ingénieur Von Braun, elle oblige les personnes à vivre dans leurs caves. Ces appareils sont les V1 et V2 qui mesurent sept mètres de long et transportent une tonne d’explosifs et de ferraille. Les V1 font énormément de bruit pendant le vol, subitement à l’arrêt des moteurs, après quelques secondes c’est la chute ; les V2 on ne les entend pas venir et quand ils tombent creusent de véritables cratères lunaires à leur point de chute. Les V1 sont lancés par les allemands dès le 13 juin 1944 jusqu’au 1er septembre, faisant 6000 morts sur Londres. Après l’attentat manqué contre Hitler, l’offensive des fusées V2 commence le 8 septembre 1944, une première fusée frappe la banlieue de Paris, une seconde tombe sur Londres. A partir du 12 octobre, une double offensive de V1 et V2 frappe le port d’Anvers. Les derniers tirs interviennent le 27 mars 1945. Trois mille engins sont lancés au total.
    Six bombes volantes tombent sur l’entité. Celle qui fait le plus de dégâts tombe à Scry.
    Les jeunes générations doivent comprendre qu’elles ne peuvent oublier cette période terrible vécue par leurs ainés.
    Par la folie d’un homme et d’un pays orgueilleux, des dizaines de millions d’êtres humains ont payé de leur vie.
    Rendons hommage à nos vaillants alliés qui ont contribué à cette victoire. Sans eux, sans leurs sacrifices, nous serions restés combien d’années en esclavage ?

    capture ecran 2017-09-18 à 18.02.49.jpg

    Avec Christiane Auwers, Mr Leturger remet la médaille à Guy Godefroid. 

    Cette cérémonie était aussi l'occasion pour la FNC de remettre la médaille d'honneur au ramelotois Guy Godefroid, fidèle porte-drapeau, présent à toutes les commémorations depuis de longues années.

  • Fête de Soheit-Tinlot les 8, 9 et 10 septembre 2017

    La fête de village "nouvelle formule" a connu une belle réussite malgré le "temps variable" bien connu chez nous, avec cependant une belle journée dimanche.

    capture ecran 2017-09-10 à 23.33.50.jpg

    Tournoi de belote vendredi soir, une animation musicale très appréciée samedi qui s'est terminée très tôt...
    Dur, dur donc pour les bénévoles du comité pour entamer la journée du dimanche, le moment fort de la fête avec le diner, les forains et toute l'animation à assurer.
    Les activités (sauf le samedi soir) sont maintenant concentrées  sous le chapiteau devant la salle à côté des forains ce qui crée une ambiance beaucoup plus conviviale, surtout sous avec un rayon de soleil.
    Des petits changements et une belle organisation qui permet un bel esprit de fête de village.

    Commémoration patriotique
    Les fêtes de villages sont bien sûr également un moment de souvenir et de mémoire bien ancré maintenant dans l'esprit des villageois qui participent au différentes manifestations grâce aux différents récits de l'histoire locale retrouvés et racontés par Christiane Auwers au fil des années. Ce travail minutieux que vous pouvez retrouver dans l'archivage de ce blog, permet de retracer et de transmettre ces évènements douloureux que le temps ne doit pas effacer.

    capture ecran 2017-09-10 à 16.34.20.jpg

    A soheit-Tinlot, un premier dépôt de gerbes a lieu au monument à la Maison Communale et un deuxième à la stèle des portes-drapeaux au carrefour de la rue de l'église.
    Voici le récit de cette année, raconté par Christiane Auwers Présidente de la FNC locale:

    Fin de l’année 1941, les Allemands mettent en place le marquage des Juifs et le 29 mai 1942, l’étoile jaune est imposée à tous les Juifs de plus de 6 ans. Les arrestations massives suivent. Le gouvernement allemand décide l’extermination des Juifs.
    L’occupant décrète également la mise au travail obligatoire des hommes de 18 à 50 ans et des femmes de 21 à 35 ans non mariées.
    Dès les premières heures de cette ordonnance, la population essaie d’échapper à la déportation. Certains répondent aux convocations de la « Werbestelle » qui est l’organisme recruteur, d’autres refusent d’obéir à l’occupant. Grâce à la résistance, ils sont cachés dans d’autres villages ou dans des fermes, sous une fausse identité qui leur est fournie par quelques fonctionnaires communaux, au risque d’être pris.
    Les gendarmes allemands organisent des contrôles, ils perquisitionnent de jour comme de nuit, aidés par des soldats allemands, et même par la police belge, qui est obligée de remplir certaines missions.
    Malheureusement, certains habitants dénoncent leurs voisins ou connaissances. Quelques lettres de dénonciations, adressées à la Kommandatur de Huy sont interceptées par le personnel des Postes de Soheit-Tinlot et de Seny et cette action courageuse évite des arrestations. Un habitant de Tinlot, de nationalité allemande, refuse son incorporation dans l’armée allemande, étant occupé à la Kommandatur à Huy, prévient les résistants et les réfractaires de la descente de la Gestapo, ils peuvent quitter les lieux où ils sont cachés. Mais tout ne se passe pas toujours bien, Monsieur Degard de Seny, fermier, héberge des réfractaires, il est arrêté et enfermé à la Citadelle à Liège. A Fraiture, la famille Bertho cache deux résistants. La Gestapo vient les arrêter. Après les avoir menottés et sommés de se coucher, un des deux résistants parvient à saisir un révolver suspendu à la botte d’un allemand, il fait feu et le tue. Les deux résistants parviennent à s’échapper. Monsieur Bertho absent au moment des faits, est alerté et obligé de prendre la clandestinité dans une maison à Saint-Vitu. La Commune sera condamnée à payer les funérailles de l’allemand tué, et à déposer des fleurs. Heureusement, personne ne sera pris en otage, ni fusillé ! Une famille juive de 3 personnes se cache à Ramelot. Pour ne pas se faire repérer, elle est obligée de prendre les repas séparément chez l’habitant, et faire tous les jours un véritable jeu de cache-cache.
    Ayons une pensée pour tous ces Juifs qui ont été exterminés, ainsi que tous ceux qui ont perdu la vie pendant cette horrible guerre.

  • Massacre de l'Herberin, Fraiture se souvient

    capture ecran 2017-09-07 à 09.41.10.jpgChaque année, début septembre, une manifestation patriotique importante a lieu à Fraiture. Une gerbe est déposée devant la chapelle à l'entrée du bois de l'Herberin. Après la messe, un autre hommage est rendu devant la stèle érigée en hommage aux fusillés et située dans le camping de Fraiture.
    Cette cérémonie commémore les faits du 4 septembre 1944 au cours desquels 6 Fraiturois ont été fusillés par les Allemands et enfouis dans la fosse qu'ils avaient dû creuser. 

    capture ecran 2017-09-07 à 09.37.57.jpg

    Une quarantaine de personnes se sont ensuite retrouvées  au monument situé dans le camping de Fraiture.
    Tony Evelette, après un rappel des faits, a voulu sensibiliser l'assemblée à l'origine et à l'histoire de la sonnerie aux morts entendue très souvent mais sans que nous puissions en comprendre toute la portée. La Bourgmestre, de son côté, a souligné l'investissement des nombreux porte-drapeau toujours présents à toutes les cérémonies non seulement à Tinlot (6 fêtes de villages en été en plus de cette commémoration), mais également dans les autres communes.
    La manifestation se termine  par un apéritif/sandwiches offerts à tous les participants par la famille Guissard et le Syndicat d'Initiative du village et préparés par Marie et Andrée Leclère.

    capture ecran 2017-09-07 à 09.48.54.jpg

    Histoire de la sonnerie aux morts: téléchargez ici le document complet

    Lire la suite

  • 21 juillet, Fête nationale belge. Bonne fête à tous nos compatriotes

    capture ecran 2014-07-08 à 17.47.37.jpgLa Fête nationale belge est célébrée le 21 juillet, depuis une loi du 27 mai 1890. Cette journée commémore le serment prêté le 21 juillet 1831 par Léopold de Saxe-Cobourg, premier roi des Belges, de rester fidèle à la Constitution. Le serment du roi marquait le début d'une Belgique indépendante, sous le régime d'une monarchie constitutionnelle et parlementaire.

    Suite à la révolution belge de 1830 qui mena à l'indépendance de la Belgique, le Congrès National décide que la Belgique devait être une monarchie constitutionnelle. Le 4 juin 1831, le Congrès appelle Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha (par 152 voix sur 196), à devenir le premier Roi des Belges, le roi se rendit d'Angleterre à Calais par bateau puis jusqu'à La Panne en calèche. Il se rendit ensuite à la Place Royale de Bruxelles où il prêta serment le 21 juillet 1831 et devint ainsi le premier Roi des Belges.
    Le jour de la fête nationale fut d'abord fixé au 27 septembre commémorant alors les « journées de septembre », nom couramment donné à la révolution belge. Ce n'est que sous le règne de Léopold II que la fête nationale fut fixée au 21 juillet pour lier ce jour de fête pour le pays à la personne du Roi.
    capture ecran 2014-07-08 à 17.38.01.jpg
    Décoration représentant la Place des Palais à Bruxelles, le 21 juillet 1856.

    Le 21 juillet 2013 fut la date choisie par le roi Albert II pour abdiquer en faveur de son fils Philippe de Belgique qui prêta serment peu après. Philippe devint ainsi le deuxième roi des Belges à prêter le serment constitutionnel le jour de la fête nationale.

    D'après Wikipédia.

  • Fort de Huy. 21 juillet: découvrez la vie des prisonniers

    Le Fort de Huy organise ce 21juillet, à l’occasion de la fête nationale, son 4e après-midi de lectures théâtralisées.

    capture ecran 2017-07-19 à 10.06.15.jpgDurant cette journée consacrée à la mémoire, la compagnie Sandra Proes vous fera découvrir la vie des prisonniers du Fort de Huy durant la Seconde Guerre mondiale au travers d’un spectacle mêlant visite guidée et lecture de documents d’époque, chaque récit étant conté dans l’endroit où il prend tout son sens.
    «Par exemple, le décès de René Alain, un ouvrier qui a été battu dans sa cellule et a fini par s’y pendre. La dernière lettre qu’il a écrite à son épouse est lue dans la cellule même où il s’est pendu», illustre Bernadette Latinne, l’organisatrice du projet.
    Un parallèle qui permet au visiteur de se mettre véritablement dans la peau du prisonnier dont l’histoire est racontée, de comprendre ses insécurités et la peur avec laquelle il vivait de ne jamais revoir les siens.
    «Mais il y a aussi des anecdotes plus légères», reprend Berna-dette Latinne. «Comme par exemple, celle de Joseph Folien, un ancien ministre qui était privilégié par rapport aux autres prisonniers et avait le droit d’aller chez son dentiste. Il s’est débrouillé pour que sa femme devienne assistante dentaire et simulait des rages de dents pour qu’elle puisse remplir les poches de sa veste de cigarettes, saucisson, pain… et autres denrées pendant qu’il se faisait soigner. À tel point qu’il rentrait au Fort gros comme un bonhomme Michelin et pouvait ripailler avec ses compagnons d’infortune!»
    Ces lectures théâtralisées s’inscrivent dans une volonté du Fort et Mémorial de Huy de faire découvrir son histoire de façon de plus en plus ludique. La visite se déroulera vendredi de 14h30 à 16h et est gratuite.
    A noter: Renseignements complémentaires: 085/21.78.21 ou  fort@huy.be
    ROXANE RIVOUX. La Meuse H-W du 19 juillet

  • 14 juillet: Bonne fête nationale à nos amis français!

    capture ecran 2016-07-10 à 08.45.43.jpgLe 14 juillet, c'est l'occasion de souhaiter une bonne fête nationale à tous les jumeaux français de Tantonville et de Diarville ainsi qu'aux Françaises et Français de Tinlot!

    Tantonville est jumelée avec Tinlot depuis 40 ans et Fraiture avec Diarville depuis 1969 (voir dans ce blog "catégories: "jumelage").

    Ces deux communes se trouvent dans le département de Meurthe-et-Moselle (54).

  • Les festivités du 14 juillet à Liège

    Ce vendredi 14 juillet, la Ville de Liège fêtera pour la 73e fois la fête nationale française. Cette année encore, l’association «Les Amitiés Françaises de Liège» a prévu un beau programme.

    capture ecran 2017-07-12 à 14.47.33.jpg

    En effet, les festivités débuteront le matin par une partie plus commémorative.
    Dès 10h, des cérémonies officielles se tiendront au sein du cimetière de Robermont. Par après, à 12h, une remise de fleurs au monument national de la résistance situé avenue Rogier aura lieu.
    La fête populaire débutera dans l’après-midi, au Village Gaulois, place Saint-Paul. À partir de 18h30, c’est le site de l’Esplanade du Palais des Congrès, situé en bord de Meuse, qui accueillera le Petit Théâtre d’Aquitaine avec la célèbre marionnette Guignol, originaire de Lyon. Un spectacles era présenté aux enfants jusqu’à 20h.
    Ensuite, tout s’enchaînera, avec des artistes liégeois qui se produiront en concert. On retrouvera le groupe Bini, les R’tardataires et un Dj set de Radio Bistrot pour mettre l’ambiance avec, comme clou du spectacle, le traditionnel feu d’artifice.
    20.000 PÉTARDS SERONT TIRÉS
    C’est à 22h45 que le ciel s’illuminera grâce à un show qui durera plus ou moins 18 minutes. Il en va de soi que les artificiers feront hommage à la fête nationale française: «Les couleurs bleu,blanc rouge seront représentées et intégrées dans ce spectacle. Le drapeau français sera mis en valeur à plusieurs reprises bien évidemment», confient ceux-ci.Les organisateurs attendent 30.000 personnes pour lors de ce spectacle gratuit qui éblouit petits et grands. Comme chaque année, ce feu d’artifice sera tiré de l’héliport situé en bord de Meuse.
    Ce feu d’artifice est l’un des plus beaux de Wallonie. «Entre Liège et la France, c’est une grande histoire d’amour», nous explique Élisabeth Fraipont, présidente des Amitiés Françaises de Liège. Il faut savoir que la communauté française est la deuxième communauté la mieux représentée avec près de 30.000 Français. La fête se terminera vers 1h.
    Un an après les attentats de Nice, le consul honoraire de France à Liège, Michel Cloes, estime que la fête ne sera pas la même cette année: «Nous aurons bien sûr une pensée pour les victimes, mais nous devons nous diriger vers un vent d’espoir et un élan de dynamisme et de solidarité.»L
    A SÉCURITÉ RENFORCÉE
    Au niveau de la sécurité, policiers et militaires seront représentés en nombre afin que cette journée se déroule correctement. Les organisateurs précisent qu’un système spécifique de sécurité sera mis en place.-
    THOMAS MICHIELS  (La Meuse du 11 juillet)

    Voir également le reportage vidéo de RTC Télé Liège

  • Les Bourgmestres reçus au Palais Royal

    capture ecran 2017-06-28 à 16.59.50.jpg

    Mardi dernier, le 27 juin, tous les Bourgmestres de Belgique étaient invités au Palais Royal pour une rencontre avec les Souverains et la Famille Royale.
    Ils étaient environ 500 à avoir répondu à cette invitation vers 15h30. Cette initiative lancée en 2000 n'avait pas été renouvelée lors des législatures suivantes.
    Comme l'a souligné le Roi dans son allocution, les Bourgmestres sont les premiers interlocuteurs de la population et il les a remerciés pour leur travail de proximité auprès des citoyens.

    De nombreux Bourgmestres du Condroz étaient présents: Jeanne Defays, Michel Legros, Patrick Lecerf, Philippe Dubois, Caroline Cassart, Cilou Louviaux.
    Photos C.Louviaux, A. Cartuyvels et facebook JM Javaux, J. Defays et M. Legros

     

    capture ecran 2017-06-28 à 17.00.04.jpg

    capture ecran 2017-06-28 à 17.00.16.jpg

    capture ecran 2017-07-04 à 09.43.20.jpg

    Photos C.Louviaux, A. Cartuyvels et pages facebook de JM Javaux, J. Defays et M. Legros

    capture ecran 2017-06-27 à 21.09.18.jpg

    Voir le reportage de RTL-TVI

    http://www.rtl.be/info/Video/633568.aspx

  • Abée. Une commémoration "héroïque" sous l'averse, ce 1er juillet

    capture ecran 2017-07-01 à 18.17.30.jpg

    L'eau tant attendue tout au long du mois de juin est tombée samedi 1er juillet sans discontinuer.

    C'est sous une terrible averse et dans la grisaille qu'une quinzaine de courageux étaient présents samedi en fin de journée pour la commémoration patriotique dans le village d'Abée.

    capture ecran 2017-07-01 à 18.18.38.jpg

    Monsieur d'Aspremont, en haut à gauche, recevra tous les participants après la messe patriotique au château d'Abée.

    Christiane Auwers, la Présidente de la FNC, rappelle ensuite l'historique de la stèle d'Abée:

    "Suite à une initiative de Monsieur Dehossay en association avec les jeunes d’Abée, cette stèle est érigée et inaugurée en juillet 1991 au cœur du village, pour rendre hommage aux Combattants, Prisonniers et Aviateurs tombés sur le territoire d’Abée, le 3 septembre 1942.  Ce monument est le symbole immuable de notre solidarité avec les anciens combattants britanniques .
    Pendant cette guerre 40-45, de nombreux avions Anglais sont touchés par la DCA allemande. Le 8 mai 1945, l’ensemble des pertes aériennes de la Royale Air Force est de 11.968 bombardiers et de 10.061 chasseurs détruits, dont 79.281 personnes manquantes.
    1313282320.jpgDans nos communes, les nuits se passent parfois aux fenêtres car les rugissements des avions sont bruyants. Le Condroz est le théâtre de nombreuses chutes d’avions. Beaucoup de pilotes et membres d’équipage trouvent la mort. Dès qu’un appareil est signalé en difficulté, des patrouilles ennemies circulent et questionnent la population, afin de retrouver les parachutistes.
    Une anecdote un peu cocasse : un Allemand demande dans un mauvais français à une dame âgée s’il n’y a pas « un nouvel arrivé cette nuit ». La dame répond affirmativement. Le soldat se précipite dans l’habitation pour découvrir que le nouvel arrivé est ... un nouveau-né.
    Le 9 mai 1944 à 9 heures du matin, une forteresse volante américaine est prise en chasse par deux chasseurs allemands, elle perd sa cargaison de bombes à Abée et aux alentours. Un bûcheron, Monsieur Marcel Thirion est blessé (il a des doigts sectionnés). Continuant son vol vers Strée, la forteresse occasionne la mort d’un cultivateur Monsieur Lambert Tasia, elle tue plusieurs bêtes dans la prairie de la Belle Botteresse.
    Au printemps 1940, Hitler dans une de ses théâtrales allocutions, promet à son peuple que jamais un avion ennemi ne viendra troubler leur sécurité, en septembre 1944, en deux heures, plus de 60.000 appareils bombardent le Reich. Malheureusement la guerre n’est pas terminée.
    Devant ce monument, ayons une pensée pour tous ceux qui ont perdu la vie lors de cette terrible guerre.
    Merci".

    P1050096.JPG

    Un excellent temps pour les cygnes noirs du château ce 1er juillet

    capture ecran 2017-07-02 à 16.46.03.jpg

    Et étant donné la pluie, la messe patriotique suivie de l'apéritif a été célébrée à l'intérieur du château d'Abée.
    Photos M.P et A.L.

  • Journée de l'emploi du Condroz, le 15 juin 207

    Le 15 juin prochain, le PCS organise une journée de l'emploi pour le Condroz avec le soutien de la MIRHW, du Forem et des administrations communales d'Anthisnes, Clavier, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot.
     
    En matinée (9h-11h30), les personnes qui recherchent un emploi pourront découvrir les services et les actualités de la MIRHW (Mission Régionale Huy-Waremme) et du CEFO (Carrefour-Emploi-Formation-Orientation [Forem]).
    La MIRHW propose différentes actions pour l’accompagnement vers et dans l’emploi.
    Le CEFO donne des informations sur les différentes formations des opérateurs de formation de la région.
    Petit déjeuner offert sur réservation.
     
    Sur le temps de midi (12h-13h30), les employeurs sont invités à venir s'informer sur la nouvelle réforme des aides à l'emploi par le service entreprises du Forem et sur les services de la MIRHW en matière de recrutement.
    Sandwich offert sur réservation.
     
    Où? Salle des fêtes de Saint-Séverin (Rue d'Engihoul, 17 - Nandrin)
     
    Réservations? François Cornet (PCS Condroz) au 0474/77.45.10 ou chefdeprojet@pcs-condroz.be
     
    Si vous ne disposez pas de solutions mobilité pour vous rendre sur place, n'hésitez pas à nous interpeller lors de votre réservation et nous trouverons une solution ensemble.
     
     
    Par ailleurs, la MIRHW lancera des permanences pour les demandeurs d'emploi et les employeurs les 3èmes vendredis du mois en matinée (sauf jours fériés) à partir de juin à la salle du Conseil de Nandrin (Place Botty, 1). Les prochaines séances : 16 juin, 28 juillet (le 21 est férié), 18 aout, 15 septembre.
    Plus d'infos lors de la journée de l'emploi ou auprès de Mme Anais Antoine (MIRHW) par téléphone au 0491/37.40.26. ou par mail à anais.antoine@mirhw.be.

    18489609_1409112722513105_4994461766805311467_o-1.png