Mobilité

  • Bon à savoir: chaque année, 650 PV sont dressés pour... vitesse insuffisante !

    capture ecran 2017-07-10 à 15.54.45.jpgSuite à une question parlementaire au Ministre de l'intérieur Jan Jambon, concernant le PV pour vitesse insuffisante, celui-ci a répondu que selon ses chiffres quelque 150 pv sanctionnent annuellement des conducteurs qui roulent trop lentement sur l’autoroute (sous les 70km/h).

    Les 500 autres pv concernent des conducteurs ne respectant pas l’article du code de la route qui stipule qu’"aucun conducteur ne doit gêner la marche normale des autres véhicules en circulant sans raison valable à une vitesse anormalement réduite».

    La parlementaire s’est dite heureuse que les chauffards ne soient pas les seuls à être sanctionnés car «rouler trop lentement peut également constituer un danger».
    La Meuse en ligne

  • Voitures, ventes 2017: l’essence a dépassé le diesel

    capture ecran 2017-07-06 à 09.02.27.jpgLes ventes de véhicules essence ont dépassé celles de véhicules diesel sur les cinq premiers mois de l’année 2017. C’est une première en 20 ans, rapporte mercredi la VRT, sur la base de données de la Febiac.

    Les voitures équipées de moteur diesel sont devenues moins intéressantes financièrement, appuie le VAB qui a publié une étude sur le sujet.
    De janvier à mai, 254.899 véhicules ont été vendus: 131.161 roulaient à l’essence et 123.738 au diesel. «C’est en 1998 que les véhicules diesel avaient pour la première fois dépassé les voitures essence», a indiqué un porte-parole de Febiac (Fédération Belge de l’Automobile et du Cycle).
    «Le pic a été atteint en 2008 lorsque 80% des ventes concernaient des véhicules au diesel.»
    Le moteur diesel aura perdu tout intérêt financier fin 2018, même pour les automobilistes parcourant 30.000 kilomètres par an, estime de son côté le VAB.- (LA Meuse du 6 juillet)

  • France : les excès de vitesse commis par des Belges ont augmenté de 23 % en 2016 !

    Les Belges font partie du top 3 des conducteurs qui commettent le plus d’excès de vitesse sur les routes françaises juste devant les Allemands et les Italiens. A la veille des vacances d’été, de nombreux Belges s’apprêtent à prendre la route notamment pour se rendre en France. L’AWSR s’associe au GOCA pour rappeler quelques conseils afin d’aborder le trajet en toute sécurité.

    Infractions belges en France

    Selon la Délégation interministérielle de la Sécurité routière, les Belges ont commis près de 490.000 excès de vitesse sur les routes françaises en 2016. C’est 23% de plus qu’en 2015 où on en avait recensés près de 400.000.

    Quelques conseils pour la route des vacances

    • Respecter le Code de la route et respecter la législation en vigueur dans le pays dans lequel on se rend

    Le fait d’être en vacances ne dispense pas de respecter les règles du Code de la route. En Europe, tous les états membres de l’UE (hors Danemark, Irlande et Royaume-Uni) peuvent partager les informations relatives aux véhicules immatriculés sur leur territoire qui ont commis une infraction routière. Cela signifie que même si elle a été constatée à l’étranger, l’amende finira par arriver au domicile du contrevenant.

    Il peut également être utile de préparer son trajet à l’avance, en consultant la législation en vigueur dans le pays dans lequel on se rend via le site internet : http://ec.europa.eu/transport/road_safety/going_abroad/index_fr.htm#. Les législations des divers pays peuvent être sensiblement différentes de la législation belge.

    capture ecran 2017-07-02 à 09.21.46.jpg
    Source communiqué de presse

    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • Grandes villes françaises cet été ? Sans une éco-vignette, vous risquez 68 euros d'amende

    Depuis le premier janvier dernier, Paris a mis en place l’obligation d’avoir une éco-vignette pour ceux qui souhaitent circuler en voiture dans ses rues. Elle a été, ou va être imitée, par d’autres grandes villes françaises comme Grenoble, Lyon, Lille, Bordeaux ou encore Strasbourg. Automobilistes belges, attention, vous êtes aussi concernés.

    1722212713_B9712287667Z.1_20170612093913_000_GN09845FK.1-0.png.jpg
    Quelques semaines de délais pour l'obtenir !

    Cette vignette est obligatoire pour les automobilistes étrangers qui comptent rouler dans ces villes. En cas d’absence lors d’un contrôle, ils pourront dès le 1er juillet se voir infliger une amende de 68 euros.
    Pour se procurer la vignette (4,80 €), il faut la commander en ligne et attendre un retour de courrier, parfois long (on parle d’un mois comme délai maximum).
    Embêtant. Songez donc à vous y prendre bien à l’avance...
    La Meuse en ligne

  • Mobilité. "le Taxi Condruses devient T’Condruses". Trois nouveaux "taxis" dont un adapté aux PMR

    Le T’Condruses c’est un service de transport social qui couvre les sept communes rurales au sein du GAL Pays des Condruses (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot) destiné aux habitants qui ne possèdent pas de moyen de transport individuel.

    19417315_131787374066346_2722695518398293076_o.jpg

    Lancé en 2010 avec l’aide des communes partenaires, aujourd’hui le service vient d’investir dans l’achat de trois véhicules neufs (un 8 places, deux 5 places dont un a été aménagé pour les déplacements de personnes à mobilité réduite).

    Le public utilisant essentiellement le service actuellement sont des personnes âgées de plus de 65 ans, les demandeurs d'emploi, les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale, des familles, ou toute personne isolée au sein des ruralités en manque de transports collectifs. Plusieurs associations font également appel au service pour organiser diverses activités sociales, culturelles…

    En quelques chiffres, le service T’Condruses en 2016 a parcouru un peu plus de 68.500 kilomètres avec environ 3.670 prises en charge pour une moyenne de 5.000 usagers dont 2.800 en courses individuelles et 2.200 en courses collectives, (dont plus de 1.200 personnes de plus de 65 ans). Notre service dessert une zone rurale de 300 kilomètres carrés où habitent 30.000 personnes.

    Le service fonctionne à partir des villages du Condroz mais permet aux utilisateurs de se rendre vers les centres urbains tels que Liège, Namur, Huy et Marche, tout comme permettre à des personnes hors des 7 communes du GAL de s’y rendre soit pour des formations, un travail, des rendez-vous médicaux ou simplement permettre de maintenir un lien social.

    Quand c'est possible, notre service propose de déposer l'usager à un arrêt de bus ou à une gare. Par ailleurs, lorsque nous ne pouvons répondre aux demandes, nous orientons vers nos partenaires en matière de transport social.
    Le prix du trajet est démocratique : 35 cents le kilomètre, (avec un forfait de 3,5 euros qui couvre les 8 premiers kilomètres et/ou une participation aux frais pour se rendre au lieu de prise en charge.)

    capture ecran 2017-06-21 à 15.46.59.jpg

    Lorsque les 3 véhicules de T’Condruses sont complets, le T’Condruses réoriente les demandes de prise en charge vers TinlotBus et OuftiBus ou lorsque les demandes des utilisateurs concernent des publics spécifiques (handicapés moteurs par exemple), vers Bon’pied bon’œil, esquissant de la sorte les bases d’une centrale de mobilité.

    A l’avenir, une « Centrale de la Mobilité » sera mise en place afin de coordonner l’ensemble des offres de transport sur l’ensemble du territoire du GAL, mais également d’autres communes limitrophes afin de pallier au manque de mobilité dans nos communes rurales.

    Fort de l’expérience du service, T’Condruses portera ce projet pilote dans les mois qui viennent. C’est donc une réelle coordination en matière de mobilité qui va voir le jour sur notre territoire au bénéfice des personnes précarisées et/ou isolées socialement.

    Source : communiqué de presse du Pays des Condruses

    Pour tous renseignements, le service T’Condruses peut être contacté via ;

    • le site internet : tcondruses.be
    • la page Facebook : T’Condruses
    • Notre numéro de téléphone : 085/274610
      Par mail : info@taxicondruses.be

    Voir également l'article de J.G dans la Meuse du 15 juin

  • Tinlot. Attention travaux sur les nationales ce jeudi 15 juin

    images-1.jpgLa société YVAN PAQUE va effectuer les travaux d’entretien des équipements électriques et électromécaniques des routes nationales de la Commune de Tinlot, pour le compte de la SOFICO et de l’assistance technique de la Région Wallonne.
    Ces travaux peuvent nécessiter l’ouverture du trottoir, et/ou de la voirie suivant leur localisation et gêner la circulation des véhicules.

    Trois voiries importantes sont concernées à Tinlot: la N66, la N63 et la N636. Les travaux sont prévus ce 15/06/2017

  • Attention. Fraiture (école) et Ramelot, l'enduisage annoncé des voiries est prévu cette semaine

    Les travaux d’asphaltage prévus par la la S.A.Henquet la semaine dernière, ont été reportés. Il devrait avoir lieu  cette semaine (probablement le mercredi 14 juin : sont concernées la Chaussée romaine à Ramelot, rue de Liège et rue d’Houchenée à Fraiture. Attention à la circulation aux alentours de l'école à Fraiture ce jour là!

    La circulation sera interdite dans ces rues pendant la durée des travaux à effectuer. Des déviations seront mises en place pendant les travaux. Ces travaux doivent être terminés pour le 30 juin.

    capture ecran 2017-06-06 à 16.01.45.jpg

    Il s'agit d'enduire trois des voiries dont les bandes latérales avaient été "réparées" ces dernières années, comme ici sur la Chaussée Romaine à Ramelot.

  • Attention. Week-end «sans alcool au volant»: de nombreux contrôles de police sont à prévoir

    La police fédérale de la route et une centaine de zones de police locale lancent depuis ce vendredi à 18h la quatrième opération « week-end sans alcool au volant ». Jusqu’à 6h00 lundi matin, des contrôles d’alcoolémie seront organisés dans tout le pays sur les autoroutes, les voiries régionales et communales.

    1489510981_B9712270152Z.1_20170609172558_000_GT197O9K0.1-0.jpgLa police fédérale espère, avec cette action de sensibilisation, que «  les usagers de la route rechercheront des solutions (logement sur place, taxi, transports en commun, etc.) ou qu’ils désigneront un BOB avant de sortir afin de ne pas reprendre le volant en étant sous l’influence de l’alcool ou d’autres substances  ». Les contrôles visent aussi, bien entendu, à pincer les conducteurs récalcitrants.
    Lors du « week-end sans alcool au volant » organisé l’an dernier à la même période, 22.769 conducteurs avaient été contrôlés, dont 3,09 % roulaient sous influence de l’alcool.
    Les résultats de l’action de ce week-end seront connus lundi en début de soirée. La Meuse en ligne

  • Attention. Enduisage de voiries à partir de mercredi à Fraiture et Ramelot

    La S.A.Henquet procédera aux travaux d’asphaltage des rues suivantes à partir du mercredi 7 juin : Chaussée romaine à Ramelot, rue de Liège et rue d’Houchenée à Fraiture.

    La circulation sera interdite dans ces rues pendant la durée des travaux à effectuer. Des déviations seront mises en place pendant les travaux. Ces travaux doivent être terminés pour le 30 juin.

    capture ecran 2017-06-06 à 16.01.45.jpg

    Il s'agit d'enduire trois des voiries dont les bandes latérales avaient été "réparées" ces dernières années, comme ici sur la Chaussée Romaine à Ramelot.

  • Ramelot et Rue Haute-Barrière (Soheit-Tinlot), attention !

    A la sortie de Ramelot, sur la route menant à  Linchet, un fossé  très dangereux s'est creusé, dans la descente sur la gauche de la route. Malgré la sécheresse actuelle, des eaux souterraines sont présentes à cet endroit et provoquent des affaissements de terres. Le fermier voisin a déjà dû y intervenir pour dépanner des véhicules!

    capture ecran 2017-06-05 à 18.49.56.jpg

    A Soheit-Tinlot, Rue Haute Barrière, la signalisation et les marquages sont terminés depuis la fin du mois de mai. Si la nouvelle route est bien ouverte au public, le côté droit de la voirie, pour rejoindre la route du Condroz, reste très dangereux et une signalisation est en place. Attention, surtout si vous devez y croiser un autre véhicule.

    capture ecran 2017-06-05 à 18.52.11.jpg

  • Mobilité. La tirette : une règle à appliquer pour plus de fluidité, mais pas n'importe où. Quelques rappels importants

    image002.pngle Service public de Wallonie lance ce 1er juin une campagne pour rappeler le principe et les avantages de la règle de la « tirette ». Au-delà d'un affichage le long des autoroutes et des principales routes wallonnes, des nouveaux panneaux de signalisation seront également placés aux endroits où cela s'avère particulièrement nécessaire de rappeler ce principe.

    Déjà appliquée avec succès chez certains de nos voisins européens, la tirette est inscrite dans le Code de la route belge depuis 2014. Or, de nombreux usagers ne connaissent que trop peu ou pas du tout ce mécanisme. De plus, il arrive que son application par certains provoque de la frustration auprès des usagers qui n’en connaissent pas l’existence.

    image003.pngLe principe de la tirette oblige les automobilistes à s’intercaler tour à tour dans la bande de circulation restante à la hauteur d’un rétrécissement définitif ou provisoire. L’objectif poursuivi est de fluidifier le trafic en utilisant un maximum de la capacité de la route.

    Par ailleurs, le Code de la route prévoit que la tirette soit d’application sans l'obligation d'un panneau pour le rappeler.

    image005.pngCependant, une cinquantaine de nouveaux panneaux vont être installés par le SPW sur le réseau régional en les limitant à divers endroits stratégiques, tout en évitant d’accentuer la surabondance de panneaux de signalisation. Ces localisations seront définies en fonction des lieux où le trafic est important (sur autoroute lors du passage de 3 à 2 bandes de circulation), où les remontées de files génèrent des embouteillages récurrents (entre deux ronds-points par exemple) ou encore avant le début d’un chantier. Ces endroits sont variables en fonction des circonstances, principalement au droit des chantiers. 

    Pour rappel, l’accès à une autoroute ou à un rond-point n’est pas concerné par le principe de la tirette.

    Pour Maxime PREVOT, l'application correcte du mécanisme de la tirette est essentielle afin de permettre de désengorger par endroit le trafic, ce qui favorisera la conduite des usagers et par conséquent leur confort, leur mobilité et leur sécurité.
    Source: communiqué de presse du Ministre des travaux publics et de la mobilité.

  • Communes voisines, les bons exemples à suivre! Un garage à vélo sécurisé à disposition des habitants!

    Marchin.  Nouveau :un garage à vélo sécurisé à disposition des habitants!

    À l'initiative du Collège communal, un garage à vélos sécurisé sera mis gratuitement à disposition des cyclistes marchinois dès le 18 avril, grâce à un système de badges individuels que l'on peut obtenir moyennant une caution de 20 euros.
    Sur ces 20 places, 10 sont réservées aux enfants des écoles. Les 10 autres seront attribuées aux premiers demandeurs.
    Intéressé(s) ? Merci de vous adresser SOIT :
    • au Secrétariat de l’école (085 270 433 - nathalie.fivet@marchin.be) s'il s'agit d'un enfant de l'école fondamentale ;
    • au Service Population/Etat civil (voir ici) dans les autres cas.

    Le parking à vélo est situé à l’entrée de l’implantation de Belle-Maison, rue Joseph Wauters.
    Source: site communal de Marchin

    capture ecran 2017-05-22 à 11.15.27.jpg

    Le garage à vélos de l’école primaire de Belle-Maison autrefois utilisé dans les années 50, est à nouveau fonctionnel. Il a été remis à neuf et modernisé : il s’ouvre à l’aide d’un badge.
    Utilisé il y a encore quelques temps comme débarras, il servait dans les années 50 de garage à vélos pour les élèves de l’école. Depuis le 18 avril, ce garage a donc repris sa fonction initiale avec une version 2.0.
    « Nous avons réfléchi avec la commission vélo du service mobilité à la remise en ordre du local tombé en désuétude. Après avoir mis une nouvelle porte, de nouveaux châssis, mis un système de badge qui permet de déverrouiller la porte et réparé l’éclairage, nous avons officialisé l’été dernier le local. Le système de badge a été testé pendant 6 mois avant que ce garage à vélos soit fonctionnel pour le 18 avril dernier. » 
    Article complet sur la Meuse numérique
  • "Un médicament peut provoquer un accident", pourquoi une telle campagne de sensibilisation?

    capture ecran 2017-05-20 à 14.29.53.jpg

    Une enquête wallonne pour mieux comprendre

    Somnolence, difficultés à se concentrer, troubles de la vue, vertiges… constituent quelques-uns des effets secondaires de certains médicaments. Conduire sous l’influence de tels médicaments peut multiplier le risque d’accident par 5.

    Du 20 au 30 janvier 2017, l’AWSR a sondé 1300 Wallons. Il s’agit de la première étude wallonne réalisée sur le sujet et qui permet d’objectiver cette problématique. Il en ressort, entre autres, que :

    -       36 % des Wallons interrogés ont déclaré avoir conduit au moins une fois au cours des 12 derniers mois sous l’influence de médicaments pouvant altérer les capacités de conduite.

    -      11 % conduisent sous l’influence de tels médicaments une fois par semaine, tandis qu’au moins 17 % le font une fois par mois.

    -      Après avoir été informées de l’existence d’un risque avec certains médicaments, 61 % des personnes interrogées déclarent qu’elles prendront connaissance d’éventuels effets sur la conduite en posant directement la question à leur médecin, 39 % en s’adressant à leur pharmacien et 81 % en lisant la notice.

    En 2011, le projet européen DRUID avait soumis des conducteurs de 13 pays européens à des tests. La Belgique était le pays dans lequel la prévalence des conducteurs sous influence de médicaments était la plus élevée.

    capture ecran 2017-05-20 à 14.22.31.jpg
    Wikipédia, liste des benzodiazépines

    •          Un enjeu d’actualité : le Wallon, grand consommateur de benzodiazépines

    Les psychotropes (benzodiazépines et antidépresseurs) et les hypnotiques (pour soigner les troubles du sommeil) appartiennent aux groupes de médicaments pouvant provoquer des effets secondaires importants. Les Wallons sont particulièrement concernés : près de 18 % des femmes (contre 15 % en Belgique) et 10 % des hommes (contre 8 % en Belgique) de plus de 15 ans ont utilisé au moins un psychotrope au cours des dernières 24 heures (selon une enquête menée par l’Institut Scientifique de Santé Publique en 2013). L’association avec l’alcool ou le mélange de différents médicaments modifie également les effets secondaires.

    • Un comportement punissable

    La conduite dans un état analogue à l’ivresse résultant de la prise de médicaments est punissable d’une amende pouvant aller de 1.600 € à 16.000 € ainsi que d’une déchéance du droit de conduire.

          Une campagne de sensibilisation soutenue par les professionnels de la santé

    capture ecran 2017-05-20 à 14.27.21.jpgDepuis  le 9 mai, une campagne d’affichage le long des autoroutes rappelle aux conducteurs wallons qu’un médicament peut provoquer un accident et qu’il est donc important de se renseigner sur l'incompatibilité éventuelle entre la prise de médicament et du volant.
    De plus, l’affiche de la campagne est relayée par les médecins et les pharmaciens. Le médecin a une obligation d’informer le patient. Le pharmacien se doit d’encadrer et d’accompagner la délivrance. Au vu du rôle important de ces professionnels de la santé et de leurs obligations, un courrier accompagné de l’affiche de la campagne a été adressé en ce sens à plus de 3000 médecins généralistes et 1700 pharmaciens wallons. Ces lettres sont co-signées respectivement par la SSMG (Société Scientifique de Médecine Générale) et l’Association des Unions des Pharmaciens (AUP) qui soutiennent activement l’initiative.
    La campagne sera diffusée dans les zones de police wallonne, dans les administrations communales et dans plusieurs stations essence via des affichettes.

  • L’IBSR lance l’application « Smart Drivers » pour guider les jeunes (et leurs parents) lors de leur apprentissage

    capture ecran 2017-05-16 à 08.43.46.jpgL’IBSR lance l’application « Smart Drivers » pour  guider les jeunes lors de leur apprentissage

    Plus de 4 jeunes sur 10 estiment que le plus difficile lorsqu’on conduit est de se garer correctement. Un garçon sur 15 estime qu’il suffit de rouler 1000 km pour avoir assez d’expérience. Sur la base de ces constats, l’IBSR lance une plateforme en ligne et une application gratuite qui guident pas à pas les jeunes et leurs parents dans leur quête du permis de conduire et les accompagne après son obtention.

    capture ecran 2017-05-16 à 08.43.35.jpgLa campagne « Smart Drivers »
    « Smart Drivers » est un projet complet visant à accompagner les jeunes pas à pas en vue de devenir des conducteurs sûrs. Il se compose d’une plateforme en ligne et d’une application qui mesure leur comportement au volant. Le programme « Smart Drivers » fournit par ailleurs une aide précieuse aux parents afin qu’ils puissent remplir correctement leur rôle de guide. L’accessibilité à la plateforme et à l’application est entièrement gratuite.

    La plateforme pour les jeunes
    Dans un premier temps, la plateforme aiguille les jeunes sur la route les menant au permis théorique. Ils reçoivent des informations juridiques et des conseils pour s’y préparer au mieux.
    Après l’examen théorique, un module les accompagne durant la période du permis provisoire, notamment au moyen de vidéos d’instruction utiles. Les jeunes peuvent ainsi se préparer de manière optimale à l’examen pratique. Ils peuvent également déjà utiliser l’application Smart Drivers qui mesure leur comportement au volant à l’aide de plusieurs paramètres (accélération, freinage, vitesse, usage du smartphone au volant, etc.). Après chaque trajet, le chauffeur reçoit du feed-back sur son parcours. Les bons conducteurs sont récompensés par des badges et peuvent même remporter des prix. Une fois leur permis en poche, les jeunes ont bien entendu aussi la possibilité de continuer à utiliser cette application.

    La plateforme pour les parents

    Smart Drivers est unique en ce sens qu’il apporte également un soutien aux guides, généralement les parents. Ils peuvent non seulement rafraîchir leurs connaissances du code de la route, mais ils reçoivent aussi des conseils ciblés sur la manière d’accompagner au mieux leurs enfants.
    Le projet Smart Drivers est le fruit d’une collaboration entre l’IBSR et ses partenaires  Baloise, Q8, Recytyre et Volvo Cars.

    Voir toute l'information sur le site de l' IBSR

    Il est possible de télécharger la vidéo de promotion de Smart Drivers et les modules sur :
    https://we.tl/Xhxn32e60s

  • Fraiture Solidarité. A ne pas manquer ! L’exposition Mobil’Art à Liège jusqu’au 14 mai. Plus de 300 oeuvres d’art contemporain exposées et vendues au profit de personnes atteintes de sclérose en plaques.

    Plus de 300 oeuvres d’art contemporain exposées et vendues  au profit des personnes atteintes de sclérose en plaques.

    Quelques rétroactes
    Mobil’Art est une exposition-vente d’œuvres d’art contemporain organisée en biennale par l’ASBL Solidarité Fraiture, créée en 2002 en lien avec le CNRF. Son objectif : aider en priorité des personnes atteintes de sclérose en plaques.

    capture ecran 2017-04-27 à 18.42.25.jpg

    Quelques sculptures "grandeur nature" dans la cour et la pelouse rue des Prémontrés

    La 8e édition de cette biennale  est organisée  à Liège, jusqu'au 14 mai, dans les locaux du Séminaire de Liège comprenant l’église des Prémontrés. Les œuvres exposées sont mises en vente au profit de personnes atteintes de sclérose en plaques, via l’ASBL Solidarité Fraiture, liée au CNRF.

    Le  Centre Neurologique et de Réadaptation Fonctionnelle de Fraiture (http://www.cnrf.be/) est situé à 25 kms de Liège au coeur de la campagne condruzienne. Il a été créé en 1975 et a une capacité de 120 lits.
    Le Centre prend en charge la réadaptation des patients présentant des affections neurologiques : accident vasculaire cérébral, traumatismes crâniens et médullaires, sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique, maladie de Parkinson, polyneuropathies aigües ou chroniques. 
    Il faut savoir que la sclérose en plaques concerne pratiquement 1 personne sur 1000 en Belgique.  Si les soins sont pris en charge par l’INAMI, les frais de transport des personnes à mobilité réduite qui doivent rejoindre Fraiture restent très élevés pour les patients. 
    50% du prix des œuvres vendues lors de l’exposition et via le site internet  sont destinés à diminuer le coût de ces transports. C’est l’objectif financier de cette opération qui porte donc bien son nom: « Mobil’ Art »

    capture ecran 2017-04-27 à 18.56.07.jpg

    capture ecran 2017-04-27 à 18.49.47.jpg

    Une partie de l'exposition avait pour thème "Le robot"

    60 artistes et plus de 300 œuvres exposées

    « Une soixantaine d’artistes sélectionnés par un comité artistique, exposent cette année plus de 300 œuvres.  Au fil des années, explique le Docteur Benoît Maertens, Président de Fraiture solidarité, nous pouvons compter sur un réseau de plusieurs centaines d’artistes ayant déjà exposé. Il faut donc composer avec de nouvelles demandes, de nouveaux talents et des artistes plus confirmés, soit environ  200 propositions. Ce sont les coups de coeur du comité qui sont retenus. De plus, une partie de l’exposition de cette biennale est consacrée au Robot. L’exposition est composée de peintures et de sculptures récentes, reflets de notre époque ».

    capture ecran 2017-04-27 à 18.59.42.jpg

    Le vernissage  organisé  le vendredi 21 avril de 17 à 22h a rencontré un vif succès  et a réuni un très large public.

    capture ecran 2017-04-27 à 19.01.13.jpg

    De nombreux membres du personnel étaient présents et se sont mobilisés pour l'organisation de ce vernissage.
    "Même les patients du CNRF se sont impliqués pour la réussite de cet évènement, explique Bernadette Ryhon-Novello, trésorière de l'ASBL Fraiture Solidarité, ce sont eux qui ont réalisé les décorations florales ou encore l'assiette "Mobil'Art" en dégustation durant le vernissage".

    A retenir, le Walking dinner du 6 mai qui sera une excellente occasion de voir l'exposition avec une visite commentée par des critiques d'art : inscrivez-vous au walking dinner du 6 mai. (voir le site)

    En pratique
    Du 22 avril au 14 mai à l’Espace Prémontrés. Ouverture du mercredi au vendredi de 14 h à 18 h, samedi de 10h à 18h et dimanche de 11h à 17h. Accès gratuit. Toutes les œuvres sont visibles sur www.mobilart.be

    Tous les renseignements, voir Le site Mobil’Art
    La liste des artistes :http://www.mobilart.be/oeuvre_expo/exposition_2017
    Accès à la liste des artistes et des œuvres de l'exposition Mobil'Art 2017
    La galerie des œuvres d'art en vente directe par le site , cliquez ici.
    Il s'agit d'œuvres qui ont été données à l'asbl Solidarité Fraiture et peuvent être acquises directement via le site.