Mobilité

  • Bientôt un nouveau radar répressif dans le Condroz! Il sera placé sur trépied ou dans un véhicule

    Capture d’écran 2017-10-18 à 20.35.52.png"La zone de police du Condroz comptera bientôt un nouveau radar... répressif, sur son territoire", explique Philippe Dubois, bourgmestre de Clavier et Président du Collège de la police condruzienne. Il vient s’ajouter aux quatre déjà existants mais dont la présence est principalement concentrée autour de la route du Condroz.

    « Nous sommes l’une des zones où il y a le moins de radars, ce qui est lié aussi à sa configuration. Mais nous avons programmé, dans notre politique financière, un cout de 70.000 euros par an, sur une période de cinq années, pour l’achat de radars », ajoute-t-il.
    Après quelques périodes tests et les procédures d’homologation nécessaires, voilà qu’un nouveau radar répressif va arriver dans le Condroz. «
    On compte 10 à 12 préventifs aussi chez nous pour l’instant », précise le président. « Ici, il s’agira d’un répressif mobile, qui pourra donc etre à la fois sur un trépied, ou dans un véhicule en bordure de voirie par exemple.
    À l’inverse des quatre plus anciens de la route du
    Condroz, dits de ‘la génération des argentiques’, celui-ci répond aux dernières technologies du genre. »
    Ce n’est pourtant, a priori, pas, du coté de cette chaussée que vous pourriez le croiser. «
    Je pense que des routes fort accidentogènes, comme celles qui traversent Hamoir-Comblain-Scry-Tinlot, pourraient etre ciblées ici. Il y a aussi du travail à faire du côté de de la vallée du Hoyoux et du Néblon, avec les motos. »
    Et quand arrivera-t-il ? «
    Le bon de mande vient d’être envoyé. »
    En parallèle, l’achat un nouveau véhicule utilitaire, qui servira notamment à transporter ledit radar, a également été approuvé, aux alentours des 17.000€.
    E.D. La Meuse du 17 octobre.

  • Marathon de contrôles de vitesse: 1.295.146 véhicules contrôlés. 2,82 % en infraction

    Bilan du marathon de contrôles de vitesse organisé par la police fédérale de la route du 11 au 12 octobre : 36.561 personnes en infraction ! Des chiffres en légère hausse.

    3822621266.jpegEn 24 heures, la police a contrôlé 1.295.146 véhicules. 36.561 personnes excès de vitesse, cela représente 2,82% des personnes contrôlées qui roulaient trop vite. Quelque 107 permis de conduire ont été retirés.

    Lors de la précédente édition, 2,46 % des conducteurs dépassaient les limitations de vitesse et 78 retraits de permis avaient été décrétés.

    L’annonce de cette action et le film de sensibilisation diffusé par la police n’ont visiblement pas suffi, regrette la police fédérale de la route. Celle-ci se dit d’ailleurs «déçue». «Le nombre de personnes tuées sur les routes est en baisse, mais nous ne pouvons nous satisfaire de cette baisse, encore moins au vu de l’augmentation du nombre de personnes en excès de vitesse. C’est pourquoi des actions de sensibilisation et de répression continueront à être menées dans les mois à venir», avertit Koen Ricour.

    Ce 8e marathon de contrôles de vitesse a été organisé en collaboration avec 151 zones de police locale.

    La Meuse du 13 octobre

  • Tinlot. Buggys et voitures électriques à essayer à la foire du solaire ce samedi

    Solaire et voitures électriques seront à l’honneur ce samedi, à Tinlot. La foire du solaire et de la mobilité électrique se déroulera sur la place du Marché et accueillera bon nombre d’exposants.

    foire du solaire,mobilité électriqueCeux-ci présenteront tout d’abord des voitures électriques. «Il y aura cinq exposants de véhicules, de scooters, un camion et des vélos électriques ou encore des gyropodes», indique Marc Wauthelet, responsable de l’énergie au GAL Pays des Condruses.
    «Il y aura ainsi de tout. Certains viendront même avec des buggys pour le golf ou tout terrain. »
    Des véhicules Nissan, Renault ou encore Tesla seront ainsi installés sur la place du marché. «Les visiteurs pourront les essayer », continue-t-il. «On a notamment prévu un parcours pour les vélos électriques. »

    Outre la présence de garages, des associations et entreprises témoigneront sur l’utilité de ces véhicules à leurs yeux. Des bornes de recharges seront également proposées, notamment par la société marchinoise MD Technology.

    Vous pourrez également converser avec des entreprises locales ayant installé des panneaux solaires, comme la firme Duchesne de Modave et Galvaco à Ouffet.

    «Des conférences sur le solaire seront également données, comme celle du GAL sur la politique du climat au niveau des sept communes que nous couvrons. »

    Le GAL Pays des Condruzes travaille sur cet événement depuis juin. «C’est inédit de combiner solaire et mobilité électrique », indique Marc Wauthelet. «J’aurai souhaité avoir davantage de voitures européennes, mais c’est déjà pas mal. »
    Sur place, de la restauration et des bières locales seront proposées. «Nous organiserons également des concours avec des lots à gagner. Ainsi, il sera possible de décrocher deux week-ends en voiture électrique et des casques bluetooth. Chaque personne qui obtiendra un lot pourra utiliser un vélo électrique pendant un mois gratuitement.»

    L’événement aura lieu ce samedi sur la place du Marché à Tinlot de 10h30 à 19h. L’entrée est gratuite.
    Article de J.G La Meuse du 13 octobre

  • Découvrez le nouveau site et le blog "Mobi Condroz"

    Le GAL Pays des Condruses vient de publier un nouveau site "Mobi Condroz" entièrement dédié à la mobilité.
    Le site du GAL, de son côté va également bientôt faire peau neuve !

    capture ecran 2017-10-12 à 11.34.13.jpg

    Voir le site http://mobicondroz.be/

  • Un conducteur sur huit ne connaît pas les règles de priorité dans les ronds-points (+vidéo)

    Un conducteur sur huit ne connaît pas les règles de priorité lorsqu’il quitte un rond-point. C’est ce que montre une enquête réalisée par l’institut Vias (précédemment Institut belge pour la Sécurité routière, IBSR) et publiée jeudi.

    1651717860_B9713325980Z.1_20170928071550_000_GHG9SB1AL.1-0.jpg

    Dans le détail, un conducteur sur 8 (13%) ne sait pas que lorsqu’il roule sur la bande intérieure d’un rond-point, il doit céder la priorité à ceux qui circulent sur la bande extérieure en le quittant. Un conducteur sur cinq (21%) ignore par ailleurs qu’en quittant une telle infrastructure routière, il doit céder la priorité aux piétons qui traversent.

    Clignoteur ou pas ?
    L’étude met également en lumière que 2% des conducteurs croient que la règle de droite est d’application et 13% d’entre eux pensent qu’il est obligatoire de marquer un temps d’arrêt avant d’y entrer. À Bruxelles, il s’agit même d’un conducteur sur 5 (20%).
    Un conducteur sur sept (14%) met en outre son clignotant en entrant dans un rond-point, surtout chez les plus de 35 ans. Par ailleurs, 13% des conducteurs croient qu’ils doivent tout le temps serrer leur droite.
    Enfin, seulement une personne sur trois (35%) parvient à identifier un rond-point. Les Bruxellois (47%) sont de meilleurs élèves que les Wallons (39%) et surtout que les Flamands (30,4%).

    500 accidents par an
    Les ronds-points provoquent chaque année 500 accidents avec tués et/ou blessés et de multiples accrochages, ce qui représente 1,2% de l’ensemble des accidents de la route.
    «Il s’agit d’un des sujets du code de la route pour lequel nous sommes le plus sollicités par les usagers alors que les règles dans les ronds-points sont entrées en vigueur il y a 20 ans, le 1er octobre 1997», commente Benoit Godart, porte-parole de l’institut Vias.
    L’enquête a été menée par iVox pour l’institut Vias sur un échantillon représentatif de la population de 1.001 Belges.

    Un petit film a été réalisé afin de rappeler la bonne manière d’aborder un rond-point.

  • Bon à savoir. Des alternatives pour la grève dans les transports en commun

    capture ecran 2017-10-09 à 13.21.44.jpgSi les transports en commun sont en grève ce mardi 10 octobre, des alternatives existent pour les déplacements en région liégeoise. Les étudiants majoritairement impactés par la situation peuvent bénéficier de l’application de covoiturage de l’Université de Liège, tout comme les membres du CHU.
    > CovoitULiège, c’est le nomde la nouvelle version de la plateforme de covoiturage de l’Université.
    La version améliorée a été lancée à la rentrée de septembre.
    Pour bénéficier de ce service, il faut automatiquement s’identifier avec le numéro étudiant, ce qui en restreint l’audience. Mais celle-ci est également accessible au personnel du CHU.
    «Le premier jour de cours, ainsi que la suspension d’une partie du service de la TEC du mardi 19 septembre, ont amené plus d’un
    millier de membres de la communauté universitaire et du CHU sur le site, démontrant ainsi une certaine curiosité pour ce nouvel outil », explique Damien Ernst du département informatique de l’Université de Liège.
    La plateforme a ainsi déjà dépanné les étudiants durant les perturbations au réseau de la TEC. «Depuis la rentrée, on a en effet constaté une hausse de la fréquentation. Ils sont près de 200 à se connecter quotidiennement pour gérer leurs annonces et créer de nouveaux trajets », affirme Damien Ernst.

    > Les voitures partagées, autrement dit Cambio, sont une autre alternative pour les déplacements.
    C’est un service sur abonnement qui propose des véhicules à la location. Le conducteur paie en fonction de son utilisation et peut se procurer la voiture à n’importe quel moment de la journée. Un système plus souple et moins cher que les locations habituelles. L’avantage ? Une réduction de 50 % pour les abonnés TEC. Il suffit de s’identifier électroniquement et toutes les données sont enregistrées automatiquement par l’ordinateur de bord.<

    > TaxiStop est une association de promotion de covoiturage. Elle met à disposition sur internet une banque de données proposant des partenaires de covoiturage pour des trajets domicile- lieu de travail via sa plateforme Carpool.-
    Extrait de l'article de ESEN KAYNAK, La Meuse du 9 octobre

  • Automne: attention, piétons !!!

    capture ecran 2017-10-03 à 18.24.17.jpg

    4 ACCIDENTS DE PIÉTONS PAR JOUR :

    En Wallonie, près de 4 accidents par jour impliquent au moins un piéton. La majorité de ces accidents (60%) ont lieu entre octobre et mars. L’AWSR a donc choisi cette période pour sensibiliser la population wallonne.

    Quelques chiffres
    En 2016, on comptait en Belgique 4.800 accidents impliquant au moins un piéton soit 13 par jour. 78 piétons ont perdu la vie dans ces accidents.
    En Wallonie, le nombre d’accidents de piétons survenus en 2016 s’élève à 1.400 soit près de 4 par jour. 30 piétons ont perdu la vie dans ces accidents dont 56% pendant la période s’étalant d’octobre à mars. Le manque de visibilité est principalement en cause.
    En agglo mais pas souvent sur un passage pour piéton…
    L’AWSR a analysé les chiffres d’accidents impliquant des piétons en Wallonie entre 2014 et 2016. Sans surprise, la quasi-totalité des accidents mortels de piétons ont lieu en agglomération et la plupart d’entre eux (69%) surviennent alors que le piéton se trouve à un endroit non protégé. 19% des piétons tués marchaient sur la chaussée, 18% traversaient à côté d’un passage pour piéton, 18% traversaient hors passage (mais sans qu’il y en ait un à moins de 30m) et 10% se trouvaient sur la chaussée (travail, jeu ou immobile).
    Ces chiffres montrent que les piétons ont tout intérêt à utiliser les endroits sécurisés pour traverser. Il faut cependant souligner qu’un tiers des piétons tués se trouvaient sur un endroit sécurisé (trottoir, piste cyclable séparée, passage pour piéton). Il est donc essentiel de toujours faire attention, même quand on a la priorité…
    De nombreux séniors parmi les victimes
    Les piétons qui courent le plus grand risque d’être impliqués dans un accident de la route sont les séniors. Parmi les 1.400 victimes enregistrées en 2016, 55% étaient en effet âgées de 65 ans ou plus. Ces chiffres s’expliquent principalement par la plus grande fragilité de cette catégorie d’usagers. Leurs blessures sont souvent plus graves en cas d’accident même à faible vitesse et ils s’en remettent en général moins rapidement. Par ailleurs, les séniors ont parfois du mal à évaluer la distance et la vitesse d’un véhicule en approche.
    L’obscurité et les mauvaises conditions climatiques caractéristiques en automne et en hiver n’arrangent rien à cette situation.

    Les piétons ne sont pas toujours des exemples sur la route !

    Malgré leur extrême vulnérabilité par rapport aux usagers motorisés, certains piétons n’hésitent pas à prendre des risques sur la route… L’AWSR a réalisé une enquête auprès de 1.000 Wallons, les résultats montrent qu’ils ne respectent pas toujours le Code de la route lorsqu’ils sont piétons

    • Plus de la moitié des piétons (56%) traverse parfois au rouge ;
    • 8 piétons sur 10 traversent parfois en dehors d’un passage pour piétons (alors qu’il y en a un à moins de 30 m) ;
    • 3 sur 10 traversent parfois la rue sans regarder ;
    • 1/3 des piétons a déjà traversé la rue en manipulant son GSM/smartphone, 1/4 en écoutant de la musique et 4 sur 10 en téléphonant !

    capture ecran 2017-10-03 à 18.23.59.jpgIl semble donc important de rappeler aux piétons que le Code de la route ne s’applique pas qu’aux véhicules motorisés…
    La campagne
    Au vu de tous ces éléments, l’AWSR a décidé de lancer une campagne de sensibilisation à la sécurité des piétons. Il s’agit de la première campagne sur ce thème en Wallonie.
    La campagne se décline en deux affiches. L’une, présente pendant tout le mois d’octobre sur les 300 panneaux le long des autoroutes et routes secondaires wallonnes, invite de manière humoristique les conducteurs à faire preuve de vigilance et de prudence en présence de piétons.

    Source: Conf. presse AWSR.

  • Belgique: le coût total d’une voiture: +10,7% en neuf ans

    Le coût total d’une voiture a augmenté, chez nous, de 10,7% entre 2008 et juin 2017 (contre 15,5%pour l’indice des prix à la consommation global).

    capture ecran 2017-09-29 à 20.18.41.jpgUne évolution qui est fortement corrélée à l’évolution des prix des carburants. En Belgique, comme dans les pays voisins, l’inflation des carburants a fortement fluctué durant cette période.
    En juin 2017, ils coûtaient cependant moins cher qu’il y a 10 ans en Allemagne (-7%), en France (-3,5%) et en Belgique(-2,5%… et +1,9% aux Pays-Bas).
    Les frais d’entretien et de réparation représentent un quart du budget automobile en France et en Belgique. C’est beaucoup moins élevé aux Pays-Bas et en Allemagne. Parmi les entretiens et réparations, la vidange d’huile a le plus fort augmenté (+44,4%).
    Une étude de «Lease Plan» indique néanmoins que chez nous, ces frais seraient toujours parmi les moins élevés d’Europe. Si l’on se concentre sur l’achat de la voiture, le consommateur belge a dû payer, en juin, 9,8% de plus qu’en 2008.
    C’est aux Pays-Bas que le prix des voitures a connu la plus forte évolution (+13,6%). L’inflation à long terme des voitures neuves s’est avérée moins prononcée en France (+8,4%) et en Allemagne (+4,3%).
    En Belgique, les prix des autos neuves sont restés assez stables entre 2008 et 2013. Cette tendance s’est ensuite renversée sous l’impact des modifications de calcul de la taxe de mise en circulation et de l’introduction de normes environnementales plus strictes. Durant le 2 etrimestrede 2017, l’inflation des voituress ’est ralentie (1,5%).
    D.SW.  La Meuse du 20 août.

  • Huy-Waremme. Le nombre de blessés augmente sur nos routes et diminue ailleurs !

    14 victimes supplémentaires à l’année dernière

    Les routes liégeoises ont, pour de ce 1er semestre 2017, selon les chiffres de l’Institut Vias, fait le plus grand nombre d’accidents avec blessés de toute la Wallonie. À Huy-Waremme, la même tendance est à observer. Chez nous, les blessés sont, eux aussi, à la hausse.

    L’institut Vias (anciennement l’IBSR) vient de sortir ses dernières observations en matière de sécurité routière, via les chiffres d’accidents avec dégâts corporels sur nos routes. Ils concernent les six premiers mois écoulés de cette année 2017. Un constat ressort indéniablement de ces dernières statistiques: «Le nombre d’accidents sur les routes de la province de Liège a augmenté: cette dernière est même, d’ailleurs, la province wallonne dans laquelle cette hausse est la plus importante.» On dénombre en effet une augmentation de 7%: 1.779 accidents, contre 1.663 pour ce premier semestre 2017. Le nombre de tués, a contrario, baisse de 29 victimes à 26, soit «le niveau le plus bas jamais atteint (à égalité avec 2014)».
    Et si l’on zoome encore un peu, sur notre arrondissement? L’observation est plutôt similaire. On dénombre 22 accidents (avec lésions corporelles) supplémentaires, comparativement à la même période de 2016: soit 298 sinistres enregistrés pour nos 31 entités contre 276.

    capture ecran 2017-09-23 à 09.46.27.jpg

    Au niveau national, record historique à la baisse du nombre de blessés !

    Si l’on observe les chiffres nationaux cette fois, le plus grand constat est la forte baisse de tués (sur place) par rapport à 2016. L’Institut Vias a ainsi observé une diminution « de -13%, soit 230 tués au lieu de 264, un niveau historiquement bas». Il en va de même pour les chiffres en matière de blessés, contrairement à chez nous. «On passe de 24.827 victimes à 23.806, soit -4,1%. Tous les indicateurs sont à un niveau plancher jamais atteint depuis la création du baromètre de la sécurité routière.» Notons enfin que Vias observe que « le nombre d’accidents augmente pour trois catégories d’usagers: les poids lourds (+3,7%), les cyclistes (+5,6%) et surtout les motards (+8,6%)». 
    extraits de l'article d' E.D. dans la Meuse H-W du 19 septembre

  • Fraiture, attention aux dispositions prises ce samedi pour le jogging de l'école

    capture ecran 2017-09-15 à 11.43.53.jpg

    capture ecran 2017-09-23 à 09.01.10.jpgLa circulation de tout véhicule sera interdite
    (sauf circulation locale et bus du TEC
    ),

    le samedi 23 septembre 2017 de 17 h30 à 21.30 heures, à FRAITURE, :

    - rue de Liège, à partir de la jonction avec la rue des Princes et rue du Tilleul.

    - rue de la Vieille Forge, dans le sens de l'école vers l'église.

    - Tige de Terwagne au départ de la RN 66 vers Fraiture.

    - Rue Fond de Soheit vers le Tige de Terwagne ;

    - rue du Tilleul du carrefour de l’école jusqu’au croisement avec la route de Fraiture et rue Hayoulle.

    - chemin de remembrement reliant la RN 66 à la rue du Tilleul (derrière le cimetière de Seny)

    Le stationnement est interdit :

    - rue des Princes des deux côtés ;

    - rue de Liège, à hauteur de l'école; il sera autorisé dans le reste de la rue.

    - rue du Tilleul du carrefour de l’école jusqu’au croisement avec le chemin du Tige de Terwagne.

    - chemin de sortie du parking de l’école jusqu’au Tige de Terwagne ;

    La circulation est autorisée :

    La circulation est autorisée dans le sens de la course à maximum 30 km/h, rue Notre- Dame au Bois, rue de Moulin et Rue de la Vieille Forge.

    Un sens giratoire (dans le sens carrefour du Perroquet vers l'école) est établi dans la rue de Liège et dans la rue des Princes dans le sens école vers les bulles à verres.

  • Attention, risque de fortes perturbations mercredi dans les TEC !

    capture ecran 2017-09-19 à 16.04.51.jpgManifestation de ce mercredi 20 septembre 2017
    Risque de fortes perturbations

    En raison de la participation d’une partie de notre personnel à la manifestation interprofessionnelle organisée en front commun syndical ce mercredi 20 septembre, environ 50% des services du TEC Liège-Verviers seront assurés. La situation estimée est la suivante :

    • Bassenge :                  9% des services assurés
    • Eupen :                       52% des services assurés
    • Jemeppe :                   36% des services assurés
    • Omal :                        50% des services assurés
    • Oreye :                       23% des services assurés
    • Robermont :                50% des services assurés
    • Rocourt :                     20% des services assurés
    • Verlaine :                    50% des services assurés
    • Verviers :                    100% des services assurés
    • Wanze :                      50% des services assurés
    • Warzée :                     100% des services assurés


    capture ecran 2017-09-19 à 16.04.44.jpgNous invitons notre clientèle à prendre ses dispositions pour tout déplacement prévu et à se tenir informée via cette page.
    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/perturbations/perturbation.aspx?id=15234

    Tous nos services seront à nouveau assurés normalement le jeudi 21 septembre.

    La Direction du TEC Liège-Verviers présente d’ores et déjà ses excuses à sa clientèle pour les désagréments occasionnés.

  • Tinlot agenda. Foire du solaire et de la mobilité électrique le samedi 14 octobre

    Venez présenter vos véhicules ou vos panneaux solaires.
    Ou essayez-vous à bord d’une voiture électrique ou sur un vélo électrique !

    capture ecran 2017-09-06 à 11.29.05.jpg

    Dans le cadre des actions de sensibilisation du GAL Pays des Condruses, une grande foire du Solaire et de la mobilité électrique se déroulera au carrefour de Soheit-Tinlot (N.66 !) le samedi 14 octobre prochain.

    Un grand chapiteau de 10 m sur 30m abritera les exposants et les visiteurs.
    Des véhicules électriques (voitures, vélos) seront exposés et pourront même être essayés !
    Des exposés se feront en salle de 10h30 à midi. Les stands ouvriront ensuite jusque 19h pour vous présenter les nouveautés dans le domaine du solaire et des transports électriques.
    Les deux restaurants voisins ouvriront leurs portes. Bar, restauration.
    La Commune de Tinlot co-organise la Foire. Vous voulez participer aux activités, vous voulez témoigner ou participer à un achat groupé, vous avez des projets,.. alors venez rencontrer les organisateurs et les exposants.

    Sous chapiteau. Entrée gratuite.

    Contact : Marc Wauthelet, GAL Pays des Condruses. GSM : 0474834782. E-mail : marc.wauthelet@galcondruses.be

    EN-Affiche Foire @-1.jpg

    Voir également l'article dans La Meuse H-W du 5 septembre

  • Fraiture. Dégâts, incivilités, alcool, tapage nocturne: l'indignation des riverains place de l'église

    Mardi matin, ils étaient plusieurs devant l'église du village pour constater les dégâts et faire le point sur la pénible nuit qu'ils venaient de passer.
    Il s'agit d'une soirée privée à la salle du d'Zy qui avait débuté en fin d'après-midi et qui a dégénéré. Vers 2h du matin, pétards, casiers de bières, cris, musique ont réveillé plusieurs villageois. Un groupe d'une douzaine de jeunes devant l'église en était la cause. "Les cris de l'un ou l'autre riverain leur demandant de se calmer ne provoquaient que l'effet inverse" affirme un voisin.

    capture ecran 2017-09-05 à 12.32.43.jpg
    Mais ce matin, ce chahut nocturne faisait place à la colère en constatant que le drapeau belge tout neuf avait été arraché et volé. Le mât était couché sur le sol et le socle en béton déterré et basculé. Mais n'est pas tout:

    capture ecran 2017-09-05 à 12.32.27.jpg

    Le panneau de signalisation qui signale l'ilot directionnel en relief au milieu du carrefour est démantelé et le socle sera retrouvé dans la rue d'en face, le tout dans un décor de bouteilles vides.

    capture ecran 2017-09-05 à 12.32.53.jpg

    Même le bus garé devant la place a été la cible des vandales.

    capture ecran 2017-09-05 à 12.33.10.jpg
    Les autorités communales ont été prévenues, mais le ras-le-bol se fait sentir face à des "soirées alcool" qui, au delà des dégâts et des nuisances, constituent un réel danger !

     

    Comment réagir?

    Si tout le monde se dit "il y a bien quelqu'un qui va appeler la police", ce genre de fait restera sans suite et les réparations seront à charge des citoyens!
    Une photo ou une courte vidéo
    même de mauvaise qualité prise avec un GSM peut être très utile.
    Le numéro d'appel de la police, dans ce cas, est toujours  le 101

  • Rentrée scolaire : 3 enfants blessés chaque jour dans un accident de la route – l’AWSR appelle à la vigilance

    Ces trois dernières années, le nombre d’enfants de 3 à 17 ans ayant été victimes d’un accident de la route durant les heures de trajet domicile-école n’a cessé d’augmenter en Wallonie. Avec la rentrée des classes, l’AWSR souhaite rappeler les bonnes pratiques pour un retour à l’école en toute sécurité.

    Augmentation du nombre de blessés

    image003.jpgA l’occasion de la rentrée scolaire, l’AWSR a analysé les accidents impliquant des enfants de 3 à 17 ans se produisant aux heures de trajet domicile-école.
    Au total, ces trois dernières années, de 2014 à 2016, 1.781 enfants de 3 à 17 ans ont été victimes d’un accident de la route sur le trajet de l’école, dont 3 tués et 92 blessés grièvement.
    Quelle que soit la gravité des blessures, le nombre de victimes parmi ces enfants est en augmentation en 2016. En moyenne, 3 enfants sont blessés dans un accident de la route chaque jour d’école ces trois dernières années.

     Nombre d’enfants de 3 à 17 ans victimes d’un accident de la circulation en horaire et période scolaire :

     

    2014

    2015

    2016

    Légèrement blessés

    557

    561

    568

    Grièvement blessés

    28

    27

    37

    Décédés 30 jours

    0

    1

    2

    Total des victimes

    585

    589

    607

    En voiture pour les 3 à 11 ans
    Une analyse plus poussée a été réalisée par tranche d’âge : en 2016, les victimes de 3 à 11 ans sont dans 6 cas sur 10 des occupants de voiture.  

    Davantage à pied pour les 12-17 ans
    La part des passagers de voitures diminue pour les 12-17 ans, avec 33% des victimes en 2016. La part des piétons est la plus importante avec 38% des victimes pour cette tranche d’âge, suivie par les usagers de deux roues (vélos, cyclos : 23%). Les transports en commun enregistrent 5% des victimes de 12 à 17 ans.

    Recommandations

    Au vu de ces constats, l’Agence wallonne pour la Sécurité routière souhaite donc rappeler quelques conseils utiles.

    En voiture :

    -      Un dispositif de retenue adapté est obligatoire pour les enfants mesurant moins de 1,35m (taille à environ 9-10 ans). Seul 1 enfant sur 3 est transporté en toute sécurité en Belgique ! Avant de démarrer, bien attacher son enfant est vital. Cela veut dire :

    o   Veiller à fixer correctement le siège dans la voiture

    o   Attacher correctement l’enfant dans le siège-auto

    o   S’assurer que le siège soit adapté au poids et à la taille de l’enfant. Par exemple, on passe au rehausseur une fois que l’enfant a atteint le poids de 18 kilos ou lorsque sa tête dépasse du dossier.

    L’AWSR a édité un petit guide complet sur les sièges pour enfants, « Sécurité en voiture », téléchargeable ici, qui est aussi placé dans les boîtes roses que les mamans reçoivent lors de leur séjour à la maternité. De plus, sur le site web www.tousconcernes.be, l’AWSR a publié une FAQ (Foire aux Questions) afin de répondre à toutes les questions que les parents se posent sur les sièges-auto et la ceinture de sécurité pour les enfants.

    -      Veiller à bien attacher la ceinture de sécurité, même pour de courtes distances.

    -   Aux abords des écoles, respecter la limitation de 30 km/h. Les réactions des enfants sont parfois imprévisibles, et cette vitesse augmente les chances de pouvoir s’arrêter à temps (la distance d’arrêt est de 12 m sur route sèche à cette vitesse).

    -      Eviter de vouloir déposer son enfant le plus près possible de l’école. Cela peut parfois mettre en danger d’autres enfants, en masquant par exemple la vue d’un enfant qui veut traverser. Ou en obligeant les jeunes piétons à circuler sur la chaussée pour contourner la voiture stationnée sur le trottoir.

     A pied :

    -      Préparer la rentrée : les parents peuvent effectuer le trajet avec leur enfant avant le jour J, afin de repérer les endroits à risque.

    -      Partir à temps et faire en sorte que votre enfant quitte la maison assez tôt. S’il est pressé, il sera moins attentif et moins prudent en marchant vers l’école.

    -      Prendre l’habitude de marcher du côté de la circulation.

    -      Apprendre à traverser une rue :

    S’arrêter un peu avant le bord du trottoir ou de l’accotement

    • Regarder à gauche, puis à droite, et de nouveau à gauche
    • Une fois qu’on a vérifié qu’aucun véhicule n’arrive, traverser sans courir et en continuant à bien regarder.

    La Cellule EMSR (Education à la Mobilité et à la Sécurité Routière) de la DGO2 publie aussi plusieurs brochures sur la sécurité routière sur le chemin de l’école (http://mobilite.wallonie.be/news/nouveau--brochures-de-securite-routiere)

  • Tinlot. Nettoyage de terre, chaussée de Dinant

    Il était près de 16 heures ce mercredi quand les pompiers de la zone de secours Hemeco ont été appelés pour un nettoyage, chaussée de Dinant à Tinlot. De la terre s’était répandue sur la route, sur environ 30 mètres de long et 2,5 mètres de large. Ils ont dû faire appel à une machine de la commune afin de les aider dans leur travail, vu la densité de la terre présente et les risques de coulées de boue que la situation représentait en cas de pluie.
    (E.D.) La Meuse du 24 août

    capture ecran 2017-08-24 à 12.54.20.jpg

    L'incident s'est produit à la hauteur du carrefour entre la rue de Dinant et la rue Campagne de Bêche.