Patrimoine

  • Modave. Noël au château -Belles tables de fêtes- Tous les jours du 9 déc. au 7 jan.

    Du 9 décembre 2017 au 7 janvier 2018, venez (re)découvrir le château de Modave entièrement décoré sur le thème de l'Art de la Table et y puiser, pourquoi pas, quelques idées pour dresser vos tables de fêtes de fin d'année.

    Accessible tous les jours de 11h à 18h (également les 24, 25 & 31 décembre et le 1er janvier) - Illuminations des façades tous les jours dès 16h30

    Aff. Modave 420 x 594mm Noël 2017 - .jpeg

  • "Vu du Ciel", des émissions à ne pas manquer sur RTC

    Si le Rallye du Condroz et la place qu'il occupe dans l'actualité régionale n'est pas votre tasse de thé, prenez un peu de hauteur et un grand bol d'air en regardant les magnifiques images proposées par Eric Ortmans et François Boutay avec un beau survol au dessus du Condroz!

    capture ecran 2017-11-03 à 18.16.55.jpgcapture ecran 2017-11-03 à 18.20.50.jpg La première intégrale de  "Vu du ciel" compile 4 émissions, dont une inédite : 

    - Liège : L'axe Guillemins - MédiaCité, qui traverse le parc de la Boverie.

    - Liège : le quartier Féronstrée Hors-Château, en survolant le marché de la Batte.

    - Le Hoyoux, de sa source à son confluence avec la Meuse : un vol de 30 km au-dessus de Clavier, Modave, Marchin et Huy, avec une belle escale au château des Comtes de Marchin, à Modave.

    Voir l'émission

  • Circuit "La chaussée romaine condrusienne", Journées du Patrimoine 2017

    C’est un public très varié, venu essentiellement de la Province de Liège qui a participé samedi et dimanche aux deux circuits - découverte de la « chaussée romaine condrusienne ». « Des participants très curieux , attentifs avec énormément de questions », explique Eric Demonty, l'un des deux guides modaviens de ce circuit avec Marc Lamotte.

    « Nous sommes partis de Strée avec les visites de l’église St Remacle, la Fontaine Ste Geneviève et la ferme de la Commanderie.

    capture ecran 2017-09-10 à 16.42.37.jpgEntre les averses samedi après-midi, mais avec le soleil dimanche, le circuit proposé a connu un beau succès.

    capture ecran 2017-09-10 à 16.43.41.jpgcapture ecran 2017-09-11 à 16.11.35.jpg

    La seconde halte se situait à Ramelot : le Tilleul à l’entrée du village (photos) et le tumulus entre Ramelot et Terwagne) avant la visite plus importante du site de Vervoz, Trois heures bien remplie, surtout par le contenu et les explications fournies. En effet, il reste peu de vestiges ou d’éléments visuels à montrer, mais par contre l’histoire est très riche et le travail de préparation réalisé à cette occasion par Louis Pauquay a permis une présentation passionnante de ce parcours imprégné de la civilisation et de la culture romaine.»

    DSC_3875.jpg

    Le tilleul complètement creux a intrigué les visiteurs comme le récit de nombreuses anecdotes et histoires locales.

    capture ecran 2017-09-12 à 10.24.21.jpg

    Les deux guides de ces journées: Marc Lambotte (à gauche) et Eric Demonty, bien documentés, photos et documents à l’appui.

    capture ecran 2017-09-12 à 10.25.51.jpg

    Le magnifique site de Vervoz (Clavier) clôturait ce circuit condrusien.

    Cette  journée ne  restera pas sans suite puisque vous pouvez vous procurer, au SIVH, la brochure illustrée réalisée à cette occasion (photo ci-dessous). Le plan du circuit proposé, les photos des éléments à découvrir et leur l’historique vous permettront de  mieux comprendre l’évolution de notre environnement au cours des siècles. Voir également la version complète de ce travail à télécharger.

    IMG_1878.jpg

  • Sur la voie romaine dans nos villages condrusiens. A ne pas manquer les 9 et 10 septembre, et un ouvrage à recommander

    capture ecran 2017-09-04 à 10.20.58.jpg

    En vue de la publication d'une brochure du SIVH à l'occasion des journées du Patrimoine, Monsieur Louis Pauquay, d'Abée, a réalisé un remarquable travail de synthèse sur l'histoire de la Chaussée Romaine qui traverse nos villages.

    Membre de la CCATM de Tinlot et déjà passionné par nos chemins et sentiers (travail en cours), ce licencié en philologie classique à la retraite, nous présente un parcours complet depuis Ombret jusqu'à Vervoz à partir de tous les vestiges, les recherches et les publications déjà réalisées mais y ajoutant une touche personnelle et en les présentant sous forme d'un parcours passionnant à découvrir !

    Ce document illustré d'une quinzaine de pages est accessible (pdf 150 mg), sur le site communal tinlot.be.
    En voici une version plus légère à télécharger (1 mg)

    Sur la voie romaine dans nos villages condrusiens.

    Il y a 2000 ans, les Romains construisirent la chaussée dont un long tronçon rectiligne traverse Ramelot. Une artère essentielle pour la circulation des hommes, de leurs idées et du commerce; un lien entre les habitants disséminés dans les campagnes qui constitueront le pagus Condustris, le pays condrusien; un chemin durable, parcouru par les villageois de Ramelot jusqu'en 1850 (c'était le chemin n°3 dans l'Atlas Vicinal); et surtout un point d'ancrage perenne pour le patrimoine et l'identité de notre Condroz.

    capture ecran 2017-09-04 à 09.46.03.jpgLes 9 et 10 septembre 2017, le thème des Journées du Patrimoine sera "voies d'eau, de terre et de fer". Une occasion pour Tinlot et pour le Sivh de mettre en évidence le tracé de cette voie importante qui reliait Metz et Trèves à Tongres en passant par Arlon. Grâce aux fouilles réalisées et aux vestiges identifiés, on peut la suivre depuis le passage de la Meuse à Ombret, où les Romains avaient construit un pont dès 10 avant notre ère, jusqu'à Vervoz, le centre du territoire condruse. La parcourir, c'est percevoir aisément deux critères essentiels des voiries romaines : respecter un tracé rectiligne et éviter les zones humides.

    Ces choix mis en oeuvre il y a 2000 ans furent si judicieux que des routes actuelles recouvrent l'antique construction quasi partout, à Rawsa, Outrelouxhe, Strée, Ramelot et Terwagne. En plus d'avoir donné naissance à ces villages et à ceux de Clavier et Vervoz, la chaussée a contribué à leur prospérité et a permis l'enrichissement de leur patrimoine pendant deux millénaires.

    Pour en savoir plus, consultez l'article complet et illustré sur le site de Tinlot :
    www.tinlot.be - -> Loisirs --> découvrir Tinlot  --> un peu d'histoire. A l'occasion des Journées du Patrimoine 2017.
    Louis Pauquay

    A découvrir sur le terrain !

    Le Syndicat d'Initiative Marchin-Modave-Clavier-Tinlot publie un cahier sur le sujet; il organise aussi des parcours-découvertes en car.
    Sam. 9/9 et dim.10/9 à 13h (3h).
    Réservation au 085/41.29.69
    (Voir l'annonce sur ce blog)

  • Le coin des bonnes affaires. La Monnaie royale vide ses fonds de tiroir!

    Le 28 septembre, une page de l’histoire de la Belgique se fermera. Ce jour-là, ce sera la dernière fois que la Monnaie Royale frappera une nouvelle pièce en Belgique. Elle le faisait depuis 1832. Pour réaliser quelques économies, le gouvernement a décidé de délocaliser la frappe de ses futures pièces libellées en euros.

    capture ecran 2017-07-09 à 17.19.03.jpg«Le 28 septembre, ce sera donc le dernier jour où on frappera une nouvelle pièce», confirme Kristof Ketelbuters, le directeur marketing de la «MRB». «Il s’agira de la pièce de 2€ célébrant l’anniversaire de l’université de Gand».
    On sortira 200.000 exemplaires de cette pièce. Sera aussi frappée la pièce en or de 100€ célébrant le 50e anniversaire de la mort de René Magritte.
    «Elle sera vendue 750€ et on en frappera 500. Rien que le poids de l’or vaut 500 €». Kristof Ketelbuters précise que la Monnaie pourra encore frapper des monnaies déjà existantes jusqu’à la fin novembre. Puis, ce sera fini.

    Définitivement.
    En attendant, la Monnaie Royale de Belgique racle ses (beaux) fonds de tiroir. Sur son site,www.europemint.eu, il y a moyen de réaliser de bonnes affaires. Dans sa boutique, trois médailles et deux pièces commémoratives sont proposées à la vente. Pour les pièces, il s’agi(ssai)t de la 20€ du père Damien en argent, frappée en 2009 à seulement 15.000 exemplaires.

    capture ecran 2017-07-09 à 17.18.48 2.jpgÀ l’époque, elle était vendue 49€. Hier, on la proposait à… 27€! À midi, il restait 39 exemplaires. Mais, à 15h, il n’y en avait plus! Il faut dire que rien que la valeur en argent de cette pièce est de 9,59€. Que les amateurs de bonnes affaires soient rassurés, il y a aussi la pièce de 20€, toujours en argent, pour le centenaire de la naissance de Hergé. «Un marchand vient de m’en acheter 130 aujourd’hui», précise M. Ketelbuters. Hier, il en restait plus de 300. Après les vacances, la Monnaie mettra d’autres pièces sur son site web. «Ce seront toutes des pièces sorties dans une version spéciale. Il y aura notamment des sets de 2003 avec le thème du 50e anniversaire de la télévision comprenant la série des 8 pièces belges. Ainsi que le set 2016 qui avait pour thème les Jeux Olympiques à Rio». Pour lesquels il reste quelques milliers d’exemplaires.
    PIERRE NIZET (La Meuse du 7 juillet)

  • Scry, la restauration de la toiture de la chapelle St-Pierre est terminée

    Pour les festivités du village de Scry qui démarrent ce week-end avec la brocante suivie de la fête les 21, 22 et 23 juillet, les Scrytois retrouveront, dans leur paysage habituel, la toiture de leur chapelle entièrement restaurée.

    capture ecran 2017-07-08 à 18.37.41.jpg

    Une belle réalisation, appréciée également par les fidèles pigeons, même si l'accès leur est désormais impossible.
    Photos Régis Hubin

    Voir l'article précédent sur ce blog

  • Anthisnes: la commune doit replacer les mauvaises herbes sur le nouveau mur

    Absurdités wallonnes

    Les choses tournent au ridicule à la commune d’Anthisnes. Alors que les travaux de réaménagement urbain ont déjà commencé à la Ferme d’Omalius, la commune vient d’apprendre que la flore rupicole se trouvant sur un mur qui va être déplacé, doit être soigneusement enlevée, conservée et replacée dessus.

    capture ecran 2016-10-02 à 23.53.28 - copie.jpg

    Marc Tarabella, bourgmestre de la commune d’Anthisnes, n’en revient pas. « On vient de recevoir une lettre de la DNF de la Région Wallonne nous signifiant que si on déplace le mur, les ouvriers devront enlever soigneusement les mottes de terre et conserver cette flore rupicole pour la remettre ensuite sur le nouveau mur qui sera construit… Il faudra aussi concevoir une concavité de 20 cm en haut de mur pour les reposer », résume-t-il, sidéré.
    La requête envoyée à l’administration anthisnoise est pourtant bel et bien sérieuse. Ce qui révolte les autorités communales, c’est que toutes ces formalités administratives retardent les chantiers.
     «Je suis pour la biodiversité, un étang va d’ailleurs est recréé derrière la ferme Laurent. Mais remettre des mauvaises herbes sur un mur en créant des aménagements pour les accueillir, il ne faut pas abuser ! Y en a marre à la fin de telles absurdités !»
    C’est que ce n’est pas la première qu’une telle chose se produit et que la commune est contrainte de faire des changements suite à des décisions prises par la Région Wallonne. « Ce ne sont pas des changements de fond mais uniquement des petits points sur la forme. Mais tout ça retarde tout à chaque fois.»
    Le dossier de la rénovation de la ferme Omalius fêtera ses 20 ans l’an prochain, et aura déjà connu pas mal d’embûches sur son passage. Le mur en question est fragilisé et au lieu de le consolider la commune a décidé de le refaire et de le déplacer de 10-15 mètres. «Il n’y a plus le sens de la mesure. Il faut penser à l’intérêt global. On parle ici de sauvetage du patrimoine. Il ne faut pas retirer un élément de tout cela, mais le voir dans sa globalité. Et puis, la nature reprend toujours ses droits, pas besoin de forcer les choses», conclut Francis Hourant, échevin des travaux. Quoi qu’il en soit, si la commune veut pouvoir poursuivre ces travaux, elle sera contrainte de remettre «ces mauvaises herbes» sur ce mur flambant neuf. Un travail qui ne coûtera pas plus cher, mais qui prendra plus de temps aux ouvriers communaux…- CYNTHIA CHARO (La Meuse du 1octobre)

    Un autre dossier qui fâche avec la DNF:
    Les travaux attendront que les poissons se soient aimés !

    capture ecran 2016-10-02 à 23.59.12.jpg
    Le petit pont de Tavier sur la Magrée

    A Anthisnes toujours, après de longs mois et des années de réflexion et d'échanges teintés d'incompréhension avec la Région Wallonne, le permis de rénovation du petit pont de Tavier est délivré.
    Ce n'est pas pour cela que les travaux vont rapidement débuter.
    C'est la période de reproduction des poissons. Et ça, ça ne se discute pas ! Les travaux attendront donc... encore
    Voir le reportage de RTC Télé Liège sur cette saga!

  • Condroz: découverte d'un crâne humain datant du Moyen Âge un archéologue de l'ULg a entamé des fouilles

    Après Clavier la semaine dernière voir l'article. Une nouvelle découverte d'ossements humains a eu lieu, à Anthisnes cette fois. Ces découvertes régulières ne sont pas sans rappeler celle de Ramelot, il y a quelques années où une nécropole mérovingienne avait été mise à jour. Voir ci-dessous.

    Un archéologue de l’Université de Liège (ULg) a entamé des fouilles mercredi matin dans le jardin d’une propriété privée de Tavier (Anthisnes, province de Liège), à la suite de la découverte la semaine dernière d’un crâne humain lors de travaux de terrassement, a constaté sur place l’agence Belga.

    capture ecran 2016-09-29 à 10.44.15.jpgLes services d’archéologie ont pris le relais de la police mercredi, après la découverte d’un crâne humain, vendredi dernier, dans le jardin d’un habitant de Tavier. Les premières analyses ont pu établir qu’il ne s’agissait pas d’un homicide et que le crâne se trouvait sans doute à cet endroit depuis longtemps.

    « Les fouilles ont pour but d’établir s’il s’agit d’une tombe d’époque ou si le crâne a été apporté à cet endroit à la suite d’un déplacement de terres provenant du cimetière tout proche », a expliqué l’archéologue. « Le travail est rendu difficile car une ruche d’abeilles est présente dans le remblai et que la terre est très dure », a-t-il encore précisé.

    L’archéologue a toutefois déjà mis au jour quelques petits morceaux d’ossements ainsi que de poteries datant de la fin du Moyen Âge.
    Vendredi dernier, l’occupant d’une habitation de Tavier avait découvert un crâne humain en bêchant son jardin. Il a aussitôt appelé la police de la zone du Condroz, qui s’est rendue sur place avec les agents du service d’identification des victimes (DVI) de la police fédérale. Après une première analyse sommaire, il est apparu que le crâne daterait du Moyen Âge et que l’affaire ne relevait pas de la justice.
    L’habitant des lieux n’est pas surpris par cette découverte : lors des fondations de son annexe, il y a deux ans, il avait déjà trouvé des restes de poteries. La Meuse du 28/9 et la Meuse en ligne.

    Le squelette de Ramelot

    capture ecran 2016-09-29 à 14.27.11 - copie.jpg

    Les faits se passent en juin 2004. Lors d'un terrassement près du Tilleul de Ramelot pour aménager un parking, l'entrepreneur, à son dernier coup de pelleteuse, découvre des ossements humains. La DIV qui venait d'être crée alors suite à l'affaire Dutroux bloque le carrefour pendant 2 jours. Le squelette mis à jour était si bien conservé qu'on ne pouvait préciser sans examen approfondi s'il datait de 5, 20, 200 ou 2000 ans!
    Mais les archéologues de la Région Wallone ont vite trouvé les pierres d'une sépulture et des fragments d'objets divers. Il faut dire que le Tilleul classé en bordure de la Chaussée Romaine est un site où l'on pouvait s'attendre à ce genre de découverte. Un 2e crâne a été ensuite découvert laissant penser qu'il s'agissait d'une nécropole mérovingienne.

    capture ecran 2016-09-29 à 14.27.22 - copie.jpgUne attraction pour les villageois durant la semaine de fouilles. A droite les pierres de la sépulture.

    Faute de moyens budgétaires, les fouilles ont été arrêtées et les ossements envoyé à la Région. Les pierres ont été replacées et le terrain reste susceptible d'autres fouilles dans le futur. Le terrain concerné étant sur la propriété de la Bourgmestre, la découverte d'un cadavre dans son jardin avait suscité de nombreux commentaires amusants, mais c'est une autre histoire!

    capture ecran 2016-09-29 à 14.55.31 - copie.jpg

  • Anthisnes. Portes ouvertes à la Ferme d’Omalius

    capture ecran 2016-09-28 à 09.21.02.jpgLa Ferme d’Omalius ouvre ses portes ce dimanche 2 octobre de 14 à 17h (rue de l’Abbaye 2 à Anthisnes). Bien que les travaux ne soient pas terminés, cette bâtisse du 17e siècle est déjà en partie retapée, ce que pourront découvrir les visiteurs.(voir l'article précédent)

    Alors qu’une des quatre ailes de cette ferme en carré est destinée à accueillir l’administration communale d’Anthisnes courant le printemps 2017, les trois autres ailes appartiennent à la société Thomas & Piron qui se charge de rénover ces lieux pour en faire des logements.

    capture ecran 2016-09-28 à 09.21.34 - copie.jpg«Ce sont des maisons mitoyennes sous forme de duplex et de triplex», explique Antoine David maître d’œuvre chez Thomas & Piron. La ferme et sa cour sont classées, elles doivent donc être restaurés à l’ancienne.
    «C’est également le cas de deux des logements. Certains éléments à l’intérieur sont classés, comme par exemple les voussettes de briques.»

    Allant de 193.45 à 329.23 m2, ces logements spacieux sont mis en vente à partir de 226.000€.
    C.C. (La Meuse du 27 septembre)

     

  • Tinlot, le comité des aînés à l'exposition sur le Liechtenstein

    capture ecran 2016-09-24 à 10.00.04 - copie.jpg

    Le 12 septembre 2016 pour 14 heures, le comité des aînés de Tinlot était invité par Mr André Peters à l'exposition sur le Liechtenstein, un passé, un avenir qui se déroulait à l'Église Saint-Martin de Nandrin.
    À la fin de la visite le Président des Amis du Liechtenstein en Wallonie, Mr Charly Dodet (à droite sur la photo), nous a honorés de sa présence lors de la photo de groupe accompagné de notre guide.
    Régis Hubin.

    capture ecran 2016-09-24 à 10.00.39 - copie 2.jpg

    André Peters, à droite sur la photo de février 1988.

    capture ecran 2016-09-24 à 10.09.05 - copie.jpg

  • Modave, voir les endroits inaccessibles du château. Dimanche 25 septembre

    capture ecran 2016-09-22 à 20.17.44.jpgPour tous ceux à qui la visite officielle du Château de Modave ne suffit pas, un connaisseur des lieux fera découvrir les endroits habituellement inaccessibles au public ce dimanche 25 septembre.
    Cet homme n’est autre que Frans Dopéré, chercheur en archéologie médiéval et en technologie de la pierre. Ce sera l’occasion d’apprendre comment «faire parler»les vieilles pierres sans jamais les torturer! Au programme observation des maçonneries et tailles de pierres, secrets de l’implantation et l’organisation du château.
    «Vu le succès, nous organisons un 2e groupe à 10h30, il reste donc pas mal de places», explique un membre du personnel du Château.
    Paf: 3€ (gratuit pour les -12ans). Réservation obligatoire au 085/41.13.69.-CY.C. La Meuse du 22 septembre.

  • Soheit-Tinlot, grosse frayeur et inquiétude suite à la chute d'une (très grosse) branche!

    DSC_7037.jpg
    Un bâtiment typique et bien connu à Tinlot qui abrite aujourd'hui le restaurant l'Hortus. Dans la propriété un magnifique arbre remarquable de la commune: un frêne pleureur.

    Dans la nuit de lundi à mardi, alors que le temps était bien sec, sans vent ni pluie, une très grosse branche du frêne pleureur entre la "maison Coulée" et la maison communale, s'est abattue à quelques mètres de la véranda et de la maison de la famille Coulée. La première frayeur passée, l'annonce de pluies et d'orages après les fortes chaleurs de ces derniers jours a créé une inquiétude bien compréhensible.
    les experts de la DNF (Division Nature et Forêts de la Région Wallonne à Namur) sont venus constater l'état de l'arbre. Leur décision sera connue dans les prochains jours!

    capture ecran 2016-09-15 à 20.16.33.jpg
    Des branches importantes ont cédé tout près du bâtiment et de la véranda.

    capture ecran 2016-09-15 à 20.17.16.jpg

    Du côté de la maison communale, la zone dangereuse a été balisée.

    capture ecran 2016-09-15 à 20.14.46.jpg

    Un arbre magnifique, apprécié par les cigognes!

  • Journées du patrimoine 2016. Les différentes manifestations dans le Condroz

    Cette année, c'est  le patrimoine religieux et philosophique qui sera mis en valeurs lors du prochain week-end.
    Voici un aperçu du programme dans notre région.
    Voir le site.

    capture ecran 2016-09-07 à 21.26.59.jpg

    SI Vallée Hoyoux - J.Borghoms.JPG

    Le Syndicat d'Initiative de la Vallée du Hoyoux organise, à l'occasion des Journées du Patrimoine, un circuit guidé en car avec haltes et visites insolites.
    Au programme: l'église de Grand Marchin et son incroyable clocher tors, l'église de Bois et ses magnifiques fresques du XIVe siècle, l'église de Ramelot et son surprenant intérieur baroque et l'église de Modave et ses remarquables monuments funéraires (+ la chapelle de Limet magnifiquement située).
    Comme vous l'aurez compris, les visites ne sont pas purement historiques mais ce sont les aspects insolites des lieux qui seront mis en valeur. Des guides vous accompagneront tout au long de cette demi journée pour partager avec vous diverses anecdotes et découvertes sur la région.

    capture ecran 2016-09-07 à 21.11.09.jpg

    Pour la présentation audio de notre événement : https://rcf.fr/actualite/actualite-locale/la-decouverte-de-la-toscane-belge

    Infos pratiques:
    Il reste des places! Les départs sont: le samedi 10/09 à 10h et 14h30 et le dimanche 11/09 à 14h30. RESERVATION INDISPENSABLE au 085/41.29.69 ou par mail (via cette adresse). 5€/participant.

    SAMEDI 10 & DIMANCHE 11 septembre 2016
    JOURNEES DU PATRIMOINE
    « Les insolites religieux du Condroz hutois »

     POUR DÉCOUVRIR SA RÉGION...
    Dans le cadre des Journées du Patrimoine, le SI de la Vallée du Hoyoux et le Cercle Royal d'Histoire de Marchin-Vyle vous invite à découvrir les curiosités religieuses du via un circuit guidé en car avec haltes et visites insolites (réservation obligatoire).
    Entre trésors et petites merveilles, sites exceptionnels, architectures hors du commun, nos églises et chapelles seront mises à l'honneur. 
    Possibilité d'effectuer le circuit avec son propre véhicule en retirant la brochure au Syndicat d'Initiative (sans réservation).
    Feuillet de visite ludique pour les enfants! :-)
    CIRCUIT EN CAR: 
    départ: rue de la Gare à Modave le samedi et le dimanche à 10h, à 13h et à 14h30 (heures précises et SUR RÉSERVATION au 085/41.29.69. ou par mail: info.sivh@gmail.com
    Attention, les places sont limitées.
    Durée : ½ journée
    PAF : 5€/pers
    CIRCUIT AVEC SON PROPRE VÉHICULE:
    départ entre 10h et 16h (les sites sont ouverts de 10h à 18h) - gratuit - feuillet à retirer au SI.
    Photos: S. Pêcheur - P. Mariage - C. Denoël

    Livret ludique p1.jpg

    Journées du patrimoine les sam. 10 et dim. 11 sept.
    Partez à la découverte du patrimoine religieux de l'Unité pastorale
    du Condroz

    capture ecran 2016-08-31 à 21.47.53.jpg- Découverte des églises de Bois et de Ramelot lors de circuits « Les insolites religieux du Condroz hutois » organisés par le Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux les 10 et 11 sept. de 9h à 17h.

    - Visites guidées de l’église de Clavier-Village organisées par la Fabrique d’église le 10 sept. de 10h à 12h et de 14h à 16h ; le 11 sept. de 14h à 16h.

    - Visites guidées de l’église de Hody organisées par la Fabrique d’église les 10 et 11 sept. de 10h à 18h.

    - Exposition à l’église de Nandrin : « Le Liechtenstein : un passé, un avenir » organisée par l’ASBL « Les Amis du Liechtenstein » les 10 et 11 sept. de 11h à 18h. (voir ci-dessous)

    capture ecran 2016-08-31 à 21.43.40.jpg- Découverte du petit patrimoine religieux de Nandrin : Itinéraire à retirer au stand du Patrimoine du Pays de Nandrin situé Place Botty 1 à Nandrin les 10 et 11 sept. de 9h à 17h.

    - Visites guidées des églises de Saint-Séverin, Villers-le-Temple et Scry organisées par l’ASBL « Mémo-Huy » le dim. 11 sept. à 14h, 15h, 16h (45 min.). Voir ci-dessous pour Scry.

    - Visites guidées de la chapelle de Saint-Fontaine et sa « pierre de liberté » organisées par le Comité « Protection-Patrimoine de Saint-Fontaine » et le Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux les 10 et 11 sept. à 10h, 11h, 12h, 13h, 14h, 15h et 16h.
    Photos de Ramelot (vue du château) et de Scry

    capture ecran 2016-09-07 à 21.19.11.jpg

    capture ecran 2016-09-07 à 21.22.46.jpg

    Le temple maçonnique de Huy ouvert

    capture ecran 2016-09-07 à 21.25.51.jpg

    La 28e édition des journées du patrimoine se déroule ce week-end dans toute la Wallonie. Des édifices religieux et philosophiques de notre région y participent pour la première fois,dont certains sont difficilement accessibles en temps normal.À commencer par le temple maçonnique de Huy. Situé avenue des Fossés, ce bâtiment construit en 1891 était notamment occupé par les nazis en1940. Un lieu orné depuis de symboles évoquant les francs-maçons. Des visites guidées auront lieu ce samedi entre 14h et17h et ce dimanche entre 11het 17h. Les réservations se font par mail à cette adresse:jm.bouquegneau@gmail.com.
    La liste complète des lieux participant à ce week-end est à retrouver à l’adresse suivante:www.journeesdupatri-moine.be/.-J.G. La Meuse du 7 septembre.

    Et à Liège ?

    capture ecran 2016-09-07 à 22.47.05.jpg
    Plus de 900 lieux de visite seront ouverts au public en Wallonie et à Liège , soit le double de l'activité par rapport à l'année dernière. Voir le reportage de RTC Télé Liège

     

  • Tinlot. Petit historique de l'église de Seny

    A l'occasion de la fête de Seny, voici un petit historique sur l'église du village, consacrée à Saint-Pierre, réalisé par Marcel Ponthier

    1772773088.2.jpg
    L'église actuelle

    L’église de Seny et Saint Trudon (ou Trudo ou Trond)

    L’abbaye de St-Trond possédait Seny depuis l’an 655 et lui appartiendra jusqu’en 1796, toutefois il est probable qu'à cette époque elle n'était pas encore église paroissiale, puisque le diplôme du Pape Pascal II (1107) ne la mentionne pas comme telle ; par contre, le diplôme du Pape Alexandre III (1178), la cite parmi les églises paroissiales.

    A croire le chroniqueur de l'abbaye de Saint-Trond du XIVe siècle, il y avait déjà une église à Seny en 660.

    Une pierre, placée à l’église, porte une inscription latine dont voici la traduction : «L’an 655, le seigneur du lieu nommé de Sény, aveugle et atteint de la lèpre, en reconnaissance de sa guérison obtenue par les mérites de St-Trudon qui passait par Sény lui a fait donation de cette église, de sa villa et de son domaine allodial ». (St-Trudon quittait Metz pour regagner la Hesbaye, sa patrie, et passait par Seny.)

    Chose qui semble confirmer cette inscription, c’est que le village de Seny a appartenu, dès la plus haute antiquité, à l’abbaye de St-Trond, qui l’a conservé pendant plus de onze siècles.

    Une bulle du Pape Pascal II, datée du 25 mai 1107, énumère Seny parmi les possessions du monastère de St-Trond.

    En 1607, Hubert de Sutendael, 59e abbé de St-Trond, entreprit la reconstruction de l’église de Seny qui menaçait ruine. Une pierre sculptée de ses armoiries est encastrée dans un des murs de l’église actuelle. Elle fut terminée en 1647 et consacrée le 18 octobre 1650 par Richard-Paul Stravius, Evêque-Auxiliaire de Liège.

    Le maître-autel fut consacré à Saint Pierre et à Saint Trudon. En même temps deux autres autels furent dédiés à la Sainte Vierge et au Saint Sacrement, dont le recteur était tenu à deux messes par semaine. Dans ces autels, on déposa des reliques des Saints Martyrs de Trêves et des Onze-Mille-Vierges. L'anniversaire de la dédicace où les fidèles pouvaient gagner quarante jours d'indulgence, fut fixé au premier dimanche après la fête de saint Rémi (soit après le 1er janvier). La déclaration authentique, délivrée par l'évêque consécrateur, se trouve au tome XII des Miscellanea (Hasselt, n° 6731, fol. 71).

    Le 6 septembre 1724, Jean MOSSOUX, nouveau curé de cette paroisse, s'adressa à l'abbé de Saint-Trond pour obtenir la permission de vendre un vieux chemin allant vers Terwagne. Le produit de la vente devait servir à la réparation de la tour de l'église. Cette permission lui fut accordée.

    Le curé suivant, L. Van Berwaer, déclarait qu'il avait prié, le 7 février 1768, l'abbé de Saint-Trond de contribuer par moitié à la réparation de la tour, faite en l'an 1766 et que le prélat avait gracieusement acquiescé à sa demande.  

    Au milieu de XIXe siècle, en 1849-1850, cette deuxième église fut considérée comme trop petite et vétuste et fut reconstruite en briques pour une somme d’environ 30 000 frs or (architecte Jean-Charles Delsaux, celui qui a conçu le Palais Provincial de Liège en style neo-gothique). La réparation de la tour et de la sacristie sera faite en 1853. Les vitraux de l’église représentent les vies de St Pierre et de St Trudon (ou St Trond) (date 1934 ?).

    En 1934, il faut constater que l’église est de nouveau dans un triste état. C’est alors qu’une grande rénovation et un agrandissement sont entrepris, grâce au dévouement du Curé Auguste Mattart et sous le mécénat de Charles Fabri, notable du village. L’autel majeur actuel date de cette époque.

    Cette rénovation apporte à l'église un chœur pavé en marbre de Rance, un autel en marbre rouge et une chaire à prêcher en bois précieux sculpté, posé sur un socle de marbre rouge et noir. La porte d'entrée est changée, on y remarque deux panneaux de chêne rehaussés de 2 panneaux bronzés représentant Saint Jean-Baptiste et Saint Siméon.

    C'est à cette époque qu'est construite la chapelle baptismale. Les fonds baptismaux sculptés, dans un bloc de marbre vert de Scandinavie, forment le centre de cette chapelle octogonale dont les murs sont décorés de marbre noir et percés de petits vitraux colorés. Concernant cette chapelle baptismale, la Commission Royale des Monuments et Sites avait fait connaître, en 1935, au Ministre de la Justice qu’elle joignait ses protestations à celles du Comité Provincial des Correspondants de Liège, au sujet de la construction sans autorisation officielle, d’une chapelle contre le côté Sud de l’église de Seny. La Commission a prié Mr le Ministre précité de bien vouloir rappeler à l’ordre la Fabrique d’Eglise quant au respect des prescriptions de l’AR du 16 août 1824. Ce qui n’a eu aucun effet puisque la chapelle est toujours bien là !

    La décoration de l'abside a été réalisée par Jules David, en collaboration avec M. de Falloise. Elle représentait la scène de la transfiguration du Christ. A l'heure actuelle, de cette scène, seul un Christ magistral s'avançant vers l'assemblée reste visible.

    L'église de Seny a relevé, jusqu'à la Révolution française, de l'Archidiaconé de Condroz et du Concile d'Ouffet. Elle avait rang de quarta capella.

    On pourrait s’étonner de la présence du retable, grande toile peinte, représentant Saint Lambert, située au dessus de l’autel latéral droit. Il faut savoir qu’en fait Saint-Lambert est le saint patron du village, alors que l’église est dédiée à Saint Pierre.

    capture ecran 2016-08-24 à 15.04.48.jpg

    Pierre commémorative, datée de 1849, d'un miracle certifié par Hubertus Sutendael, abbé de Saint-Trond en 1647
    Blason d’Hubertus Sutendael, abbé de Saint-Trond 1645

    capture ecran 2016-08-24 à 15.05.14.jpg

    Toile représentant la prédication de Saint Lambert du peintre Jean-guillaume Horquy (+/-1855-1861)
    Statue de grès peint (ht 2m) de Saint Trudon réalisée par Lambert HERMAN, sculpteur vers 1855

  • Modave: les chambres d'hôtes «Aux 4 saules» ouvrent leurs portes à Vierset-Barse

    Anke et Eddy ont réaménagé une ancienne ferme en un lieu de quiétude au charme champêtre

    Anke Rinkes (49) et Eddy Mathys (48) sont deux amoureux de la nature. Passionnés par le monde de la ferme, ils avaient autrefois une propriété à Rotselaar où ils hébergeaient des animaux de la ferme. Mais l’envie de vivre dans une ferme était plus fort que tout. Si bien que très vite, ils se sont mis à la recherche d’une bâtisse et sont tombés, en 2009, sous le charme d’une ferme vétuste mais au grand potentiel située rue Surroyseux à Vierset Barse. «Lorsque nous l’avons visitée, cela tombait sous le sens. La ferme était bien trop grande pour nous, elle se prêtait vraiment bien au concept de chambres d’hôtes », se souvient Anke Rinkes. Commence alors une longue période de travaux qui permet à la bâtisse de retrouver son cachet d’antan. Une partie d’aile a été réservée pour y aménager 4 chambres.

    gite modave.jpg

    UNE BÂTISSE DU 17E SIÈCLE
    Adeptes de la simplicité, ce couple de Flamands a souhaité rester fidèle au style de la ferme dont les premières traces datent du 17e siècle. Ils proposent ainsi des chambres spacieuses aux couleurs sobres et meublées par des pièces uniques datant de plusieurs dizaines d’années. «Il s’agit de notre première expérience de chambres d’hôtes et nous espérons que les personnes se sentiront ici chez elles. Nous recherchions le calme, c’était un rêve de vivre dans une ferme et nous l’avons fait. Nous vivons ici depuis 3 ans. Le cadre est très accueillant, les gens sont amicaux, sympathiques et très agréables. »
    « Aux 4 saules », vous trouverez donc le calme, certes, mais surtout un retour aux sources et à la simplicité. Que serait une ferme sans animaux ? Le cadre se prête tout à fait aux séjours en famille. «Nous avons des moutons, des chevaux, des chiens ainsi qu’un âne. » Libre aux hôtes qui le désirent de donner un coup de main à Eddy Mathys, mari et fermier passionné. «Autrefois, il travaillait en tant que technicien chez Danone. Il a arrêté pour se consacrer à sa passion », explique Anke. « J’ai ça dans le sang », confie Eddy. «Notre but est de partager notre plaisir de pouvoir vivre en campagne et notre façon de vivre. »
    Afin de garantir le meilleur accueil qu’il soit, chaque hôte reçoit un mot de bienvenue. Des chaussons brodés à la main à l’entrée invitent les clients à y glisser leurs pieds pour que, dès le début de leur séjour, ils se sentent comme chez eux. Ce havre de paix est agrémenté d’un jardin fleuri et d’une terrasse qui vous feront tomber sous le charme.-
    C.L. (La Meuse du 26 juillet)
    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite