Police

  • Week-end sans alcool: moins de 2% des conducteurs contrôlés positif

    capture ecran 2019-01-16 à 10.17.22.jpg

    L’action s’est déroulée du vendredi à 18h jusqu’au lundi 06h dans toutes les régions du pays. Sur les 34.715 personnes contrôlées par la police fédérale et l’ensemble des zones de police locales, 34.092 ne conduisaient pas sous l’influence de l’alcool.
    Le pourcentage de conducteurs positifs diminue légèrement par rapport à la même action l’année dernière, avec 1,80% ce week-end contre 1,88% en janvier 2018.
    (La Meuse) Photo Belga.

  • Fraude présumée à La Zone de police du Condroz

    La Zone de police du Condroz est actuellement secouée par une affaire de fraude présumée.
    L’ancien chef de corps de la Zone de police du Condroz, l’Ouffetois Philippe Prévot, et un officier-adjoint auraient acheté des vêtements civils sur le compte de la Zone de Police. Ils sont actuellement tous les deux en maladie et attendent leur pension.

    capture ecran 2019-01-11 à 16.41.32.jpg

    « En août 2014, l’ancien chef de corps a demandé que les policiers qui sont en représentation puissent acheter des vêtements civils. La masse d’habillement des policiers est régie par une loi fédérale qui attribue un quota de points, environ 35.000 par an, à chaque policier pour ses vêtements. Le collège a accepté tout en insistant que cela devait être fait dans le respect strict de la législation », explique Philippe Dubois, président de la Zone de Police du Condroz.
    Le hic, c’est qu’il y a un an, le collège de police a constaté une explosion des montants de cette masse d’habillement qui s’est poursuivie lors des budgets suivants.
    « Il y avait une relation de confiance avec l’ancien chef de corps. Le collège a toujours travaillé sur base des rapports qu’il nous présentait. Il y a à présent une présomption d’abus et nous savons que nous avons reçu de mauvaises informations », ajoute Philippe Dubois.
    « Fin de l’année 2018, lors de deux comités de concertation de base, l’autorité nous a informé qu’elle avait constaté cette explosion budgétaire de la masse d’habillement. Pour une zone de police à taille équivalente, le budget est de 40.000€ (NDR : il est de 85.000€ en 2019). Le président de la zone nous a indiqué qu’il fallait tenir compte que 10 à 12 agents ont été engagés ces dernières années mais cela n’explique pas tout », indique Fabrice Discry, délégué permanent SNPS.
    « La Zone de Police du Condroz a fait le choix de ne plus s’adresser à la police fédérale mais a lancé un marché public qui a été remporté par une société. Cela coûte plus cher mais la qualité est meilleure », précise Fabrice Discry.
    « Je suis outré par ces dépenses effectuées par l’ancien chef de corps et un officier adjoint sur le compte de la Zone de Police ! Je préfère que cet argent soit utilisé pour acheter du matériel de protection et de sécurité des policiers ou pour payer les heures supplémentaires, s’il y en a. Ces pratiques portent atteinte à l’image de la police alors que tous les autres policiers de la Zone du Condroz sont intègres. Je mettrai ce point à l’ordre du jour du prochain comité de concertation de base », prévient encore le délégué syndical.
    « Nous avons prévenu la tutelle de ces problèmes budgétaires en avril dernier. Nous ferons toute la lumière sur ce qui s’est passé et nous voulons rassurer la population. Un Conseil de Police s’est tenu ce mardi soir et à l’unanimité, les dix bourgmestres ont décidé de se faire assister d’un avocat pour gérer la situation. Une commission interne, chargée de l’habillement, va être mise en place avec tous les partenaires concernés, y compris les organisations syndicales avec qui nous avons de bonnes relations », annonce Philippe Dubois.
    A noter que Philippe Prévot que nous n’avons pu joindre, n’a toujours pas été remplacé par le Liégeois Paul Carral Vazquez après plus de deux ans d’attente. « Nous attendons toujours la signature de l’arrêté royal et sa parution au Moniteur. Si le Roi pouvait signer rapidement, cela apporterait de la sérénité dans la Zone de Police du Condroz et cela permettrait de faire avancer les choses », conclut Fabrice Discry.

    Article de Marc Gérardy dans la Meuse du 9 janvier.
    Lire également dans cet article: Suspension du prononcé pour Philippe Prévot en 2015

    L’ex-chef de zone réagit!
    « Je me demande pourquoi cette prétendue affaire sort maintenant, s’insurge Philippe Prévot. Tous les achats ont toujours été effectués en totale transparence. (...) Le Collège était au courant, ou alors ils signent des documents sans les lire… » Lire la suite ci-dessous
    .

    Lire la suite

  • Tinlot. Vandalisme à Seny. Dégradations au cimetière, à l’église l’été dernier, boîtes à livres, cela suffit!

    La Meuse Huy-Waremme a fait écho aux actes de vandalisme à Seny et interviewé André Dumont, Président du CCT.
    Les vandales ont encore sévi dans le petit village de Seny (Tinlot). Après les dégradations au cimetière puis à l’église Saint-Pierre l’été dernier, ils ont cette fois saccagé des boîtes à livres qui venaient d’être installées juste avant les fêtes. Des actes qui révoltent André Dumont, le président du Comité Culturel qui a concrétisé ce projet de boîtes à livres.

    Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois.

    Le spectacle est désolant. Sur la place du Baty à Seny (Tinlot), le meuble recyclé en boîte à livres a été complètement explosé. Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois sur le sol.
    « Nous avons fait ce triste constat en fin de semaine dernière. Mais je viens d’apprendre ce lundi que la deuxième boîte à livres a également été saccagée », déplore André Dumont, le président du Comité Culturel de Tinlot. « C’est triste, révoltant. Un acte gratuit ! C’est le comité du Baty qui avait réaménagé un ancien meuble pour en faire une boîte à livre. Il n’a sans doute pas fallu 2 minutes pour démolir ce meuble. Il a fallu des heures et des heures pour le fabriquer, l’aménager, l’installer. S’attaquer à une caisse en bois, c’est très peu courageux, c’est trop facile ! S’attaquer à une boîte à livres, c’est détruire ce qu’elle contient et qui fait notre intelligence, ce qui fait qu’on peut devenir une personne capable de penser, de réfléchir, de comprendre et d’aimer… »

    Edition numérique des abonnés
    Blog Tinlot

    Ce n’est pas la première fois que le petit village de Seny est victime de dégradations. « La dernière fois, c’était l’église Saint-Pierre l’été dernier », rappelle André Dumont. En effet, de la cire de bougie avait été répandue sur les murs et sur les statues, des fleurs et du mobilier avaient aussi été vandalisés.
    Lire aussi Vandalisme à l’église de Tinlot: de la cire sur les statues
    « Visiblement, il y a une bande de voyous qui cible Seny. Une plainte a été déposée. J’espère que la police va pouvoir mettre la main dessus ».

    Le Comité Culturel de Tinlot a installé des boîtes à livres dans les différents villages de la commune condruzienne juste avant les fêtes. « L’idée avait été lancée voici un peu plus de quatre ans. Elle est revenue sur la table en 2018 et cela s’est concrétisé avant Noël. Il reste encore à en installer une à Scry, et puis, nous allons en remettre à Seny. J’ai fait un petit tour récemment dans les différentes boîtes et elles fonctionnent déjà. Certains livres sont partis et d’autres sont arrivés. C’est une bonne chose », conclut André Dumont.
    Souhaitons à présent que ces boîtes ne soient plus victimes de vandalisme.
    Appel à témoin

    Vous avez vu quelque chose? Contactez la police !
    La police de proximité de Tinlot lance un appel suite à ces deux boîtes à livres vandalisées dans le village de Seny (sur la place du Baty et à Coënhez) pour tenter d’identifier les auteurs des faits. « Nous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau depolice à Tinlot entre 08h00 et 12h00 et 13h00 et 17h00 du lundi au vendredi via le numéro de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail à l’adresse sui- vante: police@tinlot.be. Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101. » A bon entendeur !
    Article complet dans la Meuse du 8 janvier 2018.

  • La Boîte à livres de Coënhez également vandalisée

    Coënhez.jpg
    La boîte à livres installée à Coënhez le 22 décembre également détruite !

    "Il en est de même avec la boite à livres à Coënhez (Seny)!!!

    capture ecran 2019-01-07 à 17.19.16.jpgNous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau de police ici à Tinlot entre 08:00 et 12:00 et 13:00 et 17:00 du lundi au vendredi via le n° de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail: police@tinlot.be
    Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101."
    Ce commentaire a été posté par Christophe Piret. (Agent de proximité)
    https://www.police.be/5296/contact/commissariats/poste-de-police-de-proximite-de-tinlot

    Commentaire publié lundi vers 17h

  • Rappel. Armes à feu: à régulariser jusqu'au 31 décembre (ce lundi)

    capture ecran 2018-12-28 à 20.07.21.jpg

    Il reste très peu de temps pour régulariser les armes à feu en votre possession si vous ne l’avez pas encore fait : jusqu’au lundi 31 janvier. Depuis la loi sur les armes de 2006, toutes les armes soumises à autorisation doivent faire l’objet d’une déclaration ou d’un renouvellement de leur titre de détention. La dernière limite pour les particuliers ne l’ayant pas encore fait est ce 31 décembre 2018.
    Après cette date, plus aucune régularisation ne sera possible. Les détenteurs qui ne se seront pas mis en ordre seront donc dans l’illégalité et pourront encourir des sanctions pénales.
    Lire la suite sur RTC

    Le blog spécialisé du Service des Armes qui met à jour les informations relatives à cette matière : http://www.armesliege.com/

  • Condroz. La Zone de Police du Condroz a son nouveau chef de corps.

    capture ecran 2018-11-30 à 12.51.01.jpgMardi dernier, le Conseil de Zone de la police du Condroz a désigné son nouveau chef de Zone  à l'issue d'un vote à huis clos.

    « Nous attendions cette désignation depuis plus de deux ans, depuis le départ de l’Ouffetois Philippe Prévot. Le dossier a été envoyé au Ministère de l’Intérieur avant parution de l’arrêté royal », précise Philippe Dubois, bourgmestre de Clavier, président du Conseil de Police.
    Si le nom du nouveau chef de corps ne sera dévoilé qu'à la parution de l'arrêté, La Meuse précise que selon ses informations, il s'agit de Paul Carral Vazquez, policier liégeois.
    (Lire l'article complet dans la Meuse digitale)

     

  • Avis de disparition. Auguste Franckart (17 ans), de Nandrin, a donné de ses nouvelles

  • Avis de disparition (Police Fédérale). Auguste Franckart (17 ans) de Nandrin

    capture ecran 2018-11-28 à 20.53.34.jpg

    Diffusé à la demande du Parquet de Liège, division Huy
     
    Le mardi 27 novembre 2018 dans l’après-midi, Auguste FRANCKART, un jeune homme âgé de 17 ans, a quitté son domicile à NANDRIN, rue de Bourgogne.
    Depuis lors, il ne s’est plus manifesté.
    Il circule avec un vélo VTT de marque GHOST de couleur noire muni de lignes fluorescentes vertes. Le vélo est équipé de sacoches à l’arrière.
    Auguste mesure 1m77 et est de corpulence mince. Il a des cheveux bruns coupés court et les yeux bruns.
    Au moment de sa disparition, il était vêtue d’un pantalon noir, d’une veste de VTT orange fluorescente et d’un casque noir.
    Il est demandé à Auguste de prendre contact avec sa famille et ses proches afin de les rassurer.

  • Discuter de la justice de proximité aux journées portes ouvertes, à Huy le samedi 24/11

    Des procès fictifs se tiendront le 24 novembre

    Le Palais de justice de Huy ouvre ses portes ce 24 novembre. L’événement se tiendra autour du thème de la justice de proximité, de plus en plus menacée, selon le bâtonnier Xavier Mercier, et particulièrement à Huy.

    capture ecran 2018-11-14 à 20.31.05.jpg

    Ce 24 novembre, les Hutois pourront visiter le Palais de justice de Huy sous un autre œil. En effet, l’institution ouvre ses portes au grand public. Cette journée se déroulera autour du thème de la « Justice de proximité, proximité de la justice ». « Cette organisation est de l’ordre communautaire, mais cette fois-ci, le thème est très particulier à Huy puisque notre arrondissement judiciaire est frappé par une restructuration », explique le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Huy, Xavier Mercier. Pour le bâtonnier, la situation est alarmante. « Un arrêté royal nous ampute de 30.000 justiciables (Engis, Lincent, Hannut, Hamoir, Ferrières), cela signifie donc de 30 % de contentieux en moins, c’est dramatique pour les justiciables qui doivent se déplacer jusqu’au palais de justice de Liège ».
    Xavier Mercier dresse également les difficultés que le redécoupage des cantons judiciaires implique pour les zones de police. « J’ai la certitude qu’il ne restera plus grand chose à la Justice de Paix de Huy d’ici 5 à 10 ans. Voilà vers quoi l’on va ».
    Toutes ces questions seront l’objet d’un débat ce 24 novembre dès 11h15. À ce débat seront présents trois magistrats.
    Et durant la journée, il sera également possible de visiter des stands de différents intervenants de la justice tels que la Maison de la Justice, ASBL Médiante, le SAJ, le service d’aide aux victimes. « Nous voulons permettre aux gens de rentrer en contact avec des services qui pourraient directement les concerner et les aider en cas de problème », précise Xavier Mercier.

    La journée se déroulera de 10 à 16h, quai d’Arona, 4, 4500 Huy.
    Voir l'article complet dans l'édition de la Meuse digitale

  • Tinlot. Attention, des voleurs repérés à Ramelot

    2128325754.2.jpg

    Photo prétexte à Ramelot. AL

    Dans la nuit de vendredi à samedi, dans le virage précédent le château d'eau (carrefour vers Linchet) à Ramelot, un habitant circulant en voiture a repéré une camionnette Peugeot blanche stationnée à un endroit inhabituel. Il a faitdemi-tour pour prendre le numéro de plaque. A ce moment, il a aperçu un individu dans l'allée de garage d'un villageois. Après avoir signalé les faits à la police de Tinlot, il s'agirait d'un individu déjà signalé!
    Prudence donc, en sachant également que novembre et décembre sont des mois propices aux cambriolages...
    N'hésitez pas à communiquer avec vos voisins et à prévenir directement la police.
    Voir les conseils pratiques dans l'article précédent "1 jour sans"

  • Les sanctions administratives communales: le règlement complet en vigueur

    capture ecran 2018-11-05 à 18.20.26.jpg

    En réponse au commentaire sur l'article : Condroz. Les sanctions administratives communales sont entrées en vigueur depuis le 15/10, voici le règlement complet que vous pouvez télécharger sur le site communal tinlot.be

    Ce règlement est commun aux 10 communes de la Zone de Police du Condroz, à savoir: Anthisnes – Clavier – Comblain-au-Pont – Ferrières – Hamoir – Marchin – Modave – Nandrin – Ouffet – Tinlot.
    Il a été approuvé par le conseil communal de Tinlot le jeudi 3 mai 2018 et est entré en application le 15 octobre 2018.
    Il intègre les dispositions prévues par la loi concernant les sanctions administratives communales. Il s’appuie, par ailleurs, sur un protocole d’accord conclu avec l’office du Procureur du Roi de Liège.

    Il se divise en 4 parties :
    1.  Le règlement en matière de police administrative : de la sécurité, de la propreté et de la tranquillité publique
    2.  Les infractions relatives à l’arrêt et au stationnement
    3. Les infractions environnementales (déchets, eau, conservation de la nature, lutte contre le bruit, bien-être animal,...)
    4.  Les dispositions concernant la voirie communale

    A télécharger sur le site communal tinlot.be
    http://www.tinlot.be/images-1/reglement-general-de-police

  • Détention d'armes à feu: fin de la période de régularisation, il est encore temps ...

    13062357_1083893248337305_8345085301787777221_n.jpg

    
Service Armes du Gouverneur de la Province de Liège

    Fin de la période de régularisation : il est encore temps de réagir ...
    Comme vous le savez déjà, le législateur a prévu une nouvelle période de régularisation afin que tout un chacun ait l'occasion d'envisager la régularisation de sa situation en matière d'armes à feu.
    Vous détenez une arme sans le titre requis ?
Prenez contact sans délai avec le gestionnaire "armes" de votre zone de police en vue d'envisager un rendez-vous et de régulariser votre situation.
    En effet, la période de régularisation se termine fin d'année, mais le seul moyen de prouver que vous vous êtes mis en ordre sera de fournir un document (un modèle 6A ou un modèle 10A selon les cas) qui devra être remis par votre police locale.
    Vous avez hérité d'armes il y a de nombreuses années, sans vous être inquiété de savoir quelles formalités il convenait d'accomplir, vous avez omis de déclarer vos armes lors de la période de régularisation de 2006-2008, vous vous rendez compte que certaines de vos armes sont détenues sans le titre requis, vous n'êtes certainement pas le seul dans cette situation et c'est votre dernière chance pour vous mettre en ordre.
    Alors un conseil, téléphonez à votre gestionnaire "armes" dans les meilleurs délais afin d'en finir avec cette situation stressante de détention illégale d'armes à feu.
    MD

    Source: https://www.facebook.com/search/top/?q=police%20condroz

  • 26 octobre: journée d'action contre les cambriolages

    capture ecran 2018-10-25 à 12.07.19.jpg

    1 jour sans

    Saviez-vous qu’environ 144 cambriolages sont commis par jour dans les habitations en Belgique ?
    Les coûts sociaux y afférents sont considérables : chaque année, nous payons plus de 350 millions euros …

    Le 26 octobre 2018 aura lieu la journée d’action ‘1 jour sans’, lors de laquelle nous combattrons les vols dans les habitations.

    Voir le site https://www.1joursans.be/

    capture ecran 2018-10-25 à 12.11.08.jpg

    Voir la vidéo

  • Condroz. Les sanctions administratives communales sont entrées en vigeur depuis le 15/10 !

    Nouveau règlement. Attention aux nouvelles sanctions dans le Condroz

    Les sanctions administratives communales (SAC) sont en vigueur depuis ce lundi 15 octobre dans les 10 communes de la zone du Condroz. Cela signifie que, désormais, les habitants peuvent recevoir une amende pour toute une série de « petits » délits qui, auparavant, ne faisaient plus l’objet de poursuite pénale. Il peut s’agir de dépôts d’immondices, de tapage nocturne ou de crottes de chien abandonnées sur un trottoir…

    capture ecran 2018-10-20 à 13.58.19.jpg
    Les dépôts d'immondices seront sanctionnés !

    La plupart des villes ont déjà adopté ce type de règlement, mais pour les 10 communes de la zone du Condroz, ce n’était pas encore le cas. Au terme d’un long processus, le règlement est enfin bouclé.

    DSC_0735.jpg« Chaque commune a envoyé un fonctionnaire à différentes réunions pour plancher sur ce règlement, souligne Philippe Dubois le président de la zone de police (photo), je tiens à les féliciter pour leur travail. »

    Désormais, via le système des SAC, les Condruziens pourront être sanctionnés pour des « petites » incivilités, tel que le fait d’uriner sur la voie publique ou de ne pas ramasser les excréments de son animal de compagnie.
    Les infractions environnementales tels que des dépôts d’immondices, du tapage nocturne, le fait de laisser divaguer son chien ou de le laisser aboyer durant toute la nuit, sont aussi visées par les SAC. Enfin, les sanctions concernent aussi des infractions relatives à l’arrêt au stationnement des véhicules. Le non-respect de la zone bleue, peut, par exemple, être visé.
    Au sein de la zone du Condroz, ce sont les policiers qui feront office d’agents constatateurs et qui seront donc chargés de notifier les sanctions administratives communales. « Nous n’aurons pas de personnel supplémentaire » confirme le président de la zone. Cela permettra toutefois aux policiers d’intervenir dans le cadre de situation où, jusqu’à présent, ils ne pouvaient pas faire grand-chose.Une fois le P.-V. rédigé, ce sera au fonctionnaire sanctionnateur, qui dépend de la Province, de déterminer la hauteur de la sanction.
    A quelle amende doit s’attendre un citoyen concerné par une sanction administrative ? Cela dépend de l’infraction. En moyenne, elle tourne autour des 50 euros, mais le montant est fixé en fonction de la gravité du fait et des conséquences qu’il a causé sur l’environnement.
    En cas d’infraction environnementale extrêmement grave cela peut monter jusqu’à 100.000 euros.- A.BT La Meuse du 19 octobre.

  • Nouveau. Les policiers pourront exercer un second métier

    capture ecran 2018-08-07 à 12.45.35.jpgUne nouvelle disposition légale qui entrera bientôt en vigueur va permettre aux auxiliaires et aux fonctionnaires de police de cumuler leur fonction avec un autre job ou une activité de bénévole.
    Jusqu’ici, le cumul de professions n’était accessible qu’aux membres du cadre logistique et administratif. « Un policier ne pouvait par exemple pas siéger comme administrateur dans une société, même s’il s’agissait d’une entreprise familiale », illustre Vincent Gilles, président national du SLFP-Police, le syndicat à l’origine de la revendication. «Mais le contexte a changé ». Certains parvenaient à décrocher une dérogation.
    Un manque de clarté et d’homogénéité qui créait «beaucoup de diversité interne entre les différentes zones et également au sein de la police intégrée », dit-on au cabinet du ministre de l’Intérieur.
    Le cumul de fonctions est autorisé « sauf exception ». La loi conserve quelques incompatibilités comme le métier de policier-ambulancier, policier-moniteur d’auto-école ou policier-garde champêtre. Les métiers liés à la sécurité privée sont exclus de ce cumul en vertu de la loi Tobback.
    L.S. La Meuse du 7 août