Solidarité

  • Une importante vague de grèves ce vendredi, particulièrement en province de Liège

    capture ecran 2018-12-13 à 21.13.00.jpg

    Vendredi matin, une importante grève menée en front commun touchera tout le pays et en particulier la région liégeoise.
    Lire l'article complet dans l'édition de la Meuse digitale, mais voici, secteur par secteur, les différentes actions envisagées. Prenez vos précautions!

    Pas de blocage dans les commerces
    Difficile de dire avec précision ce qu’il se passera dans le courant de la journée. Les commerces ne devraient pas être touchés, il sera donc possible de faire ses courses relativement facilement. Nous savons toutefois que des équipes de militants circuleront dans les commerces, notamment au centre-ville de Liège, pour faire signer une pétition. Des tracts seront aussi distribués à l’entrée de certaines grandes surfaces.

    La SNCB et la Poste épargnées
    Ces deux grands secteurs nationaux n’ont pas donné de mot d’ordre général. Il devrait y avoir des trains et du courrier ce vendredi.

    Presque pas de bus
    Dona Balbo, la déléguée FGTB au dépôt de Robermont, nous avait confirmé début de semaine qu’il fallait s’attendre à ce qu’il n’y ait aucun bus ce vendredi: « aucun bus ne sortira, il n’y aura même pas besoin de piquet ».
    Selon une dernière estimation du TEC Liège-Verviers, il n’y aura effectivement presqu’aucun bus en région liégeoise : 5 % des services sur Liège et en agglomération seront en effet assurés, 0 % sur la région de Seraing. C’est le blocage complet au dépôt de Jemeppe. Les régions de Huy-Waremme et du Condroz seront également fort touchées : 5 % des bus rouleront dans le Condroz et 10 % dans la Hesbaye. Dans la région verviétoise, attendez-vous à un bus sur trois. Par ailleurs, pour les lignes desservant les agglomérations liégeoises et verviétoises, leurs parcours seront limités en périphérie urbaine. Les «ESPACES TEC» seront également inaccessibles.
    Inutile donc de vous précipiter aux arrêts. Préférez les trains si une ligne est située non loin de votre domicile: la SNCB n’a pas annoncé de mouvement de grogne de son côté.

    Des commissariats fermés
    Depuis ce jeudi matin, à 6h, de nombreux corps de police se sont mis en grève pour 48 heures. Un mouvement de grogne inédit selon les syndicats, qui dénoncent le manque d’effectifs, l’absence de revalorisation barémique, d’investissements et qui souhaitent combattre certaines réformes du gouvernement. Plusieurs commissariats sont fermés, notamment à Liège. « Suite au mouvement de grève de ce jour, nous vous informons que les commissariats de St-Léonard, d’Outremeuse, de Ste-Walburge et de Jupille-Wandre sont fermés. Nos autres points d’accueil sont accessibles aux horaires habituels », indiquait la police de Liège ce jeudi.
    Selon le permanent Eddy Quaino, deux journées de grève consécutives à la police, c’est une première. « La journée de ce jeudi est destinée à attirer l’attention sur les revendications plus sectorielles. À savoir : les problèmes d’effectifs, l’absence de revalorisation barémique, le manque d’investissements pour la police intégrée, etc. Nous souhaitons également combattre certaines réformes du gouvernement, comme celles liées aux journées de maladie, par exemple. » Pour rappel, à partir de 2019, les jours d’arrêt maladie auxquels les policiers ont droit chaque année ne pourront plus être cumulés d’une année à l’autre.
    La journée de vendredi sera surtout consacrée au volet pension et pénibilité du métier. La manifestation semble bien suivie. « On a d’excellents échos, notamment à Awans/Grâce-Hollogne, Herstal, Seraing. C’est un véritable signal en région liégeoise, dirigé vers l’autorité gouvernementale. »

    Les administrations inaccessibles
    Du moins dans les grandes villes, qu’elles soient communales, provinciales ou régionales. Mieux vaut y reporter votre visite.

    7 recyparcs sur 49 ouverts
    La grève impactera fortement les services d’Intradel et de ses sous-traitants. Outre le fait que le centre administratif sera inaccessible, voici le point pour ce qui concerne les collectes en porte-à-porte et les recyparcs. Sachez que si les conteneurs (noirs ou verts donc) ou sacs n’étaient pas repris, il conviendra de les ressortir à la collecte suivante.
    Des perturbations pourraient avoir lieu sur les communes de : Amay, Aubel, Berloz, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Dison, Engis, Ferrières, Fexhe, Fléron, Hannut, Herstal, Marchin, Ouffet, Oupeye, Seraing, Ans, Bassenge, Jalhay, Liège, Lontzen, Neupré, Raeren, Soumagne, Verlaine, Verviers et Visé.
    Seuls les recyparcs suivants seront ouverts : Seraing (Boncelles), Waremme, Amay, Huy, Spa, Limbourg et Thimister. Soit 7 sur 49. «Dans ces conditions, nous suggérons, autant que faire se peut de reporter la visite ou de téléphoner au recyparc afin de connaître les disponibilités», conseille Intradel.
    La liste des recyparcs et leurs numéros de téléphone sont disponibles sur leur site internet.

    Les grandes entreprises privées à l’arrêt
    Ou du moins toutes celles où la représentation syndicale est importante. C’est ainsi que les portes d’ArcelorMittal, de CMI, de Safran Aero Boosters, de la FN, de Chaudfontaine Monopole, de Derkenne-Coulinne, etc. devraient être bloquées par des piquets de grève dans le bassin liégeois. A Engis, Prayon devrait être touchée. De même que les carrières Sagrex à Engis et Moha. Des perturbations sont également annoncées dans de grandes enseignes du transport et de la logistique comme Lachs, Swissport, Skechers, Lyreco, la Base Intermarché…
    À Herstal et dans le zoning en particulier, les entreprises des Hauts-Sarts s’attendent à des blocages sur plusieurs ronds-points: à l’échangeur 34 (entrée des Hauts-Sarts) en zone 1, le giratoire dit de l’avion à la sortie d’autoroute 34 à Liers/Milmort, le rond-point Basse Campagne (près du Carrefour).

    Pas de blocage de la circulation
    Tant Jean-Marc Namotte que Joël Thone nous ont cependant affirmé qu’il ne devrait pas y avoir de blocage de la circulation sur les routes et autoroutes liégeoises. « On n’est pas là pour emmerder la population, mais pour travailler pour elle », explique le patron de la FGTB. « Que ce soit en termes de pouvoir d’achats, de pensions, de soins de santé, de blocage des salaires, voilà pourquoi nous nous battons », confirme Jean-Marc Namotte de la CSC.

    Profs en grève
    On nous annonce également d’importantes perturbations dans les écoles de l’enseignement primaire officiel. L’accueil des enfants sera assuré bien sûr mais il devrait y avoir pas mal de professeurs en grève. La situation sera par contre plus contrastée dans le secondaire officiel. « Nous travaillerons normalement », nous a confirmé Mme Englebert, la préfète de l’athénée de Liège 1. « Les examens dans le degré supérieur sont d’ailleurs maintenus. Mais aucun élève bien sûr ne doit être pénalisé. Nous espérons que les parents pourront faire le maximum pour amener leurs enfants à l’école vu l’absence de bus. »
    Il ne devrait par contre pas y avoir de gros problèmes dans l’enseignement libre. « Nous n’avons pas prévu d’actions vu la période des examens », confirme Jean-Marc Namotte, le patron de la CSC, ultra-majoritaire dans ce secteur. « Nous travaillerons normalement », confirme Mathias Thyssen, le directeur du collège Sainte-Véronique de Liège.

    Des tracts devant les hôpitaux et à Bierset
    Un rassemblement aura lieu devant le CHU de Liège de 9h à 10h30. Il s’agira d’une action symbolique pour protester contre l’âge de la mise à la pension : «Nous voulons des fins de carrière soutenables, c’est-à-dire à 55 ans, possibilité de crédit-temps avec droit à une allocation, à 60 ans possibilité de RCC (prépension) sans disponibilité sur le marché du travail et à 65 ans, âge maximum du départ à la pension. Sans cela, le nombre de malades risque d’exploser», avait déclaré Gaëtan Stas, président de la CSC Liège-Huy-Waremme, à l’agence de presse Belga.
    Dès 10h, des travailleurs du secteur hospitalier, des maisons de repos, de l’aide sociale, de l’aide à la jeunesse, de la petite enfance affiliés au SETCa et à la CNE se rassembleront aussi devant la clinique Saint-Joseph à Liège. Ils manifesteront dans le quartier et distribueront une soupe populaire. « N’oublions pas que, derrière le plan gouvernemental, se trouvent des exigences patronales. Il est temps que les employeurs entendent les travailleurs», ajoute Gaëtan Stas, «Depuis quatre ans, les organisations syndicales ont multiplié partout les signaux d’alarme, dans les rues, dans les entreprises, dans les organes de concertation, à travers des manifestations citoyennes qui ont réuni des centaines de milliers de personnes, des grèves, des rencontres, des actions symboliques. Nous revendiquons des mesures qui répondent réellement aux besoins des gens».
    De manière générale, mis à part quelques perturbations dans les prises de rendez-vous et aux entrées où les distributions de tracts sont prévues, il ne devrait pas y avoir d’autres problèmes. « Les patients attendent déjà très longtemps avant d’avoir un rendez-vous, nous tenons à les honorer », confirme le porte-parole du CHU, Louis Maraite.

    Une action est aussi prévue à Bierset.

  • Aucun bus et perturbations un peu partout ce vendredi à Liège

    capture ecran 2018-12-10 à 21.21.26.jpg

    Ce vendredi 14 décembre a été décrété journée de grève générale par les trois syndicats réunis. Toute l’économie du pays va s’en ressentir. Le point sur l’arrondissement de Liège.
    Elle était programmée de longue date, mais elle tombe à pic. La journée de grève générale décrétée en front commun par les trois syndicats FGTB, CSC et CGSLB, va essayer de récupérer deux moments importants. « L’action des gilets jaunes qui, sans être coordonnée par nous, contient une bonne part de nos revendications, notamment sur le pouvoir d’achats, explique Jean-Marc Namotte, le patron de la CSC liégeoise. Mais aussi le moment est bon puisque la NV-A vient de quitter le gouvernement et c’est peut-être l’espoir de quelques évolutions. »
    Pas de bus : Dona Balbo, déléguée FGTB au dépôt de Robermont nous l’a confirmé : « il n’y aura aucun bus qui sortira des dépôts vendredi. Il n’y aura même pas besoin de piquet. »
    Prenez donc vos précautions !

    Écoles officielles perturbées : On nous annonce également d’importantes perturbations dans les écoles de l’enseignement primaire officiel. L’accueil des enfants sera assuré bien sûr mais il devrait y avoir pas mal de professeurs en grève.
    La situation sera plus contrastée dans le secondaire officiel. « Normalement, nous travaillerons normalement, nous confirme Mme Englebert, la préfète de l’athénée de Liège 1. Les examens dans le degré supérieur sont d’ailleurs maintenus. Mais aucun élève bien sûr ne doit être pénalisé. Nous espérons que les parents pourront faire le maximum pour amener leurs enfants à l’école vu l’absence de bus. »
    Pas de problèmes dans l’enseignement libre : Par contre, il ne devrait pas y avoir de gros problèmes dans l’enseignement libre. « Nous n’avons pas prévu d’actions vu la période des examens », confirme Jean-Marc Namotte, le patron de la CSC, ultra-majoritaire dans ce secteur. « Nous travaillerons normalement », confirme Mathias Thyssen, le directeur du collège Sainte-Véronique de Liège.

    Faibles perturbations dans les hôpitaux : Du côté des hôpitaux, mis à part quelques perturbations dans les prises de rendez-vous et aux entrées où des distributions de tracts sont prévues, il ne devrait pas y avoir d’autres problèmes. « Les patients attendent déjà très longtemps avant d’avoir un rendez-vous, nous tenons à les honorer », confirme le porte-parole du CHU, Louis Maraite.
    Administrations fermées : du moins dans les grandes villes, qu’elles soient communales, provinciales ou régionales. Même constat pour tous les parcs à conteneurs qui devraient être fermés. Mieux vaut y reporter votre visite.
    Grandes surfaces perturbées : du côté des grands magasins, il ne devrait pas y avoir non plus de blocage. « Vu le contexte et la période de fin d’année, nous préférons des distributions de tracts aux entrées », confirment les deux patrons syndicaux.
    Les grandes entreprises privées à l’arrêt : Ou du moins toutes celles où la représentation syndicale est importante. C’est ainsi que les portes d’Arcelor Mittal, de CMI, de Safran Aero Boosters, de la FN, de Chaudfontaine Monopole, de Derkenne-Coulinne, etc. devraient être bloquées par des piquets de grève dans le bassin liégeois.
    Il y aura des piquets de grève devant toutes les grandes entreprises privées et publiques de la région liégeoise (photo Belga)
    SNCB et Poste : Par contre, ces deux grands secteurs nationaux n’ont pas donné de mot d’ordre général. Même si des perturbations sont à craindre, il devait y avoir des trains et du courrier ce vendredi.
    Pas de blocage de la circulation
    Tant Jean-Marc Namotte que Joël Thone nous ont cependant confirmé qu’il ne devrait pas y avoir de blocage de la circulation sur les routes et autoroutes liégeoises. « On n’est pas là pour emmerder la population, mais pour travailler pour elle », explique le patron de la FGTB.

    Lire l'article complet dans la Meuse digitale

  • 70 ans aujourd'hui de la déclaration universelle des droits de l'homme

    capture ecran 2018-12-10 à 09.32.55.jpg

    Dans une enquête réalisée à l’été 2018, 75% de la population en Belgique francophone se dit globalement “très “ ou “ assez sensible” au respect des droits humains. C’est une donnée encourageante malgré qu’une personne sur quatre en Belgique francophone se déclare peu sensible, insensible, voir sélective par rapport à ces mêmes droits. Amnesty International se réjouit de l’attachement manifesté par une grande majorité de la population aux valeurs exprimées à la Déclaration universelle des droits de l’homme.

    capture ecran 2018-12-10 à 09.39.43.jpg

    Plus de la moitié de la population en Belgique francophone ne connait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme
    Même si la majorité de la population belge francophone est attachée aux valeurs exprimées de la Déclaration, celle-ci ne connaît paradoxalement pas bien le texte qui les fonde. En effet, plus d’un Belge francophone sur deux affirme ne pas connaître ce texte ou ne pas savoir ce qu’il contient. La proportion de gens ne la connaissant pas est beaucoup plus importante chez les plus jeunes puisque 37% des 18-34 ans indiquent même ne jamais en avoir entendu parler ! Parmi ceux qui la connaissent, ils sont une écrasante majorité à penser qu’elle devrait être enseignée à l’école, que ses principes (universalité, inaliénabilité, interdépendance) sont intangibles et qu’elle est toujours d’actualité.

    Amnesty.be
    Notre dossier sur les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l'homme

    capture ecran 2018-12-10 à 09.49.18.jpg

     
    capture ecran 2018-12-10 à 09.54.52.jpgTexte de référence pour Amnesty International, il fut adopté le 10 décembre 1948
    par l’Assemblée générale des Nations unies.
    Voir le texte complet ci-dessous

    Lire la suite

  • Anthisnes. Villages solidaires: appel à la solidarité des habitants (projet pilote du GAL)

    47196867_1988539417900377_235839347167854592_o.jpg

  • La limite d'âge de 71 ans supprimée pour le don de sang

    capture ecran 2018-11-22 à 18.06.28.jpg

    Le Conseil des ministres a validé, en juin dernier, que toute personne ayant atteint l'âge de 71 ans pourra continuer à donner du sang dès l'automne 2018, à condition qu'elle ait donné du sang pour la première fois avant son 66e anniversaire et que le dernier don ne remonte pas à plus de trois ans.
    Une limite sans raison
    "L'âge maximum pour donner du sang, du plasma ou des plaquettes a augmenté par le passé dans notre pays, mais il n'existe aucune base scientifique pour maintenir cette limite", fait remarquer Maggie De Block.
    "En vertu de la réglementation actuelle, vous pouvez devenir donneur jusqu'à votre 66e anniversaire et continuer à donner jusqu'à la veille de votre 71e anniversaire, à condition que le dernier don n'ait pas été fait il y a plus de trois ans. Par conséquent, 8000 donneurs connus devraient cesser de donner du sang au cours des cinq prochaines années".
    La volonté de la ministre de faire évoluer la limite d'âge répond aux pénuries récurrentes qui mettent la Croix-Rouge en état d'alerte quasi permanent. (Voir le reportage de la RTBF)

    capture ecran 2018-11-22 à 18.01.26.jpg

    capture ecran 2018-11-22 à 18.03.21.jpg

    N'hésitez pas à nous appeler gratuitement au 0800 92 245 pour de plus amples informations.
    Voir le site

     

  • Avis de disparition (Police Fédérale). Auguste Franckart (17 ans) de Nandrin

    capture ecran 2018-11-28 à 20.53.34.jpg

    Diffusé à la demande du Parquet de Liège, division Huy
     
    Le mardi 27 novembre 2018 dans l’après-midi, Auguste FRANCKART, un jeune homme âgé de 17 ans, a quitté son domicile à NANDRIN, rue de Bourgogne.
    Depuis lors, il ne s’est plus manifesté.
    Il circule avec un vélo VTT de marque GHOST de couleur noire muni de lignes fluorescentes vertes. Le vélo est équipé de sacoches à l’arrière.
    Auguste mesure 1m77 et est de corpulence mince. Il a des cheveux bruns coupés court et les yeux bruns.
    Au moment de sa disparition, il était vêtue d’un pantalon noir, d’une veste de VTT orange fluorescente et d’un casque noir.
    Il est demandé à Auguste de prendre contact avec sa famille et ses proches afin de les rassurer.

  • OXFAM. Climat: le 2 décembre, réclamons un futur pour nous et nos enfants

    La plus grande marche climatique jamais vue en Belgique ?

    _tdh2630.jpg

    Le changement climatique n’est plus une projection lointaine. Ses conséquences se font ressentir plus que jamais – chez nous, en Belgique, mais aussi dans le monde entier. Et les populations les plus vulnérables sont aussi souvent les plus gravement touchées. Il faut agir, et vite. Ensemble, réclamons un futur pour nous et nos enfants. Aidez-nous à mettre la pression sur les décideurs et décideuses politiques ce 2 décembre à Bruxelles.

    Rendez-vous et infos pratiques

    • Début de la marche : Gare du Nord à Bruxelles à 12h.
    • Fin de la marche : spectacle climatique au Parc du Cinquantenaire jusqu’à 17h.
    • Trajets vers Bruxelles : points de départ (pour parcours à vélo, en train, à pieds,…) à suivre et à créer via www.claimtheclimate.be
    • Point de rendez-vous Oxfam: sur le Boulevard du Roi Albert II entre Rue des Charbonniers et Rue Georges Matheus, dans le bloc Nord-Sud (Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming).Vous trouverez les informations les plus récentes via cet évènement Facebook. N’hésitez pas à le partager autour de vous !

    Pourquoi marcher maintenant ?
    Les décideuses et décideurs politiques internationaux se retrouvent en Pologne dès le 3 décembre pour la COP24 (conférence climatique internationale). Voilà pourquoi nous voulons organiser – avec la Coalition Climat, dont Oxfam est membre –, la plus grande manifestation pour le climat jamais vue en Belgique.
    Le dernier rapport alarmant du GIEC (le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) sorti en octobre est alarmant : même si les Etats respectaient leurs engagements pris à Paris en 2015, ce qui n’est pour l’instant pas le cas pour la majorité des pays, la planète se réchaufferait de 3 °C d’ici à la fin du siècle. Ce qui entraînerait des catastrophes irréversibles autant pour les humains que pour beaucoup d’autres espèces vivantes.
    Mais pas besoin de regarder aussi loin : les conséquences du changement climatique sont déjà visibles et ne vont faire que s’aggraver chaque année si l’on n’agit pas plus rapidement et de manière beaucoup plus drastique. Fonte des glaces, montées des eaux, inondations, sécheresses, ouragans…

    Passer à la vitesse supérieure
    Nous voulons exiger de nos dirigeantes et dirigeants qu'ils mènent une politique climatique plus ambitieuse. Trois ans après les accords de Paris, il est temps de passer à la vitesse supérieure et de mettre en place des mesures qui favorisent les énergies renouvelables, protègent les ressources naturelles telles que forêts et océans et assurent un avenir pour les générations futures.
    Il est impératif, comme l’ont préconisé de nombreux scientifiques, de maintenir le réchauffement climatique en dessous d’1,5°C afin de limiter les phénomènes climatiques extrêmes. Cette transition doit se faire dans le respect de chacun.e. La Belgique doit soutenir les pays les plus vulnérables dans cette transition et les aider à s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique. Nous descendrons dans la rue pour la justice climatique, en Belgique et partout dans le monde.
    Lire la suite

  • Opération 11.11.11 : le rendez-vous des Belges avec un monde juste et durable

    capture ecran 2018-10-31 à 11.13.40.jpg

    Du 1er au 11 novembre. Opération 11.11.11 : le rendez-vous des Belges avec un monde juste et durable

    Du 1er au 11 novembre 2018, les Belges ont rendez-vous avec la solidarité internationale, une valeur fragilisée sur le plan politique alors que les grands enjeux du moment, le réchauffement climatique, les migrations, passent par une réelle volonté de coopérer. Avec l’Opération 11.11.11, la société civile belge peut montrer sa volonté de bâtir des relations justes et équitables avec les populations du Sud, en soutenant concrètement des programmes de développement.
    Plus qu’une récolte de fonds, c’est le rassemblement de milliers de volontaires qui font vivre la solidarité dans leur commune, en Wallonie et à Bruxelles. Il permet de sensibiliser le public belge aux enjeux de la solidarité internationale, tels que la justice migratoire et la justice climatique. (lire la suite ci-dessous, et voir le site)

    capture ecran 2018-10-31 à 11.13.49.jpg

    Lire la suite

  • Un mois d’été pour la santé d’un enfant biélorusse. Appel aux nouvelles familles d'accueil

    image001.png

    Un mois d’été pour la santé d’un enfant biélorusse.
    Pourquoi ? Pour renforcer son système immunitaire.
    Quelle période ? Quatre semaines soit en juillet, soit en août.
    Quel âge a l’enfant ? Entre 7 et 12 ans, fille ou garçon.
    Quel est le prix à payer ? Cotisation annuelle : 15 €, participation au voyage de l’enfant et assurance soins de santé : 120 €.
    Est-il assuré ? Oui, tous les frais médicaux, pharmaceutiques et hospitaliers sont remboursés sur base du tarif mutuelle.
    Est-il malade ? Non, l’enfant n’est pas malade.
    Comment vais-je communiquer avec lui ? Des interprètes sont à votre disposition 24 h sur 24. Notre associationvous remettra un lexique très pratique.
    Renseignements ?
    Josine Deru : 0476/48.42.00
    Colette Claus : 0494/71.75.09
    Léona Boverie : 0479/78.12.22
    E-mail : aset@skynet.be
    Site Internet : http://www.aset.be/accueillir
    Que se passe-t-il ensuite ? Avec votre autorisation, nous nous rendons à votre domicile pour répondre à toutes vos questions.
    Siège social : rue du Bief, 37 à Herve.

  • Marche solidaire et souper couscous dimanche 21 octobre à Marneffe

    Marche marneffe 211018.jpg

    L'asbl ADPM fondée par Dominique Pire, prix Nobel de la paix, a pour but d'aider enfants et adolescents au niveau de leur éducation et formation professionnelle via des projets spécifiques et des parrainages.
    Cette action aide les jeunes à trouver leur place dans leur pays d'origine et de ne pas être tentés de se lancer dans le périlleux parcours de la migration.
    Nous sommes principalement actifs au Rwanda, au Burundi et dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban.
    Notre prochaine activité de financement, deux magnifiques balades dans les bois et la vallée de la Burdinale suivies d'un souper couscous, se déroule de dimanche 21 octobre.
    Réservations pour les repas à info@adpm.be ou par téléphone au 04/349 03 34.
    Transmis de la part de Christophe Philippe