ce qui change au 1er janvier 2014

  • Ce qui va changer au 1er janvier 2014

    Parmi tous les nombreux changements qui interviendront en ce début d'année 2014, voici un ensemble de mesures qui seront d'application au 1er janvier.

    Les titres-services. Dès le 1er janvier, leur coût brut passera de 8,50 à 9 euros pour les 400 premiers achetés, puis à 10 euros pour les suivants. En net, après la déduction fiscale de 30%, cela passe donc de 5,95 à 6,3 euros, voire à 7 euros si vous dépassez le plafond. Plus aucun ménage ne pourra en outre acheter plus de 1.000 titres par an ni plus de 500 par membre de la famille. Et ceux encore achetés cette année resteront valables jusqu’au 30 avril, pas au-delà.

    Capture d’écran 2013-12-28 à 22.29.48.jpeg
    Les règles de la TVA vont aussi subir des modifications. Elle sera désormais appliquée, dès janvier, sur les honoraires des avocats. Cela ne se répercutera pas seulement sur vous en cas de procès. Cela va aussi faire partir les tarifs à la hausse pour une série d’assurances en protection juridique. Par ailleurs, la TVA sur l’électricité sera ramenée de 21 à 6% en avril, juste avant les élections. Mais on ne sait pas encore comment elle sera répercutée sur la facture des ménages: directement, ou lors du nouveau calcul de la provision en cours?… Qui plus est, la mesure entraînera un retardement de juin à décembre de l’indexation des salaires. Ceux-ci resteront par ailleurs gelés, hors index et hausses barémiques.
    Toujours en janvier mais exclusivement en Wallonie, les droits d’enregistrement vont être modifiés pour les logements modestes. Cela concerne ceux dont le revenu cadastral est inférieur à 745 euros, soit 55% des habitations actuelles. Dans les zones à forte pression immobilière, le taux réduit de 6% sera limité à une tranche plus limitée (160.000 euros au lieu de 200.000 actuellement). Ailleurs, ce taux dérogatoire aux 12,5% habituels ne s’appliquera plus que jusqu’à 151.000 euros, au lieu de 191.000. Le prix moyen d’une habitation modeste augmentera de la sorte de 2.600 ou 2.665 euros, selon la zone du bien concerné.
    Toujours en Wallonie, le prix moyen du trajet en bus du Tec subira une hausse de 1,59% en février. Le prix du billet «Horizon» (à partir de trois zones) passera de 2,90 à 3 euros et les abonnements augmenteront de 10, 12 ou 15 euros en fonction des zones. La SNCB en fera de même à raison de 1,44% en moyenne, mais avec des disparités. Le billet ordinaire augmentera par exemple de 2,48% et l’abonnement de 1,20%, contre 1 euro pour le Go Pass (51 euros).
    Au rayon des bonnes nouvelles, le salaire minimum sera revu à la hausse, dès ce début d’année. Les intéressés y gagneront 10 euros net par mois, ce qui est toujours bon à prendre. Et en soins de santé, près de 500.000 Belges parmi les plus défavorisés paieront moins cher leur visite chez le médecin.
    La carte SIS
    commencera de son côté à disparaître au profit de la seule carte d’identité, sans changement de coût à la clé.
    Par contre, dès janvier, le bonus pension pour ceux qui travaillent jusqu’à 65 ans sera revu, avec une perte moyenne de 78 euros mensuels sur la pension légale.

    Capture d’écran 2013-12-28 à 22.30.03.jpeg

    Les allocations familiales des indépendants seront pour leur part enfin complètement alignées sur celles des salariés à partir de juillet. Cela concerne 207.000 enfants, qui donneront droit à un bonus mensuel de 6,28 euros par rapport à la situation actuelle.
    Les accises sur le tabac augmenteront également. Ce sera de 8% au 1er janvier. En pratique, les fabricants décideront s’ils répercuteront entièrement ou non sur les consommateurs les 10 cents que cela représente sur un paquet de cigarettes classique.
    Au registre des choses plus techniques mais très pratiques, l’immatriculation des véhicules devra désormais se faire exclusivement via Internet, ce qui est déjà le cas d’environ 80% d’entre elles. Votre plaque vous est ensuite promise dans les 24 heures, mais sans conséquences financières. Autre nouveauté automobile en janvier: le montant maximum des paiements en liquide pour l’achat ou la réparation d’un véhicule passera de 5.000 à 3.000 euros.
    Et on vous épargnera bien entendu la réforme de l’État et toutes les matières qui seront transférées dès juillet aux Régions et Communautés. Allocations familiales, titres-services, remise au travail des chômeurs… Autant de domaines où, là aussi, des modifications concrètes sont à attendre, même si elles ne sont pas encore annoncées.
    Voir l'article complet dans  La Meuse du 26/12 par Christian Carpentier.