fossoyeur

  • Tinlot: le premier cimetière didactique pour former des fossoyeurs inauguré à Scry

    Pour former les fossoyeurs, un cimetière didactique vient d’être inauguré à Tinlot. L’outil vise à évaluer les compétences des fossoyeurs pour leur accorder un titre officiel, synonyme de reconnaissance de leur profession.

    capture ecran 2015-03-18 à 20.16.04.jpg

    Eliane Tillieux est venue inauguré ce premier cimetière didactique.(Photo J.M)
     C’est à Tinlot que le premier cimetière didactique, lieu dédié à la formation et à l’évaluation des fossoyeurs, a vu le jour en province de Liège (Au centre de réadaptation au travail à Scry). «  Le but est d’objectiver les compétences développées sur le tas et de valider les acquis des travailleurs  », déclare Alain Kock, directeur du Consortium régional de la validation des compétences.

    Les fossoyeurs peuvent maintenant présenter une épreuve visant à certifier leurs compétences. «  Le travail d’un fossoyeur ne se limite pas à creuser des trous. Il entretient le cimetière et veille à la bonne tenue des tombes. Son rôle consiste à tailler les pelouses et arbustes, déblayer les accès, procéder aux exhumations, répandre les cendres, ouvrir les columbariums. Le fossoyeur fait aussi office de représentant du bourgmestre, à ce titre il doit connaître la législation et faire la police du cimetière.  »

    capture ecran 2015-03-18 à 20.23.18.jpg«La formation s’étale sur plusieurs semaines. La reconnaissance officielle du métier permet l’accès à un titre de compétence qui offre la possibilité de passer à un barème supérieur », explique Raymond Baudlet. Ce dernier, fossoyeur à Nandrin, encadre la formation avec l’évaluateur Paul Dewez et tous deux sont chargés d’apporter leur expertise et leur regard professionnel.
    «Une tombe comporte des dimensions précises et le fossoyeur doit retirer la terre sans salir allées et tombes voisines. Pour une famille, c’est une personne importante qui conduit un défunt vers sa dernière demeure. Il ne s’agit certainement pas d’un travail morbide », évoque Etienne Fievez.
    L’examen, long de quatre heures, se déroule au cimetière didactique et comporte plusieurs volets: «Il faut situer l’endroit du creusement, puis respecter l’alignement et les dimensions des tombes. Une fois le trou creuser manuellement, le fossoyeur doit étançonner la fosse, stocker ou évacuer la terre. Il doit aussi tondre les pelouses, tailler les arbustes et nettoyer les allées. L’entretien des outils et équipements importe également. Enfin, une partie du travail concerne la vérification des documents légaux et le respect de la législation. »
    Ce cimetière didactique va donc permettre aux agents communaux de valoriser leur travail.
    Extraits de l'article de JULIEN MARIQUE (La Meuse du 18 mars 2015)

     

    fossoyeur

    Tinlot : un faux cimetière pour l'examen de fossoyeur

    Voir également le reportage vidéo de RTC Télé Liège