gérald wéry

  • Gérald Wéry, entretien avec l'ex-Fraiturois publié dans "Actu-Moteurs"

    Il est devenu une figure emblématique du paysage audiovisuel francophone, pour les fans de sports mécaniques, il a imposé un ton singulier et personnel aux programmes qu’il couvre, et il n’a pas encore fini… de nous surprendre et de nous réjouir. Il, c’est Gérald Wéry, et il a accepté de répondre à nos questions.
    Entretien avec Gérald Wéry publié par Frédéric Kevers le 11 septembre dans "Actu-Moteurs"

    Quelques repères : originaire de Fraiture-en-Condroz, où ses parents sont installés depuis 1969, il est est âgé aujourd'hui de 42 ans. Après des humanités à Sainte-Marie (Huy) il poursuivra ses études aux facultés Notre-Dame de la paix à Namur. Gérald a quitté Fraiture à 23 ans et il réside  aujourd'hui à Neupré avec son épouse et son fils Théo (17). Son frère John est Architecte à Ramelot. (AL)

    Capture d’écran 2013-09-14 à 13.51.55.jpeg

    Soyons sérieux.

    - Avez-vous suivi une formation particulière pour exercer la profession qui est la vôtre?

    J’écris beaucoup depuis l’âge de 8 ans. Je fabriquais mes magazines moto seul à la maison. J’ai fait 3 ans de Droit à l’université et ensuite 2 ans de Sciences Politiques Relations Internationales. Mais dès 18 ans, j’ai travaillé pendant mes études à Vers l’Avenir, Motocross Magazine, Moto 80, Motocross Italie, Moto Verte et Moto Crampons France. J’ai appris sur le tas.

    - Vous êtes désormais la figure de proue de la RTBF dans le domaine des sports mécaniques, F1 exceptée, est-ce une fin en soi pour vous?

    Non. On peut très vite être oublié. Alors… Je souhaite toujours faire mieux, donc rien n’est une fin en soi !

    - La RTBF ayant forcément des moyens limités, les conditions de travail ne sont-elles pas parfois difficiles et éprouvantes ? Pour exemple lors des résumés WRC réalisés dans une micro cabine surchauffée avec un micro écran de contrôle?

    Non. Je commente le WRC dans les nouveaux bâtiments de Mediarive à Liège. C’est très confortable, et surtout je le fais avec des gens motivés, concernés et agréables. C’est le principal ! Quand on a connu les Grand-Prix de motocross en reportage avec sa tente igloo, pas un franc en poche et ses boîtes de conserve comme seule nourriture, le confort de travail est fortement relativisé.

    - Quelles sont vos références, vos inspirations au moment de réaliser un reportage?

    Les séries TV anglaises des années 60-70 (Hercule Poirot, Amicalement Vôtre et Chapeau Melon & Bottes de Cuir), les films de Tarantino et de Gérard Oury aussi.

    En télévision, les programmes « voyages » ou « culinaires » sur la BBC, et « Le Grand Journal » sur Canal+; et le petit aussi. icon smile Entretien avec un... animateur. Gérald Wéry

    - Dans le climat auto-phobe et écolo-correct actuel, la RTBF envisage-t-elle encore ce type d’émissions sur le moyen ou long terme?

    Je n’ai rien entendu de contraire.

    - Vous essayez régulièrement des voitures de sport, ou du moins performantes, cela a-t-il nécessité un apprentissage?

    Oui, Stéphane Lémeret m’a initié lorsque j’ai commencé les essais dans le magazine « Champion’s ». Ensuite, à force de conduire ce genre d’automobiles, on finit par comprendre certaines choses. Dans tous les sport-mécaniques, c’est le pilotage qui m’a toujours le plus intéressé

    Capture d’écran 2013-09-14 à 13.46.05.jpeg
    Actu-Moteurs.com

    Lire ci-dessous d'autres extraits de l'entretien réalisée par Frédéric Kevers

    Lire la suite