matamore

  • A Marchin les 25, 26, 29 et 30 avril: un cirque qui fout les chocottes !

    « Matamore », c’est le nom du spectacle formé par le « Cirque Trottola » et le « Petit Théâtre Baraque ». Un voyage dans l’univers surprenant et grandiose qu’ont concocté les deux troupes: voltige, trapèze et jonglerie se mélangent à des numéros de fouet et de clowns au rythme d’interludes qui interpellent. Le chapiteau, décor de ce show étonnant, est lui aussi particulier, puisque les spectateurs sont installés dans les gradins de ce qui ressemble à une arène de la Rome antique. Nous avons pu assister au spectacle à Lille : impressionnant !

    Capture d’écran 2014-04-15 à 10.21.40.png

    Les habitués du cirque classiques seront secoués, pendant les 80 minutes que dure la représentation. Entre mise en abîme circassienne et impression de cacophonie, les spectateurs se retrouvent pris dans un tourbillon d’émotions: du rire à l’angoisse, de la peur, du soulagement et du stress. « C’est ce qu’on recherche vraiment», souligne Bonaventure, « on veut montrer l’énergie du cirque, et cette folie qui fait parfois peur. C’est pour ça qu’on a opté pour la fosse, pour que les gens soient vraiment observateurs d’une sorte de vivier, comme dans la Rome antique avec les combats de gladiateurs. » La fosse, c’est cette disposition inhabituelle où les comédiens évoluent au pied de l’assistance, dans un espace rond de quelques mètres seulement. « A nous aussi, ça fout les chocottes », avoue le clown-acrobate, « quand on est en bas, on est face à un mur de personnes tout autour de nous, c’est impressionnant. Et en même temps il y a vraiment une vraie proximité avec les spectateurs, une intimité qu’il n’y a pas autrement.» C’est là un autre « truc » recherché par les cinq compères, le contact direct avec le public, en toute honnêteté et en toute franchise, sans dissimulation possible.

    Capture d’écran 2014-04-15 à 10.27.18.png

    Et avec des moments de suspense, à l’image du numéro de fouet à la « Indiana Jones » où Mads décapite des fleurs d’un bout à l’autre de la fosse... jusque dans les mains d’une spectatrice!
    Et la recette fonctionne, confirme Branlotin : « Depuis deux ans qu’on tourne avec ce spectacle, ça nous fait plaisir de voir de tout dans les gradins, des jeunes de 8 à 12 ans avec leurs parents mais aussi des ados. Ils arrivent en bandes, et on n’était pas sûr d’arriver à les intéresser, mais ils sont tout aussi scotchés. » Petits et grands, habitués ou profanes du cirque, « Matamore » ne manquera pas d’étonner et de ravir tout un chacun.  BENOÎT VIVEGNIS (La Meuse du 15 avril)

    Info pratiques.  Ils refusent Bruxelles pour Marchin !

    Lire la suite