sri

  • Le Service Régional d'Incendie coûtera plus cher aux Tinlotois

    La question sur le coût du SRI au conseil de Tinlot mercredi dernier, illustre bien "le coup de gueule" des communes wallonnes dans la letre ouverte à E. Di rupo et R. Demotte (article précédent).

    Catherine Duchateau développe justement sur ce point dans l'Avenir H-W du 17 mai: Tinlot, tout comme les autres communes couvertes par le Service régional d’incendie de Huy, se doutait d’un surcoût. La révision par le gouverneur de la participation financière des communes, la bourgmestre et son collège savaient ne pas pouvoir y échapper.

    Capture d’écran 2013-05-17 à 14.16.34.jpeg
    Le service d'incendie, la police, le CPAS, 3 exemples de coûts supplémentaires tranférés sur le dos des communes et donc du citoyen

    La question posée au conseil communal de mercredi soir sur le SRI, a permis d’avoir des précisions. Les montants complémentaires qui seront réclamés aux communes pour 2006 à 2009 sont désormais connus. « Là, on va devoir payer quelque 17 000 € de retard pour 2006 », explique la bourgmestre Cilou Louviaux. Et de faire le calcul. Il en coûtera 85 000 € à la commune de Tinlot, pour couvrir les années allant de 2006 à 2009. En plus de ce montant, la commune condrusienne devra aussi payer plus chaque année. Car le coût annuel sera lui aussi majoré.

    Capture d’écran 2013-05-18 à 21.29.19.jpeg
    Cilou Louviaux, Bourgmestre et Pascal Lejeune, échevin de finances, en réunion à la zone de la Police du Condroz.

    Pour 2013, Tinlot a inscrit une somme de 100 000 € au budget, 10 000 € de plus que l’année précédente. «On approvisionnait, mais pas assez. Car le gouverneur nous avait mis en garde, explique la bourgmestre. Cela fait une augmentation de 16 % par rapport à ce qu’on paie aujourd’hui.» Cette augmentation aurait pu grimper jusqu’à 42 et même 45 %. Tinlot devra ouvrir plus grand son portefeuille, mais cela aurait pu être pire.
    N’empêche, cette somme à débloquer, ce sont d’autres projets qui devront être mis de côté. Même si la bourgmestre le reconnaît : Tinlot est prêt à payer pour avoir une aide des pompiers de qualité. «La sécurité des habitants, c’est notre priorité. Mais ce sont les communes qui ramassent la note. Et c’est un peu fort. Car çà, plus le coût de la police, plus celui du CPAS, ce sont des sommes importantes pour les communes.» Une fois le projet du gouverneur de retour du ministère, Tinlot saura avec précision les montants à payer. C. Du.