tinlot coq aux champs

  • Tinlot, des noces d'or pour Albert et Edda Horenbach avec toute la reconnaissance de la commune pour les fondateurs du "Coq aux champs"

    capture ecran 2015-09-13 à 17.24.01.jpg

    Vendredi en fin d'après-midi, les époux Horenbach, de Ramelot, étaient reçus officiellement à la maison communale pour y célébrer leurs noces d'or. Une manifestation particulièrement émouvante et conviviale au cours de laquelle la Bourgmestre a non seulement retracé la vie de ce couple installé à Tinlot depuis 1975 mais l'a chaleureusement remercié, au nom des Tinlotois, pour la notoriété qu'ils ont apportée à notre entité en y créant "le Coq aux champs". Ce restaurant étoilé dès 1976 l'est resté jusqu'à leur départ en 2003 et l'est encore aujourd'hui grâce à leur successeur Christophe Pauly en 2003. Le "Coq aux Champs" a porté très loin à l'étranger l'image de Tinlot et est resté longtemps un des rares établissements de la Province étoilé au Michelin. Ce fut le fruit d'un énorme travail qui mérite bien  la reconnaissance de la commune à l'occasion de ces noces d'or.

    capture ecran 2015-09-13 à 20.45.17.jpg

    Le "Coq aux champs" ouvert le 20 décembre 1975 et repris par Christophe Pauly en 2003.

    DSC_4740.JPG

    Monsieur Albert Horenbach et Madame Edda Talotti ont fêtés leurs noces d'or ce vendredi, 50 ans jour pour jour après le 11 septembre 1965.

    Madame Edda Talotti est née en Italie près de Rome le 7 juillet 1942. A l'âge de 5 ans, elle arrive en Belgique avec sa famille. Son père, venu travailler aux cimenteries de Obourg pendant un an, peut enfin aller rechercher les siens. Débarquant en Belgique, complètement déboussolés, ne parlant pas un mot de français, les 5 enfants ont été fortement marqués. Après les études primaires à Obourg, Edda, dès l'âge de 14 ans est engagée dans une filature de la région. A 18 ans elle travaille dans une pâtisserie sur la Grand-Place de Mons. Elle ne cessera jamais de travailler.

    Monsieur Albert Horenbach, est né à Grivegnée le 20 novembre 1942. Il est le dernier de 4 enfants. Son père est architecte, chez Pieu Franki. Sa mère s'occupe des enfants et de la maison. Après les études primaires à Grivegnée, on l'inscrit à 12 ans à l'école d'hôtellerie à Liège. A 18 ans il sort diplômé de cette école d'hôtellerie. Diplôme en poche, il a fallu se faire une place. Il travaillera dans plusieurs établissements de renom : l'hôtel de la Couronne à Liège, le Clou Doré au Mt st Martin, chez Devos à Mons. 

    Ils se rencontreront en 1964 à Obourg, et se marieront en septembre 1965. Ils ont deux fils: Stéphane et Julien, et 2 petites filles Caroline et Justine chez Stéphane. Après le mariage, ils travailleront tous les deux l'hôtel de la Couronne à Liège, à la Commanderie, puis à l'Hôtel de la Poste à Havelange. Ces restaurants décrocheront une étoile.
    En 1968 ils s'installent rue du Montys à Soheit-Tinlot. Et  le 20 décembre 1975, ils ouvrent leur propre restaurant. Le devenu célèbre Coq aux Champs de Soheit-Tinlot.
    Le succès immédiat est dû, sans conteste, à un travail énorme: deux services par jour, une carte étoffée et variée qui nécessite les avants et les après : les commandes, les courses, la gestion des stocks, le nettoyage, la comptabilité… pas le temps de souffler. Ils décrochent alors une étoile au guide Michelin. Etoile qu'ils garderont jusqu'à la fin de leur carrière. En 2003, ils décident de souffler, de remettre le Coq aux champs et c'est Christophe Pauly qui leur succède aujourd'hui. Ils s'installeront définitivement à Ramelot en 2005.

    DSC_4766.JPG

  • Tinlot: La cuisine d’un étoilé chez vous pour les fêtes

    Comme chaque année, le restaurant étoilé de Tinlot, le Coq aux Champs, ferme pour les deux soirées du réveillon. Mais son équipe ne laisse pas tomber les clients pour autant. On peut donc commander son repas de fête à emporter pour le réchauffer à la maison.
    Capture d’écran 2013-12-30 à 09.26.52.jpegLe chef Christophe Pauly a voulu nous montrer, preuve à l’appui, que la préparation de ce repas était plus que simple. Il nous a invités dans sa cuisine pour une démonstration. «Tout est prévu dans ce menu pour qu’il puisse être servi facilement. Nous avons réfléchi à la présentation, aux contenants aussi bien qu’aux contenus, afin que la personne qui reçoit chez elle ait un minimum de travail, aussi bien pour réchauffer que pour la vaisselle après».
    «Il est possible de commander des suppléments ou des volailles à la carte, en avance. Nous travaillons à la demande du client dans ces cas là, notamment pour les gens qui veulent une dinde ou un chapon, par exemple.  Dans la cuisine du chef, nous avons assisté à la préparation du menu de fête. «Je prépare tout dans un grand sac, tout est mis individuellement et je fournis une fiche technique claire et détaillée pour réchauffer et dresser. J’ai testé moi-même, dans ma cuisine privée, les temps de cuisson, afin que je puisse être au plus près des conditions d’un ménage classique».
    Le vrai plus de ce menu : le conseil du chef : « Je suis présent pour la remise des menus et je réponds à toutes les questions, ainsi que mon équipe. Nous pouvons aussi donner un conseil vin. C’est l’intérêt pour le client qui n’a pas forcément l’habitude de se mettre aux fourneaux». Réservations au 085/51.20.14 avant le 22 décembre pour Noël et avant le 29 décembre pour le Nouvel An. (Article de N .B  du 4/12)

    Capture d’écran 2013-12-30 à 09.34.07.jpeg
    «Il s’agit d’une formule globale qui comprend les amuse bouches, deux entrées, un plat un dessert et des friandises pour accompagner la fin du repas. En ce qui concerne les entrées et le plat, les gens ont le choix entre deux préparations. Je fournis également le pain et le beurre pour l’ensemble du repas. Cette formule a énormément de succès »,

    Cédric Willems, dans la Meuse de ce 30 décembre, précise que cette formule a eu un énorme succès et qu'il  n’est cependant plus possible de commander ce menu cette année. Retenez donc la formule ....pour l'an prochain.