voitures tinlot

  • 2.095 voitures en plus à Huy-Waremme sur deux ans. Seules les communes de Tinlot, Clavier et Anthisnes sont en baisse

    Le nombre de voitures augmente chez les particuliers dans l’arrondissement. Depuis deux ans, 2.095 véhicules supplémentaires arpentent les routes de la région Huy-Waremme. Notre parc automobile se développe et plusieurs communes connaissent un « boom » automobile qui se répercute sur les villes de l’arrondissement.

    Capture d’écran 2014-02-02 à 19.49.56.jpeg
    Cliquez pour agrandir
    Les cinq communes de Burdinne, Crisnée, Fexhe-le-Haut- Clocher, Modave et Remicourt connaissent une augmentation supérieure à 4,5 %. Les trois entités hesbignonnes se situent à proximité directe des grands axes routiers nationaux et favorisent les travailleurs se rendant notamment à Bruxelles, Liège ou Namur. Bien que le nombre semble moins important, Berloz et Oreye sont dans une situation semblable. Burdinne et Modave sont davantage éloignées des autoroutes, mais, à l’instar du nombre de voitures privées, leur population croit. Ouffet connaît aussi ce phénomène, mais dans une moindre mesure.

    les entités de Anthisnes, Clavier et Tinlot sont les seules où le nombre de voitures diminue. Même si cette baisse reste très faible, elle n’en demeure pas moins étonnante, d’autant plus que le Condroz se retrouve particulièrement isolé des voies de chemins de fer.

    «Cette diminution sensible peut paraître étrange car le nombre d’habitants reste croissant. Ces chiffres s’expliquent notamment par la politique volontariste de la commune qui vise à favoriser les moyens de transport alternatifs », déclare d’emblée le bourgmestre d’Anthisnes, Marc Tarabella.
    Capture d’écran 2014-02-02 à 19.51.05.jpegLe mayeur évoque notamment plusieurs initiatives : «Nous encourageons certaines initiatives comme le covoiturage. Beaucoup d’Anthisnois travaillent à Liège et s’y rendent ensemble. En outre, la gare de Poulseur ne se situe pas loin et la ligne de bus 90 mène également en cité ardente.» Anthisnes développe aussi un service de plus en plus à la mode dans les communes : «Nous faisons la promotion du taxi social qui modifie certaines habitudes. Mais la situation économique difficile peut également expliquer cette baisse du nombre de voitures. » À Anthisnes, un élu montre l’exemple : «Le conseiller communal André Gérard laisse la voiture à sa femme et effectue ses trajets au sein du village à l’aide d’un vélo motorisé », conclut Marc Tarabella. Extrait de l'article de Julien Marique dans la Meuse du 30 janvier.