Animaux

  • Soheit-Tinlot. Chien perdu samedi 17h (Mise à jour 19h30)

    Capture d’écran 2020-10-24 à 17.11.14.png

    V.T. a trouvé ce chien samedi après-midi. Il porte un collier pet safe rouge mais il est reparti vers la rue du Centre !
    Contact: xxxxxxxxx
    Merci de partager

    Mise à jour 19h30
    Le chien a retrouvé son propriétaire ! Merci

  • Vous avez peur des araignées? Voici à quel moment elles s’infiltrent dans nos maisons

    Ces petites bêtes à huit pattes en font frémir plus d’un… et pour cause, c’est la huitième phobie la plus répandue dans le monde. Alors que certains les détestent, d’autres les adorent, au point de les étudier. C’est ce qu’a fait Adam Hart, biologiste, auteur et spécialiste des insectes de l’université de Gloucester.

    Capture d’écran 2020-10-08 à 19.10.15.png

    Ce qu’Adam Hart à fait, c’est collecter des données à travers toute la Grande-Bretagne pour connaître les habitudes de ces aranéides. En tout, ce sont plus de 250 emplacements qui ont été observés minutieusement.

    Ces recherches – publiées dans la revue Arachnology en juillet 2018 – impliquent un chiffre impressionnant, c’est le nombre d’araignées mises sous la loupe : environ 10.000. Grâce à sa patience et à sa détermination, il a pu épingler une heure précise à laquelle elles s’invitent dans les maisons.

    Deux pics...
    Le moment critique de la journée, c’est 19h35. Un autre pic d’activité a été observé entre 6 et 8 heures du matin. Et bien évidemment, la période la plus propice pour les insectes reste l’automne et la première semaine du mois d’octobre. Ce pic s’explique en partie par le fait qu’à cette heure, les gens sont chez eux, plus calmes et donc à même de voir des araignées sur les murs, volontairement ou non.

    Des mâles en quête de reproduction
    Selon les résultats, 80 % des araignées ayant pointé le bout de leurs pattes sont des mâles. La mi-septembre coïncide avec la période de reproduction. Ainsi, les mâles sortent et courent sur les murs à la recherche de femelles, qui se trouvent plutôt dans les encadrements de portes, caves et autres greniers.

    Sudinfo

  • Les frelons asiatiques débarquent en région liégeoise: un 1er nid découvert à Seraing

    On se savait en quelque sorte « encerclés ». Depuis plusieurs semaines, les frelons asiatiques ont fait leur apparition en Belgique. En remontant depuis la France, de nombreux nids sont apparus dans le Hainaut, par la Wallonie picarde, la région montoise et la région de Charleroi.

    Récemment, comme nous l’indiquent les pompiers de Liège, des nids ont été détectés très près de chez nous, en région verviétoise. Leur arrivée à Liège semblait donc inévitable.

    Et, comme nous l’affirme Loïc Hardy, de la société « Solution Guêpes », un premier nid a été détecté et neutralisé à Seraing. « Celui-ci se trouvait à une grosse dizaine de mètres de haut dans un arbre situé dans le jardin d’une habitation, nous explique Loïc Hardy. « Ce sont les habitants qui l’ont repéré et qui ont eu le bon réflexe de faire directement appel à une société pour procéder à la destruction du nid. »

    Comme nous le rappelle Loïc, le frelon asiatique est considéré comme une espèce invasive. Il peut engendrer d’importants dégâts à l’écosystème et tout particulièrement auprès des abeilles. « D’un point de vue technique, le traitement d’un nid de frelons se fait comme pour un nid de guêpes. Il est cependant indispensable d’utiliser une tenue de protection adaptée aux frelons asiatique. Leur dard atteignant une longueur de 6mm il passe facilement au travers des simples tenues d’apiculteurs. »

    Les pompiers de Liège se préparent à leur arrivée
    Du côté des pompiers de Liège, on indique que jusqu’à présent, sur l’ensemble des 22 communes couvertes par ceux-ci, aucun nid de frelons asiatiques n’avait jusqu’à présent été signalé à leurs services. « Mais on s’attend effectivement depuis un moment à leur arrivée », affirme le porte-parole des hommes du feu liégeois, Cédric Scheen. « Nous nous préparons pour l’année prochaine, parce que la saison des guêpes et frelons arrivera bientôt à terme. »

    Lire la suite: Que faire en cas de piqûre de frelon asiatique?

     

  • 75 serpents ont été relâchés dans la carrière d’Ampsin

    Il s’agit en fait d’une action pour « recoloniser » le site, en partenariat avec Natagora, les Grottes de Han, le DNF et le PCDN d’Amay.

     

    Ces serpents adorent les milieux secs et les rochers. La carrière est donc l’endroit idéal pour ces petits reptiles. « Ces serpents viennent directement des Grottes de Han. Ils ont été attrapés volontairement dans l’unique but de les mettre à Ampsin pour repeupler la zone », explique Didier Marchandise (coordinateur local du PCDN d’Amay, et responsable du service environnement).

    Pas de danger
    Le connaisseur tient à rassurer les riverains : « Ce ne sont pas des serpents dangereux. C’est une espèce inoffensive. D’ailleurs, si les gens se promènent dans les endroits autorisés, ils ne les rencontreront pas, car ces serpents préfèrent rester dans les roches ».
    À noter qu’un nouveau lâcher de serpents devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.
    Ro.Ma. La Meuse

  • WWF. Plus de la moitié de la faune sauvage a disparu en 50 ans!

    Intitulée « Infléchir la courbe », elle modélise une série de scénarios d’actions possibles, pour préserver la nature ou les espèces, mais aussi réduire l’empreinte de la production agricole ou de la consommation humaine, notamment de produits issus de l’élevage animal.
    « Le scénario le plus ambitieux, qui combine toutes ces interventions, nous permet d’estimer qu’il est possible d’inverser le déclin de la biodiversité d’ici 2050 », explique David Leclère, auteur principal de l’étude.

    Un rapport belge
    Les rapports du WWF paraissent depuis 22 ans. Pour la première fois, un rapport semblable a été réalisé au niveau de la Belgique et sera présenté lundi prochain. La cartographie de la biodiversité belge a été réalisée en collaboration avec différentes organisations telles que Natagora et plusieurs experts universitaires. Le travail a nécessité 2 ans. L’évolution de la population de 300 espèces de vertébrés a été étudiée sur une période allant de 1990 à 2018. Les indicateurs seront disponibles par région (Flandre et Wallonie).
    Le WWF Belgique espère que cette étude interpellera les politiques et les incitera à s’engager dans un nouveau contrat pour la nature. Les efforts de restauration commencent à être payants en Belgique mais ce n’est pas encore assez. Souvent faute de moyens humains, notamment dans le contrôle du respect de lois concernant le braconnage ou l’importation illégale d’espèces sauvages.

  • Condroz-Tinlot. Le passage annuel des cigognes

    Depuis quelques jours, les photos des cigognes faisant escale dans nos villages se multiplient sur les réseaux sociaux. Lundi soir, on pouvait notamment les observer à Clavier, Modave et Tinlot.

    118653815_305940930695149_1408952517663811164_n.jpg

    Les châteaux d'eau semblent fort appréciés par les cigognes à Tinlot. Ici à Ramelot avec ces belles photos de Nathalie Rulot.

    Capture d’écran 2020-09-01 à 09.00.00.png

    Capture d’écran 2020-09-01 à 08.50.53.png

    A Scry, photos de la publication Facebook de Jerome Gotti: 
    une vingtaine de cigognes sur le Château d’Eau de Scry.

  • 68 hérissons blessés par des robots-tondeuses au centre CREAVES de St-Nicolas

    Les hérissons ont la vie dure depuis un certain temps en région liégeoise. Leur quotidien est bien souvent chamboulé par des robots-tondeuses qui, de nuit, découpent tout sur leur passage, y compris les petits hérissons sortis se promener. Leurs blessures sont souvent graves, et sans une prise en charge rapide, leur état de santé peut très vite se dégrader.

    Ces animaux blessés peuvent être recueillis au CREAVES de Saint-Nicolas. Cette nouvelle ASBL, unique en région liégeoise, accueille, soigne et, une fois remis sur pied, relâche dans la nature de nombreux rapaces et hérissons. Rien qu’en 2019, la structure a accueilli pas moins de 309 hérissons blessés, dont 68 avaient croisé le chemin de robots-tondeuses.

    La moitié d’entre eux sont décédés des suites de leurs blessures : « Quand ils arrivent ici, ils montrent des coupures importantes au niveau de la tête ou du flanc. Des coupures nettes, dues aux lames de la tondeuse. Le problème, c’est que si on ne les prend pas en charge très rapidement, les mouches s’attaquent à la blessure et des larves se développent. Le hérisson n’a ensuite que peu de chances de s’en sortir », explique Mélissa De Faveri, conseillère environnement à la commune de Saint-Nicolas.

    Pour éviter le pire, l’ASBL peut compter sur une vingtaine de bénévoles qui se relaient sept jours sur sept pour accueillir ces animaux : « Quand l’animal arrive, que ce soit un hérisson ou non, on crée une fiche personnalisée. On lui prodigue immédiatement les premiers soins, et si nécessaire, on l’emmène directement chez le vétérinaire.
    Ensuite, on le garde chez nous. On le soigne tous les jours, on surveille son poids, jusqu’à ce qu’il soit en état de partir. On relâche finalement le hérisson dans la nature. De préférence dans de grands jardins installés près des prairies où les personnes sont conscientisées à la problématique. Mais parfois, leur état de santé est déjà tellement engagé, que l’euthanasie reste la seule solution ». Dans de nombreuses communes liégeoises, l’utilisation des robots-tondeuses a été interdite pendant la nuit.

    « De plus en plus de cas »
    De quoi éviter les accidents : « Les hérissons sortent principalement la nuit. À l’exception des mamans qui sortent de jour pour chercher de la nourriture. Mais il faut aussi dire que les robots-tondeuses ne sont pas l’unique problème. Il y a aussi des accidents liés à d’autres choses comme les habitants qui brûlent leurs déchets dans leur jardin etc. Mais faire tourner un robot-tondeuse toute la nuit, ça n’a aucuns sens. Chaque année, on a de plus en plus d’entrées pour ce genre de blessures. Et c’est regrettable », explique Arnaud Jillot, membre de l’équipe.
    Le centre CREAVES accueille également de nombreux rapaces. Entre mai et juin 2020, la structure a accueilli pas moins de 524 animaux.

     

     

    «Conscientiser la population»
    Ces chiffres sont interpellants, et sont également en augmentation depuis plusieurs années : « Oui, c’est vrai, on en voit de plus en plus », confirme Philippe Schutters, vétérinaire de la Ville de Liège. « On peut dire qu’il y a une recrudescence de blessures liées au robots-tondeuses. L’inconvénient de ces machines, c’est qu’elles sont silencieuses. Les hérissons ne les entendent pas et n’ont pas la possibilité de partir. Les chiffres sont importants. Heureusement, dans certaines communes et sur la Ville de Liège, l’utilisation de robots-tondeuses pendant la nuit est punie d’une sanction administrative. On pourrait également faire prester des heures de travail d’intérêt général dans des centres tels que les CREAVES pour les personnes qui ne respectent pas la règle. Cela permettrait de conscientiser la population à cette problématique, bien réelle ».
    La Meuse
  • Tinlot. Avez-vous vu Marley, perdu depuis hier ? (Mise à jour: chien retrouvé!)

    IMG_8007.PNG

    Mon chien Marley a disparu aux alentours du restaurant "L'eau en fleur" à Soheit-Tinlot,  dans l’après-midi du mardi 4 août.
    C’est un bouledogue anglais âgée de 2 ans. Il chien est pucé et stérilisé.

    Je suis vraiment attaché à ce chien ainsi que mes 2 filles. Si vous l’avez aperçu merci de me contacter au numéro suivant :  0492151900.
    Récompense à celui qui le retrouve!
    Merci de votre aide.

    Mise à jour: 8h30. Le chien a été retrouvé chez un vétérinaire à Neupré!  Merci

  • Interdire les robots-tondeuses la nuit pour les hérissons !

    Avec le retour des beaux jours, les hérissons clôturent leur hibernation. Dès la nuit tombée, ils partent à la chasse pour se nourrir. Mais leur quête ne se déroule pas toujours comme prévu. En effet, ces dernières semaines, les centres Creaves wallons (les centres de revalidation des espèces animales vivant à l’état sauvage) constatent, avec un certain désarroi, un afflux important de ces petits mammifères qui souffrent de très vilaines blessures. Leurs agresseurs ? Les robots-tondeuses que certains laissent tourner durant toute la nuit ! Les propriétaires de ces machines ont en effet tendance à les laisser fonctionner 24 heures sur 24. Ce qui n’est donc pas sans danger pour la faune nocturne...

    Le hic, c’est que ces petits insectivores sont particulièrement appréciés des jardiniers. De fait, ils jouent un rôle crucial dans la biodiversité et aident à préserver l'équilibre des espaces verts. « Les hérissons sont d’excellents chasseurs de limaces, de sauterelles, de criquets, d'escargots, de hannetons, de mille-pattes ou encore de charançons. Ils sont même capables de s'attaquer aux vipères. Avec eux, plus besoin de produits chimiques pour protéger son parterre ou même son potager », nous affirme-t-on du côté de Natagora, une association sans but lucratif qui se consacre à la protection de la nature notamment en Wallonie... lire la suite.
    ... Comme ces tondeuses sont donc silencieuses, ces petits mammifères n’entendent pas les engins approcher
    Ils viennent alors buter sur ces animaux qui, par réflexe, se mettent en boule. Mais ce système habituel de défense ne marche pas avec ces machines. Ils essaient alors de s’en extraire. Le hic, c’est que la lame vient les couper au niveau du museau et des pattes. Cela provoque d’impressionnantes blessures (plaies béantes infectées, nez entaillé…). Dans ces conditions, il est encore possible de les sauver. Mais ceux dont le nez est entièrement coupé n’ont quasi aucun espoir de survie. La Meuse

     

     

     

  • Natagora. Devine qui confine à la maison ?

    NCM20-news_site.jpg

    Pour profiter de ce drôle de printemps, Natagora s’est décarcassée pour emmener tout le monde dans la nature, depuis son jardin ou son balcon. Pour relâcher la pression, pour le plaisir d’apprendre, de jouer ou de cuisiner, pour accueillir un peu mieux la nature chez soi et pour fournir des données utiles à nos spécialistes. Les amateurs comme les experts trouveront de quoi se mettre sous la dent.

    Vous connaissez les recensements des oiseaux et des papillons organisés chaque année en hiver et en été par Natagora ? Exceptionnellement, Natagora remet en ligne tous les outils et le contenu lié à ces opérations. En quelques clics, vous arriverez à donner un nom à ce papillon tout jaune ou celui-là avec le bout des ailes oranges. Vous découvrirez comment s’appelle cet oiseau tout gris à la calotte noire qui chante dans la haie. Et vous pourrez encoder toutes vos observations pour les partager avec la communauté !

    Des outils pour toute la famille
    Vous ne vous en sortez pas ? Pas de souci, les guides de Natagora vous emmènent en balade guidée virtuelle, à la découverte d’une plante ou d’un animal facile à observer dans les jardins et même en ville, pour certains. Dès que vous les avez reconnus chez vous, vous pouvez les encoder ! Ou déguster ces délicieuses comestibles sauvages. Ou simplement les montrer à vos enfants.
    Les enfants deviennent fous entre quatre murs, ils veulent jouer à découvrir la nature avec vous ? Natagora a pensé à eux aussi ! L’association compilé toutes les fiches d’activités et les recettes aux plantes, parues dans le P’tit Natagora, les pages à lire en famille de son magazine. Deux recueils téléchargeables pour animer des dizaines de journées de confinement.

    Les experts au défi
    Et les pointures n’ont pas été oubliées ! Les entomologistes, les bryologues, les herpétologues et autres ornithologistes convaincus sont également invités. Natagora lance rien de moins que le bioblitz à la maison ! Bioblitz ? C’est un défi qui consiste à parier sur la découverte d’un certain nombre d’espèces dans un lieu et un temps donné. Par exemple "je vais découvrir 100 espèces différentes dans mon jardin d’ici la fin du printemps". Chiche ?
    Pour découvrir toute une série de nouvelle espèces, Natagora offre d’ailleurs trois superbes outils pour déterminer les pollinisateurs. Une clé de détermination des abeilles sauvages, une des bourdons et une des syrphes (ces mouches déguisées en abeilles).

    Et pour nos ornithologues adorés, qui se morfondent au balcon, c’est le moment de lancer un "suivi permanent de l’avifaune", un tout nouveau mode de collecte de données sur l’avifaune. Il s’agit de listes complètes d’observations, comprenant de nombreuses données précieuses pour les analyses.
    Alors à la fenêtre, au balcon, au jardin, découvrez la vie qui nous entoure et échappez-vous avec Natagora ! Vous aurez encore bien le temps de vous reconnecter à Netflix quand la nuit sera tombée. Quoique, un petit coup d’œil aux chauves-souris ?

  • Drôle d'histoire. Un castor à Fraiture !

    Capture d’écran 2020-04-18 à 15.54.05.png

    Un castor "égaré" à Fraiture, le récit de FRED L'APICULTEUR  

    Ce jeudi 16 avril 2020), un voisin qui promenait son chien me signale la présence d’un castor à la sortie du ruisseau (égout) de la route d’Ellemelle.
    Je me rends sur les lieux et y constate bien le gros animal dans cet endroit assez incongru. Eaux usées de faible débit sortant dans un fossé en plein champ avec la route juste au-dessus.

    C’est un gros spécimen de bien 25 kgs qui n’est pas fort peureux et qui grogne quand on l’approche… Une chose est certaine, il ne peut pas rester à cet endroit: eaux sales, pas de débit, peu de végétation arborée, danger de la route, activité agricole intense à ce moment-là,… Il a remonté le ruisseau, sans doute depuis la vallée, car la population a explosé ces dernières années et les bonnes places sont chères. Ils remontent alors parfois très haut vers les sources en quête de nouveaux territoires.
    La DNF est prévenue et fera une tentative de capture le soir-même. Les 2 agents ayant sans doute sous-estimé la force de l’animal, c’est un échec! Le castor, bien que saisi par la perche-lasso et introduit dans la cage métallique réussira à s’échapper après une démonstration de force assez effrayante!
    Nouvelle tentative, fructueuse cette fois-ci, ce vendredi 17 avril sur le coup de midi! Le pauvre castor a rejoint à présent un endroit plus favorable, l’Ourthe à Comblain!

    Merci à MG, YC et aux agents de la DNF !
    NB: Le retour du castor en Wallonie https://www.natagora.be/position-sur-le-castor

    Voir toutes les photos sur le site FRED L'APICULTEUR – Exometeofraiture

  • Agir pour la biodiversité. Les oiseaux font leur nid : ne taillez pas les haies, n'élaguez pas les arbres !

    c_350_233_16777215_00_images_mediatheque_images_section_actualite_2020_04_verdiers_europe_andre_simon.jpg

    La LPO recommande de ne pas tailler les haies ni d’élaguer les arbres entre fin mars et fin juillet, afin que les oiseaux puissent nidifier en paix. 
    Avec l’arrivée des beaux jours et plus encore en cette période de confinement forcé, les amateurs de jardinage en profitent pour bichonner leur terrain. Cependant, il faudra encore patienter quelques mois avant de pouvoir sortir taille-haie, scie ou tronçonneuse : c’est la pleine saison de nidification chez les oiseaux et beaucoup d’espèces s'installent dans les haies et les arbustes. Ainsi, le Merle noir, le Rougegorge familier, l’Accenteur mouchet, le Verdier d’Europe, le Pinson des arbres, et bien d’autres utilisent les enfourchures des branches pour accrocher leurs nids. 
    Afin de ne pas déranger les couvées, la LPO recommande donc d'arrêter de couper les haies et d’élaguer dès le début du printemps et d’attendre l’envol des derniers oisillons, soit au plus tôt fin juillet.
    Les tailles de haies et l’élagage des arbres se pratiquent avant la montée de sève, c’est à dire en hiver, idéalement pendant les mois de novembre et décembre. De manière générale, laissez-les autant que possible la végétation se développer naturellement, sans taille ni élagage et veillez à garder du bois mort sur pied et au sol. 
    Il peut en outre exister une règlementation locale communale sur les tailles des végétaux et il convient de s’informer à la mairie (codes civils et rural). Il existe également une règlementation nationale qui interdit la taille en France en milieu rural. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre fiche juridique sur le sujet:

    Fiche Juridique LPO : protection des haies, arbres et boisements

    Par ailleurs, si vous décidez de tondre, pensez à épargner quelques zones afin de laisser aux amphibiens, insectes ou encore petits mammifères un refuge de tranquillité. Commencez par tondre au milieu du jardin afin que la petite faune ait le temps de se déplacer. Pensez à laisser notamment des bandes enherbées le long des haies pour ne pas blesser la faune qui s’y réfugie : les hérissons notamment ! C’est aussi l’occasion, en accord avec voisins, de créer des passages (15x15cm) entre les jardins pour laisser la faune au sol circuler.
    Les oiseaux et la faune des jardins vous remercient !

    Pour créer un Refuge LPO chez vous ...lire la suite

  • Rappel. Tenez vos chiens en laisse en toutes circonstances

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.12.30.png

    Ce n'est pas nouveau mais plusieurs lecteurs le signalent régulièrement sur facebook ou dans leurs commentaires: les chiens doivent être TENUS EN LAISSE. Ceci est valable également sur les chemins, petites routes, champs, bois.. .
    Alors s il vous plaît, vous qui vous promenez avec votre chien, attachez-le ! Merci.
    Voir notamment le post suivant
    Lire ci-dessous, des extraits du règlement général de Police du Condroz

    Lire la suite

  • Ramelot. Auriez-vous vu aperçu "Night", notre chat ?

    Capture d’écran 2020-04-01 à 16.26.00.png
    Photo d'illustration Wikipédia

    Il s'agit de Night, chat tout noir de 6 mois, pucé, castré. Il est très ambitieux et mince. Il ne crie pas fort, on ne l'entend pas..
    Il se faufile partout sans être vu et est peut-être coincé dans une remise, garage etc.
    Merci de nous prévenir si vous l'avez aperçu !
    Isabelle Fouarge GSM: 0477/350.396

  • Coronavirus et bien-être animal. Gaïa lance un numéro vert

    Capture d’écran 2020-03-30 à 19.07.35.png

    GAIA lance son numéro vert : 0800/53 335
    Puis-je aider ma voisine âgée en sortant son chien de temps en temps ?
    Comment faire pour que mes deux chats Filou et Maya se sentent bien alors que je suis confiné.e à la maison ?
    Vous avez des questions sur le Coronavirus et le bien-être des animaux ?
    GAIA répond à toutes vos questions via son nouveau numéro vert.

    https://www.gaia.be/fr/campagne/coronanimals
    #GAIA #Coronanimals
    #soyonslavoixdessansvoix