Huy-Waremme: les statistiques des vols dans nos communes (15/05/2015)

La police fédérale a récemment publié de nouvelles statistiques sur son site internet. On peut y lire les chiffres des cambriolages, commune par commune, jusqu’au 30 juin 2014 (restent encore les six derniers moins à encoder officiellement).

capture ecran 2015-04-27 à 08.39.14.jpg

Afin d’observer une approche plus logique du phénomène, nous avons préféré diviser ce chiffre par le nombre d’habitants enregistré au 1er janvier 2014. Nous obtenons ainsi un indice, en pourcent, d’un rapport vols/population, pour chaque commune.
Et là, on s’aperçoit que ce ne sont plus les principaux centres-villes qui sont touchés par le plus grand nombre de vols dans les habitations. Au contraire, le «top 3» des entités les plus touchées est formé par Crisnée, Anthisnes et Fexhe-le-Haut-Clocher. À l’opposé, Marchin, Wasseiges et Clavier sont les mieux lotis.
Une preuve que ce ne sont pas toujours les grandes villes qui sont le plus ciblées. Au contraire, les cambrioleurs s’attaquent plutôt à des coins reculés, où leur visibilité sera moindre et d’où ils peuvent vite prendre la poudre d’escampette.
De nos jours, nos zones de police organisent de plus en plus de réunions afin de vous prémunir contre les vols. Un policier formé en techno-prévention peut aussi se rendre chez vous. N’hésitez pas à le contacter!

EMILIE DEPOORTER (Extrait de l'article du 27 avril 2015)

Attention rectificatif pour Anthisnes

En additionnant les nombres de vols dans les maisons constatés de 2011 à 2014, nous arrivons à un total de 107 faits, et non 188 comme indiqué. Ce qui amène la commune à sortir du top trois des entités les plus touchées et à se trouver bien plus loin dans le classement, avec un rapport vols/habitants s’élevant à 2,60 %.
Cette nouvelle position amène Anthisnes à se trouver juste entre Huy et Faimes. l

Clavier «Chez nous, tout se remarque et tout se sait très vite»

Le mayeur de Clavier a la joie d’entendre que sa commune connaît le plus faible taux de vols de la région de Huy-Waremme. Mais la nouvelle ne le surprend pas tant que cela. «Il faut tout de même se dire que nous avons une faible densité de population, soit un habitat qui n’est pas fort dense pour un territoire étendu. Les bâtiments sont plus épars, il n’y a pas de noyau bâti spécifique», détaille-t-il. Et d’ajouter: «Nous pouvons peut-être nuancer un peu ces chiffres car nous avons connu une recrudescence fin 2014 (ces faits ne sont pas encore enregistrés dans le tableau, ndlr) mais cela semble s’être éradiqué.»
Philippe Dubois évoque aussi la proximité de ses habitants. «Il y a beaucoup de hameaux chez nous. Une personne suspecte est vite repérée. Pour vous donner un exemple, pas plus tard que ce week-end, des habitants ont aperçu une voiture inhabituelle dans l’entité… Une heure après, j’étais déjà au courant! Tout le monde se connaît un peu ici. Il y a naturellement une proximité, une connaissance des gens entre eux qui permet de prévenir les vols d’une certaine manière. Chez nous, tout se sait vite et tout se remarque vite», sourit-il. «Quand une info se partage, les gens sont tout de suite attentifs.»

00:53 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |