Velofollies: le plus grand salon cycliste du Benelux, et le plus varié. Les 18, 19 et 20 janv. (18/01/2019)

capture ecran 2019-01-17 à 16.04.46.jpg

Velofollies, à Courtrai ce we, est non seulement devenu le plus grand salon cycliste du Benelux, mais aussi le plus varié. Vous pouvez y admirer et tester l’offre complète qui existe dans le monde cycliste : du BMX et du VTT au vélo de course en passant par le vélo urbain et le vélo électrique. Cette offre est complétée par une vaste gamme d’accessoires, de vêtements, ainsi que de nombreuses idées de randonnées et une multitude de conseils donnés par de véritables spécialistes.
En plus de ces nouvelles tendances, le salon propose également toute une série d’activités, telles que des cafés-débats avec des (anciens) cyclistes professionnels, des présentations d’équipe et des sessions d’autographes. Surnommé « La première classique de l’année », Velofollies vous offrira une expérience cycliste inoubliable!
Voir le site

Plus de 500.000 vélos vendus en Belgique en 2018

capture ecran 2019-01-17 à 16.15.25.jpgC’est un cap symbolique qui vient d’être franchi. L’année dernière, 503.119 vélos ont été vendus en Belgique par les marchands belges selon l’enquête menée par les organisateurs du salon Velofollies. Cela représente une hausse de 3,7 % des ventes par rapport à 2017, soit 17.951 bécanes de plus.
« Près d’un vélo sur deux (48,5 %) dispose d’une propulsion électrique », chiffre Pieter Desmet de Vellofollies. Ce taux était de 45 % en 2017. Viennent ensuite les vélos de ville (23,2 %), les vélos de course (9,6 %), les moutain bikes (8,9 %), les vélos d’enfant (7,3 %), les vélos pliables ou couchés (2 %) et les BMX (0,5 %).
LES FEMMES D’ABORD !
Les femmes tirent les ventes vers le haut, avec 64,6 % du total des achats contre seulement 35,4 % pour les hommes.
Le vélo électrique est très tendance chez les dames puisqu’il représente 78 % des acquisitions. Les vélos de ville ne sont qu’à 15,3 % chez ces usagères. Course, mountain bikes et autres totalisent moins de 7 % ensemble. « L’arrivée sur le marché de modèles de plus en plus aérodynamiques et branchés n’est certainement pas étrangère à ce phénomène », commente Pieter Destmet. (lire la suite, La Meuse du 17janvier)

05:50 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |